MARTHE ET MARIE

LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 7:08

Connaissez-vous les éditions Frémeaux, peut-être pas, depuis des lustres ils éditent les archives de l’Ina, de radio France et ils réalisent des livres sonores. Non, non pas pour les mal-voyants pour nous tous. Essayez donc dans votre voiture, vous verrez, vous deviendrez vite accroc. Depuis quatre ans, j’ai redécouvert ainsi des livres de ma jeunesse, « les lettres de mon moulin », des archives sonores, Michel Simon et Arletty lisant Céline, ou d’autres que je n’aurais jamais lus comme « les mille et une nuits » lu par Sapho (un régal).

Je vous invite aujourd’hui à écouter LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN
Lu par le comédien D. MESGUICH. J’ai eu la chance d’écouter à Paris, god Depardieu lire St Augustin, j’en gardais un souvenir inoubliable, D. Mesguich, c’est autre chose, sa voix plus grave porte différemment le texte, Depardieu était « messianique ». Vous allez me dire, c’est coûteux, sans doute, 3cd pour 29€, mais combien d’heure de satisfaction…….


La réclame de ce boîtier nous dit :

« Pourquoi Les Confessions ont-elles fait date ? Parce qu’elles sont porteuses d’une double puissance inaugurale. Celle d’un style tout d’abord, dont Bossuet se réclamera treize siècles plus tard : une “prose poétique” incantatoire, hydraulique et entêtante. Puis celle d’un genre, l’autobiographie : le premier récit rétrospectif d’un “moi” de l’histoire de la littérature occidentale, dont Rousseau s’inspira plus tard. Mais ne nous y trompons pas, des Confessions d’Augustin à celles de Jean-Jacques, il n’est d’équivalence que du titre. L’un exalte son moi et s’accommode de ses erreurs, l’autre se tient devant son Dieu et les hommes, pour prendre la mesure du don de grâce qui lui est fait. Cette parole primordiale, à la fois charnelle et céleste, est ici magnifiquement modulée par la voix profonde et douce de Daniel Mesguich. »
Claude Colombini-Frémeaux
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 7:24

j'oubliais, sur le Web pour trouver les éditions Frémeaux, tapez sur Google "la librairie Sonore".
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 7:37

re P.S.

J'oubliais encore, je ne suis pas un suppôt de bénitier, je ne ferais jamais de prosélytisme pro-catholicisme. St Augustin était Kabyle, il parlait avec humanité, il m’intéresse donc, comme un sage Védique, ou un griot Dogon. Quant à moi, si vous voulez tout savoir, je dirais que je suis agnostique.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Sam 21 Fév 2009 - 14:11

Heureusement que tout le monde a le droit de lire (ou d'écouter) st Augustin, il n'est pas nécessaire d'être catholique pour ça !

Pour écouter des CD en voiture, il faut déjà avoir un lecteur de CD, c'est pas tout le monde, pas moi en tout cas.

Je trouve qu'à la radio ils devraient lire ainsi des livres, en France ça ne se fait pas, il paraît qu'ailleurs ils le font. Dommage !
C'est vrai qu'une belle voix ajoute un plaisir supplémentaire au texte.

A une époque j'avais lu un livre à un prêtre aveugle d'ici, c'était le récit autobiographique du Père Duval, "L'enfant qui jouait avec la lune" (un livre très touchant). Ce prêtre m'avait dit que ce n'est pas évident de trouver des gens qui fassent bien la lecture, certains veulent trop "mettre le ton" et il trouvait ça fatigant. Maintenant il n'a plus ce problème, il a un appareil qui lui transforme les écrits en voix, ça a l'air pratique (moins sympa qu'une personne, quand même).
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 15:04

Merci de me rappeler à l’ordre, j’oublie facilement, beaucoup trop souvent d’ailleurs…oui toutes les voitures n’ont pas un lecteur de CD.
Une machine à lire, sans doute un plus, pour ceux qui n’ont plus les moyens de lire, mais la machine ne se substituera jamais à la chaleur d’une voix humaine. Quant à lire un livre, c’est un exercice difficile, tout le monde n’a pas les moyens, il faut de l’apprentissage et du travail, on ne place ni sa voix, ni son souffle sans effort...
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Sam 21 Fév 2009 - 16:31

Du travail, je ne sais pas. Moi c'est une de mes activités préférées, et je n'ai pas spécialement appris. Il est vrai que je me suis énormément entraînée avec mes enfants, quand ils étaient petits, surtout mes garçons (plus flemmards), car mes filles, plus indépendantes, préféraient lire leurs livres elles-mêmes. Mais que d'heures délicieuses j'ai passées avec Pierre et Sylvain !!! Entre 10 et 12 ans, Sylvain a écouté ainsi une bonne quantité de Jules Verne, que nous lisions en suivant l'itinéraire sur l'atlas, des classiques comme "L'île au trésor", des récits d'aventures, des contes, etc... Puis quand il a eu 12 ans, il a décrété qu'il était trop grand pour ça, et j'ai respecté son choix, ce qui fait que depuis, il ne lit plus d'aucune manière.
Pierre a eu droit à des auteurs classiques, des romans humoristiques ("Trois hommes dans un bateau", Guareschi...), des récits de voyages...
Quand je fais la lecture à un enfant, je n'hésite pas à rajouter des explications pour les mots difficiles ou les allusions historiques (au besoin on cherche dans le dictionnaire), à supprimer des passages sans intérêt, à commenter ce qui peut amener une discussion, et dans les scènes d'action, à ajouter les gestes, c'est presque le cinéma !
Bref, je m'amusais au moins autant qu'eux et ce n'est pas peu dire !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 17:45

10, 12 ans ! tu as bien de la chance, les miens n’ont abandonné « comme lecteur » vers l’age de 7 ou 8 ans. j'ai lu tout les "Monsieur et madame" en jouant les personnages et les voix. Mais mon chef-d'oeuvre ce fut "vendredi ou les Limbes du Pacifique" de Michel Tournier, je l'avais lu en 68.
Estelle n'a pas aimé m'écouter le lire, quant à mon fils, je crois qu'à l'époque il ne comprenait pas vraiment. Il n'a jamais lu celui de Daniel Defoe.il ne nous reste que nos souvenirs, je ne sais pas pour toi, mais à l'époque, je n'avais pas de magnéto… un regret, ce sont des moments rares, ils ne reviendront pas.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 18:00

P.S.

Il y a dix ans environ quand le film de Rappeneau est sorti, j'ai voulu relire "le hussard sur le toit" à mi-voix. Expérience bizarre, les mots sonnent différemment dans la tête. Vers la fin du roman, nous avons droit après l'épisode du choléra chez Pauline dans la vieille demeure dans la forêt, à une longue digression qui m'avait ennuyé. À relire ainsi presque en me la chuchotant, elle prenait une dimension autre,…. ou alors c'est ma vieillesse qui me travaille.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Sam 21 Fév 2009 - 18:14

J'avoue que je n'ai jamais lu "Le hussard sur le toit " (ni vu le film), et quand j'ai essayé de lire "Vendredi etc", ça m'a barbée au possible... Et encore c'était la version pour enfants.

Oui, les "Monsieur et Madame", on a eu ça aussi, Soline aimait bien.
Nous avons adoré "Les belles histoires de Pomme d'Api", et encore avant, il y a eu quelques albums du Père Castor qui ont énormément servi ! Surtout "La vache orange", que je racontais tous les soirs (sans le livre) à Pierre quand il avait 2-3 ans, avec chaque soir des variations dans l'histoire.
Je constate que nous régressons progressivement dans le temps... Quand je pense que nous étions partis de st Augustin !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Sam 21 Fév 2009 - 21:16

« Le hussard » c’est un cycle écrit après guerre et qui marque une rupture profonde dans l’œuvre de Giono. Je ne vais pas faire ici une analyse, ni des commentaires, des gens fort savants s’étriquent depuis longtemps à ce sujet. On aime ou non, mais quand on aime, un vrai bonheur, on se trompe, on se fourvoie, on s’imagine, on découvre toujours du nouveau ; un sacré menteur le bonhomme. À cheval entre deux cultures, entre deux vérités, la guerre, le Choléra (avec une majuscule) ce sont des révélateurs, qui est M. Dubois, un petit employé ? ou un héros, mais peut-être un salaud. Nous n’avons plus les moyens de monter sur les toits pour observer la vie qui grouille…. en bas.

Une adaptation, toujours une trahison, ce hussard pourtant n’est pas qu’un bel album de jolies photos, …surveille ton facteur en milieu de semaine.
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Sam 21 Fév 2009 - 21:52

Pourquoi mon facteur ? Tu veux m'envoyer le Hussard ?

A propos de choléra : je viens de lire "La mort viennoise" de Christiane Singer, qui se passe pendant la peste de 1680 à Vienne. Superbe écriture, mais c'est pas très gai... Et justement mon père m'invite à faire un petit voyage par là-bas en juin Suspect . Enfin comme il m'a fait remarquer, la peste est finie à Vienne. Mais en fait, je souhaite plutôt voir Prague... jevole

Ce fil est complètement décousu décidément. Et on est censé être en "politique française" ! :beret: Y a plus que nous sur le forum, profitons-en avant que les grandes personnes reviennent drunken Je crois que j'ai besoin de me défouler un peu :lancepierre:

De Giono j'aime beaucoup "Regain" (le livre, pas le film qui est nul), et "Un de Baumugnes". J'en ai essayé d'autres mais qui m'ont barbée. Ah si, j'ai adoré le conte "L'homme qui plantait des arbres", et le dessin animé qui en a été tiré et qui est une pure merveille. coeur
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Sam 21 Fév 2009 - 22:06

Lavalette a écrit: Nous n’avons plus les moyens de monter sur les toits pour observer la vie qui grouille…. en bas.

c'est pourtant l'activité essentielle de mon fils quand il est à Bénarès.
Il s'assied sur la terrasse (tous les toits sont plats) et il regarde le monde, l'activité humaine, le Gange qui coule éternellement...
Il dit que là-bas, même quand on ne fait rien on ne s'ennuie jamais.





avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par plume verte le Dim 22 Fév 2009 - 3:19

Abstiens-toi de Prague, j’ai connu la ville en 1972 puis en 2002, mon dieu, l’occidentalisation a transformé les mentalités, les praguois étaient adorables, ils puent aujourd’hui ; le touriste n’est qu’une vache à pisser du fric. Quant à Vienne c’est tout autre chose, tiens si tu vas là-bas, puisque ton mari est l’auteur d’Utopix, j’imagine que la maison Hundertwasser t’enchantera (il doit y avoir des photos sur le web), Hundertwasser c’est le nom d'un peintre et le concepteur de cet immeuble, ( excuse moi, j’ignore si tu connais, Hundertwasser c’est un peu le fils de Gaudi mitigé facteur Cheval + Die Grünen)
"Regain" et "Un de Baumugnes" c’est le Giono première manière, pas grand-chose de commun avec celui d’après guerre, quant à "L'homme qui plantait des arbres », je tiens d’un jeune prof (en 68/69) une anecdote, Robert Ricatte qui a établi l’édition de la pléiade, pressait Giono de lui dire où il avait rencontré Elzéard Bouffier, Giono tergiversait, restait dans le vague. Après le départ de Ricatte, il lui aurait dit, « ils n’arrivent pas à comprendre, que j’ai tout imaginé ».
En avril 08, j’ai organisé dans mon village une soirée « Giono », un fiasco, 8 spectateurs ! cet année, en mars, je prépare une soirée autour d’un thème cher à Giono et à son Elzéard Bouffier, « la forêt retrouvée » ( un film sur l’Aigoual), mon but est comme Giono ( je suis prétentieux) de faire aimer planter des arbres, ce qui est une de mes idées les plus chères, mais pas vraiment partagé par les agriculteurs bretons.
Pour revenir à « Regain », c’est vrai que ceux qui ont lu le livre n’aiment pas le film en général et ils ne comprennent pas pourquoi je le défends, c’est simple, il faut toujours regarder un film avec les yeux de l’époque où il fut réalisé. Impensable de mettre à l’écran la sauvagerie du livre, ( le meurtre du lièvre par exemple).
Les terrasses de Bénarès, que peut faire un petit français là-bas ? du business ou de la méditation, le mythe de l’Inde n’existe-t-il pas toujours ?


Dernière édition par plume verte le Mer 4 Mar 2009 - 16:34, édité 1 fois
avatar
plume verte
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 174
Age : 66
Localisation : Haute Rance
Date d'inscription : 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Fée Violine le Dim 22 Fév 2009 - 12:09

Je voudrais quand même voir Prague, qui a l'air si belle. Les monuments de Vienne ont l'air plus classiques, genre Versailles (bof), mais il doit y avoir aussi plein de belles choses à voir. Mon père ne s'intéresse qu'à l'histoire, pas à l'art, mais il doit y en avoir pour tous les goûts.

Oui, les visiteurs nous parlent quelquefois de Hundertwasser, j'ai vu des photos. Cela dit, je n'aime pas que le style Utopix, j'ai même plutôt une préférence pour le style roman.

J'avais bien compris que le conte de Giono était juste un conte. Le film "Regain" représente en effet son époque, cette actrice est laide et joue très mal, c'est la même qui joue Fanny dans la trilogie de Pagnol, je la trouve ridicule. Et puis le film est rempli de bavardage, et Fernandel
prend toute la place.
Je me souviens que j'ai lu aussi de Giono "Le moulin de Pologne", en fait non, ce n'est pas ennuyeux, mais c'est assez sinistre.

Que peut faire un petit Français à Bénarès à part du business ou de la méditation : du tabla. Il y en a beaucoup, dit-il, qui viennent s'imprégner de culture indienne (musique, danse, langue etc.), et aussi beaucoup qui viennent se droguer, mais la police est impitoyable avec ça.
Et ta fille, qu'a-t-elle fait à Bénarès ? (merci pour les belles photos. Le sari lui va bien)
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CONFESSIONS - SAINT AUGUSTIN

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum