MARTHE ET MARIE

Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Aller en bas

Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Fée Violine le Ven 16 Mai 2008 - 17:44

dans l'hebdo "Famille chrétienne" de cette semaine, un article assez long sur mère Geneviève Gallois (1888-1952), "la Toulouse-Lautrec des couvents".
Nous avons déjà parlé ici de cette bénédictine, dessinatrice de génie, à propos de son livre "Vie du petit saint Placide" :
http://marthetmarie.lifediscussion.net/doctrine-et-questions-de-foi-f7/vie-du-petit-saint-placide-t371.htm

Quelques-uns de ses croquis sur la vie au couvent sont exposés au musée national de Port-Royal-des-Champs (Yvelines), jusqu'au 7 juillet.
Rens. tél 01 39 30 72 72, www.port-royal-des-champs.eu

Il y a 4 ans, le musée des Beaux-Arts de Rouen faisait une exposition de ses oeuvres.

Marie Laurencin la comparait à Goya.
Une partie de son oeuvre est en Amérique, notamment la série de 18 eaux-fortes Via crucis.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

MERE GENEVIEVE GALLOIS

Message par Joss le Mar 1 Juil 2008 - 12:59

Mère Geneviève Gallois - Vision du cloitre au XXème siècle
Musée de Port Royal aux Champs
(Magny les Hameaux)
Du 10 avril au 7 juillet 2008


A Magny les Hameaux, situé dans le domaine des Granges au sein d'un parc
de 10 hectares à l'orée de la vallée de Chevreuse, très beau isolé et calme propice à la promenade champêtre et à la méditation, le Musée de Port-Royal des Champs, qui domine les ruines de la célèbre abbaye de Port-Royal des Champs, rasée en 1711, un des hauts lieux de la réforme au 17ème siècle et de la pensée janséniste, présente une exposition singulière "Mère Geneviève Gallois - Vision du cloître au XXème siècle".
Philippe Luez, le directeur du musée, l'a initiée pour montrer, vue de l'intérieur, la vie au quotidien, au début du 20ème siècle, des religieuses cloîtrées

dans les saintes demeures du silence à travers l'œuvre d'une d'entre elles, une sélection importante de près de la moitié des planches qui composent le cycle des "Scènes de la vie conventuelle".
Une exposition à l'intérêt pluriel. En effet, elle permet, à partir d'un propos historique et anthropologique, de visualiser la clôture dans ce qu'elle a de plus élevé comme de plus ordinaire à travers le langage personnel et résolument moderne d'une artiste au destin atypique.

Mais également d'aborder à travers une thématique peu abordée dans l'art
religieux, une œuvre profondément inspirée, et néanmoins esthétique,
d'une femme peintre, graveur et verrier, à confronter avec le mouvement
de renouveau de l'art sacré qui intervient au 20ème siècle.

Enfin, de découvrir une œuvre très rarement exposée en raison de sa genèse même. En effet, avant d'intégrer l'ordre des Bénédictines et devenir
Mère Geneviève Gallois, Marcelle Gallois était une artiste reconnue dans le milieu du dessin satirique. Son art, une passion mise en sourdine au couvent, retrouve à s'exprimer grâce à l'insistance et à la commande de Paul Alexandre, amateur d'art éclairé, qui est fasciné par ses dessins proposés dans une vente de charité, qui donnera naissance à ces 152 planches des "Scènes de la vie conventuelle". Et chose rarissime, ces oeuvres n'ont jamais été commercialisées et sont toujours détenues par la famille Alexandre. Une artiste captive volontaire

Philippe Luez évoque, à juste titre, dans son essai figurant dans le catalogue de l'exposition, la réconciliation des vocations de Mère Geneviève
Gallois.

Ses gouaches "schizophrènes" révèlent simultanément l'œil aiguisé et la
plume pertinente d'une observatrice sans concession de la vie du cloître, et la transcendance du prosaïque au divin, le dessin comportant souvent des textes intégrés à la composition et supports de méditation.

On est loin des archétypes édulcorés de l'imagerie populaire de la chaussée aux moines ou des fabricants de liqueurs, le renoncement au monde ne se parant d'aucune couleur. Tout est gris, noir, brun. Car les captives volontaires sont astreintes aux tâches quotidiennes que Mère Geneviève Gallois qualifie, selon une tautologie textuelle lourde de sens, de besognes basses et abjectes. Seules taches de couleur le vert des arbres du jardin ou le rouge de la croix moniale.

La foi vue de l'intérieur à travers les corps

Dans les divers lieux austères et miséreux de l'abbaye, Mère Geneviève
Gallois peint des corps de religieuses, femmes réduites à des ombres
fantomatiques, sans visage ou aux traits difformes, au corps effacé par
l'habit monastique dont elle célèbre par le pinceau "les plis magnifiques de la Robe d'Intégrité dont il revêt l'homme déchu". Des corps effacés au monde dont on entrevoit parfois les soubresauts charnels comme dans le trio de "La fin de la récréation".

La technique de l'affiche et de la caricature se retrouve dans la précision et l'acuité du trait expressif qui laisse deviner le geste sans repentir ni retouche même si des esquisses, dont certaines sont montrées, témoignent néanmoins d'un travail de composition.

Cette artiste a également œuvré dans la gravure, dans laquelle elle voyait
l'expression "du drame qui se joue entre l'âme et Dieu, et dans le vitrail qui par ses couleurs lui évoquait "le frétillement du monde surnaturel".








Buanderie : on vide la machine (détail)

ECOUTEZ LE REPORTAGE R.T.L.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Fée Violine le Sam 12 Mai 2012 - 15:52

Lundi prochain, 14 mai, sur KTO, une émission sur mère Geneviève Gallois.
"Le génie et le voile"
20h 40

Ceux qui ont KTO, profitez-en! regardez cette superbe émission!
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Cécile le Sam 12 Mai 2012 - 16:20

Il n'est pas nécessaire d'avoir KTO sur la télé. On peut le regarder sur internet.
Taper KTO sur google.


Comment recevoir KTO


Sur Internet


Avec ce nouveau site, vous pouvez regarder plus facilement et plus simplement toutes nos émissions, en direct ou en archives, et en plein écran...


Le site bénéficie d'un système révolutionnaire de mise à jour automatique : grâce à la numérisation de la chaîne, les vidéos sont les répliques identiques de ce qui passe à l'antenne. De plus, les données de l'antenne sur les vidéos (titres, horaires, etc.) sont récupérées automatiquement !

Pour accéder aux vidéos du site, il est préférable d'être connecté à Internet en haut-débit (ADSLou fibre) et d'avoir installé les dernières versions du navigateur et du lecteur vidéo sur son ordinateur (PC ou Mac).

Pour les utilisateurs de Mac qui n'arrivent pas à lire les vidéos au format wmv, il faut installer l'extension gratuite Flip4Mac. (NB : pour le moment, le plein écran ne fonctionne pas sur Mac, mais on peut toujours zoomer pour agrandir la vidéo).


De plus, ça permet de regarder à l'heure qui nous convient. Je viens justement de regarder l'interview de l'évêque de mon diocèse ! On peut aussi suivre certains offices.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Joss le Sam 12 Mai 2012 - 18:23

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Cécile le Mer 16 Mai 2012 - 14:56

Mère Geneviève Gallois

Née en 1888, Geneviève Gallois entre en 1907 aux Beaux Arts de Montpellier, en 1909 à ceux de Paris. Elle découvre les Bénédictines de la rue Monsieur, participe à la liturgie, et se convertit.

En 1918, elle entre au monastère. Poussons cette petite porte : qu’y a-t-il derrière ? O douceur ! O paix ! O silence ! c’est le cloître.

L’apprentissage de la vie monastique est rude à sa grande sensibilité, et ce n’est qu’en 1933 qu ‘elle prononce ses vœux : c’est le bond dans l’inconnu, la consécration monastique. Pas moyen de se défiler à côté. Est-ce moi qui ait inventé cela ? Oh non, c’est Lui. Alors, marchons.

Mère Geneviève pensait avoir déposé crayons et pinceaux pour toujours. Mais le Docteur Alexandre (déjà mécène de Modigliani)découvre son talent et obtient pour elle de l’ abbesse la permission et le temps de dessiner : ma journée est partagée entre le ménage, le raccommodage et le dessin, ou plutôt la gravure. Je m’évertue à apprendre. Le procédé est long et patient. Mais tout cela est tellement subordonné à l’unique nécessaire qui est de parvenir à Dieu.

Mère Geneviève dessine (la vie quotidienne, la liturgie, la vie du petit saint Placide…etc), elle peint, grave, sculpte des marrons, brode des ornements liturgiques…

En 1951, la communauté déménage à Limon : voilà notre Abbaye, la plus belle que le monde puisse porter !

Elle dessinera pour la nouvelle église des vitraux et les réalisera entièrement, jusqu’à la cuisson :


Quelle sera la réaction de tous ces verres, dans la lumière? Je veux, non pas une peinture immobile, mais un frétillement… le vitrail parle plus par la lumière qu’il capte que par le sujet même qu’il représente.

1958 : je peins un vitrail que je veux absolument finir : une religieuse qui monte au ciel toute joyeuse. Quand j’aurai fini de représenter cela, il ne me restera plus qu’à en faire autant.

Octobre 1962, 10 jours après la pose du dernier vitrail, Mère Geneviève s’éteint.

Les vitraux de l’église abbatiale sont accessibles au public, et un musée Mère Geneviève peut être visité sur rendez-vous. Des ouvrages sont en vente au magasin, dont un gros livre retraçant toute son œuvre : « Mère Geneviève Gallois, bénédictine, peintre, graveur, verrier », de Noël Alexandre, fils du docteur Alexandre.





avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Joss le Mer 16 Mai 2012 - 15:48

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Fée Violine le Ven 18 Mai 2012 - 19:37

Merci!!!

Je viens de regarder le film, qui est captivant !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère Geneviève Gallois, la Toulouse-Lautrec des couvents

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum