MARTHE ET MARIE

S.D.F.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S.D.F.

Message par Joss le Sam 25 Aoû 2007 - 13:24




Le "Malodore" est comme son nom l'indique, un produit qui pue. Pulvérisé dans un lieu, il y laisse plusieurs semaines durant, une rémanence nauséabonde. "Non dangereux, il est utilisé pour éviter que des gens en état d'ébriété ne stationnent près d'endroits dangereux, sous les ponts ou près des routes", explique Pierre Pasturel, le responsable de la société Firchim, qui a conçu ce répulsif.

Selon l'AFP, la mairie d'Argenteuil a acheté en juillet un carton de "Malodore" pour éloigner les SDF du centre-ville. En tout cas, faire en sorte qu'ils ne reviennent plus puisque la police municipale devait préalablement les éloigner.

Les agents municipaux ont refusé d'obéir. "Le carton précisait que le produit était toxique et irritant, et qu'il ne fallait pas le respirer, alors, les agents ont décidé de ne pas le diffuser, car ils veulent bien 'chasser des rats mais pas des SDF'", a expliqué à l'AFP un agent de la mairie qui a préféré rester anonyme.

"Une gêne olfactive anormale"

Toujours selon cette source, le répulsif a finalement été donné aux agents d'entretien d'un entre commercial pour qu'ils le diffusent eux-mêmes. La direction de "Côté Seine" a précisé que le produit "communiqué par la mairie" avait été diffusé au niveau des sorties de secours de la galerie marchande où des SDF ont leurs habitudes. Joint par l'AFP jeudi, le cabinet du maire qui a pris début août un arrêté anti-mendicité dans le centre, n'a pas souhaité réagir.

Depuis 2005, chaque été, le maire d'Argenteuil, Georges Mothron (UMP) prend des arrêtés pour interdire la mendicité dans le centre. Un de ces arrêtés, évoquant une "gêne olfactive anormale" liée à la présence des SDF, avait été annulé par la préfecture du Val-d'Oise en 2005. Le 6 août dernier, la mairie a pris un nouvel arrêté interdisant la mendicité dans le centre d'Argenteuil pendant l'été jusqu'en 2012.

"On nous traite comme des cafards" se plaignait tristement un SDF aux infos "ça nous irrite le nez et les yeux"



pascontent :realmad: :mur: :angrywom:


Dernière édition par le Sam 25 Aoû 2007 - 16:26, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Souricet le Sam 25 Aoû 2007 - 16:23

Quoi ? On pulvérise les SDF à l'insecticide, maintenant ? Pourquoi pas envoyer le produit au karcher, pendant qu'ils y sont ? Il y en a un à qui ça ferait plaisir, une France "épurée" des indésirables de toutes sortes... bah
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Hélène le Sam 25 Aoû 2007 - 19:27

Cette nouvelle est révoltante... quand la "propreté" prend un visage hideux...
C'est un grave péché qui nous donne envie de réparer en allant leur laver les pieds.
avatar
Hélène
Installé
Installé

Féminin Nombre de messages : 153
Age : 47
Localisation : Dans le Coeur de Dieu au coeur du monde
Date d'inscription : 17/06/2007

http://www.ephata.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 25 Aoû 2007 - 19:38

Tu as raison !

Quand on arrivera au ciel, le Seigneur nous montrera tous ses petits : ses exclus, parias de nos sociétés qu'il aura placés comme "réservoirs de ses graces" et que nous aurons ignorés.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Dim 26 Aoû 2007 - 15:48

En plus, c'est bête !

Les SDF sentent mauvais ? On remplace leur odeur (non toxique) par une autre qui l'est !

La vérité, c'est qu'ils nous gênent dans notre confort... Quand on sort d'un supermarché avec un caddy bien rempli, et qu'on passe devant des gars qui font la manche, on n'est pas bien fiers, même si on donne quelque chose...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Souricet le Dim 26 Aoû 2007 - 15:55

Notre société déchristianisée a tout inversé. Dans l'ordre chrétien, c'est celui le plus démuni qui devrait avoir la priorité et être l'objet de toutes les attentions : le handicapé, le malade, le pauvre, la personne âgée, etc. Au contraire de cela, ce sont des gêneurs dont oncherche à se débarrasser.
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Jeu 1 Nov 2007 - 13:58

PARIS PROPRE



AFP/STEPHANE DE SAKUTIN
Les mal-logés de la rue de la Banque à Paris, le 31 octobre avant leur évacuation par les forces de l'ordre.


Mal logés mais pas sans papier

Une centaine de personnes, sans logement mais régularisées, campent depuis le 3 octobre sur les trottoirs de la rue de la Banque.



C'est la troisième fois ce mois-ci. Rue de la Banque, mercredi 31 octobre à l'aube, comme le 10 et le 11, les sans logis installés sous des tentes ont été évacués par la police et la gendarmerie. Certains ont été conduits vers des centres d'accueil mais la plupart, dont trente femmes avec des enfants, est partie et s'est éparpillée dans Paris.

Ces femmes et hommes sont salariés et ont des papiers français, mais ils n'ont pas de logement.

La régularisation est-elle une condition au droit au logement ?

Apparemment pas et, d'ailleurs, elle ne devrait pas l'être, ce droit est un principe fondamental de la République applicable à tous, nationaux ou étrangers. Pourtant la question se pose. Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile, donne une réponse : « La question est celle du logement des travailleurs pauvres, la régularisation ne résout pas le problème du logement. » En effet, un emploi et des papiers ne permettent pas forcément un accès à un logement. Il ajoute : « C'est une question sociale et non pas de nationalité ou d'immigration. ».

C'est ici que les représentations entre en jeu : les images de squats renvoient à celles des travailleurs illégaux finissants par construire un amalgame qui nuit aux uns et aux autres. On peut avoir un job et ne pas être régularisé, être un résident ou citoyen français sans disposer de travail ou de logement.
Ce qui conduit à associer, malgré nous, occupation illégale d'un bâtiment ou d'une rue et présence illégale sur le territoire, à l'image des événements du gymnase de Cachan. Or, les sans logis de la rue de la Banque sont régularisés et, surtout, salariés. Une des femmes évacuées ce matin a déclaré à l'AFP : "On demande un logement, on travaille, on en a marre des hôtels". Pour calmer les esprits, entre deux évacuations policières, le gouvernement tente de trouver des solutions. Christine Boutin, la ministre du Logement a annoncé, mercredi, dans un communiqué : "Je comprends l'inquiétude et l'impatience des associations face aux difficultés du logement et de l'hébergement en France (...). Pourtant, je ne peux pas laisser dire que les moyens ne seraient pas au rendez-vous alors que le budget du ministère du Logement et de la Ville, pour 2008, est en augmentation de 3,5% (…)". Mais selon l'association Droit au logement, les politiques publiques mises en oeuvre sont inopérantes voire aggravantes. Les structures d'hébergement des mal-logés, avec ou sans papier, sont saturées, faute de solution de relogement à la sortie et les mesure pour écarter les sans abris des centres se banalisent.

Jeudi 01 Novembre 2007 - 09:05
Pauline Delassus




_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Souricet le Ven 2 Nov 2007 - 17:45

Je vois que le gouvernement a sorti le Karcher, comme promis... Au fait, et si on pulvérisait le gouvernement au karcher ?
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Lun 19 Nov 2007 - 18:09

"Cachez cette misère...", par Emmanuelle Béart

LE MONDE | 19.11.07


Cette nuit, par - 2 degrés, 140 femmes ont dormi sur le trottoir de la rue de la Banque, à Paris, juste en face de la Bourse. Cela fait cinquante nuits qu'elles dorment là, sous des bâches. Comment ces femmes en sont-elles arrivées là ?




En regardant le journal télévisé, je me suis posé la question, et je suis allée les voir. J'ai été frappée que, avant même d'engager la discussion, la première chose qu'elles ont faite ait été de me montrer leurs papiers : chacune a intégré l'idée que sa parole n'a aucun poids. Que seules des preuves administratives ont une valeur.

Toutes portaient sur elles ces dossiers vitaux soigneusement compilés : passeports français, cartes et titres de séjour, fiches de paie - elles travaillent -, factures d'hôtel, récépissés du règlement de ces hôtels. Pourquoi dormez-vous dehors plutôt qu'à l'hôtel, leur ai-je demandé ? C'est alors qu'elles m'ont raconté leur sordide quotidien dans des chambres tenues par ce qu'on appelle des "marchands de sommeil".

Le récit de leurs conditions de vie était inimaginable. Guidée par Jean-Baptiste Eyraud, qui représente l'association Droit au logement (DAL), je suis allée voir ces lieux. Au coeur de Paris, j'ai visité un premier hôtel : 46 chambres, presque autant de familles. Un bouge qui n'a d'hôtel que le nom. On grimpe par des escaliers de bois pourri, les fils électriques affleurent, pendent, les rampes d'escalier sont rafistolées, des ascenseurs ont été volontairement condamnés, des issues de secours sont factices, réduites à leur signalétique... On comprend instantanément pourquoi, quand ces hôtels flambent, il y a peu de chances d'échapper à la mort. Vingt-cinq personnes, dont onze enfants, ont péri en avril 2005 dans l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra.

Une chambre parmi les autres : 10 m2, où, à touche-touche, on trouve : un lit superposé, un petit matelas à deux places, un lit de bébé. S'y entassent pour vivre - faire les devoirs, manger et dormir - trois enfants de 3, 6 et 8 ans et leurs parents.

Cinquante centimètres entre le mur et le lit, à peine de quoi ouvrir la porte, pour accéder à un lavabo minable équipé d'une pomme de douche. Murs et sols recouverts de carrelage maculé. L'unique prise de courant tient par du Scotch. La fenêtre, minuscule, donne sur un mur qui ne laisse passer aucune lumière, et pas d'air. Comme il n'y a pas de placards, on a bricolé dans l'embrasure de la fenêtre des étagères de fortune, où s'entassent bagages, chaussures, nourriture...

Cette famille vit là depuis un an. Après une errance de six ans d'"hôtels" en "hôtels". Il faut imaginer l'enfer de leur quotidien : depuis sept ans ils sont privés de toute intimité. De lumière. D'air. D'hygiène. Les enfants tombent malades, enchaînent les maladies pulmonaires. Trois pneumopathies en six mois pour le petit garçon de 3 ans : des poumons de vieillard, nous dit le médecin qui nous accompagne en regardant ses radios. La chaîne déraille, la cellule familiale menace d'éclater. L'homme ne répond plus à sa femme, la femme à son enfant, l'enfant à l'école.

Toutes les autres chambres sont semblables ou pires. Il y règne souvent une entêtante odeur de souris morte. Vu l'exiguïté des lieux, il arrive qu'une famille soit contrainte de louer une chambre supplémentaire pour improviser un coin cuisine. Les prix varient : deux chambres (soit 19 m2), 3 100 euros par mois ; quatre chambres (soit 30 m2), 7 500 euros.

Ces établissements sont agréés par le ministère du tourisme et la direction générale de la consommation et de la répression des... fraudes ! Et ce sont les services sociaux eux-mêmes qui y aiguillent les familles, en leur donnant une liste de ces bouges, et qui conditionnent le versement des aides à la présentation d'une facture d'hôtel.

Car une grande partie de ces loyers est payée par les aides publiques (aide au logement, aide sociale à l'enfance), tandis que les familles y consacrent la quasi-totalité de leur salaire. A Paris, presque toutes leurs ressources y passent, puisqu'on ne leur laisse que 5 euros par personne et par jour. Ces familles ne mendient pas, les parents gagnent leur vie et paient leurs impôts. Ils sont intégrés dans la vie économique, industrielle, sociale, fiscale. Mais pas dans nos immeubles.

Il est révoltant de découvrir que l'argent public - c'est-à-dire celui de nos impôts - et les modestes salaires de ces familles servent à enrichir les Thénardier du monde moderne, à dégrader la dignité de ces travailleurs et de leurs enfants.

Est-il acceptable que les pouvoirs publics versent chaque année, sans scrupule, plus de 100 millions d'euros à des escrocs cyniques, et maintiennent pendant des années des familles dans des vies d'errance et d'humiliation ?

Et lorsque ces citoyens, collectivement, sortent de leurs ghettos pour réclamer une vie digne, le gouvernement envoie un déploiement spectaculaire de CRS et de gendarmes déloger ces personnes on ne peut plus vulnérables. La porte-voix du gouvernement, la ministre du logement, envoie les CRS en guise de réponse, et exige qu'ils lèvent le campement de la rue de la Banque et cessent d'exhiber cette souffrance dérangeante. "Cachez cette misère que nous ne saurions voir", ordonnent les Tartuffe d'aujourd'hui.

Quand les pouvoirs publics vont-ils se mettre autour de la table, sérieusement, pour trouver des solutions décentes ? Qu'attendent-ils pour considérer que le droit au logement est un droit fondamental, aussi précieux que l'éducation et la santé ?


Ce que j'ai vu m'a convaincue de m'engager jusqu'au bout dans ce combat, qui touche 3,2 millions de personnes mal ou non logées. Car des millions d'êtres survivent dans des foyers d'urgence, campent dans des caravanes, vivent dans des bidonvilles, dorment dans des voitures - parfois avec des bébés - ou sont à la rue.

Je salue le courage, l'engagement corps et âme de ces citoyens qui se battent pour ce droit. Au moment où je quittais la rue de la Banque hier soir, une femme me disait : "Je resterai sur ce trottoir, quitte à ce qu'il soit ma tombe."

Emmanuelle Béart, comédienne






Cherche pas Emmanuelle ! ..... les sous sont là :
http://marthetmarie.lifediscussion.net/france-politique-economie-societe-f10/la-nouvelle-aristocratie-republicaine-francaise-t1049.htm

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Lun 19 Nov 2007 - 18:30

Si ce n'était aussi scandaleux, je dirais qu'en plus, c'est d'une bêtise affligeante !
Que l'état, ou la ville, paie des sommes pareilles pour aboutir à une telle misère... Il y a, de toute évidence, une indifférence criminelle.

Vendredi dernier, à la prison, j'ai rencontré un homme qui s'apprête à s'accuser d'un crime qu'il n'a pas commis (même la "victime" le conteste!), pour avoir une place, logé, nourri. Quand je lui dis ;"Et la liberté?" : Pour lui, ça ne veut rien dire. Dehors, c'est la galère... Et encore, il est seul... Mais c'est vrai que d'aucuns parlent de prison 4 étoiles ! Tout ça, parce qu'il y a la télé (payante!)
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par lucie le Lun 19 Nov 2007 - 19:30

je me souviens d'une analyse que je ne retrouve pas...
Elle date d'il y a plusieurs années, et m'avait beaucoup choquée à l'époque...

L'auteur soutenait qu'ne fait, c'était d'une certaine manière volontaire.

Chaque époque a eu ses réprouvés, ceux qui servaient de repoussoir. Les lépreux à un moment, les déportés, les SDF aujourd'hui.
Et les montrer (pas trop) permet deux choses : d'une part, montrent à ceux qui ne sont pas dans cette situation qu'ils ne sont pas si malheureux.
D'autre part, cela permet de montrer ce qu'il risque d'arriver à ceux qui ne veulent pas se couler dans le moule, rendant par là même coupables ceux qui sont touchés par souffrent cette situation.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Invité le Mer 28 Nov 2007 - 11:20

Il y a de toute manière une volonté de condamner l'inactivité exacerbée par notre "nouveau" gouvernement. Être malade est un tort, de même qu'un handicap, puisqu'il coûte à la société de venir en aide à une tranchede population inactive ou jugée comme telle. Entre cette argumentation fallacieuse et les propos d'un chef de l'état qui soutient la thèse de causes génétiques aux comportements criminels, on ne peut s'empêcher de penser aux pages les plus sombres de notre histoire. A quand la réouverture de centres de triage à Drancy?

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Mer 28 Nov 2007 - 11:58

"A quand la réouverture de centres de triage à Drancy?"

Oui, on est bien partis...
C'est plus insidieux, déguisé, mais c'est le même esprit, sinon pire parce que parés (pour ne pas dire "pavés"), de pseudo-bonnes intentions... sad

On veut juger un gamin de 15 ans comme s'il avait la maturité d'un adulte, les malades mentaux comme s'ils étaient sains d'esprit, etc...etc... On culpabilise les parents qui ont le culot de laisser naître un enfant "inadapté". Et pourtant ce ne sont pas ceux-là qui posent problème dans la société, mais ILS COUTENT CHER ! Moins cher quand même qu'un PDG qui part en retraite...

C'est l'exemple-type du double-langage : "on" parle de solidarité, et tout est fait pour diviser...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Mer 28 Nov 2007 - 15:05

Cécile a écrit:"A quand la réouverture de centres de triage à Drancy?"

Oui, on est bien partis...
C'est plus insidieux, déguisé, mais c'est le même esprit, sinon pire parce que parés (pour ne pas dire "pavés"), de pseudo-bonnes intentions... sad

Tout à fait !

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Lun 3 Déc 2007 - 17:08






ugustin Legrand, porte-parole de l'association Les Enfants de Don Quichotte, a annoncé, dans un entretien au Journal du Dimanche daté du 2 décembre, qu'il comptait établir un nouveau campement pour les sans-abris dans Paris "avant le 15 décembre" et "dont le but premier" sera "de mettre à l'abri des gens qui sont à la rue cet hiver".





Après la création d'un campement sur le canal Saint-Martin en 2006, qui a duré plusieurs semaines et a attiré l'attention médiatique, ainsi que celle du gouvernement, Augustin Legrand n'est toujours pas satisfait des mesures prises sur le logement. "Aujourd'hui, même s'il y a des avancées, nous jugeons le verre plutôt vide que plein", regrette-t-il dans les colonnes du JDD.

"ILS CHARGERONT MÊME S'IL Y A DES RISQUES QUE DES GENS TOMBENT À L'EAU"
"Visuellement, ce sera comme un coup de sabre dans le paysage parisien", explique-t-il à propos du nouveau campement, qui devrait être mis en place "aux bords de la Seine". "Mais, cette fois, on est sûrs d'être face à des CRS. La ministre du logement et de la ville, Christine Boutin, nous a prévenus : ils chargeront même s'il y a des risques que des gens tombent à l'eau".

Augustin Legrand pense aussi à l'idée d'installer des tentes "dans les églises, les temples, les lieux de culte". "On investira plusieurs sites, on dressera les tentes sur les travées latérales pour respecter les lieux", précise-t-il, assurant être en contact avec de nombreuses associations, parmi lesquelles Emmaüs et la Fondation Abbé-Pierre.

"L'an passé, on sortait de nulle part. Cette année, on a tissé une toile (...) A présent, on a de l'expérience, on sait que les associations peuvent très vite ouvrir un centre", affirme le porte-parole des Enfants de Don Quichotte, qui souligne que, dans ce genre d'opération "l'important, ce sont les deux premiers jours".

Le Monde

avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 8 Déc 2007 - 15:50

Cécile a écrit:
Après la création d'un campement sur le canal Saint-Martin en 2006, qui a duré plusieurs semaines et a attiré l'attention médiatique, ainsi que celle du gouvernement, Augustin Legrand n'est toujours pas satisfait des mesures prises sur le logement. "Aujourd'hui, même s'il y a des avancées, nous jugeons le verre plutôt vide que plein", regrette-t-il dans les colonnes du JDD.

"ILS CHARGERONT MÊME S'IL Y A DES RISQUES QUE DES GENS TOMBENT À L'EAU"
"Visuellement, ce sera comme un coup de sabre dans le paysage parisien", explique-t-il à propos du nouveau campement, qui devrait être mis en place "aux bords de la Seine". "Mais, cette fois, on est sûrs d'être face à des CRS. La ministre du logement et de la ville, Christine Boutin, nous a prévenus : ils chargeront même s'il y a des risques que des gens tombent à l'eau".

Augustin Legrand pense aussi à l'idée d'installer des tentes "dans les églises, les temples, les lieux de culte". "On investira plusieurs sites, on dressera les tentes sur les travées latérales pour respecter les lieux", précise-t-il, assurant être en contact avec de nombreuses associations, parmi lesquelles Emmaüs et la Fondation Abbé-Pierre.


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 15 Déc 2007 - 15:43

C'est fait :

SUR LES QUAIS, AU PIED DE NOTRE DAME : EVACUATION



Vendredi, Christine Boutin avait prévenu qu'elle se montrerait intransigeante et que toute tentative d'installation de nouveau campement ferait l'objet d'une évacuation policière. "L'Etat ne renouvellera en aucun cas un accord de ce type si de nouveaux campements urbains étaient organisés par les associations signataires ou d'autres associations". Arrivés massivement sur place, notamment pas voie fluviale, les policiers ont démonté samedi toutes les tentes dans un climat de tension certaine, un homme serait ainsi tombé dans la Seine.JDD

OPÉRATION DES ENFANTS DE DON QUICHOTTE
LE SECOURS CATHOLIQUE S'ENGAGE AU CÔTÉ DES SANS ABRI


Depuis ce matin, plusieurs membres du Secours Catholique étaient présents sur le campement que les Enfants de Don Quichotte avaient installé à Paris, face à Notre Dame. Ce campement vient d’être évacué par les forces de l’ordre.

Le Secours Catholique rappelle que sa présence a pour objectif : un soutien humanitaire aux personnes à la rue qui auraient été accueillies sur le campement. Il rappelle également que c’est aussi un soutien à une opération médiatique, dont l’objet principal est de réaffirmer l’urgence de la mise en œuvre d’une politique ambitieuse en faveur de l’hébergement pour les plus démunis et de l’accès au logement social pour le plus grand nombre.

Alors que les forces de l’ordre viennent d’intervenir, le Secours Catholique déplore l’attitude des pouvoirs publics, réaffirme qu’il n’est pas dans une logique d’affrontement et réitère son appel au dialogue afin de trouver ensemble les moyens financiers et humains pour mettre en œuvre rapidement les différentes décisions contenues dans la loi DALO (Droit au logement opposable) et le PARSA (Plan d’action Renforcé en Faveur des Sans Abris).

Enfin, suite aux événements de ce matin, le Secours Catholique reste vigilant, réaffirme son soutien aux Enfants de Don Quichotte et appelle à une mobilisation citoyenne pour une véritable prise de conscience autour des enjeux majeurs que sont l’accès à l’hébergement et au logement social pour les plus démunis.

Le secrétaire général du Secours catholique s'est dit "atterré", samedi 15 décembre, par les propos tenus par la ministre du Logement au sujet des hébergements.
La veille, Christine Boutin avait déclaré que "les objectifs en termes d'hébergement (des sans abri) étaient atteints".
"Je suis atterré que Christine Boutin dise qu'il n'y a pas de problème d'hébergement. Nous gérons des centres, ils sont remplis à plus de 100%. Il n'y a pas de place disponible", a déclaré Pierre Levené, dont l'association a apporté un "soutien logistique" aux Enfants de Don Quichotte qui ont essayé samedi matin d'installer des tentes près de Notre-Dame de Paris


Madame Christine BOUTIN n'est désormais plus en accord avec le Secours Catholique......Forcément : elle est maintenant l'alliée du diable. Je tremble pour ce pauvre prêtre qui travaille à ses côtés dans sont cabinet !

Lamentable :realmad:


Dernière édition par le Sam 15 Déc 2007 - 16:22, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Sam 15 Déc 2007 - 16:21

Comme quoi...le POUVOIR change les gens...

C'est triste, à pleurer...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 15 Déc 2007 - 16:24

Cécile a écrit:Comme quoi...le POUVOIR change les gens...

C'est triste, à pleurer...

Ce mec nous conduira à la ruine et à la guerre. Il est diabolique pascontent

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Cécile le Sam 15 Déc 2007 - 16:56

Ce mec nous conduira à la ruine et à la guerre. Il est diabolique pascontent

Pire, il nous conduit à la médiocrité !

La solidarité, le soin des plus petits, des plus faibles, la générosité, qui était une valeur française (pas seulement!), tout ça, c'est fini. Nous entrons pour de bon dans le temps de l'Argent-Roi.

Je croyais que je n'étais pas sensible à toutes ces "valeurs françaises", me disant qu'elles étaient universelles, mais là, ça ne va plus du tout. Sarko nous réduit à des objets, valables ou non.

Mon mari, qui était officier, durant ses dernières années, a réalisé peu à peu qu'il avait été utilisé pour défendre, non pas son pays, comme il le croyait, mais des intérêts économiques. Bien sûr, l'économie, c'est important, mais elle est faite pour l'homme, et non l'inverse, comme c'est de plus en plus le cas.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par lucie le Sam 15 Déc 2007 - 17:04

Mon mari, qui était officier, durant ses dernières années, a réalisé peu à peu qu'il avait été utilisé pour défendre, non pas son pays, comme il le croyait, mais des intérêts économiques.

J'ai des amis anciens militaires (ou toujours en activité) qui me disent la même chose... Et qui commencent à comprendre pourquoi je n'ai jamais aimé l'armée...
Tout en n'ayant rien contre les personnes (dont eux).

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 15 Déc 2007 - 17:08

lucie a écrit:
Mon mari, qui était officier, durant ses dernières années, a réalisé peu à peu qu'il avait été utilisé pour défendre, non pas son pays, comme il le croyait, mais des intérêts économiques.

J'ai des amis anciens militaires (ou toujours en activité) qui me disent la même chose... Et qui commencent à comprendre pourquoi je n'ai jamais aimé l'armée...
Tout en n'ayant rien contre les personnes (dont eux).

.....er mon père, grand résistant, me dit "....et dire que je me suis battu pour ces cons là....Si j'avais su, je serais devenu allemand !"

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Mar 29 Jan 2008 - 21:40

Le délit de vagabondage va-t-il être rétabli?
Par Chloé Leprince (Rue89) 00H18 29/01/2008

Selon un projet du ministère de l'Intérieur, que s'est procuré Rue89, dormir dans la rue redeviendrait passible de prison.

Et si la mission Pinte sur les sans-abris n'était que de la poudre aux yeux? Alors que les associations avaient accueilli avec bienveillance la mission express confiée par François Fillon au député-maire (UMP) de Versailles, un extrait d'un projet de loi du ministère de l'Intérieur fait désordre: il s'agirait de rien moins que de rétablir le délit de vagabondage, pourtant définitivement supprimé du Code pénal en France en 1994.

Ce mardi, en début de matinée, Etienne Pinte doit rendre compte à Matignon de la mission d'un mois que lui a confiée le gouvernement le 21 décembre. Le tout avec l'approbation des associations, dont plusieurs soulignaient que les choses allaient "plutôt dans la bonne direction". Quelques semaines à peine après la conférence de consensus, qui réunissait fin novembre un jury présidé par le conseiller d'Etat Jean-Marie Delarue, le ton était donc plutôt consensuel.

Document de travail?

Mais nous nous sommes procuré un "projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure", estampillé du dudit ministère.

Le document officiel :
http://www.rue89.com/files/20080129Loivagabondage.pdf

Son article 43 porte sur "l'occupation abusive et irrégulière du domaine public". C'est cet article qui prévoit de rétablir une peine de "six mois d'emprisonnement et 3750 euros d'amende" pour tout sans abri qui continuerait à occuper la rue.

A partir de quand peut-on considérer qu'un SDF a refusé une offre tangible? Le texte -qui n'est peut-être qu'un document préparatoire- ne le précise pas. Il stipule toutefois qu'"il peut être procédé à la saisie de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction". Autrement dit, la police pourrait saisir la tente ou le duvet du sans abri qui se sera, par exemple, installé sous un pont. Et selon ce texte, dormir dans la rue est passible d'emprisonnement.

Lundi soir, le ministère de l'Intérieur, plusieurs fois sollicité, n'avait pas donné suite à nos messages. Depuis qu'elles ont pris connaissance de ce document, certaines associations se disent "inquiètes qu'on veuille nettoyer manu militari les rues de Paris pour les touristes". Tout en
préférant attendre la remise officielle du rapport Pinte pour monter au créneau.

"Rétablir le délit de vagabondage serait tragique"

Jean-Marie Delarue, qui présidait la conférence de consensus, confiait à l'époque que l'urgence était bien à recentrer les acteurs du monde associatif autour d'une dynamique commune, pour qu'ils puissent exiger d'une même voix des politiques publiques conséquentes. A la veille de la publication du rapport Pinte, le conseiller d'Etat attendait d'en prendre connaissance mais se disait "attentif" à ce projet de loi qui émane du ministère de l'Intérieur:

"Il faut être prudent: une proposition dans un rapport n'est pas une décision gouvernementale. Même si les associations se félicitent plutôt d'avoir été consultées. Si l'Intérieur va jusqu'au bout, il faut que le gouvernement clarifie ses intentions, car rétablir le délit de vagabondage serait tragique."

Même son de cloche chez un psychiatre impliqué dans le domaine, qui affirme que les pouvoirs publics multiplient ces derniers temps les appels aux experts afin que ces derniers viennent "avaliser la dangerosité des sans abris sous couvert de diagnostic psychiatrique".

A la veille de son entrevue à Matignon, Etienne Pinte préférait, lui, s'abstenir de communiquer sur la question. Le 5 décembre, au sortir de la conférence de consensus, la présidente de la Fnars, Nicole Maestracci, résumait ainsi le dossier des sans-abris:

"La vraie révolution, ce serait de donner de la cohérence à tout cela, et d'instaurer un vrai pilotage."

Pas sûr qu'elle ait été entendue par le gouvernement, comme le montre la cacophonie que trahit le document du ministère de l'Intérieur.

► Mis à jour le 29/01/2008 à 11h58: après la publication du document sur Rue89, le cabinet du ministère de l'Intérieur affirmait mardi matin que la disposition ne figurerait finalement pas dans la mouture définitive du projet de loi de sécurité intérieure.

► A lire aussi: les propositions d'Etienne Pinte, rendues publiques à Matignon, mardi 29 janvier.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LOGEMENT CONTRE SERVICE "SEXUEL"

Message par Joss le Sam 16 Fév 2008 - 13:53

LOGEMENT CONTRE SERVICE "SEXUEL"


Jeudi noir fait le trottoir chez Boutin

Militant contre les dérives du marché locatif, des membres du collectif Jeudi noir sont venus « montrer leur cul » rue de Varenne pour interpeller la ministre du logement sur la prostitution passive révélée par un article de Libération. Une pratique dont ils ont pu vérifer la réalité dans leur entourage ou par des testings inquiétants.




_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Joss le Sam 16 Fév 2008 - 19:04

Les Enfants de Don Quichotte squattent Dailymotion

LE MONDE | 16.02.08

Archi-drôle et infiniment tragique. Poudre aux yeux, le film réalisé par Les Enfants de Don Quichotte et diffusé depuis le 15 février sur le site Dailymotion.com, ne retrace pas seulement l'histoire de l'incroyable coup médiatique fomenté par la famille Legrand pour dénoncer le scandale des sans-abri, pendant l'hiver 2006-2007. Il force surtout le spectateur à voir et à entendre ceux desquels, le plus souvent, il détourne le regard. Par peur, dégoût, culpabilité ou indifférence.

"Ce film est fait pour que les gens prennent conscience que les SDF ne sont ni des parias ni des criminels, mais des personnes dont les histoires nous touchent tous. Il faut qu'ils comprennent qu'en se bougeant les choses peuvent changer", explique le cinéaste Mathieu Kassovitz "rédacteur en chef" de la page d'accueil de Dailymotion du 15 au 17 février.

Avec leurs tentes rouges installées sur les quais du canal Saint-Martin, à Paris, et dans d'autres villes françaises, Les Enfants de Don Quichotte avaient en effet déclenché l'adoption de la loi sur le droit au logement opposable, que réclamaient de nombreuses associations depuis des années.

En diffusant Poudre aux Yeux d'abord sur Internet, ses réalisateurs – Jean-Baptiste Legrand, Augustin Legrand et Ronan Denecé – espèrent accroître la mobilisation avant la "Nuit blanche du mal-logement", organisée par une trentaine d'associations, jeudi 21 février, place de la République, à Paris.


POLITIQUES MALMENÉS

Le film montre bien comment les Don Quichotte n'ont eu aucun complexe à utiliser les médias pour relayer leur révolte dans l'opinion et faire pression sur le gouvernement. Aucun complexe au sens propre, d'ailleurs, lorsque Augustin Legrand décide de sauter nu dans la Seine pour sortir en hurlant : "Si on fait ça, c'est pas pour déconner ! Y a 100 000 SDF en France (...) !" Ces médias ont, parfois, le don de mettre en boule le bouillant gaillard : "On va se faire bousiller la gueule !, pleure-t-il dans un moment de découragement. Ils remettent en cause notre sincérité !"

Les politiques sont là, eux aussi, joyeusement malmenés. Ainsi, Ségolène Royal, à qui Augustin Legrand raccroche au nez, ou encore Christine Boutin, aujourd'hui ministre du logement, dont il mime "les cris de joie" lorsqu'elle a signé la "charte du canal Saint-Martin".

Catherine Vautrin, enfin, qui a donné au film son titre. Quelques jours avant d'être contrainte de négocier par l'Elysée, la ministre déléguée à la cohésion sociale de l'époque avait dénoncé "l'utilisation de la misère", "l'agitation politico-médiatique", une opération "poudre aux yeux".

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10435
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: S.D.F.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum