MARTHE ET MARIE

Pâque et PâqueS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pâque et PâqueS

Message par Shinran le Lun 2 Avr 2012 - 22:47

Je pense qu'on est tous d'accord pour dire:

Pâque: Fête juive qui commémore l'Exode

Pâques: Fête chrétienne qui célèbre la résurrection du Christ.

A l'origine le mot hébreu "Pessah" qui signifie passage.

Mais ma question est pourquoi ce -S à la Pâques (chrétienne)?
Cela vient-il du grecque et trouve son origine dans la Bible?
Est-ce symbolique?
Quid dans les autres langues?
avatar
Shinran
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 10/10/2011

http://ethiqueetsagesse.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par Fée Violine le Mar 3 Avr 2012 - 17:54

Tiens, je n'en sais rien!

Je trouve ceci sur le site "lexilogos":
On distingue la Pâque juive des Pâques des chrétiens : la Pâque juive s'emploie au singulier, les Pâques chrétiennes au pluriel. Au Moyen Âge, on écrivait au singulier ou au pluriel indifféremment pour les deux fêtes.
Il semble donc qu'il n'y ait pas de raison logique, sans doute seulement le désir de distinguer les deux.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par père JEAN le Mar 3 Avr 2012 - 19:53

C'est vrai que je ne m'étais jamais posé la question. L'essentiel c'est de se rappeler que dans les deux cas, on passe d'une vie à une autre, de l'esclavage à la liberté, de la mort à la vie
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par roselys le Jeu 5 Avr 2012 - 8:56

C'est bizarre, parce que j'aurai pensé que les Pâques juives, c'était au pluriel, vu que, la Pâques juive durent plusieurs jours...Toute une semaine...Je vois qu'apparemment, j'ai tout faux !!! Rire

roselys
Passant
Passant

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par Marc le Jeu 5 Avr 2012 - 9:36

Shinran a écrit:Je pense qu'on est tous d'accord pour dire:

Pâque: Fête juive qui commémore l'Exode

Pâques: Fête chrétienne qui célèbre la résurrection du Christ.

A l'origine le mot hébreu "Pessah" qui signifie passage.

Mais ma question est pourquoi ce -S à la Pâques (chrétienne)?
Cela vient-il du grecque et trouve son origine dans la Bible?
Est-ce symbolique?
Quid dans les autres langues?

Bonjour tout le monde Very Happy
Au début du christianisme, la Pâque était fêté le 14 Nisan comme les juifs. C'est au deuxième siècle que Victor I décide de prendre le dimanche pour fêter la pâques. Eusebe de Césarée relate :

Spoiler:
XXIII
LA QUESTION RELATIVE A PAQUES QUI FUT ALORS SOULEVÉE
Dans ces temps-là, une question assurément non sans importance fut soulevée, parce que les chrétientés de toute l'Asie, suivant une tradition très antique, pensaient qu'il fallait garder le quatorzième jour de la lune pour la fête de la Pâque du Sauveur. C'était le jour auquel il était ordonné aux Juifs d'immoler l'agneau et, d'après eux, il était absolument nécessaire, en quelque jour de la semaine que se rencontrât cette date, de mettre alors fin aux jeûnes. Mais les Églises de tout le reste de la terre n'avaient pas l'habitude d'observer cette manière de faire, et d'après la tradition apostolique elles gardaient l'usage qui est en vigueur jusqu'à présent, pensant qu'il n'était pas convenable de mettre fin au jeûne en un autre jour (de la semaine) que celui de la résurrection de notre Sauveur. Des synodes et des assemblées d'évêques se réunirent donc à ce sujet ; et tous, d'un
seul accord, portèrent par lettres un décret ecclésiastique pour les fidèles de partout, décidant que le mystère de la résurrection du Seigneur d'entre les morts ne serait
jamais célébré un autre jour que le dimanche et que ce jour-là seulement, nous observerions la fin des jeûnes de Pâques. On possède encore jusqu'à présent la lettre de ceux qui s'assemblèrent alors en Palestine et que présidaient Théophile, évêque de la chrétienté de Césarée, et Narcisse, évêque de celle de Jérusalem. De même, on a une autre lettre sur la même question, de ceux qui étaient réunis à Rome : elle montre que Victor y était évêque ; une autre des évêques du Pont, que présidait Palmas, comme étant le plus ancien ;
une autre encore des chrétientés de Gaule, dont Irénée était l'évêque ; et encore des évêques de l'Osroène et des villes de ce pays ; et spécialement de Bacchylle, évêque de l'Église de Corinthe, et d'un très grand nombre d'autres : ils exposent la même et unique opinion et décision et établissent le même décret. Et leur unique règle de conduite était celle qui a été dite.

XXIV
LE DÉSACCORD QUI SURVINT EN ASIE
Mais les évêques de l'Asie affirmaient avec force qu'il fallait conserver l'ancienne et primitive coutume qui leur avait été transmise ; ils étaient dirigés par Polycrate : lui même
aussi, dans la lettre qu'il écrivit à Victor et à l'Église des Romains, expose en ces termes la tradition venue jusqu'à lui : " Nous célébrons donc scrupuleusement le jour, sans rien retrancher, sans rien ajouter. En effet, c'est en Asie que reposent de grands astres, qui ressusciteront au jour de la parousie du Seigneur, quand il viendra des cieux avec gloire et recherchera tous les saints : Philippe, un des douze apôtres, qui repose à Hiérapolis avec ses deux filles qui ont vieilli dans la virginité, et son autre fille, qui a vécu dans le Saint-Esprit, repose à Ephèse ; et encore Jean, qui a reposé sur la poitrine du Seigneur, qui a été prêtre et a porté la lame d'or, martyr et didascale : celui-ci repose à Ephèse; aussi
Polycarpe de Smyrne, évêque et martyr ; et Thraséas d'Euménie, évêque et martyr, qui repose à Smyrne. Faut-il parler de Sagaris, évêque et martyr, qui repose à Laodicée, et du bienheureux Papirius et de l'eunuque Méliton, qui a vécu entièrement dans le Saint-Esprit, qui repose à Sardes en attendant la visite à venir des deux, dans laquelle il ressuscitera des morts ? " Tous ceux-là ont gardé le quatorzième jour (de la lune) de Pâques, selon l'Évangile, ne faisant aucune transgression, mais se conformant à la règle de la foi." Et moi-même aussi, le plus petit de vous tous, Polycrate, (je vis) selon la tradition de ceux de ma famille, dont j'ai suivi certains. Sept de mes parents ont été évêques et moi, je suis le huitième ; et toujours mes parents ont gardé le jour ou le peuple s'abstenait du pain fermenté. Pour moi donc, frères, j'ai soixante-cinq ans dans le Seigneur; j'ai été en relations avec les frères du monde entier ; j'ai parcouru toute la Sainte Ecriture ; je ne suis pas effrayé par ceux qui cherchent à m'émouvoir, car de plus grands que moi ont dit : " Il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes. " Il ajoute à cela, à propos des évêques qui étaient avec lui quand il écrivait et qui pensaient comme lui, en disant : " Je pourrais faire mention des évêques qui sont avec moi, que vous avez trouvé bon de me faire inviter, et je les ai invités. Leurs noms, si je les écrivais, seraient très nombreux. Ils connaissent le petit homme que je suis et ils ont approuvé ma lettre, sachant que je ne porte pas en vain des cheveux blancs, mais que j'ai toujours vécu dans le Christ Jésus. "Là-dessus, le chef de l'Église des Romains, Victor, entreprend de retrancher en masse de l'unité commune les chrétientés de toute l'Asie en même temps que les Églises voisines, comme étant hétérodoxes; il publie par lettres (sa condamnation) et proclame que tous les frères de ces pays-là, sans exception, sont excommuniés. Mais cela ne plaît pas à tous les évêques. A leur tour, ils lui conseillent au contraire d'avoir souci de la paix, de l'union avec le prochain, de la charité ; et l'on a encore leurs paroles : ils s'adressent à Victor d'une façon fort tranchante. Parmi eux se trouvait aussi Irénée, écrivant au nom des frères qu'il dirigeait en Gaule : il établit d'abord qu'il faut célébrer seulement au jour du dimanche le mystère de la résurrection du Seigneur ; puis il exhorte Victor, de manière très convenable, à ne pas retrancher des Églises de Dieu tout entières, qui gardent la tradition d'une ancienne
coutume; et, à beaucoup d'autres choses, il ajoute ceci en propres termes :" La discussion n'est pas seulement sur le jour, mais aussi sur la manière même de jeûner. Les uns en effet pensent qu'ils doivent jeûner un seul jour ; d'autres deux, d'autres encore davantage ; certains comptent quarante heures du jour et de la nuit pour leur jour. Et une telle diversité d'observances ne s'est pas produite maintenant, de notre temps ; mais longtemps auparavant, sous nos devanciers qui, sans tenir à l'exactitude, comme il semble, ont conservé cette coutume dans sa simplicité et ses caractères particuliers, et l'ont transmise après eux. Tous ceux-là n'en gardaient pas moins la paix, et nous gardons aussi la paix les uns envers les autres : la différence du jeûne confirme l'accord de la foi. "A cela, Irénée ajoute encore un récit que je puis bien rapporter. Il se présente ainsi :" Parmi ces hommes, les presbytres antérieurs à Soter qui ont dirigé l'Église que tu gouvernes aujourd'hui, c'est-à-dire Anicet, Pie, Hygin, Télesphore, Xyste, n'ont pas non plus gardé eux-mêmes (le quatorzième jour) et ils n'ont pas imposé (leur usage) à ceux qui étaient avec eux ; et bien que ne gardant pas eux-mêmes (le quatorzième jour), ils n'en étaient pas moins en paix avec ceux qui venaient des chrétientés dans lesquelles il était gardé, lorsqu'ils arrivaient chez eux. Pourtant, le scandale était plus grand, pour ceux qui ne l'observaient pas, de voir observer par d'autres (le quatorzième jour). Personne cependant ne fut jamais rejeté à cause de cette conduite. Mais ceux-là même qui n'observaient pas (le quatorzième jour), (c'est-à-dire) les presbytres qui t'ont précédé, envoyaient l'Eucharistie à ceux des chrétientés qui l'observaient. " Le bienheureux Polycarpe ayant fait un séjour à Rome sous Anicet, ils eurent l'un avec l'autre d'autres divergences sans importance, mais ils firent aussitôt la paix et sur ce chapitre ils ne se disputèrent pas entre eux. En effet Anicet ne pouvait pas persuader à Polycarpe de ne pas observer ce que, avec Jean, le disciple de Nôtre-Seigneur, et les autres apôtres avec qui il avait vécu, il avait toujours observé ; et Polycarpe de son côté ne persuada pas à Anicet de garder l'observance ; car il disait qu'il fallait retenir la coutume des presbytres antérieurs à lui. Et les choses étant ainsi, ils communièrent l'un avec l'autre, et à l'église Anicet céda l'Eucharistie à Polycarpe, évidemment par déférence ; ils se séparèrent l'un de l'autre dans la paix ; et dans toute
l'Église on avait la paix, qu'on observât ou non le quatorzième jour. "Et Irénée portait bien son nom, car il était pacificateur par son nom comme par sa conduite : c'est ainsi qu'il exhortait et négociait pour la paix des Églises. Il s'entretenait par lettres non seulement avec Victor, mais encore avec un très grand nombre de différents chefs d'Église, de choses analogues au sujet de la question agitée entre eux.

XXV
COMMENT TOUS, UNANIMEMENT, S'ACCORDÈRENT AU SUJET DE PAQUES
Cependant, ceux de Palestine, que nous avons mentionnés tout à l'heure, Narcisse et Théophile, et avec eux Cassius, évêque de l'Église de Tyr, et Clarus, évêque de celle de Ptolémaïs, ainsi que ceux qui s'étaient assemblés avec eux donnèrent des explications très détaillées sur la tradition qui était venue jusqu'à eux par la succession des apôtres au sujet de la fête de Pâques et, à la fin de leur lettre, ils ajoutent ceci en propres termes : " Efforcez-vous d'envoyer des copies de notre lettre dans chaque chrétienté, afin que
nous ne soyons pas responsables de ceux qui égarent facilement leurs âmes. Nous vous déclarons que ceux d'Alexandrie aussi célèbrent (Pâques) le même jour que nous : ils reçoivent en effet des lettres de nous et nous en recevons d'eux, de manière à célébrer d'accord et ensemble le saint jour. "

Plus d'infos sur ce site. Le 14 Nisan du calendrier juif fait toujours parti de la semaine sainte. Pour la Pâque juive nous la trouvons détaillée dans le livre de l'Exode au chapitre 12 :

Exode 12 a écrit:1 ¶ Yahvé dit à Moïse et à Aaron au pays d’Égypte :
2 « Ce mois sera pour vous en tête des autres mois, il sera pour vous le premier mois de l’année.
3 Parlez à toute la communauté d’Israël et dites-lui : Le dix de ce mois, que chacun prenne une tête de petit bétail par famille, une tête de petit bétail par maison.
4 Si la maison est trop peu nombreuse pour une tête de petit bétail, on s’associera avec son voisin le plus proche de la maison, selon le nombre des personnes. Vous choisirez la tête de petit bétail selon ce que chacun peut manger.
5 La tête de petit bétail sera un mâle sans tare, âgé d’un an. Vous la choisirez parmi les moutons ou les chèvres.
6 Vous la garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois, et toute l’assemblée de la communauté d’Israël l’égorgera au crépuscule.
7 On prendra de son sang et on en mettra sur les deux montants et le linteau des maisons où on le mangera.
8 Cette nuit-là, on mangera la chair rôtie au feu ; on la mangera avec des azymes et des herbes amères.
9 N’en mangez rien cru ni bouilli dans l’eau, mais rôti au feu, avec la tête, les pattes et les tripes.
10 Vous n’en réserverez rien jusqu’au lendemain. Ce qui en resterait le lendemain, vous le brûlerez au feu.
11 C’est ainsi que vous la mangerez : vos reins ceints, vos sandales aux pieds et votre bâton en main. Vous la mangerez en toute hâte, c’est une pâque pour Yahvé.
12 Cette nuit-là je parcourrai l’Égypte et je frapperai tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, tant hommes que bêtes, et de tous les dieux d’Égypte, je ferai justice, moi Yahvé.
13 Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous vous tenez. En voyant ce signe, je passerai outre et vous échapperez au fléau destructeur lorsque je frapperai le pays d’Égypte.
14 Ce jour-là, vous en ferez mémoire et vous le fêterez comme une fête pour Yahvé, dans vos générations vous la fêterez, c’est un décret perpétuel.
15 Pendant sept jours, vous mangerez des azymes. Dès le premier jour vous ferez disparaître le levain de vos maisons car quiconque, du premier au septième jour, mangera du pain levé, celui-là sera retranché d’Israël.
16 Le premier jour vous aurez une sainte assemblée, et le septième jour, une sainte assemblée. On n’y fera aucun ouvrage, vous préparerez seulement ce que chacun doit manger.
17 Vous observerez la fête des Azymes, car c’est en ce jour-là que j’ai fait sortir vos armées du pays d’Égypte. Vous observerez ce jour-là dans vos générations, c’est un décret perpétuel.
18 Le premier mois, le soir du quatorzième jour, vous mangerez des azymes jusqu’au soir du vingt et unième jour.
19 Pendant sept jours il ne se trouvera pas de levain dans vos maisons, car quiconque mangera du pain levé sera retranché de la communauté d’Israël, qu’il soit étranger ou né dans le pays.
20 Vous ne mangerez pas de pain levé, en tout lieu où vous habiterez vous mangerez des azymes. »
21 ¶ Moïse convoqua tous les anciens d’Israël et leur dit : « Allez vous procurer du petit bétail pour vos familles et immolez la pâque.
22 Puis vous prendrez un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang qui est dans le bassin et vous toucherez le linteau et les deux montants avec le sang qui est dans le bassin. Quant à vous, que personne ne franchisse la porte de sa maison jusqu’au matin.
23 Lorsque Yahvé traversera l’Égypte pour la frapper, il verra le sang sur le linteau et sur les deux montants, il passera au-delà de cette porte et ne laissera pas l’Exterminateur pénétrer dans vos maisons pour frapper.
24 Vous observerez cette disposition comme un décret pour toi et tes fils, à perpétuité.
25 Quand vous serez entrés dans la terre que Yahvé vous donnera comme il l’a dit, vous observerez ce rite.
26 Et quand vos fils vous demanderont : “ Que signifie pour vous ce rite ? ”
27 vous leur direz : “ C’est le sacrifice de la Pâque pour Yahvé qui a passé au-delà des maisons des Israélites en Égypte, lorsqu’il frappait l’Égypte, mais épargnait nos maisons. ” » Le peuple alors s’agenouilla et se prosterna.
28 Les Israélites s’en allèrent et firent ce que Yahvé avait ordonné à Moïse et à Aaron.
29 ¶ Au milieu de la nuit, Yahvé frappa tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, aussi bien le premier-né de Pharaon qui devait s’asseoir sur son trône, que le premier-né du captif dans la prison et tous les premiers-nés du bétail.
30 Pharaon se leva pendant la nuit, ainsi que tous ses serviteurs et tous les Égyptiens, et ce fut en Égypte une grande clameur car il n’y avait pas de maison où il n’y eût un mort.
31 Pharaon appela Moïse et Aaron pendant la nuit et leur dit : « Levez-vous et sortez du milieu de mon peuple, vous et les Israélites, et allez servir Yahvé comme vous l’avez demandé.
32 Prenez aussi votre petit et votre gros bétail comme vous l’avez demandé, partez et bénissez-moi, moi aussi. »
33 Les Égyptiens pressèrent le peuple en se hâtant de le faire partir du pays car, disaient-ils : « Nous allons tous mourir. »
34 Le peuple emporta sa pâte avant qu’elle n’eût levé, ses huches serrées dans les manteaux, sur les épaules.
35 Les Israélites firent ce qu’avait dit Moïse et demandèrent aux Égyptiens des objets d’argent, des objets d’or et des vêtements.
36 Yahvé fit que le peuple trouvât grâce aux yeux des Égyptiens qui les leur prêtèrent. Ils dépouillèrent ainsi les Égyptiens.
37 ¶ Les Israélites partirent de Ramsès en direction de Sukkot au nombre de près de six cent mille hommes de pied-rien que les hommes, sans compter leur famille.
38 Une foule mêlée monta avec eux, ainsi que du petit et du gros bétail, formant d’immenses troupeaux.
39 Ils firent cuire la pâte qu’ils avaient emportée d’Égypte en galettes non levées, car la pâte n’était pas levée : chassés d’Égypte, ils n’avaient pu s’attarder ni se préparer des provisions de route.
40 Le séjour des Israélites en Égypte avait duré quatre cent trente ans.
41 Le jour même où prenaient fin les quatre cent trente ans, toutes les armées de Yahvé sortirent du pays d’Égypte.
42 Cette nuit durant laquelle Yahvé a veillé pour les faire sortir d’Égypte doit être pour tous les Israélites une veille pour Yahvé, pour leurs générations.
43 ¶ Yahvé dit à Moïse et à Aaron : « Voici le rituel de la pâque : aucun étranger n’en mangera.
44 Mais tout esclave acquis à prix d’argent, quand tu l’auras circoncis, pourra en manger.
45 Le résident et le serviteur à gages n’en mangeront pas.
46 On la mangera dans une seule maison et vous ne ferez sortir de cette maison aucun morceau de viande. Vous n’en briserez aucun os.
47 Toute la communauté d’Israël la fera.
48 Si un étranger en résidence chez toi veut faire la Pâque pour Yahvé, tous les mâles de sa maison devront être circoncis ; il sera alors admis à la faire, il sera comme un citoyen du pays ; mais aucun incirconcis ne pourra en manger.
49 La loi sera la même pour le citoyen et pour l’étranger en résidence parmi vous. »
50 Tous les Israélites firent comme Yahvé l’avait ordonné à Moïse et à Aaron.
51 Ce jour-là même, Yahvé fit sortir les Israélites du pays d’Égypte, selon leurs armées.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par Marc le Jeu 5 Avr 2012 - 9:52

J'aime beaucoup ce passage de l'exode, il fourmille d'allusions au Christ. Le Christ est bien sûr l'agneau immolé (Ap 5, 6. 12; 13, 8), "Notre pâque" :

1 Corinthiens 5, 7 Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

Le linteau de bois des portes des juifs est représentatif de la croix où Jésus a versé Son Sang. L'hysope avec laquelle le sang est répandu est aussi celle qui a servi pour donner du vinaigre à boire au Christ.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pâque et PâqueS

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum