MARTHE ET MARIE

L'enthousiasme de la Parole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'enthousiasme de la Parole

Message par etienne lorant le Lun 14 Juin 2010 - 17:43

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,38-42.

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous avez appris qu'il a été dit : oeil pour oeil, dent pour dent.
Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre.
Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter.
Jésus exagère, non ? En fait, Jésus parle droit et ne force jamais sa Parole. Lorsqu'Il dit de tendre la joue gauche, cela me rappelle le film que j'ai vu sur la vie de Gandhi. Celui-ci avait lancé la "campagne du sel". Le sel est une des richesses de l'Inde, les Anglais ne pouvaient pas disposer à leur guise d'un bien appartenant à l'Inde et en conséquence, il avait décidé de reprendre possession des mines de sel, mais aussi des usines de raffinage. Cependant, il n'était pas question, en aucun cas, d'employer la force. Et donc, le jour dit, les hindous se sont présentés devant les portes des usines, afin d'en reprende possession. Ils avançaient sur deux colonnes, suivis par leurs femmes. Les Anglais avaient embauchés de grands costauds sachant manier le bâton avec un maximum d'efficacité. Ils frappaient, les militants du Mahatma tombaient, les familles les ramassaient et les soignaient. Et d'autres avançaient à leur tour et recevaient la bastonnade à leur tour. Scène incroyable, inimaginable. Quand j'ai vu ce film, j'ai aussitôt songé au Christ chassant les marchands du temple, mais sans utiliser la violence: Il s'était simple muni de cordes pour en faire un "fouet" que je devine peu maniable et d'un emploi très symbolique. Bref, l'obtstination des disciples de Gandhi paraissait folle et irresponsable... sauf qu'au bout d'une heure, les gardiens n'en pouvaient plus de taper sur leurs congénères. Ce n'est pas tellement que la force leur manquait, puisque c'était si facile: il n'y avait pas d'adversaires, seulement des hommes qui se laissaient taper dessus jusqu'a finir par tomber. Les hommes aux bâtons, il a vite fallu les remplacer par d'autres, tant ils étaient écoeurés et épouvantés par la violence qu'ils employaient ainsi contre des personnes inoffensives - et de leur prope pleule. A midi, pratiquement tous les sites visés étaient effectivement occupés par les manifestants indépendantistes... non-violents jusqu'à souffrir.
Je me fonde sur cet exemple pour affirmer avec foi que non, rien n'est exagéré. Le fait de tendre la joue gauche, c'est tout à fait possible, ce n'est pas qu'une image - bien que cela puisse aussi être une image s'appliquant à un type de lutte pour la justice. "J'ai raison, je suis dans la vérité de Dieu, je n'ai pas peur, je tiendrai bon jusqu'au bout"'. Cela signifie que le violent n'est pas non plus considéré comme un ennemi, mais simplement comme un homme dans l'erreur, quelqu'un qui n'a pas compris - pas encore.
Si l'on veut te prendre ta tunique, laisse encore ton manteau ! Plusieurs sens possibles ici: sur le plan matériel, d'abord, mais c'est ensuite dire que si l'on a revêtu le Christ, que les autres fassent ce qu'ils veulent: comment m'arrachera-t-on de la main du Père ? Je ne crains rien !
Quant à faire deux mille pas avec quelqu'un qui me "requiert" pour en faire mille !, ah quel bonheur, parce que j'ai fait cela, j'ai eu cette grâce. Une étudiante m'ayant sollicité de l'accompagner pour traverser un piétonnier "sensible" un soir d'hiver, finalement je l'ai accompagnée jusqu'au bout de sa route, et je m'en suis retourné, tout joyeux d'avoir simplement pu mettre en pratique l'Evangile : saint François l'eût fait pareillement, j'en étais certain, car il avait sa façon très concrète de mettre en oeuvre la Parole.
Lorsque l'on a acquis assez de foi pour accomplir ces gestes, ne pas se détourner de celui qui demande est déjà beaucoup plus simple, il me semble. Je n'ai pas suivi saint François sur ce point, du moins pas jusqu'au bout, mais après ma conversion, il est arrivé souvent que, saisi d'une joie intense, je prête un billet. Mais je n'ai jamais manqué de rien, bien au contraire. Cette période de vie intense - de coeur "intensifié" en moi , devrais-je dire, constitué pour ma boutique la meilleure des publicités. Ne suis-je pas toujours au poste, tandis que tant d'autres petits commerces ont fermé ? Et puis qui, avec le loyer que je paye ! En effet, même ma boutique, je l'ai reçue de la gratitude qu'on voulu me manifester les parents de sa première locataire : c'était leur fille, elle souffrait d'hallucinations auditives, et je l'avais veillée pendant près d'une année. Lorsqu'elle s'en est allée pour tenter une nouvelle vie dans la capitale, son père m'a proposé d'occuper - à un loyer défiant toute logique, la boutique qu'ils avaient monté pour elle. Et voilà...
Je raconte tout ceci, mais je suis bien dans la ligne de l'Evangile. Ce texte, fondamentalement, illustre la Parole de Jésus: "Rendez à César ce qui est à César", car quant à vous, vous êtes à l'effigie de Dieu. Soyez donc comme votre Père, soyez miséricordieux comme le Père, Lui qui fait se lever le soleil et tomber la pluie sur les justes comme sur les méchants. L'Evangile d'aujourd'hui m'a apporté de l'enthousiasme pour cette journée qui s'annonçait longue et pénible ! Alleluia !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Gandhi et le sermon sur la Montagne

Message par Marc le Lun 14 Juin 2010 - 17:59

SOURCES : Ce texte de Gandhi est tiré d'une annexe au livre au livre de J.M. Muller L'Evangile de la non-violence.



Gandhi a écrit:J'ai fait connaissance avec la Bible il y a environ quarante-cinq ans. Je ne pouvais pas trouver grand intérêt à l'Ancien Testament, mais quand j'arrivai au Nouveau Testament et au Sermon sur la Montagne, je commençai à comprendre l'enseignement du Christ et le message du Sermon sur la Montagne fit écho à quelque chose que j'avais appris dans mon enfance. Cet enseignement, c'était de ne pas se venger et de ne pas rendre le mal pour le mal.
De tout ce que je lisais, ce qui me resta pour toujours, c'est que Jésus vint pour établir une loi nouvelle. Sans doute il a dit n'être pas venu pour apporter une autre loi mais pour greffer quelque chose sur la vieille loi de Moïse. Eh bien oui, il la changea de façon telle qu'elle devint une loi nouvelle: non plus œil pour œil et dent pour dent, mais être prêt à recevoir deux coups si l'on vous en donne un, et à faire deux kilomètres si l'on vous demande d'en faire un. Je me disais, ce n'est sûrement pas le christianisme. Car toute l'image que je m'en faisais alors, c'était la liberté d'avoir une bouteille de whisky dans une main et un bifteck dans l'autre.
Le Sermon sur la Montagne me prouva mon erreur. A mesure qu'augmenta mon contact avec les vrais chrétiens, c'est-à-dire avec des hommes vivant pour Dieu, je vis que le Sermon sur la Montagne était tout le christianisme pour celui qui veut vivre une vie chrétienne. C'est le Sermon qui m'a fait aimer Jésus.
En lisant toute l'histoire de cette vie sous ce jour-là, il me semble que le christianisme reste encore à réaliser. En effet, bien que nous chantions: Gloire à Dieu dans les cieux et paix sur la terre, il n'y a aujourd'hui ni gloire à Dieu ni paix sur la terre. Aussi longtemps que cela reste une faim encore inassouvie, et tant que nous n'aurons pas déraciné la violence de notre civilisation, le Christ n'est pas encore né. Quand la paix réelle sera établie nous n'aurons plus besoin de démonstration : cela resplendira dans nos vies non seulement individuelles, mais collectives.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 49
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum