MARTHE ET MARIE

Prions avec Marie Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prions avec Marie Noël

Message par Souricet le Dim 10 Juin 2007 - 9:19

La communion pauvre

Mon Dieu, je ne Vous aime pas, je ne le désire même pas, je m'ennuie avec Vous.
Peut-être même que je ne crois pas en Vous. Mais regardez-moi en passant.
Abritez-vous un moment dans mon âme, mettez-la en ordre d'un souffle, sans en avoir l'air, sans rien me dire.
Si Vous avez envie que je croie en Vous, apportez-moi la foi. Si Vous avez envie que je Vous aime, apportez-moi l'amour. Moi, je n'en ai pas et je n'y peux rien. Je Vous donne ce que j'ai : ma faiblesse, ma douleur. Et cette tendresse qui me tourmente et que Vous voyez bien... Et ce désespoir... Et cette honte affolée...
Mon mal, rien que mon mal...
C'est tout ! Et mon espérance !


Le curé de campagne

« Je suis venu pour être haï ! »
Bossuet (Méditations sur l’Evangile).


Me voici, mon Maître, mon Dieu! Je suis jeune - vingt ans - juste à l'âge de me faire un avenir, de cons-truire un foyer, je pourrais, si je voulais, cultiver mes champs que j'aime, travailler toute la semaine et m'amuser les dimanches et les jours de fête.
Si je voulais, je pourrais ouvrir boutique, je pourrais être un bon marchand honnête qui vend, gagne, fait fortune, mange de bons morceaux, porte de beaux habits et jouit de la considération générale.
Je ne suis pas plus bête qu'un autre, je pourrais comme un autre, être maître d'école... je pourrais même devenir maire du pays et mieux encore - qui sait? - parvenir aux grands emplois... oui, tout comme un autre...
O christ, mon pauvre Dieu, te voilà tout seul, aban-donné dans ton église de campagne dont le clocher menace ruine, tout seul dans ta maison mal balayée où n'entre personne, et tu entends dehors, le dimanche, le travail du dimanche qui se moque de toi..
Alors, je viens ! Pour être avec toi un sans-foyer. Je viens pour être haï comme tu l'es, pour être berger sans troupeau comme tu l'es, pour être, comme tu l'es, lépreux rejeté du groupe humain, cet homme isolé, singulier, cet homme en robe que les autres du village tiennent à l'écart et regardent en ricanant quand il passe.
Je viens pour avoir besoin d ouvrage, n'en pas trouver et me faire traiter de fainéant par les ivrognes et même, plus ou moins, par les gens raisonnables.
Me voici... Je viens... je passerai pour ignorant, pour fou... la calomnie m'épiera derrière la porte - « un homme pareil aux autres... if fait ses coups en dessous »- on mentira pour me nuire.
Mais je viens, mon pauvre Maître, je viens à Toi, parce que tous T'ont abandonné... je viens...
Et tous les deux, Toi, dans ton église en détresse, moi à côté, dans ma maison vide - méconnu, Toi, méprisé, moi - nous serons tous les deux compagnons de misère.

Résolutions du malade

Etre loyale avec mes nerfs. Ne jamais en tirer parti pour attirer l'attention, exciter la pitié, obtenir la douceur d'être consolée.
Ne jamais nuir volontairement à moi-même.
Surtout, ne jamais nuire aux autres, ni par violence, ni par faiblesse. Eviter de les aigrir par mon amertume, de les abattre par mon abattement.
Faire une bonne action, tous les jours, coûte que coûte.
Confiance dans la tendresse comme un petit enfant.
Inspirer la confiance, par la droiture, comme un homme.

Prière du malade pour ses médecins

Ayez pitié, mon Dieu, de ceux qui se sont chargés de la croix des autres, de ceux qui se sont faits sauveurs.
Sauveur de tous, donnez au médecin la LUMIERE.
Eclairez-le dans l'obscurité d'autrui, pour qu'obligé de pénétrer dans le secret des corps et des âmes, il ne se trompe pas de route et ne blesse rien en passant.
Donnez au médecin l'AMOUR, pour que, chargé de sa propre peine et sans refuge peut-être pour lui-même, il trouve toujours en soi une douceur, un abri, une force pour le désepéré qui l'attend.
Donnez au médecin le GRACE, pour qu'en son plus mauvais moment, dans son incertitude, sa faiblesse d'homme, son trouble, il reste toujours assez sage, toujours assez bon, toujours assez pur, digne de la douleur sacrée dont la foi s'est donnée à lui.
Donnez au médecin la FIDELITE, ô mon Dieu, pour que le poids de tous ne vienne pas trop l'accabler, pour que la détresse qu'il porte n'atteigne pas sa joie, pour que la blessure qu'il panse ne lui fasse pas de mal.

(Fête de Saint Luc.)
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prions avec Marie Noël

Message par Souricet le Dim 10 Juin 2007 - 9:20

avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum