MARTHE ET MARIE

Le grain de moutarde et la pincée de levain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le grain de moutarde et la pincée de levain

Message par etienne lorant le Mar 26 Oct 2010 - 9:17

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,18-21.
Jésus disait à la foule : " A quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer?
Il est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »
Il dit encore : « A quoi vais-je comparer le règne de Dieu ?
Il est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé. »

Une graine de moutarde, c'est tout petit. Une simple graine. Et le levain, une pincée, guère plus, enfouie dans trois grandes mesures de farine. Telles sont les images que le Seigneur Jésus donne lui-même de sa propre venue sur la terre. Le Verbe s'est incarné, et lorsqu'il s'est incarné, iI a pris chair d'une jeune vierge totalement inconnue des notables juifs de Jérusalem. Il est né au fond d'une grotte, comme le plus pauvre des êtres, et il a bien fallu de la paille, ainsi que les souffles mêlés d'un bœuf et d'un âne, pour le tenir au chaud. Dieu a tout créé de ce que l'homme explore, mais quel savant reconnaît Dieu ? Le Fils vient parmi les hommes, mais plutôt que de paraître d'emblée dans le Temple - comme Satan lui suggèrera, Il naît, tout semblable à un homme - et le plus pauvre des hommes, au fond d'un trou de rocher. Mais après encore trente ans d'une longue "gestation" cachée à Nazareth, dès qu'Il paraît au baptême de Jean, tout est dit: "Le Royaume, le voici : il est au milieu de vous !". Mais les siens ne l'ont pas reconnu, ils l'ont livré aux païens qui l'ont crucifié - eh bien qu'importe, ce seront donc pour pour abriter tous les païens que la l'arbre de la Croix va s'élever et grandir et nous tous, jadis païens, petits oiseaux du ciel, nous y avons trouvé notre refuge, nous y avons établi notre nid. Lorsque l'on consulte les historiens, on constate que dès l'année 50, l'empereur romain Claude s'en pris aux juifs de Rome qui se querellaient avec les disciples d'un certain 'Chrestus'. Il n'aura pas fallu vingt ans pour que l'Arbre lève !

Nous aussi, nous sommes enfouis. Mais pour parler de nous, l'image adéquate n'est-elle pas celle de la pincée de levain ? Et combien de fois nous disons-nous: que vaut notre témoignage ? Quels signes pouvons-nous donner de notre appartenance au Christ ? Eh bien, pour peu que nous soyons sincères dans notre foi, j'en suis sûr, nous accomplissons le travail auquel Dieu nous a donné de nous livrer. Regardez autour de vous: le monde est complètement déshumanisé. Les hommes, les jeunes comme les vieux, les femmes comme les hommes, vont à l'aveuglette en suivant les media. Ils s'adonnent et s'abandonnent à tous les plaisirs possibles et imaginables. Est-ce que tout n'est pas permis ? Est-ce qu'il n'est pas permis par les lois, non seulement de refuser la vie à un enfant, mais aussi de se faire aider pour se suicider ? Est-ce que les sages psychologues n'enseignent pas la colère comme une chose utile pour se faire respecter ? Et toujours, la télévision est là pour accuser l'Eglise, les Papes et les prêtres : comme çà bouillonne dans la marmite de ce temps ! Mais... mon copain Constantin s'est converti avant de décéder de son cancer, il y a un mois à peine. Il y a dix ans, il avait tout rejeté de sa religion orthodoxe grecque, pour vivre une vie de bohème et de débauche - mais, comme le fils prodigue, il est revenu. Au cours de sa dernière année, il communiait chaque dimanche à la cathédrale. Et il témoignait. Et les cas comme celui de Constantin sont très nombreux, mais nul n'en parle dans la presse, puisque le monde est contre nous. Cependant, c'est grâce au labeur sans gloire humaine auquel nous nous adonnons chaque jour, du fond de notre "insignifiance mondaine" que Dieu prolonge le temps de la Miséricorde. Dieu qui sait tout, qui est là dans le secret, voit la peine que nous supportons, Il entend la prière que nous élevons, et parce que nous sommes à Lui, Il est prompt comme l'éclair pour sauver ceux et celles que nous portons dans nos prières.

Hier, j'ai été tout surpris de marcher de nouveau avec bonheur, ignoré de tous, et j'ai ressenti comme un sourire posé sur moi. Je crois que dès que nous déchirons par nos pleurs les écrans des apparences, nous sommes aussitôt en Dieu et nous ne craignons plus.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum