MARTHE ET MARIE

Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage !

Message par Joss le Jeu 21 Avr 2011 - 18:24

DEUXIÈME BÉATITUDE


«Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage !» MATTHIEU 5,4


LA VIVE FLAMME D'AMOUR

Une bûche jetée au feu ne se détruit pas mais se transforme, cesse d'être ce qu'elle était, et devient matière ignée et lumineuse. L'écorce brûle la première et se fait lumière, ensuite le feu pénètre toutes les couches de cette bûche et consume chacune de ses fibres, pour en arriver enfin au coeur et

«convertir»ce bois, d'abord opaque et lourd, en un feu brillant et vif.

Ainsi en est-il de l'âme que l'amour pénètre. Elle se transforme d'abord superficiellement, puis ensuite, si elle est fidèle, dans toutes ses profondeurs. L'amour fait d'abord disparaître l'écorce de l'âme en la libérant des choses extérieures et, ensuite, il y pénètre pour transmuter toutes ses facultés.


DOUCEUR ÉTEINT VIOLENCE

La première étape de ce profond changement intérieur est la parfaite douceur dont parle la seconde Béatitude. La pauvreté en esprit a prépare puisqu'elle écarte la convoitise, qui est la source la plus fréquente de la colère.

L'apôtre SAINT JACQUES a dit :


«D'où viennent les guerres, d'où viennent les batailles parmi vous ? N'est-ce pas précisément de vos passions, qui combattent dans vos membres ? Vous convoitez et ne possédez pas ? Alors vous tuez. Vous êtes jaloux et ne pouvez obtenir ? Alors vous bataillez et vous faites la guerre»JACQUES 4, 1-2


... Mais ce désir de posséder étant calmé, l'âme est toute disposée à la tranquillité de la douceur.


LA DEUXIÈME BÉATITUDE ET LES DONS

SAINT AUGUSTIN associe le Don de piété à la Béatitude de la douceur et SAINT THOMAS D'AQUIN affirme que les Dons de conseil, descience et de force


contribuent à sa réalisation.


Les Dons de conseil et de force , qui gouvernent et élèvent notre esprit pratique, répandent leur lumière sur les Béatitudes de la vie active, qui sont les cinq premières qu'énumère SAINT MATTHIEU 5, 3-7; et ces Dons sont des guides indispensables dans cette importante étape de la vie spirituelle. Le Don de force contribue aussi à la douceur parfaite, car il règle les mouvements du caractère et du tempérament. La douceur est fille de la lumière, de la force et de l'onction qui touche le coeur.


DOUCEUR, SCIENCE ET CONSEIL


La douceur est fille de la lumière

, car il n'y a dans l'homme ni vertu ni action qui ne doive être dirigée par le Don de science : dans l'ordre humain, la prudence acquise par expérience éclaire et dirige toutes les vertus ; dans l'ordre surnaturel, toutes les vertus sont dirigées par la prudence reçue d'en-Haut. Or dans l'ordre surnaturel, au plan supérieur et très parfait des Dons, toutes les actions de la vie active sont éclairées par la lumière infaillible des Dons de conseil et de science.

Grande est la différence entre la lumière que notre raison, même renforcée par les vertus, répand sur notre vie de tous les jours, et la lumière qu'y répandent les Dons de conseil et de science.

«Les pensées des mortels sont timides et nos desseins instables SAGESSE 9,14

dit l'Écriture. Ces imperfections de la nature humaine posent, pour ainsi dire, leur sceau indélébile jusque sur les vertus surnaturelles. Le travail de la raison est lent et laborieux. Que d'ombres ! Que d'incertitudes !! Que de conjonctures ! Mais la lumière des Dons exclut l'incertitude et l'erreur.

«Heureux l'homme que tu reprends, Yahvé, et que tu enseignes par ta loi PSAUME 93,12


DOUCEUR ET FORCE

La douceur est aussi fille du Don de force : par ce Don, en effet, caractère et tempérament se préparent à recevoir docilement les mouvements du Saint-Esprit. L'âme qui pratique seulement la vertu de mansuétude ne s'irrite pas si on l'offense, tandis que l'âme où le Don de force opère, non seulement renonce à la vengeance, mais, avec une merveilleuse sérénité, se réjouit de l'injure essuyée.


DOUCEUR ET PIÉTÉ

Alors, pourquoi le Don de «piété» qui remplit l'âme d'affection
filiale envers Dieu


et influe sur nos relations avec le prochain, doit-il agir de manière immédiate dans la seconde Béatitude ? C'est que la mansuétude se présente sous deux aspects : elle nous rend plus parfaits nous-mêmes et établit un paisible équilibre dans notre manière de traiter avec nos semblables. Sous ce dernier aspect, la mansuétude dépend du Don de piété.

L'on comprend plus clairement la fonction de ce Don dans la seconde Béatitude si l'on examine les motifs de réfréner la colère, qui correspondent à la vertu ou au Don. Tandis que la vertu envisage le bien auquel la colère fait obstacle, le Don de piété oppose, de manière divine, à toute réaction désordonnée l'antidote d'un attachement filial envers Dieu, comme si l'indicible mansuétude de Dieu se répandait dans l'âme, semblable à une onction sainte, pour la remplir de calme.


JÉSUS, DOUX ET HUMBLE DE COEUR

Sous l'influence du Don de piété, la douceur envahit l'âme, parce que Dieu est la douceur même , parce que JÉSUS apparut ici-bas rempli de mansuétude et qu'Il déversa sur tous a suavité de Dieu lui-même. La mansuétude de JÉSUS fut celle d'une victime qui ne fit entendre aucune plainte en étant immolé et qui, sur l'autel du sacrifice, pria pour ses bourreaux.

Fille de la lumière, de la pureté et de l'onction, la mansuétude dont il est parlé dans la seconde Béatitude comble le coeur d'une douce tranquillité parce que le Maître a dit :

«...Je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez soulagement pour vos âme» MATTHIEU 11,29

Celui qui a atteint cette parfaite douceur remplit de suavité ses rapports avec Dieu en qui il voit un Père, avec le prochain en qui il voit un frère, et avec son âme en laquelle il reconnaît l'image de Dieu et le souffle du Très Haut.


«ILS RECEVRONT LA TERRE EN HÉRITAGE»

Qui pourra jamais dire jusqu'à quel point cette douceur favorise la vie spirituelle ? A ceux qui ont atteint cette parfaite mansuétude, JÉSUS-CHRIST offre comme récompense
la terre en héritage. Il s'agit là, bien entendu, de la «terre des vivants» dont parle souvent l'Écriture. Mais en fait, en quoi consiste cet héritage ?

Il n'y a qu'une seule récompense aux oeuvres de salut, Dieu Lui-même[/size]
, ce trésor qui rend heureux le juste. Mais cette récompense étant infinie, on ne le possède que par degrés, qui vont se multipliant indéfiniment sans jamais l'épuiser. Il n'y a que Dieu, l'Infini Lui-même, qui puisse épuiser, si l'on peut dire, l'infinie plénitude de sa propre félicité. Chaque récompense promise par les Béatitudes contient le trésor divin à des degrés divers et sous de multiples aspects qui correspondent aux mérites des humains. A ceux qui ont renoncé aux choses de la terre, est attribué le droit au royaume des cieux ; à ceux qui ont progressé plus avant et atteint la sérénité de la douceur, la «terre des vivants»[/size] est offerte, c'est-à-dire la substantielle réalité des biens éternels.

Possession implique tranquillité et assurance ; posséder la terre, c'est jouir en
paix et avec assurance
des biens éternels. Les hommes luttent et se livrent aux excès de la colère pour s'assurer la possession des biens terrestres. Le Maître nous enseigne que c'est par la force de la douceur que les âmes s'assurent la possession des biens éternels.

La plénitude de cette possession est le ciel ; mais c'est dès cette vie que nous commençons à recevoir la récompense due à la mansuétude. Comme les eaux cristallines d'un lac que ne ride aucun vent reflètent sans cesse l'image exacte du ciel, l'âme que n'agite aucun souffle de colère possède sans le perdre jamais, le Dieu du silence et de la tranquillité.


VERS LA MAÎTRISE DE SOI

Et en possédant Dieu, l'âme se possède elle-même par la sainte mansuétude . La colère nous fait perdre la maîtrise de nous-mêmes, trouble la paix et l'harmonie de notre monde intérieur, tandis que la douceur maintient une paix inaltérable en notre intérieur et l'âme peut ainsi s'asseoir tranquille, comme jadis les Israélites au pied de la vigne et du figuier, pour savourer les fruits du Bien-aimé.

La force subjugante de la douceur s'étend au-delà de nous-mêmes, attire
les âmes
et entraîne à sa suite les coeurs même les plus endurcis, comme le faisaient les magiques mélodies d'Orphée qui entraînaient à leur suite les arbres des forêts et les unissaient en un cortège triomphal.


VIRILITÉ CHRÉTIENNE

Merveilleuse douceur que l'on croirait faiblesse et qui n'est que force ; qui réussit en tout sans violence et sans bruit ; qui maintient la paix sans coup férir et qui entraîne après elle, par des liens indescriptibles et très doux, non seulement les humains, mais Dieu Lui-même. Qui donc pourra jamais s'opposer à la douce violence de la mansuétude ?
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum