MARTHE ET MARIE

Jésus, le Roc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jésus, le Roc

Message par etienne lorant le Jeu 1 Déc 2011 - 9:08

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 7, 21.24-27)
Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Il ne suffit pas de me dire : 'Seigneur, Seigneur !', pour entrer dans le Royaume des cieux ; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s'est abattue sur cette maison ; la maison ne s'est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison ; la maison s'est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Cy Aelf, Paris


Petite assistance, ce matin, dans la chapelle. Cinq fidèles et le prêtre. L'homélie n'en fut pas moins enrichissante. J'ai appris que, dans une certaine église d'Arménie, la croix du Christ présente dans nos églises d'Occident, a été remplacée par un bloc de pierre - lequel représente le Christ. Le Christ comme étant le Roc. Cela m'a un peu surpris, mais à la réflexion, pourquoi pas ? Au moment de communier, les fidèles s'en approchent, mais retournent à leur place en ne lui tournant pas le dos.

Ce roc doit aussi être établi en notre âme comme un signe inaltérable de notre adhésion à la volonté de Dieu et à sa mise en pratique.

*


Comme il a également été question d'un saint Grégoire l'Illuminateur, j'en ai trouvé la trace sur le net et je reproduis ici sa biographie:

Il naît en Arménie vers 257, et grandit à Césarée, où il vit dans un univers chrétien. Il a deux enfants, Aristakès et Vertanès.
Tiridate IV devient, en 298, roi d'Arménie. Le souverain désire restaurer les fêtes de la déesse Anahit. Grégoire, qui est chrétien, exprime son mécontentement et n'accepte pas d'y participer. Le roi décide de le jeter dans une fosse à Khor Virap, qui sera appelé « Prison de saint Grégoire », où il reste emprisonné durant treize années. Puis Tiridate tombe malade et il décide de le libérer pour qu'il vienne le soigner. Grégoire le guérit miraculeusement et devient officiellement Catholicos d'Arménie, le premier de l'histoire, faisant du royaume, le plus ancien pays chrétien au monde. Il se fait ordonner évêque de Césarée de Cappadoce, d'où il ramène les reliques de saint Jean-Baptiste et d'Athanagène, martyr.

Grégoire meurt vers 331. Ses descendants directs, dont ses deux fils, forment une dynastie (les Grégorides), laquelle contrôle ensuite le catholicossat arménien pendant une centaine d'années et s'oppose parfois à la famille royale arsacide.

L'Église apostolique arménienne, indépendante, est également surnommée grégorienne. Le 30 septembre (la fête la plus importante en Arménie) est la Saint-Grégoire.




Le monastère dominé par la silhouette de l’Ararat à deux magnifiques sommets est l’une des cartes de visite de l’Arménie. Quand on contemple le mont à partir du monastère, on a l’impression qu’il est à portée de la main. Incarcéré dans la fosse profonde, sans possibilité d’admirer le Mont biblique, Saint Grégoire l’Illuminateur a dû beaucoup souffrir. Sur cette fosse se dressa ultérieurement le monastère de Khor Virap.

Ayant appris que Grégoire le Parthe avait la foi en Jésus, le roi Tiridate III ordonna de « le soumettre à des tortures et de le conduire ensuite le cou, les mains et les pieds enchaînés dans la province d’Ararat et de le jeter dans la fosse profonde de la citadelle d’Artachat pour qu’il y périsse ». Tiridate III aurait-il pu imaginer qu’un jour, sur le lieu de l’emprisonnement de Grégoire ( le fils de celui qui avait assassiné son père ), serait édifié un temple appartenant à la nouvelle religion à laquelle il s’opposait fortement ? En 642 le catholicos Nerses III le Constructeur ( sous lequel fut lancée la construction de la cathédrale de Zvartnots ) ordonna la construction d’une chapelle à l’emplacement de la fosse. Au milieu de l’ensemble monastique se dresse aujourd’hui l’église Sainte-Mère-de-Dieu, construite au XVIIe siècle.

***

Le décor intérieur est sobre, en accord avec la tradition arménienne: autel, chandelier, bougies … A droite de l’autel 27 marches donnent accès à la fosse de 6,5 mètres de profondeur : un passage étroit au début s’élargit à mesure que l’on descend. Selon la croyance, pendant treize années de l’incarcération de Grégoire une veuve lui apportait du pain tous les jours. Selon l’historien Agathange, Saint Grégoire resta vivant grâce à sa foi inébranlable en Dieu. « Toute personne jamais mise dans cette fosse trouvaient la mort à cause de sa profondeur, de sa fétidité et des serpents qui y pullulaient. Cette fosse avait été creusée pour les criminels et les condamnés à mort ».

***

Un cadran solaire gravé sur le mur du monastère compte le temps irrattrapable. Une fois le roi Tiridate III tomba gravement malade. Sa sœur Khosrovadoukht apprit au cours d’un rêve que le roi ne pourrait être guéri que par l’intercession de Saint Grégoire. Le ministre Ota se rendit sur place pour faire sortir le prisonnier de sa fosse. Une fois guéri, le souverain adhéra à la Foi des Chrétiens, prit la foi de Dieu et de son Fils unique. Ainsi, Saint Grégoire l’Illuminateur devint le premier Catholicos d’Arménie, et l’Arménie fut le premier état chrétien.

http://yerevanmagazine.com/au-fond-de-la-fosse/
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum