MARTHE ET MARIE

Passion et mort de Jésus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Passion et mort de Jésus

Message par etienne lorant le Ven 22 Avr 2011 - 18:51

Jn 12:27- Maintenant mon âme est troublée. Et que dire ? Père, sauve-moi de cette heure ! Mais c'est pour cela que je suis venu à cette heure.

Je remarque qu'au moment d'être livré, Jésus, contrairement aux idoles de ce monde, reconnaît tout simplement que son âme est troublée. Et son trouble me rassure. En effet, si le Dieu dans lequel je crois n'avait pas connu l'un quelconque de ces moments où l'homme connaît une détresse qui va jusqu'à lui faire manquer de souffle... je ne sais pas si j'aurais pu croire en ce Dieu-là.

Mais le mien s'est incarné, c'est-à-dire qu'Il s'est retiré Lui-même de sa condition divine, éternelle, ("sans peur, sans nuit, sans mal", énonçait Victor Hugo) afin de s'anéantir dans une chair aussi frileuse que la mienne... A cause de cela, il m'est tout à fait impossible de ne pas croire ! Qu'une nation très puissante écrase une autre au nom d'une divinité quelconque, c'est si banal... mais que Dieu qui ait pris l'initiative de venir à nous, de cette façon-là, qui nous est totalement inconcevable a priori, voilà qui prouve qu'Il doit être cru. Si nous ne croyons pas en ce Dieu qui s'est fait homme, alors ce n'est vraiment pas la peine de désirer croire autre chose.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Prière pour être mieux disposé...

Message par etienne lorant le Ven 22 Avr 2011 - 19:01

'Je trouverai ma joie à leur faire du bien' (Jr 32.41)

C'est à cause de ce désir de faire le bien - mais un désir tout à fait contrarié, que je passe des nuits à prier sans parvenir à trouver le sommeil, ou bien que je me réveille en sursaut, éprouvant, comme au premier jour, la douleur d'une parole reçue ou d'un silence non expliqué.

C'est à cause de ce désir très louable qu'il faut d'abord mourir à soi-même, car sans cela, comment faire du bien à ceux qui vous repousse, qui mente et qui vous persécute ?

Seigneur, en cette Pâques, efface donc en moi l'enregistrement de la mémoire de tous mes souvenirs. Seigneur, fais place nette en mon cœur comme au jour de ma conversion.

Seigneur, que je trouve ma joie à leur faire du bien, mais cette fois en n'ayant ni choisi personne, ni cru une quelconque promesse, ni rêvé d'aucun accomplissement durable.

Jour après jour, mon temps s'accomplit. L'heure approche où je ne serai plus qu'un anonyme parmi cent autres, mais - même si ce n'est qu'en priant dans l'ombre, lorsque j'aurai perdu jusqu'au souvenir du jeune homme que je fus, je te prie Ô mon Dieu, que je sois toujours prêt, l'âme bien disposée par Toi, Ô Seigneur, afin que je trouve ma joie à leur faire du bien !


avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passion et mort de Jésus

Message par etienne lorant le Ven 22 Avr 2011 - 19:12

A l'internaute qui m'a écrit :

'Vous dites des choses vraies sur les rapports de Fils et du Père, mais vous mettez en doute le fait que le Christ ait souffert de la part de Dieu. Pourtant le Psaume 22 (parfois numéroté 21) dans sa première prtie, aurait dû vous convaincre. Il y a aussi le chapitre 53 d'Esaïe, qui est on ne peut plus clair. Voici un texte sur ce thème :

"Le Christ souffrit de la part de Dieu sur la croix.[Esaïe 53] : Il plut à l’Éternel de le meurtrir ; il l’a soumis à la souffrance."

J'ai répondu :

Je ne cherche pas à polémiquer, car de toute manière, que sont les mots devant les réalités invisibles qu'elles voudraient représenter ? Donc, je dirai comme vous et comme Esaïe: "Il souffrit de la part de Dieu pour le péché". On peut le dire ainsi, pourquoi pas ? Qu'il souffrit, c'est évident. D'une façon qu'on n'imagine pas - et dès l'incarnation, évidemment. Sur la croix aussi. Et n'oublions pas la nuit de Gethsémani... Et je suis toujours d'accord. C'est seulement qu'au fond de moi, je vais traduire "de la part de Dieu" d'une façon que je ne dirai pas.

Ensuite, une nouvelle fois relancé, j'ai écrit ce qui suit, et je n'ai plus rien écrit ensuite:

Comment le Christ souffrit de la part de Dieu - Conte

Adam et Eve ayant désobéi, il y eut, un jour céleste, un grand conseil entre les trois personnes de la Trinité. Oh, on n'en vient pas tout de suite à discuter, car le Père, le Fils et l'Esprit passent l'éternité à se communiquer eux-mêmes l'un à l'autre et cela donne, dans les très pâles images humaines, une sorte de danse où chacun tourne autour de chacun avec de grands gestes de révérence et de reconnaissance d'amour. Quand ce fut fini (mais le mot "finir" n'existe pas pour elles), le Fils se proposa et dit : "Voici ce que je ferai, Père, avec le secours de l'Esprit. Je me ferai homme, comme eux en tout sauf le péché, et ainsi, ils ne seront plus détachés, ils reviendront, je les ramènerai, je serai leur berger je les sauverai". Quelles exclamations à nouveau, que de louange pour ce mouvement d'amour, auquel les trois avaient participé et que le Fils, dans sa gloire de Fils et de Verbe, par qui tout fut créé, avait exprimé ! Ils se réjouirent encore. Le Père s'inquiéta cependant de ce que le Fils risquait dans une telle aventure, mais Il se rassura en ayant sondé Abraham: celui-ci eut foi, il n'hésita pas à emmener son Isaac au lieu du sacrifice. Tout ému, le Père arrêta le geste meurtrier d'Abraham, car désormais Il avait confiance: si le Fils, si le Christ s'incarnait (quelle folie !), Lui, ils Le respecteraient. Encore fallait-il trouver une femme digne de recevoir le Verbe qui entre-temps, s'était choisi un nom qui honorait le Père ("Dieu Sauve" ou "Dieu avec nous"), ce qui avait encore entraîné une céleste joie qui dura quelques centaine d'années humaines...

Comme les temps étaient arrivés, le Fils n'hésita pas au moment d'effectuer, avec le concours de l'Esprit, ce grand voyage vers les zones les plus ténébreuses de l'univers afin de racheter l'homme. Le Fils avait expliqué son plan: Il se ferait le plus pauvre d'entre tous, afin de sauver tous les hommes; Il passerait ce temps sur terre dans la plus grande indigence possible de tous les biens terrestres; Il passerait trente ans à féconder silencieusement la terre par sa sainte présence parmi les hommes; ensuite Il les enseignerait, Il les guérirait, Il chasserait les démons, Il endurerait toutes les rebuffades, les incompréhensions imbéciles, les menaces de mort; Il affronterait la mort elle-même puisque le péché avait introduit la mort dans la création, afin de sauver non seulement les hommes mais la création aussi. Il ne choisirait pas la mort la plus facile, mais la plus difficile, la plus douloureuse, la plus abandonnée, car Il voulait partager, aussi, le sort du plus petit des réprouvés qu'on mène à l'abattoir en l'arrachant aux siens.

Que d'émotions là-haut. "Et moi, comment pourrais-je T'abandonner, mon Fils, dit le Père ?" Mais le Fils lui répondit: "Parce que notre triomphe sera tel, mon Père, que non seulement Tu ne perdras pas ton Fils, mais Tu auras les hommes, de toutes les générations, comme une multitude d'enfants invités à notre propre banquet dans le Paradis". Quel gloire encore pour le Fils par un dessein si élevé et si beau !

Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous, plein de gloire et de vérité. Et nous recevons de Lui grâce après grâce. L'épisode terrestre dura un centième de millième de parsec sur le temps céleste mais avec un résultat si extraordinaire que la création toute entière commença de se renouveler, au point que les hommes se mirent à se dire entre eux: ne serait-ce pas bientôt la fin du monde ?

C'est donc ainsi que le Fils, si l'on s'en tient au langage d'Isaïe, traduit de l'hébreu en grec, puis en latin, puis en français, souffrit "de la part de Dieu". C'est ainsi qu'il nous arrive à nous aussi, nous qui sommes devenus enfants de Dieu de souffrir de la part du Père, dans les épreuves qui nous sont données pour progresser. Cependant, combien de saints et de saintes, à l'imitiation du Fils, désirèrent - alors même que cela n'ajouterait rien à l'œuvre de la Croix - imiter le Fils dans son holocauste ! Ils en demandèrent la grâce, et l'obtinrent - mais avec des adoucissements (car ils n'auraient pu y survivre).

Lorsqu'on me dit, à moi qui ai vu, un dimanche matin, le regard de Jésus en croix, posé sur mon chagrin, lorsqu'on m'affirme que le Fils a souffert pour satisfaire la Justice du Père, je comprends dans ces mots exactement ce que ma toute petite expérience de l'Amour me permet de comprendre. Pour moi, j'ai renoncé au bonheur humain. Comme écrivait Cesbron, j'en étais pourtant digne, mais ayant croisé le chemin du Fils, je ne voulus plus y avoir droit et je choisis la Joie...
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passion et mort de Jésus

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum