MARTHE ET MARIE

PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Joss le Jeu 11 Oct 2012 - 19:57


C'est une amie qui est allée écouter une conférence du professeur PIERRE PÈLERIN qui m'en a parlé:

Un utérus artificiel serait opérationnel sur les animaux et à l'essai sur l'être humain.

La preuve :



Des femmes ont été victimes d'essais médicaux illégaux d'utérus artificiel.
Ces femmes ont subi une césarienne abusive sans connaitre les risques qu'elle encourraient. Leur enfant a été placé dans un utérus artificiel permettant une gestation extra-corporelle. Leur enfant est décédé. Il s'agit d'une technique qui n'est pas au point. Ces expériences médicales sont interdites.

A terme, de l'iin-vitro à l'utérus artificiel, des bébés anonymes qui seront une manne d'or. On pense notamment aux prélèvements d'organes (on connait le traffic d'organes au KOSSOVO et qui aurait actuellement lieu en SYRIE)
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Joss le Jeu 11 Oct 2012 - 20:37

ARTE 2011







avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

L'UTÉRUS ARTIFICIEL... EN FRANCE, CA SE PRECISE

Message par Joss le Lun 25 Fév 2013 - 21:21

LE SÉNATEUR JEAN-PIERRE MICHEL ANNONCE L'UTÉRUS ARTIFICIEL

Le sénateur JEAN-PIERRE MICHEL, rapporteur du projet de loi TAUBIRA au SÉNAT, FAVORABLE À LA GPA, et qui, DÉFEND UNE VISION MARXISTE DU DROIT, défend aussi l'utérus artificiel, ainsi qu'il l'a déclaré LORS DE L'AUDITION DE SYLVIANE AGACINSKI en commission des lois :

JEAN-PIERRE MICHEL :


«La maternité est aujourd'hui déjà détachée de l'accouchement,
puisque la GPA existe, même si elle est interdite en FRANCE. Elle est autorisée dans des pays non exotiques, comme la BELGIQUE ou la GRANDE-BRETAGNE...
Les grossesses ex utero ne seront plus demain une fiction...
Mme SYLVIANE AGACINSKI : Que voulez-vous dire ? Dans un utérus artificiel ?


M. JEAN-PIERRE MICHEL : Oui, dans une poche, une couveuse...


Mme ESTHER BENBASSA : Ce n'est pas possible.


Mme SYLVIANE AGACINSKI :

«Peut-être le souhaitez-vous, mais c'est impossible, selon les scientifiques eux-mêmes. L'utérus artificiel n'existe pas, et n'existera pas avant longtemps.

L'échange entre l'embryon et tous les organes de la mère, à commencer par le cerveau, est infiniment complexe. Un embryon de mammifère ne survit pas au-delà de quelques jours en milieu artificiel
».



Elle est mignonne Sylviane Agacinski, mais si, l'utérus artificiel existe et sa technologie progresse (voir ci-dessus).... Les cathos ont toujours un train de retard
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par soleillevant le Mer 6 Mar 2013 - 13:25

Bonjour à tous,

Je suis interpellé forcement par ce dialogue

Mme SYLVIANE AGACINSKI : Que voulez-vous dire ? Dans un utérus artificiel ?


M. JEAN-PIERRE MICHEL : Oui, dans une poche, une couveuse...


Mme ESTHER BENBASSA : Ce n'est pas possible.

"

Une de mes amies à vécu ce traumatisme, comme les femmes qui témoignent dans la video que vous avez posté ci dessus.
Elle ne pouvait pas avoir d'enfant, étant malheureusement stérile. Elle avait entendu parlé du clinique, en Tunisie, qui travaillait sur les nouvelles formes de procréation. Elle s'est donc rendu sur place, visité la clinique, avant de se lancer dans une aventure...risquée...
Tout lui semblait clean, transparent, l'idée qu'elle participait à une aventure novatrice l’excitait, elle est donc revenu convaincu qu'elle aurait un enfant la bas, grâce à l'uterus artificiel.
Je l'ai mis en garde, j'avais des doutes. Mais elle était si heureuse à l'idée d'avoir son bébé... Je ne pouvais pas briser ses rêves, elle était beaucoup trop déterminé.
Elle est revenue effondrée, l'experience n'avait pas marché. D'après ce qu'elle m'a dit, il aurait tenté de faire grandir l'embryon dans une espèce de couveuse...enfin , ahurissant.

soleillevant
Soyez indulgent, je suis nouveau...
Soyez indulgent, je suis nouveau...

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 06/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Joss le Mer 6 Mar 2013 - 18:53

Bonjour soleillevant !

.... Oui et
Mme SYLVIANE AGACINSKI n'a pas vraiment l'air au courant.

Je suis très étonne que ça se pratique aussi en Tunisie.

C'est l'avenir : on achètera du sperme et des ovocites sur catalogue qu'on placera en éprouvette puis feront grandir dan des utérus artificiels
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par soleillevant le Mer 6 Mar 2013 - 19:31

et bien oui en tunisie aussi, mes j'avoue que les services sont biens camouflés....il n'est pas aisé d'avoir une information sur ces pratiques...oui l'avenir semble bien triste

soleillevant
Soyez indulgent, je suis nouveau...
Soyez indulgent, je suis nouveau...

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 06/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Joss le Ven 8 Mar 2013 - 12:01

Joss a écrit:LE SÉNATEUR JEAN-PIERRE MICHEL ANNONCE L'UTÉRUS ARTIFICIEL

Le sénateur JEAN-PIERRE MICHEL, rapporteur du projet de loi TAUBIRA au SÉNAT, FAVORABLE À LA GPA, et qui, DÉFEND UNE VISION MARXISTE DU DROIT, défend aussi l'utérus artificiel, ainsi qu'il l'a déclaré LORS DE L'AUDITION DE SYLVIANE AGACINSKI en commission des lois :

JEAN-PIERRE MICHEL :


«La maternité est aujourd'hui déjà détachée de l'accouchement,
puisque la GPA existe, même si elle est interdite en FRANCE. Elle est autorisée dans des pays non exotiques, comme la BELGIQUE ou la GRANDE-BRETAGNE...
Les grossesses ex utero ne seront plus demain une fiction...
Mme SYLVIANE AGACINSKI : Que voulez-vous dire ? Dans un utérus artificiel ?


M. JEAN-PIERRE MICHEL : Oui, dans une poche, une couveuse...


Mme ESTHER BENBASSA : Ce n'est pas possible.


Mme SYLVIANE AGACINSKI :

«Peut-être le souhaitez-vous, mais c'est impossible, selon les scientifiques eux-mêmes. L'utérus artificiel n'existe pas, et n'existera pas avant longtemps.

L'échange entre l'embryon et tous les organes de la mère, à commencer par le cerveau, est infiniment complexe. Un embryon de mammifère ne survit pas au-delà de quelques jours en milieu artificiel
».



Elle est mignonne Sylviane Agacinski, mais si, l'utérus artificiel existe et sa technologie progresse (voir ci-dessus).... Les cathos ont toujours un train de retard

LE MÊME JEAN-PIERRE MICHEL "1er vice-président de la commission des lois du Sénat " NE TIENT PAS COMPTE DES 700000 SIGNATURES DU CESE :


avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par soleillevant le Jeu 14 Mar 2013 - 9:31

incroyable

soleillevant
Soyez indulgent, je suis nouveau...
Soyez indulgent, je suis nouveau...

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 06/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Joss le Jeu 14 Mar 2013 - 18:23

soleillevant a écrit:incroyable

.... Vous devriez lire le sujet :
CHIMERES
http://marthetmarie.lifediscussion.net/t4111-chimeres
... Ca vaut son pesant de cacahuettes !!
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

CULTIVER UN BÉBÉ ENTIÈREMENT EN DEHORS DU CORPS HUMAIN

Message par Joss le Dim 5 Mai 2013 - 7:15

IL SERA BIENTÔT POSSIBLE DE CULTIVER UN BÉBÉ ENTIÈREMENT EN DEHORS DU CORPS HUMAIN

3 MAI 2013 Dailygeekshow


La nouvelle vient de tomber : nos bambins du futur seront entièrement cultivables dans une couveuse artificielle ! Alors, quand, comment et pourquoi… C’est ce que nous allons vous expliquer dans cet article tout droit sorti de la quatrième dimension.

Il existe à ce jour une couveuse permettant de recréer artificiellement un utérus pour les bébés prématurés. Cependant, ce dernier n’est pas suffisant à la procréation extérieure au corps humain, mais ce dispositif fournit néanmoins au fœtus de l’oxygène, une protection contre le froid, de quoi se nourrir, de quoi s’hydrater par voie intraveineuse ou par tube naso-gastrique (par le nez) et un niveau correct d’humidité.

Dans le meilleur des cas, les chercheurs parviennent à faire vivre un fœtus jusqu’au second trimestre avant de le réinjecter dans le ventre de la mère-porteuse pour qu’il puisse grandir en reprenant son processus naturel.

En ce qui concerne les incubateurs artificiels mis en avant dans cet article, il s’agit de développer ces mêmes techniques en biotechnologie (technologie du vivant) et en nanotechnologie (technologie au niveau atomique) pour pouvoir augmenter la capacité de la couve. Ainsi, les chercheurs détiendront la science exacte pour poursuivre l’évolution du fœtus dans un environnement entièrement extérieur au corps humain. Et donc le faire grandir sans devoir passer par l’étape de la mère-porteuse. Pour ce faire, ils devront dans un premier temps améliorer leurs méthodes de surveillance et la fonctionnalité totale de leurs systèmes informatiques.



Les phases et les éléments de la grossesse sont donc reproduits artificiellement. La paroi interne de l’utérus artificiel devrait ressembler au plus près de l’original. Cette imitation prendra en compte le processus de gestation au complet, sans lequel il pourrait y avoir des complications au niveau de la croissance ou de la prolifération du fœtus.

Le placenta, élément majeur de l’évolution du bébé, est copié pour effectuer la livraison des nutriments (ainsi que les acides aminés, les acides gras, le glucose…), l’élimination des déchets et l’échange de gaz par l’approvisionnement de sang de la mère. Les chercheurs indiquent qu’il peut être développé « naturellement ». Ce qui est bon à savoir, car il reste essentiel à la bonne santé du bébé, quant au développement de son système immunitaire.

À partir de ces grandes étapes, la régulation de la température est capitale pour la survie du fœtus, pour environs 37°C. Il est aussi intéressant d’ajouter que celui-ci doit vivre des expériences sensorielles pour qu’il ne se sente pas isolé. Apparemment la gestation du bébé devient interactive, on a le droit de lui parler et même de simuler son toucher pour stimuler sa vivacité ! Il s’agit ici d’exciter les régions neurales requises pour l’audition, ce qui se fait surtout avec le son et la sensation du battement de coeur de la mère, qui nous vous le rappelons, est simulé.

Pendant l’accouchement, le bébé serait exposé à des microbes qui se trouve dans son intestin, ce qui lui permettrait de digérer facilement les aliments, de réglementer son métabolisme intestinal et de se protéger des infections en développant ainsi son système immunitaire.




La photographie ci-dessus expose le travail prodigieux des chercheurs, où des chèvres ont été maintenues en vie jusqu’à 237 heures dans des cuves remplies de fluide amniotique portant des nutriments essentiels à leur métabolisme. Ce processus d’oxygénation est une technique utilisée pour traiter les enfants souffrant de problèmes respiratoires. Attention toutefois à modérer l’exploitation en termes de composition et de quantité du liquide amniotique, car il pourrait y avoir des impacts irréversibles sur l’ensemble de la gestation artificielle… Comme dans le style d’une mutation non espérée… Brrrr.

La science n’a vraiment pas de limites, et il est bien connu qu’il existe une certaine mégalomanie des Hommes à vouloir le contrôle sur la vie humaine et la création au sens large. Cette innovation est une avancée pour tous les chercheurs, mais modifier un processus naturel pourrait avoir des catastrophes qui sont encore inconnues au grand public. Et vous, pensez-vous qu’il est bon pour un bébé d’être né sous incubateur artificiel ? Avez-vous peur de ce qui pourrait défaillir de cette science ?
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

DEPECHE AFP 4 AVRIL 2014

Message par Joss le Dim 6 Avr 2014 - 8:34

DEPECHE AFP 4 AVRIL 2014



Permettre la survie ou limiter les séquelles des grands prématurés, c'est officiellement l'ambition de l'utérus artificiel. Il pourrait aussi aider les femmes dépourvues d'utérus à avoir un enfant. Pourrait-il un jour remplacer la femme ?

L'utérus artificiel devrait permettre en théorie de faire grandir un embryon jusqu'à sa naissance sans passer par un ventre maternel.
Des bébés qui viendraient au monde sans passer un seul instant dans le ventre de leur mère : fable futuriste ou réalité scientifique ?


ECTOGENÈSE. Des bébés qui viendraient au monde sans passer un seul instant dans le ventre de leur mère : fable futuriste ou réalité scientifique ? Si on en est encore loin, c'est ce que permettrait, en théorie, l'utérus artificiel.

Ce procédé, déjà pratiqué sur certaines espèces animales (par exemple les chèvres) consiste à faire se développer un bébé, depuis sa conception jusqu'à sa naissance, dans un utérus artificiel, une sorte d'incubateur où seraient recréées les conditions du ventre maternel.

Fécondation in vitro, liquide amniotique de synthèse, placenta artificiel et, neuf mois plus tard, un enfant naîtrait.

L'utérus artificiel devrait permettre en théorie de faire grandir un embryon jusqu'à sa naissance sans passer par un ventre maternel.
Des bébés qui viendraient au monde sans passer un seul instant dans le ventre de leur mère : fable futuriste ou réalité scientifique ?

Si ce concept d'ectogenèse est assez délicat d'un point de vue éthique et constitue déjà un sujet de polémique, l'utérus artificiel pourrait trouver une utilité thérapeutique indiscutable pour les grands prématurés.

Il pourrait en effet permettre la survie ou limiter les séquelles de ces bébés nés trop tôt. Parce qu'ils parviennent à sauver des prématurés de plus en plus jeunes, des chercheurs envisagent la possibilité de combler toujours plus les besoins des bébés en dehors du ventre de leur mère.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

CREATION DE SPERME IN VITRO

Message par Joss le Ven 26 Fév 2016 - 15:45

CREATION DE SPERME IN VITRO CHEZ DES SOURIS

26 FEVRIER 2016 JOURNAL DE MONTREAL

Des scientifiques chinois sont parvenus à créer du sperme de souris viable en laboratoire, une avancée suscitant l’espoir de pouvoir développer un jour un nouveau traitement de l’infertilité qui affecte jusqu’à 15% des couples, dont un tiers des cas est imputable à l’homme.


Ces chercheurs ont manipulé des cellules souches embryonnaires de rongeurs pour qu’elles deviennent des cellules reproductrices similaires à celles formant le sperme.

Ils les ont ensuite injectées dans un ovocyte qui a produit des embryons, implantés à leur tour dans des souris femelles. Celles-ci ont donné naissance à des souriceaux totalement normaux.

Leurs travaux, qui sont publiés jeudi aux Etats-Unis dans la revue «Cell Stem Cell», fournissent une plateforme de recherche qui un jour pourrait être utilisée pour traiter l’infertilité masculine, estiment les scientifiques.

«Reproduire des cellules germinales in vitro demeure le principal objectif de la biologie et de la médecine de la reproduction», souligne Jiahao Sha de la faculté de médecine de Nankin en Chine, co-auteur de cette étude.

«Ces travaux offrent une très grande promesse de traitement de l’infertilité masculine», assure-t-il. «Nous avons établi une approche solide, étape par étape, qui reproduit la formation de cellules de sperme viables in vitro. Cette méthode se conforme totalement aux normes internationales de référence en la matière, récemment proposées par un groupe de biologistes experts de la reproduction.»

Les cellules germinales proviennent des cellules souches et sont à l’origine de la formation des cellules reproductrices: les spermatozoïdes chez l’homme et les ovocytes pour la femme.

Ces cellules contiennent toute l’information génétique d’un individu qu’elles transmettent à l’embryon.

L’une des principales causes de l’infertilité masculine est l’incapacité à créer des cellules germinales dans les testicules, à travers un type de division cellulaire appelée la méiose, sans laquelle il n’est pas possible de former du sperme viable, expliquent ces biologistes.

Plusieurs études ont déjà fait part de la création réussie de cellules germinales à partir de cellules souches mais sans pleinement en évaluer la viabilité ou démontrer que toutes les phases clé de la méiose s’étaient bien produites.

Ainsi, les chercheurs doivent montrer que l’ADN qui se trouve dans le noyau des cellules de reproduction reste normal à tous les stades de la division cellulaire (la méiose), en termes d’organisation et de nombre de chromosomes ainsi que de capacité du sperme à produire des progénitures normales.

Jusqu’alors, reproduire toutes ces étapes essentielles de la méiose représentait un obstacle majeur pour produire des cellules de sperme fonctionnelles en laboratoire, relèvent les chercheurs.

Pour leurs prochains travaux, ils prévoient d’examiner les mécanismes moléculaires contrôlant la méiose et de tester leur approche sur d’autres animaux, surtout des primates, avec l’objectif ensuite de commencer des études chez les humains.

Toutefois, avant d’appliquer cette technique cliniquement, il faut éliminer les risques potentiels et prendre en compte les préoccupations éthiques suscitées par l’utilisation de cellules souches embryonnaires, commentent ces scientifiques.

Tout en saluant cette avancée, plusieurs scientifiques qui n’ont pas participé à ces travaux se sont néanmoins montrés prudents quant à l’application potentielle chez les humains.

«Cette étude sur les souris est excellente scientifiquement pour comprendre le processus important de la méiose», estime Darren Griffin, professeur de génétique à l’Université de Kent au Royaume Uni.

Mais ajoute-t-il, «nous devons être prudents quand il s’agit d’envisager une option possible de traitement de l’infertilité masculine à l’avenir».

«Bien que cette étude représente sans aucun doute une avancée significative vers cet objectif, il y a des problèmes à régler avant pour pouvoir reproduire en sécurité les résultats dans le système humain de reproduction qui est assez différent et plus complexe que celui des souris», a pointé le professeur Griffin.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

UN UTÉRUS ARTIFICIEL POUR GRANDS PRÉMATURÉS TESTÉ CHEZ LE MO

Message par Joss le Ven 1 Sep 2017 - 12:55

UN UTÉRUS ARTIFICIEL POUR GRANDS PRÉMATURÉS TESTÉ CHEZ LE MOUTON



25 AVRIL 2017 LE MONDE /

Une équipe américaine a permis à des fœtus d’agneaux de se développer ex utero pendant quatre semaines. L’application chez l’homme nécessitera de lever plusieurs inconnues.

Un incubateur qui mime au plus près la physiologie d’un utérus, pour offrir de meilleures chances de survie en bonne santé à de très grands prématurés : tel est l’objectif poursuivi par l’équipe dirigée par ALAN FLAKE, de l’hôpital pour enfants de PHILADELPHIE. Le chirurgien fœtal et son équipe présentent dans Nature Communications du 25 avril un dispositif qui marque un pas significatif dans la quête d’un tel « utérus artificiel ». Testé sur le mouton, il a permis de faire se développer des fœtus d’agneaux dans un sac en plastique transparent relié à divers circuits sanguins et physiologiques, pendant quatre semaines, apparemment sans séquelles.

«Le but est de répondre au défi de l’extrême prématurité», explique ALAN FLAKE. En deçà de vingt-trois semaines de développement, les fœtus humains qui naissent prématurément connaissent des niveaux de mortalité pouvant atteindre 90 %, et ceux qui survivent présentent des séquelles importantes dans 70 % à 90 % des cas, a-t-il rappelé lors d’une conférence de presse téléphonique.

En particulier, le développement des poumons subit l’impact du passage d’un milieu liquide dans le ventre de la mère, à l’air libre pour lequel ils ne sont pas encore adaptés – ce qui se traduit par des détresses respiratoires aiguës qui peuvent retentir gravement sur le développement cérébral.

L’idée de l’équipe américaine est donc d’offrir un sas liquide entre l’utérus maternel et le monde extérieur, pendant les quelques semaines qui suffisent à garantir la maturation des poumons. La démonstration semble réussie chez le mouton.

IMITATION DE LA PHYSIOLOGIE NATURELLE

Cette tentative est loin d’être une première, rappelle le spécialiste de la reproduction humaine PIERRE JOUANNET, même si elle apporte «quelques éléments supplémentaires sur les possibilités de développement extra-utérin en fin de grossesse».

Il y a vingt ans, un chercheur japonais, YOSHINORI KUWABARA (JUNTENDO UNIVERSITY, TOKYO) avait expérimenté sur des fœtus de chèvres un système extra-utérin fait d’un bac en plastique rempli d’un fluide ressemblant au liquide amniotique et d’une pompe reliée au cordon ombilical de l’animal. Certains chevreaux ont survécu dans ce réservoir jusqu’à terme, pendant trois semaines, mais ils présentaient des malformations, notamment pulmonaires. Depuis, aucune tentative n’a semblé fructueuse.

La différence avec le système d’ALAN FLAKE et ses collègues ? «Les autres approches sont bien plus éloignées de la physiologie naturelle que nous avons essayé d’imiter, explique-t-il. Nous avions commencé avec un aquarium ouvert, comme d’autres, avant de passer à un sac fermé»

Leur utérus artificiel se compose donc de cette enveloppe transparente, dans laquelle le fœtus, extrait par césarienne, est placé. Son cordon ombilical est relié à un circuit d’oxygénation du sang, qui permet aussi de surveiller la teneur en oxygène. Le fluide amniotique nutritif est lui renouvelé en permanence : «Le fœtus l’ingère et urine dans ce milieu», précise ALAN FLAKE.

DIFFICILE POUR L’HEURE D’ÉVALUER DE POSSIBLES EFFETS À LONG TERME

Le secret de la réussite est sans doute d’avoir abandonné le recours à une pompe : c’est le cœur de l’animal lui-même qui prend en charge la circulation sanguine, ce qui évite des surpressions délétères. «Nous avons été surpris par la qualité de la réponse physiologique des animaux, témoigne EMILY PARTRIDGE, premier auteur de l’article de NATURE COMMUNICATIONS. Les fœtus régulent eux-mêmes ces échanges»

L’histoire ne se termine pourtant pas au mieux pour eux. Après un maximum de quatre semaines, ils ont été extraits du sac protecteur, on a vérifié leur capacité à respirer dans l’air par eux-mêmes, avant qu’ils ne soient «humainement euthanasiés», selon les termes d’ALAN FLAKE, pour que leurs organes, notamment les poumons et le cerveau, soient analysés. Un «survivant» a été épargné et coule des jours heureux dans une ferme américaine.

Mais si les analyses ne semblent pas avoir révélé d’anomalies de développement chez ses congénères moins chanceux, il sera difficile d’évaluer sur lui de possibles effets à long terme, notamment cognitifs, du séjour ex utero : «Il n’existe pas de test d’intelligence pour les moutons», rappelle le chercheur.

ALAN FLAKE Envisage de demander de nouvelles autorisations pour des recherches précliniques plus poussées sur l’animal, qui pourraient durer deux à trois ans, avant d’envisager un éventuel passage à l’homme.

OBJECTIONS

Le pionnier de la fécondation in vitro en FRANCE, RENÉ FRYDMAN, salue «un pas supplémentaire, une étude incontestablement sérieuse», mais soulève plusieurs objections : le système n’est adapté qu’aux naissances par césarienne, et non par voie naturelle «où l’exposition aux agents pathogènes est plus élevée et où l’asepsie ne serait pas garantie». Les césariennes à ce stade précoce de la grossesse sont en outre plus délicates à effectuer, plus risquées pour la mère.

Le médecin s’interroge sur la faisabilité des connections vasculaires chez l’humain : un fœtus d’agneau est trois fois plus gros qu’un fœtus humain de maturité correspondant à la période-clé des vingt-trois semaines de grossesse. ALAN FLAKE en convient, «on ne peut pas savoir à ce stade si les vaisseaux ombilicaux du mouton sont un modèle réaliste de ceux de l’homme». Si le petit ruminant est un bon substitut pour l’étude du risque de thrombose, on sait aussi que ce n’est pas le cas pour la circulation sanguine intracrânienne – alors que les risques d’hémorragie cérébrale sont élevés chez les grands prématurés.

RENÉ FRYDMAN estime que «la question fondamentale est celle du risque physiologique, mais aussi psychologique pour l’enfant à naître de séjourner dans un sac sans présence humaine pendant plusieurs semaines».

Comment justifier ce risque auprès des premiers couples approchés ? Avec quelles implications éthiques et légales ? «Entre vingt-trois et vingt-cinq semaines, la mortalité et la morbidité sont élevées avec les systèmes de prise en charge actuels, et ces questions sont déjà posées, rappelle ALAN FLAKE. Ce sera une option supplémentaire proposée aux parents, et si notre système était défaillant, on pourrait extraire immédiatement le fœtus pour revenir aux méthodes classiques»

«COUVEUSE PERFECTIONNÉE»

L’équipe américaine imagine un sac amniotique plongé dans la pénombre, avec une caméra permettant de voir le fœtus et des haut-parleurs lui distillant des sons et voix familiers, afin que le lien avec les parents ne soit pas trop distendu. «Actuellement, l’environnement des services de grands prématurés est très angoissant pour les parents», souligne ALAN FLAKE. L’acceptation sociale risque d’être compliquée : l’équipe américaine elle-même refuse de diffuser des photographies des agneaux dans leur sac ex-utérin…

La mission de cet utérus artificiel s’arrêtera après la maturation critique des poumons. «Il n’y a aucune raison de poursuivre au-delà, si l’on pèse les bénéfices et les risques de chaque mode de prise en charge» Il n’y a pas lieu non plus selon lui de tenter de remonter plus tôt dans la grossesse. «On peut avoir des conversations très sensationnalistes, mais il n’existe pas de technique réaliste qui permettrait de passer de l’embryon à l’extrême prématurité», affirme-t-il. Et il serait «très inquiet» si des équipes tentaient ce type d’expérience.

«Il ne s’agit pas d’un utérus artificiel au sens où toute la grossesse serait conduite ex utero», confirme le médecin et philosophe HENRI ATLAN, auteur d’un ouvrage sur le sujet (L’UTÉRUS ARTIFICIEL, Seuil, 2005). Il s’agit plutôt d’une couveuse perfectionnée pour très grands prématurés»

Pour lui, la référence à l’ouvrage LE MEILLEUR DES MONDES d’ALDOUS HUXLEY (1932) est aussi hors de propos : «Ne sont concernées que des grossesses qui sont parties pour être naturelles, pas des manipulations génétiques» Pour autant, il faut, selon lui, se garder de tout «acharnement procréatique» et il lui semble urgent d’attendre d’avoir plus de recul sur les animaux adultes avant de passer à une éventuelle application à l’homme.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Julien Clos le Lun 4 Sep 2017 - 22:16

Joss a écrit:
[/b][/font]
Les cathos ont toujours un train de retard

Et maintenant que nous sommes informés nous sommes criminels, coupables, complices si nous ne l'empêchons pas
avatar
Julien Clos
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 29
Localisation : Seranon
Date d'inscription : 18/07/2017

http://1cathoquisengage.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: PLUS FORT QUE L'AVORTMENT : L'UTERUS ARTIFICIEL

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum