MARTHE ET MARIE

Demain, les individus sous contrôle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:06

C'est le titre d'un article paru dans Le Monde le 6 novembre 2006. Le politologue blege Thierry Balzacq y prédit une réduction progressive et soncentie des libertés individuelles, la lutte antiterroriste imposant à tous le fantasme d'une démocratie sans risque.
Par exemple, face au terrorisme, le gouvernement américain va communiquer les données personnelles des passagers aériens (adresse, numéro de carte de crédit et préférences alimentaires) aux services de sécurité américains. Selon Balzacq, cela illustre une tendance de fond pour demain.
Les mesures de sécurité peuvent tout justifier aujourd'hui. "Au nom de quoi, vous demande-t-on, vous opposeriez-vous à des mesures de sécurité ?" Cette évolution de la notion de sécurité transforme en profondeur notre conception de la démocratie. Aujourd'ui, un Etat peut bafouer les droits des citoyens s'il est qualifié de démocratique. Or la démocratie est un ensemble de libertés et de droits que l'on ne peut démanteler sans porter atteinte à ses fondements.
[...]
Le 11-Septembre a servi de catalyseur et a accéléré la mise en place de programmes de contrôle et de suveillance généralisés. J'ai le sentiment que rien ne pourra endiguer cette évolution, sauf un changement profond des mentalités.
[...]
Nous allons assister, sans doute, à une normalisation de ce qui était, avant, considéré comme des exceptions - gardes à vue prolongées sans motifs réels, etc.
[...]
Nous nous dirigeons vers une société de contrôle donc, mais aussi d'autocontrôle : le quadrillage de la société, l'installation générale de caméras poussent les personnes à se réfréner. Cela peut, à terme, affecter tout simplement les capacités créatrices de notre société.


Dernière édition par le Mar 29 Mai 2007 - 8:06, édité 1 fois

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:06

M. Bush attaqué par les défenseurs des libertés civiles


Article publié le 19 Octobre 2006
Par Corine Lesnes
Source : LE MONDE
Des Américains portent plainte contre le président, le gouvernement et l'armée pour "abus de pouvoir".

On dirait une réunion de famille ou une promotion d'étudiants. Ils ont de 21 à 65 ans et des physionomies d'Américains ordinaires. Jeff et Nicole Rank sont venus avec leur bébé. Sawsan Tabbaa, avec son fils Hassan. Tous ont en commun d'avoir porté plainte contre le président, l'armée ou le gouvernement des Etats-Unis pour abus de pouvoirs.
L' American Civil Liberties Union (ACLU) les a réunis, lundi 16 et mardi 17 octobre à Washington, à l'occasion de son congrès biennal. L'ACLU est l'une des principales organisations de défense des libertés aux Etats-Unis. Depuis 2001, le nombre de ses adhérents a doublé au plan national.Et même triplé dans certains Etats comme l'Oregon.
[...]
Fin 2005, le groupe s'est aperçu qu'il figurait sur une liste du Pentagone. En invoquant la loi sur la liberté de l'information, l'ACLU a mis au jour une banque de donnée appelé Talon (threat and Local Observation Notice), dans laquelle figuraient nombre de groupes antiguerre. "Nous étions étiquetés "menace crédible", décrit M. Hordynski. Au départ, mon ego a presque été flatté. Je me suis dit : "Tiens nous somme splus efficaces que nous ne le pensions."
Ensuite, cela lui a rappelé ce que ses parents lui a rappelé ce que ses parents lui avaient raconté de la Pologne d'avant 1980. M. Hordynski est venu à Washington avec 250 pages de documents de l'armée. Il y a des copies de courriels que les membres du groupe échangeaint. Selon toute vraisemblance, ils ont été interceptés.
Janet Nocek est bibliothécaire à Portland, une commune de 9200 habitants dans le Connecticut. Au printemps 2005, elle a reçu du FBI une "lettre de sécurité nationale", lui intimant, en vertu de la loi antiterroriste (Patriot Act), de remettre des informations sur les usagers ayant consulté Internet sur les ordinateurs de la bibliothèque. Elle n'a pas livré d'informations. "Notre règle est de ne pas donner plus de renseignements que demandés et jamais sans un mandat judiciaire en bonne et due forme."
Le FBI a aussi émis une interdiction de parler de l'affaire à qui que ce soit et pour une durée indéterminée. "C'est très bizarre, explique-t-elle, de ne pouvoir parler à personne. Les bilibothécaires ont poursuivi le gouvernement. Un juge a levé le secret. Aussitôt, Mme Nocek a fait "des tas de recherches" sur la législation. Elle s'est aperçue qu'elle n'avait pas osé avant, tellement elle était effrayée.
Un autre plaignant est toujours anonyme. Il dirige un serveur Internet. La justice ne l'a pas encore délivré de la lettre du FBI ni de l'obligation de garder le secret.
Autres participants, Nicole et Jeff Rank. Le couple a décidé le 4 juillet 2004 - jour de la fête nationale - de marquer son mécontentement. Vêtus d'un tee-shirt anti-Busch, les Rank se sont placés sur le parcours du président en Virginie-Occidentale. Ils ont été arrêtés.
Il y a aussi les personnalités plus connues, comme l'écrivain James Bamford, qui a porté plainte contre l'Agence nationale de la sécurité (NSA), qui se livre à des écoutes téléphoniques en dehors de tout cadre judiciaire.
[...]

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:07

Cette histoire de bibilothécaire qui doit livrer des noms, ça ne vous fait pas penser à la campagne officielle américaine de lutte antiterroriste après 11 septembre ? On y voyait un jeune homme qui venait chercher des livres à la bibliothèque et la bibliothécaire lui demandait ses nom et prénom à cause des livres qu'il empruntait. Le slogan était : "Défendons nos libertés contre le terrorisme." On dirait que ça a donné des idées au gouvernement de Busch.

Il y en avait une autre : des chrétiens qui se réunissaient en cachette pour une célébration religieuse.

La France s'est déjà déshonorée durant la seconde guerre. Allons-nous accepter de nouveau la collaboration ? Car cette dictature arrive chez nous.

Le problème actuel de la liberté, c'est qu'elle est soumise aux lois. Ce sont les lois qui décident où commencent et s'arrêtent les libertés. Il suffit de changer les lois pour modifier la définition de la liberté.

Aux Etat-Unis, la liberté d'expression, et même tout simplement de consience, est menacée. Elle devient un crime politique, qu devient aussi répréhensible que le vol, le viol ou le meurtre. Et on en vient peu à peu à considérer ce crime politique comme un crime contre l'humanité.

Un ensemble de mesures sont prises en toute illégalité. Le président a le droit d'interpréter les lois, il peut les supprimer, il peut édicter des lois momentanées liées aux circonstances, et il peut même amender la constitution, du moment qu'il agit pour un soi-disant bien supérieur. A quand la suppression pure et simple de la constitution ?


Dernière édition par le Mar 29 Mai 2007 - 8:08, édité 1 fois

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:07

La nouvelle loi antiterroriste est-elle constitutionnelle ?

Article publié le 15 Novembre 2006
Par Annick Cojean
Source : LE MONDE

LA LOI ANTITERRORISTE, signée par George Bush le 17 octobre 2006, a suscité l'indignation des avocats de Guantanamo et des organisations américaines de défense des droits de l'homme. Dédiée par le président des Etats-Unis « à la mémoire des victimes du 11-Septembre », elle autorise la suspension de l’habeas corpus pour les étrangers enfermés dans des prisons américaines, autrement dit elle leur interdit de contester auprès des tribunaux civils leur détention.
Elle prévoit en revanche leur jugement par des tribunaux militaires, où ils n'auront pas droit à l'assistance d'avocats civils et où seront acceptés les aveux obtenus sous la contrainte avant le 31 décembre 2005. Une façon d’amnistier l’usage passé de la torture, laquelle, si elle est désormais expressément interdite, reste soumise à la libre interprétation du président américain. Ce dernier, enfin, a le droit de faire emprisonner, n’importe où dans le monde, quiconque sera désigné par lui « ennemi combattant ».
« La nouvelle loi est l’une des pires atteintes aux libertés individuelles jamais promulguées dans l’histoire américaine », a aussitôt dénoncé l’Union américaine des libertés civiles (ACLU). Le Centre pour les droits constitutionnels (CCR) exprime également sa consternation devant un texte qui réduit à néant les centaines de recours introduits auprès des tribunaux américains au nom des prisonniers de Guantanamo. « De l’Afghanistan à l’Espagne, d’Allemagne au Pakistan, des hommes innocents ont été renvoyés dans leur famille. Nous savons, comme le sait l’administration Bush, que bien d’autres parmi les 460 hommes encore détenus à Guantanamo, sont aussi innocents. Leur dénier le droit de s’expliquer et de ganger leur liberté n’est pas seulement immoral et illégal, mais cela mine les concepts de liberté et de démocratie sur lesquels fut construit de pays. »
Les avocats de Guantanamo, alors que l’administration Bush commence à vouloir limiter le nombre de leurs visites à leurs clients et à entraver davantage leur tâche, se disent convaincus que la loi sera déclarée contraire à la Constitution. C’est aussi ce qu’a affirmé le sénateur démocrate Ted Kennedy, et de nombreux recours ont été déposés.
Le Centre pour les droits constitutionnels a décidé d’autre part de déposer une plainte, le 14 novembre, devant un tribunal allemand contre l’ancien secrétaire à la défense américain Donald Rumsfeld pour son rôle décisif dans des cas de torture de prisonniers. M. Rumsfeld « a été l’un des architectes du programme américain de torture, déclare Michael Ratner, président du CCR5. « C’est lui qui a autorisé toute une série de moyens de torture à Guantanamo, de l’utilisation des chiens à l’humiliation sexuelle. (…) Ce type est mouillé jusqu’au cou dans l’autorisation de la torture. » La démission de M. Rumsfeld, annoncée par le président Bush après l’échec du clan républicain aux élection de mi-mandat, le prive de la possibilité d’invoquer la moindre immunité et « ouvre la possibilité de poursuites et de plaintes contre lui à la fois aux Etats-Unis et à l’étranger », précise M. Ratner. M. Rumsfeld doit rester en place jusqu’à ce que son successeur, Bob Gates, soir confirmé par le Congrès.
Il n’est cependant pas le seul responsable visé par la plainte du CCR auquel se sont jointes plusieurs associations de défense des droits de l’homme. Le ministre de la justice, Alberto Gonzalez, et l’ancien directeur de la CIA, George Tenet, sont également concernés. La démarche auprès d’un tribunal allemand se fonde sur le principe de juridiction universelle, qui avait notamment permis les poursuites contre Augusto Pinochet en Espagne.

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:08

Savez-vous que les fouilles dans les aéroports se font en toute illégalité ?

Les fouilles de sacet de valises, et fouilles corporelles sont faites par des société privées. Or, ce genre de fouille ne peut légalement être fait que par un OPJ (Officier de Police Judiciaire). De façon ponctuelle, une dérogation peut être accordée, signée par le Préfet, mais de toute façon la fouille ne peut alors se faire qu'en présence d'un OPJ, qui supervise les opérations. Aucun policier n'est présent lors de ces fouilles.

L'autre jour, une personne s'apprête à me fouiller corporellement. Elle me sort la formule rituelle :
- Vous permettez ?
- Je n'ai pas le choix.
- Bien sûr que si.
-J'ai le droit de refuser ?
- Oui.
- Alors je refuse.
- Bien. J'appelle la police.

Admirez à quoi en sont réduits le droit et la liberté. : "Vous êtes libre. Vous avez le droit de refuser. Vous vous expliquerez au poste." Et tout cela alors que la procédure est en elle-même en-dehors du droit.

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:08

Shocked Quand je pense qu'il y a quelques semaines je plaisantais en parlant de caméras de surveillance dans les toilettes. Lisez plutôt :

L'atmosphère de guerre entre entreprises innovantes les a conduites à renforcer leur sprotextions face aux menaces extérieures, réelles ou supposées. Une "culture du soupçon" s'est établie un peu partout, et ses premières victimes sont souvent les salariés eux-mêmes. Ainsi les dirigeants de l'usine Smart France en Moselle ont été poursuivis pour "atteinte à la vie privée", avant d'être relaxés par la cour d'appel de Metz le 23 novembre dernier. Un employé avait découvert dans les toilettes hommes une caméra de surveillance miniaturisée. "Raison de sécurité", s'est défendu la direction. La cour a estimé que les toilettes étant "le prolongement du lieu de travail", il n'y avait rien à redire.
Jacques Follorou, Le Monde, 19/12/06

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:09

Les sectes à l'assaut de l'entreprise

La 23e session de formation fut sans doute celle de trop. "Ça s'est terminé par la danse de l'orange", raconte l'un des douze participants, des cadres du centre d'appel de l'opérateur de téléphonie mobile Orange, situé dans le Nord. "Sans parler, les yeux bandés, nous tenions une orange du bout des doigts avec un partenaire et devions imaginer ce qui se passait dans le corps et la tête de l'autre." Le comité de direction de l'entreprise était en formation depuis deux ans. Petit à petit, avant cette énième excentricité, les sessions n'avaient cessé de dériver. Les liens supposés entre sexualité, management et psychanalyse justifiaient des séances de remises en cause publiques et intimes. Les esprits trop critiques étaient exclus du stage et se marginalisaient au sein de l'entreprise. Bel exemple de formation professionnelle...
Le marché est énorme. Il génère 22 milliards d'euros de flux financiers par an, selon le ministère du travail. 45 000 organismes prestataires sont recensés, dont 7 000 à 8 000 reconnus sur la place publique. Les risques de dérapage se mesurent à cette aune : il y a le psychothérapeute illuminé aux connaissances approximatives ; l'escroc à la recherche de budgets peu contrôlés ; ou encore la stratégie réfléchie d'une secte au fonctionnement souvent de type mafieux.
Chez Orange, la formation a pris fin grâce à un cadre rebelle. Sa supérieure hiérarchique soutenait le formateur. Elle-même participait à ces sessions marquées par la peur et les menaces de sanctions. L'intéressé s'adressa donc directement au président de France Télécom, qui diligenta une enquête interne. "Les références psychanalytiques étaient exagérées et déplacées", commente-t-on, gêné, au sein du groupe, avant d'ajouter plus discrètement à propos du formateur : "C'était plus un allumé qu'un prosélyte sectaire." L'entreprise prestataire, Equation, affirme pour sa part "être tombée de haut". "Nous avons appris l'existence du problème par hasard, dans un couloir de France Télécom." "Ce formateur agissait à notre insu, ajoute ce cabinet basé à Lyon. Nous avons mis fin à toute collaboration dès que nous avons été informés."
L'affaire a été dévoilée il y a un an à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et devrait figurer dans son rapport annuel 2006. Elle illustre bien les dérives auxquelles peuvent être confrontées les entreprises, estime Stéphane Rémy, directeur adjoint du travail à la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). D'une part, parce que "les salariés étaient dans un état de double sujétion, vis-à-vis du formateur et de leur propre chef". D'autre part, en raison du contenu, qui a dévié vers la fin de la session "après une lente mise en condition, propre aux techniques de reformatage de personnalité présentes dans les démarches sectaires". Le risque de manipulation mentale dans l'entreprise, via la formation, est identifié depuis le milieu des années 1990. Mais il a fallu attendre 2006 pour que les responsables de la formation professionnelle et les acteurs publics anti-sectes se mobilisent réellement.
Deux types de dangers sont distingués : les organisations sectaires de type Scientologie, et les microstructures soudées par des théories douteuses, présentes surtout dans le domaine de la santé. "Les mouvements sectaires n'ont plus besoin d'adeptes pour faire de l'argent, le marché de la formation professionnelle peut suffire", explique Catherine Picard, présidente de l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu (Unadfi), principale association anti-sectes en France.
Décrit par Danièle Gounord, porte-parole de l'Eglise de scientologie, comme un membre de son mouvement, Eric Ianna apparaît derrière plusieurs sociétés de formation professionnelle. Certitude, Key Concept ou Action Academy n'ont officiellement aucun lien entre elles mais emploient les mêmes méthodes, développées par la secte. Sociétés gigognes, elles ne diffèrent que par leurs adresses, mais certaines, dont celle de Certitude, ne sont que des boîtes aux lettres. Le danger existe lorsque le lien entre ces sociétés et la secte n'est pas mentionné aux clients.
[...]
Les grands groupes ne sont pas à l'abri. Fin décembre 2005, Areva, le groupe Lagardère et la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) ont annulé leur participation à un colloque à l'intitulé pourtant anodin sur "le correspondant CNIL". Ils avaient appris la veille que la société Dataclair, coorganisatrice du colloque, comptait parmi ses consultants "informatiques" un scientologue, ce que Mme Gounord confirme. "Personne n'a vérifié auprès de moi la réalité de ces liens et surtout leur influence sur le travail fourni, s'insurge Patrick Mensac, directeur de Dataclair. Je n'ai, personnellement, aucun lien avec la Scientologie, et les croyances de mon consultant ne regardent que lui."
"Peu nous importent les doctrines et les croyances", assure Henri-Pierre Debord, de la Miviludes, qui identifie trois sujets d'inquiétude : "La ponction de fonds pour le financement de réseaux sectaires, l'éventuel détournement d'informations et l'accès à des données personnelles détenues par des entreprises." Autre source de craintes pour le gouvernement : l'explosion du marché du "développement personnel". Dès 2000, une circulaire du ministère du travail en parlait comme d'un "moyen privilégié de pénétration du milieu de la formation par les organismes sectaires". [...] Inquiet des dérapages, le gouvernement a invité tous les acteurs de la lutte anti-sectes à coordonner leurs efforts. Entre mai et septembre, les organismes qui gèrent les congés individuels de formation ont resserré les mailles du filet sur le risque sectaire.
[...]
Si le mieux-être individuel peut s'accorder avec un éventuel changement de métier, c'est aussi la porte ouverte à de véritables escroqueries et à l'embrigadement mental visant des stagiaires en état de faiblesse psychologique. "Il y a enseignement suspect lorsque le formateur veut faire de vous un homme nouveau et vous guérir d'un passé responsable de tous les maux, explique Mme Chalmeau. Cette logique coupe peu à peu les gens de leur entourage familial et amical et les enferme dans une dépendance souvent très coûteuse." Les consultants ou thérapeutes en "développement personnel" se présentent désormais sous le visage de "coachs", phénomène à la mode. Et il n'est pas rare que la principale association anti-sectes, l'Unadfi, soit contactée par des victimes de leur emprise.
Les "coachs" prétendent aussi gérer l'assurance personnelle, le temps, les relations amoureuses, les changements de métier et le mieux-être en général. Ces nouveaux gourous peuvent à l'occasion servir certains desseins patronaux. Selon Mme Picard, présidente de l'Unadfi, "les entreprises utilisent parfois ces méthodes de développement personnel pour faire passer des pilules amères telles que des plans de restructuration ou de licenciement".


Jacques Follorou

LE MONDE | 28.12.06

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:09

La sûreté aéroportuaire complique l'embarquement sans supprimer la menace terroriste
par Thierry Vigoureux
Journaliste au Figaro, spécialiste de l'aéronautique et du transport aérien.
Publié le 03 janvier 2007

Dans les aéroports, la chasse au tube de dentifrice bat son plein. Depuis le 6 novembre, une nouvelle vague de mesures concernant les bagages de cabine rend les procédures d'embarquement complexes jusqu'à l'absurde. Tout produit liquide ou pâteux est proscrit à moins d'être conditionné en dose de moins de 100 ml et présenté au contrôle dans un petit sac en plastique transparent fermé. Certes, les files d'attente des premiers jours n'ont pas été très importantes avec les voyageurs d'affaires habitués aux contraintes du transport aérien, mais elles pourraient renaître avec l'afflux de touristes et de vacanciers moins habitués aux subtilités de la sûreté aéroportuaire.
Tenter d'embarquer un camembert, du foie gras, ou plus simplement de l'eau de toilette, du parfum ou du shampooing mettrait en péril la sûreté du transport aérien, car ces produits, dit-on, pourraient cacher des explosifs. Ce maquillage, théoriquement possible, fait cependant sourire les chimistes, sceptiques surtout face à la complexité des mélanges nécessaires pour fabriquer une bombe. Pendant ce temps-là, les matières radioactives, elles, voyagent tranquillement. Environ 30 000 passagers ont été potentiellement contaminés par le polonium 210 utilisé pour empoisonner l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko, mort à Londres à la fin novembre 2006.
Les jeunes enfants sont particulièrement menacés. Biberons et plats préparés peuvent être goûtés, au milieu des microbes venus du monde entier au passage du portique d'inspection filtrage. C'est là qu'on enlève une partie de ses vêtements, sa ceinture et ses chaussures... Les personnes qui doivent emporter des ­médicaments, ne sont pas mieux loties et voient les produits contestés s'ils ne portent pas exactement le même nom que celui mentionné sur l'ordonnance. Les génériques posent alors des problèmes. Récemment, un drame a été évité de justesse avec une passagère en détresse respiratoire lors d'une crise d'asthme. Ses médicaments antihistaminiques avaient été confisqués à l'embarquement.
Les mesures actuelles ont été décidées à Bruxelles. Les fonctionnaires des aviations civiles européennes avouent être très fiers d'avoir réussi à mettre en oeuvre le même jour dans les 25 pays de l'Union européenne le même règlement. Voilà un bel exercice de style certes, mais qui complique à l'extrême la vie des aéroports, des compagnies ­aériennes et de leurs passagers pour un résultat pour le moins peu évident.
Charles de Courson, rapporteur du budget des Transports, ne mâche pas ses mots. Le député UDF de la Marne désigne là des « mesures à l'efficacité douteuse ». Il fustige dans le projet de loi de finances pour 2007 « le manque de formation des agents de sûreté, l'incohérence et l'inadaptation des mesures prises et la mauvaise appréhension des menaces terroristes ». Les contrôles actuels de sûreté dans les aéroports sont à peu près inefficaces pour un coût exorbitant de 566 millions d'euros cette année. Plusieurs spécialistes de cette question ont mis en garde les acteurs du transport aérien lors du récent « Cannes Airlines Forum ». Roger Dutoit, directeur général de Brink's, critique les réglementations à outrance édictées en France par pas moins de douze administrations ou entités (État, aéroport, compagnies, police, gendarmerie, douanes, etc.). Conséquence, à l'entrée de la zone réservée dans les terminaux, « les contrôles des passagers sont plus axés sur le respect de la règle que sur la recherche réelle de la sûreté », explique le responsable de la société leader du secteur en France.
Le Canadien Jacques Duches­neau, chef de la sûreté du transport aérien, abonde dans le même sens : « Il ne faut pas être un pêcheur qui attend le poisson, mais un chasseur qui traque le ­gibier. Il ne s'agit pas de déceler des objets, mais des terroristes. S'attar­­der sur les ciseaux à ongle ou maintenant sur les liquides, c'est avoir une guerre de retard. En amont, le rôle du renseignement est essentiel et doit aussi mettre le passager dans la boucle. » Cette stratégie de s'intéresser plus aux hommes qu'aux objets, est appliquée par la compagnie israélienne El-Al, peut-être la plus menacée par les terroristes. La fouille est ici complétée par un interrogatoire effectué par des psychologues qui croisent les questions pour susciter des contradictions et révéler un comportement suspect.
Jean-Cyril Spinetta, président d'Air France, souligne que les multiples procédures deviennent insupportables et incompréhensibles pour le passager : « Si le risque est le même pour tous, pourquoi fouiller les passagers ici à 50 %, là à 30 ou 10 %. Autre absurdité, un bagage entre Marseille et New York via Francfort est contrôlé une fois au départ. S'il passe par Paris, il y a une deuxième vérification et personne ne sait pourquoi. » Ancien commandant du Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), Philippe Legorjus est formel : « La pire menace pour un terroriste, c'est de ne pas voir de service de sûreté. Pour être efficace, celle-ci doit être invisible et aléatoire ». Un nouvel examen des procédures de sûreté est prévu dans six mois par la Commission européenne. Espérons que les errements actuels vont être éliminés pour déboucher sur des règles aussi réalistes qu'efficaces.

Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Arcanes le Mar 14 Aoû 2007 - 10:06

PARIS (AFP) - Un fichier, comportant des données biométriques de voyageurs aériens volontairement inscrits dans ce programme, a été créé par le ministère de l'Intérieur, par un décret paru mardi au Journal officiel, fichier sur lequel la Cnil a émis de nombreuses réserves.


Ce traitement automatisé de données à caractère personnel des passagers des aéroports français comportera les empreintes digitales de huit doigts ainsi que l'état civil, le lieu de naissance, la nationalité, l'adresse.




Baptisé "Parafes", ce fichier "a pour finalité d'améliorer le contrôle de la Police aux frontières (Paf) et de faciliter (pour les voyageurs, ndlr) un passage rapide des frontières extérieures" de l'espace Shengen en utilisant un sas particulier.

Ce traitement concernerait environ 100.000 voyageurs aériens fréquents, désireux d'éviter les attentes. Peuvent adhérer à ce programme, les personnes majeures, citoyens de l'Union européenne ou résidant dans l'UE sous certaines conditions.

Les données personnelles "sont conservées pendant une durée de 5 ans à compter de leur inscription. Toutefois, les données de personnes qui renoncent au programme sont effacées sans délai", selon le décret.

Des personnels spécialement habilités de la Paf et la police nationale chargée du contrôle aux frontières pourront avoir accès à ces données, qui feront par ailleurs "l'objet d'une interconnexion avec le fichier des personnes recherchées (FPR) et le système d'information Schengen".

Ce nouveau fichier est créé après une expérimentation menée par le ministère de l'Intérieur depuis 2005 sous le nom de Pégase, pour lequel la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) "ne dispose toujours pas aujourd'hui d'une évaluation globale" pourtant "nécessaire avant de procéder à la généralisation d'un dispositif".

Arcanes
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Cécile le Mer 15 Aoû 2007 - 10:40

Jusqu'à présent, je ne m'inquiétais pas trop de tout ce qui est surveillance policière. Quand on a la conscience tranquille... Et le terrorisme existe, il est donc normal de prendre certaines précautions et d'accepter que les autres ne peuvent se fier à notre "bonne mine" !

Mais ce que je trouve très inquiétant, et d'autant plus que cela ne relève d'aucune nécessité de sécurité, c'est le projet de Spock.com. On tape le nom d'une personne et on découvre tout ce qu'elle a pu livrer d'elle-même sur Internet au fil des années. Y compris éventuellement sur les forums ? Pourquoi pas...

Il est facile d'imaginer tout ce qui peut en découler. Sans même parler des personnes malveillantes, le patron saura ce que pensent ses employés, et réciproquement, les élèves connaîtront la vie privée de leurs enseignants. Etc, etc...

Si j'ai bien compris, c'est pour très bientôt !

Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Arcanes le Mer 29 Aoû 2007 - 17:22


REUTERS/CHINA DAILY
Ces deux avatars représenteront virtuellement le Bureau municipal de la sécurité publique de Pékin sur le Web

Les autorités chinoises, qui multiplient les moyens pour contrôler l'accès de ses citoyens à Internet, s'apprêtent à lancer un nouveau programme afin de prévenir toute "activité illégale" sur le Net. Un couple de policiers virtuels apparaîtra, dès le 1er septembre, toutes les demi-heures sur les écrans de tout internaute se connectant sur un site d'information basé à Pékin. En décembre, cette mesure sera appliquée à l'ensemble des sites et des forums de la ville.


Les cyberpoliciers se manifesteront à intervalle régulier pour rappeler aux internautes que certains sites – considérés comme une "source de désordre public et de perturbation de l'ordre social", selon Pékin – ne doivent pas être visités.

Il s'agira de mettre hors d'atteinte aussi bien la pornographie que les sites incitant à la sécession, aux jeux d'argent ou à la fraude. "La police protégera le monde virtuel, car il a un impact grandissant sur le monde", s'est justifié Zhao Hongzhi, directeur adjoint du département Internet de la police de Pékin.

Les autorités chinoises misent également sur l'interactivité de ses policiers virtuels. Ainsi, lorsqu'un utilisateur cliquera sur les icônes, il sera automatiquement redirigé vers le site du centre de surveillance d'Internet, où il pourra à son tour signaler tout contenu suspect ou toute activité illégale. Environ 5,5 millions des 120 millions d'internautes chinois se trouvent actuellement dans la capitale, où sont également hébergés plus 300 000 sites et forums.


Le Monde.fr avec AFP

Arcanes
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Cécile le Mer 29 Aoû 2007 - 19:27

:realmad: y z'y arriveront pas ! semoque

Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Souricet le Mer 29 Aoû 2007 - 19:30


Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Loup Ecossais le Mer 29 Aoû 2007 - 19:55

Krykry, on dirait que tu viens de découvrir une "exoplanète" !!! Bonté divine, que crois-tu? Que nous sommes en face de gens qui ont une haute idée des vertus? Ce sont tous des criminels en puissance. Et cette put.... de puce, ils nous l'imposerons d'une manière ou d'une autre. Ils y travaillent. J'ai l'impression de rêver. Que vous faut-il comme preuves supplémentaires pour vous tirer de votre incrédulité?

Nous sommes sous la coupe d'une bande de criminels, organisés, dont la tradition remonte à la "Confrérie du Serpent".

Bien sûr qu'il est difficile de faire le lien, entre cette époque lointaine et aujourd'hui. Tout simplement parce que nous "découvrons" des choses, soigneusement cachées, grâce à la désinformation et au conditionnement du citoyen lambda à ne pas s'intéresser aux choses essentielles. Les "réality schow" et autres débilités sont faites pour cela. Et d'où nous viennent ces idioties? Des ricains, évidemment. Et ce n'est pas terminé. Le pire est à venir.

http://secretebase.free.fr/complots/techno/bluebeam/bluebeam.htm

Voilà ce qui nous attend, dans un avenir plus que proche. Ce n'est pas le Royaume de Dieu qui vient, mais bien celui du prince de ce monde.

Loup Ecossais
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 194
Age : 61
Localisation : Jamais loin de vous...
Date d'inscription : 27/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Demain, les individus sous contrôle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum