MARTHE ET MARIE

La Journée de la Femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Journée de la Femme

Message par plume verte le Dim 8 Mar 2009 - 11:04

Maupassant était fou…. euuhhh comme Artaud ? J’ai toujours été envoûtée par les écrivains fous, leur vision d’un monde regardant le notre, enfin le notre, celui de quelle normalité ? Quand j’imagine une petite histoire, tiens si j’écris : une jeune femme, se pend, le psy de service, pense, « il fait une projection, il a envie que quelqu’un de proche se pende, bla, bla, etc…. Si j’ajoute, qu’elle ne prévient pas son mari ou son compagnon avant son acte mais la sœur de celui-ci, là, le psy pense à une homosexualité refoulée… L’intérêt de mon histoire « psychologique » repose sur les rédactions du « mari », sa femme, pardon, aujourd'hui on doit dire « mon épouse », je fais un peu attention à mon vocabulaire, because « la journée de la femme » ; elle s’est suicidée, elle a pu le trahir en tombant dans les bras de sa sœur, suprême humiliation pour un homme, être cocu passe, mais se faire plaquer pour une femme ! et pire sa soeur. J’imagine - Long monologue du mari, pire que to be, or not, le suicide, un acte de folie, pourquoi préférer mettre fin à ses jours sans donner de précision (bien entendu !). Acte inimaginable, et naturellement je poursuivrais en parlant de folie, puisque ce pauvre mec de mari serait rendu fou de douleur, par les conditions de ce suicide. Ce ressort permettrait à n’importe quel plumitif d’exploiter le fameux sentiment de haine – confusion – amour – désespoir. Ou encore imaginer que le mari soit le narrateur, il se lance alors dans une thérapie écriture. Il raconterait sa rencontre romantique un soir au couchant sur une plage de Tunisie ou d’Arcachon, son admiration pour elle, cette femme qu’il n’espérait plus … … Former avec elle un couple, un vrai pas comme ses parents, et leurs remariages à répétition. Par la suite, il y eut bien quelques bémols, en femme moderne, elle souhaitait garder son autonomie. Il n’a rien dit quand elle s’éclipsait quelques jours, allait-elle simplement à Deauville suivre un séminaire ? où rejoignait-elle qui… Oui, il supposait bien déjà un éloignement. S’attachait-elle à lui, tiédeur des sentiments, le romantisme est passé de mode ; posséder l’effrayait. Elle, lui, eux, deux solitudes ne font pas un couple, les hommes cherchent leur mère paraît-il, les femmes découvrent depuis peu le vaste monde, elles expérimentent, elles cherchent encore les limites de leurs nouvelles libertés. Quand seront-elles recoller les morceaux épars d’elles-mêmes ?. L’’idéal… avec une femme, hier, nous ne voulions pas savoir ; maintenant comment vivre avec une femme dont on ne sait quasiment rien. On additionne les ouvertures, on croise les destins. Comment tenter de conter une histoire, quand la vraie vie n’est que cahot.
En commencent cette page, …Maupassant était fou... Il nous parle pourtant si bien dans les contes du bocage de nos grands parents, ne sommes-nous pas plus fou que lui, à vivre comme les magasines nous disent la vie idéale…. Croire qu’il faut manger ceci aujourd'hui pour perdre trois kilo avant le maillot et la plage et l’an prochain proscrire cette même gélule-miracle qui brûlait nos calories l’an dernier. Perdu dans nos grandes villes, ou au fin fond de la Bretagne, l’écriture est un refuge, ou un pas de plus vers la folie « clinique » : Plus j’écris, plus s'augmente mon dégoût de moi-même. De plus en plus facile d’aligner les mots, si facile de faire du roman à l’eau de rose, où chaque phrase est une insulte à l’intelligence ; vrai boomerang cependant qui me revient en pleine figure. Ne sommes-nous plus que des personnages de film B, que des scénarii qu’un Woody Allen aurait oublié dans un placard (Allen Stewart Konigsberg, dit Woody).
Hier, les femmes avortaient dans la culpabilité, l’effroi, la douleur et la mort, depuis ce fameux mois de mai, le couple n’existe plus, c’est l’existence que nous menons qui est une vie avortée, sans flamme, sans âme, entre les crédits pour la bagnole, les crédits pour les vacances, les crédits de l’appartements dont rêvait notre chère moitié, la mère de nos enfants et ceux de son voisin de bureau. Mon « héros » ma victime, celui qui découvrait la bisexualité de son épouse, mon narrateur d’un roman imaginaire, comme lui je tente d’échapper à ma souffrance par l’écriture, devrais-je comme son épouse, choisir le même destin, disparaître violemment pour prouver que j’ai existé un peu. Les mêmes histoires emplissent tout, le cinéma, les feuilletons télé, les romans nombrilistes. Seul en échappe encore le moine dans sa cellule ou l’anachorète du mont Athos. Cette aventure, -la vie-- mirage, folie, ou simple aventure littéraire sur papier recyclé.
À la fin de tous les romans, un épilogue, à la fin de la vie…rien à si, un rendez-vous chez le notaire, des déchirements entre frères et sœurs, deux frères se retrouvant face à face, coupables de ne pas avoir imaginé la folie des rancoeurs qui ont emporté « papa … maman… » . Désormais, ils seront hantés par des fantômes, les fantômes de ce qui n’ont pas dit aux parents, de ce qu’ils auraient aimé recevoir d’eux. Aujourd’hui comme oraison funèbre, on dit que maman a aimé ses deux maris, ses quatre amants tous aussi forts, que papa est un vrai salaud d’avoir comme maîtresse une femme plus jeune que sa fille. Où est la vraie folie, celle de Maupassant dans la maison Tellier, de Céline éructant contre les juifs ou les soignants à Boulogne pendant la guerre. Journée de la femme pour quelques millions en Europe ou en Amérique, journée du tchador des musulmanes chiites, journée de « quoi » pour les femmes des bidonvilles de Nairobi ou Bombay.

plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Journée de la Femme

Message par Théophane le Dim 8 Mar 2009 - 12:03

Bonne fête à toutes les femmes ! Wink

Vous nous menez par le bout du nez et on ne demande pas mieux...

Théophane
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 222
Age : 29
Date d'inscription : 21/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Journée de la Femme

Message par Fée Violine le Dim 8 Mar 2009 - 21:08

Merci Messieurs de penser à nous !!! bouquet

Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Journée de la Femme

Message par Théophane le Mar 10 Mar 2009 - 12:47

Puisque nous parlons de la journée de la femme, je vous propose d'écouter ceci.

http://www.youtube.com/watch?v=HVfJDMrXEds&playnext_from=PL&feature=PlayList&p=C6FE9B09BBC8AD0B&playnext=1&index=14

J'aime beaucoup cet air de Rossini, chanté par Isabella dans L'Italienne à Alger.
Beaucoup de femmes pourraient chanter la même chose !


Il va falloir faire preuve d'adresse,
Plus de frayeurs, plus de craintes.
Il faut se montrer courageuse,
Ils vont voir qui je suis.

Je sais d'expérience quel peut être l'effet
d'un regard langoureux, d'un soupir.
Je sais comment m'y prendre pour apprivoiser les hommes :
Doux ou brutaux,
froids ou ardents,
ils sont tous plus ou moins pareils.

Chacun demande, chacun veut
le bonheur que procure une jolie femme.

Théophane
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 222
Age : 29
Date d'inscription : 21/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Journée de la Femme

Message par plume verte le Mar 10 Mar 2009 - 17:55

Théophane a écrit:.....

Vous nous menez par le bout du nez et on ne demande pas mieux...

euuhhh.... tu parles pour toi

plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Journée de la Femme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum