MARTHE ET MARIE

ÉGYPTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ÉGYPTE

Message par Joss le Jeu 22 Aoû 2013 - 6:53

L'ÉGYPTE NE RÉPOND PLUS À OBAMA, LES USA PERDENT LE CONTRÔLE

Humiliée, l'Administration américaine voit son allié historique, à qui elle verse une généreuse aide militaire, lui tourner le dos.


L'Égypte ne répond plus: à Washington, la féroce répression du régime militaire contre les Frères musulmans se double d'une prise de conscience aux airs de traumatisme. L'allié égyptien, qui a conclu voilà trente-cinq ans une paix historique (et durable) avec Israël, placé sous perfusion d'une généreuse aide militaire et loué pour sa remarquable stabilité jusqu'à la chute de Hosni Moubarak en 2011, est en train de tourner le dos à son fidèle protecteur américain.

Et, selon toute vraisemblance, ce n'est que le début du chemin de croix pour l'Administration Obama: après avoir éconduit les émissaires de Washington et cessé de répondre aux appels quotidiens du secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, c'est Barack Obama lui-même que le général Abdel Fattah al-Sissi aurait refusé de prendre au téléphone.

Humiliée, l'Administration américaine marche sur des œufs: elle se refuse pour le moment à couper le cordon de l'aide militaire (1,3 milliard de dollars annuels), annulant seulement les manœuvres militaires «Bright Star» prévues en septembre et condamne mollement la répression en cours.

Camouflet diplomatique


C'est pourquoi elle a, en désespoir de cause, rejoint l'initiative conjointe de la France, de l'Australie et de la Grande-Bretagne, qui appelaient jeudi à une réunion en urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. À l'arrivée, une déclaration adoptée par consensus, appelant à «une retenue maximale» et «la fin des violences», mais qui, bien sûr, à part marquer l'inquiétude des grandes puissances, ne règle rien.

Il est cependant permis d'y déceler en filigrane un camouflet diplomatique pour les États-Unis, réduits à jouer les utilités et qui commencent à appréhender l'ampleur de leur débâcle stratégique au Proche-Orient. «La politique étrangère des États-Unis sous Obama est devenue minimaliste et réactive, relève Camille Pecastaing, professeur à la John Hopkins University. Elle se résume à l'emploi de drones tueurs dans la lutte antiterroriste. Et puis, comment condamner 1000 tués en Égypte, quand on en tolère 100.000 en Syrie?»

En coulisses, le premier cercle de la Maison-Blanche souffle que la patience du président américain est à bout. «Nous ne pourrons pas maintenir notre relation avec l'Égypte si ces actions se poursuivent, et ils le savent», confie un proche conseiller à Major Garrett, de CBS.

Sans vraie politique moyen-orientale depuis 2009, Washington comptait pourtant sur l'Égypte, pôle historique de stabilité régionale depuis les accords de paix avec l'État hébreu en 1979, pour relancer les négociations israélo-palestiniennes. Le 30 juillet dernier, celles-ci avaient timidement repris à Washington sous l'égide du secrétaire d'État, John Kerry. «La descente aux enfers de l'Égypte complique singulièrement l'équation, prédit James Gelvin, spécialiste du monde arabe à l'UCLA. Elle place Israël seul face au Hamas en position de force à Gaza, alors qu'il pouvait jusqu'ici compter sur la collaboration de l'appareil de sécurité égyptien.» Celui-ci, ces jours-ci, a les mains occupées ailleurs.

http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/16/01003-20130816ARTFIG00512-washington-paralyse-par-la-peur-d-un-effet-domino.php

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/

Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10388
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LE SINAÏ : BASE AMÉRICAINE POUR ISRAEL ?

Message par Joss le Jeu 22 Aoû 2013 - 12:09

LE SINAÏ : BASE AMÉRICAINE POUR ISRAEL ?



Les discussions vont bon train dans les centres d’études US, les séminaires et ateliers sur le Sinaï et son importance stratégique. Certains chercheurs en arrivent à deux équations possibles qui se résumeraient à dire que la sécurité d’Israël dépend du Sinaï non du Golan syrien, et que la sécurité des gazoducs et oléoducs dépend du SinaÏ non de Homs en Syrie. D’autres planchent sur l’importance stratégique comparée entre Al-Qusayr en Syrie et le Sinaï en Égypte et, tenant compte des frontières terrestres et maritimes des deux pays, en arrivent à dire que le Sinaï est stratégiquement plus important que la Syrie.

Habituellement, une telle focalisation des centres de recherche sur un sujet donné n’est pas sans finalité et ne consiste pas à se contenter d’échanger les points de vue, réagir, ou exagérer un événement sécuritaire ou politique ; d’autant plus que les organisateurs de ces workshops sont aussi les décideurs en la matière.
Les diverses études ainsi menées donnent pléthore d’informations importantes sur le Sinaï, l’accent étant particulièrement porté sur sa géographie offrant à la fois des zones côtières, des zones montagneuses, et de vastes zones désertiques vides de population répondant, par conséquent, aux conditions requises par le Pentagone pour l’établissement de bases militaires fixes.

En effet, un demi-million d’habitants répartis sur 60 000 kilomètres font que la superficie de cette région est trente fois supérieure à celle de Gaza alors que son peuplement est quatre fois inférieur. Autrement dit, le Sinaï est cent vingt fois moins densément peuplé que Gaza alors que sa superficie est égale à trois fois celle de toute la Palestine, à six fois celle du Liban ou des territoires occupés en 1967 et en 1948.
Par ailleurs, le Sinaï est traversé de gazoducs, actuellement en service, transportant le gaz égyptien vers la Jordanie via la Palestine et pourrait recevoir les gazoducs partant des Pays du Golfe vers la Méditerranée.

Géographiquement, le Sinaï tient les deux rives du golfe d’Aqaba faisant face au tiers de la côte saoudienne sur la mer Rouge et au détroit de Bab el Mandeb, débouché maritime des pays du Golfe vers les côtes du Yémen, de la Somalie, du Soudan, de l’Érythrée et de l’Éthiopie. Adjacent à l’une des deux rives du Canal de Suez, il tient aussi la Méditerranée, s’ouvre en profondeur sur l’Egypte par terre et par mer, et côtoie la Jordanie, Gaza et le Néguev. Autant d’atouts pour servir de base à des porte-avions, des missiles de croisière Cruise, des antimissiles Patriot, des stations de radars géants, des stations d’écoute et de communications par satellites, et aussi de base pour des forces terrestres états-uniennes qui pourraient atteindre les cent milles soldats avec la garantie de toujours rester complètement à l’écart de la population locale.

D’autres études se sont concentrées sur l’Histoire en remontant jusqu’à Abraham pour dire que le Sinaï est le berceau des civilisations et des religions. S’appuyant, entre autres, sur l’ouvrage de Kamal Salibi, elles rappellent que la Torah est née de la péninsule arabique et que les premiers fidèles du judaïsme, du christianisme et de l’islam y ont évolué, sans oublier la dynastie monothéiste des Hyxos qui les a précédés et a gouverné l’Égypte et les Bilad al-Cham [les Pays du Levant].

Il est improbable que ces études soient l’objet d’un tel regain d’intérêt au moment même où les équations régionales calculées et imposées par les États-Unis risquent de s’inverser vu la très rapide évolution de la situation égyptienne et le non effondrement de M. Bachar al-Assad et des piliers des institutions syriennes. Non, ces études remises à l’ordre du jour ne peuvent être fortuites, d’autant plus que les États-Unis sont sur le point d’adopter une nouvelle équation fondée sur moins de dispersion de leurs forces et un repli stratégique vers une nouvelle base plus lourde axée sur l’Asie et l’Afrique, avant de s’aventurer par un redéploiement sur les mers et océans.

En revanche il est plus que probable que les Services de sécurité et la politique des USA vont désormais concentrer leurs efforts sur le Sinaï. Cela pourra prendre des mois et même des années au cours desquelles ils testeront plusieurs options. Parmi ces options, transformer cette zone en refuge pour les différents réseaux d’Al-Qaïda sur lesquels les drones US pourraient continuer leur besogne, ou la transformer en refuge pour les Frères Musulmans ; lesquels, forts de leur continuité géographique avec leurs autres Frères à Gaza leur permettraient de lancer une guerre ouverte contre le chaos dans toute l’Égypte. Une autre option plus facilement réalisable serait d’exploiter toutes ces entrées ouvertes au chaos dont des opérations fabriquées prétendument menaçantes pour Israël, notamment pour Eilat si proche, pour justifier leur mainmise directe sur le Sinaï au moyen de bases militaires gigantesques qui deviendraient le plus important porte avion US du monde.
Cette mainmise des États-Unis sur le Sinaï semble être devenue l’objectif stratégique du moment. À partir de là, il sera possible de compenser la perte des richesses pétrolières et gazières due à leur échec en Syrie. À partir de là, la sécurité d’Israël sera sous leur garde directe ainsi que celle de l’Asie, de l’Afrique et des pays du Golfe qui ne pourra pas échapper à leur vigilance. Ainsi, les États-Unis pourront dire qu’ils sont redéployés mais non vaincus !

Les yeux US sont braqués sur le Sinaï. Faisons-en autant, surtout les Égyptiens et leur Armée, maintenant que la mainmise sur le Sinaï risque de menacer la souveraineté de L’Égypte, laquelle souveraineté exige de se libérer des contraintes unilatérales imposées par « les accords de Camp David ».
Nasser Kandil
13/08/2013


Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Article original : Top News
http://www.topnews-nasserkandil.com/topnews/share.php ?art_id=2106
Nasser Kandil est libanais, ancien député et directeur de Top News-nasser-kandil

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/

Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10388
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

EGYPTIENS DÉROUTÉS PAR LE SOUTIEN INTERNATIONAL AUX "BARBUS"

Message par Joss le Jeu 29 Aoû 2013 - 21:00

LES EGYPTIENS SONT DÉROUTÉS PAR LE SOUTIEN INTERNATIONAL AUX FRÈRES MUSULMANS

« Si seulement en 1940 le peuple allemand avait eu le courage du peuple égyptien en destituant un homme « démocratiquement élu », cela nous aurait évité des millions de morts et la Shoah. Mais cet argument, l’Occident ne l’entend sûrement pas. Il ne veut pas l’entendre« .
- Alaa El Assouani, auteur de « l’immeuble Yacoubian ».

Une majorité d’Egyptiens ne peut comprendre la position de l’Administration américaine, qui se range du côté des forces de l’oppression et assiste à la transformation du pays en un état en faillite sous la direction des Frères musulmans. Cette position s’oppose aux intérêts américains. L’Egypte ne peut simplement pas se permettre de devenir une autre Somalie ou un autre Afghanistan, sous le contrôle de Talibans égyptiens.

Les Egyptiens sont perplexes. Ils ne comprennent pas les efforts de l’Administration Obama pour ramener les Frères musulmans au pouvoir.


Afin de donner un sens à la politique de l’Administration Obama, Amr Adeeb, un éminent analyste politique égyptien, soutient l’idée selon laquelle les USA aident les Frères musulmans à reprendre le pouvoir afin de transformer l’Egypte en un aimant qui attirerait les combattants jihadistes. Le but, selon Adeeb, est de faire de l’Egypte une autre Syrie ou un autre Afghanistan et ainsi discréditer l’islamisme en tant que mouvement politique viable.

Aux yeux des Occidentaux, cela peut paraître comme une théorie conspirationniste étrange, mais pour les Egyptiens, elle permet d’expliquer la raison pour laquelle le gouvernement américain soutient une organisation qui a ouvertement déclaré le jihad contre l’Occident, s’est engagée dans des menaces de guerre contre Israël et l’Ethiopie, a démoli plus de 80 églises historiques en quelques jours, incendié des hôpitaux, et assassiné des Chrétiens dans les rues. Les Frères musulmans n’ont aucun respect pour l’Etat de droit, mais, dit l’Administration Obama, c’est l’Armée égyptienne, qui a destitué les Frères musulmans, qui menace la démocratie.
[...]

© Rosaly pour www.Dreuz.info
- See more at: http://www.dreuz.info/2013/08/les-egyptiens-sont-deroutes-par-le-soutien-international-aux-freres-musulmans/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.ks8ye3gZ.dpuf

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/

Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10388
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: ÉGYPTE

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum