MARTHE ET MARIE

Le petit Dictionnaire de Plume verte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par plume verte le Jeu 16 Avr 2009 - 6:48

Bleu,e adj, et n.m.

Couleur voisine du rouge, enfin chez les spécialistes de la couleur. On dit couramment : un ciel bleu, des yeux bleus, les flots bleus (note : ma voiture est bleue) on dit aussi : un steak bleu pour désigner un steak rouge (ben oui, c’est ainsi) au XIXe s. on disait d’une personne à la mode, « elle ressemble à une fleur bleue » aujourd'hui c’est une godiche. Quant à nos moderne « cordon bleu » ils ont oublié qu ’avant la grande révolution (1789) le Cordon bleu, c’était le large ruban que portaient les chevaliers du St-Esprit, ordre fondé par Henri III, exclusivement réservé à la noblesse, on dit qu’il inspira Napoléon pour sa Légion d’honneur, preuve de la haute démocratie de cet homme, qui la distribua en premier à un grognard du nom de Coignet qui n’était pas noble. J’apprécie mettre une carpe ou un brochet au bleu, pour les femmes modernes qui ne connaissent rien à la cuisine, il s’agit de les faire cuire au court-bouillon avec un gros vin rouge qui tache et qui donne au poisson une couleur bleuâtre et pour finir une citation de Rackham-le-Rouge (tintin) " Faut pas me prendre pour un bleu " moi non plus.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 67
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par Fée Violine le Jeu 16 Avr 2009 - 12:48

Coignet, Jean-Roch Coignet ? Il a écrit ses mémoires et il y a eu quelque chose à la télé sur lui, autrefois (j'ai pas vu, mais j'ai entendu parler).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Roch_Coignet

La "fleur bleue" vient du roman initiatique de Novalis "Heinrich von Ofterdingen" (qui n'a rien à voir avec la mode ni avec les godiches).

Le poisson bleuâtre, ça ne doit pas être très appétissant... ?

Et n'oublions pas les bleus qu'on se fait en tombant, ou dans les bagarres (pas les bagarres de forums, heureusement !)
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par plume verte le Jeu 16 Avr 2009 - 16:40

Désolé Madame la fée : « Une personne à la mode ressemble à une fleur bleue », LA BRUYERE.
Si tu me chatouilles au sujet des mots de la couleur, je suis près à une joute acerbe (lol).

XIXe

« …fleur bleue au coeur d'or… » Gauthier
«… petite fleur bleue, vous êtes le but, le moyen et le sens de ma vie… » Gauthier
« … Mais juge! J’aime une fleur bleue d'Allemagne… Hugo
« … au fond du coeur, une vieille fleur bleue, un vieil idéal d'une affection rance… » Huysmans.
« … Et il sanglotait, il souffrait de la poésie morte, de cette petite fleur bleue qu'il ne pouvait cueillir. » Zola
« … il pleurait en lui baisant les paupières, tout secoué par son besoin de cultiver la petite fleur bleue des romances, dans ses gros appétits de mâle. » encore de Zola
Amicalement
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 67
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par Fée Violine le Jeu 16 Avr 2009 - 19:13

Parce que La Bruyère vivait au 19ème siècle ? Shocked

Si tu veux ergoter, je sais faire aussi ! :gnark:

Les autres auteurs que tu cites, et qui, eux, vivaient bien au 19ème siècle, n'ont fait que reprendre l'expression employée par Novalis (romantique allemand de la fin du 18ème).
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par plume verte le Jeu 16 Avr 2009 - 21:12

Fée Violine a écrit:Parce que La Bruyère vivait au 19ème siècle ?
C'est petit!

Une petite question au XIXe siècle, en France parlait-on beaucoup l’allemand ? j’ai vaguement l’impression qu’on trouvait plus de locuteurs du français en Allemagne que de locuteur de l’allemand en France. Je pose donc la question qui a copié sur qui ?
En 1688 ce bon monsieur de La Bruyère écrit : – « Une personne à la mode ressemble à une fleur bleue qui croît de soi-même dans les sillons, où elle étouffe les épis, diminue la moisson, et tient la place de quelque chose de meilleur ; qui n'a de prix et de beauté que ce qu'elle emprunte d'un caprice léger qui naît et qui tombe presque dans le même instant : aujourd'hui elle est courue, les femmes s'en parent; demain elle est négligée, et rendue au peuple. »
Ce jeune écrivain allemand emploie donc "die blaue Blume " c’est peut-être très Romantik. Sauf que le peintre Vernet en 1797 parlait déjà des jeunes femmes « fleur bleue » qui se faisaient dévoyer par mœurs du Palais royal. J’oubliais, le père Emile au XIXe siècle cite La Bruyère pas Friedrich Leopold Freiherr Von Hardenberg dans la 1er éd. de son fameux dictionnaire.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 67
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par Fée Violine le Dim 19 Avr 2009 - 21:08

"Heinrich von Ofterdingen" a été traduit en français en 1832.

Voici un passage du roman qui parle de la "Fleur bleue" (qui est un symbole mystique. Novalis a beaucoup influencé la théosophie) :

LA FLEUR BLEUE

"Il [Henri] se trouvait sur un moelleux gazon, tout au bord d'une source qui sortait en plein air, et où ses eaux, apparemment, s'évanouissaient. Des roches d'un bleu sombre striées de veines multicolores se dressaient à une certaine distance : mais la lumière du jour était plus limpide et plus douce autour de lui que d'ordinaire, et le ciel, d'un azur presque noir, était parfaitement pur. Ce qui, pourtant, le fascinait avec la force irrésistible d'un charme tout-puissant, c'était, et ici-même, tout auprès de la source, une fleur élancée et d'un bleu lumineux qui l'effleurait de ses larges feuilles resplendissantes. Des fleurs sans nombre et de toutes les couleurs se pressaient autour d'elle, embaumant l'air du plus exquis parfum. Il ne voyait cependant que la seule fleur bleue, et longuement, avec une tendresse qu'on ne saurait dire, il attacha ses regards sur elle. A la fin, comme il voulait s'approcher d'elle, il la vit tout soudain qui bougeait et commençait à se transformer ; les feuilles se faisaient de plus en plus brillantes et venaient se coller contre la tige, qui elle-même grandissait ; la Fleur alors se pencha vers lui, et ses pétales épanouis se déployèrent en une large collerette bleue qui s'ouvrait délicatement sur les traits exquis d'un doux visage. Dans un étonnement émerveillé et délicieux qui ne cessait de croître, il suivait la métamorphose singulière, quand, brusquement, il fut réveillé par la voix de sa mère et se retrouva là, sous le toit paternel, dans la chambre commune où le soleil matinal, déjà, mettait son or."

Novalis (Friedrich von Hardenberg) :
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le petit Dictionnaire de Plume verte

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum