MARTHE ET MARIE

Le pardon au paralytique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pardon au paralytique

Message par etienne lorant le Lun 5 Déc 2011 - 10:30

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 5, 17-26)

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l'assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l'œuvre pour lui faire opérer des guérisons.
Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus.
Voyant leur foi, il dit : « Tes péchés te sont pardonnés. »
Les scribes et les pharisiens se mirent à penser : « Quel est cet homme qui dit des blasphèmes ? Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »
Mais Jésus, saisissant leurs raisonnements, leur répondit : « Pourquoi tenir ces raisonnements ? Qu'est-ce qui est le plus facile ? de dire : 'Tes péchés te sont pardonnés', ou bien de dire : 'Lève-toi et marche' ?Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l'ordonne, dit-il au paralysé : lève-toi, prends ta civière et retourne chez toi. »
À l'instant même, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s'en alla chez lui en rendant gloire à Dieu.
Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : « Aujourd'hui nous avons vu des choses extraordinaires ! » Cy Aelf, Paris


De nouveau une brève homélie ce matin, mais cependant remarquable, étonnante et enrichissante. Le prêtre a commencé par nous dire que les temps liturgiques ne sont pas les temps des hommes et, comme premier exemple: le dimanche n'est pas pour le chrétien le dernier jour de la semaine, mais le premier ! Mais quel rapport avec l’Évangile d'aujourd'hui ?

Simplement le fait que ce qui compte pour Dieu, ce n'est pas d'abord de guérir les malades, mais de sauver les âmes de leurs péchés. Or, ce paralytique, tout coincé qu'il était dans son corps, quels si graves péchés avait-il pu commettre pour que le premier mouvement de Jésus fut de lui dire: "Tes péchés sont pardonnés" ? (Je songe au péché contre l'espérance car cela paraît évident dans son état). Jésus lui pardonne donc ses péchés avant de le faire se lever.

"C'est tout aussi facile", dit-il aux scribes et aux pharisiens. Mais en parlant ainsi, en disant ce qui est le plus facile, il s'en prend à leur logique, qui est d'enfermer Dieu dans leurs rites et leurs pratiques - et ici le prêtre a fait une nouvelle allusion à la façon dont l'homme considère sa vie sur la terre.

Bref, avec Jésus, ce qui change, c'est que le temps de Dieu prévaut toujours sur le temps des hommes. Oui, les hommes qui l'auront désiré connaîtront un semblable relèvement. Mais c'est d'abord Dieu qui doit être servi, et l'homme ensuite peut accéder au vrai bonheur.

Cette homélie a eu un profond impact sur mon âme, d'une part car j'ai obtenu le sacrement de réconciliation ce dimanche et je vois dans cet Évangile le germe de ce sacrement; et, d'autre part, du fait qu'une grande force m'est donnée devant les événements qui viennent devant moi... Ah, la société humaine ! Elle me prescrit que je dois encore travailler dix ans pour bénéficier d'une pension minimale. Quelle prétention, n'est-ce pas ? Car en réalité, si Dieu décide de me rappeler à lui, ce peut-être n'importe quand, dans six mois comme dans trente ans ! Mais je ne dois rien craindre, et de cela, j'ai eu l'expérience plusieurs fois.

Je ne crains rien... cela s'est vu encore dans la manière dont j'ai pu recevoir la confession. Ce dimanche, j'ai tout simplement vu de la lumière dans la chapelle où j'allais communier il y a deux mois à peine. J'y étais venu pour une toute autre raison, mais cette lampe m'intriguait: avait-on oublié d'éteindre ? Mais non: j'ai été tout surpris d'y retrouver l'Abbé L. en train de dire sa messe, tout seul... Comme j'avais participé à la messe anticipée du samedi soir, je suis d'abord ressorti, mais pour revenir un instant plus tard je suis revenu: j'ai communié de nouveau (communion du dimanche). Et puis, cela m'est venu à l'esprit d'un seul coup: "C'est l'occasion à saisir !". Et je l'ai saisie, certes, mais si vivement que j'ai eu un "trou" dans les formules d'usage... Mais voyez comme notre Seigneur pense à tout, et comme il est à notre écoute ... Il n'y a donc vraiment rien à redouter de l'avenir si l'on place sa confiance en Dieu - en Dieu d'abord !

avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pardon au paralytique

Message par père JEAN le Lun 5 Déc 2011 - 14:54

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum