MARTHE ET MARIE

Bush et Benoît XVI

Aller en bas

Bush et Benoît XVI

Message par Joss le Lun 11 Juin 2007 - 16:38



Premier face-à-face entre Bush et Benoît XVI



La première rencontre entre George W. Bush et Benoît XVI au Vatican (9 juin 2007)


S'il avait déjà rencontré à trois reprises le pape Jean Paul II, George W. Bush a vu pour la première fois samedi son successeur Benoît XVI en chair et en os. Le président américain et le souverain pontife ont pu s'entretenir dans le cadre de la visite d'une journée de George W. Bush à Rome. Au menu de leur discussion : la situation au Moyen-Orient et notamment en Irak, sujet sur lequel le prédécesseur de Benoît XVI s'était fortement impliqué en s'opposant jusqu'au bout à l'intervention américaine, ainsi que "les grandes questions éthiques et sociales concernant les peuples du monde". Ils ont évoqué "la situation préoccupante en Irak et les conditions critiques dans lesquelles se trouvent les communautés chrétiennes" dans ce pays, a indiqué le Vatican. "Je lui ai assuré que nous travaillions dur pour faire en sorte que les gens respectent la constitution" irakienne, qui garantit le pluralisme religieux, a déclaré le président américain.

La place Saint-Pierre a été complètement fermée à la circulation et aux piétons avant l'arrivée du président américain dont la visite était entourée d'un dispositif de sécurité impressionnant, donnant à la capitale italienne l'allure d'une ville en état de siège. Deux manifestations anti-Bush qui devraient rassembler des dizaines de milliers de personnes sont prévues dans l'après-midi dans le centre de Rome.

Bonne entente sur l'Afghanistan

Avant de rencontrer le pape, le président américain s'était entretenu brièvement avec le président italien Giorgio Napolitano, dont le rôle est celui d'une autorité morale. Il s'est ensuite entretenu, sur des sujets plus politiques, avec le président du Conseil Romano Prodi. "Nous avons la même position concernant le difficile problème de l'Iran et sur le danger de la prolifération d'armements nucléaires", a assuré Romano Prodi à l'issue de cet entretien. "Nous pouvons oeuvrer ensemble pour faire pression sur le gouvernement iranien afin qu'il n'outrepasse pas les limites d'une utilisation pacifique et contrôlée" du nucléaire, a-t-il ajouté.

Ils ont également affiché leur bonne entente sur le Liban et l'Afghanistan, même si les relations entre les deux pays ont récemment été marquées par des tensions ces derniers mois sur l'Afghanistan, où les Américains voudraient que les Italiens engagent davantage leurs 2000 soldats. Les conditions controversées de la libération d'un journaliste italien, otage des talibans, échangé contre l'élargissement de plusieurs rebelles qui a été vivement dénoncé par Washington, avaient également ajouté au contentieux.

Dans les rues de Rome, quelques dizaines de milliers de manifestants ont bruyamment défilé pour huer George Bush, mais aussi Romano Prodi, accusé d'être aussi lié aux Etats-Unis que son prédécesseur Silvio Berlusconi. Le défilé réunissait pêle-mêle des altermondialistes, des mouvements d'extrême gauche ou des anarchistes criant : "Non à Bush" et "Non aux politiques de guerre du gouvernement Prodi". Quatres personnes - trois policiers et un manifestant - ont été blessées et les forces de l'ordre ont interpellé plusieurs personnes encagoulées.

"Yes, Sir", dit Bush au Pape

George Bush a donné plusieurs fois du "Monsieur" au pape au lieu du formel "Votre Sainteté", affichant une grande décontraction tranchant avec la componction habituelle en usage au Vatican.
"Yes sir" (oui Monsieur) a répondu à plusieurs reprises le président américain aux questions que lui posait le souverain pontife. Cette formulation a été aussitôt jugée comme une gaffe par les médias italiens, habitués au formalisme du Vatican. Ils ont également relevé la posture décontractée adoptée par George W. Bush lors de son entretien avec le pape, les jambes croisées "à la texane", de l'autre côté du bureau de la bibliothèque privée du palais apostolique où avait pris place Benoît XVI, revêtu de sa soutane blanche et de sa mozette rouge.

Suspect
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bush et Benoît XVI

Message par Joss le Lun 11 Juin 2007 - 16:57

Joss a écrit:

"Yes, Sir", dit Bush au Pape

George Bush a donné plusieurs fois du "Monsieur" au pape au lieu du formel "Votre Sainteté", affichant une grande décontraction tranchant avec la componction habituelle en usage au Vatican.
"Yes sir" (oui Monsieur) a répondu à plusieurs reprises le président américain aux questions que lui posait le souverain pontife. Cette formulation a été aussitôt jugée comme une gaffe par les médias italiens, habitués au formalisme du Vatican. Ils ont également relevé la posture décontractée adoptée par George W. Bush lors de son entretien avec le pape, les jambes croisées "à la texane", de l'autre côté du bureau de la bibliothèque privée du palais apostolique où avait pris place Benoît XVI, revêtu de sa soutane blanche et de sa mozette rouge.

Suspect

Compte tenu :

- de ce que pensent les évangéliques des catholiques

- de la mise à l'index des "sectes protestantes" au Brésil par BENOIT XVI

- de la CONDAMNATION DU SIONISME CHRETIEN
http://marthetmarie.lifediscussion.net/CHEZ-MARIE-c1/Vie-d-Eglise-f8/CONDAMNATION-DU-SIONISME-CHRETIEN-t124.htm

.....L'entente entre eux ne doit pas être terrible ! Very Happy
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bush et Benoît XVI

Message par Joss le Mer 13 Juin 2007 - 12:17



10/06/2007 18:40
Benoît XVI s'inquiète des retombées de la politique américaine en Irak

Le Saint-Siège est hostile au plan des États-Unis de regrouper les chrétiens irakiens dans la région de Ninive


En matière d’empire, les Italiens ont une certaine expérience… Lors de la visite du président des États-Unis à Rome, samedi 9 juin, la presse italienne, offusquée d’entendre George W. Bush, dont c’était la première entrevue avec Benoît XVI, donner du « Monsieur » (Sir) au pape et de le voir se tenir en Texan décontracté sous les lambris dorés du palais apostolique, estimait que, même si l’on préside aux destinées de la première puissance mondiale, certains codes sont à respecter lorsque l’on rencontre un autre « pontife »

Le président des États-Unis espérait parler – avait confié la veille l’ambassadeur de ce pays près le Saint-Siège, Francis Rooney – de « leur engagement pour des valeurs communes et la liberté religieuse dans le monde ».

Mais c’est d’abord sur la politique des États-Unis que Benoît XVI a fait porter la conversation, pendant plus d’une demi-heure d’entretien privé. Signe que, en la matière, on ne saurait trouver de différence entre la ligne critique de Jean-Paul II à l’encontre de l’intervention des États-Unis en Irak et celle de Benoît XVI qui a déjà, à plusieurs reprises, plaidé pour une « solution régionale » et « négociée ».

Selon le communiqué de la Salle de presse, en effet, les deux hommes ont passé en revue « les thèmes de politique internationale » et particulièrement « la question israélo-palestinienne, le Liban, la situation préoccupante en Irak et les conditions extrêmement critiques dans lesquelles vivent les communautés chrétiennes ».

Opposition catégorique au plan des États-Unis

Les récents meurtres de quatre chrétiens à Mossoul sont venus, s’il en était besoin, étayer les craintes du pape
. Benoît XVI, et ensuite le secrétaire d’État Tarcisio Bertone, qui a eu un entretien de quarante minutes avec George W. Bush, auraient notamment manifesté leur opposition catégorique au plan des États-Unis de regrouper les chrétiens irakiens dans une seule région, la plaine de Ninive.

Ce plan a déjà été rejeté avec force par les évêques irakiens, notamment Mgr Louis Sako, archevêque de Kirkouk. L’Église locale comme le Saint-Siège redoutent la formation d’un ghetto, avec une partition ethnique et religieuse.


L’Afrique, autre préoccupation de Benoît XVI, pour laquelle il avait renouvelé mercredi 6 juin son appel pour une aide massive des pays du G8, a aussi été au centre des conversations entre le président Bush et les représentants de la communauté catholique Sant’Egidio, qui l’ont rencontré dans l’après-midi de samedi.

Benoît XVI et George Bush ont également, « à la fin », indique le communiqué du Saint-Siège, examiné « les questions morales et religieuses actuelles, parmi lesquelles celles relatives aux droits humains, à la liberté religieuse, la défense et la promotion de la vie, le mariage et la famille, l’éducation des nouvelles générations et le développement durable ».

Rome sait très bien que le président des États-Unis n’est pas dénué d’arrière-pensées politiques lorsqu’il se rend au Vatican. Lors des dernières élections, les catholiques traditionnellement électeurs du Parti démocrate, avaient majoritairement voté pour lui. Le communiqué du Saint-Siège prend donc soin de s’en tenir à une simple énumération des sujets et y fait figurer aussi le développement durable, thème sur lequel l’épiscopat américain vient de publier un rapport critique à l’encontre de la politique du président des États-Unis.

Isabelle DE GAULMYN, à Rome
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bush et Benoît XVI

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum