MARTHE ET MARIE

FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Sam 9 Juil 2011 - 9:01


D. Baudis soupçonné de frais non justifiés

Par PC



Dominique Baudis dans l'émission "Face à vous" en 2009.


Médiapart s'est procuré un document de l'URSSAF pointant des notes de frais faisant l'objet d'un redressement.

A peine nommé à ses nouvelles fonctions de Défenseur des droits Dominique Baudis est épinglé par le site Médiapart. Il aurait bénéficié de plus de 36 000 euros de note de frais indues durant sa présidence à l'Institut du monde arabe.

Selon le site d’information Médiapart, l’ancien maire de Toulouse, qui a présidé l'Institut du monde arabe de 2007 à 2011, a fait l’objet en septembre 2010 d’un redressement de l’Urssaf pour "frais professionnels non justifiés" et "dépenses personnelles" au bénéfice de Dominique Baudis.

Dominique Baudis, nommé Défenseur des droits le 22 juin dernier, aurait bénéficié pour plus de 36.000 euros de notes de frais indues, rapporte Mediapart.

Interrogé par Mediapart, M. Baudis s'est défendu en déclarant qu'il ne s'agissait ni "de détournements ni des malversations". Il a expliqué plusieurs de ses notes de frais par des "rencontres avec des gens du monde arabe (...) qui venaient à Paris pour le week-end", tout en regrettant que "l'Urssaf ait procédé de manière un peu globale et systématique".

Le Défenseur des droits a remplacé les 4 fonctions de Médiateur de la République, Défenseur des enfants, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) et la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS).

Dominique Baudis avait été mêlé à une affaire emblématique pour les victimes de rumeurs, lorsqu'il avait été mis en cause à tort, en 2003, par des prostituées de Toulouse dans l'affaire du tueur en série Patrice Alègre.


"On a tort quand on veut rendre la justice dans les salles de rédaction et sur les plateaux de télévision ou au comptoir du café du commerce", a dit le nouveau Défenseur des droits sur Europe 1. "Il y a des gens dont c'est le métier de faire des enquêtes, d'approfondir, de découvrir la vérité", a-t-il relevé, "mais le monde médiatique et les auditeurs sont impatients, et parfois on a tendance à aller plus vite qu'il ne faudrait". Dominique Baudis a dit avoir pris "comme une épreuve de la vie"

http://midi-pyrenees.france3.fr/info/d-baudis-soupconne-de-frais-non-justifies-69582558.html


Dernière édition par Joss le Sam 9 Juil 2011 - 9:19, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

AFFAIRE LAGARDE/TAPIS

Message par Joss le Sam 9 Juil 2011 - 9:17

Lagarde, Baudis : la France d'en haut néglige l'exemplarité

MARIANNE2

Affaire Lagarde-Tapis reporté au 4 août, le Défenseur des droits fraichement nommé, Dominique Baudis, épinglé par l'Urssaff : Philippe Bilger s'interroge sur l'éthique des personnalités nommées au sommet de l'Etat.



(Christine Lagarde - Wikimedia - MEDEF)

La commission des requêtes de la Cour de justice de la République, dans l'affaire Lagarde-Tapie, a reporté sa décision du 8 juillet au 4 août parce que l'un de ses membres, qui serait Laurence Fradin épouse de Pierre Joxe, se serait récusé seulement le 7 au soir (Europe 1). C'est tout de même étrange que cette découverte in extrémis ! Sans rire,
on peut craindre que de report en report, avec les lenteurs judiciaires tenant au remplacement de Jean-Louis Nadal, on finisse par enterrer ce dossier qui semble gravissime.

Selon un nouveau document de la Cour des comptes, que nous révélons,
l'arbitrage en faveur de Bernard Tapie a donné lieu à une série
d'irrégularités budgétaires. En outre, Christine Lagarde a laissé une
bombe budgétaire derrière elle: l'endettement de la France pourrait être
creusé d'environ 4 milliards d'euros, du fait d'opérations publiques de
«défaisance», dont celles concernant l'affaire Tapie.

MEDIAPART
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par gerardh le Sam 9 Juil 2011 - 10:30

_________

bonjour,

Lorsque j'avais reçu quelques cours de droit, on nous avait dit très tôt "qu'un mauvais arrangement valait mieux qu'un bon procès". Par ailleurs le professeur nous avait chaudement recommandé le recours aux procédures de conciliation et même d'arbitrage, que permet la Loi, et avait déploré qu'on y ait si peu recours.


____________

gerardh
Installé
Installé

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 07/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Sam 9 Juil 2011 - 16:48

Ouai.... Ben attendons les "arrangements" pourvu qu'ils ne soient pas "entre amis"
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Cécile le Dim 21 Aoû 2011 - 6:30

Dominique Baudis avait été mêlé à une affaire emblématique pour les victimes de rumeurs, lorsqu'il avait été mis en cause à tort, en 2003, par des prostituées de Toulouse dans l'affaire du tueur en série Patrice Alègre.



Dans ce genre de citation, c'est le mot important qu'il faut mettre en valeur !



Quand on tient au style "tous pourris", il devrait être clair que l'on s'inclut dans le lot...



Il ne faut pas oublier que nos élus ne sont que le reflet de notre société., Et comme certains, trop vertueux, refusent de voter, forcément, ça augmente le risque !!!




avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Dim 21 Aoû 2011 - 6:50

oui..à tort, comme beaucoup d'autres, à tort comme tous nos élus qui ont eu le désagrément d'avoir été pris la main dans le sac

Traitement de faveur que le français LAMBDA ne connait pas

Quand on connait de près certains de ces élus qui ont défrayé la chronique et qui sont innocentés.... Ca met en colère
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Ven 28 Oct 2011 - 19:21

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Ven 4 Nov 2011 - 21:34

Des centaines de millions sont dépensés en toute opacité pour la com' des ministères

Les ministères communiquent à tout va. Entre 2006 et 2010, 600 millions d'euros (hors personnel) ont ainsi été dépensés par les dix ministères ciblés par la Cour des comptes dans un rapport présenté jeudi à la commission des finances des l'Assemblée nationale, présidée par le socialiste Jérôme Cahuzac. La hausse de ces budgets s'élève à 50% entre 2006 et 2009, à peine amoindrie par une baisse de 6% en 2010.

Le rapport, dont francetv.fr avait déjà livré des extraits, se base sur des informations livrées par les ministères, qui n'ont pas tous les mêmes méthodes de comptabilisation. La mission n'en est que plus complexe et sensible: la Cour observe d'ailleurs que le rapport d'audit qui devait être réalisé en 2010 sur ce même thème dans le cadre de la RGPP (révision générale des politiques publiques) a été abandonné pour des raisons obscures.

Au-delà des montants, la Cour a surtout découvert un grand nombre de «procédures irrégulières ou contestables». Notamment en matière de conseil stratégique en communication, une catégorie qui regroupe des recommandations opérationnelles, des coaching ou media-training, voire de l'assistance à la communication de crise. L'affaire fait forcément écho à celle des
l'affaire des sondages de l'Elysée
(toujours pendante devant la justice), lorsqu'en 2009, la Cour des comptes avait pointé un contrat «exorbitant» passé avec la société de Patrick Buisson.





Depenses Com Gouvernement Mediapart


Cette fois, la cible change, mais pas tellement le fond: «La Cour a constaté que certains ministères avaient eu recours à des prestations de conseil et d'assistance en dehors de toute publicité et mise en concurrence.» Principale épinglée: la société Giacometti Péron et associés, dont on savait qu'elle travaillait beaucoup pour l'Elysée et dont on découvre qu'elle travaille également pour Matignon (694.000 euros), Bercy (692.000), le ministère de l'intérieur (200.000), le ministère de l'immigration (181.000), le ministère de la justice (143.000): en tout, la société a encaissé 4 millions d'euros d'argent public depuis le début du quinquennat, relève la députée PS Delphine Batho sur son blog (sans compter les éventuels contrats avec d'autres ministères).

Or certains de ces contrats passés avec Pierre Giacometti, invité de Nicolas Sarkozy au Fouquet's pour fêter la victoire de 2007, posent problème: les trois passés avec Matignon pour environ 700.000 euros ne se sont pas faits, selon la Cour, conformément aux règles de la commande publique.

Matignon invoque, à l'origine de ces contrats, l'utilisation d'une «procédure d'urgence». Mais la Cour ne juge pas l'argument recevable pour l'ensemble de ces contrats qui n'ont pas respecté les obligations de publicité ni mise en concurrence. Delphine Batho demande donc que François Fillon et Pierre Giacometti viennent s'expliquer à ce sujet devant la commission des finances de l'Assemblée.

Brice Hortefeux Brice Hortefeux

Eric Besson Eric Besson© Reuters

Mais des irrégularités apparaissent également dans les contrats signés en 2010 avec le ministère de l'intérieur (époque Brice Hortefeux) et celui de l'immigration (Eric Besson). A propos de ce dernier contrat, la Cour note au passage que «les prestations étant constituées pour l'essentiel des séances d'entraînement du ministre», il n'existe pas de trace de la prestation, alors que dans le marché figurait notamment la production d'un «document stratégique semestriel» ou encore «des notes ponctuelles suggérant des actions de communication».

Confidentialité nécessaire, plaident les ministères

La société de Pierre Giacometti n'est toutefois pas la seule à signer des contrats avec des ministères dans des conditions troubles. L'observation vaut aussi pour Jean-Luc Mano et sa société ONLY, qui a par exemple contracté avec le ministère de la culture et de l'éducation. A chaque fois, les ministères font valoir pour justifier la non-mise en concurrence la «nature particulière», la «sensibilité» des prestations en cause, la relation «intuitu personæ» qu'elles impliquent entre le ministre et le prestataire, ou encore la confidentialité et la discrétion nécessaires. Sans convaincre la Cour.

Celle-ci remarque que jusqu'en 2010, le SIG (Service d'information du gouvernement) offrait aux ministres la possibilité de bénéficier de prestations de «media training» assurées par la société «Expression Conseil». La procédure était adaptée. Mais en 2010, la dépense n'a été que de 1794 euros, correspondant à une seule prestation, au profit de la secrétaire d'Etat chargée des aînés.

C'est ainsi: personne ne saurait remplacer les amis. A ce compte signalons la présence entre les lignes du rapport de Patrick Buisson, dont la société Publifact était au cœur de l'affaire des sondages de l'Elysée, pour laquelle le PS avait demandé en vain une commission d'enquête parlementaire. Cette fois, c'est la chaîne Histoire (filiale du groupe TF1), dont il est le directeur général, qui a bénéficié pour une série d'émissions d'un parrainage du ministère de la culture, dont la Cour juge l'intérêt «peu évident» au vu des sommes déversées par le ministère (environ 150.000 euros en 2009 puis en 2010).

Si Patrick Buisson n'apparaît pas cette fois dans la partie du rapport consacrée aux sondages, ce chapitre n'en est pas moins bien fourni, une fois de plus. Certes, les sondages représentent un pourcentage relativement faible des dépenses de communication, hormis au sein du ministère de la défense (8%), de l'éducation nationale (12%) et de Bercy (11%).

Gérard Longuet, ministre de la Défense, devant une carte d'Abidjan en avril 2011 Gérard Longuet, ministre de la Défense, devant une carte d'Abidjan en avril 2011© Reuters

Mais mis bout à bout, les sondages commandés par les dix ministères auront quand même coûté 30 millions d'euros en quatre ans. Soit une hausse de 40% durant cette période ( 60% au ministère de l'économie et du budget; 90% à la Défense).

Et là encore, la Cour pointe des «conditions d'achat parfois contestables, voire irrégulières». L'institut Médiascopie (dirigé par Denis Muzet), qui analyse les réaction immédiates du public, a ainsi obtenu des marchés (pour la Culture, la Défense, l'Education nationale) sans la mise en concurrence exigée par le code des marchés publics. La Cour regrette des régularisations de commande a posteriori, des défaillances dans le contrôle des prestations et dans la conservation des pièces.

Mais la Cour s'est également intéressée au contenu de certaines études. Elle dénonce le fait que le ministère de l'intérieur ait fait mesurer en février 2008 par Médiascopie non seulement le niveau d'adhésion aux propos du ministre Morin à l'émission «Mots croisés», mais également ceux des autres intervenants. Toujours au ministère de la défense, mais cette fois quand Gérard Longuet était ministre, elle met à l'index un sondage commandé par son cabinet à Opinion Way, dont Mediapart avait révélé l'incongruité, posant des questions sur la progression du Front national, le rôle du premier ministre et le conflit entre François Fillon et Jean-François Copé. Et ce, note le rapport, alors que la DICOD (le service communication de la Défense) avait alerté, sans être entendue, sur ces questions «trop éloignées du périmètre de la Défense».

TF1 choyé

La Cour s'agace par ailleurs des «prestations redondantes» (plusieurs études abordent des sujets identiques à des dates rapprochées). Et s'étonne que des questions, toujours financées par des deniers publics, portent parfois, non pas sur l'action du ministère, mais sur «l'image personnelle du ministre en tant que personnalité politique». En 2010, par exemple, la Sofres teste pour la ministre de l'économie (Christine Lagarde) son dynamisme, sa sympathie, son courage, sa sincérité, ainsi que sa sensibilité politique: droite libérale ou droite sociale. Rachida Dati, ministre de la justice, avait, elle, en 2007, notamment fait interroger sur la manière dont les médias parlaient d'elle.

Ces sondages, toutefois, aussi injustifiés qu'ils puissent parfois paraître, ne constituent qu'une part infime du budget communication des ministères. En matière de gâchis, on peut donc trouver mieux. En juillet 2007, la Cour rappelle ainsi que la campagne de communication visant à inciter les Français à appeler le 15 avait été abandonnée en cours de route. 552.000 euros avaient déjà été réglés aux prestataires retenus. On s'était soudain aperçu qu'il ne servait à rien de demander aux citoyens d'appeler: «Les effectifs des centres ne leur permettaient pas de répondre à ce surcroît d'activité.»

La Cour regrette également que l'efficacité des campagnes de publicité ne soit pas mesurée. En «post-test» (après coup), des enquêtes mesurent leur visibilité, pas leur efficacité. Les ministères n'ont toutefois pas l'air de douter de celle-ci: en termes d'investissements bruts, seuls les groupes L'Oréal, PSA, Vivendi, Mulliez, Renault et France Télécom dépensent plus que l'Etat (ministères et organismes associés).

L'Etat a notamment beaucoup annoncé dans la presse en 2009 (28% du total de ses investissements). «L'engagement pris par le président de la République de doubler les dépenses publicitaires de l'Etat en faveur de la presse écrite a donc été respecté», note le rapport. Mais en 2010, la part retombe à 23%, ce qui fait dire à la Cour que l'évolution de 2009 répondait au souci de respecter l'engagement plus qu'à des considérations d'efficacité. «En 2010, ces dernières semblent être redevenues prépondérantes.»

Selon le SIG, le choix des médias ne se ferait pas en fonction de leur ligne éditoriale, ce que semble confirmer la Cour tout en notant, à l'inverse, qu'il peut arriver exceptionnellement qu'un média refuse une campagne pour des raisons politiques: L'Humanité, en 2010, n'a pas voulu diffuser la communication gouvernementale sur la réforme des retraites.

Martin Bouygues, Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde en 2009 Martin Bouygues, Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde en 2009

Selon le rapport, concernant la presse écrite, Le Monde (22%), Le Figaro (20%) et L'Equipe (17%) bénéficient logiquement au vu de leur diffusion des plus gros investissements. En revanche, s'agissant de la télévision, la Cour note que «la répartition des achats d'espace s'écarte sensiblement de la structure de l'audience ». TF1, la chaîne de Martin Bouygues (ami de Nicolas Sarkozy et invité du Fouquet's), dont la part d'audience s'élevait à 26% des sept chaînes nationales en 2010, a concentré 58% des achats. France Télévisions n'a bénéficié que d'un quart des investissements pour une part d'audience de 44%.

Si le rapport évoque plusieurs facteurs susceptibles de contribuer à cette distorsion (moins de publicité sur les chaînes publiques, les jeunes cibles favorites et plus présentes sur les chaînes privées), la Cour ne s'en interroge pas moins sur la pertinence de ce choix. Une interrogation de plus.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Lun 21 Nov 2011 - 13:11

Aidons le Président Nicolas Sarkozy à lutter contre les fraudeurs !


Sarkozy soutient bien les fraudeurs par sarkophage
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Sam 23 Juin 2012 - 17:44

Et pour ceux qui ont voté à droite et à gauche (bonnets blancs et blancs bonnets "d'âne" : :

LA DROITE :


Le Qatar s'offre le Martinez et le Concorde Lafayette :


Un investisseur qatari vient de s'offrir quatre grands hôtels français, dont le célèbre
- Martinez cannois et
- le Concorde Lafayette de la Porte Maillot à Paris
, renforçant encore la présence de l'émirat dans l'hôtellerie de luxe de l'Hexagone.

Les autres établissements repris sont
- l'Hôtel du Louvre, à Paris, et
- le Palais de la Méditerranée
, à Nice, ont indiqué vendredi des sources proches du dossier.
[...]
http://www.boursorama.com/actualites/le-qatar-s-offre-le-martinez-et-le-concorde-lafayette-543f9ef29809f00560e3b21fc8387a32

Ces sites somptueux s'ajoutent à la longue liste des propriétés qatariennes en France:

- l'hôtel Raffles à Paris (ex-Royal Monceau),
- le Centre de conférences international près des Champs-Élysées, qui deviendra l'hôtel Peninsula, et la Société fermière des casinos de Cannes (27%), qui comprend

deux casinos :
- (Barrière Croisette et Les Princes),
- l'hôtel Majestic et
- le Gray d'Albion.

Le Qatar possède également 35.000 mètres carrés sur les Champs-Élysées, dont :
- la galerie commerciale Élysée 26. La Qatar Investment Authority (le fonds souverain du Qatar) vient d'ailleurs de s'offrir
- l'immeuble de Virgin sur cette avenue mythique, pour 500 millions d'euros.
- Une maison à Marnes-la-Coquette (dans les Hauts-de-Seine),
- l'hôtel d'Évreux place Vendôme (230 millions d'euros),
- le somptueux hôtel Lambert sur l'île Saint-Louis à Paris et
- le Carlton de Cannes sont aussi détenus par ce minuscule mais richissime État du Golfe.

Les investissements qatariens dans l'immobilier de l'Hexagone affluent depuis 2008, date à partir de laquelle les Qatariens ont bénéficié d'un régime fiscal privilégié: ils sont exonérés de taxe sur les plus-values immobilières. Par ailleurs, un Qatarien ne paie pas d'impôt sur la fortune (ISF) durant ses cinq premières années de résidence en France. Des mesures instaurées par NICOLAS SARKOZY, qui a, dès son élection, soigné ses relations avec l'émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani, pour favoriser les relations commerciales entre la France et le Qatar.

"L'émirat vient de s'offrir, pour environ 300 millions d'euros,
- les 23.000 mètres carrés de l'immeuble Neo qui abrite notamment "Le Figaro", 14 boulevard Haussmann, en plein centre de Paris", indique le quotidien qui ne précise pas l'identité de l'acquéreur.

L'immeuble abrite également des services de l'ambassade des Etats-Unis, ajoute Le Parisien.
LA GAUCHE :

Au sommet de G20 de Los Cabos, David Cameron s'est déclaré prêt à dérouler le tapis rouge aux entreprises françaises qui fuiront les 75% de taxes de HOLLANDE.

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

SARKOZY CHEF D'ETAT MAFIEUX

Message par Joss le Dim 6 Jan 2013 - 12:07

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Joss le Sam 15 Juin 2013 - 18:01

Comptes en Suisse : "Un membre éminent de l'actuel gouvernement" serait identifié

Le journaliste Antoine Peillon a eu accès à la liste des politiques de droite et de gauche ayant un compte en Suisse

Jérôme Cahuzac n’était sans doute que l’éclaireur d’un petit peloton de politiques adeptes de l’évasion fiscale. À la suite des accusations du financier suisse, Pierre Condamin-Gerbier, le procureur de Paris, qui découvre les vertus de l’indépendance, a ouvert à la fin du mois de mai une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale. Confiée aux juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, elle vise notamment les activités de la banque Reyl, celle-là même qui a abrité à Genève le compte clandestin de l’ancien ministre du Budget.

   Une quinzaine de noms

Entendu à plusieurs reprises comme témoin par la police et les magistrats dans le cadre de l’affaire Cahuzac, Pierre Condamin-Gerbier, un ancien cadre de la banque Reyl a été aussi entendu jeudi, à huis clos, par le député PS Yann Galut. « Face au pillage de notre épargne par la Suisse, le citoyen a pris le dessus sur le banquier », souligne le parlementaire, rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale.

Pierre Condamin-Gerbier dit détenir une liste d’une quinzaine de noms d’hommes politiques français ayant placé des avoirs dans un ou plusieurs établissements de la confédération helvétique. Désireux de mettre sa famille à l’abri des répercussions d’une telle révélation, il ne l’a pas encore remise aux juges. Mais cela ne saurait tarder. En revanche, à la fin du mois de mai, il a donné copie de certains des documents en sa possession à plusieurs journalistes d’investigation français.

   Droite et gauche

Antoine Peillon, grand reporter au quotidien « La Croix » et auteur l’an passé d’un ouvrage remarqué sur les activités illicites de la banque UBS en France, détient ces pièces. (1) « Quand on découvre les identités des hommes politiques concernés, il n’y a pas vraiment de surprise, souligne-t-il. Les gens de droite sont un peu plus nombreux. À gauche, on trouve diverses personnalités ainsi qu’un membre éminent de l’actuel gouvernement. »

Les circonstances du divorce survenu en 2009 entre Pierre Condamin-Gerbier et la banque Reyl, où il avait le titre d’associé-gérant, sont sujettes à controverse. Le premier assure qu’il n’a pas supporté les pressions de son employeur, qui souhaite faire main basse sur ses clients. La seconde laisse entendre qu’elle ne pouvait plus le conserver du fait que, lorsqu’il était employé par UBS, il avait usé de la carte de crédit de la banque pour ses dépenses personnelles. Manifestement, le financier, aujourd’hui âgé de 42 ans, a été ébranlé par plusieurs ruptures.

En 2007, alors responsable de la délégation UMP pour la Suisse, il avait accueilli Éric Woerth. Le futur ministre venait récolter des fonds auprès des exilés fiscaux pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy. Autant dire que Pierre Condamin-Gerbier a mangé son chapeau en 2009 quand le même Éric Woerth s’était fait le champion de la lutte contre les évadés fiscaux.

   « Sincère »

« Il a eu un parcours atypique, convient Antoine Peillon. Mais c’est un homme sincère et authentique. Il va de soi que les documents en sa possession devront faire l’objet d’un traitement judiciaire et de vérifications approfondies. Mais Pierre Condamin-Gerbier sait de quoi il parle. Il a une véritable réflexion sur la façon dont le système financier suisse a permis à la fraude de prospérer. »

Révélée par Europe 1, l’existence d’un compte-rendu d’une réunion tenue en 2008 dans le cabinet d’avocats parisiens de la banque Reyl donne du crédit aux accusations du financier. Le client évoqué n’est autre qu’une « personnalité politique exposée » désireuse de transférer au plus vite 23 millions d’euros de son compte ouvert chez HSBC vers celui d’un homme d’affaires ami. Et cela en ayant recours à un montage sophistiqué permettant de masquer la circulation des capitaux. Cela n’empêche pas la banque Reyl de clamer qu’elle n’a aucun homme politique français dans son portefeuille.

Il est peu probable que les juges la croient sur parole. Les dirigeants d’UBS n’avaient-ils pas certifié dans un premier temps n’avoir jamais vu dans leurs écritures les fonds dissimulés au fisc français par Jérôme Cahuzac ?

(1) « Ces 600 milliards qui manquent à la France. Enquête au cœur de l’évasion fiscale », éditions du Seuil.
http://www.sudouest.fr/2013/06/15/cahuzac-n-etait-pas-tout-seul-1086148-2690.php
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

CAHUZAC ET LES 15 VOLEURS

Message par Joss le Mar 25 Juin 2013 - 7:33

Pierre Condamin Gerbier, un ancien banquier suisse affirme que 12 à 15 politiques, y compris des ministres, ont des comptes en Suisse. Intégralité de la vidéo.

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FRANCE REPUBLIQUE BANANIERE ou "CUREE" avant faillite ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum