MARTHE ET MARIE

Dominique STRAUSS-KHAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dominique STRAUSS-KHAN

Message par Souricet le Mar 9 Oct 2007 - 13:03

Dominique Strauss-Kahn, l'homme des Américains et d'Israël au FMI.

La nomination triomphale de Dominique Strauss-Kahn à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI), le 28 septembre 2007, a donné lieu à deux messages
contradictoires. D'un côté la presse occidentale exalte la capacité du bloc atlantiste à imposer son candidat face à celui de la Russie, Josef Tosovsky ; d'autre part, elle affirme que la principale mission de M. Strauss-Kahn sera d'associer plus largement les pays du Sud aux décisions, c'est-à-dire de mettre fin à la domination du bloc atlantiste. Avec chauvinisme, la presse française se félicite que des Français se trouvent aujourd'hui à la tête de quatre grandes
organisations internationales. En effet, outre Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal Lamy dirige l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), Jean Lemierre préside la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), et Jean-Claude Trichet la Banque centrale européenne (BCE). Mais doit-on mettre ces quatre institutions sur le même plan ? Et surtout, doit-on se réjouir d'une situation qui, loin de manifester la place de la France dans le monde, illustre l'intégration des élites françaises dans la mondialisation, c'est-à-dire leur acharnement à détruire leur pays, en tant qu'État-nation, un cadre politique qu'ils jugent dépassé ? Le dernier exploit en date laisse songeur : le FMI est une des organisations internationales la plus critiquée dans le monde. Il a abondamment financé l'installation de dictatures dans les pays des Sud, notamment en Argentine, au Brésil, en Indonésie, au Nigeria, aux Philippines, en Thaïlande etc… En outre, ses exigences soudaines de remboursement immédiat de prêts ont contraints des États à sacrifier leur avenir en dévaluant et en fermant écoles et hôpitaux. Ses adversaires l'accusent donc d'avoir provoqué, par l'oppression et la famine, des centaines de millions de morts en un demi-siècle , c'est-à-dire bien plus que les agressions militaires des États-Unis durant la même période. De son côté, le FMI considère au contraire que ses politiques « d'ajustement structurel » loin d'avoir provoqué ces catastrophes y ont mis fin. Des « Prix Nobel » d'économie aussi divers que le
néo-keynésien Joseph Stiglitz ou le libertarien Milton Friedman ont accusé le FMI d'être le grand organisateur des déséquilibres Nord-Sud. !!! En effet, l'action principale du FMI aura été de financiariser l'économie mondiale, permettant ainsi aux spéculateurs du Nord de s'enrichir en exploitant le travail, plus encore que les ressources, des pays du Sud. S'il n'était la vénération que la société de consommation voue à ses banquiers, il y a longtemps que le FMI aurait été déclaré organisation criminelle. Pourtant, c'est bien cette institution que le socialiste Dominique Strauss-Kahn a eu pour ambition de diriger, et c'est bien M. Strauss-Kahn qui a obtenu le soutien appuyé des grands argentiers de la planète, pressés de toutes parts par les multinationales les moins scrupuleuses. Si l'on laisse de côté l'intérêt personnel de Dominique Strauss-Kahn, qui devient ainsi le haut-fonctionnaire le mieux payé de Washington avec un salaire annuel de base de 461 510 dollars net d'impôts, l'on doit se poser la question de ses objectifs politiques.

Thierry Meyssan 05/10/07

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dominique STRAUSS-KHAN

Message par Souricet le Mar 9 Oct 2007 - 13:20

Lorsque s'ouvre la compétition au Parti socialiste pour désigner le candidat à l'élection présidentielle de 2007, Dominique Strauss-Kahn apparaît à la fois comme le candidat le mieux placé face à son rival déclaré, l'ancien Premier ministre Laurent Fabius, et comme le candidat officiel des États-Unis pour la gauche française. Ainsi, il donne un entretien à la revue néo-conservatrice Le Meilleur des mondes, dans lequel il brocarde la politique arabe de la France et plaide pour un rapprochement avec Washington et Tel-Aviv. Tout semble réglé à l'avance. Les cotisations d'adhésion au Parti socialiste ont été réduites à un montant négligeable de sorte que les quelques milliers de membres de parti lambertiste ont pu acquérir des cartes, juste pour participer au vote de désignation interne du candidat. La manœuvre a été organisée par le lieutenant de DSK, Jean-Christophe Cambadelis, lui-même ancien dirigeant de ce parti et que nous avons déjà présenté à propos de ses relations avec la CIA. Pourtant, contre toute attente, c'est un outsider, Ségolène Royal, qui est désigné. C'est qu'à Washington on a un autre projet : placer Nicolas Sarkozy à l'Élysée. Pour cela, il convient d'installer face à lui un concurrent peu crédible. En échange de son retrait silencieux, DSK sera largement récompensé par la direction générale du FMI. Peu après son accession à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy présente la candidature de DSK à Washington, et Condoleezza Rice lui apporte son soutien. Tout en participant à la création de l'European Council on Foreign Relations (E-CFR), il sillonne le monde, officiellement pour convaincre les États du Sud de soutenir également sa candidature. En réalité, leur vote importe peu, puisque les USA et l'Union européenne ont à eux seuls 48 % des voix. La campagne de DSK est payée par la France et organisée par l'agence de relations publiques TD International. Ce que le cabinet de M. Strauss-Kahn minimisera en prétendant ne travailler qu'avec la correspondante française de l'agence. TD International « vendra » à la presse la légende d'un DSK désœuvré, téléphonant au Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker lors d'un colloque à Yalta, lequel lui aurait suggéré d'ambitionner le FMI. En réalité, Dominique Strauss-Kahn et Christine Ockrent participaient au Yalta European Seminar, moyennant un défraiement de 7 000 euros chacun indirectement versés par George Soros. Ce colloque avait pour but de soutenir la « révolution orange » et l'arrimage de l'Ukraine à l'OTAN. Or, TD International est une officine de la CIA, notamment chargée de la construction de l'image publique de la « révolution orange ». Elle est dirigée par William A. Green III, un célèbre agent qui n'était ni plus ni moins que le chef de poste du stay-behind en France et qui fut expulsé en 1995 pour des motifs d'une extrême gravité qui ne furent jamais dévoilés au public. Hugo Chavez, le président de la République bolivarienne du Vénézuela, quant à lui, n'a pas été convaincu par le show de Dominique Strauss-Kahn. Il a confirmé le retrait de son pays du FMI « avant qu'ils ne nous pillent » et invité tous les États du Sud qui le peuvent à faire de même.

Thierry Meyssan 05/10/07

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dominique STRAUSS-KHAN

Message par Lagaillette le Mer 10 Oct 2007 - 9:12

Un problème du FMI, c'est que les pays du Sud commencent à regimber contre sa dictature, et à organiser leurs finances en dehors de ce cadre dominé par les puissances occidentales, avec, évidemment, à leur tête, les USA. D'où l'intérêt de recruter un "socialiste" (?) qui proposera quelques réformes "cosmétiques" pour tenter de redorer le prestige de l'organisation, mais sans toucher à l'essentiel.

Lagaillette
Installé
Installé

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dominique STRAUSS-KHAN

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum