MARTHE ET MARIE

DÉPARTS DES FRANCAIS À L’ÉTRANGER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DÉPARTS DES FRANCAIS À L’ÉTRANGER

Message par Joss le Jeu 24 Jan 2013 - 8:38




Ouups... Il a fallu que je lise la presse anglaise pour tomber sur une info de Mediapart du 22 janvier. C'était tellement drôle que j'en ai ri pendant 5 minutes. Dans les ordinateurs de Rastignac-Sarkozy, la police a saisi ses plans de déménagement à Londres... pour ne pas tomber sous la loi fiscale des 75%. Enorme. Et même pas à la une de Mediapart. No comprendo. Clairement, quelqu'un au parquet a trouvé utile de donner les infos au journal en ligne...

Pour résumer l'information de base: Sarkozy veut lancer un hedge fund d'un milliard d'euros avec l'aide de, je vous le donne dans le mille, Alain [quote]Minc. On comprend maintenant pourquoi Sarko à gardé ce toquard comme conseiller aussi longtemps! Dingue... Le Daily Mail ajoute:

"Mr Sarkozy has recently had meetings with numerous movers and shakers in the world of high finance during high-profile trips to places like Qatar and London. But today Mr Sarkozy played down the Mediapart reports through his aides, with one saying that they were the result of "intellectual constructs". Like Mr Blair, the former head of state has always been extremely secretive about his financial dealings, and would be unlikely to discuss a wealth fund in public".

Je vous rappelle juste pour le principe que Blair est maintenant conseiller de la JP Morgan et croise de temps à autre notre amie Blythe. Le monde est vraiment petit. Lire ici le
ici le Daily Mail, ici Mediapart. Cela dit, Sarkozy a toujours dit qu'après sa sortie de l'Elysée, "je ferai du fric". Tout dans la délicatesse. Même ZH vient d'en ajouter une couche, lire ici. Un des commentaires: "A guillotine could fix quite a few problems in France at the moment... and Europe for that matter".

Toujours est-il que ce Hedge Fund est clairement l'idée d'Alain Minc, celui qui avait dit fin 2008 que la crise ne durera pas plus de 3 mois, et que cela n'affectera que quelques gens. Mais bien sûr. En tout cas les Quataris ont bien remercié Sarkozy pour la loi spécialement votée pour eux à l'Assemblée Nationale leur permettant de ne pas payer d'impôts sur le revenu en France...

http://www.jovanovic.com/blog.htm


Dernière édition par Joss le Ven 25 Oct 2013 - 18:40, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

L’ASSEMBLÉE NATIONALE ADOPTE LA TAXE À 75%

Message par Joss le Dim 20 Oct 2013 - 8:21

L’ASSEMBLÉE NATIONALE ADOPTE LA TAXE À 75%

Les députés français, qui poursuivaient vendredi l’examen du projet de budget pour 2014, ont adopté la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an, une promesse de campagne de François Hollande.

La taxe sera payée par les entreprises sur les rémunérations supérieures à un million d’euros versées en 2013 et 2014. Elle devrait rapporter 420 millions d’euros sur deux ans, dont 260 millions l’an prochain.

Son taux sera en fait de 50%, les rémunérations étant déjà taxées par ailleurs. Son montant est plafonné à 5% du chiffre d’affaires de ces entreprises.

Le rapporteur du budget, Christian Eckert (PS), a retiré son amendement qui visait à rendre cette taxe non déductible de l’assiette de l’impôt sur les sociétés. Il a en revanche eu le feu vert des ministères des Finances et du Budget pour un amendement qu’il juge « moins sévère ».

La taxe ne sera ainsi pas déductible de la base sur laquelle sera calculée la surtaxe d’impôt sur les sociétés qui remplace le projet abandonné de taxe sur l’excédent brut d’exploitation.

Le dispositif voté par les députés tire les conséquences de l’annulation par le Conseil constitutionnel, en décembre 2012, de la disposition de la loi de finances pour 2013 qui prévoyait de soumettre les personnes physiques à une taxe à 75% sur leurs revenus d’activité excédant un million d’euros.

Source:
Reuters


Quel âne ce HOLLANDE. Cela ne fera qu'accélérer la fuite des français vers l'étranger.... entreprises, retraités, jeunes diplômés, créatifs....    C'est une hémorragie.... Tous ceux qui veulent construire partent : Brésil, Canada, Asie, Portugal (pour les retraités).

Restera-t-il un jour des français en FRANCE ?


Ah si ! ..... Resteront les "Léonardas" qui déclarent effrontément :
#BFMTV "Ce ne sont pas les autres qui font la loi pour moi, c'est moi qui vais la faire."

.... une claque...

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DÉPARTS DES FRANCAIS À L’ÉTRANGER ENFIN DES CHIFFRES

Message par Joss le Ven 25 Oct 2013 - 18:39

ENFIN DES CHIFFRES CONCERNANT LES DÉPARTS À L’ÉTRANGER



24 OCTOBRE 2013 CONTREPOINTS

35 077 foyers fiscaux ont choisi de quitter la France en 2011, selon des chiffres obtenus de la Direction générale des finances publiques par Philippe Marini, président de la commission des finances du Sénat.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

La fuite des cerveaux, et plus généralement des actifs diplômés, fait l’objet d’âpres débats politiques. En présentant ce mardi au Sénat des chiffres inédits sur les départs à l’étranger des contribuables, obtenus de la Direction générale des Finances publiques, le président de la commission des Finances, Philippe Marini (UMP), permet de s’appuyer enfin sur des données précises, et de prouver ainsi que le phénomène que trop souvent nos dirigeants politiques refusaient de prendre en compte, est véritablement un phénomène important.

Après une baisse en 2010 (- 16 %), ce nombre des contribuables partis s’installer à l’étranger a bondi de 62 %

En 2011 (les chiffres de 2012 ne seront connus qu’à l’été prochain), 35.077 foyers fiscaux ont choisi de quitter la France.

L’intérêt de ce chiffre, qui pourrait devenir un véritable baromètre de l’exil fiscal des particuliers français, est qu’il recense désormais les départs à l’étranger des redevables à l’impôt sur le revenu de personnes physiques. Précédemment, les seuls chiffres que Bercy daignait nous communiquer ne concernaient que les seuls contribuables à l’ISF, l’impôt sur la fortune, ce qui ne représentait que quelques centaines de personnes chaque année. Précisons néanmoins que si l’échantillon est désormais plus large, s’il permet d’avoir une vue précise des départs de ceux qui contribuaient au fonctionnement de la Nation, il ne nous éclaire pas sur les départs des étudiants en fin de cycle ou qui ne reviennent pas de leurs études à l’étranger ni de ceux qui partent alors qu’ils n’étaient pas redevables de l’impôt sur le revenu en France (ce qui peut expliquer la sous-représentation de destinations comme l’Australie ou le Canada ou certaines destinations d’Asie).

Tout d’abord, nous apprenons qu’entre 2007 et 2010 le nombre de départs de contribuables est resté relativement stable, autour de 26.000 par an. C’est intéressant, car cela répond d’emblée à ceux qui chercheraient à imputer les départs à « la crise ». En effet, celle-ci s’est déclenchée en 2007-2008 et a connu son paroxysme en 2009-2010. Aucune incidence sur les départs à l’étranger.

Le nombre de départs a décru en 2010, avec « seulement » 21.600 foyers fiscaux. Est-ce là le résultat de la loi TEPA ou du « travailler plus pour gagner plus » ?

En tous cas, l’année 2011 qui correspond à un revirement complet de la politique gouvernementale, avec la création quasi quotidienne de nouvelles taxes, le détricotage de la loi TEPA, le gel du barème de l’impôt sur le revenu, a comme par hasard été marquée par une augmentation spectaculaire des départs : 35.077, soit une augmentation de 62,4%. C’est aussi à cette époque que le départ des revenus les plus élevés a commencé à décoller sérieusement : entre 2010 et 2011, les départs de contribuables déclarant plus de 100.000 euros sont passés de 1.330 à 2.000 (sur 460 000, soit 0,4% d’entre eux).

La fiscalité en est-elle la seule cause ?

Ces chiffres nous prouvent ce dont nous nous doutions depuis un moment et que nous évoquons régulièrement sur MVMA, le phénomène est loin de concerner les seuls très hauts revenus. En réalité, même si les contribuables qui décident de partir ont des revenus supérieurs à la moyenne, leur revenu fiscal de référence moyen par foyer ne dépassait pas 39.000 euros en 2011.

39 000 €, cela veut dire que nous n’avons pas affaire à des chômeurs, mais à une classe moyenne supérieure qui a le sentiment d’être victime d’un plafond de verre. La France n’offre que peu de perspectives pour qui veut dépasser la condition que ses études et son acceptation de règles sociales lui permettent d’atteindre. Soit vous êtes barré dans votre ascension interne parce que n’ayant pas le « bon » diplôme ou n’appartenant pas à la coterie en place, soit vous êtes condamné à vous dévouer corps et âme à votre travail pour être ensuite laminé par la fiscalité.

Créer une entreprise, vous mettre à votre compte ? Dix fois plus difficile en France qu’ailleurs pour un revenu quatre fois inférieur à celui que vous pouvez espérer ailleurs. Dès lors, aucune surprise d’apprendre que les États-Unis et le Royaume-Uni font partie des destinations plébiscitées par les partants aux revenus « moyens ». Ce sont justement les pays qui ont la réputation de permettre une meilleure progression sociale et le plus de facilités à la création d’entreprises.

Enfin, les moins de 30 ans représentent près de 40% des partants, alors qu’ils ne sont que 17% des contribuables. Si nous prenons en compte les moins de 40 ans, il s’agit de 71% des départs ! C’est la force vive, une part importante de notre potentiel de dynamisme que notre organisation sociale archaïque et désuète, privilégiant l’assistanat à la prise de risques, décourage ainsi tous les ans.

Logiquement, les détenteurs de revenus fonciers et de capitaux mobiliers importants préfèrent quant à eux d’autres destinations comme la Suisse ou la Belgique. Il s’agit là clairement d’un attrait fiscal.

Qu’en sera-t-il des chiffres de 2012, ou pire, de 2013 ?

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: DÉPARTS DES FRANCAIS À L’ÉTRANGER

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum