MARTHE ET MARIE

Week-end charismatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Week-end charismatique

Message par Fée Violine le Jeu 12 Fév 2009 - 16:46

Les 20, 21, 22 février 2009 à Saint Etienne
Convention charismatique dans le respect et l'unité des églises
Parc Expo - Hall A - Plaine Achille - 31 bd Jules Janin - Saint Etienne
" O Dieu élève-toi sur les cieux. Sur toute la terre ta gloire ! " Ps 57
Avec Frère Rémi SCHAPPACHER et Pasteur Carlos PAYAN
Et L'association Loire en Gloire de Saint-Etienne (Loire)


Inscription et programme : http://www.loireengloire.org/inscription
Carlos PAYAN
( Pasteur évangélique de feu, ministère prophétique.
Prêche la guérison dans l'unité des Chrétiens.
Président de l'association Tout Est Possible. www.paristoutestpossible.org
REMI SCHAPPACHER est entré chez les dominicains en 1978. Longtemps visiteur de prisons et aumônier d'un centre de détention, prêchant depuis une dizaine d'années des retraites de guérison intérieure, le conduit à un ministère d'écoute et d'accueil des ''blessés'' de la vie.

FRAIS D'INSCRIPTION : 15 €€/pers. - Gratuit pour les pasteurs, prêtres, religieux
Les personnes pouvant justifier de graves problèmes financiers peuvent nous contacter. L'aspect financier ne doit pas être un obstacle. De même, ceux qui voudraient faire un don de solidarité supplémentaire peuvent le faire librement.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Week-end charismatique

Message par Le moine le Jeu 12 Fév 2009 - 21:16

Merci pour cet information.
avatar
Le moine
Intéressé
Intéressé

Nombre de messages : 71
Age : 40
Date d'inscription : 14/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Week-end charismatique

Message par Fée Violine le Lun 20 Avr 2009 - 20:26



Pour La Rochelle :
du 24 au 26 avril 2009 -
Lieu du rassemblement : Avenue du Fief des Jarries 17140 Lagord

info : "Louange et Gloire" tous les jours sauf mercredi et dimanche : 05 46 34 71 67 de 9h à 12h30
La Rochelle-Lagord (17)

Association "Louange et Gloire" 3 rue Treuil-Moulinier
17138 Puilboreau

Je te réconforterai, je te conduirai, je te guérirai et ferai naître la louange sur tes lèvres (Isaïe 57)

Session avec le Père Roger Paulin et le Pasteur Carlos PAYAN du 24 au 26 avril 2009


Pour Le Laus :
du 8 au 11 juillet
avec Carlos Payan, Roger Paulin, Debbie Kendrick et David Cohen : info et réservations tél : 04 91 59 10 11
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Week-end charismatique

Message par jacquou le croquant le Lun 5 Oct 2009 - 9:02

FÊTE DE LA SAINT-FIRMIN A AMIENS LE 27-09-2009

Saint-Firmin fut le premier évêque d'Amiens, le matin de 9h30 à 12h30 nous nous sommes approprié le projet diocésain de catéchèse à partir d'un livret et de 12 fiches rédigées par l'équipe de catéchèse du Diocèse sous le titre de:
"BONNE NOUVELLE, tous concernés!"
12h30 à 13h nous avons pris l'apéritif et nous nous sommes mélangés pour aller vers de nouvelles rencontres puis avons partagés un pique nique tiré du sac, j'avais embarqué ma marraine de 76ans dans l'aventure et je ne l'ai pas regretté.
A 15h30 en la Cathédrale Notre-Dame d'Amiens nous avons assisté aux vêpres selon Saint-Firmin, célébrées par notre Père Évêque Jean-Luc Bouilleret et tous les prêtres et les diacres du diocèse, nous étions soutenus par les chœurs Grégoriens de la Cathédrale de Tours et un car complet de pèlerins de Pampelune - Espagne. C'était merveilleux et magique. Je voudrai vous faire partager la méditation d'un de nos très jeunes prêtres Jean-Marie Poitout chargé du catéchuménat dans notre diocèse, la voici:


28 septembre 2009
St Firmin 2009 méditation matin
« Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile ! » 1 Co 9, 16b

Introduction

Autant le dire franchement, cette phrase de Paul ne m’a jamais fait bondir d’enthousiasme, par son apparence de condamnation, par son côté exigeant, comme si l’apôtre soupçonnait notre paresse ou notre excessive prudence. On a envie de lui répondre : « Oui, eh bien s’il croit que c’est facile… » Ou bien : « Mon cher Paul, nous sommes plus avides de rencontres respectueuses que de télé évangélisation conquérante! »

De quoi s’agit-il ? Le texte national des évêques parle d’une « responsabilité catéchétique » que l’Eglise ne peut déserter. C’est drôle, on croirait presque entendre « responsabilité parentale ». Et effectivement, la suite du texte évoque la « sollicitude maternelle » que l’Eglise doit exercer pour ceux qui cherchent à se tenir dans la vie en tant que croyants. Le souci des personnes que nous avons en face de nous est le cœur de la catéchèse : il s’agit d’accompagner l’itinéraire chrétien, le processus de transformation, l’éclosion et la croissance de la vie évangélique… comme des parents accompagnent l’éveil de leur enfant à la liberté.

La démarche proposée est bien celle de nous mettre tous en état d’initiation, mieux, en chemin d’initiation. Tous, nous sommes catéchisés ; tous, nous sommes catéchisants. Nous pourrions sûrement garder en mémoire ce que disait ce vieux rabbin qui avait passé sa vie à enseigner : « Avec mes maîtres, j’ai appris un peu ; avec mes collègues, davantage ; avec mes élèves, encore bien plus. » Cela exprime bien l’humilité fondamentale requise de ceux qui voudront annoncer la Bonne Nouvelle.

Notre diocèse est particulièrement attaché à la figure de Jean-Baptiste, de par l’histoire de la cathédrale. Puisse cette figure inspirer notre courage, notre parole, pour véritablement préparer les chemins du Seigneur dans l’histoire, dans le quotidien, dans le cœur de nos contemporains. S’il fallait une autre figure tutélaire de l’ « annonceur », pourquoi pas Jonas, avec son mauvais caractère, sa liberté de parole et son message qui convertit…

Détaillons mot par mot : « malheur », « annoncer », « Evangile »…


« Malheur »

Paul n’y va-t-il pas un peu fort ? Qu’est-ce que c’est que le mal ? A la suite de la psychanalyse, nous pouvons répondre : « ce qui fait mal à autrui ». Notons que dans la Bible, les prophéties de malheur ne sont pas pour les pécheurs, mais pour ceux qui se croient justes et supérieurs, qui croient savoir, « qui se la jouent » comme disent les gamins, qui méprisent et excluent les autres.

Alors, oui, je suis malheureux si je me tais, si je m’isole, si je pense d’abord à moi. Car il est des silences mortifères. Vous avez lu, ou vu, Le silence de la mer, ce poignant huis clos pendant l’Occupation. Je me suis souvent demandé pourquoi ce titre, alors que ça se passe dans une ferme en rase campagne. Quand on a interrogé Vercors sur ce titre, il a répondu : « Le silence de la mer, c’est le fond de l’océan où règnent les squales meurtriers. » Aujourd’hui, ce silence-là pèse sur notre monde : silence de la dignité blessée, silence de la loi du plus fort, silence de l’ignorance et de l’obscurantisme. Alors oui, malheur si nous restons silencieux, car la Bonne Nouvelle manquera à ceux à qui elle n’est pas annoncée.

On objectera que c’est difficile, ou que ça coûte cher… Un jour, on reprochait au président Lincoln le montant faramineux du budget de l’Education. Il avait répondu : « Si vous trouvez que l’instruction coûte cher, essayez l’ignorance… »

On aura aussi la tentation de remettre à demain cette annonce : « On va déjà exister pour nous, on se tournera vers les autres après… » Ce serait une grave erreur, l’Eglise n’existe que par son rapport d’amitié avec Dieu et avec les autres. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera trop tard.

Nous pourrions reprendre les vers magnifiques de René Char :
« Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux, de rébellion, de bienfaisance.
Effectivement tu es en retard sur la vie,
La vie inexprimable. »


« Annoncer »

Reconnaissons que parfois, nous sommes découragés devant les difficultés de l’annonce. Combien de fois les mots d’Aragon nourrissent la prière du catéchiste découragé, du prédicateur désabusé, du témoin démotivé :
« J’aurais tant voulu vous aider
Vous qui semblez autres moi-même
Mais les mots qu’au vent noir je sème
Qui sait si vous les entendez
Tout se perd et rien ne vous touche
Ni mes paroles ni mes mains
Et vous passez votre chemin
Sans savoir ce que dit ma bouche. »

Comment annoncer ? Déjà, avec les oreilles : cela commence par écouter, se rendre attentif, proche de ceux que nous rencontrons. Il ne nous faudra jamais oublier que c’est seulement si nous portons des pensées de paix, de bienveillance à l’égard d’autrui que nous pourrons dire en vérité et avec quelque chance d’être pris au sérieux : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile ! »

Ensuite, et je reprends l’expression de Paul VI, en « se faisant conversation », je cite : « L’Eglise doit entrer en dialogue avec le monde dans lequel elle vit. L’Eglise se fait parole ; l’Eglise se fait message ; l’Eglise se fait conversation. (…) Cette forme de rapport indique une volonté de courtoise, d’estime, de sympathie, de bonté de la part de celui qui l’entreprend. Elle exclut la condamnation a priori, la polémique offensante… » (Ecclesiam suam, 1964)

Annoncer, c’est parfois prononcer : prononcer le nom de notre interlocuteur, à l’image de Jésus ressuscité qui interpelle au matin de Pâques : « Marie ». Et elle se retourne, et elle se convertit.
Annoncer, c’est parfois énoncer, risquer une parole de foi, aborder sans crainte le contenu du message chrétien et ses implications pour aujourd’hui.
Annoncer, c’est parfois se prononcer pour, prendre parti pour ceux à qui nous sommes envoyés, favoriser ce qui les épanouira à leurs yeux comme aux yeux de Dieu.
Annoncer, c’est parfois dénoncer : quand les critères moraux sont de plus en plus élastiques au fur et à mesure que les enjeux financiers sont de plus en plus importants, quand les immigrés clandestins de Calais sont moins bien traités que les chiens à la SPA, quand on claironne triomphalement que 27 000 étrangers seront expulsés de France en 2009, quand les adultes se déchirent devant leurs enfants, etc, etc… Il revient alors à l’Eglise de dénoncer, sans toutefois oublier que c’est d’abord à l’intérieur de soi qu’il faut chercher ce qui est à dénoncer, selon l’attitude recommandée par le Christ dans la parabole géniale de la paille et la poutre (Mt 7).

Enfin, par l’exemple ! « Avant de prêcher la parole, il faut examiner sa propre vie. » disait St Grégoire le grand. Cela permettra de « parler d’expérience », comme on dit, de savoir de quoi on parle. Le Texte national, le projet diocésain de catéchèse, montrent que l’Eglise a mieux pris conscience que l’annonce de l’Evangile ne peut être reçue qu’au sein d’un témoignage d’amitié. Finalement, nous ne pourrons jamais faire mieux qu’essayer de traduire l’attitude accompagnatrice du Christ : les actes du Christ, l’écoute et le regard du Christ, dire une parole de vérité, dire une parole qui sauve… « Tu n’es pas loin du Royaume de Dieu » (Mc 12) ; « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis. » (Jn 15).


« Evangile »

Il s’agit d’annoncer l’Evangile, étymologiquement, la Bonne Nouvelle. Ce que nous disons est-il 1. Bon, heureux, vivifiant ? 2. Nouveau, inattendu, inespéré ? Il s’agit d’annoncer la Bonne Nouvelle en étant soi-même Bonne Nouvelle. Notre présence, notre simple arrivée dans une pièce de la maison, ou notre voix au téléphone, ou un courriel avec notre nom qui s’affiche… Est-ce que cela éclaire d’un sourire le visage des autres ? En voilà une bonne question : sommes-nous des « Bonne Nouvelle » ? L’Eglise n’annoncera bien que si elle cherche comment elle-même peut vivre la nouveauté de l’Evangile.

Il m’est revenu une phrase magnifique de Chateaubriand au sujet de l’annonce de la Bonne Nouvelle : « L’Evangile, sentence d’acquittement, n’a pas encore été lu à tous. » C’est superbe, et on pourrait relire l’Evangile en pensant à cela : une sentence d’acquittement : la Parole du Christ délie, libère, relève. Combien attendent cette parole ? Combien sont fatigués d’attendre ? Combien ne peuvent pas entendre ? Voilà qui dessine l’urgence de notre tâche : « L’Evangile, sentence d’acquittement, n’a pas encore été lu à tous. »

Paul VI rappelle, en 1975, dans Evangelii Nuntiandi (n° 14) : « Evangéliser est la grâce et la vocation propre de l’Eglise, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser. »

Annoncer l’Evangile, car la foi naît de l’annonce, comme l’annonce naît de la foi. L’apôtre n’est pas propriétaire de ce qu’il annonce, il est porte-parole. Il ne s’annonce pas lui-même. Il doit rester libre pour conserver libre la parole elle-même. Cependant, le message que nous annonçons doit informer notre vie à chaque instant, si nous voulons être crédibles.


Conclusion : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile ! » A qui ?

A tous, et évidemment en priorité à ceux qui ne le connaissent pas. A tous, et donc aussi à nous-mêmes. C’est aujourd’hui, pour les hommes, femmes et enfants d’aujourd’hui, que l’Eglise veut faire retentir, résonner, la Parole de Dieu. Cette parole s’incarne différemment à chaque époque, différemment pour chaque personne. Nous voulons faire écho à la Parole même de Dieu, une parole créatrice, vivifiante, éclairante, qui donne sens à ce que nous vivons.

L’annonce de l’Evangile place l’humanité devant le mystère du Christ Fils de Dieu, mort et ressuscité. Cette annonce sollicite la liberté de religion et de conscience, elle sollicite une réponse, elle sollicite une conversion. C’est dans l’échange, le dialogue, que se fait l’annonce. Car de l’accueil ou du refus de l’interlocuteur dépend la transmission, ou l’extinction, de la Parole. Pour être reçus, soyons recevables ! Selon Ac 2, chacun doit pouvoir entendre dans sa langue les merveilles de Dieu.

Nous allons garder un instant de silence, en rendant grâce à Dieu pour celles et ceux qui nous ont annoncé l’Evangile, en nous rendant disponibles à cette mission confiée à tous les baptisés : annoncer l’Evangile. Rappelons-nous que, lors des ordinations, l’évêque transmet la Bible avec ces mots magnifiques qui viennent de St Augustin :
« Crois ce que tu lis ; enseigne ce que tu crois ; vis ce que tu enseignes. »
Jean-Maire POITOUT
avatar
jacquou le croquant
Passant
Passant

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 65
Localisation : Amiens Somme Picardie
Date d'inscription : 17/07/2007

http://jardin-ghislain.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Week-end charismatique

Message par Fée Violine le Mar 6 Oct 2009 - 19:59

Merci pour cette superbe méditation.
J'aime bien notamment la phrase de Chateaubriand : « L’Evangile, sentence d’acquittement, n’a pas encore été lu à tous. »
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Week-end charismatique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum