MARTHE ET MARIE

Après un sermon incolore, inodore et sans saveur

Aller en bas

Après un sermon incolore, inodore et sans saveur

Message par etienne lorant le Dim 23 Oct 2011 - 13:23

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22,34-40.
Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l'un d'entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l'épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu'il y a dans l'Écriture - dans la Loi et les Prophètes - dépend de ces deux commandements. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Ce dimanche, je me suis levé en me préparant à une journée difficile et la première messe, à 8h00, m'a rendu plus vigilant encore. Dans son homélie, le prêtre a commencé par citer Lao Tseu: "Ceux qui ne savent rien parlent beaucoup, celui qui sait ne dit rien". Eh bien, après avoir ajouté, pour commencer son sermon, que l'on ne saurait aimer le prochain sans d'abord s'aimer soi-même, je trouve qu'en grand sage comme il s'est présenté cet abbé aurait pu garder bouche close !

Tout cela m'a perturbé, je l'avoue. Pour rétablir la vérité, il faut commencer par rétorquer que pour s'aimer bien soi-même, c'est comme pour aimer bien son prochain: il faut d'abord aimer Dieu de tout son coeur, de toute son âme et de tout son esprit. Et replacer ainsi dans l'ordre réel le discours sur l'amour véritable. En effet, si ce n'est pas à cause de l'amour pour Dieu, pourquoi un homme comme moi (qui ne connaît aucun des fidèles qui bavardaient tous ensemble avant le début de la messe), serait-il sorti dans le grand froid et la nuit ?

N'y avait-il donc rien à dire de ce qui se passe aujourd'hui, dans ce pays comme dans l'Europe et le monde ? Pourtant cet extrait du livre de l'Exode, c'est-à-dire la première lecture de ce dimanche aurait bien pu permettre de glisser quelques idées au sujet de la crise de la dette: "Si tu prêtes de l'argent à quelqu'un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n'agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d'intérêts."

Et à propos de l'amour du prochain, n'était-il pas convenable de rappeler que les pays européens les plus riches, viennent de décider de ne plus fournir d'aide alimentaire aux plus démunis de leurs propres citoyens durant la période hivernale ! Oh oui, l’Évangile d'aujourd'hui permettait bien de rappeler qu'il ne suffit pas de venir à l'église une demie heure le dimanche. Il eût fallu parler de miséricorde et du don de soi, tous deux gages de félicité éternelle. Qu'avons-nous à perdre, tous les saints n'ont pas cessé de le répéter par leurs vies données à la suite de Jésus !

Je suis rentré chez moi avec la conscience un peu troublée, je l'admets. Mais il n'est pas question pour moi de recommencer ce que j'avais fait durant mon adolescence: j'avais tourné le dos à l'Eglise en la jugeant trop hypocrite et indulgente dans la question des moeurs. C'était dans les années 70. Lorsque j'y songe, c'était déjà grave à l'époque, mais à présent que l'individualisme et l'hédonisme sont passés sans grande résistance, comment aujourd'hui ne pas admettre aussi d'en revenir à l'esclavage ? Allons, nous savons tous bien le temps que nous vivons...

Ce qui fait de moi un 'indigné' de plus ! Seigneur, j'espère tout obtenir de Ta miséricorde, Tu le sais !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum