MARTHE ET MARIE

JOUR DE NOEL

Aller en bas

JOUR DE NOEL

Message par père JEAN le Lun 20 Déc 2010 - 7:27


Le Verbe s'est fait chair




Textes bibliques : Lire (messe du jour)


En cette fête de Noël, nos églises accueillent des personnes d'origine différentes. Nous n'avons peut-être pas tous la même foi. Certains viennent à la messe régulièrement, d'autres de façon épisodique, d'autres encore très rarement. Mais l'important, c'est que chacun, quel qu'il soit, se sente vraiment accueilli. La bonne nouvelle s'adresse à tous sans distinction, riches et pauvres, malades et bien portants, enfants, jeunes et adultes. Celui que nous fêtons en ce jour accueille tous ceux qui viennent à lui, ceux qui prient beaucoup tous les jours et ceux qui se tournent vers lui au dernier moment.


Si nous sommes venus ici dans cette église, c'est pour répondre à l'appel d'un enfant. Il nous fait comprendre à tous qu'il nous attendait. Sa naissance a été pour le monde le point de départ d'une grande espérance ; d'ailleurs, il nous est dit : Ne craignez pas, ne soyez pas dans la tristesse, réjouissez-vous. Le message de l'ange est un appel à la joie ; cette joie n'est pas pour nous seuls ; elle est pour tout le peuple. En ce jour de Noël, nous devons nous réjouir pour nous et pour tous les autres. Noël, c'est une lumière qui s'est levée dans les ténèbres. Elle jaillit dans les épreuves de l'existence. Pour tous, elle est source de vie, d'espérance et d'amour.


Pour nous sortir de la tristesse, Dieu n'a rien trouvé de mieux que la naissance d'un petit enfant. Rien ne le distingue des autres, mais l'évangile nous le présente comme celui qui fait miséricorde et qui donne accès au seul vrai bonheur, celui qui est en Dieu. En lui, c'est la vie qui est venue à nous pour que nous vivions. Il vient nous apprendre que nous sommes appelés à vivre avec lui pour toujours. Plus tard, il nous dira qu'il est le Chemin, la Vérité et la Vie. C'est par lui que nous passons pour aller vers le Père.


Cette nuit, nous avons entendu la bonne nouvelle proclamée par l'ange : "Il vous est né un Sauveur". Sauver c'est libérer, protéger, racheter, guérir ; c'est ramener quelqu'un loin du danger. Nous n'aurons jamais fini de découvrir les multiples aspects de cet amour de Dieu pour l'humanité. Cette promesse de salut était envisagée dès le commencement du monde. Ce rendez-vous a été transmis de génération en génération tout au long de l'histoire au peuple juif. Et voici que cette promesse s'accomplit à Noël. Dieu vient dire au monde : "Me voici !"


Et c'est la naissance de Jésus à Bethléem, la splendeur de ce petit enfant couché dans une crèche. Il est le Verbe existant de toute éternité. Un feu d'amour vient éclairer la terre. Il vient bousculer tous nos égoïsmes. En lui, c'est Dieu qui se donne ; il se rend accessible à tous. Nous ne devons pas le chercher dans les nuages ni à l'autre bout du monde. Il est là présent au cœur de nos vies ; il nous donne sa Parole, son Verbe, son Fils. Il se donne à la hauteur de nos visages et de nos mains. Petit enfant, il se confie vraiment entre nos mains, dans un don humble et total.


Cet ainsi que Dieu vient dans cet enfant que personne n'attendait et que personne ne reconnaît. Avant sa naissance, on disait que le ciel s'était fermé ; Dieu ne communiquait plus avec les hommes. Ces derniers étaient abandonnés à leur propre sort. Les hommes pieux d'Israël affirmaient qu'il n'y avait plus de prophète. A leur décharge, il faut savoir qu'ils attendaient un Messie glorieux qui sauverait le monde. Ils ne pouvaient pas le reconnaître dans ce petit enfant. Aujourd'hui aussi, beaucoup de ceux qui fêtent Noël ne pensent plus au nouveau-né de la crèche.


L'évangile de saint Jean vient répondre à ce questionnement des gens de Palestine et aux nôtres. Non, les hommes ne sont pas abandonnés. Les catastrophes et les calamités qui frappent notre monde ne peuvent nous éloigner de son amour. Dieu nous parle. Il nous rejoint au cœur de nos vies. Nous sommes peut-être un peu surpris par l'austérité de l'évangile que nous venons d'écouter. Il ne parle plus du petit bébé de la crèche, ni de la lumière céleste, ni des bergers, ni des anges qui proclamaient la paix. Nous sommes devant un texte plus aride et plus abstrait. Il nous invite à méditer sur le Verbe de Dieu qui est la vraie Lumière. Et surtout, il nous annonce que Dieu intervient dans l'histoire des hommes en nous envoyant son propre Fils.


Ce Fils que nous accueillons, c'est le Verbe, la Parole de Dieu incarnée. Il peut nous parler du Père parce qu'il le connaît, il peut nous dire sa volonté, son plan d'amour pour les hommes. "Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous." Il prend notre condition humaine et notre fragilité. Il partage notre vie en tout, sauf le péché. Nous sommes tous dépassés par l'immensité de cet amour de Dieu pour l'humanité. Nous ne pouvons que nous émerveiller et lui rendre grâce pour cette merveille.


Seigneur Jésus, tu as pris notre humanité pour nous faire participer à ta divinité. Nous voulons t'accueillir dans la joie et nous laisser renouveler par toi. Nous te confions toutes nos parts d'ombre et de désespoir. Nous avons la ferme certitude que tu nous reettras sur la voie du Salut, dans la joie et la paix. Amen


d'après diverses sources



avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOUR DE NOEL

Message par père JEAN le Lun 20 Déc 2010 - 9:24

avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Cadeau de Noël

Message par père JEAN le Mar 21 Déc 2010 - 16:32

L'orange recomposée

Cette histoire remonte à l'époque, aujourd'hui révolue, où les enfants, ayant perdu leurs parents étaient recueillis dans des orphelinats. Or les orphelinats de ce temps-là ne ressemblaient guère à des joyeuses colonies de vacances.

L'enseignement y alternait avec des travaux manuels répartis sur toute la semaine, et une discipline sévère régissait la vie quotidienne. Noël était la grande fête de l'année. Ce jour-là, chaque pensionnaire – pourvu qu'il ait eu une conduite irréprochable – recevait une orange en guise de cadeau.

André, orphelin de père et de mère, avait été placé très jeune dans un tel établissement. Une fois de plus, c'était Noël, avec la distribution solennelle des oranges. Comme il avait tenté, au cours de l'été, de s'évader de l'orphelinat, André avait été privé d'orange et devait en outre garder le lit durant ce jour de fête. Cette double punition l'humilia et l'attrista beaucoup.

Mais voici qu'une main retire la couverture dont André s'est enveloppé. C'est Bernard, un de ses camarades qui lui tend une orange dans la paume de sa main droite. En y regardant de près, André s'aperçoit que, non seulement son orange est pelée, mais qu'elle a en quelque sorte été reconstituée. Que s'est-il passé ?

Dix garçons se sont retrouvés dans la cour de récréation. Chacun ayant pelé son orange en a détaché un quartier, et, tous ensemble, ils ont reconstitué pour André une orange pulpeuse et appétissante.

André se souviendra plus tard : Ce fut le plus beau cadeau de Noël de sa vie.
(Almanach du chrétien 2004 -2005)
avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOUR DE NOEL

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum