MARTHE ET MARIE

Le droit du malade à la vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le malade a-t-il toujours droit à la vérité ?

Oui, toujours.
 
No, pas toujours.
 
Non, jamais.
 
 
 
Voir les résultats

Le droit du malade à la vérité

Message par Souricet le Mar 29 Mai 2007 - 8:01

Le droit à la vérité fait l'objet d'âpres débat. En dehors de la lâcheté de certains médecins qui ne disent pas la vérité parce qu'ils n'osent affronter la réaction du malade, il en est d'autres qui partent du rpincipent que leurs patients ne sont généralement pas capables de supporter la vérité. Certains vont jusqu'à cacher la vérité à la famille. D'autres sommités médicales sont pour dire la vérité en tout circonstance, tout en proposant ensuite une assistance. Ne pas dire la vérité, n'est-ce pas maintenir le malade dans un état de dépendance vis-à-vis de la médecine.
Faut-il trancher pour ou contre, ou régler la question cas par cas ? Et le problème ne suppos-t-il pas une connaissance approfondie de la mentalité et de psychologie de chaque patient, donc l'avis de la famille et de l'entourage ? Et l'avis du généraliste ou médecin de famille, qui connait bien le malade ?

Il arrive que l'entourage n'ose pas dire au malade que son état est très grave. Au contraire, on l'encourage à croire qu'il est en train de guérir alors qu'il est en train de mourir. Nos idées modernes sont pour cacher la mort à tout prix. N'est-ce pas effarant d'ignorance, d'inhumanité, au nom d'une humanité fausse et déchristianisée ? Si quelque chose est à nous, c'est bien notre mort. Elle est donnée par Dieu, on n'a pas le droit de nous la cacher.


Dernière édition par le Mar 6 Nov 2007 - 16:12, édité 2 fois
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Souricet le Dim 15 Juil 2007 - 17:29

En refusant de dire la vérité au malade, n'est-ce pas à soi-même, au fon, que l'on refuse de la dire. Ne refuse-t-on par par lâcheté, parce que c'est difficile à dire ?

Edmond Rostand faisait dire à l'Aiglon agonisant :

On n'avait pas le droit de me voler ma mort.

Et puis le malade petu avoir des dispositions à prendre, tant sur le plan matériel que sur le plan spirituel.

Et le malade est souvent plus préparé qu'on ne le croit à l'idée de la mort. Comment peut-on prétendre savoir mieux que lui comment il gèrera la chose ?
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Arcanes le Mar 17 Juil 2007 - 11:28

Le morale est un facteur très important pour la guérison. Lorsqu'un médecin ne dis pas la "vérité" à son patient atteint d'une grave maladie, le plus souvent, c'est aussi parceque l'équilibre spychologique est fragile.

La famille est par contre mise au courant dans la plupart des cas. Mais en règle générale aujourd'hui les médecins annoncent la maladie au patient.

Le malade a droit à la vérité, bien entendue mais où se trouve la vérité exactement ? Lorsqu'on sait, par exemple, des cancers guéris. La vérité n'existe pas quand à déclarer l'aboutissement final....

Je pense qu'il faille surtout éclairer, le patient sur les soins possibles et les conséquences de ces soins.
avatar
Arcanes
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Joss le Mar 17 Juil 2007 - 13:05

C'est un sujet délicat. Ca doit être au cas par cas et à la discretion du docteur et de la famille.

Un exemple : ma grand-mère atteinte d'un cancer du rectum qui l'a emportée. Le médecin qui la soignait ne lui avait pas dit qu'il s'agissait d'un cancer mais parlait de polypes. Elle a du être opérée plusieurs fois et son mal s'agravait.

Tant et si bien qu'elle me demandait avec de plus en plus d'insistance bien que je suive l'avis du médecin en ne prononçant jamais le mot "cancer, à ne rien lui cacher pour le cas où ce serait plus grave, préférant, m'avait-elle dit,
tout savoir.

Arrive a nécessité d'une autre opération à laquelle elle se refuse obstinément. Je lui dis "mamy, il vaudrait mieux car tes polypes risquent de devenir cancéreux".

Qu'avais-je dis ! gene Ma grand-mère a téléphoné à toute la famille pour se plaindre : "vous vous rendez compte, elle m'a dit que j'avais un cancer. Comme si on devait dire cela à un malade !" What a Face ....et elle m'a fait beaucoup de reproches

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10481
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Arcanes le Sam 21 Juil 2007 - 11:45

Un jour ma mère me raconte une histoire :

Une personne se voit refuser la location d'une maison, parcequ'elle est atteinte d'un cancer. La propriétaire refuse de louer, parcequ'elle souhaite le faire sur des longs mois...

J'ai trouvé cela cruelle.

Finalement je me pose la question si toutes véritées est bonne à dire dans ce monde d'abrutis.
avatar
Arcanes
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Cécile le Sam 21 Juil 2007 - 13:05

Je suis toujours un peu agacée quand on parle du droit de savoir "pour la famille"...

Le malade est, ou non, capable d'accepter la vérité sur sa maladie. La famille est concernée, peut-être, mais bien après le patient.

Si le malade ne sait pas qu'il est condamné, sa famille ne doit pas le savoir non plus. A quoi lui sert de savoir ?

Le malade, lui, peut avoir des choses à prévoir, des demandes à faire. Sans parler de l'essentiel, qui est de faire le point sur sa vie, et à mettre de l'ordre là où il est seul à pouvoir le faire : dans sa relation avec Dieu.

Quand le médecin ne dit pas la vérité à son patient, mais la dit à la famille, il se débarasse d'une corvée. Mais la famille est peut-être plus fragile que le patient lui-même, ou animée d'autres arrières-pensées...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3182
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par lucie le Sam 21 Juil 2007 - 13:59

Le malade a à mon avis le droit de savoir. de savoir ce qu'il a, de savoir ce qu'il risque de lui arriver.
De savoir aussi ce qu'on lui fait et pourquoi, quels sont les effets espérés d'un tritement par rapport à ses effets immédiats, et en dernier recours, c'est à lui de décider du traitement, de l'accepter ou de le refuser.

Ne pas dire, c'est arriver dans le cas de la grand mère de Joss : elle refuse une opération parce qu'elle ignore ce qu'elle a... Si elle avait su, elle aurait su aussi contre quoi se battre, aurait su ce que les médecins entrepenaient, pourquoi, ce que voulait dire l'opération.

Bien sur, il faut être attentif à la manière de le dire... peut-être différer parfois. mais la vérité doit à mon avis être l'habitude, le silence et le mensonge l'exception.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par lucie le Sam 21 Juil 2007 - 14:01

Arcanes a écrit:Un jour ma mère me raconte une histoire :

Une personne se voit refuser la location d'une maison, parcequ'elle est atteinte d'un cancer. La propriétaire refuse de louer, parcequ'elle souhaite le faire sur des longs mois...

J'ai trouvé cela cruelle.

Finalement je me pose la question si toutes véritées est bonne à dire dans ce monde d'abrutis.

Là, c'est un autre problème... Et le secret médical (vis à vis d'un employeur, d'un assureur....) doit être préservé, parce que notre société basée sur l'argent, la recherche du profit.... ne veut pas donner un accès aux malades...
C'est cruel, c'est injuste...

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par saturnales le Sam 21 Juil 2007 - 14:15

lucie a écrit:
Arcanes a écrit:Un jour ma mère me raconte une histoire :

Une personne se voit refuser la location d'une maison, parcequ'elle est atteinte d'un cancer. La propriétaire refuse de louer, parcequ'elle souhaite le faire sur des longs mois...

J'ai trouvé cela cruelle.

Finalement je me pose la question si toutes véritées est bonne à dire dans ce monde d'abrutis.

Là, c'est un autre problème... Et le secret médical (vis à vis d'un employeur, d'un assureur....) doit être préservé, parce que notre société basée sur l'argent, la recherche du profit.... ne veut pas donner un accès aux malades...
C'est cruel, c'est injuste...


Dans ce cas précis , c'est surtout strictement illégal. Je ne vois pas comment le propriétaire a pu apprendre la maladie de cette femme, mais cela rentre tout a fait dans le cadre légal de la discrimination. ( cf loi du 17 Janvier 2002 de modernisation sociale, art 158) Un courrier , et c'est réglé
avatar
saturnales
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 236
Age : 35
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Arcanes le Sam 21 Juil 2007 - 14:23

Parceque la malade banalement à dis qu'elle souhaitait louer la maison pour la rapprocher du centre de soins.
avatar
Arcanes
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit du malade à la vérité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum