MARTHE ET MARIE

Fête de saint François d'Assise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fête de saint François d'Assise

Message par Belen le Mar 4 Oct 2011 - 17:44


Fr Bernard Wadoux, ofm

Date de création : 05/10/2010

Dans l’Evangile le Christ annonce une nouvelle extraordinaire : Dieu nous a choisi pour faire de nous ses enfants. Et Il est venu lui-même, précisément pour que nous ayons la vie et la vie en abondance. Nous étions des fils d’homme, dans le Christ nous sommes devenus fils de Dieu.
En même temps, Jésus-Christ nous annonce une façon nouvelle de vivre. Car dans l’Evangile, le Christ parle et vit. Aucun autre que lui ne peut être mon modèle, aucun autre que lui ne peut m’enseigner comment je dois vivre pour l’imiter. Cela est clair.

Cette réalisation de l’Evangile dans la vie a été la passion de cet homme qui n’a voulu être qu’une copie aussi exacte que possible de Jésus Christ, qui n’a voulu être qu’homme d’Evangile : François d’Assise.

François fut un homme simple et tout d’une pièce. Il se méfiait des complications, il n’aimait pas les demi-mesures. Jésus Christ a parlé, Il continue a parler dans l’Evangile, où trouver meilleur Maître, où trouver doctrine plus claire ? Si l’Evangile est la voie principale qu’il nous trace pour aller vers Lui, pourquoi prendre des chemins de traverse ? Pourquoi l’interpréter pour en diminuer l’exigence ?
Non, il prendra l’Evangile à la lettre et « sans glose ». Telle sera dans sa lumineuse simplicité l’unique règle de François d’Assise. « Pour moi, disait-il, je ne veux connaître que l’Evangile de N.S.J.C. »

Pour François, la vie chrétienne est un absolu. Mais de quel absolu s’agit-il ? Celui d’une idée ? D’un système ? Ou celui d’un Amour ? Pour François, la vie chrétienne c’est quelqu’un à aimer.

Rappelons-nous les étapes de sa conversion. En lui, comme chez les jeunes de son temps, se mêlent l’ambition et l’amour. C’est pourquoi il parcourt les rues d’Assise en chantant des chansons d’amour. C’est pour cela aussi qu’à la suite d’un chevalier d’Assise, il entreprend de partir à la guerre. Jusqu’au jour où sur son chemin, il rencontre un lépreux. Alors qu’il avait toujours éprouvé une forte répulsion pour les lépreux, ce jour-là il se sent animé par une force intérieure qui le pousse à se vaincre lui-même. Alors, il descend de son cheval et embrasse le lépreux. Sitôt remonté sur sa montur, il se retourne et s’aperçoit que le lépreux a disparu. A ce moment, François prend conscience que sous les traits tuméfiés du lépreux, c’est la face du Christ crucifié qu’il a rencontrée

Toute l’aventure spirituelle de François jaillit de cette rencontre de Jésus : en plein coeur de sa vie a fait irruption une personne vivante qui interpelle François. Pour lui, la Religion vient de prendre visage et vie. Un jour qu’il priait devant le crucifix, il s’est trouvé face à face avec le Crucifié. Ce fut pour lui comme un éclair : la révélation de l’amour de Dieu. François a vu dans le Christ le grand amour de Dieu pour nous. Est-il possible que Dieu nous ait aimés à ce point ?

La Bonne Nouvelle s’empare de lui ; elle fait de lui un homme nouveau, un homme qui a repris vie dans la joie d’être aimé. Pour lui, il n’y a plus qu’une chose à faire : répondre à l’amour du Christ en se donnant à lui tout entier.
Commence alors pour François un monde nouveau. A la lumière de cette révélation de l’Amour du Père en Jésus, tout prit forme et couleur dans l’univers de François : comment en nous donnant son propre fils, se disait François, Dieu ne nous aurait-il pas tout donné ?

A la lumière de ce Don suprême, toute créature lui révélait sa propre nature : elle était, à sa place, un cadeau de l’amour du père. Le Cantique des créatures est comme le cri d’émerveillement de St François qui a découvert en tout être et en toute chose le plan d’amour de Dieu.

Toute créature est un signe de la bonté de Dieu pour ses enfants. Et en retour, elle est pour nous un moyen d’aimer le Père. Ainsi le monde conserve sa signification spirituelle : il vient de l’amour de Dieu pour l’homme ; il doit servir à glorifier Dieu et à aimer les hommes. Aimer les hommes ! La Bonne Nouvelle n’est-elle pas, en effet, que le Fils de Dieu s’est fait le frère de tous, et qu’en conséquence tous sont devenus frères.

Plus encore qu’envers la Création, François se situe - nous situe - par rapport aux autres hommes. En Jésus, François se veut le frère de tous : « Frère François... » Pour lui, tout homme doit être abordé en frère. François aborde un homme comme un être unique, irremplaçable. On ne saurait d’ailleurs exagérer l’importance que revêt pour tout homme le fait d’être accueilli pour lui-même, respecté dans sa vocation propre, pris au sérieux, traité comme une personne. L’attitude de François prend une portée très particulière envers les pauvres, les faibles, les plus petits d’entre les enfants du Père.

Voila, frères, l’idéal de vie chrétienne que François nous propose, il ne réside pas dans des pratiques compliquées, dans quelque acrobatie spirituelle. Elle n’exige pas l’abandon de toutes les préoccupations normales des hommes. ELLE CONSISTE A AIMER LE CHRIST. Vous entendez, mes frères ? Uniquement en cela : aimer le christ et vouloir le suivre. Mettre dans toute sa vie l’esprit de l’Evangile.

« L’Amour n’est pas aimé ! » s’exclamait François....a qui la faute, mes frères ? Jésus demande que nous nous aimions afin que le monde croie. Beaucoup de gens ne croient plus parce qu’ils sont mal aimés.

Que venons-nous faire ici à la messe, par exemple ? Ce n’est pas seulement aimer Dieu et le lui dire, c’est tout autant aimer nos frères et le montrer. « Quand tu viens au Temple, si tu te souviens que ton frère... » Le Christ nous prédit que le monde se convertira, pas du tout si nous disons aimer Dieu, cela tout le monde peut le dire et personne ne peut le vérifier. Mais le monde se convertira si nous produisons ce miracle rare mais qui ne laisse aucun doute : si nous nous mettons aujourd’hui à nous aimer les uns les autres. Notre prochain, mes frères, c’est Dieu à portée de notre amour pour que nous puissions vérifier si nous avons pour Dieu des rêveries sentimentales, ou bien un amour sincère et agissant.

C’est pourquoi tout ce que nous pourrons faire pour améliorer la condition de nos frères les pauvres, les petits, les jeunes, les vieillards, pourra et sera perçu comme le signe évident que l’amour existe. Et par delà l’aide matérielle, les coeurs seront envahis par une chaleur qui vient d’ailleurs et qui procède du Père et du Fils : l’Esprit qui est lumière et tendresse.

Alors il deviendra possible de dire que Dieu est Amour, que le Père existe, qu’Il est bien vivant au milieu de nous, puisqu’aujourd’hui encore son Fils agit et aime à travers la foule immense des baptisés. Et cela rien ne peut l’empêcher : ni la santé, ni l’âge, ni la situation, ni les occupations, ni les soucis, car c’est une question de coeur, c’est une question d’amour !

Si le message de François parle à tout homme de n’importe quelle époque, de n’importe quel pays, n’est-ce pas qu’il va droit à l’essentiel, droit au coeur de la vie chrétienne : la Bonne Nouvelle qui est Jésus Christ?

Dans l’Amour du Christ, François a découvert la beauté du Don du Père et la merveilleuse joie d’être aimé. Cette révélation l’a poussé à partir à la rencontre de tout homme qui est un frère. Jésus-Christ a rempli toute sa vie et toute sa vie fut une réponse d’amour.

Heureux, frères, celui pour qui la Religion est une personne vivante. Sa vie sera une fête perpétuelle. C’est la grâce que je vous souhaite en cette fête de notre Père St François.

Fr Bernard Wadoux, ofm

Date de création : 05/10/2010 * 16:12
avatar
Belen
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 608
Age : 53
Date d'inscription : 15/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de saint François d'Assise

Message par etienne lorant le Dim 16 Oct 2011 - 17:17

J'ai vécu mes premières années de collège chez des Capucins. Le directeur portait encore sa robe de bure... Lorsqu'il y avait eu un problème, il réunissait tout le monde. Un jour, c'était sous la neige. On grelottait, mais lui était tête nue, très digne, personne n'aurait songé à le contredire !

J'ai suivi récemment un reportage sur les Franciscains du Bronx. Extraordinaire !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum