MARTHE ET MARIE

LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Ven 5 Oct 2007 - 17:57

Joss a écrit:
SARKOSY ne nous prepare-t-il pas a la meme chose quand il dit aux ecoliers
Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose.
[lettre de Guy Mocquet]

Voui. On se demande pourquoi il faut lire ça aux écoliers, et pourquoi il fallait le lire aux rugbymen. Le rapport entre le rugby et la guerre ? Entre l'école et la mort de Guy Môquet ? Décidément, il continue à répandre la confusion partout. C'est une manie.
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Christop le Ven 5 Oct 2007 - 20:35

Il l'a fait lire aux rugbymans ? Rire
avatar
Christop
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Sam 6 Oct 2007 - 8:42

Christophe a écrit:Il l'a fait lire aux rugbymans ? Rire

Oui, et du coup ils ont perdu leur match. C'est très émotif, un rugbyman. :gnark: Ceci dit, je constate que les Français ont toujours de bonnes excuses pour expliquer pourquoi ils font de mauvaises performances sportives. laughing

Mais bon, je ne vois pas le rapport entre Guy Môquet et un match de rugby, ni l'intérêt de lire ça aux jeunes. scratch

port\'nawak

En fait, je trouve qu'il fait beaucoup de bruit, le petit grand Schtoumpf...
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Lun 22 Oct 2007 - 19:17

Israël avertit que la IIIe Guerre mondiale peut être biblique : guerre de Gog et Magog

George W. Bush a déclaré qu'un Iran nucléaire signifierait la IIIe Guerre Mondiale.

Channel 2 et Channel 10 TV ont montré la carte du monde, l'esquisse de base de l'alignement des deux axes dans une guerre mondiale à venir, d'une manière évoquant les associations de Gog et Magog, prophétie pour de nombreux téléspectateurs. La prophétie de Gog et Magog se réfère à une grande guerre mondiale centrée sur la Terre Sainte et Jérusalem, et apparaît pour la première fois dans le livre de Yehezkel (Ézéchiel).

D'un côté, Israël, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne. De l'autre, l'Iran, la Russie, la Chine, la Syrie et la Corée du Nord.

"Si l'Iran avait l'arme nucléaire, ce serait une dangereuse menace pour la paix dans le monde", a dit Bush. "Je prends la menace de l'Iran avec une arme nucléaire très au sérieux."

Le Président russe Vladimir Poutine s'est rendu en Iran claqué mardi :
"Non seulement nous rejetons l'usage de la force, mais aussi la mention de la force comme une possibilité", at-il déclaré.

La Russie a droit de veto dans le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le président russe affirme qu'il n'ya aucune preuve Iran poursuit l'arme nucléaire plutôt qu'un programme d'énergie nucléaire à des fins pacifiques.

Le ministre israélien des affaires étrangères Tzipi Livni a appelé à une nouvelle résolution du Conseil de sécurité contre l'Iran, lors d'une conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec la Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice mercredi. "Je crois qu'il y a besoin d'une autre résolution du Conseil de sécurité", at-elle déclaré aux journalistes. "Dans le passé, la nécessité de mettre tout le monde d'accord, y compris la Russie et la Chine - ont conduit à certains compromis sur la nature des sanctions. J'espère que ce ne sera pas le cas cette fois-ci. "

Le Premier ministre Ehud Olmert a annoncé mercredi un soudain voyage à Moscou jeudi matin, où il s'entretiendra avec Poutine au sujet de l'Iran. Autres sujet de discussion : Russie aurait continué fourniture d'armes à la Syrie, qui ont ensuite fait leur chemin dans les mains de divers groupes terroristes basés là aussi.
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Lun 22 Oct 2007 - 21:50

références de l'article STP ? affraid

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Mar 23 Oct 2007 - 14:09

www.IsraelNationalNews.com
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mar 23 Oct 2007 - 17:23

Ca me rend triste

Le pape et les 200 religieux s'inquiètent à juste titre de l'évolution inquiétante dans le monde et en Europe (ya qu'à voir l'ADN français et le mouton noir suisse, ces jours-ci).... comme s'est inquiété Sebastien FATH (fil "politique et Dieu")

La lutte pour survivre avec le réchauffement climatique va devenir âpre. On se battra pour le pétrole. On se battra pour l'eau. On se battra pour trouver fruits et légumes......bref pour survivre

Quand les hommes veulent s'accaparer les biens des autres, ils cherchent toujours des alibis. L'alibi sera de plus en plus Dieu et les peuples qu'on identifiera à une religion.....et personne n'est à l'abri de la peur qui engendre la haine....

Un protestant evangelique : Sebastien FATH a fait une émission très courageuse sur la montée des fondamentalismes et leurs dangers sur PRESENCE PROTESTANTE
"LA POLITIQUE ET DIEU" mais son émission semble avoir assez peu d'echos et se confirme par l'article ci-dessus et le fil qu'a ouvert CECILE LA

sad

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mar 23 Oct 2007 - 18:10

Souricette a écrit:

D'un côté, Israël, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne. De l'autre, l'Iran, la Russie, la Chine, la Syrie et la Corée du Nord.

Je vois que grace à NICOLAS, la France GOG, fait partie de l'axe du bien selon Georges et Ehud



Condoleezza Rice mercredi. "Je crois qu'il y a besoin d'une autre résolution du Conseil de sécurité", at-elle déclaré aux journalistes. "Dans le passé, la nécessité de mettre tout le monde d'accord, y compris la Russie et la Chine - ont conduit à certains compromis sur la nature des sanctions. J'espère que ce ne sera pas le cas cette fois-ci. "

et que Condoleezza se passera de tous les avis pour décider la guerre avec l'IRAN gene

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mer 31 Oct 2007 - 17:55

52% des Américains pour des frappes contre l'Iran

Alors que la Maison Blanche continue d'accuser l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire, un sondage publié lundi révèle que plus de la moitié des Américains (52%) sont favorables à des frappes contre l'Iran pour empêcher ce pays de fabriquer une bombe nucléaire. Quelque 53% des personnes interrogées pensent même que ces frappes pourraient se dérouler avant l'élection présidentielle américaine. Seuls 29% des Américains estiment que les Etats-Unis ne devraient pas attaquer l'Iran.

L'administration Bush a récemment haussé le ton contre Téhéran. Le président George W. Bush a agité le spectre d'une Troisième Guerre mondiale si l'Iran avait la bombe atomique et le vice-président Dick Cheney a menacé Téhéran de "graves conséquences" si l'Iran ne renonçait pas à son programme d'enrichissement d'uranium.

Interrogés pour savoir quel candidat à la présidence serait le plus capable de traiter avec l'Iran, 21% des Américains répondent Hillary Clinton, 15% le républicain Rudolph Giuliani et 14% le sénateur républicain de l'Arizona John McCain. Rappelons que selon un sondage ABC News, en août 2002, 69% des Américains étaient favorables à une intervention militaire en Irak pour renverser Saddam Hussein. Quatre ans et demi plus tard, en février 2007, 64% estimaient que la guerre n'aurait pas dû être menée.

(D'après agence)

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Christop le Jeu 1 Nov 2007 - 10:01

En démocratie, l'opinion publique est fabriquée par les médias (liés aux puissances financières) pour légitimer les actions politiques qui servent les intérêts de ces mêmes puissances financières...
avatar
Christop
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Ven 2 Nov 2007 - 17:47

La France, par exemple, n'a plus aucune souveraineté, et la pseudo-démocratie dissimule le vrai pouvoir, qui vient de l'extérieur : Union européenne, multinationales, finance internationale, etc.


Dernière édition par le Ven 2 Nov 2007 - 18:30, édité 2 fois
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par LaDague le Ven 2 Nov 2007 - 18:22

Ils vont encore allez massacrer des innocents, et j'ai la forte intuition que Sarkozy va entraîner les français à participer à cette horreur ! Ils ont commencés à fermés les portes dans les secteur de la recherche à certains émigrés étudiants d'origines "arabes" à tout ce qui touche produits toxiques, chimie. C'est à dire certains étudiants vont devoir retourner dans leurs pays.... et voir leurs études en cours s'arrêter. De même s'interroger sur l'utilité réelle de la prolongation de certaines mises à la retraite... Effectivement pendant une guerre qu'on penseras durée il faut bien que le pays tournes.
avatar
LaDague
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Souricet le Ven 2 Nov 2007 - 18:31

Et la guerre coûtera bien plus cher à la France que les dépenses de santé...
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

avatar
LaDague
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mar 6 Nov 2007 - 19:20

6 sept. 2007
France
DIPLOMATIE • Sur l’Iran, Sarkozy se trompe

En brandissant la menace au lieu de prôner la négociation, le président français a fait un faux pas, estime l’éditorialiste du New York Times. Et a dangereusement servi les intérêts des faucons américains.

Le président français Nicolas Sarkozy a fait le mauvais geste au mauvais moment en évoquant la possibilité, dans son premier grand discours de politique étrangère, le 27 août, d’un recours à la force contre le programme d’armement nucléaire de l’Iran. C’est par le biais de négociations approfondies et de pressions économiques accrues, et non par la menace d’une action militaire, que les Etats-Unis et leurs alliés doivent chercher à dissiper les graves dangers que l’Iran fait courir au monde.

M. Sarkozy, pour qui il était jusque-là exclu que la France se joigne à une action militaire américaine contre l’Iran, ne s’est pas exactement prononcé en faveur d’une attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Mais il a affirmé qu’un Iran doté de l’arme nucléaire était “inacceptable” et réaffirmé son soutien à la campagne diplomatique menée par les Etats-Unis, la France et d’autres puissances mondiales.
Cette campagne repose sur un marché que Téhéran a toujours rejeté : l’application des sanctions décidées par l’ONU ou – si l’Iran cessait d’enrichir l’uranium – l’offre d’importants avantages politiques et économiques.

On frémit en pensant que les commentaires de M. Sarkozy reflètent peut-être sa compréhension de l’orientation actuelle de la politique américaine. Beaucoup plus proche de Washington que son prédécesseur, il a rencontré le président Bush pendant ses vacances dans le Maine. Son discours, qui reflète son style direct et sans nuances, sera interprété comme une mise en garde adressée à Téhéran et aux pays récalcitrants devant un renforcement des sanctions imposées à l’Iran pour ses ambitions nucléaires. Le message : si la voie diplomatique échoue, soit l’Iran se dotera d’armes nucléaires, soit une action militaire l’en empêchera. Le 29 août, M. Bush a pris le relais en déclarant que la menace nucléaire iranienne justifiait le maintien des troupes américaines en Irak.

Des discours aussi directs que celui de M. Sarkozy risquent d’avoir des effets contraires en Iran, en attisant les sentiments nationalistes au bénéfice de partisans de la ligne dure tels que le président Mahmoud Ahmadinejad, qui tient tête à l’Occident et se refuse à tout compromis. Ils risquent également d’être interprétés par les faucons du gouvernement Bush comme le signe d’une adhésion accrue de l’Europe à l’option militaire. La France, qui s’est montrée farouchement partisane de la voie diplomatique, doit poursuivre sur cette lancée. M. Sarkozy ne devrait pas donner d’excuses à M. Bush pour abandonner cette option.

Les chances de convaincre Téhéran de renoncer aux armes nucléaires sont peut-être minces, mais la communauté internationale a toujours le recours de renforcer ses sanctions. Ces dernières années, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont formidablement avancé dans la formation d’un consensus international contre le programme d’armement nucléaire de l’Iran. Cependant, pour que ce consensus débouche sur des sanctions efficaces, le Conseil de sécurité des Nations unies doit rester uni.

L’accord que Téhéran a conclu au mois d’août avec les inspecteurs de l’ONU pour répondre aux questions posées par son programme nucléaire n’est qu’un nouveau simulacre. La Chine et la Russie, qui font le plus d’obstruction au sein du Conseil de sécurité, invoqueront cet accord pour s’opposer à un renforcement des sanctions. Les Etats-Unis et leurs alliés doivent faire preuve d’ingéniosité pour proposer les sanctions les plus sévères possible. L’heure est à une diplomatie énergique, pas aux menaces.

The New York Times



Ils ont misé sur le mauvais cheval. Les vrais problèmes viendront d'ailleurs.....: du Pakistan !

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mar 4 Déc 2007 - 18:41

4 déc. 2007

NUCLÉAIRE IRANIEN • Bush contredit par ses services secrets

Selon la direction nationale du renseignement, l'Iran a gelé son programme nucléaire militaire depuis 2003. Une analyse qui n'empêche pas le président américain d'adopter un ton alarmiste, constate le Washington Post.



En mettant en garde, cet automne, contre le risque de troisième guerre mondiale que représenterait un Iran doté d'armes nucléaires, le président Bush a alarmé le monde entier. Mais il a lancé ce sévère avertissement au moins un mois, voire deux, après qu'il eut pris connaissance de l'existence d'indices d'une suspension effective du programme nucléaire militaire iranien. Le nouveau rapport de la direction nationale du renseignement – qui regroupe les seize agences d'espionnage américaines –, rendu public le 3 décembre, non seulement dément le discours alarmiste du gouvernement sur les ambitions nucléaires de Téhéran, mais pourrait saper les efforts de Bush visant à obtenir la prise de nouvelles sanctions internationales contre l'Iran. Enfin, le nouveau rapport pourrait bien rendre impossible toute action militaire préventive avant le départ de Bush de la Maison-Blanche.

L'Iran est devenu le sujet central de la politique étrangère américaine de la fin de mandat de Bush et de la campagne électorale pour désigner son successeur. Dirigeants américains et étrangers doivent maintenant revoir ce qu'ils pensaient savoir des intentions et des capacités de Téhéran. A Washington, certains se sont emparés du rapport pour fustiger ce que le candidat démocrate à la présidence John Edwards a appelé "l'empressement de George Bush et de Dick Cheney à entrer en guerre avec l'Iran". Mais la Maison-Blanche, de son côté, a affirmé que le rapport venait étayer ses craintes en confirmant que l'Iran avait effectivement entamé un programme d'armes nucléaires avant d'y mettre un terme en 2003 sous la pression diplomatique exercée par les Etats-Unis. "Tout compte fait, le rapport apporte une bonne nouvelle", a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Stephen Hadley. "D'un côté, il nous donne raison, pour nous être inquiétés de la volonté de Téhéran de mettre au point des armes nucléaires. De l'autre, il nous conforte dans nos efforts pour empêcher cette éventualité, puisque, grâce à nous, des progrès ont été effectué dans ce sens". Le rapport emploie un langage qui permet au gouvernement américain de crier victoire, notent certains analystes. L'information sur l'arrêt du programme d'armement nucléaire iranien est "sensationnelle", estime Paul Pillar, un ancien haut responsable de la CIA, qui s'est montré critique envers Bush durant la période précédant la guerre avec l'Irak, mais "le président peut prétendre que l'Iran s'y est résolu durant son mandat et que cela représente un succès pour lui. Et il a de bonnes raisons de le faire".

Il n'empêche, le gouvernement avait compris à quel point les nouvelles conclusions du rapport pouvaient se révéler explosives, et il s'est évertué à les garder secrètes. Selon Stephen Hadley, Bush a été informé pour la première fois au mois d'août ou au mois de septembre que les agences de renseignement estimaient que l'Iran avait suspendu son programme nucléaire militaire, mais il a également été informé qu'il fallait encore un peu de temps pour analyser la situation. Le vice-président Dick Cheney, Stephen Hadley et d'autres hauts responsables ont quant à eux été mis au courant il y a deux semaines. Les services de renseignement ont finalement formalisé leurs conclusions le 3 décembre avant de les soumettre au président.

A Washington, des modérés craignent que le nouveau rapport, comme d'autres avant lui, ne fasse l'objet d'une interprétation biaisée. Pour le député démocrate de Californie Brad Sherman, président du sous-comité sur la non-prolifération nucléaire de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, le fait que l'Iran continue d'enrichir de l'uranium reste préoccupant, et n'a rien à voir avec les services de renseignement américains, parce que Téhéran ne s'en est jamais caché. Le vrai enseignement à tirer du rapport, selon lui, est la nécessité de rééquilibrer la politique américaine en recourant davantage aux leviers diplomatiques et économiques. "C'est la validation de la voie du milieu, entre aller se coucher… et la stratégie du 'bombardons-les tout de suite'."

Peter Baker et Robin Wright
The Washington Post



Raté pour la busherie. Nous n'irons pas zen guerre ! :ouf:

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mar 18 Déc 2007 - 17:22

Avnery : Comment ils nous ont volé La Bombe



Une vraie catastrophe : l’ensemble des services de renseignement américains, comprenant seize agences différentes, ont abouti à une conclusion unanime : dès 2003, les Iraniens ont cessé leurs travaux pour produire une bombe nucléaire, et, depuis lors, ils ne les ont pas repris.

Par Uri Avnery, Gush Shalom, 9 décembre 2007


C’ÉTAIT comme si une bombe atomique était tombée sur Israël.

La terre trembla. Nos dirigeants politiques et militaires furent tous sous le choc. Les gros titres étaient rageurs.

Que se passait-il ?

Une vraie catastrophe : l’ensemble des services de renseignement américains, comprenant seize agences différentes, ont abouti à une conclusion unanime : dès 2003, les Iraniens ont cessé leurs travaux pour produire une bombe nucléaire, et, depuis lors, ils ne les ont pas repris. Même s’ils viennent à changer d’idée, il leur faudra au moins cinq ans pour atteindre leur objectif.

NE DEVRIONS-NOUS pas être ravis ? Les masses en Israël ne devraient-elles pas danser dans les rues, comme elles l’ont fait le 29 novembre 1947, il y a 60 ans ? Après tout, nous nous en sommes bien sortis !

Jusqu’à cette semaine, on nous a régulièrement seriné que, d’une minute à l’autre, les Iraniens produiront une bombe qui menace notre existence même. Rien de moins. Mahmoud Ahmadinejad, le nouvel Hitler du Moyen-Orient, qui annonce tous les deux jours qu’Israël doit disparaître de la carte, était sur le point de réaliser sa prophétie.

Une petite bombe nucléaire, et même une minuscule petite bombe comme celles larguées sur le Japon suffirait pour balayer l’ensemble de l’entreprise sioniste. Si elle tombait sur la place Rabin à Tel Aviv, le centre économique, culturel et militaire d’Israël serait vaporisé, ainsi que des centaines de milliers de Juifs. Un second Holocauste.

Et alors soudain - pas de bombe et pas de menace imminente. Le méchant Ahmadinejad peut nous menacer autant qu’il veut - il n’a pas les moyens de nous faire du mal. N’est-ce pas une raison de faire la fête ?

Alors pourquoi est-ce ressenti comme un désastre national ?

UN PSYCHOLOGUE de pacotille (comme moi) dirait : les Juifs se sont habitués à l’angoisse. Après des centaines d’années de persécution, d’expulsions, d’inquisition, de pogroms qui ont abouti à l’Holocauste, nous avons des petits feux rouges dans nos têtes, qui s’allument au moindre signe de danger. Dans une telle situation, nous sommes à l’aise. Nous savons que faire.

Mais quand les feux restent éteints et qu’aucun danger n’apparait à l’horizon, nous le ressentons comme quelque chose de suspect. Quelque chose ne va pas. Peut-être que les feux ne fonctionnent pas. C’est peut-être un piège !

Une petite consolation dans cette nouvelle situation. Alors qu’il semble que le danger immédiat d’annihilation a disparu, nous avons le sentiment que nous sommes seuls, seuls de nouveau en face de nous-mêmes.

Cela est un autre signe de l’exception juive : nous sommes seuls face au monde entier. Comme à la période de l’Holocauste, tous les goys nous abandonnent. Face au monstre iranien qui menace de nous dévorer, nous restons maintenant seuls.

Tous nos médias le répètent à l’unisson, comme un orchestre qui n’a pas besoin de chef car ils connaissent la partition par cœur.

Certes, d’autres peuples, aussi, peuvent ressentir de la satisfaction à se retrouver seuls. Est gravée dans ma mémoire une affiche britannique qui était collée sur nos murs en Palestine dans les jours sombres après la défaite de la France face aux nazis, tandis que la Grande-Bretagne restait seule dans la guerre. Sous le visage sombre de Winston Churchill le slogan proclamait fièrement : " Très bien donc, tout seuls !"

Mais avec nous c’était presque devenu un rituel national. Comme nous avions l’habitude de le chanter dans le bon vieux temps de Golda Meir : "Le monde entier est contre nous / C’est une vieille mélodie / ... et tous ceux qui sont contre nous / qu’ils aillent au diable..." A l’époque, une des équipes chargée des divertissements de l’armée l’avait même transformée en danse folklorique.

Au cours de ces dernières années, une large coalition contre l’Iran s’est réalisée. La bombe iranienne est devenue le cœur d’un consensus international, conduit par l’Amérique, la Reine du monde. Avec le consentement des cinq membres permanents, le Conseil de sécurité des Nations unies a décrété des sanctions contre Téhéran.

Aujourd’hui, devant nos yeux cette coalition est en train de s’écrouler. Le Président Bush bafouille. Envolée la justification d’une attaque militaire sur l’Iran, rêve du gouvernement israélien et des néo-conservateurs. Envolé aussi le prétexte des sanctions les plus draconiennes. Dieu sait, peut-être même les faibles sanctions existantes seront-elles abolies demain.

LA PREMIÈRE réaction des dirigeants israéliens fut vigoureuse et déterminée : un total déni.

Le rapport américain est simplement faux, ont proclamé tous les médias. Il est fondé une information fausse. Nos services de renseignement sont en possession de bien meilleures données, qui prouvent que la bombe est bien en route.

Donc les agences de renseignement américaines doivent mentir délibérément. On ne peut pas écarter l’hypothèse que des motifs politiques douteux puissent se cacher derrière des conclusions sans équivoque. Peut-être veulent-ils compenser les faux rapports que le Président Bush a utilisés pour justifier son invasion de l’Irak. Ils avaient alors surestimé, maintenant ils sous-estiment. Peut-être veulent-ils se venger de Bush et croient-ils que le temps est mûr, puisqu’il est en fin de mandat. Ou bien se sont-ils adaptés à l’opinion publique américaine, qui ne voudra pas encaisser une autre guerre. Et, de surcroît, leurs chefs sont tous, bien sûr, antisémites.

Même si les agents du renseignement américain croient innocemment que l’Iran a cessé de travailler sur la Bombe, cela montre simplement combien ils sont naïfs. Ils ne peuvent pas imaginer que les Iraniens se moquent d’eux. Qui sait mieux que nous combien il est facile de cacher une bombe atomique et de tromper le monde entier ? Après tout, nous avons fait cela pendant des années.

Mais tout ceci ne change pas le fait : ce rapport pousse la politique américaine dans une nouvelle direction et change entièrement la configuration internationale.

La guerre sur l’Iran, qui devait être l’événement déterminant de 2008, est devenu pour le moment un non-événement.

QUELS SONT les résultats en ce qui concerne Israël ? Pourquoi nos dirigeants sont-ils en état de choc depuis la publication de ce rapport ?

La possibilité d’une frappe militaire israélienne indépendante contre l’Iran a disparu. Israël ne peut pas faire la guerre sans un soutien sans réserve des Etats-Unis. Nous avons essayé une fois - guerre du Sinaï de 1956 - et alors le Président Dwight D. Eisenhower nous a botté les fesses. Depuis lors, nous prenons soin d’obtenir la bénédiction des USA avant chaque guerre.

Pour les services de l’armée et du renseignement, le rapport est un désastre total pour une autre raison. La bombe iranienne constituait une pièce indispensable pour la bagarre annuelle de l’armée en vue d’obtenir une part massive du gateau budgétaire.

Pour les démagogues de droite, l’effet est encore plus décourageant. Benyamin Netanyahou a construit toute sa stratégie sur la peur de l’Iran, espérant que la bombe atomique le conduirait directement dans le fauteuil du Premier ministre.

En outre, quand le problème iranien se calme, le problème palestinien se réchauffe. C’est particulièrement vrai à Washington. Le Président Bush a des ennuis, ses fiascos en Afghanistan et en Irak sont déjà en train de s’éterniser. Tout effort américain d’installer un gouvernement stable en Irak, avec une majorité chiite, dépend du soutien de l’Iran chiite. Le rêve de Bush de frapper d’un coup foudroyant l’Iran et de laisser son empreinte sur l’histoire est en train de partir en fumée.

Que peut-il faire pour léguer quoi que ce soit de positif ? La seule alternative est une paix israélo-palestinienne. Peut-être apportera-t-il maintenant un meilleur soutien à la pauvre Condoleezza. Peut-être s’impliquera-t-il davantage. A noter : Il va bientôt aller en visite en Israël pour la première fois depuis son entrée à la Maison Blanche.

Certes, cet effort n’a pas beaucoup de chance de succès, mais les gens à Jérusalem sont néanmoins inquiets. C’est tout-à-fait ce dont nous avons besoin - Bush agissant comme cet antisémite de Jimmy Carter qui a forcé la main à Begin et l’a obligé à faire la paix avec l’Egypte !

Alors que faire ? On peut ordonner aux diplomates israéliens à l’étranger de redoubler d’efforts pour convaincre les gouvernements que la situation n’a pas changé, qu’on doit se battre contre la bombe iranienne, qu’elle existe ou non. Mais allez dire cela aux Russes et aux Chinois ! Les gouvernements du monde sont heureux de voir la fin de la pression de Bush - tous excepté le couple heureux, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, les nouveaux caniches de la Maison Blanche depuis que Tony Blair est parti.

LA NOUVELLE situation pose un dilemme épineux à Ehoud Olmert.

En revenant d’Annapolis, il a fait une déclaration étonnante. Si la "solution des deux Etats s’écroule", a-t-il déclaré, "l’Etat d’Israël est fini". Personne dans le camp de la paix n’avait encore osé aller aussi loin.

Croit-il ce qu’il dit, ou est-ce juste une nouvelle manipulation ? C’est la question qui domine aujourd’hui les débats en Israël. En d’autres termes : Essaie-t-il seulement de gagner du temps, ou est-il réellement en train d’œuvrer pour un accord de paix ?

Tout indique qu’il n’est pas en position de prendre la moindre mesure. S’il essaie de réaliser la première phase de la feuille de route et de démanteler quelques avant-postes, il devra faire face non seulement à l’opposition déterminée des colons et de leurs partisans, et à la silencieuse (mais hautement efficace) opposition des militaires, mais aussi à l’obstruction de ses collègues du gouvernement. Avant le démantèlement du premier avant-poste, sa coalition volera en éclats.

Olmert n’a aucune coalition possible. Ehoud Barak n’a cessé d’essayer de le déborder sur la droite et on ne peut pas compter sur lui en cas de crise. Le parti travailliste est un corps chaotique, mou et sans principes. Le rabougri parti Meretz n’a que cinq membres à la Knesset, dont quatre se disputent la direction du parti. Les dix membres des partis arabes (c’est ainsi qu’ils sont généralement appelés, bien que l’un des membres Hadash de la Knesset soit juif) sont rejetés, et aucun gouvernement "sioniste" ne doit être considéré comme ayant bénéficié ouvertement de leur soutien. Et dans le propre groupe d’Olmert il y a plusieurs membres d’extrême droite qui feraient obstruction à tout effort de paix.

Dans une telle situation, la tendance naturelle d’un vrai politicien comme Olmert est de ne rien faire, de faire des déclarations de gauche et de droite (dans les deux sens) et d’essayer de gagner du temps.

Cette semaine, le gouvernement a annoncé des plans pour construire 300 nouvelles maisons dans l’horrible colonie de Har Homa, près de Jérusalem. Pour quelqu’un comme moi, qui a passé de nombreux jours et nuits à manifester contre la construction de cette colonie là, c’est une nouvelle vraiment très amère. Elle n’indique certainement pas un tournant dans le bon sens.

D’un autre côté, j’ai entendu une thèse intéressante d’un proche d’Olmert. Selon cette thèse, sachant qu’il va perdre le pouvoir, Olmert peut se dire : si je dois tomber, pourquoi ne pas entrer dans l’histoire comme celui qui s’est sacrifié sur l’autel d’un grand principe, au lieu de disparaître comme un cheval politique bon à rien ?

S’il n’a pas d’autre porte de sortie, il peut choisir cette solution - surtout que sa famille immédiate est en train de le pousser dans cette direction.

J’estimerais cette possibilité comme "improbable" - mais il est arrivé des choses plus étranges.

En tout cas, peut-être les forces de paix devraient-elles surmonter leurs compréhensibles réserves et essayer d’influencer l’opinion publique de façon qu’elle aide Olmert à changer dans ce sens.

Quoiqu’il en soit, une chose est certaine : que le fils de chienne, Ahmadinejad, nous a encore bien eus.

Il a volé notre bien le plus précieux : la menace nucléaire iranienne.
Publication originale Gush Shalom, traduction SW pour AFPS

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mer 9 Jan 2008 - 18:49

Vedettes iraniennes : vidéo américaine truquée ?
Par Sophie Gindensperger

"Un acte de provocation". C'est ainsi que l'incident survenu ce week-end entre des vedettes iraniennes et des navires américains dans le détroit d'Ormuz a été qualifié par les Etats-Unis. Les cinq vedettes auraient menacé de "faire exploser" les navires américains. Pour appuyer ses dires, le Pentagone a même diffusé une vidéo de l'événement, qui est en ligne sur YouTube.



On peut en effet voir trois vedettes au loin, qui s'approchent rapidement. On entend la sirène d'alarme à bord du bateau américain. Mais à la fin de la vidéo, l'image disparaît soudain pour laisser un écran noir, et c'est alors que l'on peut entendre dans la bande-son des menaces précises : "Je vais vous attaquer", puis, "vous allez exploser dans quelques minutes".

scratch

ARRET SUR IMAGE

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Mer 9 Jan 2008 - 19:55

Encore une fois, comme pour l'Irak, on commence à nous "gonfler" la tête gene ..... et avec une liberté de presse qui se vérouille peu à peu, cela va devenir difficile de résister à la contre-information d'état

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Invité le Mer 9 Jan 2008 - 20:32

Si je te dis incendie du Reichstag, golfe du Tonkin, tu penses à quoi? laughing

Tu te rappelles l'affaire des couveuses koweitiennes en 91? Grandpa
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Lagaillette le Mer 9 Jan 2008 - 20:55

Heureusement, ça commence à avoir un peu plus de mal à prendre, ces "informations" ! Même chez les étatsuniens, en campagne électorale, il y a maintenant pas mal de doutes à l'égard des va-t-en guerre.

La guerre contre l'Iran ? Le pire n'est jamais inéluctable.

Lagaillette
Installé
Installé

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Jeu 10 Jan 2008 - 16:32

Lagaillette a écrit:Heureusement, ça commence à avoir un peu plus de mal à prendre, ces "informations" ! Même chez les étatsuniens, en campagne électorale, il y a maintenant pas mal de doutes à l'égard des va-t-en guerre.

La guerre contre l'Iran ? Le pire n'est jamais inéluctable.

Tout dépendra du futur président des U.S.A......

Une analyse trouvée aujourd'hui dans le COURRIER INTERNATIONAL


l'opinion du 10 janv.

Bush n'est pas au Proche-Orient pour faire la paix


"Dès son arrivée, le mercredi 9 janvier, à l'aéroport Ben-Gourion de Tel-Aviv, le président américain George W. Bush a défini la nature et les objectifs de sa tournée moyen-orientale. Il a tranché sur le dossier israélo-palestinien en confirmant le caractère juif de l'Etat d'Israël et la détermination des Etats-Unis à le protéger. Et en renouvelant ses menaces à l'encontre de l'Iran, il a clairement montré les projets militaires américains pour la région"
, dénonce l'éditorialiste du quotidien palestinien édité à Londres Al-Quds Al-Arabi.

Le président a insisté auprès du Premier ministre israélien Ehoud Olmert sur la nécessité de démanteler les colonies illégales en Cisjordanie, mais il a lancé la balle dans le camp palestinien en liant toute avancée dans le processus de paix à l'arrêt des tirs de roquettes palestiniennes sur lsraël, poursuit le journal.
"Une condition préalable très difficile à satisfaire. Le président palestinien Mahmoud Abbas n'a aucune autorité sur la bande de Gaza, à partir de laquelle sont lancées les roquettes sur le territoire israélien. De toute façon, le démantèlement des colonies, illégales ou légales, est sur le tapis depuis des années, longtemps avant le début du lancement de roquettes palestiniennes. Il en est de même des discussions au sujet de la suppression des six cents barrages qui morcellent la Cisjordanie ou encore de la libération des quelque dix mille Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Lier tous ces dossiers à l'arrêt des tirs n'est qu'un ignoble chantage."

Le président Bush n'est pas venu pour faire la paix et trouver une solution durable à la question palestinienne.
"L'objectif de sa visite est de distribuer les rôles en vue d'une nouvelle guerre. Celui qui a pu inventer l'histoire des armes de destruction massive pour envahir l'Irak est tout à fait capable de fabriquer une autre histoire pour permettre une frappe contre l'Iran. La dernière histoire en date étant celle de l'incident qui a eu lieu, lundi dernier, dans le détroit d'Ormuz, entre navires de guerre américains et iraniens."

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Lagaillette le Jeu 10 Jan 2008 - 20:58

Code:
Bush n'est pas au Proche-Orient pour faire la paix

Il est là pour essayer de rallier les arabes sunnites à sa guerre contre l'Iran.

Lagaillette
Installé
Installé

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Lun 10 Mar 2008 - 17:52



Des scientifiques britanniques avertissent que les Etats-Unis préparent une attaque terrifiante contre l’Iran

par Peter Symonds


http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=6871

WSWS : Nouvelles et analyses : Moyen-Orient
Israël dresse des plans pour attaquer l’Iran avec l’arme nucléaire
Par Peter Symonds


9 janvier 2007

Un reportage paru dans le dernier Sunday Times, un journal de Londres, a révélé que l’armée israélienne s’entraînait pour faire usage d’armes nucléaires tactiques sur les usines d’enrichissement d’uranium iraniennes, celle de Natanz entre autres. Se basant sur plusieurs sources militaires israéliennes, l’article écrit que deux escadrilles de l’armée de l’air seraient impliquées et la préparation de l’attaque serait supervisée par le commandant de l’armée de l’air, le major général Eliezer Shkedi.

Les hauts responsables israéliens ont rapidement nié le reportage. Le porte-parole du ministre de l’Intérieur, Mark Regev, a « officiellement nié » les affirmations du Sunday Times et réitéré la position officielle qu’Israël voulait une solution diplomatique et qu’il soutenait la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU du mois passé imposant des sanctions à l’Iran. Des personnalités en vue du gouvernement et de l’armée ont averti à plusieurs reprises, toutefois, qu’Israël ne permettrait pas que Téhéran développe l’arme nucléaire.

Le mois dernier, le premier ministre Ehoud Olmert a ostensiblement inclus Israël dans la liste des puissances nucléaires responsables, et en a nommément exclu l’Iran. Jusqu’à ce jour, Israël avait toujours refusé de reconnaître qu’elle possédait un arsenal nucléaire, que différents experts évaluent être composée de 80 à 200 ogives. Le commentaire d’Olmert n’était pas tant une erreur qu’un avertissement calculé et destiné à l’Iran qu’Israël possédait l’arme nucléaire et qu’il se préparait à l’utiliser pour conserver son avantage militaire au Moyen-Orient.

Le reportage du Sunday Times indique que les préparations militaires sont très avancées. « Selon ce qui est planifié, des bombes conventionnelles guidées par laser ouvriraient des “tunnels” dans les cibles. Ensuite, des “mini-bombes nucléaires” seraient immédiatement lancées dans l’usine à Natanz, explosant profondément sous la surface, ce qui réduirait le risque de retombées radioactives », a déclaré le journal. Plusieurs parcours sont envisagés et au cours des dernières semaines, des pilotes se sont entraînés à réaliser une distance de 3200 kilomètres en se rendant jusqu’à Gibraltar.

« Aussitôt que nous aurons le feu vert, ce sera une mission, une frappe et le projet nucléaire iranien sera démoli », a déclaré une source au Sunday Times. Selon le journal, les cibles comprennent l’usine iranienne de conversion de minerai d’uranium près d’Ispahan et le réacteur à eau lourde à Arak, qui seraient frappés avec des armes conventionnelles. « Il ne peut y avoir un succès à 99 pour cent pour cette mission. Il faut qu’elle soit réussie à 100 pour cent ou aussi bien ne pas l’entreprendre », a expliqué un des pilotes.

Avec cette fuite, qui est presque certainement délibérée, le régime israélien cherche à réaliser un certain nombre d’objectifs. Après le retrait humiliant de l’armée israélienne du Liban l’an dernier, le gouvernement Olmert est déterminé à adopter une ligne plus dure. L’article du Sunday Times vise en partie à envoyer un message au Moyen-Orient et au monde qu’Israël veut utiliser tous les moyens à sa disposition pour écraser tout rival potentiel dans la région.

Selon le Sunday Times, Israël justifie l’emploi d’armes nucléaires tactiques par le fait que l’usine d’enrichissement d’uranium iranienne à Natanz serait protégée par environ 20 mètres de béton et de roc. Toutefois, toute utilisation de bombes atomiques — pour la première fois depuis l’incinération de Hiroshima et Nagasaki par les Etats-Unis en 1945 — constituerait avant tout une décision politique, plutôt que militaire, ayant pour but de réaffirmer la supériorité stratégique d’Israël en tant que seule puissance nucléaire au Moyen-Orient.

Quiconque jugerait impossible une attaque nucléaire israélienne sur l’Iran devrait reconsidérer tout ce qu’Israël a fait et qui était impensable. Durant la dernière année, cet Etat a mené une guerre d’attrition contre la population des territoires palestiniens. En juillet dernier, sous le prétexte de libérer deux soldats capturés, Israël a déclenché une guerre totale contre le Liban, tuant des centaines de civils et transformant une bonne partie du pays en ruines ; ceci devait être la première étape d’une opération dirigée d’abord contre l’Iran et la Syrie. Rappelons-nous aussi que des avions de guerre israéliens avaient attaqué, sans qu’Israël n’eut été provoqué, un petit réacteur irakien consacré à la recherche à Osirak en 1981.

Ni le gouvernement Olmert, ni l’administration Bush n’ont fourni de preuve concluante que Téhéran possédait un programme d’armes nucléaires. Le régime iranien a toujours soutenu qu’il avait le droit, sous le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), de procéder à l’enrichissement d’uranium et que son usine de Natanz servirait à fournir le combustible pour ses réacteurs nucléaires, dont le premier serait bientôt complété à Bushehr. Israël a ouvertement fait fi des efforts internationaux de non-prolifération, refusant de signer le TNP ou de permettre l’inspection de ses installations nucléaires.

Dans ce contexte, les déclarations ouvertement antisémites du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a appuyé, le mois dernier à Téhéran, une conférence internationale pour ceux qui nient la Shoah nazie, ont joué directement en faveur des sections les plus à droite et militaristes de l’élite dirigeante israélienne. Les dirigeants israéliens ont exploité les appels d’Ahmadinejad à la destruction d’Israël afin d’attiser les craintes « d’une deuxième Shoah ».

En novembre dernier, afin de consolider son gouvernement, a intégré Avigdor Lieberman, le chef du parti d’extrême droite Yisrael Beitenu (Israël est notre maison), à son conseil de ministres en tant que vice-premier ministre. On lui a accordé le poste tout spécialement créé de ministre aux Affaires stratégiques, qui consiste à s’occuper des menaces envers Israël, et particulièrement celles venant de l’Iran. Lieberman, un raciste et nationaliste de droite, est reconnu pour ses appels à une épuration ethnique des Arabes israéliens, au bombardement de civils palestiniens et à l’attaque du haut barrage d’Assouan en Egypte. En 2001, il a ouvertement défendu l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran.

La semaine dernière, Lieberman a demandé à l’ONU d’expulser l’Iran et aux grandes puissances d’agir contre Téhéran. « L’Etat d’Israël peut se tenir seul devant l’Iran, et il le fera, mais on ne devrait pas nous le demander », a-t-il affirmé. « Si on permet à l’Iran de construire des armes nucléaires, le monde libre au complet le paiera très cher. Israël sera le premier et paiera le plus chèrement, mais l’agressivité iranienne ne s’arrêtera pas là. »

Lieberman n’est pas le seul à se plaindre que les sanctions de l’ONU contre l’Iran sont inadéquates. Dans son rapport annuel publié la semaine dernière, l’Institute for National Security Studies (INSS), un groupe de réflexion israélien, a affirmé d’un ton sinistre : « Malgré les inquiétudes croissantes dans la communauté internationale, l’INSS se demande si des sanctions efficaces seront imposées. Le temps est du côté de l’Iran et, sans action militaire, la possession d’armes nucléaires par l’Iran n’est qu’une question de temps. »

Ces commentaires suggèrent une autre raison pour la fuite au Sunday Times : mettre de la pression sur l’administration Bush afin qu’elle prenne action contre l’Iran, ou, au moins, qu’elle donne son appui à Israël pour le faire. Le journal citait les propos du ministre adjoint israélien à la Défense, Ephraim Sneh le mois passé, disant : « Le moment approche pour Israël et la communauté internationale de décider si elle va s’engager dans une action militaire contre l’Iran. » Le Sunday Times notait également qu’Israël et les Etats-Unis s’étaient réunis à plusieurs reprises afin de considérer l’option militaire.

Dans un article du New Yorker d’avril dernier, le journaliste vétéran américain Seymour Hersh a donné les détails d’une planification de haut niveau à la Maison-Blanche et le Pentagone pour une attaque aérienne massive contre l’Iran, incluant, mais non limitée, ses installations nucléaires. L’aspect le plus terrifiant des révélations est le débat féroce sur l’utilisation d’armes nucléaires tactiques contre des cibles tel que l’usine d’enrichissement de Natanz.

L’article de Hersh cite un ancien officiel de la défense qui a révélé que les avions de guerre américains, opérant à partir de porte-avions naviguant dans la Mer d’Arabie ont fait des vols « de simulation de mission de bombardement nucléaire – des ascensions rapides désignées sous le nom « bombardement sur l’épaule » — depuis l’été dernier… à portée des radars côtiers iraniens ».

L’administration Bush n’a jamais écarté la possibilité d’attaques militaires contre l’Iran et elle a rejeté la proposition faite par les membres de haut niveau du Groupe d’étude sur l’Irak de négocier directement avec l’Iran et la Syrie afin de stabiliser l’Irak. La section la plus militariste de l’élite dirigeante américaine défend ouvertement la guerre contre l’Iran. Dans un article paru à la fin de l’an passé étayant la stratégie néoconservatrice, Joshua Muravchik, de l’Institut pour l’entreprise américaine, déclarait candidement : « Ne vous y trompez pas, le président Bush va devoir bombarder les installations nucléaires de l’Iran avant de quitter son poste. »

Il existe déjà des indications que le Pentagone se prépare pour une telle éventualité. Au cours des derniers mois, des officiels seniors américains ont voyagé vers l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe afin de voir à renforcer leurs liens en matière de défense et de capacité militaires. Une des raisons évidentes pour de telles discussions est la nécessité de défendre les bases militaires américaines au Koweït, Qatar et Bahrayn des possibles attaques de représailles iraniennes dans l’éventualité d’une attaque américaine.

Les Etats-Unis et l’Angleterre renforcent leur force navale dans la région. Un second porte-avion américain (le USS John C. Stennis) et des navires d’escortes doivent entrer dans le golfe Persique plus tard ce mois-ci. Le président Bush a également pris l’initiative inhabituelle de nommer un amiral – William Fallon – pour la première fois comme dirigeant du commandement central qui est chargé de diriger les opérations au Moyen-Orient incluant l’Iran et l’Irak.

Le colonel à la retraite, Sam Gardiner, a dit au Sunday Times qu’il croyait qu’une attaque américaine contre l’Iran demeurait une possibilité. Il a décrit le déploiement d’un second porte-avion et des démineurs britanniques, « d’énorme affaire ». « Il est nécessaire de faire une telle action seulement si on planifie de mener une attaque contre l’Iran et ensuite parer aux éventualités », a-t-il dit, ce qui inclut la possibilité que l’Iran ferme le détroit d’Hormuz, la voie maritime qu’emprunte une bonne partie du pétrole mondial.

Quels que soient les motifs précis derrière toutes ces menaces inquiétantes, les Etats-Unis et Israël plongent dangereusement vers de nouvelles conflagrations qui incluent la possible utilisation d’armes nucléaires.

(Article original anglais publié le 8 janvier 2007)

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Joss le Ven 16 Mai 2008 - 16:00



15 mai 2008

La guerre contre l’Iran peut être plus proche que ce qu’on pense.


MANISCO Lucio


Analyse d’un observateur averti de la politique étasunienne : l’"annonce d’une apocalypse éminente a été donnée par le périodique de droite The American Conservative " : "une réunion du Conseil de la Sécurité Nationale (qui) a approuvé les plans d’attaque par missiles Cruise contre une base Al Qods (la Garde Révolutionnaire Iranienne) où seraient entraînés les militants irakiens engagés dans la guérilla contre les troupes d’occupation"

Silence assourdissant dans notre pays (Italie) sur les perspectives d’une
grande guerre moyen-orientale amorcée par une attaque balistique et
aérienne étasunienne et israélienne contre une présumée base iranienne
d’entraînement des terroristes qui tuent les soldats américains en Irak. Silence du gouvernement Berlusconi, silence de la majorité et de la minorité parlementaire, silence des politologues et experts militaires, silence des mas medias. On en parle et on en écrit aux Etats-Unis et en Europe, pas en Italie.

La dernière, et la plus alarmante, annonce d’une apocalypse éminente a été donnée par le périodique de droite The American Conservative : sous le titre « La guerre avec l’Iran peut être plus proche qu’on ne l’imagine » Philip Giraldi, ex fonctionnaire de la CIA, se réfère à une réunion du Conseil de la Sécurité Nationale qui a approuvé les plans d’attaque par missiles Cruise contre une base Al Qods (la Garde Révolutionnaire Iranienne) où seraient entraînés les militants irakiens engagés dans la guérilla contre les troupes d’occupation.

Le Secrétaire d’Etat Condoleeza Rice, le Secrétaire au Trésor Henry Paulson, le Conseiller pour la Sécurité Nationale Stephen Hadley, le Président Georges Bush et le Vice Président Dick Cheney ont approuvé le plan opérationnel, tandis que le Secrétaire à la Défense Robert Gates s’est exprimé en faveur d’un renvoi de l’opération.

Deux jours avant, le 7 mai, la Maison Blanche, par l’intermédiaire des dirigeants de la région kurde en Irak, avait envoyé une communication officielle au gouvernement iranien, demandant à ce dernier d’admettre ses interférences dans le pays voisin et l’engagement formel d’interrompre son appui aux différents groupes de militants qui se battent contre les troupes d’occupation.

Réponse immédiate de Téhéran : aucune discussion n’est possible tant que les Etats-Unis ne suspendront pas les infiltrations d’agents et le soutien
qu’ils fournissent aux dissidents iraniens. D’où la décision de l’Administration Bush d’envoyer un signal « non équivoque », c’est-à-dire balistique, à la direction iranienne.

On peut présumer –conclut la note informative de The American Conservative- qu’il s’agira d’une attaque de précision ciblée contre les dispositifs al-Qods d’unebase aux environs de Téhéran, qui évitera des pertes chez les civils : il reviendra au Président de donner l’ordre de mission dès que les préparatifs seront au point.


Le 10 mai, la Maison Blanche a admis officieusement qu’une réunion du Conseil de la Sécurité Nationale avait eu lieu et qu’elle avait eu pour thème la visite du Président à Jérusalem cette semaine, pour participer aux célébrations du 60ème anniversaire de l’Etat d’Israël, ainsi que pour relancer les négociations de paix, argument repris ensuite par Georges Bush le 12 mai.
POUR LIRE LA SUITE, CLIQUER SUR SPOILER
Spoiler:

Non moins alarmants sont les développements de ces dernières semaines : un second porte-avions avec chasseurs bombardiers et navires d’appui a rejoint l’imposant déploiement aéronaval étasunien dans le Golfe Persique ; on voit croître de jour en jour le barrage de dénonciations contre le gouvernement de Téhéran, de la part du Département d’Etat, pour de présumées interférences militaires en Irak, alors que se montent désormais à 5 les interceptions d’unités légères iraniennes dans les eaux territoriales par des unités de la marine Usa ; de vastes champs de mines ont été installés aux frontières ; et malgré les démentis de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA) et de seize services de contrespionnage étasuniens, le Vice-Président Cheney et le Secrétaire d’Etat Rice ont continué, de concert avec le gouvernement israélien, à dénoncer la potentielle menace nucléaire de Téhéran ; la tentative manquée au Liban de neutraliser le Hezbollah, prélude probable d’une seconde offensive israélienne, peut avoir induit Washington à accélérer le calendrier de l’offensive contre l’Iran.


Gary Leupp, professeur d’histoire à la Tufts University, orientaliste et expert de questions moyen-orientales, a tracé, à partir des révélations publiées par The American Conservative, les profils des conséquences
catastrophiques de l’attaque étasunienne prévue : d’une réaction militaire iranienne spasmodique et généralisée, à l’engagement dans la guerre de la Syrie et du Liban ; des insurrections armées chiites au renversement des régimes pro-occidentaux jusqu’à de nouvelles alliances, impensables aujourd’hui, comme celle de Téhéran et des Talibans sunnites.

Gary Leupp
est on ne peut plus pessimiste sur l’éventuelle opposition de l’opinion publique étasunienne qui serait prise dans une grande flambée
patriotique de soutien à « nos boys au front » ; quant aux deux candidats démocrates à la présidence, tant Hillary Clinton que Barak Obama ont déjà assuré que, contre l’Iran, « toute option est valable » ; sans parler du républicain McCain, qui a même été décrit par un de ses partisans comme « un Bush aux stéroïdes ». Une grande guerre moyen-orientale rendrait certaine sa déjà probable victoire en novembre ; elle aiderait les Etats-Unis à dépasser leur plus grave crise économique depuis celle des années Trente ; et dans le projet insensé des neocons, l’interruption des flux énergétiques
moyen-orientaux vers la Chine, l’Inde et l’Europe, ainsi qu’une utilisation possible d’armes nucléaires tactiques contre l’Iran, renforcerait l’hégémonie politique militaire du grand empire d’occident sur le monde entier.


Et l’Italie ? « L’Italie fera sa part » comme l’a anticipé l’ex ministre de la Défense et ultra pro-américain Martino, avec sa proposition de changer les règles d’engagement au Liban, et d’employer directement nos valeureuses troupes sur les champs de bataille afghans. Tous les autres, opposition et gouvernement, journaux et télé journaux préfèrent ignorer le drame imminent qui va s’abattre sur l’humanité. C’est ainsi que nous ne savons pas si nous avons augmenté –comme tous les autres pays européens- nos réserves stratégiques de pétrole, si le Ministère de la Défense a déjà préparé de plans d’évacuation pour nos soldats dépourvus de tous moyens
militaires propres à combattre dans une guerre ouverte, en Afghanistan et au Liban, et de ces centaines de Carabiniers et forces spéciales employées à l’entraînement de l’armée et de la police en Irak.


Lucio Manisco


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Lucio Manisco est journaliste ; il a
été le correspondant de la Rai, et de titres de la presse écrite,
pendant plusieurs dizaines d’années aux Etats-Unis ; ex-fondateur du
quotidien
Liberazione (organe du Prc), et ancien député européen.


http://www.luciomanisco.com/index.htm


(1) Marco Travaglio, journaliste politique (justice), essayiste, auteur de L’odore dei soldi,
sur les origines de la fortune de S. Berlusconi, (qui lui a valu
plusieurs procès de la part de SB) est de nouveau la cible d’attaques :
citant le livre I complici (Abbate et Gomez) il a
évoqué samedi dernier dans une émission télé à grande écoute, les
« fréquentations embarrassantes » et « amitiés mafieuses » du 3ème
personnage de l’Etat italien, le nouveau président du Sénat Renato
Shifani. Toute la classe politique italienne, « comme
d’habitude quand il s’agit de défendre la Caste, les divers
représentants des partis de droite et de gauche forment le carré et
parlent d’une seule voix
». y compris celui que l’auteur appelle
« sa majesté » (le président du nouveau Partito dei Democrati, qui a
formé un gouvernement « ombre » après sa défaite aux dernières
élections). Avec le changement de gouvernement, c’est aussi le contrôle
de la Rai, et pour les politiciens, ses postes de direction, qui sont
en jeu pour toute la classe politicienne italienne. (Toutes les notes
sont de la traductrice)


(2) Emission politique de la chaîne RAI Due, qui a donné plusieurs fois à Travaglio un droit de réplique.


(3) Le 22 mai sera le 30ème anniversaire de la loi 194,
autorisant l’interruption volontaire de grossesse en Italie. Le pape
Benoît XVI est déjà parti à l’assaut de cette loi en recevant
avant-hier 800 représentants du Movimento per la vita, qui demande
l’abrogation de cette loi. Une manifestation à l’appel de nombreuses
associations laïques, féministes, gays et centres sociaux, est
organisée sous le nom de « Pride laico » en défense de la loi 194, à
l’occasion de la visite du pape à Gênes, samedi 17 mai,


voir http://www.dirittinrete.org

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GUERRE CONTRE L'IRAN AURA-T-ELLE LIEU

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum