MARTHE ET MARIE

SEMENCES NON REPRODUCTIBLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SEMENCES NON REPRODUCTIBLES

Message par Joss le Lun 24 Déc 2012 - 14:46

LEGIFRANCE
LOI n° 2011-1843 du 8 décembre 2011 relative aux certificats d'obtention végétale

KOKOPELLI lutte contre les multinationales de l’Agrochimie (Monsanto, Syngenta, Bayer, BASF…) soutenues par les institutions publiques qui veulent retirer de la vente la magnifique collection de légumes de cette petite association ainsi que toutes les semences de nos grands parents!

L’une des activités principales de cette asso est d’OFFRIR des SEMENCES REPRODUCTIBLES aux paysans pauvres du monde entier. Ce don est accompagné d’une Formation pour la reproduction de ces graines.
En échange, Kokopelli demande aux bénéficiaires de ses dons de former d’autres paysans en leur donnant des semences, qu’ils partageront à d’autres, à d’autre, d’autres… créant des CHAÎNES VERTUEUSES.
Kokopelli fait des recherches en agroécologie et transmet ses connaissances. (Terra Preta, Panchagavya, EMa…)

« La vocation première de Kokopelli, l’Hérétique Objecteur en Semences, est de disparaître, mais non pas sous les coups de la Mafia Semencière, mais organiquement, de par l’autonomisation semencière des jardiniers. »

La RÉSISTANCE FERTILE de Kokopelli, aidée par son armée grandissante de bénévoles GARDIENS de SEMENCES, dégage tellement de Lumière Vive qu’elle fait peur aux Obscures Multinationales qui spolient tout le vivant et la souveraineté alimentaire des peuples dans l’ombre.

Ne laissons pas les Lobbies affamer l’avenir, Soyons TOUS JARDINIERS GARDIENS des SEMENCES.


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LES PAYSANS INTERDITS DE LEURS SEMENCES ET NON MONSANTO

Message par Joss le Jeu 17 Jan 2013 - 19:17

Marrant de voir comment les véritables informations peuvent passer à la trappe et les fausses, faire la une des gazettes. Ainsi aura-t-il fallu écouter la brillante revue de presse de Natacha Polony sur Europe 1 pour avoir vent de ce « scoop », dont pour l’instant, seul Midi libre semble s’être fait l’écho. Il ne s’agit pas de n’importe quoi, puisque cela concerne la survie alimentaire de la planète en général, mais aussi de nos paysans en particulier.

Ainsi apprenons-nous que la Confédération paysanne — syndicat certes minoritaire et parfois plombé par l’un de ses dirigeants historiques, José Bové — a rappelé l’actuel Président à ses promesses de campagne, dans lesquelles il était stipulé que

«les agriculteurs perdaient un droit immémorial d’utiliser gratuitement les semences de ferme».

Il est un fait que le 28 novembre 2011, une loi votée par l’UMP
obligeait ces mêmes paysans à passer à la caisse dès utilisation de leurs propres semences, celles-ci étant propriété privée de multinationales les leur ayant au préalable vendues au prix fort. Pour l’instant, les décrets d’application de cette loi sarkozyste n’ont pas encore été publiés au Journal officiel. Et le gouvernement socialiste n’a pas encore tranché la question. Comme souvent. Comme toujours. Du côté de la FNSEA, silence radio. Rien à dire, puisque les représentants de ces entreprises agricoles, fortes de moins de 20 % de la population paysanne, totalisent près de 80 % des subventions européennes.

Au-delà des chiffres, cela signifie que l’agriculture française a vocation à être aux mains de cinq ou six multinationales de l’agro-alimentaire. Et que le fruit de leurs récoltes, de fait, ne leur appartiendra plus. Pis que tout, ces mêmes trusts entendent désormais étendre leur tyrannie sur les élevages bovins. Toujours selon Midi libre :

«Les semences animales sont aussi dans le collimateur : à partir de 2015, il y aura une obligation de recourir à une insémination artificielle certifiée ou à des mâles certifiés. Les aides financières seront conditionnées au respect de ce processus de certification qui découle d’une directive européenne.»

Et toujours cité par ce courageux quotidien régional, ce témoignage d’un éleveur :

«Les chèvres de certains de mes collègues ont les mamelles qui traînent par terre, tellement on en a fait une sélection à outrance pour plus de rendement. Elles seraient incapables d’aller dans la garrigue, comme les miennes. Je suis sur des bêtes rustiques, chez moi, c’est l’arc-en-ciel des chèvres.»

Le brave homme que voilà…

Dans le même temps, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, déclare dans VSD du week-end dernier : « J’ai une ambition forte : faire de la France le pays leader européen de l’agro-écologie. […] Mon grand-père n’avait que cinq hectares, quatre vaches et une belle jument qui s’appelait Sirène. J’ai gardé la photo où l’on me voit assis dessus… » Certes. En attendant, un trust international tel que Monsanto pousse ses pions. Monsanto… Ou Monsatan ? Et où sont ces écolos, préoccupés de tout, hormis d’écologie ? Nulle part ou n’importe où ailleurs. Ce qui revient au même. N’oublions pas que nous ne sommes jamais que les usufruitiers temporaires de notre jardin commun. Légué par des forces qui nous dépassent. Et qu’il nous revient de léguer dans le meilleur état possible à ceux qui nous survivront. Pour l’instant, c’est mal barré.

http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/la-terre-ne-ment-pas-les-politiciens-si,8725?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=adad82fb85-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Bruxelles veut criminaliser l’utilisation de semences non en

Message par Joss le Sam 11 Mai 2013 - 8:27

Bruxelles veut criminaliser l’utilisation de semences non enregistrées




Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne veut rendre illégal le fait “de faire pousser, de reproduire ou de vendre” des semences de végétaux qui n’ont pas été “testées, approuvées et acceptées” par une nouvelle autorité, l’Agence européenne des variétés végétales.

Les jardiniers qui cultivent leurs propres plantes à partir de graines non réglementées seront considérés comme des criminels en vertu de cette loi.

Le projet de loi, qui a déjà été modifié à plusieurs reprises,
est consultable ici..

“Cette loi va immédiatement stopper le développement des variétés de légumes pour les jardiniers, les cultivateurs biologiques, et les petites agriculteurs”, a déclaré Ben Gabel, jardinier et directeur de
“The Seed Catalogue Real”.

“Les jardiniers ont des besoins très différents. Par exemple, ils cultivent manuellement, pas à la machine, et ne peuvent pas ou ne veulent pas pulvériser des produits chimiques puissants. Il n’y a aucun moyen d’enregistrer les variétés adaptées à une utilisation à domicile selon les critères stricts de l’Agence des variétés végétales, qui est seulement préoccupée d’approuver le type de semences utilisées par les agriculteurs industriels.”

Théoriquement, toutes les plantes devront à terme, être enregistrées

Sous le titre IV de la proposition de loi de l’UE :

Titre IV – Inscription des variétés dans les registres nationaux et de l’Union

“Les variétés, afin d’être mises à disposition sur le marché dans toute l’Union, doivent être inscrites dans un registre national ou dans le registre de l’Union via la procédure de demande directe au CVPO.”

Les jardiniers doivent également payer des frais à l’Union Européenne pour l’enregistrement de leurs graines. D’après le texte de la proposition de loi :

“Les autorités compétentes et le CVPO devront exiger des frais pour le traitement des applications, les examens formels et techniques, y compris les vérifications pour la dénomination de la variété et le maintien des variétés pour chaque année pendant la durée de l’enregistrement.”

Bien que cette loi peut initialement être uniquement destinée aux jardiniers commerciaux, tôt ou tard, cela concernera également les jardiniers amateurs.

Les petits acteurs du secteur, notamment l’association Kokopelli, s’insurgent contre ces propositions qu’ils jugent taillées sur mesure pour les poids lourds de l’industrie semencière.

“En réduisant les droits des paysans à ressemer leurs propres semences, en durcissant les conditions de reconnaissance des variétés par des petits entrepreneurs indépendants, en limitant la circulation et l’échange de graines entre associations et entre planteurs, la Commission européenne balaye 10000 ans d’histoire agricole”, a affirmé l’eurodéputé José Bové, cité dans un communiqué.

L’office communautaire qui délivre les titres de propriété intellectuelle sur les variétés sera directement chargé du catalogue qui conditionne l’accès au marché des semences. En outre, un suivi électronique des échanges de semences en Europe, géré par l’administration au nom de la sécurité sanitaire, pourrait servir à poursuivre les agriculteurs qui utilisent des graines protégées ou leurs propres variétés de ferme.

“Au prétexte de simplification, cette proposition place toutes les semences sous le contrôle direct de l’industrie et de ses brevets”, dénonce le Réseau
Semences Paysannes dans un communiqué publié mardi 7 mai.

“Il s’agit d’un hold-up sur les semences, soigneusement caché sous des centaines de pages de jargon réglementaire”

Cette loi est la “solution finale” pour Monsanto, DuPont, Pionner, Sygenta et d’autres sociétés de semences, qui ont depuis longtemps admis que leur objectif est le contrôle total de toutes les semences et les cultures de la planète. En criminalisant la culture privée de légumes – faisant des jardiniers des criminels – la commission européenne remet le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.


Une pétition en ligne contre ce projet réunit déjà près de 50000 signatures.

Sources : NaturalNews / Lavenir.net / Le Journal du Siècle

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: SEMENCES NON REPRODUCTIBLES

Message par Joss le Dim 16 Juin 2013 - 11:39

USA : Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio

Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les OGM sorti de ses laboratoires.

C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine. Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide Roundup et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de blé contiendrait plus d’1% d’OGM.

Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions  biologiques avoisinantes.  Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes aux exigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.

Lundi, la cour d’appel fédérale des Etats-Unis a débouté le groupe d’une cinquantaine d’agriculteurs bio alliés dans une bataille juridique qui semble pencher en faveur du géant de la biochimie. Les juges américains ont statué en s’appuyant sur  l’engagement pris par la société sur son site web, où elle explique en quelques lignes qu’une action en justice serait engagée uniquement dans le cas où plus d’1% de la production des agriculteurs biologiques contiendrait des OGM.

Aucune raison de s’inquiéter donc, si Monsanto a promis. Là en est bien la preuve,  entre 1997 et 2010, la société a déposé 144 plaintes pour violation de brevet. Reste à savoir que la contamination par les OGM est parfaitement accidentelle, et que les agriculteurs n’ont pas forcément conscience que leur production est atteinte.

Leur crainte de voir les avocats de Monsanto les traîner en justice pour violation de brevet  est donc bel et bien fondée, mais la justice américaine continue à faire l’autruche.

Alors qui est à blâmer pour cette mascarade ? Certains pointent du doigt le lobby Monsanto, qui a maintes fois réussi à rallier juges et politiciens à ses côtés.

Dernier exemple en date, le « Monsanto Protection Act », ratifié fin mars, qui empêche la justice américaine de suspendre la vente ou la culture d’OGM, malgré la remise en cause de leur homologation.

Rédaction : Justine Chrisment

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/7414/usa-monsanto-fait-payer-des-amendes-aux-agriculteurs-bio


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

SEMENCES DE VARIÉTÉS TRADITIONNELLES NE PEUVENT PLUS ÊTRE CO

Message par Joss le Sam 27 Juil 2013 - 19:56

LES SEMENCES DE VARIÉTÉS TRADITIONNELLES NE PEUVENT PLUS ÊTRE COMMERCIALISÉES
 
La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet dernier l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde".

Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité : elles préservent et distribuent ces semences.

Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles. "A cause de cette réglementation, il y a plus de 80% de la biodiversité qui a disparu", dit-elle.

Il ne suffit pas de payer pour inscrire une semence au catalogue officiel, il faut aussi que l'espèce réponde aux critères de Distinction, Homogénéité, Stabilité (DHS). Ces critères sont discriminants, selon Kokopelli, "puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles".

Malgré un assouplissement de ces critères pour les variétés dites de conservation, ceux-ci restent inadaptés pour les variété traditionnelles. Pour Nature & Progrès et les défenseurs des semences paysannes, "cette décision est un contresens historique grave qui s’apparente à un déni de la sélection végétale réalisée par l’être humain depuis 10 000 ans".

Certains producteurs alternatifs comme Semailles ne comptent pas arrêter la commercialisation de leurs semences, qu'ils considèrent comme un produit vivant et non un produit d'usine.

L'industrie, elle défend les variétés nouvelles: la réglementation permet de garantir le financement de la recherche. Pour le Prof. Bernard Bodson de Gembloux Agro Bio Tech ULg, les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives.
De là à parler de concurrence déloyale, il y a peut-être un pas à ne pas franchir... On pourrait pourquoi pas classer les anciennes variétés au patrimoine naturel sans que cela ne gêne la création de nouvelles variétés plus standardisées pour les agriculteurs.

Ecolo réagit

"Ecolo, comme de nombreuses organisations agricoles et environnementales, juge pour l'heure cette réglementation parfaitement contraire à la sauvegarde de notre biodiversité et aux intérêts des cultivateurs. L'absurde rigidité du catalogue officiel des semences commercialisables menace en effet de nombreuses semences anciennes et semble tout simplement taillée sur mesure pour les quelques grandes multinationales du secteur", selon un communiqué.

Le parti écologiste entend "marquer son soutien plein et entier aux nombreuses associations qui, à l'instar de Kokopelli, luttent pour la sauvegarde de variétés anciennes ou locales, et permettent de nous offrir ainsi une alimentation variée et de qualité au quotidien". Ecolo compte peser au niveau européen et au niveau national pour faire modifier la législation.


http://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-semences-de-varietes-traditionnelles-ne-peuvent-plus-etre-commercialisees?id=7809281

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

FRANCE : PRÈS DE 500 SUICIDES EN TROIS ANS CHEZ LES AGRICULT

Message par Joss le Ven 11 Oct 2013 - 19:03

FRANCE : PRÈS DE 500 SUICIDES EN TROIS ANS CHEZ LES AGRICULTEURS



Près de 500 suicides ont été enregistrés en France en trois ans (2007 à 2009) chez les agriculteurs français, selon l’Institut national de veille sanitaire (INVS), qui a publié jeudi la première étude officielle sur le sujet.

8 OCTOBRE 2013


Le suicide est ainsi la troisième cause de décès dans le monde agricole après les cancers et les maladies cardio-vasculaires, précise l’INVS.
Au total, 417 hommes et 68 femmes sont passés à l’acte au cours de la période, avec une surmortalité particulièrement marquée chez les éleveurs (bovins-lait et bovins-viande) âgés de 45 à 64 ans.

Selon l’INVS, «la surmortalité par suicide a été de 28% en 2008 et de 22% en 2009» chez les hommes du monde agricole.
«Ces observations coïncident avec la temporalité des problèmes financiers rencontrés dans ces secteurs sur la période d’étude», précise l’INVS qui établit ainsi une corrélation directe entre suicide et difficultés économiques.

L’étude «s’inscrit dans le plan de prévention du suicide dans le monde agricole annoncé par le ministère de l’Agriculture en mars 2011», rappelle-t-il.
Elle était très attendue par le secteur et constitue le premier état des lieux officiel sur ce sujet sensible.

La population prise en compte pour ce premier rapport comprend les chefs d’exploitation agricoles et les collaborateurs de ces exploitations en activité, par conséquent «il s’agit bien d’un étude exhaustive» précisent les auteurs.

L’agriculture occupe 53,2% de la surface de la France métropolitaine. Elle employait, en 2007, 3,4% de la population active totale, selon les statistiques officielles.


"Le ministre n'en n'a rien à foutre des... par Europe1fr




La Mort est dans le pré

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10459
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: SEMENCES NON REPRODUCTIBLES

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum