MARTHE ET MARIE

7ème dimanche du temps ordinaire

Aller en bas

7ème dimanche du temps ordinaire

Message par père JEAN le Lun 14 Fév 2011 - 8:10



Sermon sur la montagne




Textes bibliques du 20 février : Lire ici


Dans l'évangile de ce jour, Jésus part d'une loi de l'Ancien Testament : "Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, dent pour dent." A l'époque cette loi visait à freiner la vengeance disproportionnée. La victime ou sa famille devaient se contenter d'un minimum de vengeance. On sait ce que la rancune a pu donner en Corse et dans certains pays où sévit la guerre civile. La volonté de Jésus c'est de casser cette spirale de la violence. Il nous adresse des paroles fortes qu'il nous faut accueillir telles qu'elles sont. Mais en même temps, nous devons faire très attention à la manière dont nous les interprétons. Il n'est pas question de laisser courir les racketteurs et les voleurs. Quand des enfants sont victimes de violences, il faut leur demander de le dire. Notre responsabilité c'est de les protéger.


Aujourd'hui, Jésus voudrait nous inviter à faire un pas de plus : N'ajoutez pas de la haine à la haine ; arrêtez cette montée de la vengeance qui ne fait qu'attiser la haine. Nous en avons un exemple très fort dans la vie d'Edmond Michelet. Quand il a été dénoncé et envoyé en camp de concentration, il a écrit à sa famille : "Il nous faut pardonner ; c'est la seule attitude qui convienne à des chrétiens." Lui-même a fini par rencontrer le jeune qui l'avait dénoncé et il lui a pardonné. Ce témoignage rejoint celui du Christ sur la croix : "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font." C'est auprès de Jésus et en lui que nous trouvons la force de pardonner comme lui et avec lui.


Ce que le Christ attend de nous c'est précisément que nous aimions comme lui-même nous a aimés. Quand nous lisons les évangiles, nous le voyons accueillir tous ceux et celles qui viennent à lui ; il n'a pas hésité à s'approcher des lépreux alors que c'était formellement interdit par la loi de Moïse ; il est allé chez les pécheurs ; il a pardonné à ces bourreaux. Son amour était si grand qu'il a livré son corps et versé son sang pour le salut du monde. Dans l'évangile de ce jour, il nous adresse des paroles fortes : "On vous a dit… Moi je vous dis." C'est une manière de montrer à tous qu'il parle avec l'autorité de Dieu. Et il ne se contente pas de parler. Il nous montre l'exemple ; il est celui qui aime ses ennemis et prie pour eux. L'amour vrai ne calcule pas ; il donne jusqu'au bout et sans mesure. Il n'est plus question d'en rester au permis ou au défendu. L'important c'est d'aimer toujours et partout, comme le Christ et avec lui.


"Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait", nous dit encore Jésus. Cette parole rejoint celle de la première lecture : "Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint." Cette sainteté ne doit pas être envisagée comme un ensemble de performances et de sacrifices mais comme une participation aux dispositions de Dieu lui-même. Cet appel s'adresse à tous et pas seulement à une élite. Jésus vient apporter un complément. S'adressant au jeune homme riche, il lui dit : "Si tu veux être parfait, suis-moi." Etre parfait c'est suivre le Christ en aimant ses ennemis, en priant pour eux et en pardonnant.


Etre parfait, c'est un long chemin, et nous savons bien que nous sommes loin du compte. Mais un autre jour, Jésus a dit : "Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs." S'il faut être parfait pour entrer dans le Royaume de Dieu, il est clair que pour l'homme livré à ses seules forces, c'est impossible. Mais pour Dieu, tout est possible. Son amour est plus fort que tout ce qui fait obstacle à la perfection. Pour devenir saint, il suffit d'accueillir le Christ dans notre vie et de le laisser s'occuper de nous. Lui seul est capable de nous libérer de la haine, de l'orgueil et de l'égoïsme. Il ne cesse de nous appeler à un renoncement qui dépasse nos possibilités humaines. Ce qu'il veut pour nous, c'est la vie, la vraie vie.


Cela vaut la peine de nous mettre en marche à la suite du Christ, le seul juste qui nous ouvre les portes de la vie divine. Il s'agit d'accueillir son Esprit Saint et de nous laisser transfigurer par notre relation avec lui. Et l'un des lieux privilégiés où s'établit cette relation c'est la prière. Ce n'est pas pour rien que Jésus nous invite à prier pour ceux qui nous persécutent. En écoutant cet évangile, nous pensons tous à l'actualité vertigineuse de ces dernières semaines. Alors plus que jamais, nous nous tournons vers le Seigneur. C'est à lui que nous le devons "si le désir de s'entendre l'emporte sur la guerre, si la soif de vengeance fait place au pardon et si l'amour triomphe de la haine."


Cette vie, Seigneur, tu viens de la développer en nous par l'eucharistie. Nous te rendons grâce pour cette merveille. Oui, Seigneur, viens vivre en nous. "Alors, avec toi, par toi et en toi, notre vie sera amour pour le Père et pour tous nous frères." Amen



avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum