MARTHE ET MARIE

SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Souricet le Jeu 20 Sep 2007 - 15:06



Elle s'appelait Pica, cette admirable mère, cette grande chrétienne qui eut l'honneur de donner au monde le petit François. C'était le 26 septembre 1182, à Assise, ville d'Italie, dans la douce et poétique Ombrie.

François fut de bonne heure initié au commerce par son père, Pierre Barnardone. Il était aimable, compatissant, généreux jusqu'à la prodigalité. Une fois qu’il eut atteint ses 17 ans, il se lança dans une vie de luxe, aimant les vêtements de bonne coupe et de riche tissu, toujours prêt à participer aux fêtes chevaleresques dont c'était alors la vogue dans la péninsule.

En 1201, François participa à des combats contre la ville de Pérouse, voisine d'Assise. Il fut fait prisonnier. Sa captivité dura un an. Au retour, une grave maladie, une longue convalescence l'immobilisèrent. C'est alors qu'il rentra en lui-même, réfléchit sérieusement, et s'adressant à Dieu, s'écria . « Ah ! Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? »

Là fut le point de départ d'une existence si éclatante de sainteté qu'elle est, au jugement de plusieurs, la plus parfaite Imitation ici-bas de la vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

François, ayant pris pour épouse la divine pauvreté, se retira dans une grotte, non loin d'Assise, y pleura ses péchés, pratiqua les plus rudes austérités, puis, sous l'humble froc du pénitent, reparut dans sa ville natale. Il fut moqué, insulté. Son père même, dépité et rendu furieux par une si inconcevable attitude, le battit en pleine rue et l'enferma au lieu le plus obscur de sa maison. Dame Pica le délivra. Alors, François, traçant à la craie une grande croix sur son misérable manteau, s'en alla, le plus pauvre, mais aussi le plus joyeux des hommes. Il avait 25 ans. Ses vertus lui attirèrent des disciples. Le Pape Innocent III bénit la communauté naissante, établit François supérieur de ses frères. Des Bénédictins leur donnèrent la petite église de Notre-Dame-des-Anges, appelée Portioncule, parce que le lieu se composait d'étroites portions de terrain.

Frères Mineurs ! Tel fut le nom choisi par saint François pour lui et les siens. Il voulait que ses disciples se regardassent comme les plus petits parmi les religieux. Il les aimait d'un tendre amour. Son compagnon habituel, qui lui servait en même temps de secrétaire, de confesseur, était le célèbre Fr. Léon. « Chère brebis du bon Dieu », lui disait saint François. Tous les deux se stimulaient à l'amour de Dieu, à l'humilité, à la pauvreté. François enseignait à Léon le secret de la joie parfaite, c'est-à-dire celle qui naît des souffrances et des mauvais traitements vaillamment supportés pour l'amour de Dieu.

François recommandait à ses novices la politesse, parure de la vertu, et la gaieté, qui est la marque d'une âme en paix avec Dieu. « Prêchons la pénitence, plus par nos exemples que par nos paroles », répétait-il sans cesse. Tous les saints sont plus ou moins poètes. François l'était. L'amour de Dieu et de sa création débordait de son cœur en strophes pleines de douceur. Il disait : « Mon frère le vent », « ma sœur l'eau ». De son âme naquit le cantique au Soleil. Un jour, il voulut prêcher aux oiseaux, et les oiseaux s'arrêtèrent pour l'écouter, tendant vers lui leurs petits becs. Même les bêtes sauvages lui étaient soumises, tel le loup de Gubbio qui, sur son ordre, de carnassier féroce devint comme un agneau.

En 1212, sainte Claire, fille spirituelle du patriarche d'Assise, fonda l'Ordre des Clarisses. L'an 1221, François institua son Tiers-Ordre dans lequel tant de personnes du monde de toutes conditions se sont sanctifiées.

Deux ans avant sa mort, saint François eut les mains et les pieds percés
comme Notre-Seigneur sur la croix. Il mourut le 4 octobre 1226 et fut canonisé deux ans plus tard par Grégoire IX.
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Lysandre le Jeu 23 Avr 2009 - 16:24

Dieu très haut et glorieux,
viens éclairer les ténèbres de mon coeur;
donne-moi une foi droite,
une espérance solide
et une parfaite charité;
donne-moi de sentir et de connaître,
afin que je puisse l'accomplir,
Ta volonté sainte qui ne saurait m'égarer.

Saint François d'Assise
avatar
Lysandre
Intéressé
Intéressé

Féminin Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 16/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

L''Ordre des Frères Mineurs a 800 ans

Message par KELLY le Lun 18 Mai 2009 - 14:01

C'est en 1209 que François d'Assise créa l'Ordre des Frères Mineurs et plus tard le Tiers-Ordre franciscain.
Claire d'Assise, elle, créa l'Ordre des "Pauvres dames" (ou clarisses).

Qu'à l'intercession de ces deux grands saints, nous puissions marcher toujours davantage à la suite du Christ.

Kelly
avatar
KELLY
Intéressé
Intéressé

Féminin Nombre de messages : 72
Localisation : Sud de la France
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par ravi le Jeu 21 Mai 2009 - 18:36

En ce temps d'anniversaire de l'ordre de St François, la lecture du livre de Suranne Giuseppi Testut, intitulé La Déposition" Parcours spirituel à l'école de Saint François peut être proposé.
Le premier paragraphe de la 4ème de couverture dit:
"Ce livre est le fruit d'un long cheminement personnel, d'une démarche de foi et d'une expérience de vie animée par la spiritualité franciscaine. Enraciné dans les Écritures et la tradition des Pères de l'Église, il nous fait découvrir par une approche mystique mais aussi théologique que le fardeau le plus lourd peut se transformer en joie à condition de le déposer sous le regard du Christ dans une totale confiance......"

ravi
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 124
Age : 74
Localisation : languedoc
Date d'inscription : 11/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par KELLY le Jeu 21 Mai 2009 - 18:39

Merci, Ravi, pour cette référence littéraire.

Kelly
avatar
KELLY
Intéressé
Intéressé

Féminin Nombre de messages : 72
Localisation : Sud de la France
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Joss le Mar 28 Sep 2010 - 14:04

FIORETTIS


MIRACLE QUE FIT SAINT FRANCOIS QUAND IL CONVERTIT LE TRÈS FÉROCE DE GUBBIO

Au temps où saint Françoisdemeurait dans la ville de Gubbio, apparut dans la campagneenvironnante, un très grand loup, terrible et féroce,qui dévorait non seulement les animaux mais aussi les hommes,en sorte que tous les habitants vivaient en grande peur, car ils'approchait souvent de la ville; et tous partaient armésquand ils sortaient des murs, comme s'ils avaient marché aucombat ; et malgré tout cela, qui le rencontrait seul nepouvait se défendre de lui. Et par peur de ce loup on en vintau point que personne n'osait plus sortir des murs.

C'est pourquoi saint Françoisayant pitié des gens de cette ville, voulut sortir face àce loup, bien que les habitants le lui déconseillassentcomplètement ; et ayant fait le signe de la sainte croix, ilsortit des murs avec ses compagnons , mettant en Dieu toute saconfiance. Et les autres hésitant à aller plus loin,saint François s'achemina vers le lieu ou était leloup. Et voici que sous les yeux de beaucoup habitants qui étaientvenus voir ce miracle, le loup arriva la gueule ouverte, à larencontre de saint François ; et s’approchant de lui saintFrançois fit sur lui le signe de la croix l'appela et luiparla ainsi : « Viens ici, frère loup ; je tecommande de la part du Christ de ne faire de mal ni à moi ni àpersonne. » Chose admirable ! Aussitôt que saint Françoiseut tracé la croix, le terrible loup ferma la gueule et cessade courir ; et, au commandement, il vint, paisible comme unagneau, se jeter couché aux pieds de saint François.

Alors saint François lui parlaainsi : « Frère loup, tu fais par ici beaucoup dedommages, et tu as commis de très grands méfaits,blessant et tuant sans sa permission les créatures de Dieu ;et non seulement tu as tué et dévoré les bêtesmais tu as eu l'audace de tuer et de blesser les hommes faits àl'image de Dieu, ce pourquoi tu mérites les fourches commevoleur et assassin très méchant ; et tout le monde crieet murmure contre toi, et toute cette ville t'a en inimitiéMais je veux, frère loup, faire la paix entre toi et ceux-cide telle sorte que tu ne les offenses plus, et qu'ils te pardonnenttoutes les offenses passées, et que ni les hommes ni leschiens ne te poursuivent plus. »

Ces paroles dites, le loup, par lesmouvements de son corps de sa queue et de ses oreilles, et eninclinant la tête, témoignait qu'il acceptait ce quesaint François disait et qu'il voulait l'observer. Alors saintFrançois dit : « Frère puisqu'il te plait defaire et de garder cette paix, je te promets de le faire donnertoujours ce qu'il te faut, tant que tu vivras, par les hommes decette ville, et ainsi tu ne pâtiras plus de la faim, car jesais bien que c'est la faim qui t'a fait commettre tout ce mal. Maispuisque je t'obtiendrai cette grâce, je veux, frèreloup, que tu me promettes de plus nuire jamais ni à aucunhomme ni à aucun animal me promets-tu cela ? » Et leloup, en inclinant la tête, fit évidemment signe qu'ilpromettait. Et saint François du « Frère loup, jeveux que tu me fasses foi de cette promesse, afin que je puisse bienm'y fier. » Et saint François dit étendant lamain pour recevoir sa foi, le loup leva la patte droite de devant, etla mit familièrement dans la main de saint François,lui donnant ainsi le signe de foi qu'il pouvait.

Alors saint François dit : «Frère loup, je te commande au nom de Jésus-Christ, deme suivre maintenant sans rien craindre, et nous allons conclurecette paix au nom de Dieu. » Et le loup obéissant s'envint avec lui comme un doux agneau, ce que voyant les habitantss'émerveillèrent grandement. Et la nouvelle se répanditsur-le-champ par toute la ville , aussi tous les gens, grands etpetits, hommes et femmes, jeunes et vieux, se pressèrent versla place pour voir le loup avec saint François,

Et tout le peuple y étant bienréuni, saint François se leva, et prêcha, leurdisant entre autres choses comment pour leurs péchésDieu permettait de tels fléaux. et combien le feu de l'enfer,qui doit durer éternellement pour les damnés, est plusredoutable que la rage du loup, qui ne peut tuer que le corps : «Combien est donc à craindre la gueule de l'enfer quand lagueule d'un petit animal tient en peur et tremblement une tellemultitude. Tournez-vous donc vers Dieu, mes bien-aimés, faitespénitence de vos péchés, et Dieu vous délivreradu loup dans le présent, et dans l'avenir du feu de l'enfer. »

Et la prédication terminée,saint François dit « Ecoutez, mes frères :frère loup, qui est ici devant vous, m'a promis, et il m'en adonné sa foi, de faire la paix avec vous et de ne jamais plusvous offenser en rien, si vous lui promettez de lui donner chaquejour ce qui lui est nécessaire ; et moi je me portegarant pour lui qu'il observera fidèlement le pacte de lapaix. » Alors tout le peuple promit d'une seule voix detoujours le nourrir.

Et, en présence de tous, saintFrançois dit au loup : « Et toi frère loup,promets-tu d'observer avec eux le pacte de paix, en sorte que tun'offenseras plus ni les hommes, ni les animaux ni aucune créature? » Et le loup s'agenouilla, inclina la tête et, par dedoux mouvements du corps, de la queue et des oreilles, montra, autantqu'il lui était possible, de vouloir observer avec eux toutesles conditions du pacte. Saint François dit : « FrèreLoup, je veux que, comme tu m’as donné, hors des portes, foide cette promesse, tu me donnes de même ici, devant tout lepeuple, foi de ta promesse et que tu ne me duperas pas dans lagarantie que j'ai donnée pour toi. » Alors le loup,levant la patte droite, la posa dans la main de saint François.Et pour cet acte et pour les autres qui viennent d'êtrerapportés, il y eut une telle admiration et allégressedans tout le peuple, autant pour la dévotion du Saint que pourla nouveauté du miracle et pour la paix du loup, que touscommencèrent à crier vers le ciel, louant et bénissantDieu de leur avoir envoyé saint François qui par sesmérites les avait délivrés de la gueule de cettebête cruelle.

Le loup vécut ensuite deux ans àGubbio, et il entrait familièrement dans les maisons, de porteen porte, sans faire de mal à personne et sans qu'il lui ensoit fait ; il fut courtoisement nourri par les habitants, et quandil allait ainsi par la ville et par les maisons, jamais aucun chienn'aboyait contre lui. Finalement, après deux ans, frèreloup mourut de vieillesse, ce dont les habitants eurent grandedouleur car en le voyant aller si paisible par la ville, il serappelaient mieux la vertu et la sainteté de saint François.

A la louange du Christ. Amen.


Dernière édition par Joss le Mer 24 Nov 2010 - 8:42, édité 2 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Joss le Mar 28 Sep 2010 - 14:08




Le Sermon de Saint François aux oiseaux


Texte extrait des Fiorettis de Saint François d'Assise, ch. 16



"Comme il continuait son chemin dans la même ferveur, il leva les yeux et vit quelques arbres sur la route, sur lesquels il y avait une multitude, presque infinie d'oiseaux; Saint François en fut émerveillé et dit à ses compagnons: "Vous m'attendrez ici sur la route, et j'irai prêcher à mes frères les oiseaux". Et il entra dans le champ et il commença à prêcher aux oiseaux qui étaient à terre; et aussitôt, ceux qui étaient sur les arbres vinrent auprès de lui, et tous ensemble restèrent immobiles jusqu'à ce que Saint François eût finit de prêcher; et ensuite, ils ne partirent même que lorsqu'il leur eût donné sa bénédiction. Et selon ce que raconta plus tard Frère Massée à Frère Jacques de Massa, bien que François marchât parmi eux et les touchât de sa tunique, aucun cependant ne bougeait.

La substance du sermon de Saint François fut celle-ci: "Mes frères les oiseaux, vous êtes très redevables à Dieu votre Créateur, et toujours et en tous lieux vous devez Le louer parce qu'Il vous a donné la liberté de voler partout, et qu'Il vous a donné aussi un double et triple vêtement; ensuite parce qu'Il a conservé votre semence dans l'Arche de Noé, pour que votre espèce de vînt pas à disparaître du monde; et encore vous Lui êtes redevables pour l'élément de l'air qu'Il vous a destiné. Outre cela, vous ne semez ni ne moissonnez, et Dieu vous nourrit, et Il vous donne les fleuves et les fontaines pour y boire, Il vous donne les montagnes et les vallées pour vous y réfugier, et les grands arbres pour y faire vos nids. Et parce que vous ne savez ni filer ni coudre, Dieu vous fournit le vêtement à vous et à vos petits. Il vous aime donc beaucoup, votre Créateur, puisqu'Il vous accorde tant de bienfaits. Aussi, gardez-vous, mes frères, du péché d'ingratitude, mais appliquez-vous toujours à louer Dieu".

Pendant que Saint François leur disait ces paroles, tous ces oiseaux commencèrent à ouvrir leurs becs, à tendre leurs cous, à déployer leurs ailes et à incliner respectueusement leurs têtes jusqu'à terre, et à montrer par leurs mouvements et leurs chants que les paroles du Père Saint leur causaient un très grand plaisir. Et Saint François se réjouissait et se délectait avec eux, il s'émerveillait beaucoup de voir une telle multitude d'oiseaux et leur très belle variété et leur attention; ce pourquoi il louait dévotement en eux le Créateur.

Finalement, la prédication terminée, Saint François fit sur eux le signe de la Croix et leur donna licence de s'en aller; et alors tous ces oiseaux s'élevèrent en bande dans l'air avec des chants merveilleux, puis ils se divisèrent en quatre groupes, suivant la croix que Saint François avait tracée sur eux; un groupe s'envola vers l'orient, un autre vers l'occident, le troisième vers le midi et le quatrième vers l'Aquilon, et chaque bande s'en allait en chantant merveilleusement; ils signifiaient par là que, de même que Saint François, gonfalonier de la Croix du Christ, leur avait prêché et avait fait sur eux le signe de la Croix, suivant lequel ils s'étaient divisés en chantant vers les quatre parties du monde, de même la prédication de la Croix du Christ, renouvelée par Saint François, devait être potée par lui et par ses Frères à travers le monde entier; et ces Frères ne possédant, comme les oiseaux, rien de propre dans ce monde, s'en remettent du soin de leur vie à la seule Providence de Dieu. A la louange du Christ. Amen."
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

fiorettis de saint francois

Message par Mireille le Jeu 30 Sep 2010 - 17:56

genial!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!MIREILLE

Mireille
Installé
Installé

Nombre de messages : 235
Age : 65
Localisation : bouches du rhone
Date d'inscription : 21/09/2010

http://mireille.barrera5@orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Joss le Jeu 30 Sep 2010 - 21:01

La joie parfaite
François décrit pour frère Léon ce qu'est "la joie parfaite".

Comme Saint François allait une fois de Pérouse à Sainte-Marie des Anges avec frère Léon, au temps d'hiver et que le froid très vif le faisait beaucoup souffrir, il appelle frère Léon qui marchait un peu en avant et parla ainsi :

" O frère Léon, alors même que les frères Mineurs donneraient en tout pays, un grand exemple de sainteté et de bonne édification, néanmoins, écris et note avec soin que là n'est pas la joie parfaite."

Et Saint François allant plus loin l'appela une seconde fois :

"O frère Léon, quand même le frère Mineur ferait les aveugles voir, redresserait les contrefaits, chasserait les démons, rendrait l'ouïe aux sourds, le marcher aux boîteux, la parole aux muets et, ce qui est plus grand miracle, ressusciterait des morts de quatre jours, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite."

Marchant encore un peu Saint François s'écria d'une voix forte :

"O frère Léon, si le frère Mineur savait toutes les langues et toutes les sciences et toutes les Ecritures, en sorte qu'il saurait prophétiser et révéler non seulement les choses futures mais même les secrets des consciences et des âmes, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite".

Allant un peu plus loin, Saint François appela encore d'une voix forte :

"O frère Léon, petite brebis de Dieu, quand bien même le frère Mineur parlerait la langue des Anges et saurait le cours des astres et les vertus des herbes, et que lui seraient révélés tous les trésors de la terre, et qu'il connaîtrait les vertus des oiseaux et des poissons, de tous les animaux et des hommes, des arbres et des pierres, des racines et des eaux, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite."

Et faisant encore un peu de chemin, Saint François appela d'une voix forte :

"O frère Léon quand même le frère Mineur saurait si bien prêcher qu'il convertirait tous les fidèles à la foi du Christ, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite."

Et comme de tels propos avaient bien duré pendant deux milles, frère Léon fort étonné l'interrogea et dit : "Père, je te prie de la part de Dieu, de me dire où est la joie parfaite". Et Saint François lui répondit : " Quand nous arriverons à Sainte Marie des Anges, ainsi trempés par la pluie et glacés par le froid, souillés de boue et tourmentés par la faim, et que nous frapperons à la porte du couvent, et que le portier viendra en colère et dira : "Qui êtes-vous ?", et que nous lui répondrons : "Nous sommes deux de vos frères", et qu'il dira : "Vous ne dites pas vrai, vous êtes même deux ribauds qui allez trompant le monde et volant les aumônes des pauvres dehors dans la neige et la pluie, avec le froid et la faim, jusqu'à la nuit", alors si nous supportons avec patience, sans trouble, sans murmurer contre lui, tant d'injures et tant de crauté et tant de rebuffades, et si nous pensons avec humilité et charité que ce portier nous connaît véritablement et que Dieu le fait parler contre nous, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite. Et si nous persistons à frapper, et qu'il sorte en colère et qu'il nous chasse comme des vauriens importuns, avec force vilenies et soufflets en disant : "Allez-vous en d'ici, misérables petits voleurs, allez à l'hôpital, car ici vous ne mangerez ni ne logerez", si nous supportons tout cela avec patience, avec allégresse, dans un bon esprit de charité, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

Et si nous, contraints pourtant par la faim, et par le froid, et par la nuit, nous frappons encore et appelons et le supplions pour l'amour de Dieu avec de grands gémissements de nous ouvrir et de nous faire cependant entrer, et qu'il dise, plus irrité encore : "Ceux-ci sont des vauriens importuns, et je vais les payer comme ils le méritent", et s'il sort avec un bâton noueux, et qu'il nous saisisse par le capuchon, et nous jette à terre, et nous roule dans la neige et nous frappe de tous les noeuds de ce bâton, si tout cela nous le supportons patiemment et avec allégresse, en pensant aux souffrances du Christ béni, que nous devons supporter pour son amour, ô frère Léon, écris que cela est la joie parfaite.

Et enfin, écoute la conclusion, frère Léon : au dessus de toutes les grâces et dons de l'Esprit Saint que le Christ accorde à ses amis, il y a celui de se vaincre soi-même, et de supporter volontiers pour l'amour du Christ, les peines, les injures, les opprobes et les incommodités : car de tous les autres dons de Dieu nous ne pouvons nous glorifier puisqu'ils ne viennent pas de nous, mais de Dieu, selon ce que dit l'Apôtre : "Qu'as-tu que tu ne l'aies reçu de Dieu ? Et si tu ne l'as reçu de lui, pourquoi t'en glorifies-tu comme si tu l'avais de toi-même ?" Mais dans la croix de la tribulation et de l'affliction, nous pouvons nous glorifier parce que cela est à nous, c'est pourquoi l'Apôtre dit : "Je ne veux point me glorifier si ce n'est dans la croix de Notre Seigneur Jésus-Christ".

A qui soit toujours honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen."

St François d'Assise
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Viviane le Mar 5 Oct 2010 - 11:12

Merci, j'ai une grande dévotion entre St François d'Assise et Ste Claire : je trouve leur amour spirituel extraordinaire !
avatar
Viviane
Intéressé
Intéressé

Féminin Nombre de messages : 82
Age : 71
Localisation : ouest de la France
Date d'inscription : 28/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

«Vous n'avez pour ennemi que vous-même.» (St François)

Message par Stan le Ven 8 Avr 2011 - 15:48

«Vous n'avez pour ennemi que vous-même.»
(Saint François d'Assise)

Qui donc n'a pas vu le très esthétique...et très esthétisant film ...de Franco Zeffirelli: "François et le chemin du soleil", ce film qui nous donne une vision idéalisée (cinématographiquement "bien léché") de ce que furent "et la vie de Saint François et le temps du moyen-âge où il vécut"? n'y voit-on pas, en effet, des surabondances de fleurs dans les champs, et des biches et des lapins qui gambadent dans les prés...et quelques petits oiseaux qui surviennent "toujours au bon moment" etc...?

Je ne dis pas que je n'ai pas passé un bon moment en regardant le beau film de Zeffirelli sur la vie de St François d'Assise; mais, allons donc! je pense, pour ma part, que la vie de St François ne fut pas en vérité dans ce genre de présentation "embellie" que nous en donne la majorité des réalisateurs de films.

De tous les films que j'ai vus, sur la vie de Saint François d'Assise, c'est encore celui de Lilliana Cavani, intitulé "François" (avec Mickey Rourke dans le rôle principal) qui m'inspire davantage; et c'est bien parce que cette réalisatrise "ose" nous raconter des moments de la vie de Saint François, qu'aucun autre réalisateur n'avait osé aborder auparavant. Ainsi, cet épisode qui est avant tout raconté par Saint Bonaventure:

« ( Le jour où, pour réprimer les ardeurs de la chair ), il sort de sa cellule, va au jardin, se roule tout nu dans l'épaisse couche de neige, puis, la ramassant à pleine mains, il en fabrique (...) des bonhommes, les passe en revue et, s'adressant à « l'homme extérieur » : «Regarde, dit-il : le plus grand c'est ta femme ; les quatres autres, tes deux garçons et tes deux filles...»

( Legenda Major, Saint Bonaventure, 5, 4.)



Enfin, comment imaginer ce que fut en réalité le dégoût qu'il dût surmonter...en ce qui concerne ses rencontres avec des lépreux? (J'imagine à peine l'odeur...). Il y a un moment dans le clip ( ci-bas ) qui nous "montre" l'Amour surnaturel du Christ à l'oeuvre en Saint François...qui parvient finalement à surmonter
«ses répulsions naturelles....qui se transforment en douceur pour l'âme et pour le corps».
(selon ce qui nous est raconté dans certaines de ses biographies):



Dernière édition par Stan le Ven 8 Avr 2011 - 19:07, édité 3 fois
avatar
Stan
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Joss le Ven 8 Avr 2011 - 18:45

Stan a écrit:
«Vous n'avez pour ennemi que vous-même.»
(Saint François d'Assise)

Qui donc n'a pas vu le très esthétique...et très esthétisant film ...de Franco Zeffirelli: "François et le chemin du soleil"

Je l'ai vu..... bof !!! Rolling Eyes
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAINT FRANCOIS D'ASSISE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum