MARTHE ET MARIE

Le Jour du Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Jour du Seigneur

Message par etienne lorant le Ven 11 Nov 2011 - 8:54

Lecture du livre de la Sagesse
Ils sont foncièrement insensés, tous ces hommes qui en sont venus à ignorer Dieu : à partir de ce qu'ils voient de bon, ils n'ont pas été capables de connaître Celui qui est ; en examinant ses œuvres, ils n'ont pas reconnu l'Artisan...
S'ils ont poussé la science à un degré tel qu'ils sont capables d'avoir une idée sur le cours éternel des choses, comment n'ont-ils pas découvert plus vite Celui qui en est le Maître ?

Evangile : Le jour du Fils de l'homme (Lc 17, 26-35.37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Redressez-vous, levez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera.


Dans son homélie, ce matin, le prêtre s'est penché longuement sur le passage du Livre de la Sagesse et sur cette contradiction des hommes qui, d'un côté, se montrent capables de reconnaître la beauté et la permanence de l'univers - dont la connaissance n'est jamais achevée, mais qui déclarent pourtant ne pas pouvoir en reconnaître le Maître. Comment est-ce possible ? En grande partie, a-t-il conclu, du fait de la brièveté de l'existence humaine : plutôt que de reconnaître en toute humilité sa place, l'homme s'attache aux biens qui passent - quand bien même il sait qu'ils passent. Il cherche donc à conserver sa vie - ce qui est totalement illusoire et déraisonnable, étant donné qu'il en reconnaît lui-même la brièveté. Plutôt que de reconnaître Dieu et de Lui consacrer sa vie en offrandes et en louanges, il se replie sur lui-même. L'homme est donc perpétuellement divisé.

L’Évangile évoquait la femme de Lot, qui s'est retournée et a été changée en statue de sel. Jésus nous commande de nous en souvenir. Prenons donc garde à nous-mêmes, croyants et convertis, de ne pas nous retourner - d'autant plus en ces temps de crise que nous vivons, vers les choses de ce monde auxquelles nous nous sommes attachés. Mais pratiquons le saint abandon : les biens de ce monde nous n'en sommes que gérants. Comportons nous donc comme tels: gérants mais pas propriétaires, et qui auront à rendre compte de notre gestion.
Puissions nous donc avancer vers le Seigneur avec une confiance de plus en plus ouverte, offerte, abandonnée, tel est mon souhait en ce jour.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Jour du Seigneur

Message par Belen le Ven 11 Nov 2011 - 10:58

Moi j'étais contente, parce que notre prêtre a prêché sur le retour en gloire du Seigneur, qui est un article de notre foi, que nous devons espérer, sans nous laisser troubler par les mauvaises nouvelles des temps que nous vivons. Garder la paix de la foi.
J'ajoute de ma part : "Qu'ils travaillent dans le calme" de saint Paul dans Thessaloniciens.

C'est exactement l'état d'esprit dans lequel je suis.
Je pense que les catholiques devraient davantage croire dans les lectures que nous avons en ce moment, en fin d'année liturgique. Lutter contre une certaine théologie qui a repoussé la Parousie dans des temps que nous n'atteindrons jamais...
avatar
Belen
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 608
Age : 53
Date d'inscription : 15/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Jour du Seigneur

Message par Belen le Ven 11 Nov 2011 - 13:36

J'ai trouvé une homélie sur un autre Evangile (14ème du temps ordinaire 2010) mais qui s'y prête bien aussi...

Le troisième Évangile est le seul à mentionner cet envoi en mission non plus des seuls Apôtres, mais d’un groupe de disciples. Leur nombre - soixante-douze - est hautement symbolique : il correspond au nombre de peuples connus à l’époque. Le message est clair : ce ne sont pas les seuls Apôtres et leurs successeurs - évêques, prêtres et diacres - qui sont chargés d’annoncer l’Evangile ; mais tout baptisé, de par son statut de disciple, est co-responsable de l’évangélisation de la terre entière.
Au moment de l’envoi, Notre-Seigneur leur fait un dernier « breefing », dans lequel il récapitule les conditions de la mission. Mais ses propos, aux échos eschatologiques très marqués, débordent largement le contexte d’une action originellement limitée à quelques villages situés sur la route menant de la Galilée à Jérusalem où se rend le Seigneur.
D’ailleurs, pourquoi donc Jésus devrait-il encore se rendre personnellement « dans toutes ces villes et localités » où ses disciples l’ont précédé, dès lors que leur travail d’évangélisation a pleinement porté son fruit ? A moins que la venue qu’ils sont chargés de préparer soit le retour dans la gloire de leur Maître ; ce que confirme le titre « Seigneur », qui apparaît dans le verset introductif, et surtout sur les lèvres des disciples racontant leurs démêlés victorieux avec « les esprits mauvais ».
Cette seconde partie de notre péricope ne peut d’ailleurs être que post-pascale : seul le Ressuscité peut proclamer : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair ». Seul le vainqueur du matin de Pâques peut « donner pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi » dont il a victorieusement triomphé sur la croix.
Au-delà du compte-rendu d’une mission particulière confiée par Jésus à la communauté prépascale, c’est donc bien l’envoi de l’Eglise de tous les temps par le Seigneur ressuscité, dont il est question dans l’Evangile de ce jour. Écoutons donc, comme nous étant adressées, les conditions concrètes de la mission ici-bas, qui consiste essentiellement à préparer le retour glorieux du Christ Seigneur.
Premier constat : nous serons toujours trop peu nombreux pour assurer la moisson, c'est-à-dire le travail qu’il faut accomplir à la fin de l’été, au terme de la croissance d’un grain jeté en terre avant l’hiver, c'est-à-dire depuis longtemps. Il apparaît donc que les missionnaires de tous les temps ne font qu’engranger le fruit de semailles bien antérieures, lorsque la Parole de vie s’est enfouie dans les sillons de notre humanité par l’incarnation du Verbe de Dieu. Cette moisson est si abondante, que nous ne serons jamais assez nombreux pour l’assurer. Voilà pourquoi ne sommes invités à « prier le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » - c’est même la première démarche à faire. N’est-ce pas spontanément ce que nous faisons lorsque nous nous trouvons devant une tâche dont il est évident qu’elle dépasse nos moyens ? Nous commençons par chercher de l’aide, en ventant l’abondance de la moisson à engranger.
Dès lors, une des raisons du problème contemporain des vocations ne serait-il pas que nous ne percevons plus la surabondance de la moisson produite par l’enfouissement du Fils de Dieu dans notre chair ? Autrement dit, notre problème n’est-il pas un sérieux déficit au niveau de la foi, vertu surnaturelle qui nous permet de discerner et d’annoncer que « le règne de Dieu est tout proche », et que ses fruits mûrs n’attendent qu’à être cueillis ?
On comprend que Jésus prenne des précautions pour que ses envoyés ne se fassent pas « récupérer » par le Prince de ce monde, qui tient les hommes aliénés dans la frénésie de l’avoir (symbolisé par l’argent), la fascination de l’autonomie (les sandales) et la préoccupation de la gloire (salutations) – dont les missionnaires doivent s’abstenir. Ils sont envoyés « comme des agneaux » vulnérables – car nous aussi nous sommes soumis aux tentations de la nature marquée par le péché – « au milieu des loups » qui cherchent à nous dévorer, c'est-à-dire à nous absorber dans leur mode de vie, leurs stratégies, leurs idéologies. La seule force des envoyés, est celle de l’Agneau immolé pour le salut du monde, à savoir : leur confiance inébranlable dans l’amour de leur Berger, qui leur a « donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi » de sorte que « rien ne pourra leur faire du mal » - si du moins ils persévèrent dans l’attitude de « paix et de miséricorde » qui convient à ceux qui vivent dans « la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ » (2ème lect.).
Guérison de la lèpre du péché, et délivrance de la peur de la mort sont les signes qui accompagnent la proclamation du message de consolation que le Seigneur confie à ses disciples, confirmant ainsi l’irruption de « la création nouvelle » (2ème lect.) au cœur du monde ancien. Car le « règne de Dieu » n’est pas à redouter comme le temps de la vengeance du Tout-puissant contre son peuple rebelle ; tout au contraire : « de même qu’une mère console son enfant, moi-même je vous consolerai », dit le Seigneur. La seule chose que le Père nous demande, c’est de reconnaître et d’accueillir la seigneurie de son Fils, afin qu’il puisse nous libérer de l’esclavage auquel le Satan nous a soumis en raison de notre péché. Vers tous ceux qui mettent dans « la croix de notre Seigneur Jésus Christ leur seul orgueil », et « qui suivent la règle de vie » (2nd lect.) de l’Evangile, Dieu « dirige la paix comme un fleuve et la miséricorde comme un torrent qui déborde » (1ère lect.).
Tel est le message de réconciliation que nous avons à annoncer, à proposer, à offrir de la part de Dieu notre Père. Sans chercher à convaincre par des procédés et des astuces de ce monde, mais dans la simplicité d’un cœur livré à l’Esprit et qui le laisse parler et agir à travers nous.
Oui, « le règne de Dieu est tout proche » : laissons-nous envahir par sa présence. Certes le passage de l’ancien monde à la nouveauté du Royaume est resserré, la porte est étroite ; une douloureuse « circoncision du cœur » est indispensable pour nous arracher à nos attachements désordonnés et découvrir en Jésus notre unique trésor. Cependant, ce que l’on retient d’un enfantement, ce n’est pas la douleur du travail, mais la vie triomphante, « la création nouvelle » que le Seigneur réalise pour nous. Sur ce chemin qui nous ramène à la maison du Père, gardons courage, et « réjouissons-nous parce que nos noms sont d’ores et déjà inscrits dans les cieux ».
Père Joseph-Marie

temps : temps ordinaire

semaine : dimanche, 14ème semaine

avatar
Belen
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 608
Age : 53
Date d'inscription : 15/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Jour du Seigneur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum