MARTHE ET MARIE

La scène du jugement dernier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La scène du jugement dernier

Message par etienne lorant le Mar 2 Nov 2010 - 9:28

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46.

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres :il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ;j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi ! 'Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu... ? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ? ' Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. 'Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges.Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ;j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité. 'Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ? 'Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait. ' Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Les justes comme les damnés demanderont : "Mais quand t'avons-nous assisté ou quand nous sommes-nous détournés de toi ?"

Et donc, tel sera le critère du jugement lors du retour en gloire du Seigneur: nous aurons ou nous n'aurons pas fait preuve de miséricorde envers notre prochain. Cela signifie quelque chose d'extraordinaire ! Car, fondamentalement, il ne sera pas nécessaire d'avoir eu une formation théologique quelconque ni d'avoir pratiqué sa religion selon les rites prescrits, mais c'est sur des actes de miséricorde, accomplis ou non, que la sentence définitive sera prononcée et exécutée.

N'est-il pas à craindre qu'il n'y ait que vraiment peu d'âmes qui recevront en héritage le Royaume des Cieux ? Si nous pouvons croire que nous en savons quelque chose, en réalité nous n'en savons rien. Un riche est parfois un homme encombré de richesses qui est tout heureux un jour de croiser un pauvre qu'il peut servir - car généralement, les deux ne se rencontrent guère, car le monde a placé de grandes barrières entre les uns et les autres. A l'inverse, un pauvre qui vit dans un quartier défavorisé peut se montrer totalement intransigeant envers ses propres enfants, car la vie dure ferme parfois le cœur d'une manière impitoyable. Dans la pratique, je crois qu'il faut se méfier de l'apparente simplicité de cette prophétie de Jésus. Les gestes seront comptés, certes, mais aussi les attachements secrets des cœurs qui ont présidé aux attitudes soit généreuses, soit avares.

Par ailleurs, cet Évangile ne renvoie-t-il pas à la parabole du riche et du pauvre Lazare ? Tout bêtement, ce riche n'a prêté aucune attention au pauvre Lazare qui dépérissait sur le seuil de sa maison. Il aurait pu le faire fuir en envoyant ses gens? Mais non, après tout, il ne dérangeait personne ! Dommage, oui, dommage pour ce riche que l'extrême pauvreté d'un homme ne dérange aucunement ! Et si vous ajoutez, du côté du riche, la pratique des multiples préceptes inscrits dans la religion juive du temps de Jésus, alors on s'explique mieux qu'il se soit retrouvé dans la fournaise ardente. Il savait et il voyait. Il pouvait changer une toute petite chose, il n'en a rien fait.

Combien de pauvres gens dans notre monde ! Nous les critiquons aisément car ils sont tentés de boire, nous les évitons car nous les craignons, mais la nuit, dans nos maisons, nous ne réveillons au petit matin en nous posant - comme les pauvres, la question du bonheur et du sens de la vie. Ce n'est pas un système politique, ni une organisation sociale qui peuvent véritablement changer les choses, mais c'est au cœur de nos attachements intérieurs que se décide notre éternité !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum