MARTHE ET MARIE

L'EMMANUEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'EMMANUEL

Message par Clément le Mar 27 Déc 2011 - 15:28


Les juifs orthodoxes et les musulmans disent que Jésus n'est pas l'Emmanuel. Nous allons démontrer que cela est bibliquement affirmé.

“L'Éternel parla de nouveau à Achaz, et lui dit: Demande en ta faveur un signe à l'Éternel, ton Dieu; demande-le, soit dans les lieux bas, soit dans les lieux élevés. Achaz répondit: Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas l'Éternel. Ésaïe dit alors: Écoutez donc, maison de David ! Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, Que vous lassiez encore celle de mon Dieu ? C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. Il mangera de la crème et du miel, Jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien. Mais avant que l'enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, Le pays dont tu crains les deux rois sera abandonné.” (Esaïe 7 : 10 – 16)

Pour comprendre cette prophétie, il faut lire l'histoire de Salomon. Dieu avait envoyé Nathan donné à Salomon le nom de Jedidia après sa naissance.

“Et David consola sa femme Bath-Shéba; et il vint vers elle, et coucha avec elle; et elle enfanta un fils qu’il nomma Salomon. Et l`Éternel l`aima; et il envoya Nathan, le prophète, qui lui donna le nom de Jédidia (aimé de l`Éternel), à cause de l`Éternel.” (2 Samuel 12 : 24 – 25 )

Bien que Jédidia est le nom que Dieu avait donné à Salomon, on ne retrouve pas un autre endroit dans la Bible où on appelle Salomon par le nom que Dieu lui avait donné. Cela ne veut pourtant pas dire que le nom de Jédidia était sans importance.

Dans le Talmud, Menachot 53a et 53b, Il est souligné que tout ce qui est connecté au temple est marqué de l’attribut d’aimable ou “bien-aimé” (Yedid). Salomon qui avait reçu de Dieu le nom de Jédidia, “Bien aimé de l’Eternel” (2 Samuel 12 : 25), construisit le temple “aimable” (Psaumes 84 :2), situé dans la portion de Benjamin (Bien aimé de l’Eternel, Deutéronome 33 : 12), en l’honneur de Dieu qui est “Bien aimé” (Esaïe 5 : 1), afin que les péchés d’Israël (la bien-aimé de mon âme, Jérémie 12 : 7) puissent être pardonnés.

On voit donc que le nom de Jedidia donné à Salomon traduisait une réalité, l’amour de l’Eternel sur son serviteur, sa maison, son peuple, etc. De même, le nom d’Emmanuel traduisait la réalité de la présence de Dieu sur la terre, même s’il n’était pas utilisé pour appeler Jésus durant son séjour terrestre.

“Tout cela arriva afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: 23 Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. 24 Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. 25 Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus.” (Matthieu 1 : 22 – 25)

Selon certains juifs et musulmans, Emmanuel serait Ezéchias. Des juifs et musulmans affirment que l’Emmanuel dont il est question dans Esaïe 7:14 est Ezéchias, le fils du roi Achaz.

Cette argumentation se rapproche de celle du Rabbin Bentzion Grawitz qui, dans son livre “La réponse Juive aux Missionnaires (p.25), affirme au sujet de la prophétie d’Esaïe 7 sur la naissance virginale que :

Ce chapitre parle d’une prophétie transmise à Ahaz, roi de Juda, pour apaiser ses craintes devant les projets des rois de Damas et de Samarie qui se préparaient à envahir Jérusalem, environ six cents ans avant la naissance de Jésus. Isaïe présente ces événements comme imminents, et non, ainsi que le prétend le christianisme, comme devant avoir lieu six siècles plus tard. Cette imminence est soulignée de façon extrêmement claire dans le verset 16 : « Or, avant même que l’enfant sache repousser le mal et choisir le bien, la région dont les deux rois te causent des angoisses sera devenue une solitude. » En fait, cette prophétie s’est réalisée au chapitre suivant avec la naissance d’un fils à Isaïe. Ainsi qu’il est écrit : « Car l’enfant ne saura pas encore dire : “Mon père, ma mère” que déjà on emportera devant le roi d’Assyrie les richesses de Damas et les dépouilles de Samarie » (Isaïe 8:4). Ce verset écarte entièrement tout lien avec Jésus, dont la naissance n’aura lieu que six cents ans plus tard.

Pourquoi alors la prophétie d’Esaïe 7 : 14 ne concerne-t-elle pas Ezéchias ou le fils d’Esaïe ?

Ezéchias était déjà né à l’époque où la prophétie sera donnée et avait même déjà atteint l’âge de neuf ans lorsque son père devint roi de Juda.

En effet, Ezéchias est devenus rois à l’âge de 25 ans (2 Rois 18 : 1–2) alors que son père Achaz à qui il a succédé avait régné pendant 16 ans (2 Rois 16 : 1). 25 – 16 = 9, donc, Ezéchias était déjà né et avait neuf ans ou plus quand Esaïe prophétisa sur la venue d’Emmanuel.

Selon la prophétie, Emmanuel doit naître d’une vierge. Or, le fils qui naîtra de la femme d’Esaïe sera non seulement le second après Schear-Jaschub (dont il est question à Esaïe 7:3), mais sera aussi le fruit de l’union charnelle de ses parents.

“Et je m'approchai de la prophétesse, et elle conçut, et enfanta un fils; et l'Éternel me dit: Appelle son nom: Maher-Shalal-Hash-Baz; car avant que l'enfant sache crier: Mon père, et, Ma mère, on emportera la puissance de Damas et le butin de Samarie devant le roi d'Assyrie.” (Esaïe 8 : 3 – 4)

Il est vrai que les rabbins du judaïsme orthodoxe affirment qu’en Esaïe 7 : 14, le mot que Matthieu traduit par vierge doit être traduit par jeune fille. Seulement, le fait est que :

- 250 ans avant la naissance de Jésus, le Souverain Sacrificateur avait demandé à 70 rabbins de traduire l’Ancien Testament dans la langue grecque. Ceux-ci, dans la traduction qui va porter le nom de la Septante, traduiront le mot alma par le grec parthenos, qui fait référence à une jeune fille vierge, n’ayant jamais connu un homme.

- le mot alma apparaît à sept reprises dans l’Ancien Testament. A chacune de ces fois, il fait référence à une jeune fille vierge, qui n’a pas encore connu un homme.

Bien que prônant tous deux une lecture de la prophétie dans son contexte, les musulmans comme les rabbins passent à côté d’un fait : Une partie d’une prophétie peut concerner un individu et un autre partie de la même prophétie concerner dans un autre individu (principe de la double référence).

Prenons exemple dans le passage suivant :

“Quand tes jours seront accomplis et que tu dormiras avec tes pères, je susciterai après toi ta semence, qui sortira de tes entrailles, et j'affermirai son royaume. Lui, bâtira une maison à mon nom; et j'affermirai le trône de son royaume pour toujours. Moi, je lui serai pour père, et lui me sera pour fils: s'il commet l'iniquité, je le châtierai avec une verge d'hommes et avec des plaies des fils des hommes; mais ma bonté ne se retirera point de lui, comme je l'ai retirée d'avec Saül, que j'ai ôté de devant toi. Et ta maison et ton royaume seront rendus stables à toujours devant toi, ton trône sera affermi pour toujours. Nathan parla ainsi à David, selon toutes ces paroles et selon toute cette vision.” (2 Samuel 7 : 12 – 17)

Pris avec le passage de 1 Chroniques 22 : suivant, n’importe qui pourrait déduire que c’est de Salomon dont il était question ci-haut.

“David dit à Salomon: Mon fils, j'avais l'intention de bâtir une maison au nom de l'Éternel, mon Dieu. Mais la parole de l'Éternel m'a été ainsi adressée: Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres; tu ne bâtiras pas une maison à mon nom, car tu as versé devant moi beaucoup de sang sur la terre. Voici, il te naîtra un fils, qui sera un homme de repos, et à qui je donnerai du repos en le délivrant de tous ses ennemis d'alentour; car Salomon sera son nom, et je ferai venir sur Israël la paix et la tranquillité pendant sa vie. Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom. Il sera pour moi un fils, et je serai pour lui un père; et j'affermirai pour toujours le trône de son royaume en Israël.” (1 Chroniques 22 : 7 – 10)

Seulement quand on examine bien la prophétie donnée à David et les faits qui se sont produits dans la vie de Salomon, il est devient clair que ce n’est pas en Salomon que c’est accomplie toute la prophétie. Il ya notamment le fait que :

- La prophétie prévoyait que la semence promise puisse être susciter et commencer à régner après la mort de David. Pourtant, il est clair que Salomon avait commencé à régner avant que David ne meurt.

“Le roi David dit: Appelez -moi le sacrificateur Tsadok, Nathan le prophète, et Benaja, fils de Jehojada. Ils entrèrent en présence du roi. Et le roi leur dit: Prenez avec vous les serviteurs de votre maître, faites monter Salomon, mon fils, sur ma mule, et faites-le descendre à Guihon. Là, le sacrificateur Tsadok et Nathan le prophète l'oindront pour roi sur Israël. Vous sonnerez de la trompette, et vous direz: Vive le roi Salomon ! Vous monterez après lui; il viendra s'asseoir sur mon trône, et il régnera à ma place. C'est lui qui, par mon ordre, sera chef d'Israël et de Juda. Benaja, fils de Jehojada, répondit au roi: Amen ! Ainsi dise l'Éternel, le Dieu de mon seigneur le roi ! Que l'Éternel soit avec Salomon comme il a été avec mon seigneur le roi, et qu'il élève son trône au-dessus du trône de mon seigneur le roi David ! Alors le sacrificateur Tsadok descendit avec Nathan le prophète, Benaja, fils de Jehojada, les Kéréthiens et les Péléthiens; ils firent monter Salomon sur la mule du roi David, et ils le menèrent à Guihon. Le sacrificateur Tsadok prit la corne d'huile dans la tente, et il oignit Salomon. On sonna de la trompette, et tout le peuple dit: Vive le roi Salomon !” (1 Rois 1 : 32 – 39)

- La prophétie avait aussi prévu que le roi dont il est question aura son trône affermi pour toujours. Pourtant, Salomon n’avait pas eu son trône affermi pour toujours, puisque le royaume qu’il avait légué à son fils fut très vite divisé.

“Et l'Éternel dit à Salomon: Puisque tu as agi de la sorte, et que tu n'as point observé mon alliance et mes lois que je t'avais prescrites, je déchirerai le royaume de dessus toi et je le donnerai à ton serviteur. Seulement, je ne le ferai point pendant ta vie, à cause de David, ton père. C'est de la main de ton fils que je l'arracherai. Je n'arracherai cependant pas tout le royaume; je laisserai une tribu à ton fils, à cause de David, mon serviteur, et à cause de Jérusalem, que j'ai choisie.” (1 Rois 11 : 11 – 13)

Ainsi, bien qu’en Salomon s’était accomplis une partie de la prophétie, l’autre sur le roi à venir après la mort de David et qui aura son trône affermit pour toujours s’accomplis en Jésus-Christ, le Messie attendu.

“L'ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin.” (Luc 1 : 30 – 33)

Comme le souligne le Dr. Trimm, dans la prophétie du verset 14 au verset 16 du chapitre 7 d’Esaïe, il est question de deux enfants: Emmanuel et le Fils d’Esaïe (double référence). Emmanuel est un signe pour toute la maison de David (donc par expansion au Royaume dans son intégralité) tandis que le Fils d’Esaïe est un signe pour Achaz seulement. Ceci se remarque dans l’utilisation du singulier (sgl) comme du pluriel (pl) dans le texte de la prophétie.

“Alors l'Éternel dit à Ésaïe: Va à la rencontre d'Achaz, toi (sgl) et Schear-Jaschub, ton(sgl) fils,…L'Éternel parla de nouveau à Achaz, et lui (sgl) dit: Demande en ta (sgl) faveur un signe à l'Éternel, ton Dieu; demande -le, soit dans les lieux bas, soit dans les lieux élevés. Achaz répondit: Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas l'Éternel. Ésaïe dit alors: Écoutez donc, maison de David ! Est-ce trop peu pour vous (pl) de lasser la patience des hommes, Que vous(pl) lassiez encore celle de mon Dieu ? C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous (pl) donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. Il mangera de la crème et du miel, Jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien. Mais avant que l'enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, Le pays dont tu (sgl) crains les deux rois sera abandonné. L'Éternel fera venir sur toi (sgl), Sur ton peuple et sur la maison de ton (sgl) père,…” (Esaïe 7 : 10 – 16)

D’ailleurs, même quand le Fils d’Esaïe naîtra, on ne lui donnera pas le nom d’Emmanuel parce que cette appellation était appelée à traduire une réalité et non à être utilisé comme nom propre.

“Je m'étais approché de la prophétesse; elle conçut, et elle enfanta un fils. L'Éternel me dit: Donne-lui pour nom Maher-Schalal-Chasch-Baz. Car, avant que l'enfant sache dire: Mon père ! ma mère ! on emportera devant le roi d'Assyrie les richesses de Damas et le butin de Samarie.” (Esaïe 8 : 3 – 4)

Afin de soutenir leur argumentaire, les rabbins et musulmans cite Luc 6: 12 pour soutenir que Jésus n’était pas Dieu. Voici ce qu’on affirme dans le passage cité :

“En ce temps -là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.” (Luc 6 : 12)

Malheureusement pour eux, Philippiens 2:5-11 vient expliquer la raison pour laquelle Jésus priait. De plus, Dieu est pluralité ( non pas en essence mais en hypostase), de ce fait, Yahvé parle de Yahvé, Yahvé parle à Yahvé, Yahvé parle au nom de Yahvé etc.

“Car ainsi parle l'Éternel des armées: (…) Pousse des cris d'allégresse et réjouis-toi, Fille de Sion ! Car voici, je viens, et j'habiterai au milieu de toi, Dit l'Éternel. Beaucoup de nations s'attacheront à l'Éternel en ce jour-là, Et deviendront mon peuple; J'habiterai au milieu de toi, Et tu sauras que l'Éternel des armées m'a envoyé vers toi.” (Zacharie 2 : 8, 10 – 11)
avatar
Clément
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 26/11/2011

http://verum-deum.over-blog.fr/categorie-12229860.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EMMANUEL

Message par Clément le Mar 27 Déc 2011 - 15:45

Note supplémentaire :

« Ah Certes ! Le Seigneur vous donne de lui-même un signe (אוֹת). Voici la jeune femme (עַלְמָה) est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils qu’elle appellera Emmanouel (Dieu avec nous). » (Traduction du Grand-Rabbin Zadoc Kahn)

Or, nous savons qu’une femme qui devient enceinte ne peut pas être un signe que Dieu nous donne, ce fait étant une chose commune de tous les jours.
D’après les 72 rabbins qui ont travaillé sur la traduction « DES SEPTANTES » de l'Ancien Testament, le mot ALMA est traduit « parthenos » qui veut dire VIERGE en grec. Est-ce que ces 72 rabbins auraient tous fait la même erreur ? En outre, ce mot n’est utilisé que sept fois dans l'Ancien Testament. Et chaque fois il ne peut s’agir que d’une vierge. Voir le sens du mot « ALMAH » dans ces six autres passages.

(EXODE 2:8, PSAUMES 68:26, CANTIQUES 1:3, PROVERBES 30:19, GENESE 24:43, CANT. 6)

En examinant des dictionnaires hébreux de publications différentes, tous, sans exception, traduisent ces deux mots comme suit : miracle (אוֹת) et Vierge (עַלְמָה)

Voici les références de dictionnaires hébreux examinés :

1° - HEBREU DICTIONNARY
édité par : ZEVI SCHARFSTEIN
publié par : THE DVIR PUBLISHING CO. TEL AVIV

2° - ENGLISH – HEBREW DICTIONNARY
édité par : ISRAËL EFROS, Ph D,
et Judah Ibn. SHMMUEL KAUFMANN TEL AVIV

3° - MEGIDO MODERN DICTIONNARY
ENGLISH – HEBREW
édité par : A. LEVESTON et REUDEN SILVA
MEGIDO PUBLISHING Co. LTD TEL AVIV

4° - COMPLETE ENGLISH-HEBREW DICTIONNARY
EDITE PAR : REUBEN ALCALAY
publié par : PRAYER BOOK PRESS , inc.
HARTFORD, CONNECTICUT, U. S. A.
avatar
Clément
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 26/11/2011

http://verum-deum.over-blog.fr/categorie-12229860.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EMMANUEL

Message par Marc le Mar 27 Déc 2011 - 16:01

Clément a écrit:Or, nous savons qu’une femme qui devient enceinte ne peut pas être un signe que Dieu nous donne, ce fait étant une chose commune de tous les jours.
D’après les 72 rabbins qui ont travaillé sur la traduction « DES SEPTANTES » de l'Ancien Testament, le mot ALMA est traduit « parthenos » qui veut dire VIERGE en grec. Est-ce que ces 72 rabbins auraient tous fait la même erreur ? En outre, ce mot n’est utilisé que sept fois dans l'Ancien Testament. Et chaque fois il ne peut s’agir que d’une vierge. Voir le sens du mot « ALMAH » dans ces six autres passages.

C'est la question que soulève Irénée de Lyon.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 49
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EMMANUEL

Message par Clément le Mar 27 Déc 2011 - 16:07

Oui, j'ai pu le voir quand tu as donné un extrait d'Irénée sur CER dans l'article qui montre les deux types d'interprétations rabbiniques du Nouveau Testament.
avatar
Clément
Intéressé
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 26/11/2011

http://verum-deum.over-blog.fr/categorie-12229860.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'EMMANUEL

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum