MARTHE ET MARIE

L'âge de la vulnérabilité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'âge de la vulnérabilité

Message par Belen le Mer 9 Mai 2012 - 11:43

A la vingtaine, on construit sa vie d'adulte, on fourmille de projets, on aime, parfois avec bonheur, parfois avec souffrance, on se projette dans l'avenir tout en rejetant les systèmes qu'on n'a pas choisis, héritages souvent douloureux de ce que les générations précédentes ont semé.

A la trentaine on prend sa part, on s'inscrit dans la marche du monde, on consolide une situation, on construit qui un couple, qui une famille, qui une maison.

A la quarantaine bien souvent on savoure les bases posées, on sait mieux qui on est, on ose penser ce que l'on pense et l'exprimer, on devient de plus en plus soi. On voit déjà les premiers vrais fruits de sa vie : des enfants qui grandissent, une reconnaissance professionnelle, un engagement que l'on tient, toute une maturité que l'on peut apprécier avant les premiers assauts du temps.

Et puis vient ce passage délicat de la cinquantaine. Je n'y suis pas encore, mais je l'observe autour de moi et j'en ai peut-être déjà subi certains revers avant mon heure. Nombreuses sont les femmes qui voient leurs maris se désintéresser d'elles. Elles n'ont plus la fraîcheur de leurs 30 ans, du temps des promesses, le corps se fait obstacle là où il était ami, le regard du partenaire change. Il se sent encore plein de verdeur : pourquoi ne prendrait-il pas un nouveau départ, pourquoi n'irait-il pas reconquérir sa jeunesse dans un nouveau couple, de nouvelles aventures exaltantes ? Revivre une hypothétique jeunesse qu'on craint de voir fuir à tout jamais... Elles sont nombreuses, ces abandonnées du milieu de la vie, celles qui avaient tout donné et à qui l'on reprend tout, d'un coup. La vie de couple, et son corollaire souvent, le cadre de vie. Remise en question totale qu'elles n'avaient pas choisie, pas prévue. Blessure vive qui restera longtemps ouverte, compromettant indéniablement la confiance. Paupérisation à l'âge où l'on devrait pouvoir goûter les fruits de plusieurs décennies de labeur...

Il y a aussi les couples qui tiennent, et je les admire. Mais tout ne leur est pas épargné pour autant. La cinquantaine, ce sont les parents qui vieillissent, qui causent du souci, qu'il faut parfois placer alors qu'on les sait tellement mieux chez eux. Ce sont les enfants qui quittent le nid, qui ne font pas toujours les choix qu'on aurait voulus pour eux - je bénis le Ciel de ne pas connaître cette déception-là.

Et puis il y a le corps, ce corps qu'on habite depuis toutes ces années, en lequel on a eu confiance, qui a donné la vie peut-être, et qui veut encore sa part de joie.

Et vient parfois la maladie. Et là le temps s'arrête. Le corps trahit. Le corps dysfonctionne alors qu'on croyait si bien le maîtriser.

Vient le temps de l'humilité. S'en remettre à un médecin. Accepter de recevoir d'un autre des informations sur son propre corps. S'abandonner en confiance à cet autre qui connaît des remèdes, espérer dans les progrès de la médecine, quand on la chance de vivre dans un pays où le système de santé est performant. Redevenir pour un temps un enfant malade qui espère des soins. Mais en mobilisant toute sa maturité, toutes ses énergies de vie, de responsabilités, pour vaincre le mal.

Seigneur mon Dieu, aide mon ami, tous ceux que j'aime et tous ceux que je ne connais pas, à passer le cap de l'âge de la vulnérabilité...

http://www.histoiredunefoi.fr/blog/549-lage-de-la-vulnerabilite
avatar
Belen
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 608
Age : 53
Date d'inscription : 15/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de la vulnérabilité

Message par roselys le Mer 9 Mai 2012 - 18:18

Belen, j'ai beaucoup aimé ce que vous venez d'exprimer.

Surtout la vulnérabilité du couple, qui malheureusement, se fait ressentir de plus en plus tôt ( en moyenne, paraît-il, les divorces arrivent au cours de la 5° année de mariage... ! ).

Nous sommes dans une société où tout n'est qu'illusion d'optique, que mirage, qu'apparence. La jeunesse éternelle et son corollaire de lieux communs, dans lesquels moins en moins de jeunes se retrouvent d'ailleurs. Ou alors tentent d'y correspondre au dépens de leur propre identité.

Quant aux autres âges, c'est souvent,malheureusement aussi, toujours de galère en galère que l'on mène la barque : petits boulots, intérims qui durent un temps et d'un seul coup ne durent plus, de CDD en CDD. Pas évident de consolider quelque chose pour durer, pour mûrir. De moins en moins facile de savourer ce que l'on a tenté de construire à 40 ans, quand vous avez voguer de galère en galère. Et il est vrai que l'avenir, la vieillesse, comme on dit peut faire peur. Parce que les galères ne s'arrêtent pas avec l'âge. Je pense à cette femme que j'ai vu un soir au JT, en phase finale de cancer, qui est menacée d'explusion. Non : plutôt que de la laisser mourir tranquillement chez elle, bien sûr, on préfèrera la placer dans une maison spécialisée !!!

Il va devenir de moins facile de mûrir dans un monde qui manque trop de solidarité, d'élan pour aider les individus à se construire. Mais personnellement, comme je suis chrétienne, je place aussi ma confiance en Dieu !

Oui, que le Seigneur nous aide à passer tous les caps de nos vies, car à tous les âges, en fait, nous sommes vulnérables !

roselys
Passant
Passant

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum