MARTHE ET MARIE

Au commencement...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au commencement...

Message par etienne lorant le Ven 31 Déc 2010 - 13:26

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu.
Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.
Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce :
après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Superbe texte, qui mériterait que l'on en relève tous les mouvements intérieurs et les envoûtants rappels. "Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui" : cette seule phrase me transporte dans un univers inconnu que je voudrais mieux explorer.

Mais dans l'état d'esprit où je suis maintenant, comme je veille à me tenir droit, à ne plus me laisser tourner la tête par aucun bruit du monde, ce commencement de l'Évangile de Jean me donne d'abord cette assurance:
'Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu'.

Dès lors, que je ne m'inquiète plus si je me sens isolé dans un siècle qui a tant renié Dieu. En reniant Dieu, il s'est mis à errer, pour finalement se retrouver sur la large, très large voie qui conduit directement au précipice. Comme ils sont nombreux, de nos jours, les hommes de bonne volonté auto-proclamée, qui nous assurent pouvoir donner le bonheur à tous ! Ils nous sont bien connus, ils occupent les écrans, les gazettes, les radios. Ils sont assez savants, assez tolérants et assez sages pour se prétendre les garants de la paix entre toutes les croyances et les cultes. Comme ils sont justes ceux qui ne croient pas en l'Amour !

Et tous, avec leurs bonnes pensées, leur prestige, leur renommée, leur argents et leur agents, viennent de tous les côtés se rejoindre sur la grande autoroute de la modernité, du consensus, du bon sens humain : c'est la grande voie commune, celle de la perdition, du grand jamais éternel !

Pour terminer cette année, j'ai gardé une note de Julien Green qui m'a bouleversé, que j'ai trouvée peu après le moment où j'ai ressenti que je devais de nouveau changer, et avec force. Je vous la cite, elle me tiendra lieu de commentaire pour aujourd'hui:

JG 26 janvier 1944
"L'autre jour, en pensant à la bonté du Christ, une âme religieuse que je connais a eu devant les yeux une sorte de représentation si précise et si vive que les mots ne peuvent en donner qu'une faible idée. Elle a vu d'abord une foule de gens qui semblaient à la fois pressés et malheureux et qui tous se dirigeaient du même côté. Elle a compris qu'ils étaient malheureux parce qu'ils avaient perdu la grâce et qu'ils étaient pressés sans raison, comme on l'est dans le monde. Et elle a vu le Christ qui allait de l'un à l'autre, et d'une manière qui ne peut se décrire. Il allait à chacune de ces personnes en même temps, essayant de lui parler et même, doucement, de l'arrêter : mais tout ce monde le repoussait avec impatience, et allait de l'avant, refusant d'entendre ce qu'il avait à leur dire; et à chaque fois, il avait l'air si peiné, si offensé, et il y avait dans ses yeux une si grande tristesse que les larmes ont jailli de la personne qui voyait ces choses. Alors, elle lui a demandé, puisque personne ne voulait de lui, s'il ne voulait pas d'elle, et elle éprouvait en disant cela autant de chagrin et d'amour, parce qu'elle se rendait compte qu'elle n'avait pas grand chose à lui offrir. Cette scène a duré plusieurs minutes; elle voyait tout distinctement, et à chaque nouveau refus, elle recevait comme un coup dans la poitrine et se demandait comment on pouvait traiter ainsi Notre Seigneur."

Eh bien, si j'ai reçu le pouvoir de devenir enfant de Dieu, je veux de tout mon cœur, de toute mon âme et de toutes mes forces, sans attendre le 1er de l'an nouveau, faire tout mon possible pour servir le Christ, en tous et en chacun, qui s'épuise à voir tant d'âmes courir ainsi à leur perte.

Dans cet esprit, je vous souhaite une année 2011 dans la grâce et la Joie retrouvées.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum