MARTHE ET MARIE

RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Message par Joss le Jeu 27 Fév 2014 - 21:47

LA RUSSIE N'ABANDONNERA  J A M A I S  LA CRIMEE

Un reportage "un oeil sur la planète russie le temps de la reconquête" en deuxième partie de cette vidéo daté de 2008, explique l'enjeu de la CRIMEE




avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

RAPPEL :C'ETAIT EN 2011

Message par Joss le Lun 3 Mar 2014 - 8:52

ÉMISSION TV RUSSE DE »GÉOSTRATÉGIE GRAND PUBLIC» : L’ENCERCLEMENT DE LA RUSSIE PAR LES EU ET L’OTAN ET LES CONSÉQUENCES D’UNE ATTAQUE NUCLÉAIRE , PRINCIPALEMENT À PARTIR D’ÉLÉMENTS NAVALS , CONTRE LA RUSSIE

La télévision Russe vient de diffuser une émission de »géostratégie grand public» : Une animation montrant l’encerclement de la Russie par les EU et l’OTAN et les conséquences d’une attaque nucléaire , principalement à partir d’éléments navals , contre la Russie . Les éléments de la DAMB sous la forme de destroyers AEGIS sont bien destinés à empêcher une riposte Russe . Le magnifique exposé du Dr Sergueï Kurginyan recueille l’approbation de 94 % des téléspectateurs
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

UKRAINE : LA RUSSIE ET LA CHINE CONSTATENT LEUR CONCORDANCE

Message par Joss le Lun 3 Mar 2014 - 9:05

UKRAINE : LA RUSSIE ET LA CHINE CONSTATENT LEUR CONCORDANCE DE VUES

3 MARS 2014 L'EXPRESS

Moscou - Les chefs de la diplomatie russe et chinoise ont constaté lundi leur concordance de vues sur la situation en Ukraine lors d'une conversation téléphonique, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.


Sergueï Lavrov et Wang Yi ont souligné "la large concordance de vues de la Russie et de la Chine sur la situation dans ce pays et autour", selon un communiqué du ministère.

"Les ministres sont convenus de poursuivre leurs contacts étroits sur ce thème", ajoute cette source.

La Russie et la Chine sont déjà des alliés sur plusieurs dossiers diplomatiques face aux Occidentaux, tels que la Syrie. Les deux pays ont ainsi bloqué plusieurs projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le président Bachar al-Assad.

Après le feu vert du Parlement russe ce week-end à une intervention militaire en Ukraine, les Occidentaux ont fait bloc contre Moscou.

Les dirigeants de sept pays membres du G8 - le huitième pays membre étant la Russie - ont annoncé dimanche la suspension de leurs préparatifs en vue du sommet du groupe à Sotchi (Russie) en juin. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a par ailleurs prévenu que la Russie pourrait perdre son siège à la table du G8.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Message par Joss le Mar 4 Mar 2014 - 15:52

Beaucoup de gens font du bruit avec leur bouche au sujet de la Russie, de l'Ukraine et de la Crimée, mais les Etats Unis n'ont pas les moyens d'intervenir militairement, même si un de leurs porte avion a passé Gibraltar ce matin.  Franchement, envoyer un porte-avion et son escadre au travers des Dardannelles, du Bosphore pour déboucher en Mer Noire, ce serait l'envoyer dans un nid de guêpes.
… et puis, quand on sait que sur les deux bâtiments américains envoyés dans la Mer Noire durant les jeux de Sotchi,  la frégate lance-missile USS Taylor  s'est lamentablement plantée sur un haut fonds dans un port turc, ils feraient mieux de laisser leurs joujoux dans l'Atlantique. ( source )

L'Union Européenne pourrait se retrouver avec 25% de gaz en moins, si elle engageait des hostilités avec la Russie. L'UE a t'elle un commandement militaire unifié ?  lol   Merkel n'a certainement pas le même avis qu'un Hollande, ni les mêmes mentors. 
Quant aux anglais, ont ils droit au chapitre ? 

"Ceci aura un coût " (Obama)

L'ancien président ukrainien serait mort d'une crise cardiaque cette nuit.
Cela fait une carte de moins dans le jeu de Poutine.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ACCORD CONCLU ET UN EX OFFICIER ISRAÉLIEN, LEADER DE LA RÉVO

Message par Joss le Mar 11 Mar 2014 - 16:23

UKRAINE. VIDÉO: ACCORD CONCLU ET UN EX OFFICIER ISRAÉLIEN, LEADER DE LA RÉVOLTE À MAÏDEN

21 FÉVRIER ALAINJULES

Alors qu’on vient d’apprendre qu’un accord  aurait été conclu entre l’"opposition" et le pouvoir ukrainien, accord qui prévoit une élection présidentielle anticipée, une réforme de la Constitution, on apprend aussi des plus belles. En effet, les médias ukrainiens ont rapporté qu’un ancien officier de l’armée israélienne joue un rôle de premier plan dans les manifestations anti-gouvernementales dans l’ancienne république soviétique.

Selon les rapports, l’ israélien anonyme commande un groupe de 20 militants ukrainiens ultra-violents. Quatre autres Israéliens, qui avaient déjà servi dans l’armée israélienne, Tsahal, ont aussi pris part à des rassemblements de l’"opposition" dans la capitale ukrainienne, Kiev.

Ces officiers israéliens sont nés en Ukraine, mais ont émigré en Israël et ont rejoint les forces armées avant de revenir au sein de leur pays de naissance pour mener des manifestations .

Bien plus, toujours selon les médias ukrainiens, un magnat israélien fournit un soutien financier à l’opposition en Ukraine et ajoutent même que l’agence de renseignement israélien, le Mossad, est l’un des instigateurs de l’agitation dans le pays .

Comme vous le savez, l’Ukraine est secouée par des manifestations anti-gouvernementales depuis que le président Viktor Ianoukovitch s’est abstenu de signer un accord d’association avec l’Union européenne le 29 Novembre 2013, privilégiant des liens plus étroits avec la Russie . Par ailleurs, et à juste titre, la Russie accuse l’Occident d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Ukraine et alimente la crise dans le pays.

Souvenez-vous, au début du mois de février, une vidéo de quatre minutes avait été postée sur YouTube par un utilisateur anonyme. Dans cette dernière, la sous-secrétaire d’Etat,
Victoria Nuland, et l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt discuté qui des dirigeants de l’opposition de l’Ukraine qu’ils aimeraient voir dans le gouvernement et elle avait lancé un "Fuck the EU". Le coup d’état semble avoir marché. Il ne reste plus qu’on demande la tête du président Viktor Ianoukovitch.

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DES SOLDATS ISRAÉLIENS ÉTAIENT CAMOUFLÉS PLACE MAIDAN

Message par Joss le Mar 11 Mar 2014 - 16:27

DES SOLDATS ISRAÉLIENS ÉTAIENT CAMOUFLÉS PLACE MAIDAN

3 MARS 2014 VOLTAIRE.ORG


Photo ci-dessus : Delta, le chef de l’unité israélienne camouflée place Maidan.

Selon le site israélien alyaexpress-news.com, un groupe de 35 combattants armés et cagoulés de la place Maidan est dirigé par 4 anciens officiers de l’Armée israélienne qui portent la kippa sous leurs casques.

Le site affirme que ces anciens officiers, qui habiteraient aujourd’hui en Ukraine, ont dès le début des événements rejoint le mouvement aux côtés du parti de la Liberté (Svoboda), bien que celui-ci ait la réputation d’être violemment anti-sémite.

Cette force d’intervention aurait également assuré, avec l’aide de l’ambassade d’Israël, le rapatriement en Israël de 17 blessés graves, qui y seraient soignés.

La présence d’unités israélienne avait été signalée dans des événements similaires en Géorgie, aussi bien lors de la « révolution des roses » (2003) que lors de la guerre contre l’Ossétie du Sud (2008).
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

BLACKWATER EN UKRAINE? D'APRES DAILYMAIL 300 MERCENAIRES

Message par Joss le Mar 11 Mar 2014 - 16:28

BLACKWATER EN UKRAINE? SUIVANT UN ARTICLE DU DAILYMAIL, 300 MERCENAIRES SE TROUVERAIENT DANS LES RUES DE KIEV

9 MARS DAILYMAIL http://www.dailymail.co.uk/news/article-2576490/Are-Blackwater-active-Ukraine-Videos-spark-talk-U-S-mercenary-outfit-deployed-Donetsk.html


Suivant un article du Dailymail dont les grandes lignes ont été traduites ici, 300 mercenaires de la compagnie blackwater seraient présent en Ukraine dont dans les rues de la ville de Donetsk.La rumeur se base sur deux vidéos envoyées récemment sur Youtube. Plusieurs possibilités sont donc avancées dans l’article, soit ils sont bien présents sur place et donc, confirment que les USA sont derrière les récents événements en Ukraine, soit ces vidéos feraient partie d’une propagande russe pour justifier une invasion militaire. À suivre et à surveiller…

Les spéculations vont bon train après qu’une rumeur ait commencé à circuler sur la présence de Blackwater (maintenant Academy) en Ukraine, et plus précisément dans la ville de Donetsk.

Au moins deux vidéos publiées sur YouTube plus tôt cette semaine montrent des soldats robustes, lourdement armés, sans insignes dans la ville, et qui ont été pris à partie par des manifestations pro-Moscou. Dans l’une des vidéos les spectateurs peuvent se faire entendre en criant: « Blackwater! Blackwater! »

Les deux vidéos qui prétendent montrer des mercenaires de « Blackwater » à Donetsk ont été envoyées lundi dernier, avec leurs descriptions écrites en russe.

Le contexte des vidéos n’est pas clair, mais il semble que les hommes armés s’étaient présentés lors d’une manifestation de rue contre le nouveau régime. Ils errent autour brandissant leurs armes avant de fuir après que les passants se soient mis à crier « Blackwater! Blackwater! »

Depuis que les vidéos sont apparues, Twitter s’est mis à spéculer sur le fait que des mercenaires liés à Blackwater, maintenant connu sous le nom Academi, sont actifs en Ukraine, en aidant à soutenir le nouveau gouvernement pro-occidental en difficulté.

Et un diplomate russe à Kieva expliqué à l’agence de presse Interfax mercredi que 300 employés de sociétés privées de sécurité étaient arrivés: «Ce sont des soldats de fortune compétents dans des opérations de combat. La plupart d’entre eux ont effectué des contrats privés en Irak, en Afghanistan et dans d’autres pays « . L’agence Interfax a rapporté que le diplomate n’a pas révélé la nationalité des mercenaires mais qu’il a dit: «La plupart d’entre eux viennent des États-Unis».

Interrogé pour savoir si les soldats vus dans les vidéos pourraient être de Academi, le Dr Nafeez Ahmed, un expert en sécurité de l’Institut pour la recherche et l’élaboration des politiques, a déclaré: «Difficile de le dire vraiment. Ce n’est pas impossible – les mercenaires d’Academi ont été déployés dans toutes sortes de théâtres ».

« Sur le visage de celui-ci, les uniformes des personnes dans les vidéos sont compatibles avec les mercenaires américains – ils ne ressemblent pas à des mercenaires russes. ». Il a également ajouté: «Bien sûr, l’autre possibilité, c’est que cela soit une propagande russe. »

Une intervention des Blackwater pourrait donner au président russe Vladimir Poutine le prétexte idéal pour invasion militaire.

Plus d’infos et de photos sur le Dailymai
l
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

L'OTAN DÉPLOIE DES AVIONS DE COMBAT AUX FRONTIÈRES RUSSES

Message par Joss le Mer 12 Mar 2014 - 15:29

L'OTAN DÉPLOIE DES AVIONS DE COMBAT AUX FRONTIÈRES DE LA RUSSIE



11 MARS 2014 RT.COM NEWS

L'OTAN a commencé des manœuvres en Pologne ou des chasseurs américains ont récemment été envoyés afin de prendre part aux exercices. Le mauvais temps a retardé les manœuvres navales US en mer Noire. Ces deux exercices ont été planifiés avant le déclenchement des troubles en Ukraine.

Les exercices ont commencé mardi à la base aérienne de Lask, dans le centre de la Pologne. Le président polonais Bronislaw Komorowski était présent et quatre F-16 polonais y on décollé. Un avion de transport Hercules US a débarqué le personnel de soutien. 12 F-16 US et 300 membres du personnel doivent arriver d'ici jeudi.

Komorowski, sans nommer directement Crimée, a déclaré: "les événements à l'Est" ont fourni une bonne raison de maintenir les dépenses militaires dans une ère d'austérité.

"J'espère que les événements à l'est de la frontière polonaise, qui est aussi la frontière de l'OTAN, encourageront des décisions difficiles en matière de sécurité de la Pologne", à rapporté Reuters.

La décision de déployer des avions américains à été prise suite à une conversation téléphonique entre le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel et son homologue polonais Tomasz Siemoniak, dimanche. Washington a insisté sur le fait que l'exercice de l'air a été planifié longtemps à l'avance, cet exercice ne faisant intervenir que des avions de transport à départ.

Après les récents événements en Crimée, cependant, SIEMONIAK demandé au Pentagone d'envoyer des avions de combat à la place des avions de transport.

"C'était notre demande", Reuters cite SIEMONIAK comme disant sur ​​un site de défense polonais. "Nous apprécions vraiment que la réaction soit rapide et significative."

Le lundi, l'OTAN a également donné le feu vert pour des vols de reconnaissances (AWACS) au-dessus Pologne et de la Roumanie, afin d'aider à surveiller la l'Ukraine. Les avions voleront de leurs bases aériennes de Geilenkirchen, en Allemagne, et Waddington en Grande-Bretagne, ils traverseront l'espace aérien roumain mardi.

Cela résulte d'une décision prise par les États-Unis la semaine dernière, d'envoyer un avion KC-135 de ravitaillement et six F-15 de combat vers la Lituanie, pour renforcer la patrouille aérienne de l'OTAN "dans l'espace aérien de la Baltique. Des navires renforceront les quatre F-15, arrivé le 1er Janvier, pour effectuer la rotation sur la Baltique. Les rotations sont prévues pour le 30 Avril.

les Alliés baltes avaient demandé de l'assistance suite à la montée des tensions entre l'Ukraine et la Russie, sur la péninsule de Crimée. Après le déploiement, Secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que la modeste déploiement militaire américaine devrait être considérée comme "des mesures concrètes pour rassurer nos alliés de l'OTAN."

Pendant ce temps, une mer forte a retardé les exercices navals des États-Unis et de ses alliés de l'OTAN, la Bulgarie et la Roumanie de 24h.

"Le temps est en train de s'améliorer, la mer n'est pas si rude que ça et je ne m'attends pas un autre report," précise le lieutenant-colonel Dimitar Titev.


Le destroyer "USS Truxtun" (AFP Photo / Bulent Kilic)

Le samedi, le destroyer de la marine américaine, l'USS Truxtun, a traversé le Bosphore et est entré dans en mer Noire. Le navire, avec près de 300 membres d'équipage, se dirigeait vers les exercices d'entraînement avec les marines bulgares et roumaines. On ne s'attend pas a des exercices à de tirs réels.

L'USS Truxton, un des plus grands destroyers jamais construits pour la Marine américaine, devait visiter le port bulgare de Varna, le 12 Mars 2014. Cependant, Titev n'est pas actuellement en mesure de prédire son heure d'arrivée en raison de la météo défavorable.

La frégate de la marine bulgare Drazki, et trois navires de guerre roumains prendront part à l'exercice, qui aura lieu dans les eaux internationales, au sud-est du port roumain de Constanta. Constanta est à environ 220 miles du port de Sébastopol, en Crimée, où la flotte russe loue une base.

Le parlement de la République autonome de Crimée a adopté une déclaration d'indépendance, qui précède un référendum prévu pour le 16 Mars.

Les États-Unis précisent qu'il ne reconnaîtront pas le référendum de la Crimée, tandis que la Douma d'Etat de Russie a déclaré qu'elle ne se prononcera sur la question de la Crimée qu'après que le référendum ait eu lieu.

La crise a éclaté le 28 Février, lorsque les forces sans insignes national ont occupé les aéroports et d'autres endroits stratégiques en Crimée. L'Occident affirme que les troupes sont sous contrôle russe, ce que Vladimir Poutine a démenti. Les autorités locales ont précisés que les soldats appartiennent aux «groupes d'autodéfense» locaux. En vertu d'une entente actuelle avec le gouvernement ukrainien, la Russie est autorisé à avoir 25 000 soldats stationnés sur la péninsule de Crimée.

Washington a accusé Moscou d'avoir commis une agression militaire directe contre l'Ukraine, tandis que la Russie refuse d'envahir la région, en disant que toute action aura lieu dans le cadre du droit international afin de protéger les citoyens russes d'une agression.

M. Poutine a déclaré que la participation militaire de la Russie en Ukraine aura lieu seulement comme «dernier recours».

L'espoir d'une solution diplomatique à la crise a été sévèrement freiné après que Kerry ait décidé d'annuler une visite à Moscou lundi, pour discuter de la question avec son homologue russe Sergueï Lavrov
.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

BIÉLORUSSIE UNE 2E PATROUILLE DE CHASSEURS RUSSES EN SERVICE

Message par Joss le Mer 12 Mar 2014 - 15:34

BIÉLORUSSIE: UNE 2E PATROUILLE DE CHASSEURS RUSSES EN SERVICE



5 MARS 2014 RIANOVOSTI


Un deuxième groupe de chasseurs russes a rejoint les avions biélorusses pendant une mission de patrouille en Biélorussie, a annoncé mercredi à Minsk le ministère biélorusse de la Défense.

"Un deuxième groupe de pilotes russes a participé à une mission de patrouille conjointe organisée par la 61e base aérienne biélorusse" de Baranovitchi, non loin de Brest, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les chasseurs russes et leur personnel technique sont arrivés mardi en Biélorussie pour remplacer la première patrouille de quatre chasseurs Sukhoi Su-27 russes, en service opérationnel en Biélorussie depuis décembre 2013.

Les équipages russes relèvent du 1er Commandement de l'Armée de l'air et de la Défense antiaérienne de la région militaire de l'Ouest.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré, pendant sa visite à Minsk au printemps 2013, que la Russie avait l'intention de déployer un régiment aérien en Biélorussie d'ici 2015. Il a également annoncé qu'une patrouille de chasseurs arriverait en Biélorussie dès 2013.

Le commandant en chef de l'Armée de l'air russe Viktor Bondarev a ensuite rapporté que la base aérienne russe serait installée à Lida, dans la région de Grodno, en 2013. Selon lui, la base sera équipée de chasseurs modernisés Su-27SM3.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

97% VOTENT OUI AU RATTACHEMENT AVEC LA RUSSIE

Message par Joss le Lun 17 Mar 2014 - 13:30

16 MARS 2014 7sur7.be

«Le référendum [97% VOTENT OUI AU RATTACHEMENT AVEC LA RUSSIE] est illégal et illégitime et son résultat ne sera pas reconnu», ont déclaré les présidents du Conseil européen et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, dans un communiqué commun. Ce scrutin est, aux yeux des Européens, «contraire à la Constitution ukrainienne et aux règles internationales», ajoutent-ils.

RAPPEL :
29 MAI 2005 : LA FRANCE [55%] DIT NON À L'EUROPE ! ... et pourtant, l'UNION EUROPEENNE est passée outre... alors, illégal et illégitime ?





17 MARS 2014 RATTACHEMENT DE LA CRIMÉE A LA RUSSIE ET MENACES NUCLÉAIRES RUSSES



LA RUSSIE EST CAPABLE DE RÉDUIRE LES USA EN « POUSSIÈRE RADIOACTIVE »

Le journaliste Dmitri Kiselyov, qui a des relations proches avec le Kremlin, a réagi aux menaces de la Maison Blanche à l’encontre la Russie après le référendum en Crimée, déclarant que la Russie était le seul pays du monde capable de réduire les Etats-Unis en « cendre radioactive ».

Pendant que le journaliste prononçait ces paroles, des images d’explosions nucléaires défilaient à l’écran. Dmitri Kiselyov a été nommé en décembre à la tête d’une nouvelle agence de presse créée par le président russe.


Suite ici via LesObservateurs.ch
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DISCOURS DE POUTINE EN VIDÉO

Message par Joss le Jeu 20 Mar 2014 - 14:43



Vladimir Poutine : Membres du Conseil de la Fédération, députés de la Douma, je vous souhaite le bonjour. Les représentants de la République de Crimée et de la municipalité de Sébastopol sont ici parmi nous. Citoyens de Russie, habitants de Crimée et de Sébastopol ! (Standing ovation)

Chers amis,

Nous sommes réunis ici aujourd’hui au sujet d’une question qui est d’une importance vitale, d’une portée historique pour nous tous. Un référendum a été organisé en Crimée le 16 mars, dans le plein respect des procédures et des normes démocratiques internationales en vigueur.

Plus de 82% de l’électorat a pris part au vote. Plus de 96% d’entre eux se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. (Applaudissements)

Pour comprendre la raison d’un tel choix, il suffit de connaître l’histoire de la Crimée et ce que la Russie et la Crimée ont toujours signifié l’une pour l’autre.

Tout en Crimée évoque notre histoire et notre fierté communes. C’est l’emplacement de l’ancienne Chersonèse Taurique, où le Grand-prince Vladimir Ier a été baptisé. Son exploit spirituel, à savoir l’adoption du christianisme orthodoxe, a prédéterminé la base globale de la culture, de la civilisation et des valeurs humaines qui unissent les peuples de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie. Les tombes des soldats russes dont la bravoure a permis l’intégration de la Crimée à l’Empire russe se trouvent également en Crimée. C’est aussi Sébastopol – une ville légendaire ayant une histoire exceptionnelle, une forteresse qui constitue le lieu de naissance de la Flotte russe de la mer Noire. (Applaudissements). La Crimée est Balaklava et Kertch, Malakhov Kurgan et le mont Sapoun. Chacun de ces lieux est cher à nos cœurs, symbolisant la gloire de l’armée russe et sa bravoure exceptionnelle.

La Crimée est un mélange unique de cultures et de traditions de différents peuples. Elle est en cela similaire à la Russie dans son ensemble, où pas un seul groupe ethnique n’a été perdu au cours des siècles. Russes et Ukrainiens, Tatars de Crimée et personnes d’autres groupes ethniques ont vécu côte à côte en Crimée, en conservant leurs propres identités, leurs traditions, leurs langues et leurs confessions.

Il faut noter que la population totale de la péninsule de Crimée est aujourd’hui de 2,2 millions de personnes, dont près de 1,5 million sont Russes, 350 000 sont des Ukrainiens qui considèrent majoritairement le russe comme leur langue maternelle, et environ 290 000-300 000 sont des Tatars de Crimée, qui, comme le référendum l’a montré, sont eux aussi favorables à un rapprochement avec la Russie.

Certes, il fut un temps où les Tatars de Crimée étaient traités injustement, tout comme un certain nombre d’autres peuples de l’URSS. Il n’y a qu’une seule chose que je puis dire ici : des millions de personnes de différentes ethnies ont souffert durant ces répressions, et principalement des Russes.

Les Tatars de Crimée retournèrent dans leur patrie. J’estime qu’il est de notre devoir de prendre toutes les décisions politiques et législatives nécessaires afin de finaliser la réhabilitation des Tatars de Crimée, de les restaurer dans leurs droits et de rétablir pleinement leur renom. (Applaudissements)

Nous avons énormément de respect pour les membres de tous les groupes ethniques vivant en Crimée. C’est leur foyer commun, leur patrie, et il serait juste – je sais que la population locale y est favorable – que la Crimée ait trois langues nationales sur un même pied d’égalité : le russe, l’ukrainien et le tatar. (Applaudissements)

Chers collègues,

Dans les cœurs et les esprits des gens, la Crimée a toujours été une partie inséparable de la Russie. Cette conviction profonde est fondée sur la vérité et la justice et a été transmise de génération en génération, au fil du temps, en toutes circonstances, malgré tous les changements dramatiques que notre pays a connus tout au long du XXe siècle.

Après la révolution, les bolcheviks, pour diverses raisons – que Dieu les juge – ont ajouté de grandes sections du Sud historique de la Russie à la République d’Ukraine. Cela a été fait sans tenir compte de la composition ethnique de la population, et aujourd’hui, ces zones forment le Sud-Est de l’Ukraine. Puis, en 1954, il a été décidé que la région de Crimée serait transférée à l’Ukraine, ainsi que Sébastopol, en dépit du fait qu’il s’agissait d’une ville fédérale. Ce fut là l’initiative personnelle du chef du Parti communiste Nikita Khrouchtchev. Déterminer ce qui a motivé sa décision – un désir de gagner le soutien de l’establishment politique ukrainien ou d’expier les répressions de masse des années 1930 en Ukraine – est la tâche des historiens.

Ce qui importe maintenant, c’est que cette décision avait été prise en violation flagrante des normes constitutionnelles qui étaient en vigueur à l’époque même. La décision avait été prise dans les coulisses. Naturellement, puisque cela se passait dans un État totalitaire, personne n’avait pris la peine de demander l’avis des citoyens de Crimée et de Sébastopol. Ils ont été mis devant le fait accompli. Les gens, bien sûr, se sont demandés pourquoi tout d’un coup la Crimée devenait une partie de l’Ukraine. Mais dans l’ensemble – et nous devons le dire clairement, car nous le savons tous – cette décision a été considérée comme une simple formalité parce que le territoire de Crimée était transféré à l’intérieur des limites d’un seul et même État [l’URSS]. À l’époque, il était impossible d’imaginer que l’Ukraine et la Russie pouvaient se séparer et devenir deux États distincts. Cependant, c’est ce qui s’est produit.

Malheureusement, ce qui semblait impossible est devenu une réalité. L’URSS s’est effondrée. Les choses ont évolué si rapidement que peu de gens ont réalisé à quel point ces événements et leurs conséquences allaient prendre des proportions véritablement dramatiques. Beaucoup de gens en Russie et en Ukraine, ainsi que dans d’autres républiques, espéraient que la Communauté des États indépendants qui a été créé à ce moment deviendrait la nouvelle forme commune de l’État. On leur a dit qu’il y aurait une monnaie unique, un espace économique unique, des forces armées conjointes ; mais tout cela n’a pas dépassé le stade des promesses vides, alors que le grand pays avait disparu. Ce n’est que lorsque la Crimée a fini en tant que partie d’un autre pays que la Russie s’est rendue compte qu’elle n’était pas simplement spoliée, mais bel et bien pillée.

Dans le même temps, nous devons reconnaître qu’en lançant le mouvement des souverainetés, la Russie elle-même a contribué à l’effondrement de l’Union soviétique. Et lorsque cet effondrement a été légalisé, tout le monde a oublié la Crimée et Sébastopol – la base principale de la Flotte de la mer Noire. Des millions de personnes se sont couchées dans un pays et se sont réveillées dans d’autres, devenant du jour au lendemain des minorités ethniques dans les anciennes républiques de l’Union, tandis que la nation russe est devenue l’un des plus grands, sinon le plus grand groupe ethnique au monde à être divisé par des frontières.

Maintenant, des années plus tard, j’ai entendu des résidents de Crimée dire qu’en 1991, ils ont été abandonnés comme un sac de pommes de terre. Il est difficile d’être en désaccord avec cette affirmation. Qu’a fait l’État russe ? Qu’a fait la Russie ? Elle a accepté humblement la situation. Ce pays traversait alors des temps si difficiles qu’il était alors absolument incapable de protéger ses intérêts. Cependant, les gens ne pouvaient pas se résigner à cette injustice historique scandaleuse. Durant toutes ces années, des citoyens et de nombreuses personnalités sont revenus sur cette question, affirmant que la Crimée est une terre historiquement russe et que Sébastopol est une ville russe. Oui, nous le savions tous dans nos cœurs et dans nos esprits, mais nous devions agir selon la réalité existante et construire nos relations de bon voisinage avec l’Ukraine indépendante sur une nouvelle base. Durant toutes ces années, nos relations avec l’Ukraine, avec le peuple ukrainien frère ont toujours été et resteront de toute première importance pour nous. (Applaudissements)

Aujourd’hui, nous pouvons en parler ouvertement, et je voudrais partager avec vous quelques détails concernant les négociations qui ont eu lieu au début des années 2000. Le Président de l’Ukraine d’alors, M. Koutchma, m’a demandé d’accélérer le processus de délimitation de la frontière russo-ukrainienne. À ce moment, le processus était pratiquement à l’arrêt. La Russie semblait avoir reconnu la Crimée comme une partie de l’Ukraine, mais il n’y avait pas de négociations sur la délimitation des frontières. Malgré la complexité de la situation, j’ai immédiatement donné des instructions aux organismes gouvernementaux russes afin d’accélérer leur travail pour documenter les frontières, de sorte que tout le monde ait une compréhension claire du fait qu’en acceptant de délimiter la frontière, nous admettions de facto et de jure que la Crimée était un territoire ukrainien, mettant ainsi un terme à cette question.

Nous avons donné satisfaction à l’Ukraine non seulement en ce qui concerne la Crimée, mais aussi sur une question aussi complexe que les frontières maritimes dans la mer d’Azov et le détroit de Kertch. Les considérations qui motivaient alors nos actions étaient qu’avoir de bonnes relations avec l’Ukraine était primordial pour nous et que cela ne devait pas être compromis par une impasse dans des conflits territoriaux. Toutefois, nous nous attendions à ce que l’Ukraine reste notre bon voisin, et nous espérions que les citoyens russes et russophones d’Ukraine, en particulier le Sud-Est et la Crimée, vivraient dans un État ami, démocratique et civilisé qui protégerait leurs droits, conformément aux normes du droit international.

Cependant, ce n’est pas la manière dont les choses ont évolué. Maintes et maintes fois, des tentatives ont été faites pour priver les Russes de leur mémoire historique et même de leur langue, et pour les soumettre à une assimilation forcée. En outre, les Russes, tout comme d’autres citoyens de l’Ukraine, souffrent de la crise politique et institutionnelle constante qui a secoué le pays depuis plus de 20 ans.

Je comprends pourquoi le peuple ukrainien voulait un changement. Il en a eu assez des autorités au pouvoir durant les années de l’indépendance de l’Ukraine. (Applaudissements) Les présidents, les Premiers ministres et les parlementaires changeaient, mais leur attitude à l’égard du pays et de ses habitants restait la même. Ils ont dépouillé le pays, se sont battus entre eux pour obtenir du pouvoir, des actifs et des liquidités et ne se sont guère souciés des gens du quotidien. Ils ne se sont pas demandés pourquoi des millions de citoyens ukrainiens ne voyaient aucune opportunité chez eux et partaient dans d’autres pays pour travailler comme journaliers. Je tiens à souligner cela : ils n’ont pas fui en direction d’une quelconque Silicon Valley, mais pour devenir journaliers. L’an dernier seulement, près de 3 millions de personnes ont trouvé de tels emplois en Russie. Selon diverses sources, en 2013, leurs revenus en Russie ont totalisé plus de 20 milliards de dollars, ce qui représente environ 12% du PIB de l’Ukraine.

Je tiens à répéter que je comprends ceux qui sont venus sur la place Maïdan avec des slogans pacifiques contre la corruption, la mauvaise gestion de l’État et la pauvreté. Le droit à la manifestation pacifique, à des procédures démocratiques et à des élections pacifiques existe dans le seul but de remplacer les autorités qui ne donnent pas satisfaction au peuple par d’autres. Cependant, ceux qui étaient derrière les derniers événements en Ukraine avaient un ordre du jour différent : ils préparaient un nouveau renversement du gouvernement ; ils voulaient s’emparer du pouvoir et ne reculaient devant rien. Ils ont eu recours à la terreur, à l’assassinat et aux pogroms. Des nationalistes, des néo-nazis, des russophobes et des antisémites ont exécuté ce coup d’État. Ils continuent à donner le ton en Ukraine jusqu’à ce jour.

Les nouvelles soi-disant autorités ont commencé par l’introduction d’un projet de loi de révision de la politique linguistique, qui était une violation directe des droits des minorités ethniques. Cependant, ils ont été immédiatement « rappelés à l’ordre » par les bailleurs de fonds étrangers de ces soi-disant politiciens. Il faut admettre que les mentors de ces autorités actuelles sont intelligents et savent bien à quoi ces tentatives de construire un État purement ukrainien peuvent conduire. Le projet de loi a été mis de côté, mais clairement gardé en réserve pour l’avenir. Aujourd’hui, pratiquement plus aucune mention n’est faite de cette tentative, probablement sur ​​la présomption que les gens ont la mémoire courte. Néanmoins, nous pouvons tous clairement percevoir les intentions de ces héritiers idéologiques de Bandera, le complice d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il est également évident qu’il n’y a pas d’autorité exécutive légitime en Ukraine à présent, il n’y a personne à qui parler. De nombreux organismes gouvernementaux ont été saisis par les imposteurs, mais ils n’ont aucun contrôle sur le pays, alors qu’eux-mêmes – et je tiens à le souligner – sont souvent contrôlés par des radicaux. Dans certains cas, vous avez besoin d’un permis spécial des militants de la place Maïdan pour rencontrer certains ministres de l’actuel gouvernement. Ce n’est pas une plaisanterie : c’est la réalité.

Ceux qui se sont opposés au coup d’État ont été immédiatement menacés de répression. Bien entendu, la première ligne a été la Crimée, la Crimée russophone. Face à ces événements, les habitants de Crimée et de Sébastopol se sont tournés vers la Russie pour qu’elle les aide à défendre leurs droits et leurs vies et à empêcher la propagation des événements qui se déroulaient et sont toujours en cours à Kiev, Donetsk, Kharkov et dans d’autres villes ukrainiennes.

Naturellement, nous ne pouvions pas laisser cet appel sans réponse ; nous ne pouvions pas abandonner la Crimée et ses habitants en détresse. Cela aurait été une trahison de notre part. (Applaudissements)

Tout d’abord, nous avons dû les aider à créer des conditions telles que les habitants de la Crimée puissent, pour la première fois dans l’histoire, exprimer pacifiquement leur libre arbitre quant à leur propre avenir. Cependant, qu’est-ce que nous entendons de la part de nos collègues en Europe occidentale et en Amérique du Nord ? Ils disent que nous violons les normes du droit international. Tout d’abord, c’est une bonne chose qu’ils se souviennent enfin, au moins, qu’il existe une telle chose, à savoir le droit international – mieux vaut tard que jamais. (Applaudissements)

Deuxièmement, et plus important encore – qu’est-ce que nous violons exactement ? Certes, le président de la Fédération de Russie a reçu l’autorisation de la Chambre haute du Parlement d’utiliser les forces armées en Ukraine. Cependant, à proprement parler, personne n’a encore donné suite à cette autorisation. Les forces armées russes ne sont jamais entrées en Crimée ; elles étaient déjà là, conformément à un accord international. Certes, nous avons rehaussé nos forces en présence, mais – c’est quelque chose que je voudrais que tout le monde entende et sache – nous n’avons pas dépassé la limite en personnel pour nos forces armées en Crimée, qui est fixée à 25 000 hommes, parce qu’il n’y avait pas besoin de le faire.

Point suivant. Lorsqu’il a déclaré son indépendance et a décidé d’organiser un référendum, le Conseil suprême de Crimée s’est référé à la Charte des Nations unies, qui parle du droit des nations à l’autodétermination. A ce propos, je tiens à vous rappeler que lorsque l’Ukraine a fait sécession de l’URSS, elle a fait exactement la même chose, presque mot pour mot. L’Ukraine a utilisé ce droit, mais les habitants de la Crimée se le voient dénié. Pourquoi donc ?

En outre, les autorités de Crimée se sont référées au précédent bien connu du Kosovo – un précédent que nos collègues occidentaux ont créé de leurs propres mains dans une situation très semblable, quand ils ont convenu que la séparation unilatérale du Kosovo d’avec la Serbie, exactement ce que la Crimée est en train de faire en ce moment, était légitime et n’avait pas besoin d’une quelconque autorisation des autorités centrales du pays. Conformément à l’article 2 du chapitre 1 de la Charte des Nations Unies, la Cour internationale de l’ONU a approuvé cette approche et a fait le commentaire suivant dans sa décision du 22 juillet 2010, et je cite : « Aucune interdiction générale ne peut être déduite de la pratique du Conseil de sécurité en ce qui concerne les déclarations d’indépendance. » Et encore : « Le droit international général ne contient aucune interdiction contre les déclarations d’indépendance. » Clair comme de l’eau de roche, comme ils disent.

Je n’aime pas à recourir à des citations, mais dans ce cas, je ne peux pas faire autrement. Voici une citation extraite d’un autre document officiel : l’exposé écrit des États-Unis d’Amérique du 17 avril 2009, soumis à la même Cour internationale des Nations Unies dans le cadre des audiences sur le Kosovo. Encore une fois, je cite : « Les déclarations d’indépendance peuvent – et c’est souvent le cas – violer la législation nationale. Toutefois, cela n’en fait pas des violations du droit international. » Fin de citation. Ils ont écrit cela, ils l’ont disséminé partout dans le monde, ils ont obtenu l’accord de tous, et maintenant, ils sont scandalisés. Qu’est-ce qui les outrage ainsi ? (Applaudissements) En l’occurrence, les actions du peuple de Crimée sont tout à fait conformes à ces instruction. Pour une raison quelconque, des choses que les Albanais du Kosovo (et nous avons beaucoup de respect pour eux) ont été autorisés à faire, les Russes, les Ukrainiens et les Tatars de Crimée ne sont pas autorisés à le faire. Encore une fois, on se demande pourquoi.

Nous ne cessons d’entendre de la part des États-Unis et de l’Europe occidentale que le Kosovo est une sorte de cas particulier. Qu’est-ce qui le rend si spécial aux yeux de nos collègues ? Il s’avère que c’est le fait que le conflit au Kosovo ait donné lieu à tant de pertes en vies humaines. Est-ce là un argument juridique ? La décision de la Cour internationale ne dit rien à ce sujet. Ce n’est même pas un « deux poids deux mesures » ; c’est du cynisme brutal, primitif, colossal. Il ne faut pas essayer aussi crûment de tout adapter à ses intérêts particuliers, caractérisant une même chose comme « blanche » aujourd’hui et « noire » demain. Selon cette logique, nous devrions faire en sorte que tous les conflits conduisent à des pertes en vies humaines.

Je vais l’affirmer clairement : si les forces locales d’auto-défense de Crimée n’avaient pas pris la situation en main, il y aurait également pu y avoir des victimes. Heureusement, cela n’est pas arrivé. Il n’y a pas eu la moindre confrontation armée en Crimée et il n’y a eu aucune victime. (Applaudissements) D’après vous, pourquoi les choses se sont-elles passées ainsi ? La réponse est simple : parce qu’il est très difficile, pratiquement impossible de lutter contre la volonté du peuple. Ici, je tiens à remercier l’armée ukrainienne – et il s’agit de 22 000 militaires portant les armes. Je tiens à remercier les membres des forces de sécurité ukrainiennes qui se sont abstenus de répandre le sang et qui n’en ont pas tâché leurs uniformes. (Applaudissements)

D’autres réflexions viennent à l’esprit à cet égard. Ils n’arrêtent pas de parler de quelque intervention russe en Crimée, d’une sorte d’agression. Il est étrange d’entendre cela. Je ne connais pas un seul cas dans l’histoire où une telle intervention se soit produite sans un seul coup de feu et sans faire de victimes.

Chers collègues,

Comme un miroir, la situation en Ukraine reflète ce qui se passe et ce qui s’est passé dans le monde au cours des dernières décennies. Depuis la dissolution de la bipolarité sur la planète, nous n’avons plus de stabilité. Les principales institutions internationales ne sont pas renforcées ; au contraire, dans de nombreux cas, elles se dégradent gravement. Nos partenaires occidentaux, menés par les États-Unis d’Amérique, préfèrent ne pas être guidés par le droit international dans leurs politiques concrètes, mais par la force des armes. Ils en sont venus à croire en leur exclusivité et à leur exceptionnalisme, à croire qu’ils peuvent décider eux-mêmes ce que doivent être les destinées du monde, à croire qu’ils sont les seuls à être toujours dans leur bon droit. Ils agissent à leur guise : ici et là, ils utilisent la force contre des États souverains, créant des coalitions sur la base du principe « Si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous. » Afin de donner un semblant de légitimité à leurs agressions, ils forcent les organisations internationales à adopter les résolutions nécessaires, et si pour quelque raison cela ne fonctionne pas, ils ignorent tout simplement le Conseil de sécurité de l’ONU et même l’ONU dans son ensemble.

Cela s’est produit en Yougoslavie ; nous nous souvenons très bien de l’année 1999. Il était difficile de croire, même en le voyant de mes propres yeux, qu’à la fin du XXe siècle, l’une des capitales de l’Europe, Belgrade, était soumise à une attaque de missiles pendant plusieurs semaines, avant que l’intervention réelle n’ait lieu. Y a-t-il eu une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur cette question, autorisant de telles actions ? Rien de tel. Puis ils ont frappé l’Afghanistan, l’Irak, et ils ont franchement violé la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye, quand, au lieu d’imposer la zone dite d’exclusion aérienne au-dessus de ce pays, ils ont également commencé à le bombarder.

Il y a eu toute une série de révolutions « colorées » contrôlées depuis l’extérieur. De toute évidence, les populations de ces pays, dans lesquels ces événements ont eu lieu, en avaient assez de la tyrannie et de la pauvreté, de leur manque de perspectives ; mais ces sentiments ont été cyniquement mis à profit. Des normes qui ne correspondaient en aucune façon aux modes de vie, aux traditions ou aux cultures de ces peuples leur ont été imposées. En conséquence, au lieu de la démocratie et de la liberté, il y eut le chaos, les flambées de violences et une série de bouleversements dramatiques. Le « Printemps arabe » s’est transformé en « Hiver arabe ».

Des événements similaires se sont déroulés en Ukraine. En 2004, pour faire passer leur candidat aux élections présidentielles, ils ont concocté une sorte de troisième tour qui n’était pas prévu par la loi. C’était un simulacre absurde, un détournement grossier de la constitution. Et maintenant, ils ont jeté au pouvoir une armée de militants organisés et bien équipés.

Nous comprenons parfaitement ce qui se passe ; nous comprenons que ces actions ont été dirigées contre l’Ukraine et la Russie et contre l’intégration eurasienne. Et tout cela alors que la Russie s’efforçait d’engager un dialogue avec nos collègues de l’Ouest. Nous proposons constamment la coopération sur toutes les questions clés ; nous voulons renforcer notre niveau de confiance et nous voulons que nos relations se fassent sur un pied d’égalité, et soient ouvertes et équitables. Mais nous n’avons vu aucune mesure réciproque.

Au contraire, ils nous ont menti à plusieurs reprises, ils ont pris des décisions dans notre dos, ils nous ont placés devant des faits accomplis. Cela s’est produit avec l’expansion de l’OTAN vers l’Est, ainsi qu’avec le déploiement d’infrastructures militaires à nos frontières. Ils nous répétaient à chaque fois la même chose : « Eh bien, cela ne vous concerne pas. » Facile à dire.

Cela s’est produit avec le déploiement d’un système de défense antimissile. En dépit de toutes nos appréhensions, le projet a été mis en place et va de l’avant. Cela s’est produit avec les atermoiements sempiternels dans les négociations sur les questions de visa, les promesses d’une concurrence loyale et le libre accès aux marchés mondiaux.

Aujourd’hui, nous sommes menacés de sanctions, mais nous subissons déjà de nombreuses limitations qui ont un impact majeur pour nous, pour notre économie et pour notre nation. Par exemple, toujours à l’époque de la guerre froide, les États-Unis et par la suite d’autres nations ont dressé une grande liste de technologies et d’équipements qui ne pouvaient pas être importés par l’URSS, créant pour cela le Comité de coordination pour le contrôle multilatéral des exportations. Aujourd’hui, il a officiellement été dissout, mais seulement formellement, et en réalité, de nombreuses limitations sont toujours en vigueur.

En bref, nous avons toutes les raisons de supposer que l’infâme politique d’endiguement conduite aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles se poursuit aujourd’hui. Ils sont constamment en train d’essayer de nous confiner dans un coin parce que nous avons une position indépendante, parce que nous la maintenons et parce que nous appelons les choses par leur nom et ne nous engageons pas dans l’hypocrisie. Mais il y a une limite à tout. Et avec l’Ukraine, nos partenaires occidentaux ont dépassé les bornes, en jouant les durs et en agissant de façon irresponsable et non professionnelle. (Applaudissements)

Après tout, ils étaient pleinement conscients du fait qu’il y a des millions de Russes vivant en Ukraine et en Crimée. Ils doivent avoir vraiment manqué d’instinct politique et de bon sens pour ne pas avoir prévu toutes les conséquences de leurs actes. La Russie s’est trouvée dans une position d’où elle ne pouvait pas se retirer. Si vous compressez le ressort au maximum, il se détendra avec vigueur. Vous devez toujours vous souvenir de cela.

Aujourd’hui, il est impératif de mettre fin à cette hystérie, de réfuter la rhétorique de la guerre froide et d’accepter l’évidence : la Russie est un participant indépendant et actif dans les affaires internationales ; comme d’autres pays, elle a ses propres intérêts nationaux qui doivent être pris en compte et respectés. (Applaudissements)

Dans le même temps, nous sommes reconnaissants envers tous ceux qui ont compris nos actions en Crimée ; nous sommes reconnaissants envers le peuple chinois (applaudissements), dont les dirigeants ont toujours considéré la situation en Ukraine et en Crimée en tenant compte de tout le contexte historique et politique, et nous apprécions grandement la réserve et l’objectivité de l’Inde.

Aujourd’hui, je voudrais m’adresser au peuple des États-Unis d’Amérique, ce peuple qui, depuis la fondation de sa nation et l’adoption de la Déclaration d’Indépendance, s’est toujours enorgueilli de placer la liberté par-dessus tout. Le désir des habitants de Crimée de choisir librement leur sort n’est-il pas basé sur une valeur similaire ? Je vous prie de nous comprendre.

Je crois que les Européens, surtout les Allemands, pourront aussi me comprendre. Permettez-moi de vous rappeler que dans le cadre des consultations politiques sur l’unification de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, les experts – pourtant placés à un très haut niveau de responsabilités – de certains pays qui étaient alors et sont maintenant les alliés de l’Allemagne n’ont pas soutenu l’idée de l’unification. Notre nation, cependant, a soutenu sans équivoque le désir sincère et irrésistible des Allemands pour une unité nationale. Je suis convaincu que vous n’avez pas oublié cela, et je m’attends à ce que les citoyens d’Allemagne soutiennent également l’aspiration des Russes, de la Russie historique, à restaurer l’unité. (Applaudissements)

Je tiens également à m’adresser au peuple d’Ukraine. Je souhaite sincèrement que vous nous compreniez : nous ne voulons vous nuire en aucune façon, pas plus que nous ne voulons blesser vos sentiments nationaux. Nous avons toujours respecté l’intégrité territoriale de l’État ukrainien, contrairement – il faut le souligner – à ceux qui ont sacrifié l’unité de l’Ukraine à leurs ambitions politiques. Ils affichent des slogans sur la grandeur de l’Ukraine, mais ce sont eux qui ont tout fait pour diviser la nation. L’impasse civile d’aujourd’hui repose entièrement sur leur conscience. Je veux que vous m’écoutiez, mes chers amis. Ne croyez pas ceux qui veulent que vous ayez peur de la Russie, et qui crient que d’autres régions suivront la Crimée. Nous ne voulons pas diviser l’Ukraine ; nous n’avons pas besoin de cela. Quant à la Crimée, elle était et demeure une terre russe, ukrainienne et tatare. (Applaudissements)

Je le répète, tout comme elle l’a été durant des siècles, elle sera un foyer pour tous les peuples qui y vivent. Ce qu’elle ne sera et ne fera jamais, c’est suivre la voie de Bandera ! (Ovation)

La Crimée est notre héritage historique commun et un facteur très important pour la stabilité régionale. Et ce territoire stratégique devrait faire partie d’une souveraineté forte et stable, qui, aujourd’hui, ne peut être que russe. (Ovation) Sinon, mes chers amis (je m’adresse à la fois à l’Ukraine et à la Russie), vous et nous – les Russes et les Ukrainiens – pourrions perdre complètement la Crimée, et cela pourrait se produire dans une perspective historique proche. Je vous prie de réfléchir à cela.

Permettez-moi de souligner également que nous avons déjà entendu des déclarations de Kiev selon lesquelles l’Ukraine allait bientôt rejoindre l’OTAN. Qu’est-ce que cela aurait impliqué pour la Crimée et Sébastopol dans l’avenir ? Cela aurait signifié que la marine de l’OTAN serait juste là, dans cette ville de la gloire militaire de la Russie, et cela ne créerait non pas une menace illusoire mais une menace parfaitement réelle pour l’ensemble du Sud de la Russie. Ce sont des choses qui auraient pu devenir réalité sans le choix qu’a fait le peuple de Crimée, et je tiens à le remercier pour cela. (Applaudissements)

Mais permettez-moi également de vous dire que nous ne sommes pas opposés à la coopération avec l’OTAN, parce que ce n’est certainement pas le cas. Malgré tous les processus internes à l’œuvre dans cette organisation, l’OTAN demeure une alliance militaire, et nous sommes contre le fait qu’une alliance militaire prenne ses quartiers dans notre arrière-cour ou dans notre territoire historique. Je ne peux tout simplement pas imaginer que nous allions rendre visite aux marins de l’OTAN à Sébastopol. Bien sûr, la plupart d’entre eux sont des gens merveilleux, mais il serait préférable que ce soit eux qui nous rendent visite et soient nos hôtes [à Sébastopol], plutôt que l’inverse. (Applaudissements)

Permettez-moi de dire très franchement que ce qui se passe actuellement en Ukraine nous touche profondément, et qu’il est douloureux pour nous de voir la souffrance de la population et son incertitude sur la façon de s’en sortir aujourd’hui et sur ce qui l’attend demain. Nos préoccupations sont compréhensibles parce que nous ne sommes pas simplement de proches voisins, mais, comme je l’ai dit plusieurs fois déjà, nous sommes un même peuple. Kiev est la mère des villes russes. (Applaudissements) La Rus’ de Kiev ancienne est notre source commune et nous ne pouvons pas vivre l’un sans l’autre.

Permettez-moi de dire encore une autre chose. Des millions de Russes et de russophones vivent en Ukraine et continueront à y vivre. La Russie défendra toujours leurs intérêts par des moyens politiques, diplomatiques et juridiques. (Applaudissements) Mais il devrait être avant tout dans l’intérêt de l’Ukraine elle-même de garantir que les droits et les intérêts de ces personnes soient pleinement protégés. C’est la garantie de la stabilité de l’État de l’Ukraine et de son intégrité territoriale.

Nous voulons être amis avec l’Ukraine et nous voulons que l’Ukraine soit un pays fort, souverain et autonome. Après tout, l’Ukraine est l’un de nos principaux partenaires. Nous avons beaucoup de projets communs et je crois en leur succès, malgré les difficultés actuelles. Plus important encore, nous voulons que la paix et l’harmonie règnent en Ukraine, et nous sommes prêts à travailler avec d’autres pays et à faire tout notre possible pour faciliter et soutenir ces objectifs. Mais comme je l’ai dit, seul le peuple de l’Ukraine lui-même peut redresser sa propre maison.

Résidents de Crimée et de la municipalité de Sébastopol, la Russie tout entière a admiré votre courage, votre dignité et votre bravoure. (Applaudissements) C’est vous qui avez décidé de l’avenir de la Crimée. Nous étions plus proches que jamais durant ces jours, nous soutenant mutuellement. C’étaient des sentiments sincères de solidarité. C’est lors de tournants historiques tels que ceux-ci qu’une nation démontre sa maturité et sa force d’esprit. Le peuple russe a démontré sa maturité et sa force par son soutien uni en faveur de ses compatriotes. (Applaudissements)

Sur cette question, la politique étrangère de la Russie a tiré sa fermeté de la volonté de millions de personnes parmi notre peuple, de notre unité nationale et du soutien des principales forces politiques et publiques de notre pays. Je tiens à remercier tout le monde pour cet esprit patriotique, tout le monde sans exception. Maintenant, nous devons continuer dans cette voie et maintenir ce genre de consolidation afin de résoudre les tâches auxquelles notre pays est confronté sur le chemin qu’il a à parcourir.

Évidemment, nous rencontrerons une opposition externe, mais c’est une décision que nous devons prendre pour nous-mêmes. Sommes-nous prêts à défendre systématiquement nos intérêts nationaux, ou bien allons-nous toujours céder, nous retirer Dieu sait où ? Certains politiciens occidentaux nous menacent déjà non seulement de sanctions, mais aussi de la perspective de problèmes de plus en plus graves sur le plan intérieur. Je voudrais savoir ce qu’ils ont précisément à l’esprit : des actions par une cinquième colonne, ce groupe disparate de « traîtres à la nation » ? Ou bien ont-ils l’espoir de nous mettre dans une situation sociale et économique qui se dégrade de manière à provoquer le mécontentement populaire ? Nous considérons de telles déclarations comme irresponsables et clairement agressives dans leur ton, et nous allons y répondre en conséquence. Dans le même temps, nous ne rechercherons jamais la confrontation avec nos partenaires, que ce soit à l’Est ou à l’Ouest, mais au contraire, nous ferons tout notre possible pour bâtir les relations civilisées et de bon voisinage que l’on est censé avoir dans le monde moderne.

Chers collègues,

Je comprends le peuple de Crimée, qui a posé la question du référendum dans les termes les plus clairs possibles : la Crimée devrait-elle être avec l’Ukraine ou avec la Russie ? Nous pouvons affirmer avec certitude que les autorités de Crimée et de Sébastopol, les autorités législatives, lorsqu’elles ont formulé la question, ont mis de côté les intérêts de groupe et les intérêts politiques, faisant des seuls intérêts fondamentaux du peuple la pierre angulaire de leur tâche. Les circonstances particulières de la Crimée – historiques, démographiques, politiques et économiques – auraient rendu toute autre option proposée, si tentante qu’elle puisse être à première vue, seulement temporaire et fragile, et auraient inévitablement conduit à une nouvelle aggravation de la situation locale, ce qui aurait eu des effets désastreux sur la vie des habitants. Le peuple de Crimée a donc décidé de poser la question dans des termes fermes et sans compromis, sans zones d’ombre. Le référendum a été équitable et transparent, et le peuple de Crimée a exprimé sa volonté de manière claire et convaincante et a déclaré qu’il veut être avec la Russie. (Applaudissements)

La Russie devra maintenant elle aussi prendre une décision difficile, en tenant compte des diverses considérations internes et externes. Qu’en pense le peuple ici en Russie ? Ici, comme dans tout pays démocratique, les gens ont différents points de vue, mais je tiens à faire remarquer que la majorité absolue de notre peuple soutient clairement ce qui se passe.

Les sondages les plus récents de l’opinion publique menés ici en Russie montrent que 95 % de notre peuple pense que la Russie doit protéger les intérêts des Russes et des membres d’autres groupes ethniques vivant en Crimée – 95 % de nos concitoyens. (Applaudissements) Plus de 83 % pensent que la Russie devrait le faire même si cela devait compliquer nos relations avec d’autres pays. (Applaudissements) Un total de 86 % de notre peuple considère la Crimée comme étant toujours un territoire russe et une partie des terres de notre pays. (Applaudissements) Et un chiffre particulièrement important, qui correspond exactement aux résultats du référendum de Crimée : près de 92 % de notre peuple soutient la réunification de la Crimée avec la Russie. (Applaudissements)

Ainsi, nous voyons que l’écrasante majorité du peuple de Crimée et la majorité absolue du peuple de la Fédération de Russie sont favorables à la réunification de la République de Crimée et de la ville de Sébastopol avec la Russie. (Standing ovation)

Maintenant, c’est la propre décision politique de la Russie qui doit intervenir, et toute décision ici ne peut être fondée que sur la volonté du peuple, car le peuple est la source ultime de toute autorité. (Applaudissements)

Membres du Conseil de la Fédération, députés de la Douma nationale, citoyens de Russie, habitants de Crimée et de Sébastopol, aujourd’hui, conformément à la volonté du peuple, je soumets à l’Assemblée fédérale une demande pour envisager une loi constitutionnelle sur la création de deux nouvelles entités constitutives de la Fédération de Russie : la République de Crimée et la municipalité de Sébastopol (Standing ovation), et pour ratifier le traité d’admission de Crimée et de Sébastopol à la Fédération de Russie, qui est déjà prêt à être signé. Je suis persuadé de votre soutien. (Standing ovation)


Dernière édition par Joss le Mer 26 Mar 2014 - 9:14, édité 2 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ANALYSE DE LA SITUATION EN UKRAINE PAR PIERRE HILLARD

Message par Joss le Sam 22 Mar 2014 - 15:26

ANALYSE DE LA SITUATION EN UKRAINE PAR PIERRE HILLARD

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

PREUVE DE L'IMPLICATION USA/EUROPE DANS LES ÉVÉNEMENTS UKRAI

Message par Joss le Dim 23 Mar 2014 - 10:47

PREUVE DE L'IMPLICATION USA/EUROPE DANS LES ÉVÉNEMENTS UKRAINIENS

ENTRETIEN TÉLÉPHONIQUE ASHTON-PAET (26 FÉVRIER 2014) VOST




Dans cet entretien téléphonique du 26-02-2014 dont l'authenticité a été confirmée par les autorités estoniennes, Urmas Paet, ministre des Affaires étrangères d'Estonie déclare (vers la fin) à Catherine Ashton Haut Représentant de l'UE aux Affaires étrangères que les mêmes snipers inconnus auraient tiré à la fois sur les manifestants et les policiers lors des troubles de Kiev et que ces assassinats auraient pu être commandités par des gens liés à la nouvelle coalition.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

YULIA TYMOSHENKO La douce blonde

Message par Joss le Mar 25 Mar 2014 - 22:04

YULIA TYMOSHENKO ET NESTOR SHUFRYCH ANCIEN SECRÉTAIRE D'ÉTAT UKRAINIEN À LA SÉCURITÉ ET À LA DÉFENSE

Ce dernier se révèle choqué par les résultats du référendum en Crimée, alors que YULIA TYMOSHENKO est hors d'elle.

«Cela va trop loin, dit elle, Nous devons prendre des armes et abattre ces damnés ruskoffs et leurs leaders…. je vais utiliser mes connections, je vais dresser le monde entier … dés que j'en suis capable … il ne restera même pas de la terre brulée de la RUSSIE ...»

Alors que NESTOR SHUFRYCH lui demande :

«que ferons nous des 8 millions de russes qui vivent en UKRAINE ?»

Elle répond :

«ILS DOIVENT ÊTRE TUÉS AVEC DES ARMES NUCLÉAIRES»


avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DES MILLIERS DE RÉFUGIÉS UKRAINIENS FUIENT VERS LA CRIMÉE

Message par Joss le Jeu 27 Mar 2014 - 22:47

UKRAINE: DES MILLIERS DE RÉFUGIÉS UKRAINIENS FUIENT VERS LA CRIMÉE



Par La Voix de la Russie – Des milliers de réfugiés ukrainiens sont arrivés en Crimée au cours de ces dernières journées. Le gouvernement étudie la question de construction de camps spéciaux, a annoncé le premier vice-premier de la république, Roustam Temirgaliev.

« Les citoyens ukrainiens traversent chaque jour la frontière entre la Crimée et l’Ukraine et demande de leur accorder la citoyenneté russe. 200 personnes arrivent en moyenne tous les jours », selon le M. Temirgaliev .
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ODESSA : BASCULE VERS LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

Message par Joss le Lun 31 Mar 2014 - 9:01

UKRAINE. ODESSA: LA VILLE EST ENTRAIN DE BASCULER FORTEMENT VERS LA FÉDÉRATION DE RUSSIE



30 MARS 2014 ALLAIN JULES

ODESSA, Ukraine – Ce dimanche 30 mars 2014, à Odessa, il y a eu une manifestation Anti-Maïdan qui a regroupé plus de 20  mille personnes lors d’un grand meeting. Après ce dernier, il y a eu à travers les rues de la ville, une procession. Les manifestants brandissaient des drapeaux russes, le flambeau rouge de l’ex URSS, y compris le drapeau israélien avec, bien sûr, toutes les inscriptions familières qui sont désormais de toutes les manifestations, notamment : " Russie, protège-nous !"

Il y a quelques jours, ici à Odessa, en voulant calmer le jeu, les organisateurs anti-Maïdan avaient rencontré leurs adversaires pro-Europe en leur demandant d’enterrer la hache de guerre. Hélas, comme réponse, ces derniers avaient plutôt incendié leurs véhicules dans la nuit.

Un ami, journaliste de télévision que nous avons rencontré raconte:
La moitié du personnel des chaînes de télévision d’Odessa ont été licenciés. Il n’y a plus d’argent pour les payer. Pour le reste, c’est à dire ceux qui sont maintenus à leurs postes -le personnel le plus précieux-, leurs salaires ont été réduits de moitié car, ils travaillent désormais à mi-temps. Les propriétaires de chaînes aux journalistes : "faites ce que vous voulez". Il n’y a plus aucune instruction. Ainsi, pour les journalistes de télévision à Odessa aujourd’hui, il y avait une liberté totale d’expression. Quant à la télévision de Kiev, elle a carrément perdu la guerre de l’information, contrairement aux chaînes de télévision russe en raison de son niveau très faible et surtout son manque criard de professionnalisme.  C’est pour cela que les chaînes russes sont actuellement interdites en Ukraine depuis quelque jours.

Les manifestants réclamaient aussi la libération d’Anton Davidchenko, leader charismatique des anti-Maïdan, arrêté par le service de sécurité ukrainien (SBU) ou Sluzhba Bezpeky Ukrayiny . Auprès de lui, de l’endroit où il est interné, se trouveraient 5 ou 6 autres de ses compagnons de lutte. Les rumeurs vont bon train à Odessa, qui affirment que le SBU a embastillé au moins 2500 personnes proche du mouvement de contestation.

Près du monument du Duc d’Odessa, une grande foule d’anti-Maidan a tabassé quelques partisans de pro-Maidan. Ces derniers sont considérés comme des attardés mentaux et, sur leurs visages, les pro-Maidan l’ont tagué au feutre. Un d’eux a même eu ses dents brisées. Une très grande violence donc, dans certains coins. Il lui sera difficile de se soigner, compte tenu de la déliquescence sociétale actuelle à Odessa…

Hélas, tout cela n’est encore que le début. L’Ukraine sera dans un défaut de paiement, dans les prochains mois et peut-être même les prochaines semaines. Après ça, pour sûr, tout va exploser à Odessa.

ALEXANDRE SIVOV

ALEXANDRE SIVOV est journaliste, correspondant d’allainjules.com en RUSSIE et en UKRAINE
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

L'INDE SOUTIENT LA RUSSIE SUR LA CRIMÉE

Message par Joss le Sam 5 Avr 2014 - 14:01

L'INDE SOUTIENT LA RUSSIE SUR LA CRIMÉE

3 AVRIL 2014 RIA NOVOSTI

Washington pensait avoir comblé l'Inde en reconnaissant son droit de posséder l'arme nucléaire et en promettant de partager des hautes technologies. Mais les Indiens n'ont pas sauté dans les bras des Américains, écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Ils ont une nouvelle fois confirmé leur ligne indépendante pendant la crise ukrainienne en déclarant que la Russie avait des intérêts légitimes en Crimée.

Comme le fait remarquer un expert, la politique de l'Inde et de la Russie vis-à-vis de leur voisinage est identique. Les deux puissances ont été fragmentées contre leur gré. C'est la raison pour laquelle New Delhi est compréhensive à l'égard de la politique de Moscou dans l'espace postsoviétique.

L'ambassadrice des Etats-Unis en Inde Nancy Powell a annoncé sa démission. Comme le souligne l'agence Reuters, il était difficile de choisir un moment plus inopportun pour partir.

Les législatives démarreront en Inde dans une semaine, et leur issue reste imprévisible. En règle générale, les puissances évitent de changer leurs représentants plénipotentiaires à l'étranger durant une période aussi cruciale. Néanmoins, les Etats-Unis procèdent à ce remaniement.

Par ailleurs, Nancy Powell a déclaré que sa décision n'était pas associée aux complications dans les relations américano-indiennes. La revue Time indique que l'administration de Barack Obama compte sur un "nouveau départ" avec l'Inde si l'opposition arrivait au pouvoir. La presse indienne écrit qu'en nommant un nouvel ambassadeur, les Etats-Unis espèrent améliorer les relations bilatérales.

Les Indiens avaient considéré comme un outrage le traitement de la vice-consule indienne à New York Devyani Khobragade par les autorités américaines. La police l'avait arrêtée et avait procédé à sa fouille en la forçant à se déshabiller. Le fait est que la vice-consule payait à sa bonne un salaire inférieur à celui indiqué dans le formulaire de visa. New Delhi a alors renvoyé l'ambassadeur américain et privé le personnel de l'ambassade américaine de tous les privilèges dont ils bénéficiaient auparavant en Inde.

Cet événement aurait pu passer pour un incident mineur dans le cadre des problèmes globaux que deux pays se qualifiant de grandes démocraties devraient théoriquement régler conjointement.

Cependant, il s'avère que Washington est particulièrement insatisfait par la position de New Delhi sur les questions les plus graves de notre époque. En premier lieu, la crise ukrainienne. Selon le New York Times, le conseiller du premier ministre indien pour la sécurité nationale Shivshankar Menon a déclaré que la Russie avait des "intérêts légitimes" en Ukraine. Dans ce sens, l'Inde est même allée plus loin que la Chine ou l'Iran, qui ont formellement exprimé leur préoccupation. L'Inde faisait partie des 58 pays à s'être abstenus lors du vote de la résolution sur l'Ukraine à l'Assemblée générale de l'Onu. Le président russe Vladimir Poutine a qualifié la position de l'Inde de modérée et objective.

Sergueï Lonev, professeur à l'Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO), a reproché aux journalistes et aux blogueurs russes de ne pas avoir accordé d'importance à la position de l'Inde. Et ce alors que son approche des événements en Ukraine est logique et bien réfléchie. "New Delhi soutient traditionnellement la politique de Moscou dans la CEI. En fait, la position de la Russie dans l'espace postsoviétique et de l'Inde en Asie du sud est parfaitement identique. L'Inde, de la même manière que l'Union soviétique, a été fragmentée contre son gré. Les deux puissances sont entourées par des pays de moindre importance qui ont des griefs contre les géants. Après la chute de l'URSS, la Russie avait d'abord hésité, avant de s'engager fermement du côté de l'Inde en 1994."
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ALEXANDRE ORLOV AMBASSADEUR DE RUSSIE EN FRANCE

Message par Joss le Mer 23 Avr 2014 - 8:25

17 AVRIL 2014 ALEXANDRE ORLOV AMBASSADEUR DE RUSSIE EN FRANCE

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE


avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

GENTILS UKRAINIENS SOUTENUS PAR L'OCCIDENT

Message par Joss le Mar 29 Avr 2014 - 9:34

GENTILS UKRAINIENS SOUTENUS PAR L'OCCIDENT

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LA RUSSIE RENFORCE SA LÉGISLATION CONTRE LE RÉVISIONNISME ET

Message par Joss le Mar 29 Avr 2014 - 20:50

LA RUSSIE RENFORCE SA LÉGISLATION CONTRE LE RÉVISIONNISME ET LE NAZISME

La Douma a confirmé cette semaine la mise en place d’une loi interdisant la remise en question des verdicts du procès de Nuremberg et toute forme de « réhabilitation du nazisme ». Les contrevenants risquent trois ans de prison et 6 000 euros d’amende (300 000 roubles).

Le dispositif est le résultat d’un processus entamé depuis plusieurs années. Il vient ainsi renforcer des lois déjà existantes interdisant la remise en cause des crimes nazis ou la victoire militaire soviétique sur le Reich allemand.

L’OSCE, l’instance de dialogue entre les nations européennes, par la voix de sa représentante chargée de la liberté de la presse, a exprimé son inquiétude face à une loi qui va « plus loin que la simple interdiction de la glorification du nazisme » et qui pourrait bien limiter la liberté d’expression.

À noter que l’organisation avait aussi émis des critiques lors de l’adoption de la loi française sur le génocide arménien, mais ne s’est jamais exprimée négativement vis-à-vis des autres lois mémorielles ouest-européennes.

Si l’utilisation de l’histoire à des fins politiques est une constante de la Fédération russe, il est fort probable que l’adoption de cette loi ait un sens géopolitique plus prosaïque. Les Russes prennent ainsi peut-être acte des ingérences étrangères passant par le soutien occulte à n’importe quel type d’opposant, y compris les organisations néo-nazies, comme cela a été le cas en Ukraine ou lors des manifestations anti-Poutine ces dernières années. Il s’agirait ainsi d’être mieux équipé d’un point de vue législatif pour faire face aux tentatives de déstabilisation.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

ODESSA LES NEO-NAZIS MAQUILLENT MEURTRES

Message par Joss le Mer 7 Mai 2014 - 8:45

ODESSA LES NEO-NAZIS MAQUILLENT LEURS MEURTRES EN INCENDIE - SILENCE RADIO DE LA PRESSE EURO-ATLANTISTE MAINSTREAM

3 MAI 2014 THE VINEYARD OF THE SAKER

PHOTOS-PREUVES DU MASSACRE A CONSULTER EN CLIQUANT SUR CE LIEN


Ce qui est arrivé à Odessa hier est beaucoup plus grave que ce que les premières informations laissaient entendre : il s'est agi d'un massacre délibéré à vous glacer le sang.

Pour résumer :

A Odessa, les manifestants pro-Russes n'avaient jamais occupé un bâtiment, tout ce qu'ils avaient fait était d'installer des tentes sur la place et de rester là. Il n'y avait eu quasiment aucune violence. Mais hier les néo-nazis sont passés à l'action :

1) Ils ont amené en bus de nombreux voyous du Secteur Droit.

2) Puis ils ont fait venir les hooligans locaux du football (payés par des oligarques selon certaines sources) pour faire une manifestation nationaliste.

3) Les voyous du Secteur Droit ont alors rejoint les hooligans et ensemble ils ont sauvagement attaqué le petit village de tentes des pro-Russes : les tentes ont été déchirées et les manifestants anti-régime ont été méchamment passés à tabac. La police locale regardait sans rien faire.

4) Les manifestants anti-régime ont tenté de sauver leur vie en se réfugiant dans le bâtiment syndical qui avait été leur lieu de rassemblement. Le bâtiment a été cerné et on y a mis le feu.

5) Ceux qui essayaient de sortir étaient sauvagement battus et beaucoup ont été assassinés. Beaucoup d'autres ont été tués par balles alors qu'ils se tenaient aux fenêtres pour échapper aux flammes.

6) Les néo-nazis ont empêché les pompiers de passer.

7) Chaque fois qu'un manifestant sautait par la fenêtre ou était tué par balle la foule hurlait : "Gloire à l'Ukraine ! Gloire à nos héros !" Beaucoup ont pris des vidéos en souvenir. Pour eux, c'était un événement joyeux et libérateur.

8) Les réseaux sociaux ukrainiens ont été envahis de joyeux messages félicitant les "héros" d'Odessa et promettant d'en faire encore baver aux maudits Ruskoffs.

9) Les médias occidentaux et ukrainiens ont parlé de "heurts" et de "morts" mais sans mentionner les responsables du massacre.

10) Aux dernières nouvelles, il y a eu 46 morts. Mais avec ceux qui ont inhalé des gaz toxiques et surtout ceux qui ont été profondément brûlés, leur nombre va certainement augmenter.

Et les Russes dans tout ça ?

En gros, voilà ce que les Russes feraient s'ils décidaient d'intervenir en Ukraine : ils désorganiseraient les communications ukrainiennes et créeraient une impression de chaos (pour le commandement ukrainien). En "frappant aux yeux" ils transformeraient ce qui est actuellement une armée ukrainienne à peu près organisée en petites unités complètement perdues. Même s'il est possible que cette phase comporte quelques frappes (bombes ou missiles) ou des actes de sabotage, elle serait globalement non-létale. Après avoir rendu la junte aveugle, les Russes entameraient avec les commandants ukrainiens un dialogue du genre "rendez-vous, sinon..." La vaste majorité d'entre sera ravie de se rendre. Les rares commandants qui choisiront le "sinon..." seront détruits par des frappes de précision. Et c'est tout. Je ne pense pas qu'il y aura une bataille de tanks comme pendant la Seconde Guerre mondiale. Des villes comme Dnepropetrovsk ou Kharkov ne subiront pas le sort de Grozny en 2000.

L'armée ukrainienne est très faible et il suffira de quelques frappes ciblées pour la réduire à néant. Je le répète, à en juger par ce qui s'est passé en Crimée et dans le Donbass jusqu'à présent, la vaste majorité des forces ukrainiennes seront *grandement soulagées* d'être "vaincues". Soit dit en passant, les Russes ont pris grand soin de traiter les forces ukrainiennes de Crimée avec le plus grand respect - celles qui se sont rendues comme celles qui ont décidé de ne pas se rendre et d'être évacuées. Poutine a personnellement signé un décret ordonnant que non seulement les soldats ukrainiens mais aussi les *symboles* de l'état ukrainien (drapeaux, insignes, etc.) soient traités avec le plus grand respect. Ce sera la même chose cette fois-ci.

Les soldats ukrainiens faits prisonniers auront la possibilité de rejoindre l'armée russe, leurs émoluments seront quadruplés du jour au lendemain, leur rang et leurs diplômes seront reconnus et la plupart resteront à la tête de leur unité.

IL va sans dire que les néo-nazis et les voyous à la solde des oligarques ne pourront pas bénéficier de ce traitement idyllique. Eux seront tués sans merci et sans regret. Tous les voyous du Secteur Droit ou les mercenaires étrangers capturés auront droit à une petite "conversation" de 10 mn derrière un tank puis seront exécutés. Mais ce seront des cas isolés dont on n'entendra même pas parler.

Je ne sais vraiment pas jusqu'où irait l'intervention russe, elle pourrait se limiter à la partie la plus à l'est de l'Ukraine, (celle où se concentrent les attaques actuelles de l'armée ukrainienne). Cela dépend surtout de la réaction de l'Occident. Si les Etats-Unis et l'OTAN continuent de refuser de négocier, les Russes pourraient poursuivre leur avancée mais sans traverser le fleuve Dniepr.

Souvenez-vous de la guerre du 08.08.08 : son but n'a jamais été de conquérir des terres mais d'enlever à Saakachvili ses dangereux joujoux. Une fois que l'armée géorgienne a été largement réduite à néant, les Russes se sont retirés. Ce sera la même chose en Ukraine. Les Russes vont détruire l'arsenal de répression de la junte, et s'arrêteront là.

Il faut penser *forces* et non *territoire"

Les Russes ne peuvent ni ne veulent "occuper" l'Ukraine. Tout ce qu'on entend sur un nouvel Afghanistan en Ukraine est tout à fait ridicule. Aussitôt qu'ils auront accompli ce qu'ils voulaient faire, ils retireront la plus grande partie de leurs forces et aideront les locaux à s'organiser. Ce n'est que si les Etats-Unis et l'OTAN décidaient de se lancer dans une opération complètement idiote, comme d'envoyer des forces de l'OTAN dans l'ouest de l'Ukraine, que les Russes établiraient une sorte de zone de sécurité pour empêcher les Anglo-sionistes de franchir le Dneipr. Mais - franchement - je ne vois pas l'entité EU/OTAN/UE se lancer dans une aventure aussi insensée, pas à cause de l'armée russe, mais parce qu'alors ils deviendraient les propriétaires de la partie la plus pauvre et la moins intéressante de l'Ukraine.

Croyez-vous vraiment que l'UE veut devenir propriétaire du Banderastan ?

Moi je suis sûr que non.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LES USA PILLENT L'UKRAINE ET... LA RUSSIE ?

Message par Joss le Mer 14 Mai 2014 - 8:42

L'OR DE L'UKRAINE A ÉTÉ SORTI DU PAYS ET TRANSFÉRÉ AUX ÉTATS-UNIS ? + MANIPULATION


Comme d'habitude, les Américains ont pillé l'or des Ukrainiens puisqu'au détour d'un journal russe, Iskra, on apprend qu'un avion non immatriculé serait reparti avec une quarantaine de boîtes en bois. Au cas où les Russes envahissent le pays, autant leur piquer leur or, réaction logique et prévisible, lire ici et ici NewsWire en anglais qui reprend Iskra. Je suis étonné que la CIA n'ait pas emporté leur planche à billets plutôt que leur or, ha ha ha.
.
Et puisque nous sommes avec le métal doré, un trader américain a vu une bonne opportunité de gagner de l'argent avec un avocat, et traîne la Deutsche Bank au tribunal pour avoir bidonné le cours du fixing de l'or "New York trader sues London gold fix banks. Deutsche Bank accused of gold fix manipulation", lire ici. Cela m'étonne qu'il ait attendu autant de temps.

Toute la presse est soi-disant en émotion parce que

"
Barclays Bank, Deutsche Bank, the Bank of Nova Scotia and two other banks were accused in a lawsuit of manipulating the London gold fix, a benchmark used throughout the $20 trillion market for the metal. Kevin Maher, a New York resident who says he bought and sold gold and gold futures and options, sued in Manhattan federal court claiming the five banks overseeing the century-old benchmark colluded to manipulate it ... The paper was the first study to raise the possibility that the banks, which also include HSBC and Societe Generale, may have been actively working together to manipulate the benchmark", lire ici le Financial Post, ici le Guardian et ici le Washingtons Blog.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic


MISE EN ESCLAVAGE DE L'UKRAINE PAR WASHINGTON ET BRUXELLES, METHODE CHYPRIOTE !

ZERO HEDGE rapporte que les dépôts au-dessus de 100.000 Hryvnia seront taxés, comme à CHYPRE, afin que le FMI puisse rentrer dans ses fonds :

«UKRAINE PROPOSES NEW TAX ON DEPOSITS EXCEEDING 100.000 HRYVNIA - UKRAINE TAX PROPOSAL WOULD INCLUDE 1.5% OF ALL DEPOSITS This would appear a measure designed to stabilize the budget for potential IMF negotiations and fits perfectly with what the IMF has consistently hinted as the next steps for many nations» .

Ben voilà, bande d'utopistes européistes ukrainiens à tendance neo-nazies ! Et ce n'est pas fini pour vous, vous allez finir en slip, comme les Chypriotes !

http://www.jovanovic.com/blog.htm






APRÈS AVOIR VOLÉ LES LINGOTS D'OR DE L'UKRAINE (L'OR DE L'UKRAINE SORTI DU PAYS ET TRANSFERE AUX USA), LES USA VEULENT VOLER LA FORTUNE DE POUTINE


27 AVRIL 2014 LE FIGARO

Les États-Unis redoutant la menace d'une invasion de l'Ukraine par les troupes russes ont décidé, en accord avec leurs alliés européens, de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie.


Hantés par la menace de plus en plus convaincante d'une invasion russe en Ukraine, les États-Unis et leurs alliés ont décidé de nouvelles sanctions contre la Russie. Après avoir appelé Angela Merkel, François Hollande et David Cameron, Barack Obama a annoncé, depuis la Malaisie, que ces mesures viseraient à «faire comprendre à Moscou que les actes de déstabilisation qui se déroulent en Ukraine doivent cesser». Samedi, une réunion du G7 avait déjà annoncé l'extension des sanctions. Depuis l'accord de Genève, «la Russie n'a pas levé le petit doigt pour aider» à la désescalade, a dénoncé le président. Ces sanctions prendront effet dès lundi, tandis que les mesures européennes devraient intervenir dans la semaine

Désemparés par l'audace brutale de Poutine mais soucieux de protéger leurs intérêts, les Occidentaux peinent à passer résolument à la «phase 3», qui prévoit un embargo contre les secteurs clés, énergétique, financier et militaire, de l'économie russe, comme cela a été le cas pour l'Iran. Mais les États-Unis n'en cibleront pas moins l'industrie de l'armement, en sus du gel d'actifs d'individus ou de compagnies spécifiques, visant le cercle rapproché de Poutine, selon le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Tony Blinken. Consciente de l'impact douloureux que des sanctions de phase 3 auraient sur ses alliés,  très dépendants du gaz russe, la Maison-Blanche a gardé en réserve cette riposte «atomique». Barack Obama a expliqué que mettre en œuvre des sanctions sectorielles, en solo, sans l'appui des Européens, ne serait en effet pas «efficace». À Washington, le camp de la fermeté, mené, comme à l'ordinaire, par le sénateur McCain, appelle toutefois à passer aux sanctions sectorielles. «La faiblesse occidentale encourage Poutine», écrit-il dans leWashington Post.

   Selon les évaluations controversées de la CIA, la fortune de Poutine s'élèverait à quelque 40 milliards de dollars, mais serait protégée par une nébuleuse de prête-noms

Pour l'heure, le Trésor américain va cibler ses attaques contre la garde rapprochée de Poutine, dans l'espoir de s'en prendre indirectement à sa fortune personnelle supposée. Selon les évaluations controversées de la CIA, elle s'élèverait à quelque 40 milliards de dollars, mais serait protégée par une nébuleuse de prête-noms… Des sanctions ont déjà frappé la compagnie Gunvor, contrôlée jusqu'à il y a peu par le trader Guennadi Timchenko, ami du président. Celles de lundi devraient toucher Igor Sechin, patron de la puissante compagnie Rosneft, ainsi qu'Alexeï Miller, patron de Gazprom. L'espoir des Occidentaux est de susciter à Moscou une panique suffisante pour dissuader Poutine d'envahir l'Ukraine. Jusqu'ici, ce dernier soutient mordicus que les sanctions n'auront pas d'impact, mais les chiffres traduisent une autre réalité. Le rouble s'est effondré et 70 milliards de dollars de capitaux ont fui le pays depuis mars. Quoi qu'en dise Poutine, ces éléments pèsent lourd dans la balance. Ils expliquent sans doute pourquoi les centaines de chars russes en «manœuvre» n'ont toujours pas passé la frontière.



UKRAINE : ÇA Y EST, LES ETATS-UNIS ONT COMMENCÉ À Y «FAIRE LEURS COURSES»…

LE FILS DE JOE BIDEN OBTIENT UN POSTE AU CONSEIL DE DIRECTION DE LA PLUS GRANDE FIRME GAZIÈRE DE L'UKRAINE


13 MAI 2014 EXPRESS.BE

Ce n’est pas une nouveauté, lorsque les Etats-Unis interviennent plus ou moins officiellement quelque part, c’est pour au final y « faire leurs courses » et récupérer ce qu’ils peuvent. Ce n’est pas une grande nouveauté, c’est exactement ce qu’ils avaient fait suite aux printemps arabe en Tunisie. 

Après avoir créé le chaos dans le pays, la première chose qui a été faite dans le pays fut de remplacer le directeur tunisien de la banque centrale par un américano-tunisien, rien que cela. Et en Ukraine alors? Joe Biden vient de caser son fils à la tête du plus gros producteur de gaz privé du pays !

Hunter Biden, le plus jeune fils du vice-président américain Joe Biden, vient d’obtenir un poste au conseil de direction de Burisma, le plus grand producteur de gaz privé en Ukraine. Il dirigera également le service juridique.

Burisma, une société qui a débuté ses opérations sur le secteur de l’énergie en 2002, possède un certain nombre de sociétés pétrolières et gazières ukrainiennes, y compris Esko Pivnich et Pari. La société possède également des actifs dans la région du Dniepr-Donetsk, celle des Carpates et les bassins d’Azov-Kuvan. Elle écoule sa production sur le marché domestique ukrainien.

Le père d’Hunter, Joe Biden, a reproché à plusieurs reprises à la Russie le rôle qu’elle a joué dans la crise ukrainienne, en tant que vice-président des Etats-Unis. Il a promis de soutenir les efforts de l’Ukraine pour réduire sa dépendance énergétique à l’égard de la Russie.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Message par Joss le Lun 16 Juin 2014 - 20:19

KIEV POURSUIT SES CRIMES DE GUERRE EN FAISANT USAGE DE PHOSPHORE BLANC SUR SLAVYANSK

12 JUIN 2014 7SUR7.BE


Un haut responsable du ministère russe des Affaires étrangères a accusé jeudi les forces ukrainiennes de recourir à des armes "interdites" dans l'est du pays, après que des médias publics russes ont affirmé que des bombes incendiaires avaient été utilisées. La Russie a d'ailleurs demandé une enquête urgente sur ces informations, selon les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui déplore "l'absence d'un quelconque progrès" dans la désescalade. La Garde nationale ukrainienne a aussitôt démenti ces accusations, qualifiées d'"absurdes" dans un communiqué.

"Les forces ukrainiennes et les néonazis utilisent des armes interdites contre les habitants de Slaviansk, tirent sur les civils en fuite, tuent des enfants", a écrit Konstantin Dolgov, le délégué aux droits de l'Homme du ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter. "Kiev multiplie les crimes humanitaires contre la population civile du Sud-Est, il doit y avoir des enquêtes et les coupables doivent être punis", a-t-il ajouté.

L'agence publique Ria Novosti, citant les insurgés prorusses de l'Est de l'Ukraine, a affirmé que les forces ukrainiennes avaient utilisé des bombes incendiaires dans le village de Semenovka près de la ville de Slaviansk, un bastion prorusse.

La Russie n'a cessé ces dernières semaines d'accuser les forces ukrainiennes de recourir à des moyens disproportionnés dans leur opération armée contre l'insurrection dans l'est du pays.

"Les informations sur l'emploi par les forces ukrainiennes de bombes incendiaires et d'autres types d'armes non sélectives suscitent une inquiétude particulière. Ces informations nécessitent une vérification urgente", a déclaré M. Lavrov, cité par Itar-Tass.

La Russie constate l'absence d'un "quelconque progrès" dans les efforts promis par le pouvoir ukrainien pour une désescalade sur le terrain, a en outre déploré le ministre russe des Affaires étrangères, indiquant que la Russie allait déposer un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU.


RT. possible usage de phosphore blanc sur... par hussardelamort
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Message par Joss le Sam 28 Juin 2014 - 13:56

Joss a écrit:GENTILS UKRAINIENS SOUTENUS PAR L'OCCIDENT


avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

TRAFIC D’ORGANES EN UKRAINE

Message par Joss le Lun 7 Juil 2014 - 13:54

TRAFIC D’ORGANES EN UKRAINE

5 JUILLET 2014 NOVORUS.INFOOn a vu apparaître sur les réseaux sociaux la correspondance de Sergueï Vlassenko, l’avocat de Ioulia Timochenko, avec le « chirurgien allemand » Olga Wieber et le commandant du bataillon « Donbass » Semione Sementchenko.

Il y est question de trafic d’organes des combattants de l’armée ukrainienne blessés ou tués. L’utilisateur de Facebook Ivan Protsenko a publié un matériel scandaleux, avec un lien vers la ressource informative ukrainienne officiellement enregistrée « Molot Pravdi ». La correspondance des deux adresses appelées Sergui Vlassenko et Olga Wieber s’est déroulée de février à juin 2014. Le moment clé de la correspondance, ce sont les abréviations. Cor –cœur, per- rein, hep – foie, pan – pancréas, pul – poumons.

- «Bonsoir, Olga. La question dont nous avons discuté à Valdkirche doit se décider bientôt, de mon côté la situation est en ordre. Qu’en est-il de tes clients ? » écrit Vlassenko le 22 février. Il ressort plus loin du dialogue que Wieber joue le rôle d’intermédiaire, et Vlassenko organise la livraison du « matériel ». Le « matériel » est caractérisé comme rapidement périssable. En outre, le fournisseur souligne qu’il vaut mieux faire passer la marchandise par lots. «Voilà ce qu’il faut, écrit Wieber – 5 cor, 12 per, 3 hep, 3 pan, 1 pul ». Vlassenko répond : « C’est clair. Nous pouvons faire plus, tu suis les nouvelles, au moins ? Réfléchis, trouve quelqu’un, nous augmenterons les lots !!! »



Le 15 avril, le jour où les autorités de Kiev ont commencé l’opération militaire dans le sud-est de l’Ukraine, Olga Wieber s’intéresse : « à en juger par les nouvelles, les évènements nous sont favorables)). Qu’est-ce que tu en penses, ils ne vont pas changer le cours ? » Vlassenko répond : « Ce n’est pas prévu, avec qui travaillerait-on ! » « Nos partenaires occidentaux » nous créent de bonnes conditions et le plus important, c’est la quantité ! » Sergueï Vlassenko, homme politique ukrainien, député du parlement ukrainien de la sixième convocation du bloc de Ioulia Timochenko, avocat émérite de l’Ukraine. Par la suite, au cours de quelques mois, les partenaires parlent des délais et de la quantité d’organes indispensables, qui se comptent par dizaines.

Le 22 mai, ils discutent de la situation compliquée créée par la livraison et les retards. Vlassenko considère que les commanditaires peuvent attendre : « A qui iront-ils encore s’adresser ??? Et ici, la mitraille, les mines explosent, comment livrer tes gens ? Que ce soient tes épices ou les miennes, garantir la sécurité est très difficile, comprends-le. Il faut emporter le matériel soi-même ! » Wieber propose de changer le plan de travail et de revenir aux cas « lourds et désespérés » auxquels l’accès est plus simple. Vlassenko est catégorique : « De mon côté, il ne peut en être question, je te l’ai dit ainsi qu’à Nalivaïtchenko, lors de notre dernière conversation ! Il y a un grand risque de fuites et beaucoup trop de questions de la part du personnel local, je ne veux déjà plus me mêler de ça ! » Wieber est d’accord: «Faites au moins comme vers Alexandrovka !!! Ne me laissez pas tomber ! Cherchez plus de matériel, qu’on puisse en choisir du meilleur ».

Des liens sont aussi apparus, sur les réseaux sociaux, vers une autre correspondance entre Sergui Vlassenko et Semione Sementchenko (commandant du bataillon punitif de l’armée ukrainienne « Donbass»). Sementchenko et ses gens, visiblement, s’occupent directement de procurer le « matériel ».

Le 26 mai, Vlassenko exprime son mécontentement au sujet du travail de l’exécutant : « Nous avons eu des problèmes avec le dernier lot !!! Nous avons reçu beaucoup de marchandise de mauvaise qualité ; nos commanditaires ne sont pas contents ! Vous devez tout faire de façon opérationnelle ! Dépêchez-vous, parce que si vous ne faites pas rentrer cela en 14 heures à partir du moment du prélèvement, nous recevons seulement 30% de la valeur ! Et cela veut dire que vous en recevrez pas votre équipement, tu comprends ?»

Sementchenko se justifie : « Je suis au courant, Sergui Vladimirovitch. Nous faisons ce que nous pouvons, nous avons beaucoup de perte, lors de la dernière sortie, nous avons perdu plus de 20 gars ! » L’avocat de Timochenko, au fait, a aussi pour patronyme Vladimirovitch. Il exige de trouver de nouvelles personnes pour remplir les commandes, mais Sementchenko proteste : « Il en reste peu, et pour ce travail, je ne peux placer n’importe qui ».

On publie régulièrement dans les médias ukrainiens de l’information sur les problèmes liés aux soins des militaires, blessés au cours de l’expédition punitive. Sont apparus aussi de nombreux communiqués sur des corps défigurés, trouvés sur l’emplacement des combats et dans les agglomérations « nettoyées » par les forces de l’expédition punitive. Le 19 juin, l’un des insurgés dans la Stanitsa Louganskaïa a déclaré que de nombreux cadavres découverts après le travail des détachements de tirailleurs n’avaient plus d’organes internes. Il a supposé que dans la direction de l’expédition punitive prospérait le business du trafic d’organes sur le « marché noir ».

Trad. Laurence Guillon
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10495
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RUSSIE UKRAINE ET LA CRIMEE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum