MARTHE ET MARIE
anipassion.com

l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 22 Juin 2007 - 15:52

ACAT/FIACAT: 20 années de lutte contre la torture

La voix des chrétiens

ROME, Jeudi 21 juin 2007 (ZENIT.org) – L’ACAT et la FIACAT fêtent, avec les Nations unies, 20 années de lutte contre la torture (26 juin 1987 – 26 juin 2007).

Un communiqué de la FIACAT rappelle que la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants aura vingt ans le 26 juin prochain : 143 Etats l’ont aujourd’hui ratifiée.

Et cela fera dix ans que l’Assemblée Générale des Nations unies a décrété cette date Journée internationale de soutien aux victimes de la torture.

Pendant ces vingt années, les Etats se sont engagés à ne plus torturer. Des mécanismes de prévention ont été mis en place tant au plan régional qu’international. Pourtant, la pratique de la torture reste un fléau encore trop répandu L’interdit absolu de la torture, qu'il repose sur un fondement moral ou juridique, est aujourd’hui ouvertement remis en cause au nom de la lutte contre le terrorisme.

Plus que jamais, la Fédération internationale de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (FIACAT), dont cette année marque également le 20ème anniversaire, doit être « la voix d'un engagement fort des chrétiennes et des chrétiens afin de défendre cet interdit ».

Rien ni personne ne peut justifier la torture. La dignité humaine est inviolable et indivisible, elle ne peut être soumise à aucune contingence, ni à aucune compromission. Elle est universelle.

La FIACAT appelle donc les Eglises chrétiennes du monde entier à se prononcer publiquement et résolument en faveur du rejet total et inconditionnel de la torture. Il est urgent que les chrétiennes et les chrétiens refusent tout discours légitimant le recours à la torture.

Douze ACAT proposent, pour la deuxième année consécutive, aux chrétiennes et chrétiens de toutes confessions de s'engager à prier pour les victimes de la torture, durant la nuit du 23 au 24 juin 2007.


Dernière édition par le Ven 5 Oct 2007 - 20:06, édité 1 fois

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 5 Oct 2007 - 20:05

http://www.acat.asso.fr/

JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

10 octobre 2007 - Signez et mobilisez-vous
pour un moratoire universel sur la peine de mort !


Pour la cinquième édition de la Journée mondiale contre la peine de mort, la Coalition mondiale contre la peine de mort invite tous les citoyens à se mobiliser pour demander à l'Assemblée générale des Nations unies de voter un moratoire universel sur les exécutions, premier pas vers l'abolition universelle.


Des centaines d'initiatives dans le monde!

Découvrez et rejoignez les centaines d'initiatives dans le monde organisées par les organisations et citoyens abolitionnistes. Théâtre, manifestations, conférences, expositions, conférences de presse...


MANIFESTATION IRAN, HALTE AUX EXÉCUTIONS !

VENEZ MANIFESTER À PARIS
vétus de noir pour dire Non à la peine de mort en Iran à l'occasion de la cinquième Journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre 2007.

Mercredi 10 octobre
14h00 - Place de la Bastille

Venez nombreux pour dénoncer l'accélération des exécutions sous le régime des mollahs et appeler à un moratoire universel sur les exécutions !

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

TORTURE

Message par Joss le Ven 26 Oct 2007 - 17:09

26 oct. 2007

ETATS-UNIS-FRANCE • Visite mouvementée de Donald Rumsfeld à Paris
Quatre organisations de défense des droits de l'homme ont profité de la visite de Donald Rumsfeld en France pour déposer une plainte pour "torture" auprès du procureur du Tribunal de grande instance de Paris.



Donald Rumsfeld AFP

Donald Rumsfeld, ancien ministre de la Défense américain (de janvier 2001 à décembre 2006), était, ce vendredi 26 octobre, en visite privée à Paris.
Il avait été invité à prononcer une conférence au Cercle interallié par la direction de l'édition française de la revue américaine Foreign Policy. La plupart des autres invités à cette conférence étaient des journalistes, (dont deux membres de la rédaction de Courrier International). Devant le bâtiment, une poignée de manifestants ont accueilli M. Rumsfeld aux cris d'"Assassin, assassin !", allusion au scandale de la torture dans la prison irakienne d'Abou Ghraib et aux accusations souvent adressées à M. Rumsfeld d'avoir fomenté la menace des armes de destruction massive irakiennes.

Lors de la conférence, M. Rumsfeld a surtout parlé des relations internationales, jugeant notamment les pays selon leur PIB. Mais il a aussi répondu à quelques questions sur la guerre. A la question "Comment les Etats-Unis doivent-ils gérer la fin de la guerre en Irak, et cette guerre a-t-elle une fin ?", il a répondu : "Il y a une fin : la présence d'une armée étrangère dans un pays n'est pas naturelle. Il y a un problème quand on a la main trop lourde, que l'on est trop directif, mais aussi lorsqu'on n'est pas suffisamment directif. Ne pas être assez directif peut encourager l'insurrection. D'un autre côté, en étant trop intrusif on risque de créer de la dépendance. C'est un dilemme, mais il n'existe aucun guide, aucun mode d'emploi pour cette situation particulière. La solution viendra de l'Irak, une solution qui sera en accord avec la culture de ce pays. Je ne pense pas que l'Irak sera divisé, et je ne le recommande pas."
Sur les relations entre l'Iran et les Etats-Unis, il a indiqué : "Je ne vois pas les choses évoluer vers un conflit."

Quatre organisations de défense des droits de l'homme ont profité de la visite de Donald Rumsfeld en France pour déposer une plainte pour "torture" auprès du procureur du Tribunal de grande instance de Paris. Il s'agit de la Ligue de défense des droits de l'homme (LDH), de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) ainsi que du Center for Constitutional Rights, qui se trouve à New York, et du European Center for Constitutional and Human Rights de Berlin. Théoriquement, la justice française est compétente pour instruire cette plainte, car selon la Convention internationale contre la torture de 1984 et ratifiée par la France, les faits de torture peuvent être poursuivis partout dans le monde, quels qu'en soient les lieux et les auteurs. Mais c'est la cinquième fois qu'une plainte de ce genre est déposée contre Donald Rumsfeld depuis 2001, et aucune n'a encore abouti.
Service Amérique du Nord

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/

Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10404
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Jeu 3 Juil 2008 - 20:46

Les Evêques américains publient un guide contre la torture

Ils réaffirment l’inadmissibilité de cette pratique


ROME, Jeudi 3 juillet 2008 (ZENIT.org) - La torture est contraire au respect de la personne et de la dignité humaine. Telle est l'idée de fond d'un guide d'étude publié par la conférence épiscopale des Etats-Unis (USCCB) qui invite à réfléchir sur les graves implications du recours à cette pratique.

Le guide, préparé pour être utilisé dans les groupes de discussions et dans les centres catholiques, est téléchargeable sur le site de la conférence épiscopale. Il a été présenté récemment dans le cadre du « Mois de sensibilisation contre la torture » lancé par 190 organisations confessionnelles américaines adhérant à la « Campagne religieuse nationale contre la torture ».

Ce texte est le fruit d'une collaboration avec le Bureau de justice internationale et paix de la conférence épiscopale des Etats-Unis.

« L'objectif, a expliqué Virginia Farris, membre consultant au sein de la commission, est de promouvoir une réflexion plus approfondie à la lumière des enseignements de l'Eglise sur cette délicate question, une pratique qui est redevenue dramatiquement actuelle même dans les pays démocratiques ».

Le guide se divise en quatre chapitres: le premier illustre les grandes lignes du Magistère de l'Eglise sur la dignité de la personne humaine; le second aborde le thème spécifique de la torture et explique les raisons de la préoccupation actuelle de l'Eglise, citant en particulier les enseignements de Jean-Paul II et de Benoît XVI; le troisième, qui part de l'invitation de Jésus à aimer ses ennemis, apporte différentes citations de la Bible et de l'Encyclique Deus caritas est. Le dernier chapitre propose des initiatives concrètes pour sensibiliser l'opinion publique sur l'inadmissibilité du recours à la torture.

Le document ne se limite pas à analyser les politiques actuelles du gouvernement américain concernant le traitement des prisonniers accusés de terrorisme. Il dénonce aussi toutes les formes de torture et les interrogatoires définis comme « énergiques » appliqués dans plus de 150 Etats du monde.

Dans l'introduction, il est expliqué que les chapitres sont conçus pour être utilisés en groupes de discussions et dans les cours organisés par les centres catholiques, par les personnes, les familles et autres.

Il est également précisé que ce matériel « veut inciter à la réflexion, à analyser cette question de la torture sous un angle purement moral ».

Ce texte devrait permettre de trouver des réponses à des questions comme: qu'a dit Benoît XVI à propos du recours à la torture dans les prisons? Que dit l'abrégé de la Doctrine sociale de l'Eglise sur la question? Les évêques des Etats-Unis ont-ils parlé de la torture?

On y trouve aussi des réflexions de nombreux évêques catholiques, théologiens et autres commentaires sur la torture et les abus pratiqués sur les prisonniers.

L'appendice du guide reporte le texte d'une lettre écrite en 2007 par Mgr Thomas G. Wenski, président de la commission Justice internationale et Paix de la USCCB, aux membres du Sénat. Cet appendice propose une synthèse de toutes les raisons pour lesquelles l'Eglise s'oppose à la torture.

« L'entrée des catholiques dans le débat public autour de grandes questions de société, explique l'introduction, est due à leur espoir de pouvoir, à la lumière de leur foi, aider à résoudre les problèmes. C'est donc une question de confiance en soi: les gens de foi pensent qu'ils peuvent contribuer de façon vraiment très positive à construire et à transformer le monde qui les entoure ».

Forte de cela, l'introduction affirme que le guide repose sur deux convictions : la première estime que « la torture est une question morale, qui doit être comprise et traitée par des chrétiens »; la seconde qu'« un climat de terreur et de désespoir au sein de la société est une porte ouverte à la torture et aux abus contre les prisonniers, mais que beaucoup de chrétiens peuvent aider à instaurer un nouveau climat, un climat où le respect pour la dignité humaine serait à l'ordre du jour » .

Tout en reconnaissant les difficultés de l'époque actuelle, l'introduction explique qu'en préparant le guide, une question est apparue: « En cette période de défis, est-il encore possible, à la lumière même de graves menaces, pour un peuple et pour une nation, d'agir en faisant preuve de respect à l'égard de la dignité humaine et de mettre en pratique l'Evangile? ».

Pour plus d'informations et de détails sur la position de l'Eglise concernant la question de la torture, consulter le site web de la USCCB: www.usccb.org/sdwp/international/libertyind.shtml

Nieves San Martín

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 4 Juil 2008 - 20:06

l'ACAT a changé d'adresse :
http://www.acatfrance.fr/

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 5 Déc 2008 - 18:01

dans La Croix de demain :


La « foi en actes » des militants de l’Acat

Au sein de cette association, catholiques, protestants et orthodoxes allient foi et engagement au service de la dignité humaine

«
Pendant combien de temps, nous, chrétiens, laisserons­nous défigurer le visage du Christ sans réagir?»
C’est pour ré­pondre à cet appel, lancé au cours d’une conférence par un pasteur italien revenant du Sud-Vietnam, que deux femmes, Hélène Engel et Édith du Tertre, membres de l’Église réformée, créent en 1974 avec quelques amis protestants, catholiques et quakers l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat). Avec, déjà, deux mots d’ordre: action et prière. Aujourd’hui encore, l’Acat reste l’un des lieux visibles de l’engagement des chrétiens au service des droits de l’homme, en particulier contre la torture et les exécutions capitales.
« Les chrétiens n’ont pas la prétention de détenir toutes les solutions dans ce domaine,
précise la présidente de l’Acat-France, Anne-Cécile Antoni. Mais ils ont quelque chose de spécifique à apporter au débat contemporain, à partir des ressour­ces spirituelles dont ils disposent, des concepts d’universalité, d’indivisibi­lité de la personne… »
De fait, ses 10000 militants con­tinuent à mettre en œuvre le pro­jet œcuménique des fondateurs. Comme Mireille Gayet, jeune retraitée de l’enseignement privé, qui s’est engagée il y a une douzaine d’années au sein de l’association au nom de
« la défense de la dignité hu­maine ». Parce que, pour elle, « tout
homme est à l’image de Dieu»
. Au nom de l’Acat, elle est notamment chargée de la rédaction d’une let­tre électronique intitulée Regard persan, recensant et dénonçant les atteintes aux droits de l’homme en Iran, en particulier les exécutions capitales en publique, les lapida­tions et les exécutions de mineurs.
« Cet engagement, je le mène au nom de la foi, et au nom des droits de
l’homme. C’est aussi une action humaniste, puisque la dignité humaine peut être reconnue par des non-croyants », poursuit celle qui s’étonne des réactions négatives essuyées, parfois, à la sortie des églises par certains des militants de l’Acat. «Pour une partie des chrétiens, sché­matiquement, lutter contre la torture n’est pas de leur ressort mais relève de l’action politi­que, constate-t-elle. Pour moi, au contraire, c’est la mission des chrétiens: le torturé, c’est aussi le Christ pendant sa passion.»
L’absence de condamnation absolue par l’Église de la peine de mort la
«met mal à l’aise» . Pour autant, Mireille Gayet ne se sent pas «en décalage»
avec son Église locale, bien au contraire ! À Troyes, son évêque, Mgr Marc Stenger, est membre de l’Acat, et aussi président de Pax Christi France… Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Marie Lager, bénévole au siège de l’Acat à Paris au service d’accueil des demandeurs d’asile, a également toujours conçu
«l’engagement au service des autres» comme in­dissociable de sa foi. Elle adhère d’ailleurs à l’Acat, qu’elle a connue « ado », presque depuis ses débuts.
« Depuis 1978 environ. Dans ma fa­mille, être catholique, ce n’était pas aller à la messe et puis c’est tout: mes parents nous ont transmis une foi en actes»,
détaille celle qui se dit profondément inspirée par les mots du prophète Isaïe appelant les Hébreux à rejeter « les offrandes creuses» et à rechercher plutôt «le droit», à défendre «la veuve, les droits de l’orphelin» . En pratique, elle voit aujourd’hui défiler dans son bureau ceux qui sont « torturés
« Les chrétiens ont quelque chose à apporter, à partir de leurs ressources spirituelles, des concepts d’universalité, d’indivisibilité de la personne… »

ou menacés de l’être, en raison de leur foi, ou de leurs convictions politiques et qui demandent asile à la France ».

Les dossiers ont beau s’amonceler, son admiration pour tous ceux qui

« ont une action militante dans leur pays alors qu’ils mettent leur vie en danger»
reste intacte. «Il est de notre devoir de leur permettre de se reconstruire chez nous après ces épreuves. Cela va de soi», résume­t-elle simplement.
A.-B. H.

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 17 Avr 2009 - 8:20

http://www.acatfrance.fr/appel_urgent_detail.php?id=166

Au Népal, il y a plusieurs années, une jeune fille de 15 ans a été enlevée par l'armée, torturée et assassinée. L'armée le reconnaît, mais la famille ne peut rien faire.

Une transition démocratique fragile

Le Népal a aboli sa monarchie et a proclamé une République démocratique fédérale, en mai 2008. Les Maoïstes sont devenus le parti majoritaire au parlement après des élections au printemps 2008 et ont pris les rênes du gouvernement en août dernier.

Ce changement de régime a marqué la fin d’un fragile processus de paix. Celui-ci avait été engagé avec la signature d’un accord de paix général entre le gouvernement népalais et le parti communiste népalais (maoïste) en novembre 2006. Cet accord avait officialisé la fin d’une guerre civile débutée en 1996, qui avait tué plus de 12 500 personnes.
Un an après les élections, le processus constitutionnel est enfin en cours, mais des aspects importants de l’accord de paix ne sont toujours pas mis en œuvre. L’impunité est répandue et la sécurité publique est très faible.
Le consensus politique auquel étaient parvenus les différents partis s’effrite. Les relations entre les acteurs politiques se sont détériorées. Des éléments fondamentaux de l’accord de paix sont remis en cause.

Disparitions forcées

Pendant la décennie de guerre civile (1996-2006), qui a opposé les rebelles maoïstes et le gouvernement népalais, 1619 disparitions forcées ont été comptabilisées. Les organisations de défense de droits de l’Homme pensent que le chiffre réel est bien supérieur. Une impunité totale règne pour les responsables de ces disparitions depuis lors. L’affaire de Maina Sunuwar est devenue l’une des plus emblématiques au Népal.

Un projet de loi sur les disparitions forcées devait être examiné par le parlement. Le texte vise à incriminer ces infractions et mettre en place une Commission indépendante pour mener des enquêtes. Il représente une avancée vers la fin de l’impunité. Cependant, le gouvernement a préféré contourner le débat public et l’a adopté par décret, alors même qu’il existait des lacunes graves dans le texte et que certaines dispositions n’étaient pas conformes au droit international.

Torture systématique

Le Népal a ratifié la Convention contre la torture en 1991. La torture est interdite par la Constitution népalaise, mais n’est toujours pas incriminée dans la loi pénale. Le seul instrument existant est la loi relative à l’indemnisation d’actes de torture (Torture Compensation Act). Celle-ci définit la torture de manière très étroite. Elle ne la criminalise pas. Elle ne prévoit aucune peine pour un tortionnaire. Elle n’oblige pas les autorités à poursuivre l’auteur présumé de tels actes.

Le système juridique ne prévoit aucun mécanisme effectif de réparation pour les victimes de torture. Celles-ci ne peuvent porter plainte que sur le fondement du crime d’ « agression physique » prévu par le code civil et puni par une amende et/ou une peine très faible. Il n’existe aucune disposition spécifique pour les « agressions » ou les mauvais traitements commis sur une personne en détention.

La loi ne reconnaît que les plaintes de victimes qui ont été déposées dans un délai de 35 jours après l’acte allégué de torture, ou après la sortie de détention. La procédure judiciaire au Népal fait en outre reposer une charge de la preuve excessive sur la partie civile (victime), souvent incapable d’apporter les éléments demandés.

Le Népal n’est pas partie à la Convention sur les disparitions forcées. Il a ratifié la Convention contre la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention relative aux droits de l'enfant et les deux Pactes internationaux relatifs aux droits économiques, sociaux et culturels ainsi qu’aux droits civils et politiques.

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Jeu 18 Juin 2009 - 20:38

Deux appels urgents de l'ACAT (tout le monde peut les recopier, signer et envoyer):

* en Ouzbékistan, on poète dissident en danger de mort :


Monsieur Islam Abduganiyevich KARIMOV
Président de la République d’Ouzbékistan
ul. Uzbekistanskaya 43
Rezidentsia prezidenta
700163 Tashkent
REPUBLIQUE D’OUZBEKISTAN


Monsieur le Président,

Alerté(e) par l’ACAT-France, je suis extrêmement préoccupé(e) par l’état de santé du poète Yusuf Juma actuellement détenu à la prison de Jaslyk.
Sa fille, qui lui a rendu visite récemment, l’a trouvé dans un état inquiétant. Yusuf Juma était couvert de bleus et avait une blessure ouverte à la tête du fait des tortures subies. Il a également été enfermé dans des cellules de quarantaine, en compagnie de détenus atteints de tuberculose.

L'acharnement dont est victime Yusuf Juma et sa famille, et plus largement l'ensemble des opposants politiques et défenseurs des droits de l’homme en Ouzbékistan, est particulièrement inquiétant.

C’est pourquoi nous vous demandons instamment de :
• garantir l’intégrité physique et psychologique de Yusuf Juma et de sa famille ;
• mener une enquête sur les allégations de tortures subies afin que les responsables soient traduits en justice conformément aux normes internationales d’équité ;
• mettre un terme aux agressions et harcèlement des membres de la famille Juma, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’homme en Ouzbékistan ;

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de ma haute considération.


L’ACAT-France appartient à la Fédération internationale de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT) ayant statut consultatif auprès du Conseil de l'Europe et des Nations Unies.

*************************************************************
* au Sri Lanka, des médecins, témoins du conflit, en détention :

Gotabhaya Rajapaksa
Ministry of Defence
Ministry of Defence, Public Security, Law and Order
15/5, Bauddhaloka Mawatha
Colombo 03
SRI LANKA


Monsieur le Ministre,

A la suite d’informations reçues de l’ACAT-France, je vous exprime ma vive inquiétude concernant le placement en détention des docteurs Thangamuttu Sathyamurthy, Thurairaja Varatharajah et V. Shanmugarajah, à Colombo au sein de la Terrorist Investigation Division.

Je vous demande instamment de :
• les autoriser sans délai ni restriction à entrer en contact avec les avocats de leur choix et de leur garantir un droit à un recours effectif devant une juridiction indépendante, notamment la possibilité de contester leur placement en détention ;
• leur permettre de bénéficier sans délai de tous les soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin et de les autoriser à recevoir des visites de leur famille ;
• autoriser sans délai les observateurs indépendants à accéder aux camps de transit pour vérifier le respect des droits de l’Homme ;
• autoriser une commission internationale indépendante à venir enquêter sur les violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire commises par les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE) et par l’armée sri lankaise.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma meilleure considération.


L’ACAT-France appartient à la Fédération internationale de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT) ayant statut consultatif auprès du Conseil de l'Europe et des Nations Unies.

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 5 Nov 2010 - 19:58

À l’attention des adhérents de l’ACAT-France

Bonjour à tous,

A la demande de Monseigneur Stenger, Evêque de Troyes et Président de Pax Christi France, nous vous proposons de témoigner votre soutien aux victimes en relayant l’appel des Evêques d’Irak que vous trouverez ci-dessous. Si vous en avez la possibilité, vous pouvez en faire une lecture publique lors de l’Eucharistie du dimanche 7 novembre.

Nous profitons également de ce message pour vous informer que François Walter, président de l’ACAT-France, passera ce dimanche 7 novembre à 10h sur France 2, dans le cadre de l'émission "Protestants, parlons-en". L'intervention de François, pré-enregistrée, est sous la forme d’un « édito" d'une minute trente. L'émission sera également visible durant une semaine sur le site de France 2 (http://programmes.france2.fr/les-chemins-de-la-foi/index.php?page=article&numsite=42&id_rubrique=44&id_article=15005), rubrique "Revoir les émissions".

Nous vous signalons aussi que l’hebdomadaire La Vie (14 au 21 octobre) a consacré une partie de son encart Les Essentiels à un très beau portrait de Brigitte Vilanova, vice-présidente orthodoxe de l’ACAT-France qui y témoigne notamment de son engagement à l'ACAT.

N'hésitez pas à faire circuler ces informations largement,

Bien cordialement,

Jean-Etienne de Linares
Délégué général de l'ACAT-France

ACTION DES CHRETIENS POUR L'ABOLITION DE LA TORTURE
7 rue Georges Lardennois - 75019 Paris - Tél. : 01 40 40 42 43 - www.acatfrance.fr

--------------------------------------------------------------------------------

Objet : Appel des Evêques d'Irak aux chrétiens de France

Contexte :

Le 31 octobre dernier, en fin d’après midi, des hommes en tenue militaire revendiquant leur appartenance à une mouvance d’Al-Qaida appelée l’«État islamique d’Irak», ont fait irruption dans la cathédrale Sayidat al-Najat, à Bagdad, alors que près de 150 fidèles y étaient assemblés pour célébrer la messe de veille de la Toussaint.

Deux heures après le début de la prise d’otage, des militaires irakiens, accompagnés de militaires américains, ont pris l’église d’assaut. Selon des survivants, plusieurs terroristes auraient réagi en lançant des grenades et en faisant sauter leurs vestes bourrées d’explosifs.

La prise d’otage et l’assaut militaire qui lui a fait suite ont provoqué la mort de 53 personnes dont 46 fidèles et fait près de 60 blessés.

Cette attaque sanglante, qui vise cette fois la communauté chrétienne d’Irak, est symptomatique du climat de peur et de violence dans lequel tentent de survivre les irakiens, musulmans comme chrétiens, tous victimes du chaos politique et des attaques menées par des groupes armés.

--------------------------------------------------------------------------------

APPEL A NOS FRERES DE FRANCE

Notre Calvaire est lourd et il nous paraît long. Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués. Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l'espérance. Cet événement d'une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du Synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c'est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral. Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer.

Sans cela nous nous sentons seuls et isolés.

Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu'à ce que soit passé le fléau.

Que le Seigneur nous protège tous.

Le 2 novembre 2010

+ Athanase Matti MATOKA, archevêque de Bagdad des Syriens
+ Louis SAKO, archevêque de Kirkouk des Chaldéens
+ Emil NONA, archevêque de Mossoul des Chaldéens
+ Basile Geoges CASMOUSSA, archevêque de Mossoul des Syriens
+ Bashar WARDA, archevêque d'Erbil des Chaldéens




Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Mireille le Sam 6 Nov 2010 - 14:52

[i]que pensent nos modérateurs de ces appels répétés de l'acat. Je pense que ce site n'est pas fait pour appelés les gens à manifester, certes je sais tout celà, mais ce site est plutot un site ou nous devons prier pour les gens torturés, pour, l'église persecutée. C'est bien de f aire des manifestations, mais en tant que chrétiens nous devons rester calmes et propager la PAIX; Car toutC es manifestations sont source de conflits et c ertainement de violences PRIONS POUR TOUS CEUX QUI SONT PERSECUTES MIREILLE[i][/elà, ne veut pas dire que nous en sommes indifférents. Mais, les affrontements amènent la violence.MIREILLE

Mireille
Installé
Installé

Nombre de messages : 235
Age : 65
Localisation : bouches du rhone
Date d'inscription : 21/09/2010

http://mireille.barrera5@orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Lun 8 Nov 2010 - 12:28

Mireille, j'ai parlé d'une seule manifestation, au début de ce fil, il y a plus de trois ans.
Prier pour les personnes qui souffrent, certes il faut le faire. Mais si en même temps on peut agir, c'est encore mieux !

Pour revenir à l'actualité:
Est-ce que dans vos paroisses, cet appel des évêques irakiens a été lu hier ?
Je l'ai lu au début de la messe, et le prêtre n'était pas au courant (je veux dire : pas au courant de l'appel. Mais il m'a bien sûr autorisée à lire cet appel). Apparemment l'information n'a pas été donnée partout...

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Mireille le Lun 8 Nov 2010 - 14:15

chère fee violine
non cette lettre n'a pas été lue dans nos paroisses. Il faut dire que je vais dans une' école militaire et le prètre ne m'en a pas parlé ! Peur du regard des autres. Peur de nos prètres! .!

Mireille
Installé
Installé

Nombre de messages : 235
Age : 65
Localisation : bouches du rhone
Date d'inscription : 21/09/2010

http://mireille.barrera5@orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Fée Violine le Ven 10 Déc 2010 - 20:18

Le recours à la torture aujourd'hui dans le monde
Premier rapport annuel mondial de l’ACAT
ROME, Vendredi 10 décembre 2010 (ZENIT.org) - « Plus de la moitié des Etats membres de l'ONU recourent à la torture », dénonce l'ONG, Action des chrétiens contre la torture (ACAT), dans son tout premier rapport annuel mondial, publié jeudi, qui montre aussi du doigt certaines démocraties occidentales.


« Du supplice américain de la baignoire (waterboarding) aux coups de bâton sur la plante des pieds (falaqa) dans les pays arabes, la torture est une pratique endémique et régulière dans le monde, relève l'ACAT dans son rapport.

Dans son étude intitulée « Un monde tortionnaire », où 22 pays des cinq continents sont passés en revue, l'ACAT décrit les méthodes de torture comme celles « de l'Érythrée où se pratique le supplice de la crucifixion, désigné sous l'appellation ‘Jésus Christ', à l'Ouzbékistan où est diffuse la nouvelle méthode de lavement forcé à l'eau et au piment ».

Et si les situations de torture les plus médiatisées concernent journalistes, syndicalistes ou défenseurs des droits de l'homme, il est avéré, selon Anne-Cécile Antoni, présidente d'ACAT-France, que « la majorité des victimes est formée de suspects ordinaires et de détenus de droit commun, qui appartiennent aux catégories défavorisées et vulnérables de la population ».

Dans son rapport, l'ACAT rappelle la définition assez large de la torture que donnent les Nations unies : « Infliger une souffrance aiguë, physique ou mentale, de manière intentionnelle, à la recherche d'un but spécifique, avec l'intervention d'un agent représentant l'État ».

L'organisme donne des exemples en Afrique où « les régimes dictatoriaux ou à tendance dictatoriale, tels que la Mauritanie, le Soudan, le Zimbabwe, l'Éthiopie, l'Érythrée, la Guinée équatoriale et la République démocratique du Congo (RDC), érigent la torture en véritable système d'enquête et de répression au service de l'appareil sécuritaire ».

Et en Amérique latine où « le recours à des méthodes violentes et notamment à la torture demeure très répandu au sein des forces de l'ordre ».

Enfin, l'association relève aussi le danger de certaines législations anti-terroristes qui couvrent une recrudescence de l'usage de la torture : « Le cas de la Tunisie est à cet égard emblématique », souligne-t-elle, alors qu'en Chine, comme en Iran, la torture a souvent pour objectif d'obtenir des aveux en vue d'un procès.

Mais certaines démocraties occidentales sont également montrées du doigt comme l'Espagne où l'ACAT déplore un régime de détention « incommunicado » (lorsqu'un prisonnier n'est pas autorisé à communiquer avec des personnes extérieures à son lieu de détention), qui entraîne un risque de mauvais traitements ; et la France pour sa « politique pénale privilégiant l'adoption de lois répressives » et la surpopulation carcérale.

L'ACAT, créée en 1974, apporte son soutien aux victimes de la torture et sensibilise l'opinion publique sur la torture, la peine de mort et les droits de l'homme. Elle revendique 10 000 adhérents et 40 000 sympathisants.

Pour plus de détails sur le rapport d'ACAT : http://www.acatfrance.fr


Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA PEINE DE MORT

Message par Mireille le Sam 11 Déc 2010 - 19:51

chere fee vilonie j ai b ien lu le compte rendu que tu as mis sur e forum. La peine de mort ne devrait plus du tout exister. En autre aux US, on on a bien l'impression que les peines de mort en live et sous le regard de la famille des deux cotés, a quelque chose de malsain et que le fait de tuer je dis bien tuer un homme ne résoudra jamais les problèmes. Ne parlons pas du COULOIR de la Mort, qui est la chose la plus terrible qui existe quisque que l'on joue sur le physchisme du condamme à mort. Je suis bien d'accord que la torture encore de nos jours ne devrait pas exister et que tout actes de tortures devraient etre punis. Mais, vou s savez comme moi, qu'il y aura de par le monde des tortures et des mies à mort. merci de m'avoir lue. MIREILLE. chapeau [i]

Mireille
Installé
Installé

Nombre de messages : 235
Age : 65
Localisation : bouches du rhone
Date d'inscription : 21/09/2010

http://mireille.barrera5@orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'ACAT (contre la torture et la peine de mort)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum