MARTHE ET MARIE

RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Aller en bas

RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Joss le Jeu 18 Déc 2008 - 14:59

Ancien pasteur évangélique pentecôtiste, converti au catholicisme, RICHARD BORGMAN lutte maintenant contre la "religion MAC DO"

J'ai connu Richard Borgman il y a quelques année à l'Eglise de la Très Sainte Trinité à Paris tenue par la communauté de l'Emmanuel.

J'ai également assisté à une veillée de prière charismatique du "buisson ardent" au Pecq où il prêchait et témoignait

Sa foi, sa force de conviction. son charisme , sa prière devant le saint sacrement, son rayonnement, son humilité et son adoration muette et immobile dans la pénombre de la chapelle silencieuse où nous retrouvions noyés en Dieu parmi d'autres pour prier.......ill pouvait ainsi rester des heures devant son Dieu Amour, cloturant souvent seul le temps d'adoration

Pour mémoire, article sur FAMILLE CHRETIENNE :




RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU - Emmanuel Pelat "Famille chrétienne"


Pasteur pentecôtiste pendant plus de trente ans en Afrique et aux Etats-Unis, cet américain "born again" est devenu catholique en 1999; aujourd'hui, ce "Jésus freak" (doux dingue de Jésus) parcourt le monde pour évangéliser. ..........

L'Afrique, ils y resteront 25 ans. Une terre de mission, surtout pour Richard......Car, toujours avide, Richard se laisse petit à petit apprivoiser par "l'ennemi" : les catholiques.Un à un, les a prioris tombent et les révélations se multiplient sur l'eucharistie, le pape, le sens de la souffrance......Un long chemin de foi
...........




QUATRE ANS PLUS TARD, DIRECTION L'AFRIQUE POUR VINGT CINQ ANS DE MISSION ?

En arrivant en Afrique, j'étais rempli de zèle. Brulant de zèle. A tel point que j'avais un peu mis mon intelligence de côté...A cette époque, j'étais convaincu que les catholiques étaient damnés, qu'ils n'avaient aucune relation avec Dieu. Je ne comprenais pas comment un catholique pouvait être chrétien. C'est ce que j'avais appris chez les évangéliques et je n'avais pas vérifié moi-même. J'étais
bourré de préjugés.

Mais en 1979, trois ans après notre arrivée, j'ai commencé à travailler dans une grande prison d'Abidjan. Elle contenait plus de 45000 détenus. J'y allais deux fois par semaine pour prêcher la conversion de Jésus.

Dans cette prison, il y avait de gros problèmes de malnutrition. Seulement à l'époque, le gros problème pour moi, c'était de leur apporter le salut. Peu importe qu'ils crèvent sur terre, l'important était qu'ils se convertissent et aient la vie éternelle...

Dans cette prison, j'étais en contact avec l'aumonier catholique de la prison. A ma grande stupéfaction, je me suis rapidement rendu compte qu'il y avait une grande différence entre lui et moi : ce prêtre faisait ce que moi je prêchais. Je prêchais l'amour de Dieu....et lui, il aimait. J'ai dû reconnaitre que ce prêtre et les religieuses qui l'accompagnaient, étaient plus proches de Dieu que moi. Ils ne criaient pas :

- "Au nom de Jésus ! Au nom de Jésus ! "

Ils ne faisaient pas tomber les gens par la puissance du Saint-Esprit, mais ils possédaient une douceur et une tendresse qui me faisaient défaut. J'ai compris qu'il ne suffisait pas de faire du ski nautique sur la surface du christianisme, mais qu'il me fallait plonger au fond. Ce prêtre et ces religieuses étaient des plongeurs. Ils n'avaient pas de temps à perdre avec l'écume.

QUE S'EST-IL ALORS PASSE ?

Un jour, je venais de prêcher un message assez dur sur la repentance et la sainteté, lorsque, en sortant de la prison, j'ai entendu une voix en moi qui disait :

- "Oui, pourquoi pas un message sur l'amour ? L'amour, ça n'est pas si mauvais que ça !"

Alors, j'ai préparé mon message sur l'amour. Et le lendemain, je suis retourné à la prison Je l'ai donné devant 350 détenus : aucun n'a été touché. Pourquoi un tel échec ? La réponse m'a traversé comme la foudre :

- "Il te faut avec mon amour une grande passion pour ma miséricorde"

J'avais le message d'amour mais je n'avais pas l'amour...Jai longuement pleuré. J'étais bouleversé. J'ai prié le Seigneur d'élargir mon coeur. Du fond de mon être, j'ai supplié :

- "Seigneur, traverse mon coeur de ton amour !"

J'avais le coeur de Jésus mais il n'était pas transpercé. Il fallait qu'une flêche d'amour le perce. Et, petit à petit, Dieu l'a transformé. Je me suis mis à aimer non seulement mon petit monde évangélique, mais à éprouver un grand amour pour les musulmans, les baptistes, les méthodistes...Je ne pensais plus que le monde était perdu.
Mais là où Dieu m'a vraiment transpercé le coeur, c'est que je suis tombé amoureux des catholiques. J'ai commencé à me lier d'amitié avec le prêtre de la prison. Il venait chez moi et jouait avec mes
enfants. On était tout le temps ensemble. On a lancé des mouvements, on a distribué des repas aux pauvres dans la prison. Et là, chose extraordinaire, les gens ont commencé à venir chez moi.
Ils sentaient tout-à-coup, l'amour qui jaillissait de moi : plus seulement une parole coupante, une parole d'évangélisation, mais quelquechose en profondeur était en train de jaillir. Je commençais à me convertir.

VOUS DITES QUE VOTRE CONVERSION AU CATHOLICISME A ETE LE PASSAGE "de la RESURECTION à la CROIX". POUVEZ-VOUS EXPLIQUER ?

.........
J'arrivais à être bon et doux avec la foule mais avec mes proches, je restais agressif. J'essayais d'être gentil avec eux mais c'était en vain. Et je ne comprenais pas pourquoi. Ce jour là, Dieu m'a amené à ce cri et à cette prière :

- "Seigneur, s'il te plait, montre-moi la solution pour cette maladie de l'ame qui me ronge"

Et dès que j'ai dit ça, à l'instant même où je l'ai dit, je me suis retrouvé devant la mort de Jésus.

UNE VISION ?
......
Certains voient Jésus dans l'hostie, alors que nous ne nous rendons pas compte que Jésus est réellement présent. C'était un peu la même chose. Je ne voyais pas physiquement la mort du Christ, mais je la vivais J'étais le bon larron et je mourrais. Jésus était à côté de moi. Je me tournais vers lui ; je le voyais avec sa tête couronnée d'épines, le sang qui coulait, la barbe tachée et le corps roué de coups, comme une boule de sang. Il s'est tourné vers moi, m'a regardé et j'ai entendu :
- "Ton problème. Richard, c'est que tu as la haine de ta mère, cette femme qui t'a mise au monde et t'a abandonné".

Ce fut la révélation de ma vie ! A cet instant, j'ai tout compris. J'avais de bons rapports avec les gens à condition qu'ils gardent leur distance avec ma blessure. Mais lorsqu'ils voulaient aller plus intimement en moi, j'avais peur et les repoussais violemment par le sarcasme et la colère. Au fond de moi, je pensais finalement que tout le monde allait me rejeter, même mon épouse tôt ou tard ;
pourtant, nous étions mariés depuis trente ans....Jai compris que je n'avais jamais pu vraiment avoir de relation intime à cause de cette peur du rejet Elle venait du fait que ma mère m'avait rjeté à la naissance. Je n'ai jamais connu ni mon père ni ma mère, je ne sais même pas d'où je viens.

Alors Jésus s'est à nouveau tourné vers moi et j'ai entendu :
- "Et tu as la haine envers ma mère Marie"

Je n'avais jamais pensé à Marie. Pourtant, j'avais déjà découvert au cours de ces années africaines auprès des catholiques : la compassion, la miséricorde, mais aussi l'eucharistie, le pape Jean-Paul II, Marthe Robin...Mais Marie, je n'avais jamais pensé à elle. Et là, j'ai compris au fond de moi, que la solution à cette blessure profonde, la transformation de cette blessure allait s'opérer à travers le Christ
crucifié et Marie.

- "Il s'agissait d'une vraie révolution pour un évangélique ?"

Vous ne croyez pas si bien dire. Chez les évangéliques, surtout les pentecôtistes, il n'y a pas de signe. Pour eux, c'est de l'idolatrie. Et surtout pas un crucifix ! Moi, comme tout bon évangélique, j'avais eu cette rencontre avec le Crist ressuscité ; j'avais l'assurance du salut et le feu du zèle apostolique. Mais je n'avais jamais rencontré le Christ crucifié. J'étais passé rapidement sur la mort et la Passion de Jésus pour arriver à la résurection. Tout était résurection. Jésus est vivant, il est vraiment ressuscité, c'est vraiment vrai ! Mais là, j'étais presque physiquement avec le Christ crucifié et avec Marie comme il est écrit dans la bible.

Alors, j'ai commencé à pleurer. Il m'a fallu six mois pour pouvoir en parler à quelqun ; et même six mois après, je sanglotais à chaque fois que je le racontais. Cétait tellement profond. Alors, j'ai dit :
- "Seigneur pardonne-moi pour cinquante et un an de vie blessée. Pour cinquante et un ans pendant lesquels je n'ai pas su écouter et comprendre que je pouvais être guéri à travers Marie et toi,
crucifié. S'il te plait, Jésus, guéris-moi"

Cette prière venait du plus profond de mon être, ce n'était pas seulement des paroles. Et tout-à-coup, j'ai ressenti que mon noeud s'était dénoué. Comme si Jésus avait aspiré toutes les racines de
peur, de rejet, d'amertume et de rancune plantés en moi. Pour la première fois de ma vie, je ressentais une terre fertile en moi, où pouvait pousser cette "bonté douce". C'était une folie de joie.

Et puis j'ai entendu dans ce coeur à coeur avec Jésus :
- "Voici ta mère". "Je partage ma mère avec toi"

J'ai dit "oui" à Marie, et Marie m'a dit "oui". Marie est venue dans ma vie et et je suis tombé amoureux d'elle. Intantanément. Je ne comprenais plus rien à toute ma théologie, mais je m'en fichais. Quand tu es amoureux, tout peut se régler ! C'était exactement ça. J'avais tout compris. Comme Ratisbonne, athée, entré il y a cent ans avec son frère prêtre à la Chapelle de la médaille miraculeuse,
rue du Bac à Paris, et que celui-ci l'aperçoit soudain à genoux devant la statue de Marie, en extase, en train de lui dire
- "J'ai vu la Vierge, elle n'a rien dit et j'ai tout compris"

............

Le siège physique de l'Eglise, c'est Rome. C'est Dieu qui l'a choisit. Je l'accepte ou je le rejette. Ce n'est pas une affaire politique, c'est une affaire de vie. Si on va à Rome, qu'on entre dans la basilique
saint Pierre et qu'on ne ressent pas la richesse du coeur de l'Eglise, c'est qu'on n'a pas eu vraiment cette rencontre avec l'amour de l'Eglise et qu'on a besoin d'une conversion. Moi, à Rome, mon coeur
me dit que je suis chez moi, à la maison. Au fond de nous, il y a un "oui" ou un "non" à l'Eglise, s'il y a un "non", c'est qu'il y a quelque part une blessure, une ignorance ou qu'il y a eu un problème
de transmission de la foi. Nos ainés n'ont pas su nous transmettre la joie de vivre comme catholique. Mais ça peut se régler avec un peu de recherche, de désir et de prière

...........



- "Les évangéliques étaient 7millions en 1900 et sont aujourd'hui plus de 500 millions dans le monde. Que pense l'ancien pentecôtiste de cette vague qui gagne la Terre entière ? Doit-on s'en réjouir ?"
Le plus grand défi pour l'Eglise catholique aujourd'hui, ce n'est pas l'Islam, ni le modernisme, ni le matérialisme, ni même l'indifférence, c'est l'église évangélique américaine. On ne doit pas en avoir peur mais en prendre conscience. Dans quelques années, il n'y aura pas 500 millions mais 1 milliard et plus d'évangéliques dans le monde entier.

Quand j'évangélise sur les plages du Brésil et que je touche onze personnes, neuf parmi elles sont évangéliques baptisés catholiques. Quand, à 2 heures du matin, dans une grande ville, je fais de l'évangélisation, je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade, en train de prêcher. Nous sommes face à un immense défi.

- "Est-ce à dire que le "fruit évangélique" est mauvais ?"
Il ne suffit pas de proclamer le message, il faut que cela suive derrière. L'annonce doit être suivie d'une formation de vie. Même si nous pouvons apprendre d'eux l'importance de l'annonce du message,
ce feu de l'annonce, il faut ensuite toute la sagesse de l'Eglise pour conduire les gens à maturité. Je crois réellement que tout ce qui n'attire pas finalement au centre de l'Eglise n'est pas de Dieu. Le
coeur ne peut pas être soigné sans Marie, l'Eglise et les sacrements. Attirer des personnes souvent blessées et leur dire de lire la Bible ne suffit pas. On a besoin de l'Eglise.

- "Que faire alors face à cette déferlante ?"
Si nous n'annonçons pas Jésus, les pierres crieront : "Jésus est la solution". Dieu se sert de tous ceux qui veulent l'annoncer. Et il faut l'annoncer. Et c'est bien le problème de la plupart des catholiques. On n'annonce pas notre richesse. Et puisqu'on ne l'annonce pas, on ne l'apprécie plus. La solution, c'est l'évangélisation. L'Eglise doit évangéliser. C'est plus qu'urgent, sinon, je vous le certifie, le monde va devenir évangélique. Ca devrait être une obsession pour chacun de nous Moi, c'est toute ma vie. Jour et nuit, je ne pense qu'à ça. Il faut sortir de nos paroisses


Dernière édition par Joss le Dim 20 Mar 2011 - 10:49, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Joss le Jeu 18 Déc 2008 - 15:00

En 2003, il fonde une école catholique d’évangélisation à Atlanta aux Etats-Unis puis au Brésil avec la Communauté Shalom, école spécialisée dans l’évangélisation par le porte-à-porte.






.......il me met toujours autant en joie quand je l'écoute

Very Happy
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par doris le Dim 28 Déc 2008 - 10:57

Joss a écrit:En 2003, il fonde une école catholique d’évangélisation à Atlanta aux Etats-Unis puis au Brésil avec la Communauté Shalom, école spécialisée dans l’évangélisation par le porte-à-porte.



.......il me met toujours autant en joie quand je l'écoute

Very Happy

Il y a eu un reportage sur KTO ! C'était génial !
avatar
doris
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 764
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Joss le Mar 11 Aoû 2009 - 19:06

Un beau fruit : le fils de Richard BORGMAN, son fils Scott.


Scott a 27 ans, une vie bien remplie, un travail dans le cinéma, mais il sent qu’il lui manque quelque chose. Après la conversion de ses parents au catholicisme, il se rapproche de l’Eglise catholique et y découvre l’amour qui seul peut combler sa vie. Après son entrée dans l’Eglise catholique, il entend l’appel à partager ce qu’il a reçu. Dix ans plus tard, il est ordonné diacre en vue du sacerdoce le 29 juin 2009.

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Temoignage diacre Scott Borgman

Message par Marc le Ven 25 Juin 2010 - 9:55




Un prêtre est un homme qui décide de vouer sa vie, par
amour, au service du Christ et des hommes.
Suivez le témoignage du jeune Scott, que sera ordonnée prêtre le 27
juin, à La Castille.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Prise de conscience

Message par lola le Mar 20 Juil 2010 - 17:51

Bonjour Lola, vous dites :
Depuis, quelques temps je suis, boulversée,si je m'approche de Marie,j'ai peure de trop l'aimer, et d'offenser Dieu .

Personne n'a aimé Marie plus que Dieu ne l'a aimé. Pour dire le Fils de Dieu est celui de Marie !!! Dieu dit à Joseph par l'entremise d'un ange : Mt 1, 20 "Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint." Comment DIeu pourrait il nous en vouloir d'aimer Marie ? Lui qui en nous à répandu l'amour (cf. Rm 5, 5) Cet amour qui crie "Abba Père :

Rm 8, 15 vous n’avez pas reçu un esprit qui vous rende esclaves et vous ramène à la peur, mais un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs et par lequel nous crions : Abba, Père.
Ga 4, 6 Fils, vous l’êtes bien : Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba-Père !

Et si nous sommes Fils ! Nous le sommes également de Marie Ro 8, 29 Ceux que d’avance il a connus, il les a aussi prédestinés à être conformes à l’image de son Fils, afin que celui-ci soit le premier-né d’une multitude de frères". Pour être vraiment conforme "à l'image de Son Fils" nous devons avoir Marie pour Mère ! Que Jésus Lui même donne à Jean "le disciple qu'Il aimait" (c'est à dire nous).

Jn 19, 26-27 Voyant ainsi sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Il dit ensuite au disciple : « Voici ta mère. » Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui.



A très bientôt Wink
avatar
lola
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Joss le Mar 20 Juil 2010 - 19:52

Bonjour LOLA sur !!!

Oh ..... RICHARD BORGMAN n'est pas le seul ! MARC, qui est sur ce forum était sur le point d'être nommé diacre évangéliique lorsqu'il a retrouvé en lisant la bible le fil qui l'a conduit à retrouver la VIERGE MARIE et la tradition catholique pleine et entière.

Vous avez abandonné MARIE mais elle, ne vous a jamais abandonnée. Je souhaite pour vous une réconciliation qui vous conduira à une intimité jamais égalée avec Notre Seigneur JESUS-CHRIST.

Si vous avez des questions.... N'hésitez pas
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

suite à prise de conscience

Message par lola le Mer 21 Juil 2010 - 11:35

            Je vous remercie de m'avoir répondu .
            
           (Rm 8,29) "semblables à l'image de son fils,LE PREMIER NE DE PLUSIEURS FRERES."
          
          Si JESUS est mon frère,MARIE en conséquence est ma mère.
 
         ( Rm5,5)" L amour de DIEU  répandu dans nos coeurs".
         Qu'elle est la différence,entre aimer et adorer?
 
       Car dieu est le seul que l'on doit adorer,en JESUS-CHRIST.lui la 3ème personne de la
       trinité, et nous devons aimer MARIE comme nous même,elle est créature ,comme nous,
       certe vase, de GRAND PRIX .
 
       Cependant,moi,que je prie MARIE OU LE CHRIST j'ai le même élan d'amour .
     
        Alors j'en viens à penser que,je ne sais pas ce que veut dire ADORER .  Mercie de tout coeur pour votre réponse.
 
avatar
lola
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Joss le Mer 21 Juil 2010 - 17:13

Adorer.... Je n'ai pas besoin de vous rappeler le 1er commandement que vous connaissez: "Tu
n'auras pas d'autres dieux devant ma face"

Adorer, c'est "enlever ses sandales" comme Moïse devant le buisson ardent. C’est un face à face avec le Christ. « Je l’avise et il m’avise » répondit simplement un paroissien du saint Curé d’Ars qui l’interrogeait sur ses nombreux et longs temps d’adoration. Jean-Paul II témoigne de l'adoration : " Il est bon de s'entretenir avec Lui et, penchés sur sa poitrine comme le disciple bien-aimé (Jn 13,25), d'être touchés par l'amour infini de son cœur. Bien des fois, […] j'ai fait cette expérience et j'en ai reçu force, consolation et soutien ! ".

... C'est demeurer longuement en une conversation spirituelle, une adoration silencieuse et une attitude d'amour. Fermer nos yeux et notre bouche, ouvrir notre coeur, le Bon Dieu ouvrira le sien; nous irons à lui, il viendra à nous, l'un pour demander et l'autre pour recevoir. Ce sera comme un souffle de l'un à l'autre". (Curé d'Ars). Faire silence en nous. Faire taire toutes les voix qui sont en nous, ne plus courir après les pensées inutiles. Les "problèmes, les préoccupations, les angoisses, les garder pas pour nous, mais les offrir à Jésus. Savoir entrer dans le silence intérieur en parlant cœur à cœur avec Jésus comme avec un ami".

Bref, dans attitude de coeur humble, pauvre, confiante et patiente, se laisser saisir par Dieu

Voilà pour l'adoration

Vénérer Marie :

Le culte marial nous a été transmis par les Pères de l'Église qui l'ont forgé, mûri et vécu sous l'action éclairante de l'Esprit Saint. Marie a été vraiment pour les Pères de l'Eglise celle qui fait mieux comprendre Dieu et l'homme. Le culte marial est toujours porté vers Dieu et vers les frères, pour les Pères, si le culte marial devait sortir de ce schéma théologique, il n'aurait aucun sens et il tomberait dans l'idolâtrie.

Vénérer Marie, c'est la prendre chez soi comme saint Jean l'a fait, en éprouvant envers elle amour et reconnaissance filiale pour avoir dit oui à Dieu "qu'il me soit fait selon
votre parole !", c'est demander avec confiance à celle "que les Nations diront bienheureuses" d'accompagner notre prière, d'être notre avocate auprès de son Fils auquel, nous sommes surs, elle dira 'ils n'ont plus de vin". Miracle.... "cette pleine de grâces" saura porter notre prière à son Fils et saura, comme Mère, Lui faire changer notre eau en vin.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10504
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Marc le Mer 21 Juil 2010 - 18:40

Re-bonjour Lola,

Marie n'est pas adoré chez les catholiques. Elle est vénéré comme l'a précisé Jo. J'ai fais quelques recherches sur l'adoration récemment et il apparait que l'adoration n'est pas (dans l'attitude) un amour qui sort de nous pour aller vers Dieu, mais tout au contraire un mode de réception de l'Amour de Dieu en s'effacent devant Lui. Ensuite il faut adorer une présence réelle comme le précise Jésus en Esprit et en Vérité (Jn 4, 23-24). Les juifs allaient au temple ou la présence de Dieu résidait sur le propitiatoire de l'arche de l'alliance entre les deux chérubins. La présence de Dieu (que l'on nomme "gloire") n'y était qu'à cet endroit.

Pour ce qui est de Marie nous la prions afin qu'elle prie avec nous le Seigneur.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par doris le Sam 7 Aoû 2010 - 7:52

J'aime beaucoup la Vierge Marie.
avatar
doris
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 764
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Marc le Sam 7 Aoû 2010 - 9:38

doris a écrit:J'aime beaucoup la Vierge Marie.

Comment ne pas l'aimer ! Wink

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par jeandemarie le Lun 14 Mar 2011 - 10:21

Joss a écrit:Bonjour LOLA sur !!!

Oh ..... RICHARD BORGMAN n'est pas le seul ! MARC, qui est sur ce forum était sur le point d'être nommé diacre évangéliique lorsqu'il a retrouvé en lisant la bible le fil qui l'a conduit à retrouver la VIERGE MARIE et la tradition catholique pleine et entière.

Vous avez abandonné MARIE mais elle, ne vous a jamais abandonnée. Je souhaite pour vous une réconciliation qui vous conduira à une intimité jamais égalée avec Notre Seigneur JESUS-CHRIST.

Si vous avez des questions.... N'hésitez pas
quoi Marc était évangelique waouh
ça alors

jeandemarie
Passant
Passant

Masculin Nombre de messages : 38
Age : 117
Date d'inscription : 10/07/2010

http://toutatous.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Marc le Lun 14 Mar 2011 - 10:41

jeandemarie a écrit:quoi Marc était évangelique
ça alors

Hé oui...

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Marc le Lun 14 Mar 2011 - 11:15

lola a écrit: Je vous remercie de m'avoir répondu .

(Rm 8,29) "semblables à l'image de son fils,LE PREMIER NE DE PLUSIEURS FRERES."

Si JESUS est mon frère,MARIE en conséquence est ma mère.

( Rm5,5)" L amour de DIEU répandu dans nos cœurs".
Qu'elle est la différence,entre aimer et adorer?

Car dieu est le seul que l'on doit adorer,en JÉSUS-CHRIST.lui la 3ème personne de la
trinité, et nous devons aimer MARIE comme nous même,elle est créature ,comme nous,
certe vase, de GRAND PRIX .

Cependant,moi,que je prie MARIE OU LE CHRIST j'ai le même élan d'amour .

Alors j'en viens à penser que,je ne sais pas ce que veut dire ADORER . Merci de tout cœur pour votre réponse.

Bonjour Lola, même sur le sujet date de l'année dernière, je vais tenter de vous répondre aujourd'hui et de simplifier que mieux une réalité complexe.

Pour commencer nous héritons de "l'adoption filiale" d'avec Dieu par Marie :

Ga 4, 4-5 Mais, quand est venu l’accomplissement du temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme (..) pour qu’il nous soit donné d’être fils adoptifs.

Jésus s'est fait chair (Jn 1, 14) et il s'est fait chair par Marie étant "le fruit de son sein" (Luc 1, 42). Jésus partage donc la chair de Marie de façon exclusive car il n'a pas de père humain. C'est à dire que la chair de Marie et celle de Jésus sont 100% identiques. Plus loin Jésus nous dit que "Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie."(Jn 6, 51) de sorte que le Pain que nous mangeons nous assimile au corps du Christ qu'est l'Église ! Comme le dit Jésus plus loin : "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui."(Jn 6, 56) C'est à dire que nous demeurons dans le corps du Christ qu'est l'Église et que la présence réelle du Christ est enraciné en nous comme nous sommes enracinés en Son amour par l'eucharistie qui est Son corps également. (Eph 3, 17) De sorte que nous ayant donné Sa gloire (présence réelle de Dieu) nous ne soyons plus qu'"un (avec Lui) comme nous sommes un (le Père et le Fils), moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un" (Jn 17, 22-23) Afin que l'Epoux qu'IL est et l'Épouse que que nous sommes ne fassent plus "qu'une seule et même chair" (Eph 5, 31-32).

Et donc : 1Jn 4, 12 Personne n’a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.

Attention ! Je ne suis pas en train de dire qu'il nous faille nous adorer les uns des autres ! Adorer consistant à se faire "capacité" et à "recevoir" la divine présence de Dieu. Mais qu'il existe donc des "déclinaisons" à l'Amour que nous portons à Dieu, à Marie et aux Saints.

Adoration pour Dieu : Est une Latrie

Vénération pour Marie : Hyperdulie

Vénération des Saints : Dulie

Étant donc "fait à l'image de Dieu" et faisant parti du corps de Son Fils de façon tangible et certaine comme l'est l'incarnation, nous pouvons nous dire en toute sécurité que la vénération porté à Marie et aux Saint conduit a Dieu en vertu de la nouvelle alliance.

2Pi 1, 3-4 3 Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.

_________________
Qu’Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l’homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l’amour. (Eph 3, 16-17)
avatar
Marc
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1322
Age : 50
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/05/2010

http://www.solaverbum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RICHARD BORGMAN FOU DE DIEU ET SON FILS SCOTT, prêtre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum