MARTHE ET MARIE

le mariage homosexuel

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Cécile le Mer 24 Oct 2012 - 5:43

Il me semble qu'il y a longtemps que les livres d'histoire parlent des "mignons" de tel ou tel roi... S'il faut préciser l'orientation sexuelle de chacun des personnages historiques ou célèbres, les manuels vont doubler de volume ! Et on sera beaucoup plus instruits ? crazy
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

PEDOPHILES... MEME DROITS QUE LES HOMOSEXUELS ?

Message par Joss le Lun 12 Nov 2012 - 17:52

Les pédophiles réclament les mêmes droits que les homosexuels

Utilisant les mêmes tactiques que les défenseurs des droits des »gay », des pédophiles commencent à vouloir un statut similaire en alléguant que le désir d’enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels.

« Les opposants au mœurs homosexuels ont longtemps prétendu qu’une fois acceptée la reconnaissance de l’homosexualité comme simple »mode de vie » ou orientation sexuelle différente, logiquement plus rien ne serait interdit. Les partisans des »gay » se sont offensés d’une telle position en affirmant que cela n’arriverait jamais. Des psychiatres commencent pourtant à prendre parti pour une nouvelle définition de la pédophilie comme cela fut fait pour l’homosexualité il y a plusieurs années.

En 1973 l’Association Américaine de Psychiatrie (AAP) a déclassifié l’homosexualité de sa liste de désordres mentaux. Un groupe de psychiatres avec le B4U-Act (voir ces liens) a organisé récemment un symposium proposant une nouvelle définition de la pédophilie dans le Manuel de Diagnostic et de Statistiques des Désordres Mentaux de l’AAP.(…) (la suite sur Pedopolis)

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Cécile le Lun 12 Nov 2012 - 18:09

Mon navigateur refuse d'aller sur ce site (pedopolis).

Ne me dis pas, Joss, que les pédophiles demandent à se marier avec des enfants ? scratch
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Joss le Lun 12 Nov 2012 - 18:31

Cécile a écrit:Mon navigateur refuse d'aller sur ce site (pedopolis).

Ne me dis pas, Joss, que les pédophiles demandent à se marier avec des enfants ? scratch

Comme on dit "où ya de la gêne, ya pas de plaisir".... Quand on a mis le doigt dans l'engrenage, ya pas de raison que ça s'arrête

PEDOPOLIS :
http://www.pedopolis.com/blog/les-pedophiles-veulent-les-memes-droits-que-les-homosexuels.html

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Joss le Lun 12 Nov 2012 - 20:02

Ils prétendent qu'il est injuste d'être stigmatisé à cause de son orientation sexuelle.

Utilisant les mêmes tactiques que les défenseurs des droits des ''gay'', des pédophiles commencent à vouloir un statut similaire en alléguant que le désir d'enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels.
Les opposants au mœurs homosexuels ont longtemps prétendu qu'une fois acceptée la reconnaissance de l'homosexualité comme simple ''mode de vie'' ou orientation sexuelle différente, logiquement plus rien ne serait interdit. Les partisans des ''gay'' se sont offensés d'une telle position en affirmant que cela n'arriverait jamais. Des psychiatres commencent pourtant à prendre parti pour une nouvelle définition de la pédophilie comme cela fut fait pour l'homosexualité il y a plusieurs années.

En 1973 l'Association Américaine de Psychiatrie (AAP) a déclassifié l'homosexualité de sa liste de désordres mentaux. Un groupe de psychiatres avec le B4U-Act (voir ces liens) a organisé récemment un symposium proposant une nouvelle définition de la pédophilie dans le Manuel de Diagnostic et de Statistiques des Désordres Mentaux de l'AAP.

Le B4U-Act appelle pédophiles ''les gens attirés par des mineurs''. Le site web de l'organisation déclare que son but est ''d'aider les professionnels de la santé mentale à en apprendre davantage sur l'attirance pour les mineurs et envisager les effets de la banalisation, de la stigmatisation et de la peur.''
En 1998 l'AAP a publié un rapport prétendant ''que le potentiel négatif de relations sexuelles adulte-enfant était exagéré et qu'une majorité d'hommes et de femmes n'avait rapporté aucun effet sexuel négatif au travers d'expériences d'abus sexuels pendant l'enfance.''
La pédophilie a déjà été octroyée d'un statut protégé par le gouvernement fédéral. La loi Matthew Shepard et James Byrd, Jr sur la prévention des crimes haineux répertorie ''l'orientation sexuelle'' comme une catégorie protégée ; elle n'en définit pas pour autant le terme.
Les Républicains ont tenté d'ajouter un amendement spécifiant que ''la pédophilie n'est pas considérée comme une orientation'' ; l'amendement a cependant été rejeté par les Démocrates. Le Républicain Alcee Hastings a exposé que tout mode de vie sexuel différent devrait être protégé par la loi. ''Cette loi se réfère à notre résolution de mettre fin à la violence basée sur des préjugés et pour garantir que tout américain, quelle que soient sa race, couleur, religion, origine, sexe, orientation sexuelle, identité sexuelle ou handicap ou tous ces ''philies'' et fétichismes et ''ismes'' affichés, ne doit pas vivre dans la peur de qui il est. Je presse mes collègues de voter en faveur de cette règle.''
La Maison Blanche a appuyé la loi en disant que, ''au fond, cela ne concerne pas que nos lois ; cela concerne qui nous sommes en tant qu'individu. Cela concerne la valeur que nous nous accordons – si nous acceptons nos différences plutôt que de les autoriser à devenir une source d'animosité.''
En début d'année, deux psychologues canadiens ont déclaré que la pédophilie est une orientation sexuelle exactement comme l'homosexualité ou l'hétérosexualité.

Van Gijseghem, psychologue et ancien professeur à l'université de Montréal, a déclaré aux membres du Parlement, ''Les pédophiles ne sont pas simplement des gens qui commettent un petit délit de temps en temps mais qui sont en proie à ce qui équivaut à une orientation sexuelle, exactement comme un autre individu peut être en proie à son hétérosexualité ou même son homosexualité.''
Il continue en disant, ''Les vrais pédophiles ont une préférence exclusive pour les enfants, ce qui revient au même que d'avoir une orientation sexuelle. On ne peut changer l'orientation sexuelle de cette personne. Elle peut, cependant, rester abstinente.''
Quand on lui a demandé s'il comparait les pédophiles et les homosexuels, Van Gijseghem a répondu, ''Si, par exemple, nous vivions dans une société où l'hétérosexualité était proscrite ou interdite et qu'on vous dise que vous devez faire une thérapie pour changer votre orientation sexuelle, vous diriez probablement que c'est un peu dingue. En d'autres mots, vous ne l'accepteriez pas du tout. J'utilise cette analogie pour dire qu'en effet les pédophiles ne changent pas leur orientation sexuelle.''
Le Dr Quinsey, professeur émérite de psychologie à l'université de Queen à Kingston dans l'Ontario, est tombé d'accord avec Van Gijseghem. Quinsey a dit que les intérêts sexuels des pédophiles vont vers les enfants et, ''Il n'y a aucune preuve que ce type de préférence puisse être changé par un traitement ou quoi que ce soit d'autre.''
En juillet, Harvard Publications Médicales a dit, ''La pédophilie est une orientation sexuelle peu susceptible de changement. Un traitement vise à rendre quelqu'un capable de résister à agir selon ses pulsions sexuelles.''
Linda Harvey, de Mission America, a dit que la pression en faveur de droits égaux pour les pédophiles va devenir de plus en plus courante car les groupes LGBT (lesbian, gay, bisexual, and transgender = lesbien, homosexuel, bisexuel et transsexuel) continuent leurs revendications. ''Tout cela fait partie d'un plan pour inciter à la sexualité des enfants de plus en plus jeunes ; pour les convaincre qu'une amitié normale est en réalité une attirance sexuelle.''
Milton Diamond, professeur à l'université d'Hawaï et directeur du Centre Pacifique pour Sexe et Société, a déclaré que la pornographie infantile pourrait être bénéfique à la société parce que, ''Les délinquants sexuels potentiels usent de la pornographie infantile comme d'un substitut à des relations sexuelles pédophiles.''
Diamond est un conférencier distingué pour l'institut de San Francisco pour Études Avancées de la Sexualité Humaine. Cet institut a plaidé ouvertement en faveur d'une abrogation de l'interdiction des homosexuels dans les forces armées.
Il a établi sur son site une liste de ''droits sexuels basiques'' qui inclut ''le droit de s'engager dans des actes sexuels ou des activités d'une quelconque nature, si tant est qu'elles n'impliquent pas d'actes sans consentement, violence, contrainte, coercition ou tromperie.'' Un autre droit est ''de vivre sans persécution, discrimination ou intervention sociale dans le comportement sexuel personnel'' et ''une liberté de pensée sexuelle, de fantasme ou de désir.'' L'organisation dit aussi que personne ne devrait être ''désavantagé en raison de son âge.''
Des lois sur la délinquance sexuelle protégeant les enfants ont été contestées dans plusieurs états dont la Californie, la Georgie et l'Iowa. Les délinquants sexuels prétendent que les lois qui les empêchent de vivre près des écoles ou des parcs sont injustes car cela les pénalise pour la vie.
Traduction: Hélios pour Pedopolis.com
SOURCE : Northern Colorado Gazette : http://www.greeleygazette.com/press/?p=11517
Source Pedopolis

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Cécile le Mar 13 Nov 2012 - 6:20

En fait, dans tous les cas, le bien des enfants est complètement absent de ces raisonnements...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Mar 13 Nov 2012 - 7:59

Les pédophiles sont des prédateurs qui ne se contentent pas d'un seul enfant. Tous les enfants qui se trouvent sur leur route sont potentiellement en danger. Il faut tout faire pour protéger les enfants.
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Lun 19 Nov 2012 - 9:40

Avec son aimable autorisation, voici le point de vue d'un théologien :

« Le mariage homosexuel ».

Le mariage homosexuel est revendiqué au nom d’un principe d’égalité : « le mariage pour tous ». Pour certains, l’interdire constituerait une véritable « discrimination ». On peut penser que beaucoup de couples homosexuels expriment ainsi une souffrance et traduisent non seulement le besoin légitime de ne pas être méprisés dans la société mais d’être reconnus à part entière, sur le plan social mais aussi juridique. A cet égard, il reste beaucoup à faire, et notamment à aller au-delà des dispositions du Pacs (le pacte civil de solidarité), notamment pour le cas où il y aurait rupture du couple parental. Ce cadre juridique ne saurait être négligé.

L’homosexualité n’est pas un choix volontaire de la personne mais un état de fait. L’homosexualité invite à reconnaître et à respecter la diversité des êtres humains. Il importe de préciser, sur ce point, que l’Eglise catholique ne condamne pas l’homosexualité en tant qu’état de fait et « dont la genèse psychique reste largement inexpliquée ». « Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présentent des tendances homosexuelles foncières. Ils ne choisissent pas leur condition homosexuelle ; elle constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2358). D’où cette question pastorale importante : quel accompagnement spirituel l’Eglise peut-elle proposer aux homosexuels qui décident de vivre en couples ?

Peut-on parler de mariage (union d’un homme et d’une femme selon le Dictionnaire et le langage courant) pour un couple homosexuel ? Y a –t-il équivalence ? – Egalité oui. Identité, sûrement pas. Ce serait remettre en cause le sens du mariage, qui est, selon la loi, la reconnaissance légale de l’union d’un homme et d’une femme. « La différence sexuelle » demeure radicale, avec les conséquences qu’elle entraîne pour assurer et structurer la vie des hommes et l’avenir de l’humanité. Ces données anthropologiques, que tout le monde devrait admettre, sont essentielles. De plus, elles rejoignent l’enseignement biblique du Livre de la Genèse (Gn 2,23 et 1,16-30). Ces textes fondateurs sont riches d’enseignement, au moins sur deux points concernant ce que nous appelons le mariage : celui-ci désigne l’union d’un homme et d’une femme et il est ouvert à la naissance de nouveaux êtres. Employer le même mot « mariage » pour désigner deux réalités foncièrement différentes ne respecte pas ces réalités et introduit, de surcroît, la confusion. Comme si, en France, l’égalité excluait toute différence alors qu’il n’y a égalité que dans le respect des différences. Le Canada préfère parler de « L’Union civile de personnes de même sexe », l’Allemagne de « Partenariat de vie ».

On ne saurait oublier que cette question concerne la vie sociale. N’est-on pas enclin, curieusement, à trop considérer les choses dans la perspective très « libérale » des libertés individuelles, où les repères disparaissent, où chacun réclame « son dû » et devient « son maître à penser » et « son centre de décision ». Certes, il faut être attentif à l’évolution des mentalités et des institutions. Ces questions ont une dimension culturelle et politique indéniable. Elles ne se limitent pas à l’ordre de la nature. On l’oublie parfois. Mais prend-on suffisamment en compte les importantes incidences institutionnelles, éducatives, sociologiques, morales que paraissent entraîner ces modifications ? Ainsi, à terme, le mariage civil ne va-t-il pas être un peu plus « banalisé » et devenir un simple contrat d’union entre individus, indépendant de toute conjugalité ? Et que va devenir la notion de « famille » dans ce contexte ?

A la question du « mariage homosexuel » est souvent liée celle de « l’adoption », généralement au nom de « l’égalité » et « du droit à l’enfant ». Mais ne faudrait-il pas s’interroger, aussi et d’abord, sur « les droits de l’enfant » ?

Il est généralement reconnu que pour structurer sa personnalité une personne humaine a besoin qu’interviennent « image paternelle » et « image maternelle ». Certes, l’homoparentalité est déjà répandue. On parle, pour la France, de 40000 enfants éduqués par des couples homosexuels (selon l’Insee). Sait-on bien quels sont les effets de l’homoparentalité sur l’identité et la croissance de l’enfant ? Faut-il en élargir l’application et l’ériger en principe ? Que d’interrogations auront à vivre, un jour ou l’autre, ces enfants ainsi adoptés, à la recherche de leur origine ! On peut, au moins, se poser la question.
D’autre part, dans quel gouffre d’inconnu engage une naissance extérieure au couple et produite dans des conditions « très artificielles », où « le désir de l’enfant » semble autoriser tout ce qui est « techniquement » possible ? Le nombre d’adoptions étant très limité, et même interdit par certains pays, ne sera-t-on pas tenté, à plus ou moins long terme, de s’orienter vers « la procréation médicalement assistée » pour les couples de « lesbiennes » et vers « la gestation pour autrui » (les mères porteuses) pour « les couples homosexuels » ? Que sera-t-il décidé à ce sujet ?
Au cœur de ce débat, s’inscrit indiscutablement la question du rapport entre parents et enfants. Le sens de « la filiation » est profondément modifié à partir du moment où la filiation n’est plus fondée sur l’engendrement biologique mais sur la simple décision (par définition évolutive, modifiable) des adultes. Les enfants n’ont pas d’autre solution que de se plier inexorablement au choix préalable des adultes.

« Un enfant doit venir au monde d’abord pour lui-même ». En aucun cas, « le désir » de l’enfant » ne saurait prévaloir sur « le droit de l’enfant ».

Au terme de ces brèves réflexions, permettez-moi d’ajouter qu’il n’est pas humiliant d’être minoritaire lorsqu’on croit que des valeurs importantes sont en cause.
Jean RIGAL
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Ven 23 Nov 2012 - 17:49

C'est vrai que l'important ce n'est pas les incantations des intégristes mais les arguments sérieux et réfléchis
Je vous invite à lire l'analyse du Grand Rabbin de France : LIRE ICI
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Ven 23 Nov 2012 - 17:51

Avec son aimable autorisation, voici le point de vue du Père Rigal, théologien :

« Le mariage homosexuel ».

Le mariage homosexuel est revendiqué au nom d’un principe d’égalité : « le mariage pour tous ». Pour certains, l’interdire constituerait une véritable « discrimination ». On peut penser que beaucoup de couples homosexuels expriment ainsi une souffrance et traduisent non seulement le besoin légitime de ne pas être méprisés dans la société mais d’être reconnus à part entière, sur le plan social mais aussi juridique. A cet égard, il reste beaucoup à faire, et notamment à aller au-delà des dispositions du Pacs (le pacte civil de solidarité), notamment pour le cas où il y aurait rupture du couple parental. Ce cadre juridique ne saurait être négligé.

L’homosexualité n’est pas un choix volontaire de la personne mais un état de fait. L’homosexualité invite à reconnaître et à respecter la diversité des êtres humains. Il importe de préciser, sur ce point, que l’Eglise catholique ne condamne pas l’homosexualité en tant qu’état de fait et « dont la genèse psychique reste largement inexpliquée ». « Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présentent des tendances homosexuelles foncières. Ils ne choisissent pas leur condition homosexuelle ; elle constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2358). D’où cette question pastorale importante : quel accompagnement spirituel l’Eglise peut-elle proposer aux homosexuels qui décident de vivre en couples ?

Peut-on parler de mariage (union d’un homme et d’une femme selon le Dictionnaire et le langage courant) pour un couple homosexuel ? Y a –t-il équivalence ? – Egalité oui. Identité, sûrement pas. Ce serait remettre en cause le sens du mariage, qui est, selon la loi, la reconnaissance légale de l’union d’un homme et d’une femme. « La différence sexuelle » demeure radicale, avec les conséquences qu’elle entraîne pour assurer et structurer la vie des hommes et l’avenir de l’humanité. Ces données anthropologiques, que tout le monde devrait admettre, sont essentielles. De plus, elles rejoignent l’enseignement biblique du Livre de la Genèse (Gn 2,23 et 1,16-30). Ces textes fondateurs sont riches d’enseignement, au moins sur deux points concernant ce que nous appelons le mariage : celui-ci désigne l’union d’un homme et d’une femme et il est ouvert à la naissance de nouveaux êtres. Employer le même mot « mariage » pour désigner deux réalités foncièrement différentes ne respecte pas ces réalités et introduit, de surcroît, la confusion. Comme si, en France, l’égalité excluait toute différence alors qu’il n’y a égalité que dans le respect des différences. Le Canada préfère parler de « L’Union civile de personnes de même sexe », l’Allemagne de « Partenariat de vie ».

On ne saurait oublier que cette question concerne la vie sociale. N’est-on pas enclin, curieusement, à trop considérer les choses dans la perspective très « libérale » des libertés individuelles, où les repères disparaissent, où chacun réclame « son dû » et devient « son maître à penser » et « son centre de décision ». Certes, il faut être attentif à l’évolution des mentalités et des institutions. Ces questions ont une dimension culturelle et politique indéniable. Elles ne se limitent pas à l’ordre de la nature. On l’oublie parfois. Mais prend-on suffisamment en compte les importantes incidences institutionnelles, éducatives, sociologiques, morales que paraissent entraîner ces modifications ? Ainsi, à terme, le mariage civil ne va-t-il pas être un peu plus « banalisé » et devenir un simple contrat d’union entre individus, indépendant de toute conjugalité ? Et que va devenir la notion de « famille » dans ce contexte ?

A la question du « mariage homosexuel » est souvent liée celle de « l’adoption », généralement au nom de « l’égalité » et « du droit à l’enfant ». Mais ne faudrait-il pas s’interroger, aussi et d’abord, sur « les droits de l’enfant » ?

Il est généralement reconnu que pour structurer sa personnalité une personne humaine a besoin qu’interviennent « image paternelle » et « image maternelle ». Certes, l’homoparentalité est déjà répandue. On parle, pour la France, de 40000 enfants éduqués par des couples homosexuels (selon l’Insee). Sait-on bien quels sont les effets de l’homoparentalité sur l’identité et la croissance de l’enfant ? Faut-il en élargir l’application et l’ériger en principe ? Que d’interrogations auront à vivre, un jour ou l’autre, ces enfants ainsi adoptés, à la recherche de leur origine ! On peut, au moins, se poser la question.
D’autre part, dans quel gouffre d’inconnu engage une naissance extérieure au couple et produite dans des conditions « très artificielles », où « le désir de l’enfant » semble autoriser tout ce qui est « techniquement » possible ? Le nombre d’adoptions étant très limité, et même interdit par certains pays, ne sera-t-on pas tenté, à plus ou moins long terme, de s’orienter vers « la procréation médicalement assistée » pour les couples de « lesbiennes » et vers « la gestation pour autrui » (les mères porteuses) pour « les couples homosexuels » ? Que sera-t-il décidé à ce sujet ?
Au cœur de ce débat, s’inscrit indiscutablement la question du rapport entre parents et enfants. Le sens de « la filiation » est profondément modifié à partir du moment où la filiation n’est plus fondée sur l’engendrement biologique mais sur la simple décision (par définition évolutive, modifiable) des adultes. Les enfants n’ont pas d’autre solution que de se plier inexorablement au choix préalable des adultes.

« Un enfant doit venir au monde d’abord pour lui-même ». En aucun cas, « le désir » de l’enfant » ne saurait prévaloir sur « le droit de l’enfant ».

Au terme de ces brèves réflexions, permettez-moi d’ajouter qu’il n’est pas humiliant d’être minoritaire lorsqu’on croit que des valeurs importantes sont en cause.
Jean RIGAL
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Ven 23 Nov 2012 - 17:52

avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Ven 23 Nov 2012 - 17:55

Texte de Mgr Batut : LIRE ICI
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Joss le Ven 23 Nov 2012 - 17:56

... Oui et le mot "père" et "mère" disparaitront du CODE CIVIL. C'est des "personnes" qui se marieront

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Joss le Ven 21 Déc 2012 - 13:09



Cette courte vidéo qui explique pourquoi et comment le mariage est une institution qui se fonde sur l’alliance contractuelle d’un homme et d’une femme dans la perspective de la transmission de la vie, est très riche en démonstration.

La réalité est que les auteurs de ce projet infâme travaillent pour un objectif qui est la désintégration de la France, de la famille et bien évidemment du caractère souverain de la nation. La France est en guerre contre un ennemi redoutable qui occupe les postes décisionnels du pays.

Cette loi concerne 0.001 % des personnes… il n’y a donc pas un objectif politique… donc l’objectif est IDÉOLOGIQUE, autrement dit RELIGIEUX.

L’aboutissement de cette tentative de détruire la famille, la société française et le développement des générations, se soldera par un immense chaos. Les nains qui gouvernent en courbant l’échine devant le Prince de ce monde connaîtront probablement le même sort que ce Robespierre qui voulait du sang et la peau de tout ceux qu’il jalousait : on sait comment il a fini ! Ceux qui partent en guerre contre la famille NORMALE ont bien du souci à se faire… et il n’est même pas besoin d’évoquer l’éternité.

En outre, on constatera que ces politiciens gauchistes ne sont nullement gênés par la
journée des PÉDOPHILES, le 22 décembre 2012. Pourquoi protéger ces milieux et se pavaner devant les médias en invoquant la démocratie et les valeurs humanitaires ? LE minimum ne serait-il pas d’interdire une telle ‘fête’ en France et de protéger les enfants de réseaux ultra-protégés par le système des ripoux-blicains ?

Plus nous avançons dans le temps, plus il se fait jour que nous courrons à une immense catastrophe.



La féte aux pédophiles c'est le 22 Décembre

C'est pas encore la "Gay Pride" mais la fête aux pédophiles existe bel et bien.



Célébrée 2 fois par an le jour des solstices, l' "Internationnal Boy Love Day" a pour but de célébrer les relations sexuelles entre adultes et enfants (soit disant) consentants ainsi que de faciliter la reconnaissance de ces relations par la société.

A ce rythme ce n'est plus qu'une question de temps avant que les
[b]les pédophiles ne défilent dans les rues..

En juin 1998, plusieurs pédophiles se sont réunis, tout d'abord en personne puis sur Internet, pour créer l'International Boy Love Day (IBLD), célébrée le 24 juin. Selon eux, cette journée sert à revendiquer « le droit des hommes adultes à avoir des relations sexuelles avec des petits garçons ». Cette campagne voyage sur Internet et, pour célébrer ce jour, ces pédophiles allument des bougies bleues qui leur permettent de se reconnaître dans le monde entier, depuis les Pays-Bas jusqu'en Argentine, en passant par la Belgique, l'Égypte, l'Afrique du Sud, le Mexique, le Canada et les États-Unis.

Les réactions face à l'IBLD ne se sont pas fait attendre. Une partie de la société a préféré ne pas prendre position, trouvant le sujet désagréable. Certains groupes de jeunes, particulièrement en Europe, ont argumenté, au nom de la protection des tendances progressistes, que tous les individus doivent avoir le droit d'exprimer leurs opinions politiques, sexuelles et idéologiques. Certaines organisations de société civile et de défense des droits de l'enfant ont cependant souligné les retombées négatives de cette pratique, qui consiste à forcer les enfants à se soumettre pour satisfaire certains adultes plus puissants et anticonformistes.

Le 30 mai 2006, un groupe de pédophiles a créé un nouveau parti politique enregistré auprès des autorités néerlandaises, le Charity, Freedom and Diversity Party (CFDP). Fondé sur des mouvements de légalisation de la prostitution, cet organisme demande que la liberté de pensée et d'expression, garantie par la Constitution, passe avant les traités internationaux de défense des droits de l'enfant. Le CFDP affirme que ses membres comptent des hommes politiques hollandais importants, des chefs d'entreprise, des pères de famille, des instituteurs, des prêtres et « tous types d'hommes libres qui ont choisi d'exprimer leur sexualité et leur vie érotique à travers des relations libres avec des petits garçons et des petites filles ».

Dans son manifeste, le CFDP demande un abaissement de 16 à 12 ans de l'âge légal pour avoir des relations sexuelles consenties ainsi que la légalisation de la zoophilie, de la pornographie infantile et, bien entendu, de toutes les formes de violences sexuelles contre les mineurs. De plus en plus d'hommes de pays développés, parmi lesquels l'Espagne, la Norvège, les États-Unis, le Canada, l'Australie, l'Angleterre et l'Allemagne, s'unissent à ce mouvement
.



Dernière édition par Joss le Sam 9 Fév 2013 - 13:06, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Dim 23 Déc 2012 - 14:00

La "bêtise humaine" (pour ne pas employer un mot vulgaire) n'a pas de limite
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Dim 30 Déc 2012 - 14:29

Voici quelques réflexions au sujet du "mariage pour tous" :

Depuis quelques temps, nous sommes renvoyés à un sujet qui est devenu d'une actualité brûlante : notre société est saisie de doutes sur des sujets aussi fondamentaux que le mariage et la famille. Il est important que nous prenions le temps du discernement par rapport aux changements législatifs qui nous sont annoncés. Nos évêques se sont largement prononcés.

On a dit que le mariage d'un homme et d'une femme est d'origine religieuse. On a prétendu que c'est un héritage de l'ancien régime où le mariage était placé sous la juridiction de l'Eglise. C'est complètement faux. Il existait bien avant. C'est l'Eglise qui a élevé cette institution au rang de sacrement. Quand un homme et une femme se marient à l'Eglise c'est parce qu'ils reconnaissent que leur amour vient de Dieu. Ils veulent le faire grandir, le rayonner autour d'eux, en particulier auprès de leurs enfants.

Il nous faut donc réagir contre les dérives du prétendu "mariage pour tous" qui tendent à détruire la famille naturelle. Les unions entre personnes de même sexe font partie de leur vie privée. Mais on ne doit pas les institutionnaliser. Chrétiens nous avons notre part à prendre dans ce débat, non pas pour imposer notre point de vue, mais pour apporter notre contribution spécifique ; pour cela, nous nous appuyons sur notre conception de l’homme et de la vie en société que nous recevons de l’Evangile.

On nous a également parlé du "droit à l'enfant" ; c'est complètement abusif. L'enfant n'est pas un objet destiné à combler un manque. C'est ce qui est répondu aux couples qui sont en demande d'adoption. La priorité c'est de chercher des parents pour un enfant et non le contraire. L'enfant a besoin de l'amour d'un papa et d'une maman pour grandir et s'épanouir normalement

Nos évêques dénoncent une polarisation sur ce sujet ; c'est à tel point qu'on en oublie des préoccupations prioritaires de beaucoup de nos concitoyens en raison de la crise économique et financière : fermeture d'entreprises, hausse du chômage, précarité croissante des familles les plus fragiles…
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Joss le Ven 11 Jan 2013 - 8:28


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Tous en prière pour la famille

Message par père JEAN le Dim 13 Jan 2013 - 16:08

avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

MARIAGE POUR TOUS 350 000 PARTICIPANTS ????

Message par Joss le Mar 15 Jan 2013 - 18:11



MARIAGE POUR TOUS 350 000 PARTICIPANTS ????

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

MARIAGE POUR TOUS QUE DES CATHOLIQUES ????

Message par Joss le Ven 18 Jan 2013 - 18:53







MARIAGE POUR TOUS QUE DES CATHOLIQUES ????



_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

MARIAGE POUR TOUS QUE DES PARTICIPANTS DE DROITE ????

Message par Joss le Ven 18 Jan 2013 - 18:56



MARIAGE POUR TOUS QUE DES PARTICIPANTS DE DROITE ????


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

MARIAGE POUR TOUS FACTURE DELANOE

Message par Joss le Ven 18 Jan 2013 - 19:07

Manif pour tous: Bertrand Delanoë envoie la facture, de 100.000 euros, refusée par les organisateurs

MARIAGE GAY - Le collectif organisateur de la "Manif pour tous" a dit mercredi qu'il ne rembourserait pas les 100.000 euros réclamés par la mairie de Paris au ministère de l'Intérieur pour la remise en état des pelouses du Champ-de-Mars, point de ralliement dimanche des opposants au mariage homosexuel.

"On appelle les manifestants à venir replanter, mais les 100.000 euros, on n'a pas les moyens!", a ironisé lors d'une conférence de presse Frigide Barjot, l'égérie du collectif.

"Il est évident en période d'hiver que les pelouses ont souffert. Pour le moment nous n'avons reçu aucune facture de quiconque", a affirmé pour sa part un responsable de la logistique du collectif, Guillaume de Prémare, précisant que les barrières barrant l'accès aux pelouses avaient été retirées par la mairie avant la manifestation. Il était prévu "que l'intégralité du Champ-de-mars, y compris les pelouses, soient utilisée (...) tout cela conformément au dossier technique remis aux autorités", a-t-il ajouté.

Bertrand Delanoë avait demandé ces 100.000 euros de réparation au ministère de l'Intérieur, précisant toutefois que ces dégâts, occasionnés par le piétinement de centaines de milliers de personnes et l'installation d'un podium, restaient "involontaires". [...]
http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/16/bertrand-delanoe-mani-pour-tous-degats-pelouse-mariage-gay_n_2485755.html

Un mot d'ordre circule sur internet :

Que chaque participant adresse un chèque de 0,10 euro à BERTRAND DELANOE : cela remboursera la dette et lui prouvera qu'il y avait plus de 1.000.000 de participants


Dernière édition par Joss le Lun 25 Fév 2013 - 20:24, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par père JEAN le Mer 23 Jan 2013 - 17:05

avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

LES MENSONGES DE TAUBIRA

Message par Joss le Jeu 24 Jan 2013 - 12:46

sur le site /

http://www.legifrance.gouv.fr

les différents termes cités dans le texte de JEAN VERMEER (père, mère, maternel ….) sont effectivement supprimés … Ce me semble un peu gros et choquant. »"

Le Garde des Sceaux ment.

Comme naguère Émile Zola : J’ACCUSE!

Tribune libre de JEAN VERMEER


J’accuse Madame Christiane TAUBIRA, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, d’avoir sciemment trompé les Français le dimanche 13 janvier 2013 sur TF1 au journal de 20 heures de Claire Chazal.

Je vous accuse, Madame, d’avoir sciemment menti aux Français en leur disant ce soir-là, je vous cite : « Le Code civil ne bouge pas sur la filiation, il n’y a pas une ligne de modifiée au titre VII qui concerne la filiation », alors qu’en fait, l’article 2 de votre projet consiste bel et bien à remanier ce titre VII.

Mais votre mensonge ne s’arrête pas là, vous qui avez dit ce soir-là : « C’est un texte de loi qui n’enlève strictement rien à personne, qui ne supprime pas les mots de « père » et de « mère » ».

Quel mensonge énorme ! L’avez-vous donc lu, votre projet de loi ? Il comporte 9 pages, 23 articles. Eh bien, les pages 2 à 9, les articles 4 à 21, consistent en la chasse aux mots « père » et « mère » dans tout le corpus juridique français avec un effrayant esprit de système.

Dans le Code civil, le mot « père » (et « mère ») est effacé plus de 97 fois !!! Et vous dîtes devant des millions de Français, dimanche dernier sur TF1, que le projet « ne supprime pas les mots de « père » et de « mère » » ! Votre mensonge est stupéfiant.

Votre projet est en fait essentiellement une chasse aux mots « père » et « mère », aux mots « homme » et « femme », « mari » et « femme » qu’il s’agit de faire disparaître dans tout le droit français. Et même les mots « beau-père » et « belle-mère ». Et les mots « paternel » et « maternel ». Un comble.

Faire disparaître ces mots de tout le corpus juridique français, c’est l’objectif caché de votre projet, c’est pourquoi vous avez menti aussi effrontément. En effet, votre projet ne concerne pas seulement le Code civil, mais aussi douze autres codes, comme le Code de procédure pénale, le Code des transports, et quatre autres grandes lois (l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante ; la loi sur la fonction publique hospitalière ; la loi sur la fonction publique de l’État ; la loi sur la fonction publique territoriale) car les mots désormais honnis qui ont le toupet d’y figurer doivent en disparaître aussi� (articles 5 à 21 de votre projet).

Par exemple, les mots « paternelle ou maternelle » figurent-ils à l’article 399 du Code Civil ? Votre projet, article 4, 25° est ainsi rédigé : « L’Article 399 est (�) modifié : (�) c) Au dernier alinéa, les mots : « , paternelle ou maternelle, » sont supprimés ; ». Ces mêmes mots figurent-ils aussi aux articles 747 et 749 du Code Civil ? C’est l’objet du 45° du même article 4 de votre projet : « Aux articles 747 et 749 les mots : « entre ceux de la branche paternelle et ceux de la branche maternelle » sont remplacés par les mots : « entre chaque branche » ; ».

Vous n’avez pas craint de supprimer le beau mot de « maternel » de tout le droit français. Vos électrices apprécieront.

Ainsi, ce n’est pas seulement l’accès des homosexuels au mariage que vise dans votre projet de loi. Il veut en réalité enclencher un bouleversement de la société française. Et parce que les Français commencent à s’en apercevoir, vous leur avez menti en leur affirmant le contraire de ce que vous aviez mis dans votre projet de loi.

Madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, Garde des Sceaux : dimanche soir sur TF1, vous avez abusé de manière à vrai dire effrayante de la confiance de millions des Français. Maintenant, vous êtes démasquée. Vous êtes prise en flagrant délit. Il ne vous reste plus qu’à retirer votre projet de loi et à démissionner.

*Jean Vermeer est un citoyen français qui s’est donné le mal de lire votre projet de loi.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10491
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Brève analyse juridique du mariage homosexuel

Message par Fée Violine le Lun 28 Jan 2013 - 13:26

Notre ami Théophane, juriste spécialiste du droit de la famille, a écrit ce texte:

Le collectif « La manif pour tous » regroupe des citoyens d’horizons variés, qui ont en commun l’opposition au projet de loi visant à ouvrir le mariage civil à des couples homosexuels. Il est apolitique et non confessionnel.

De nombreuses raisons justifient l’opposition à ce projet de loi. En particulier des arguments juridiques. Le mariage est en effet, au regard du droit français, à la fois un contrat et une institution. Un contrat en ce qu’il consiste en un accord de volontés. Une institution, surtout, parce qu’il est l’acte fondateur de la famille et qu’il a été conçu comme son socle et le cadre dans lequel elle pourra bénéficier de diverses protections de nature juridique, sociale ou fiscale.
Pour preuve, le mariage n’est pas un simple événement intervenant dans l’intimité des deux époux, mais une cérémonie publique célébrée par un officier d’état civil.(1) Pour cette raison, l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe intéresse l’ensemble des Français. Aussi, tout citoyen, quelles que soient ses opinions philosophiques, politiques ou religieuses, doit pouvoir s’exprimer sur ce sujet.
La liberté de se marier est un principe consacré à la fois par le droit international(2) et par le droit interne.(3) En France, il revêt une valeur constitutionnelle,(4) la Constitution se trouvant au sommet de la hiérarchie des normes juridiques.
La question suivante se pose alors : le mariage homosexuel doit-il être traité sur le terrain de la liberté et de l’égalité ? Aujourd’hui, la définition de l’égalité tend à s’estomper et à perdre toute objectivité au profit d’une conception purement subjective. Plus concrètement, la différence de traitement réservée aux couples hétérosexuels et aux couples homosexuels constitue-t-elle une discrimination à l’égard de ces derniers ? Pour répondre à cette question, il faut préciser deux choses. D’une part, l’égalité consiste à traiter de la même façon des situations identiques : or un couple hétérosexuel et un couple homosexuel se trouvent dans deux situations proches mais essentiellement différentes. D’autre part, l’égalité se conçoit-elle comme une égalité entre personnes ou une égalité entre couples ?
Nous voudrions ici attirer l’attention sur un problème de vocabulaire : le projet de loi désigne le mariage homosexuel sous le nom de « mariage pour tous ». Un tel pléonasme est révélateur du manque d’honnêteté des personnes à l’origine de cette réforme. Le mariage pour tous existe en France depuis 1804 : tout Français ayant atteint la majorité est libre de se marier.(5) Il le peut sous réserve de remplir les conditions posées par la loi. Si l’on suit la logique du gouvernement, l’ouverture du mariage civil aux personnes de même sexe ne constituerait toujours pas un mariage pour tous, d’autres prohibitions au mariage subsistant, notamment la polygamie(6) et le lien d’alliance ou de parenté.(7)
À cela il faut ajouter l’observation suivante : est-ce utile ? Si l’on affirme que le mariage a pour seul but d’offrir une reconnaissance publique à l’engagement stable de deux personnes, la réponse est naturellement affirmative. Si l’on estime, au contraire, que le mariage est intrinsèquement lié à la filiation et a pour objectif de protéger la famille, c’est plus discutable. En définitive, on veut se servir du mariage pour un but différent – aussi louable soit-il – de celui pour lequel il a été institué. Au final, la loi a-t-elle vocation à satisfaire les desiderata d’une partie de citoyens ?
Il faut donc aborder la question de la filiation. On s’aperçoit que le débat de société ne porte pas tant sur le mariage en lui-même que sur la place des enfants. S’il s’agissait seulement de garantir la protection du couple ou d’un de ses membres, le pacte civil de solidarité ainsi que d’autres dispositions législatives(8) suffiraient sans doute. Or, les revendications semblent tourner de plus en plus autour d’un prétendu « droit à l’enfant ».
Une telle revendication est au demeurant choquante. D’abord parce qu’une personne humaine ne saurait être un objet de droit. Ensuite, parce que dans toute procédure d’adoption, c’est l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit être pris en compte. Toutes les règles relatives à l’adoption répondent à cette finalité. La loi pose des conditions particulièrement strictes. Il revient au Tribunal de grande instance d’examiner si elles sont remplies.(9)
Il convient par ailleurs de préciser que l’institution de l’adoption n’a pas pour but de créer un enfant abandonné mais de donner une famille a un enfant qui n’en a pas. La Cour européenne des droits de l’Homme refuse ainsi d’admettre un droit à l’adoption.(10)
À ces considérations, il faut ajouter une constatation : chaque année, environ cinq mille adoptions ont lieu en France dont quatre mille venant de l’étranger. De nombreux États – comme le Brésil ou le Vietnam – se ferment à l’adoption internationale pour faire cesser tout « trafic d’enfants ». Est-il donc souhaitable de penser à confier des enfants à des couples homosexuels alors même que les couples hétérosexuels souhaitant adopter sont plus nombreux que les enfants adoptables ? Est-il également opportun d’imposer arbitrairement à l’enfant un mode d’éducation radicalement différent de celui réservé à la majorité de ses semblables ? Si l’intérêt supérieur de l’enfant ne peut être établi, il ne reste que les revendications des adultes. Doit-on à tout prix les satisfaire ?
Cela nous conduit à nous interroger sur la procréation médicalement assistée et sur la gestation pour autrui. L’admission de cette dernière serait contraire à tous les principes jusqu’alors consacrés par le droit français.(11) En laissant alors subsister la prohibition de la gestation pour autrui, on en arrive à une situation bancale : un « mariage pour tous » avec d’un côté les couples de femmes pouvant avoir recours à une aide médicale à la procréation (à l’étranger) et de l’autre les couples d’hommes demeurant sans enfants.(12) À quoi servirait donc un mariage octroyé sans filiation, sinon à satisfaire une revendication militante ?
Au-delà de ces questions, un problème juridique majeur apparaît. L’adoption crée un lien de filiation qui se substitue à la filiation biologique et la fait disparaître.(13) Le couple adoptant prend la place des parents biologiques. Concrètement, l’adoption par des couples homosexuels reviendrait à désexualiser l’état civil, en y inscrivant qu’un enfant est né de deux personnes du même sexe. Cela n’est ni honnête ni acceptable, le droit ayant pour devoir de prendre acte du fonctionnement du monde pour l’organiser en accord avec sa nature.
Comme l’écrivait récemment un enseignant de l’Université de Paris, « le législateur ne peut pas tout lorsque l’inégalité ne résulte pas de la loi, mais des choses mêmes de la vie. »(14)




(1) Code civil, article 165
(2) Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, article 16 – Pacte international de New York du 19 décembre 1966, article 23 – Convention européenne des droits de l’homme, article 12
(3) Conseil d’Etat, 11 mars 1960 – Cour de cassation, chambre sociale, 7 février 1968
(4) Conseil constitutionnel, décision du 13 août 1993 et décision du 9 novembre 1999
(5) Code civil, article 144
(6) Code civil, article 147 – Code pénal, article 433-20
(7) Code civil, article 161
(8) Comme l’article 14 de la loi du 6 juillet 1989 relative aux baux d’habitation.
(9) Code de procédure civile, article 1171
(10) Cour européenne des droits de l’Homme, 26 février 2002
(11) Code civil, article 16-7 – Code pénal, article 227-12 – Cour de cassation, assemblée plénière, 31 mai 1991
(12) La gestation pour autrui réalisée à l’étranger ne peut produire aucun effet juridique en France (Cour de cassation, première chambre civile, 6 avril 2011).
(13) Code civil, article 356
(14) Alexis Possez, « Le mariage pour tous, ou l’impossible égalité », Recueil Dalloz, 15 novembre 2012, n°39 p. 2616
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: le mariage homosexuel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum