MARTHE ET MARIE

LA TRES SAINTE TRINITE expérimentée par CONCHITA

Aller en bas

LA TRES SAINTE TRINITE expérimentée par CONCHITA

Message par Joss le Jeu 5 Juil 2007 - 11:56

Voilà : j'ai fait un COPIER/COLLER de ce que j'avais posté sur D.A.



TOUTE LA TRINITE EST AMOUR

"La substance du Père est Amour et si grand est son amour pour l'homme qu'il a donné son propre Fils pour la Rédemption du monde.

La substance du Fils est Amour et un amour si grand aussi bien pour le Père que pour les hommes, qu'Il s'est livré Lui-même à la souffrance pour les
sauver, à l'honneur du Père.

Quant à moi (l'Esprit-Saint), la troisième personne, ma substance est l'Amour, concourant avec le Père et le Fils à la gloire de la Trinité, prenant part
au mystère de l'Incarnation, accompagnant Jésus durant toute sa vie, attestant sa divinité et scellant l'oeuvre de la Rédemption, protégeant l'Eglise, mon
épouse immaculée.

La substance du Père est Amour et puissance. Ma substance est Amour et vie, la substance du Fils est Amour et souffrance La substance de Trois
Personnes divines est Charité, c'est-à-dire, l'Amour le plus pur qui se communique. Voilà pourquoi on L'appelle Charité, à cause de ce don de soi. C'est le plus parfait amour de charité.

La souffrance, ou la Croix divinisée par le Fils, est la seule et unique échelle pour s'élever jusqu'à l'amour de charité. Comprends-tu
maintenant la valeur de la Croix ? Les plus crucifiés sont ceux qui aiment le plus, parce que la souffrance, emblème de Jésus, attire à
elle les Trois Personnes divines. Nous habitons dans cette âme et J'y établis ma demeure."
(9juillet 1895)

.../...


Trinité et Incarnation

"Je suis le Chemin -dit Jésus- nul ne va au Père que par moi" (Jean 14, 6)[/b]

Le mystère de l'Incarnation conduit Conchita vers les profondeurs de Dieu.

"Le Seigneur éleva ensuite mon esprit à la contemplation de l'Incarnation du Verbe. Il me fit comprendre des choses très profondes au sujet de la Très Sainte Trinité, dont Il est la seconde Personne.

De toute éternité le Père existait. Il a produit du tréfond de Lui-même, de sa propre substance, de son essence même son Verbe. De toute éternité aussi, dès le commencement le Verbe était Dieu, comme le Père était Dieu, les deux personnes ne constituant qu'une seule personne divine. Mais jamais en aucun instant ces Personnes divines, le Père et le Fils, n'existèrent seules, ou ne furent que deux. En cette même éternité, bien que provenant du Père et du Fils, existait l'Esprit-Saint, reflet, substance, essence du Père et du Fils, et, également, Personne. Le Saint-Esprit est un reflet divin au sein de l'Amour Lui-même. Il est le reflet de la lumière au sein d'une même lumière, le reflet de la vie à l'intérieur de la Vie elle-même, et ainsi de toutes les perfections infinies au plus intime de la perfection éternelle.

Cette communication de la même substance, de la même essence, de la même vie et des mêmes perfections qui forment et qui sont
en réalité une seule et même essence, substance, vie et perfection, constitue la félicité éternelle d'un unique Dieu et les complaisances
sans fin des Personnes de l'auguste Trinité.


O que notre Dieu est grand, immensément grand, et en Lui quels abimes incompréhensibles pour l'homme et même pour les anges ! En présence de cette grandeur, je me sens comme l'atome le plus minuscule ; mais à sentir mon âme infinie, capable de recevoir un faible reflet de cette même
grandeur, elle se dilate, toute joyeuse de contempler la félicité, l'éternité, l'immensité incompréhensible de son Dieu.

Et c'est là qu'est le Verbe ? Je me dis toute émue : c'est de ce trône qu'il descendra au vil atôme de la terre ? O mon Dieu éternel comment accepter une telle condescendance ?"

Jésus poursuivit : "Le Verbe, la seconde personne de la très sainte Trinité est descendu dans le sein très pur de Marie et, par l'opération du Saint-
Esprit, qui l'a rendue féconde, le Verbe s'est incarné et Il s'est fait homme ! Abaissement tellement profond que seul l'amour d'un Dieu pouvait le réaliser.

"J'entendais sur ce merveilleux et si sublime mystère des choses si profondes qu'elles sont seulement pour mon âme, car je ne peux les expliquer, faute de parole" (25 février 1897)


Ses premières expériences


"J'ai eu dans quelques oraisons des points inexplicables de connaissance de Dieu (je ne sais comment le dire) dans laTrès Sainte Trinité. Expérimenter ce qu'Il est (non le comprendre)...Sorte d'ébauche de son essence si pure...dans ce Tout-Unité.....dans sa génération éternelle....dans ses attributs....immensité....bonté....justice mais tout cela comme dans un point, point de lumière intérieure d'une douceur inexplicable : non pas d'une douceur comme celle provenant d'autres orasons, mais beaucoup plus élevée et pure qui fait sortir l'âme ou la suspend mais avec une claire connaissance de Dieu qui l'enveloppe, oubliée de tout, même de soi.

Je souffre quand je vois certaines peintures ou représentations de la Très Sainte Trinité. Oh ! Ce n'est pas comme cela, ce que j'éprouve ! Dieu est lumière, pureté, parfum divin, rassemblement de beauté, foyer de toute perfection, paix, candeur ; Il est amour, amour, amour, bonheur incompréhensible, éternité sans temps, un point qui embrase et absorbe tout, éblouissant, majestueux et excessivement doux, qui
attire tout et se communique toujours...sans jamais diminuer sa plénitude !...

Oh ! Que cette éternité sans temps est profondément imprimée dans mon coeur ! Ce Dieu trois fois saint, saint, saint, que je ne comprend pas mais
que j'exprimente, qui donc serait capable de dire ce qu'II est, si même au ciel il n'existe pas de langage pour l'expliquer ?

Sentir, cela me fait peur ; mais tout d'un coup, je me sens submergée dans cet océan de ravissantes perfections, dans cette éternité de beauté et de bonheur personnel ! Je vois les trois divines Personnes se communiquer cette complaisance éternelle qui se produit toujours (dirais-je pour m'expliquer) et à chaque instant en se contemplant elles-mêmes...Je sens ou je vois avec l'âme (je ne sais comment le dire) un éternel abime d'éternelles perfections, toujours nouvelles, dans lesquelles se réjouissent les trois divines Personnes. Toutes les trois ont, me dit le Seigneur, le très pur bonheur de la communication. Elles sont trois Personnes mais avec une seule substance divine, égales en pouvoir, sagesse, bonté et tous les autres attributs ! ...
Oh ! que Dieu est immense, qu'Il est bon, qu'Il est Saint, qu'Il est pur ! l est Amour : à cela revient tout ce que je peux dire" (14 mai 1898)
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRES SAINTE TRINITE expérimentée par CONCHITA

Message par Joss le Jeu 5 Juil 2007 - 11:58


VERS L'UNION


Comme préparation immédiate à la pleine vie d'union, Conchita reçoit de remarquables lumières sur la Trinité.

Un seul Dieu en trois Personnes

"Il n'existe pas deux Dieux ni trois mais un Seul Dieu en Trois Personnes divines. J'ai compris cela avec une grande clarté. Je voyais qu'il devait être ainsi, et qu'il existait pour cela un,e raison admirable. (je ne sais si j'explique bien ce que je voudrais dire)"

Le Seigneur a continué : "Il n'y a pas trois lumières, mais une seule lumière, éternelle et égale dans les trois Personnes divines. La formule "Dieu de Dieu" veut dire qu'il y a l'égalité ; en même temps elle veut aussi indiquer le même Etre communiqué au Verbe ; et, dans un reflet de ce foyer éternel de grandeur, de lumière et de perfections infinies, est produit l'Esprit-Saint, terme et pour ainsi dire conclusion de ce mystère divin, mais non moindre que le Père et le Fils : rien, absolument rien, ne Lui manque, mais les trois Personnes égales, dans une seule et même essence divine, ne forment qu'un seul foyer, un seul Etre sans commencement et sans fin. Aucune des Personnes n'est a esntérieure ou supérieure l'autre, mais les Trois éternelles dès le commencement, oui éternelles et dans une véritable communication, sublime, admirable, qui constitue la félicité du seul Dieu."

"J'explique cela en de pauvres paroles humaines parce qu'il n'existe -et je pense qu'il ne peut exister- aucun langage créé qui puisse exprimer
l'inexprimable." (2 février 1897)

L'infinie pureté de la Trinité


"J'ai compris, je ne sais comment, quelque chose de l'infinie pureté de Dieu et comment, dans la génération éternelle du Verbe, le Père éternel Lui communique sa propre substance et essence, l'essence du Père étant la pureté même. Mais par ce mot "pureté", au sens de transparence divine, je désigne une clarté, une blancheur, une lumière que je ne trouve aucune parole pour exrimer, car toute lumière est obscurité en comparaison de cette clarté divine : le blanc parait noir et le soleil lui-même comme un tâche d'encre. O mon Dieu ! O splendeur éternelle ! Comment expliquer l'inexplicable dans un langage humain ? Beauté sans tache toujours ancienne et toujours nouvelle, splendeur ineffable dont les sens corporels ne pourraient supporter l'éclat. Et moi, je voyais, ou je sentais tout cela, mais au plus profond de mon âme.

Je voyais Deu le Père (goûtant une joie éternelle en lui-même dans ses perfections infinies, en une complaisance indicible) se reproduire avec toute l'ardeur de sa pureté en la seconde Personne divine, qui est le Verbe.

Je voyais ce Verbe comme un reflet parfait et complet du Père. Dans l'élan éternel de ce très saint Amour divin qui existe entre le Père et le Fils, je voyais leur lien de lumière et d'amourr : l'Esprit-Saint, inséparable du Père et du Fils, bien que constitunt une personne distincte, un véritable terme d'amour" -si l'on peut appeler "terme" ce qui est infini- oui "terme", puisque dans cet échange entre les Personnes divines. Il parcourt son orbite, rendant par là les trois Personne divines parfaitement heureuses. Je ne sais comment expliquer cela. J'ai tout saisi en un instant, sans mesure de temps ni division, et cependant dans la distinction de ces Personnes de l'adorable et Très sainte Trinité.

O Trinité bienheureuse ! Qui donc sera capable de te comprendre, si par un seul rayon émanant de ta transparence l'âme est déjà toute absorbée ? Quelle est donc, oui, quelle est donc ta nature ?" (28 aout 1898)

L'intimité avec le Dieu viant, avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit est caractéristique de la vie d'union. Conchita a reçu des graces éminentes de
cet ordre-là. C'est pourquoi la Très sainte Trinité constitue le centre de sa vie.


"La Trinité : centre de ma vie"


"Dans l'abime de ma misère et à l'encontre de ma volonté, mon esprit brise les attaches qui le retiennent à la terre de mon néant, et s'échappe.
Il s'élance vers le trône divin de la Très Sainte Trinité comme si c'était
là son centre et sa vie, là, à l'intérieur de la Vie même Que dois-je faire
si mon esprit ne peut trouver sa satisfaction dans les petites flaques d'eau que je lui présente, sinon chercher l'Océan sans limite et sans rivages, son Dieu et Seigneur ? J'enferme mon esprit dans le puit étroit de la connaissance de soi-meme, mais de cette proondeur il prend son vol et
s'élance jusqu'à cette immensité de son Dieu, lieu unique où il puisse trouver son rassasiement et respirer.

Pourquoi en moi qui suis si faible, si petite et si corrompue, pourquoi dans mon âme si misérable, ces envols, cette soif et cet étouffement en tout
ce qui manque de grandeur et en tout ce qui n'est pas Dieu ? Si je ne suis pas capable de contenir une minuscule goutelette d'eau, pourquoi ce désir d'envelopper l'océan ? Si je ne suis qu'un point dans l'espace,comment est-il possible, comment me vient-il à la pensée, d'étreindre l'immensité
éternelle ?

Ce qui se passe, ô mon Dieu -voilà que je le comprends- c'est- que la goutte d'eau se perd dans l'océan et le néant dans l'infini. C'est-à-dire ce n'est pas seulement Dieu qui entre en moi même quand Il y pénètre et prend possession de mon âme, c'est moi aussi qui entre en Lui. Mieux :
je ne suis pas digne d'entrer et je m'arrête à la porte, mais Lui me prends dans ses bras et m'introduis dans ces régions inconnues au monde matériel. Et avec quelle rapidité l'âme parcourt ces distances ! Elle connait, elle voit, elle entend, sans connaitre, sans voir ni entendre. Elle se trouve toute rassemblée en un point, mais un point infini et éternel, un point d'amour incréé. Là seulement elle respire la vie, elle est comblée et heureuse, en dehors du temps."
(31 mai 1899)

........................

"Je contemple les abimes de la Trinité"

Le contact continuel, la vie d'intimité avec les Personne divines entrainent à leur suite un accroissement des principes dynamiques de la vie spirituelle. L'Esprit-Saint par son action sanctificatrice et illuminatrice perfectionne les vertus théologales, et en raison de la connaturalité de l'amour, produit dans l'âme une quasi-expérience du Dieu-vivant.

"Dans la clarté de ces lumières qui tiennent mon âme comme absorbée en Dieu, en un instant je contemple les abimes et les splendeurs de la Trinité, d'une manière toute spéciale, profonde, inexplicable :tantôt son Unité, son Essence ou son Eternité, tantot la génération éternelle du Verbe et le plan de la Rédemption, tantot ses attributs, son bonheur, ses perfections infinies. Je découvre en Elle une seule Essence dans la multitude de ses perfections. D'autres fois, je La vois comme un prisme, comme un cristal, dans lequel se reflètent toutes les couleurs de la lumière, avec cette différence que la Très Sainte Trinité n'est pas un reflet mais la lumière même. Oh ! Que de merveilles expérimente mon âme en ces abimes de lumière ou plutôt sur ces sommets divins, ma pensée ne saisissant q'un point minuscule de l'ncompréhensible.

En d'autres ciconstances, je La vois comme un océan immense de graces : mille fleuves jaillissent de cet océan et ils reviennent
se perdre en Lui. Je La vois comme la grace d'où jaillissent toutes les graces. Je contemple aussi la Trinité comme une source limpide aux mille jets d'eau éblouissants qui, après avoir enchanté la Source même et ravi tous les spectateurs, vont de nouveau se perdre en Elle et se confondre avec les eaux de la Source même. Je contemple ainsi les Perfections de la Très Sainte Trinité, ses graces, sa beauté, ses splendeurs jaillissant d'Elle sans jamais en sortir, et retournant en Elle sans plus en revenir, perpétuellement ravie de ses charmes.(19 juillet 1906)



Conception Cabrera de Armida
"CONCHITA" Journal d'une mère de famille
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum