MARTHE ET MARIE

Une journée comme une autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une journée comme une autre

Message par etienne lorant le Mer 12 Jan 2011 - 9:29

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,29-39.
En quittant la synagogue, Jésus, accompagné de Jacques et de Jean, alla chez Simon et André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit avec de la fièvre. Sans plus attendre, on parle à Jésus de la malade.
Jésus s'approcha d'elle, la prit par la main, et il la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous les malades, et ceux qui étaient possédés par des esprits mauvais.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit toutes sortes de malades, il chassa beaucoup d'esprits mauvais et il les empêchait de parler, parce qu'ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, bien avant l'aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche.
Quand ils l'ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Mais Jésus leur répond : « Partons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle ; car c'est pour cela que je suis sorti. »
Il parcourut donc toute la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues, et chassant les esprits mauvais.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Voici donc une journée bien remplie à Capharnaüm. Tellement bien remplie qu'il est impossible de fixer sa fin. Elle commence à la synagogue, se poursuit dans la maison de Pierre. Peut-être ont-ils pris un peu de repos après le repas? Ensuite, Jésus n'a plus besoin de sortir, car c'est la ville entière qui vient le voir le soir venu. Ici, je m'arrête car je note qu'en dépit du fait qu'ils ont reconnu Jésus comme un homme hors du commun, les habitants de Capharnaüm attendent le soir pour venir avec leurs malades et ceux qu'ils jugent habités d'un mauvais esprit. C'est tout de même le travail avant tout, le travail avant la guérison ou le salut: n'est-ce pas un travers commun chez les hommes de tous les temps ? De se dire: ce que je peux obtenir par moi-même, je le connais, mais ce que je peux gagner de la part de Dieu, c'est autre chose... C'est la foi avec le doute, ou la foi avec l'esprit du gain. C'est en tout cas très loin de la foi qui dit: "Tout vient de Dieu. Je me dois à Dieu d'abord, ensuite à mes préoccupations humaines".

Du coup, on se presse devant la maison. Les guérisons et les signes sont si nombreux que, dans la nuit, le Seigneur se retire dans la montagne. C'est là qui se régénère dans le seul-à-seul avec le Père. Recherché par ses disciples, il décide de ne pas revenir mais de poursuivre sa route vers d'autres villages. Lorsque j'en suis arrivé là de ma lecture, je me suis dit qu'il n'en pouvait être autrement: le Christ se livrerait à tous et à toutes sous l'apparence physique de l'hostie consacrée, afin d'être disponible à tous ceux et toutes celles qui voudront s'en remettre à lui. Les fidèles - qui ne sont que de pauvres gens mais qui ont reconnu le besoin d'être soutenu, pourront désormais commencer leur journée par l'Eucharistie et recevoir ainsi toutes les forces nécessaires pour bien vivre leurs journées.

Il me semble que cet épisode est un des plus faciles à lire qu'il m'ait été donné depuis longtemps. La seule chose qui m'est difficile, ce n'est pas de consacrer du temps à rédiger un partage, mais c'est tout bonnement de me décider à m'y mettre, car à chaque fois, depuis que j'ai commencé, la même question se pose : 'Mais que vais-je pouvoir dire là-dessus ? Tant de grands sont passés avant moi !" Et finalement, c'est la joie qui m'y pousse ou m'y attire de façon irrésistible.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une journée comme une autre

Message par père JEAN le Mer 12 Jan 2011 - 9:50

Un jour, j'ai entendu une homélie d'un père de l'abbaye d'En Calcat ; tous savaient qu'il allait commencer par une pointe d'humour et ça n'a pas manqué : Il commence donc par cette exclamation : "Quelle idée a eu Jésus de guérir une belle-mère !"
Ceci dit, il y a un verbe qui risque de passer inaperçu : c'est "Jésus la fit lever". Dans la langue d'origine c'est le même mot que "ressusciter". Après sa mort, Jésus s'est "relevé d'entre les morts". Il nous a ouvert un passage pour que nous puissions le suivre

Je vous propose la vidéo de Webtvcn

avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum