MARTHE ET MARIE

STERILITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

STERILITE

Message par Joss le Sam 8 Juin 2013 - 7:35

LA TAILLE DES PÉNIS NE CESSE DE DIMINUER !

D'après une étude britannique, la taille des pénis a encore diminué. Mais cela a-t-il vraiment de l'importance ?

Fin 2012, nous apprenions que la taille de pénis des Français était inférieure à la moyenne. Si l’égo de ces messieurs en a pris un coup, celui des Anglais est également mis à mal dans une récente étude, publiée par le site anglais Theyfit (vendeur de préservatifs). On y apprend notamment qu’il y a encore dix ans, en Angleterre, la taille moyenne d’un pénis en érection était de 15,24 cm. En 2013, le sexe des Britanniques ne mesurerait plus « que » 12,95 cm.

L’enquête en soit ne permet pas une interprétation globale. En effet, l’étude n’a été menée qu’auprès de 20 000 Anglais. Cependant, elle vient confirmer d’autres données dévoilées en mars 2013, assurant qu’en soixante ans, la taille du pénis avait diminué d’un centimètre.

Réduction de la taille du pénis : quelles sont les causes ?

Les scientifiques ignorent pourquoi le sexe masculin a rétréci ces dernières années. Cependant, certaines substances, telles que les pesticides ou les phtalates, sont soupçonnées d’en être en partie responsables. L’exposition aux ondes génère également quelques interrogations. Des recherches complémentaires devraient être menées pour identifier clairement le problème.

La taille du sexe, ça compte ou pas ?

Mais pas de panique. Selon une récente étude, certes la taille du pénis compte, mais pas que ! Si une taille minimum, d’environ 7,6 cm, attirerait davantage les femmes, un pénis trop gros pourrait, au contraire, les faire fuir.

De plus, mise à part sur les plages naturistes, il est impossible de choisir son partenaire en fonction de la taille de son sexe. Ainsi, c’est bien l’allure d’un homme qui détermine si oui ou non une femme sera attiré par lui. Ouf !

http://www.reponseatout.com/pratique/sante-bien-etre/la-taille-des-penis-ne-cesse-de-diminuer-a1010181


Dernière édition par Joss le Jeu 19 Déc 2013 - 14:31, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LES OGM STÉRILISERONT L'HUMANITÉ AU BOUT DE 3 GÉNÉRATIONS

Message par Joss le Lun 10 Juin 2013 - 18:08

L'ÉTUDE RUSSE QUI PROUVE QUE LES OGM STÉRILISERONT L'HUMANITÉ AU BOUT DE 3 GÉNÉRATIONS

On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves  dégâts occasionnés, une étude récente va dans ce sens. Une étude qui, si elle n'est pas étouffée, pourrait avoir un grand impact sur les décisions à prendre à l'avenir !

En 2009, près de 3% des terres agricoles étaient couvertes d'OGM avec 134 millions d'hectares, selon l'ISAAA, qui, chaque année, fait état des cultures des plantes transgéniques dans le monde. Et le dossier des OGM alimentaires - dont de très nombreuses pages restent encore floues à ce jour - pourrait bien s'alourdir prochainement alors qu'une nouvelle pièce en provenance de Russie est sur le point d'y être ajoutée.

Celle-ci prend la forme d'une étude, dont les résultats les plus frappants viennent d'être présentés à la presse en Russie dans le cadre de l'ouverture dans ce pays des Journées de Défense contre les Risques Environnementaux. Elle est même évoquée par Jeffrey Smith, fondateur de l'Institute for Responsible Technology aux Etats-Unis et auteur de référence dans le monde des OGM avec notamment son ouvrage Seeds of Deception (littéralement «les semences de la tromperie») publié en 2003. Menée conjointement par l'Association Nationale pour la Sécurité Génétique et l'Institut de l'Ecologie et de l'Evolution, cette étude russe a duré deux ans, avec pour cobayes des hamsters de race Campbell, une race qui possède un taux de reproduction élevé. Ainsi, le Dr Alexey Surov et son équipe ont nourri pendant deux ans et d'une manière classique les petits mammifères, à l'exception près que certains d'entre eux ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM (importé régulièrement en Europe) résistant à un herbicide.

Au départ, quatre groupes de cinq paires (mâles / femelles) ont été constitués: le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja, le second a, quant à lui, suivi un régime alimentaire qui comportait du soja conventionnel, le troisième a été alimenté avec en complément du soja OGM et enfin le quatrième groupe a eu des plateaux repas dans lesquels la part de soja transgénique était encore plus élevée que dans ceux du troisième.

A la fin de cette première phase, l'ensemble des quatre groupes a eu en tout 140 petits. L'étude s'est poursuivie dans une deuxième phase par la sélection de nouvelles paires issues de chacun de ces premiers groupes. Et, dans la logique du déroulement, les nouvelles paires de la deuxième génération ont, elles aussi, eux des petits, créant de fait la troisième et dernière génération de cobayes. Ainsi, il y a eu au final 52 naissances parmi les spécimens de troisième génération qui n'ont pas consommé du tout de soja, 78 parmi ceux qui ont consommé du soja conventionnel.

Mais le troisième groupe, celui qui a été nourri avec du soja OGM, n'a eu que 40 petits, dont 25% sont morts. Et, pire, dans le groupe qui a mangé le plus de soja génétiquement modifié, une seule femelle a réussi à donner naissance, soit 16 petits au total, dont 20% sont finalement morts.

Ainsi, à la troisième génération, les hamsters qui, pour les besoins de l'étude, ont eu, dans leur menu, une part importante de soja OGM, n'étaient plus capables de se reproduire...

Mais une autre surprise de taille a été observée: certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils ... dans la bouche, un phénomène d'une extrême rareté.

Voici, à ce sujet, les photos publiées par Jeffrey Smith, dans son billet

Selon Jeffrey Smith, l'étude du Dr Surov et de son équipe pourrait bien «déraciner» une industrie qui vaut plusieurs milliards de dollars. L'affaire est donc à suivre, mais, quoi qu'il en soit, depuis l'introduction en 1996 dans l'environnement et dans la chaîne alimentaire de produits agricoles transgéniques (issus de semences dans lesquelles y sont ajoutées un ou plusieurs gênes étrangers afin de conférer à la plante une propriété spécifique), les risques qui y sont liés restent encore très largement inconnus car très peu observés, faute d'études suffisamment longues et indépendantes, mais aussi à cause du refus des semenciers de publier leurs propres études (sauf sous la contrainte juridique) pour des raisons de stratégies industrielles et commerciales.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le principe de précaution, dans ce domaine, semble effectivement illusoire, alors que les incertitudes scientifiques qui demeurent devraient justement le mettre au cœur du processus d'évaluation. Et, d'ailleurs, l'on peut même supposer que cetteabsence de précaution large et de manque de transparence vis-à-vis du public nuisent par la même occasion aux OGM agricoles expérimentaux (de seconde génération) qui ne peuvent pas être évalués dans les meilleures conditions puisque ceux qui sont actuellement sur le marché ne l'ont été que partiellement (voir le proverbe de la «charrue avant les boeufs»...).

Car l'ennui, au fond, c'est que nous tous, les consommateurs, sommes au bout de cette chaîne alimentaire: alors finalement dans l'histoire, qui sont réellement les cobayes?

http://www.notreterre.org/m/article-116273164.html


Dernière édition par Joss le Jeu 19 Déc 2013 - 14:30, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DES MÉDECINS SUR LA PISTE DE L'INFERTILITÉ MASCULINE

Message par Joss le Dim 16 Juin 2013 - 12:57

DES MÉDECINS SUR LA PISTE DE L'INFERTILITÉ MASCULINE

Publié le : 19 Mai 2013

Les causes ne sont pas clairement identifiées mais les résultats sont là : la production de spermatozoïdes aurait diminué de 32% en 20 ans. Entre 2 % et 4% des hommes souffriraient de stérilité. Environnement, mode de vie, alimentation, les chercheurs explorent toutes les pistes sans pouvoir désigner le ou les coupables. Mais ce mystère pourrait être levé, nous apprend le Parisien dans son édition dominicale, grâce à des équipes de médecins nucléaires de l’Institut Claudius Regaud et des spécialistes de la reproduction du CHU de Toulouse.
Un essai clinique doit démarrer l’an prochain et se prolonger jusqu’en 2016 dans 4 villes françaises (Toulouse, Lille, Bordeaux et Rouen) auprès de  150 hommes stériles. Financée à hauteur de 350 000 euros par le ministère de la Santé, précise le quotidien, cette étude va s’appuyer sur le TEP Scan. Cet appareil d’imagerie, déjà utilisé dans le cancer, permettra de visualiser les anomalies cliniques caractéristiques de l’infertilité.Ces clichés seront confrontés avec les résultats des biopsies testiculaires réalisées sur les hommes inclus dans l’étude.

A long terme, ce travail pourrait avoir d’autres applications. Par exemple, protéger la fertilité des hommes qui subissent des chimiothérapies. La durée d’infertilité  pouvant varier de 1 à 15 ans suivant les hommes, les médecins pourraient, grâce à ces travaux, mieux évaluer la nécessité d’avoir recours à la cryoconservation dans la perspective d’une fécondation in vitro.

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Des-medecins-sur-la-piste-de-l-infertilite-masculine-2692.html


Dernière édition par Joss le Jeu 19 Déc 2013 - 14:29, édité 2 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

UN ROBOT BIONIQUE À BASE DE SPERME DE TAUREAU

Message par Joss le Jeu 19 Déc 2013 - 14:24

DES SCIENTIFIQUES INVENTENT UN ROBOT BIONIQUE À BASE DE SPERME DE TAUREAU



16 DÉCEMBRE 2013 DAILYGEEKSHOW.COM

Créer des robots à partir de spermatozoïdes ? Oui, c’est possible : c’est ce que viennent de réaliser des scientifiques allemands en utilisant du sperme de taureau. Ce robot bionique permettra d’administrer des médicaments aux cellules ou à les guider directement jusqu’à un ovule. DGS vous explique cette innovation en détails.

Nous devons cette invention un peu particulière à Oliver Schmidt, et ses collègues de l’Institut des neurosciences intégratives de Dresden, qui ont combiné des spermatozoïdes avec des microtubes magnétiques pour créer le tout premier biobot (ou robot bionique) à base de sperme. Une découverte qui permettrait de diriger un spermatozoïde unique tout droit vers l’ovule ou d’administrer des médicaments dans des zones précises.

Auparavant, il était loin d’être facile de contrôler une seule cellule qui se déplace dans un fluide en utilisant sa flagelle, une sorte de nageoire en forme de fouet (comme c’est le cas avec les spermatozoïdes). Jusqu’à présent, les chercheurs avaient surtout réussi à persuader un groupe de cellules à coopérer en utilisant des procédés chimiques et des champs magnétiques. Par exemple, certaines bactéries avaient réussi à pousser un petit objet.

Pour créer ce qu’ils appellent des spermbots, les chercheurs de l’institut expliquent dans leur étude qu’ils ont fabriqué des microtubes à partir de microparticules de titane et de fer longs de 50 microns et de 5 à 8 microns de diamètre. Ces tubes ont ensuite été ajoutés à un fluide contenant du sperme de taureau, et parce que l’une des extrémités des tubes était plus petite que l’autre, les spermatozoïdes qui y entrent restent prisonniers, leur flagelle toujours libre de mouvements.

Pour contrôler l’orientation de ces microtubes et de leur direction, Oliver Schmidt et son équipe ont utilisé un champ magnétique externe, en l’occurrence une boussole. Il explique qu’utiliser le sperme est une option très intéressante puisqu’elle ne présente aucun danger pour l’homme, n’a pas besoin de source d’énergie externe et peut nager dans des liquides particulièrement visqueux. Les chercheurs expliquent que ces spermbots pourraient servir à guider les spermatozoïdes vers un ovule ou encore à administrer certaines doses de médicaments dans le corps.

C’est vraiment incroyable de voir que même des petites cellules comme les spermatozoïdes peuvent être transformées en robot ! Savoir qu’ils peuvent en plus être contrôlés pour voyager dans le corps humain est impressionnant. Et vous, est-ce que vous laisseriez des spermatozoïdes se balader tranquillement dans votre corps pour transporter des médicaments afin de soigner des maladies ?

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: STERILITE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum