MARTHE ET MARIE

FONTE DES GLACIERS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FONTE DES GLACIERS

Message par Joss le Sam 26 Mai 2007 - 22:52



Vie et Terre Mercredi 16 Mai 2007 à 00:00:41


Certaines neiges éternelles résistent encore au réchauffement
Les petites calottes glaciaires du Mont Blanc et du Dôme du Goûter ne fondent pas, du moins pas encore ! C'est ce qu'annoncent des chercheurs du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement du CNRS dans une étude publié en janvier dans Journal of Geophysical Research. À très haute altitude (au-dessus de 4200 mètres), l'accumulation de neige a peu varié depuis le début du XXe siècle. Mais si les températures estivales augmentent de quelques degrés au cours du XXIe siècle, la fonte pourrait devenir significative et affecter les neiges "éternelles".

Les glaciers alpins, situés majoritairement entre 2000 et 4000 mètres d'altitude, ont subi une récession très importante au cours du XXe siècle et particulièrement au cours des deux dernières décennies, perdant entre 1 et 1,5 kilomètres de longueur. Au-dessus de 4200 mètres, il en va différemment.

A l'altitude du Dôme du Goûter (4300 m) ou du sommet du Mont Blanc (4810 m), toutes les précipitations sont solides, sous forme de neige. La fonte du manteau neigeux est très faible et ne se produit que lors d'épisodes rares comme celui de la canicule de 2003. Les variations de masse du glacier ne dépendent que de l'accumulation de neige et de l'écoulement du glacier (la déformation de la glace sous l'effet de son poids) vers le bas.

Afin d'étudier ces variations de masse, les chercheurs ont mesuré les taux d'accumulation de neige depuis 1993 sur le Dôme du Goûter, ainsi que l'épaisseur et la vitesse d'écoulement du glacier. D'autre part, ils ont utilisé les données météorologiques de la station de Chamonix, de 1923 à nos jours, pour en déduire les taux d'accumulation de neige au cours du XXe siècle. Plus précisément, ils ont travaillé sur les précipitations tombées à Chamonix, à 1036 mètres d'altitude, dont ils ont déduit les quantités de neige tombées sur le glacier, et la variation de masse.

À partir de ces différentes données, les glaciologues montrent qu'à ces altitudes extrêmes, l'accumulation de neige est restée quasi-constante depuis 100 ans. Ils montrent en outre, à partir d'anciennes cartes topographiques, que ces petites calottes glaciaires du Mont Blanc et du Dôme du Goûter (son contrefort) ont subi des variations d'épaisseur très faibles, de quelques mètres entre 1905 et 2005. En comparaison, à moyenne altitude (1800 mètres), la Mer de Glace a perdu 120 mètres d'épaisseur dans le même temps.

Les masses glaciaires du Mont Blanc et du Dôme du Goûter n'ont donc pas encore été affectées par le réchauffement climatique. Toutefois, lors d'épisodes climatiques exceptionnels comme lors de la canicule de 2003, la température devenue positive a provoqué un peu de fonte en surface. Si de tels épisodes devenaient plus fréquents, la fusion partielle en surface ne serait plus négligeable et affecterait de façon significative les quantités de neige accumulées. Le caractère "éternel" de ces neiges n'est donc pas garanti à l'avenir.

Source: CNRS / INS

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=4071
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

POLES

Message par Joss le Sam 26 Mai 2007 - 23:01

Le 18 mai 2007 à 13h22

L'Arctique semble fondre trois plus vite que prévu
Par Jean-Luc Goudet - Futura-Sciences


Une équipe américaine conteste les modèles utilisés par le Giec et estime que la fonte de la calotte glaciaire arctique est beaucoup plus rapide. Des chercheurs belges et français arrivent à la même conclusion pour les glaces du Groenland.

Tous les climatologues le prédisent : à plus ou moins long terme, l’océan Arctique sera libre de glace à la fin de chaque été. C’est l’échéance de cet événement qui divise les scientifiques. Selon les experts du Giec (Groupe intergouvernemental d’étude du climat), la fonte complète de la glace arctique en été interviendrait entre 2050 et 2100. Ces prévisions, qui ont été présentées dans le rapport 2007, sont établies à partir de modèles – le Giec en utilisent 18 -, qui partent d’une année de référence, 1800 en l’occurrence. Des données d’observation sont ensuite intégrées pour corriger l’évolution prédite par le modèle en le rapprochant de la réalité . Mais les phénomènes de petites ampleurs, spatiale ou temporelle, sont laissés de côté.

Un groupe de climatologues mené par Julienne Stroeve (National Snow and Ice Data Center, Université de Colorado) estime qu’il faut avancer la date d’une trentaine d’années. Ces scientifiques ont comparé les 18 modèles du Giec avec des données recueillies par avions, satellites et bateaux. Selon eux, ces modèles collent mal avec la réalité qu’ils constatent. Selon les modèles du Giec, la surface des glaces en septembre, c’est-à-dire à son minimum estival, a décru de 2,5 % par décennie entre 1953 et 2006. Les scientifiques américains, eux, annoncent une diminution trois plus forte, atteignant 7,8 % tous les dix ans. De même, la réduction de surface au mois de mars, au maximum de l’extension des glaces, est selon eux de 1,8 %, soit, là encore, une valeur trois plus élevée que les estimations des modèles du Giec.


Minimums annuels d'extension de la calotte glaciaire à 25 ans de distance,
en 1979 et en 2005. Crédit : Nasa.

Modèles à revoir

La différence proviendrait d’une mauvaise prise en compte de l’impact des gaz à effet de serre ainsi que des remontées de chaleur vers le nord générées par la circulation océanique en Atlantique. Il est possible également, expliquent les chercheurs américains, que les modèles estiment mal les épaisseurs de la banquise.

La fonte des glaces terrestres du Groenland pourrait elle aussi avoir été sous-estimée. C’est que concluaient au mois d’avril 2007 des chercheurs du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement (LGGE, Grenoble) et de l'Université catholique de Louvain (Belgique), qui ont réinterprété des données existantes à l’aide d’un modèle numérique récent et d’un nouveau traitement des mesures satellitaires tenant mieux compte de la présence de nuages d’eau liquide. Ces derniers, en effet, faussent les mesures obtenues dans le domaine des micro-ondes, masquant en partie les traces d’eau dans le manteau neigeux, ce qui conduit à sous-estimer la fonte de la glace. Selon eux, l’accélération de la fonte superficielle de la calotte glaciaire du Groenland au cours des 25 dernières années est deux fois plus importante que ne l’indiquent les études antérieures. Elle aurait affecté 550 000 kilomètres carrés en 2005, soit 42 % de plus qu’en 1979. Durant cette période, selon un modèle climatique régional, la température estivale aurait grimpé de 2,4 °C. Au nord du Groenland, il arrive, depuis 2000, que la glace fonde l’été jusqu’à 1 500 mètres d’altitude, ce qui s’était jamais vu auparavant.

Pour se convaincre de la réalité du phénomène, on peut consulter une animation très bien conçue sur le site Windows to the Universe, de l’UCAR (University Corporation for Atmospheric Research).
FUTURA SCIENCES
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

FONTE DES GLACIERS

Message par Elisoune le Mer 30 Mai 2007 - 16:38

Pas plus tard qu'aux infos de 13 h sur RTL TVI, ils ont montré en plein mois de mai de violentes chutes de neige en Allemagne , alors qu'à Moscou ils ont des températures caniculaires, bien sûr on voyait les gens heureux, les oiseaux s'ébattre dans l'eau.....

Dans les années 70 la sonnette d'alarme a été tirée mais bien sûr les gens ne se sont pas rendus compte comme toujours. Et puis c'st pas tjrs aux petits qu'ils faut s'en prendre, les politiciens s'arrangent de certaines choses.

Les USA ne respectent pas les accords de Kyoto.

La planète doit être respectée, c'est la Création de Dieu qu'Il nous a laissé le soin de protéger .... Rien que de se promener dans une forêt, voir un simple insecte,la Création est la preuve de l'existence de Dieu.

En Belgique, d'après certaines statistiques en 2035 environ les eaux arriveront jusque Bruxelles si on ne fait rien.... Bruges et ses environs auront été engloutis. Je ne serai sûrmenet plus de ce monde, je pourrais dire après moi les mouches... je pense cependant aux générations suivantes, quel héritage What a Face affraid pale
avatar
Elisoune
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FONTE DES GLACIERS

Message par Joss le Mar 15 Avr 2008 - 12:07

LA FONTE ACCÉLÉRÉE DES GLACIERS, UNE "BOMBE À RETARDEMENT"
REUTERS | 15.04.2008 | 11:25

Par Sylvia Westall

VIENNE (Reuters) - Les glaciers et les neiges d'altitude fondent plus tôt au printemps, ce qui signifie que l'eau est déjà partie lorsque des millions d'habitants en ont besoin durant l'été, quand les pluies se font rares, ont déclaré lundi des scientifiques réunis à Vienne.


"C'est là tout bonnement une bombe à retardement", a déclaré l'hydrologue Carmen de Jong.

Les régions du monde les plus exposées à cette "bombe à retardement" sont l'Afrique australe, les Etats-Unis, l'Amérique latine, le bassin méditerranéen et certaines zones du Proche-Orient.

La hausse des températures moyennes signifie que la fonte, de manière générale, intervient plus tôt et plus rapidement et que les montagnes ne sont plus en mesure de pallier le manque d'eau dans les régions de plaines, à faibles précipitations, l'été.

"Dans certaines zones, les glaciers de petite taille pourraient avoir disparu dans 30 à 50 ans, et ainsi, une source très sûre d'eau potable, notamment durant les mois d'été, pourrait disparaître", explique De Jong.

CONSÉQUENCES VISIBLES EN AFGHANISTAN

Cette femme, professeur à l'université de Bristol, faisait spécifiquement référence à des zones du bassin méditerranéen sur lesquelles elle a concentré ses recherches, mais, a-t-elle ajouté, ses conclusions s'appliquent à la totalité de l'arc alpin de même qu'à d'autres chaînes.

Pour Daniel Viviroli, de l'université de Berne, près de 40% des régions de montagne pourraient être concernées, qui fournissent de l'eau à des populations qui ne peuvent en trouver par ailleurs.

Les zones subtropicales, où vit 70% de la population mondiale, sont les plus vulnérables, a-t-il expliqué. Dans la mesure où la population du globe va continuer de croître à un rythme rapide, il pourrait ne pas y avoir, à certains moments de l'année, suffisamment d'eau potable - sans parler de l'eau pour les cultures.

En Afghanistan, pays qui compte 3.500 glaciers, les effets du réchauffement du climat mondial peuvent être déjà constatés dans la chaîne de l'Hindu Kush, a déclaré le chercheur américain Bruce Molnia.

"Les glaciers rapetissent de plus en plus", a-t-il dit, en soulignant que dans un premier temps, la conséquence en est une hausse de la fréquence des inondations.

Dans certaines vallées, la neige a complètement disparu durant des mois où, d'ordinaire, elle blanchissait le paysage, et de nombreux bassins se sont asséchés.

Version française Eric Faye
NOUVEL OBS
 
LA FONTE DES PLUS GRANDS GLACIERS MONDIAUX SE POURSUIT INEXORABLEMENT
17/03/2008

Selon les dernières données du Service mondial de suivi des glaciers publiées hier par le PNUE, la fonte des glaciers continue et touche l'ensemble des massifs montagneux. La tendance est même globalement à l'accélération !

Alors que le G20 vient de se terminer sans avoir pu dégager de consensus quant aux efforts à fournir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, le PNUE publie les dernières données du Service mondial de suivi des glaciers (SMSG) dont le siège se trouve à Zurich en Suisse. Selon les données de l'institut basées sur l'observation de près de 30 glaciers de référence situés dans neufs massifs montagneux distincts, le taux moyen de fonte et d'amincissement a plus que doublé entre les années 2005 et 2006. Les bilans estimatifs pour l'année 2006 indiquent que la fonte des glaciers a été plus importante et atteint en moyenne 1,5 mètre contre un 0,5 mètre en 2005. La fonte la plus élevée a été subie par le glacier norvégien du Breidalblikkbrea qui a perdu près de 3,1 mètres d'épaisseur durant la seule année 2006 contre 0,3 mètre l'année précédente.

D'autres fontes ont été enregistrées en Autriche avec le glacier Grosser Goldbergkees (1,2 mètre en 2006 contre 0,3 en 2005), en France sur le glacier d'Ossoue (3 m contre 2,7 m en 2005), en Italie où le glacier de Malavalle a reculé de 1,4 mètre en 2006 contre 0,9 mètre en 2005 mais également en Espagne, en Suède ou encore en Suisse.

Sur la même période, le SMSG note toutefois que certains glaciers ne se sont pas autant rétrécis qu'en 2005. C'est le cas par exemple du Chacaltaya en Bolivie, du Place glacier au Canada, de l'Hamtah en Inde ou encore des glaciers Daniels et Yawning aux Etats-Unis. Au final sur les 30 glaciers de référence étudiés par le SMSG, seul un continu à s'épaissir : le glacier Echaurren Norte au Chili.

Les derniers résultats font partie de ce qui semble être une tendance à l'accélération sans fin apparente, explique le professeur Wilfried Haeberli, directeur du SMSG. Pour le professeur Haeberli, il est clair que ces chiffres confirment la tendance à l'accélération de la fonte des glaciers au cours des 25 dernières années. Au cours de la période 1980-1999, la perte moyenne s'élevait à 0,3 mètre par an avec une année record à 0,7 mètre de fonte en 1998. Depuis 2000, ce taux a grimpé à 0,5 mètre par an en moyenne et le record de 1998 a été battu trois fois au cours des six dernières années : 2003, 2004 et 2006. Au final depuis les années 1980, les glaciers ont perdu en moyenne 11,5 mètres d'épaisseur.

Pour Achim Steiner, secrétaire général de l'ONU et directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) la situation est critique : des millions voire des milliards de personnes dépendent directement ou indirectement de ces stockages naturels d'eau pour la production d'eau potable, l'agriculture, l'industrie et la production d'électricité durant une bonne part de l'année, explique-t-il. Les glaciers de l'Himalaya alimentent par exemple les plus grands fleuves indiens comme le Gange, l'Indus ou le Brahmapoutre qui permettent à des millions de personnes de vivre. Un ralentissement du débit des fleuves pourrait avoir des conséquences sanitaires et économiques très graves pour ces populations.

Des risques pèsent également sur les populations des pays industrialisés où l'eau est également un élément majeur pour la santé (fabrication d'eau potable), l'industrie (refroidissement, production d'électricité) et l'agriculture.

Pour Achim Steiner, la fonte des glaciers est la preuve et le signal d'alerte le plus marquant du réchauffement climatique. Le secrétaire général de l'ONU mise donc sur la prochaine réunion de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCUNCC) prévue fin 2009 à Copenhage pour enfin mettre tout le monde d'accord sur l'action à mener pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les gouvernements devront convenir d'un nouveau régime de réduction d'émissions et d'adaptation. Autrement, comme les glaciers, l'opportunité d'agir pourrait tout simplement fondre.

F.ROUSSEL


Dernière édition par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 19:59, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FONTE DES GLACIERS

Message par Joss le Jeu 17 Juil 2008 - 15:28

LE PÔLE NORD LIBÉRÉ DES GLACES EN SEPTEMBRE?

28.06.2008



Au pôle Nord, la banquise fond, les glaces disparaissent.[Reuters]

Le pôle Nord pourrait momentanément être libéré des glaces cet été. Un fait sans précédent dans les temps modernes qui marquerait une nouvelle étape dans le recul de la banquise arctique depuis dix ans sous l'effet du réchauffement climatique.
"Il est très possible qu'il n'y ait plus de glace au pôle Nord à la fin de cet été, ce qui s'explique par le fait que le pôle est désormais recouvert d'une fine couche de glace", a expliqué Mark Serreze, un scientifique du Centre national américain de la neige et de la glace (National Snow and Ice Data Center) à Boulder (Colorado, ouest).

Evaluant cette possibilité à 50%, ce scientifique a jugé "concevable qu'à la mi-septembre des voiliers puissent naviguer d'Alaska au pôle Nord". La fonte des glaces au pôle Nord "s'est déjà produite dans l'histoire de la Terre mais certainement pas dans les temps modernes", a-t-il ajouté.

La fonte s'accélère

"Ce que nous avons observé ces dix dernières années est une vaste réduction des glaces arctiques, notamment ces trois dernières années, et cette tendance de long terme fera qu'il pourrait ne plus y avoir de glace l'été dans l'océan Arctique d'ici 2030 ou autour de cette date", a poursuivi le glaciologue. Il y a quelques années, ce scénario était anticipé entre 2050 et 2100, a-t-il rappelé.

Durant l'été 2007, la fonte des glaces arctiques avait permis d'ouvrir plus longuement le passage du Nord-Ouest, une route maritime qui relie l'Atlantique au Pacifique en passant entre les îles arctiques du grand nord canadien.

Sens symbolique

"D'un point de vue scientifique, le pôle Nord est un point comme un autre sur le globe, mais le fait que la glace puisse y fondre totalement (même brièvement) a un sens symbolique fort dans l'imagination populaire", a relevé Mark Serreze. "Il est difficile d'imaginer le pôle Nord sans glace et n'oubliez pas que le Père Noël y habite", a-t-il plaisanté.

Mais ce phénomène est "juste un autre indicateur de la disparition de la banquise arctique". "Je suis néanmoins surpris" que cela puisse se produire aussi vite."Il y a seulement cinq ans je ne l'aurais même pas imaginé", a encore dit ce scientifique.

agences/kot
TSR.CH


Dernière édition par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 20:04, édité 2 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

FRANCE GLACIER BLANC HAUTES-ALPES

Message par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 11:40

FRANCE GLACIER BLANC HAUTES-ALPES
2012, UNE ANNÉE CATASTROPHIQUE



Un des moyens employés par les spécialistes pour surveiller le glacier est de le photographier chaque année à période équivalente, du même endroit. Ce cliché a été pris en 2001. Le glacier avait déjà à l’époque bien entamé son recul et sa perte de masse. Mais l’année la plus dramatique pour lui a été celle de la canicule, en 2003. Photos : Parc national des Écrins/ Martial BOUVIER

Cliché du même glacier Blanc, mais une décennie plus tard (2012). La fonte et le recul du front du glacier deviennent flagrants. Rien que cette année, le front a reculé de 101 mètres. Un recul qui s’explique par le fait que la langue du glacier s’est désolidarisée de l’ensemble l’été dernier. Faute d’être alimentée en eau par la partie blanche du glacier, elle a semé nombre d’abandons au cours de l’été.



Depuis 10 ans, le glacier Blanc cause bien des inquiétudes à tous ceux qui s’y intéressent. Son recul moyen pendant ce laps de temps se monte à 41 mètres par an. Mais cette année est particulièrement alarmante : il s’est retiré de 101 mètres, et a perdu 1,45 mètre d’épaisseur, soit environ cinq millions de mètres cubes d’eau.

UN RECUL EN TÊTE DE LA LISTE DE TOUS LES GLACIERS DU PARC DES ÉCRINS

Ces chiffres restent moins dramatiques que ceux de l’année 2003 (année de la canicule), mais placent tout de même le glacier Blanc en tête de recul sur la liste de tous ceux du parc national des Écrins : devant le glacier de la Pilatte et celui du Chardon, qui le talonnent, devant aussi celui du Sélé et le glacier Noir, qui sont à peine plus épargnés.

BILAN DE L’ANNÉE : 1,26 M DE GAIN EN HIVER ET 2,58 M DE PERTE EN ÉTÉ

Pour calculer cette perte de masse, Julien Guilloux, cartographe au service scientifique du parc national, et Martial Bouvier, garde moniteur, coordonnent le suivi des glaciers.

Il s’agit d’une part de mesurer la différence entre l’accumulation de glace durant l’hiver (1,26 m au cours de l’hiver 2011-12 grâce à la neige) et l’ablation due à sa fonte en été (2,58 m cet été). Le déficit entre les deux équivaut à la perte de masse.

L’alpiniste qui traverse le glacier évolue depuis cet été à une altitude en surface de la glace inférieure de 1,45 mètre.
Moins 620 mètres en moins de 30 ans

Le recul du front du glacier, qui se mesure sur de longues périodes à partir d’un point fixe, se monte à plus de cent mètres cette année. 620 en moins de 30 ans. Il est tel cette année que le front du glacier n’est plus visible depuis le point de mesure qui avait été choisi par les agents du parc national des Écrins pour faire leurs relevés, en 2007.

Ces mêmes agents estiment que le front du glacier Blanc se trouvait au pré de Madame Carle en 1815, il y a environ 200 ans. L’accès à ce front est aujourd’hui chaotique.

POUR UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION DE L’ÉVOLUTION DE LA GLACE

Pour comprendre l’accélération de ce phénomène, il y a le changement climatique : moins de neige sur des hivers souvent plus courts, et des étés particulièrement chauds.

Il y a surtout la perte du bout de la langue frontale durant l’été 2011. Protégée jusqu’ici par les rochers, son détachement accélère considérablement sa disparition. Elle n’est plus alimentée en eau par la partie banche du glacier, et sème des abandons.

À l’échelle mondiale, la collecte de ces chiffres permet de contribuer à une meilleure compréhension de l’évolution des masses glacées, et à l’impact du réchauffement climatique.

Pour notre région, c’est avant tout le changement de tout un écosystème à craindre, et de profondes modifications dans les paysages.

http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2012/11/26/2012-une-annee-catastrophique-pour-le-glacier-blanc?image=2D19D9A3-853C-499B-803E-F95061A8BD03#jimage=2D19D9A3-853C-499B-803E-F95061A8BD03

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

SUISSE GLACIER DE MORTERATSCH BÂCHÉ

Message par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 12:10

SUISSE GLACIER DE MORTERATSCH BÂCHÉ



LE GLACIER SUISSE DE MORTERATSCH, TÉMOIN DU RÉCHAUFFEMENT

La conférence sur le climat de Stockholm est une occasion de rappeler qu'entre 2000 et 2010, les glaciers alpins ont perdu en moyenne plus d'un mètre d'épaisseur chaque année. Les randonneurs du glacier suisse de Morteratsch peuvent en témoigner.

http://www.bfmtv.com/planete/suisse-glacier-morteratsch-temoin-changement-climatique-609390.html


Réchauffement climatique, les scientifiques suisses entreprennent tous les étés d’emballer leurs glaciers dans des bâches isolantes

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LA FONTE DES GLACIERS DE L’HIMALAYA MESURÉE PAR DES EXPERTS

Message par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 12:48

LA FONTE DES GLACIERS DE L’HIMALAYA MESURÉE PAR DES EXPERTS

5 DÉCEMBRE 2011

De nouvelles études scientifiques sur la fonte des glaciers de l’Himalaya révèlent l’impact du changement climatique dans cette région et la menace potentielle qui pèse sur 1,3 milliard d’habitants. Selon ces études publiées dans trois rapports du Centre international pour le développement intégré en montagne (Icimod), basé à Katmandou, la capitale népalaise, les glaciers ont reculé de 21% au Népal et de 22% au Bhoutan au cours des trente dernières années.


Ces découvertes, dévoilées dimanche à la conférence sur le climat à Durban, apportent la première confirmation officielle de la fonte des glaciers, après plusieurs déclarations empiriques. Elles font aussi suite à une annonce erronée du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) qui avait indiqué en 2007 que les glaciers de l’Himalaya reculaient plus vite que les autres.

À l’issue du projet de recherche financé par la Suède et mené par l’Icimod pendant trois ans, les experts ont découvert que les dix glaciers objets de leurs études étaient tous en train de fondre, à une vitesse s’accélérant entre 2002 et 2005. Les 54000 glaciers de l’Himalaya alimentent en eau les huit plus grands fleuves d’Asie, dont cinq d’entre eux – l’Indus, le Gange, le Brahmapoutre, le Yangtze et le fleuve Jaune – sont susceptibles d’être touchés par le stress hydrique dans les prochaines décennies, avec des conséquences potentielles pour 1,3 milliard de personnes.

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-fonte-des-glaciers-de-l-Himalaya-mesuree-par-des-experts-_NG_-2011-12-05-743742

INDE Nord FONTE GLACIERS HIMALAYA


Dernière édition par Joss le Lun 30 Sep 2013 - 11:36, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ARCTIQUE

Message par Joss le Sam 28 Sep 2013 - 19:43

ARCTIQUE :  DIMINUTION DRASTIQUE DE LA BANQUISE
SEPTEMBRE 2012


La NOAA américaine (NATIONAL OCEANIC AND ATMOSPHERIC ADMINISTRATION) a publié ce mardi des clichés montrant la diminution drastique de la banquise de l'Arctique.
http://fr.euronews.com/
ARCTIQUE :  LA RUSSIE ÉVACUE D'URGENCE SA STATION POLAIRE INSTALLÉE SUR LA BANQUISE DU PÔLE NORD, EN RAISON DE LA FONTE ANORMALE DES GLACES
23 MAI 2013


La RUSSIE va évacuer d'urgence sa station polaire installée sur la banquise du PÔLE NORD, en raison de la fonte anormale des glaces, a annoncé jeudi le MINISTÈRE RUSSE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L'ÉCOLOGIE

Le ministre des Ressources naturelles et de l'Écologie, SERGUEÏ DONSKOÏ, a ordonné d'élaborer en trois jours un plan d'évacuation de la station polaire scientifique SEVERNY POLIOUS 40» où se trouvent actuellement 16 personnes, indique le communiqué.

Cette décision s'explique par «un développement anormal de processus naturels dans le bassin Arctique qui a abouti à la destruction des champs de glaces autour de la station», selon la même source.

«La glace se crevasse. Des fissures sont apparues sur la banquise», a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère.

La destruction des glaces «menace non seulement la poursuite des activités de la station et la vie de son personnel, mais aussi l'environnement dans la zone de sa dérive, située non loin de la zone économique du CANADA», souligne le communiqué.

L'éventuel recours à un brise-glace afin de déplacer la station sur la Terre du Nord, un archipel russe dans l'océan Arctique, doit notamment être étudié, ajoute-t-il.

SEVERNY POLIOUS 40, la quarantième station polaire russe déployée dans cette région depuis le début de la conquête de l'Arctique par l'URSS en 1937, a été ouverte en octobre 2012 afin notamment de surveiller l'environnement de l'océan Arctique et d'effectuer des observations météorologiques.
LE PÔLE NORD EST DEVENU... UN LAC
26-07-2013

ENVIRONNEMENT - Après avoir enregistré d'importantes chutes de neige cet hiver, le pôle Nord a connu une hausse de température telle que la glace entourant le point le plus septentrional de la planète a fondu, créant un petit lac.




Entre le 30 juin et le 25 juillet, le pôle Nord a vu ses températures grimper au point que la glace et la neige présentes au point le plus septentrional de la planète Terre ont fondu, créant un petit lac. Le site hongrois 444, dont l'info est relayée par Gizmodo.com, a créé un Gif - une image animée -, à partir des photos prises à intervalle régulier par le site North Pole Environmental Observatory.

Un mois de juillet particulièrement "chaud"

Ainsi, le 13 juillet dernier, la température a été de 1 à 3 °C plus élevée que la moyenne et le mois est globalement plus chaud que d'habitude. Après d'importantes chutes de neige en avril, la température de l'Arctique s'est rapidement élevée dès le mois de juin et continue depuis, sa progression. Il fait actuellement un petit peu plus de 0 °C au point le plus au nord de la Terre.

Pas d'alarmisme pour autant : ce n'est pas la première fois que la glace fond au pôle Nord et la température a déjà été plus élevée sur la région. Cependant, le réchauffement climatique n'est sans doute pas totalement étranger à ce phénomène.

http://www.metronews.fr/info/photos-le-pole-nord-est-devenu-un-lac/mmgz!18kSAOez6Fk6/
2013 CHALEUR ET ALERTE AUX INCENDIES DE FORÊTS EN LAPONIE



Si le froid et les pluies font la une de l'actualité en France, c'est au contraire la persistance d'un temps sec et chaud qui étonne sur le nord de la Scandinavie où la température atteint facilement les 25°C depuis une quinzaine de jours.

Cette situation s'explique par la présence d'un puissant anticyclone sur le nord de la Scandinavie. Cet anticyclone, alimenté en air doux venu de Russie (il a fait 28°C à Moscou), a fait monter le thermomètre à un niveau record au niveau du cercle polaire arctique avec près de 30°C relevés entre le centre de la Norvège, le nord de la Suède jusqu'aux confins de la Russie.

Des valeurs supérieures de 10°C aux moyennes saisonnières

Ainsi à Tanabru, Kevo ou bien encore Nyrud (Norvège), on relevé 30°C hier après-midi et de 28 à 29°C à Verkhové (Finlande), 29°C à Gartalnd (Norvège), Padun et Mourmansk (Russie). Ces températures sont exceptionnellement élevées à ces latitudes très septentrionales fin mai.

http://actualite.meteoconsult.fr/actualite/meteo/chaleur-exceptionnelle-en-laponie--30-c-mesures--_21146_2013-05-31.php
RECORD DE CHALEUR AU GROENLAND AVEC 25,9°

Samedi 3 août 2013



L'Institut danois météorologique a enregistré mardi une température de 25,9° dans la station de Maniitsoq (côte sud-ouest) au Groenland. Il s'agit de la plus importante température jamais mesurée depuis les premières observations pratiquées dans cette partie du globe en 1958, lit-on jeudi dans le Washington Post.

L'Institut météorologique explique cette forte température par des vents de sud-est canalisés par un flux entre une large zone de haute pression sur le Groënland continental et des basses pressions sur la terre de Baffin à l'ouest. Cette chaleur peut aussi avoir été renforcée par le phénomène météorologique du Foehn.

Pour les météorologues danois, cette chaleur n'était pas "exceptionnelle en soi" mais s'inscrit dans un schéma à long terme de réchauffement climatique.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2625/Planete/article/detail/1679681/2013/08/01/Record-de-chaleur-au-Groenland-avec-25-9.dhtml
POUR LA PREMIÈRE FOIS, UN CARGO CHINOIS EN ROUTE VERS L'EUROPE TRAVERSE L'ARCTIQUE


Pour la première fois, un navire marchand chinois est en route vers l'Europe par un raccourci polaire, grâce à la fonte des glaces dans l'Arctique. Ce navire, appartenant au géant chinois du fret maritime Cosco, a quitté jeudi 8 août son port de Dalian, dans le nord-est du pays, et devrait atteindre l'Europe en trente-trois jours en empruntant le passage du Nord-Est, qui longe les côtes septentrionales de la Sibérie, selon le quotidien China Daily.

Ce cargo doit franchir le détroit de Béring le 25 août, avant de commencer sa traversée de l'océan Arctique, cette route maritime du Nord-Est n'étant praticable que l'été, précise le journal.

LE RACCOURCI POLAIRE PROFITE À PÉKIN

La Chine, premier exportateur mondial, porte un grand intérêt à cette nouvelle route maritime, qui lui permet d'éviter les délais du canal de Suez et de réduire de plusieurs milliers de kilomètres ses trajets vers l'Europe, son premier partenaire commercial.

Environ 90 % des échanges commerciaux de la Chine passent par la mer. Pékin espère que le raccourci polaire sera également bénéfique au développement de ses ports du nord-est du pays.

La route maritime du Nord-Est, sur laquelle la Russie facilite la navigation en imposant la location de ses brise-glaces, devrait jouer un rôle croissant dans les échanges internationaux.[...............]

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/08/10/pour-la-premiere-fois-un-cargo-chinois-en-route-vers-l-europe-traverse-l-arctique_3459938_3216.html
TRANSPORTS PREMIÈRE POUR UN NAVIRE FRANÇAIS LA CROISIÈRE S’AMUSE… DANS L’ARCTIQUE



Un navire de croisière français va emprunter pour la première fois, fin août, le mythique passage du Nord-Ouest dans l’Arctique reliant l’Europe à l’Asie.
La luxueuse croisière, organisée par la compagnie du Ponant, partira le 26 août de Kangerlussuaq, au Groenland, pour arriver 21 jours plus tard à Anadyr, en Russie.

Loin des routes fréquentées, le Soléal reliera donc l’Europe à l’Asie via le Pôle Nord, une voie maritime qu’il est désormais possible d’emprunter pendant quelques semaines en été en raison de la fonte des glaces. Les quelque 215 passagers qui seront à bord auront ainsi la chance de revivre les expéditions qui, dès le 15e siècle, ont cherché à relier l’Atlantique au Pacifique en passant entre les îles arctiques du grand nord canadien. Le navire suivra la route historique empruntée par Roald Amundsen, cet explorateur norvégien qui fut le premier à ouvrir le passage en 1905, au terme de trois années d’une lente et périlleuse progression.

La navigation dans cette zone est en effet difficile, à cause des hauts fonds, des courants, de la glace dérivante…

Le Soléal, navire flambant neuf de 142 mètres de long et 18 de large, sera équipé d’un système utilisant la propulsion pour le maintenir en position de mouillage sans utiliser l’ancre et ainsi protéger les fonds marins, ainsi que d’un sonar lui permettant de détecter les mammifères marins, ce qui évite le risque de collisions.

La Compagnie du Ponant est le seul armateur français à posséder trois navires proposant des croisières polaires

http://www.vosgesmatin.fr/actualite/2013/08/16/la-croisiere-s-amuse-dans-l-arctique


Dernière édition par Joss le Mar 15 Oct 2013 - 7:52, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LE MONT-BLANC A PERDU 42 CENTIMÈTRES EN DEUX ANS

Message par Joss le Ven 11 Oct 2013 - 20:51

LE MONT-BLANC A PERDU 42 CENTIMÈTRES EN DEUX ANS

10 OCTOBRE 2013

L'altitude du point culminant d'Europe occidentale a été revue à la baisse par l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN).


Le vénérable Mont-Blanc a perdu un peu de sa superbe. L'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) vient de confirmer que le toit de l'Europe avait perdu une quarantaine de centimètres, 42 pour être précis, depuis 2011. Le plus haut sommet d'Europe occidentale ne culmine donc plus qu'à 4810,02 mètres. Le 14 septembre, l'ordre des géomètres-experts, qui mène une campagne de mesures bisannuelle depuis 2001, avait déjà constaté cette légère baisse en estimant à 4810,06 mètres l'altitude du point culminant des Alpes.

Que les amoureux de la montagne se rassurent: le célèbre mont ne s'est ni érodé ni affaissé. Son altitude varie simplement au gré du vent et des précipitations. Plus ces dernières sont fortes et le vent faible, et plus la neige s'accumule en altitude, faisant grossir la calotte glaciaire qui recouvre le pic rocheux (culminant lui à 4792 mètres). En 2011, lors de la dernière campagne de mesures des géomètres-experts de Haute-Savoie, le sommet culminait à 4810,44 mètres. Le Mont-Blanc est ainsi passé de 4808 mètres en 2003 à près de 4811 mètres en 2007. Il n'est pas redescendu sous la barre des 4810 mètres depuis la campagne menée en 2005, où il avait été mesuré à 4808,75 mètres.

La mesure de l'IGN est néanmoins la seule à faire foi. Elle «est obtenue par un calcul relatif basé sur une dizaine de stations GPS de l'IGN (...) situées à moins de 200 km du Mont Blanc, qui enregistrent des mesures 24 heures sur 24», explique l'institut dans un communiqué. «Le calcul est affiné grâce aux données ultra précises sur les orbites des satellites GPS fournies par l'IGS» (communauté d'organismes exploitant les données GPS). (...) Enfin, l'altitude exacte du point culminant de la chaîne des Alpes est donnée grâce à un programme développé à l'IGN à partir d'un logiciel de l'université de Berne (Suisse), un des rares logiciels scientifiques permettant d'atteindre une précision centimétrique en toutes circonstances», précise-t-il.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/10/10/01008-20131010ARTFIG00551-le-mont-blanc-a-perdu-42-centimetres-en-deux-ans.php

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

FONTE DES GLACIERS DU CHILI

Message par Joss le Dim 13 Oct 2013 - 12:22



SEBASTIÃO SALGADO FONTE DES GLACIERS DU CHILI
CE SOIR OÙ JAMAIS 11.10.2013
113 glaciers chiliens, la troisième plus grande masse de glaciers au monde fondent à une vitesse incroyable. La fonte totale de ces glaciers ferait monter le niveau de la mer entre 0,80cm et 1m

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LE PLUS VASTE GLACIER DE L'ANTARCTIQUE ORIENTAL A COMMENCÉ À

Message par Joss le Lun 26 Jan 2015 - 22:05

LE PLUS VASTE GLACIER DE L'ANTARCTIQUE ORIENTAL A COMMENCÉ À FONDRE

26 JANVIER 2015 TF1

Sa disparition pourrait entraîner une hausse de six mètres du niveau des mers. Le glacier Totten a commencé à fondre. Les scientifiques pensaient, jusqu'alors, qu'il était épargné par les courants chauds.

C'est le plus grand glacier de l'ANTARTIQUE  oriental. Sa disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du  niveau des mers. Le glacier Totten est en train de fondre à cause du réchauffement de l'océan,  ont déclaré lundi des scientifiques australiens. Ce glacier fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de  large. Il était jusque là considéré comme étant situé dans une zone épargnée par  les courants chauds, où la glace est donc très stable et peu sujette aux  variations. De retour d'une expédition sur place, des scientifiques australiens ont  cependant indiqué que l'eau autour du glacier s'était avérée plus chaude  qu'attendue et que le glacier risquait de fondre par en dessous.

"Nous savions grâce à des données satellitaires que le glacier perdait de l'épaisseur mais nous ignorions pourquoi", a déclaré à l'AFP Steve Rintoul,  chef de l'expédition.

UNE ZONE PLUS VULNÉRABLE QU'ON NE LE PENSAIT

La température des eaux autour du glacier étaient environ 1,5 degré plus  élevée que dans dans d'autres zones explorées à l'occasion de ce séjour dans l'Antarctique pendant l'été austral, a-t-il ajouté. "Le fait que des eaux chaudes puissent atteindre ce glacier témoigne que  l'Est Antarctique est potentiellement plus vulnérable à l'impact du  réchauffement global qu'on ne le pensait jusqu'alors". Le glacier Totten ne va pas fondre du jour au lendemain et provoquer une  montée brutale du niveau des mers, a dit le chercheur. Mais il a souligné que  cette découverte était importante pour mieux cerner l'impact du changement de  la température de l'océan sur la couverture glaciaire. Le rythme de la fonte des glaciers dans la zone de l'Antarctique la plus  exposée à ce phénomène a triplé au cours de la dernière décennie, selon une  étude publiée le mois dernier et portant sur les 21 dernières années.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FONTE DES GLACIERS

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum