MARTHE ET MARIE

la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par mandonnaud le Mer 23 Avr 2008 - 15:37

Je vais vous parler aujourd'hui d'un livre qui a pour titre "Saint Paul". Car une année saint Paul va commencer le 29 juillet 2008, que notre pape Benoît XVI veut dédier au grand apôtre,et qui est aussi mon patron personnel.

Ce livre est un de ceux qui est le plus pertinent sur st Paul, car il est écrit par une spécialiste de l'antiquité et bonne historienne. je veux parler de Mme Marie-Françoise Baslez . Ce livre est un bijou de connaissances, 117 pages de notes et de références. Malgré cela, il est facile a lire et nous apprend plein de choses sur St Paul et son époque, sa famille, son évolution dans sa mission, 302 de pages de vie concrète décrivant ses amitiés, son activité, les haines et tribulations qu'il a vécu, les amitiés et fidélités de ses disciples, sa place unique dans le début de l'Eglise, son humble soumission a l'Esprit Saint et aux révélations reçues de Jésus, voilà en 13 chapitres de quoi renouveler nos connaissances sur Paul et pour l 'apprécier allons aux détails de chaque chapitre en suivant sa route et sa vie.

Premier chapitre dont le titre est "Une famille importante, L'importance de la famille"

il nous décrit les racines familiales de saint Paul, né à Tarse, né romain, de culture pharisienne, sa famille vit du commerce, de l' exportation et la fabrication de toiles et tentes, on s'aperçoit que sa vie missionnaire sera faite en suivant les itinéraires où sa famille élargie est implantée en Europe.

Deuxième chapitre " L'Amoureux du Savoir"

Où l'on voit que dès sa jeunesse sa famille soucieuse de lui donner un savoir sérieux et de qualité est très ouverte aux connaissances de l'époque, jusqu'à quitter le milieu familial. L'ouverture encyclopédique des études du jeune Saul l'amène à choisir le célibat et le déplacement pour mieux étudier.

Troisième chapitre "L'homme d'action"

Où l'on voit le jeune Saul comme homme de convictions allant à l'action, au détriment des jeunes chrétiens avant sa conversion, un Saul prenant des risques en allant à Damas après qu'il ait approuvé la mort d'Etienne.

Quatrième chapitre " Expérience mystique "

En premier, l'éblouissement par Jésus " pourquoi me persécutes-tu?" Saul découvre Jésus ressuscité qui se fait solidaire des persécutés, retournement des convictions, et base d'une conversion. Ce chapitre nous montre aussi qu'à l'époque d'autres prêcheurs en Orient faisaient des miracles ou prodiges, mais quand Paul aura été enseigné et prêchera, il fera des miracles pour asseoir son enseignement et permettre de voir les signes du Dieu vivant qui entraînent vers la foi, foi en Jésus sauveur. Et lui même ses expériences mystiques l'ont de plus en plus uni à Jésus et surtout en sa passion pour construire l'Eglise dont Jésus est la tête.

Cinquième chapitre "La difficile intégration"

Dans ce chapitre nous voyons les premières années du ministère de St Paul , avec la crainte des communautés qu'il avait persécuté, avec aussi la nécessité de trouver sa place avec Pierre et Jacques compte tenu de sa formation, c'est Barnabé qui le guidera et lui permettra de trouver sa vocation de prêcheur et d 'apôtre des Gentils en passant par les synagogues et sur l'envoi de Pierre vers sa région d'origine, Tarse; le tout surtout en choisissant les régions où sa famille est implantée ce qui lui permet de choisir l'indépendance par le travail de ses mains et le célibat pour être libre de mieux prêcher gratuitement.

Sixième chapitre " Le second de Barnabé "

Paul reçoit de Pierre d'aller avec Barnabé à Antioche et dans le pays d'origine de St Paul, environ entre 44 et 45, il apprend de Barnabé sa vocation de tribun. Malgré les chemins pris où sa famille est présente il est très persécuté par les juifs, même lapidé 1 fois. Il prend alors conscience de sa mission pour les païens et met en place les premières églises.

Septième chapitre: "Une mission sans limites."

Paul après bien des hésitations suite à la rupture avec Barnabé et l'arrivée de Timothée décide d'aller vers l'Europe et Rome. Dans un premier temps l'esprit l'appelle vers la Grèce. Il marche vers Phillippe pour une première fois hors des sentiers de ses proches parents. Mal lui en prend car par la résistance de certains juifs, il est persécuté. Pire il est jugé et condamné à la lapidation dont il se sort vivant par miracle. Une autre fois il est flagellé. A chaque fois il ne peut se prévaloir de son statut de citoyen romain car il faut le témoignage de personnes connues du lieu qui se portent garantes; hors loin de sa famille il est trop seul, il s'en souviendra et par la suite il choisira les routes ou ses proches parents pourront témoigner de son statut.

Huitième chapitre "L'élaboration d'une stratégie missionnaire"

Ce chapitre se passe en 51 après Jésus Christ. Paul entrant par la Grèce, va s'orienter vers les païens convertis au Judaïsme, que l'on nomme " Les craignants Dieu". Ils ont une connaissance des écritures mais ils ne sont pas circonçis, ni pratiquants de la loi Juive. C'est là qu'il commence à écrire des lettres sur sa doctrine. Il doit faire face à des juifs dans un univers grec et on le dénonce devant Galion pour prosélytisme , faute grave en ce milieu. Enfin il revient à Jérusalem avec le fruit d'une quête et aussi pour asseoir son apostolat vers les Païens auprès de Pierre.

Neuvième chapitre "L'homme seul"

Ce chapitre décrit ce que Paul a vécu à Antioche. C'est une rupture avec Pierre qui ne veut pas se mélanger avec les païens et rejoint plutôt Jacques et les pratiquants de Jérusalem, cela sera résolut plus tard, comme Paul est quand même attaché à Jérusalem il organise une collecte pour les apôtres pauvres. Puis il part seul vers les païens. A Antioche on va oublier le travail fait par Paul et ne s'attacher qu'à Barnabé. Paul un peu aigri et très seul continue sa mission selon son charisme.

le chapitre dix a comme titre " Le temps de l'espoir et des projets"

Il se situe à Ephése autour de l'année 53/54. Paul a pleins de collaborateurs venus de ses missions qui vont le suivre jusqu'au bout. C'est la période où il écrit ou fait écrire presque toutes ses lettres connues, elles sont envoyées avec un de ses collaborateurs. Il a l'intention d'aller jusqu'au bout des terres connues par Rome mais avant pour tenir promesse, il rassemble une collecte importante pour soutenir la communauté de Jérusalem dans la soudure de l'année sabbatique sans récolte de 54/55. Il assimile les courants Juifs et Esséniens, il pense n'avoir plus d'ennemis. Il décide de revenir à Jérusalem mais cela ne va pas être facile.

Le chapitre onze a pour titre "La grande épreuve"

Il se passe à Ephèse ou son succès apostolique lui crée des jalousies. D'une part avec les partisans du culte de la grande Artémise qui l'attaquent devant Rome pour prosélytisme vu la concurrence qu'il leur fait. Il est condamné à mort, mis face aux bêtes, il s'en sort par miracle. Les juifs jaloux aussi le lapident et le laissent comme mort, de plus sa santé le lâche, il se voit proche de la mort plusieurs fois. De plus des opposants chrétiens pro-ésséniens et d'autres pro-judaisants applicateurs de la loi de Moise l'attaquent jusqu'à Jérusalem. Cela remet en cause devant les apôtres sa manière de faire la collecte et aussi sa doctrine de liberté avec les païens devant la loi de Moise. Enfin de retour de Corinthe, ses disciples amènent de mauvaises nouvelles. Il va après un détour en Europe, aller à Jérusalem se défendre. Mais que de dures épreuves!!!

Le chapitre douze à pour titre " De Jérusalem à Rome, Paul et ses juges".

On y voit un Paul arrivant dans une Jérusalem divisée et bouillonnante de tendances. Il pose un acte dangereux, il amène au temple dans l'espace des juifs, des nouveaux chrétiens païens convertis, il est mis en procès devant Rome et fait deux ans de prison. Il agit avec dextérité avec le droit durant ses divers procès pour échapper au sectaires qui veulent le supprimer et témoigne de sa foi devant les instances officielles. Il en appelle à sa citoyenneté romaine pour être jugé à Rome. Fait un voyage de plus d'un an avec tempête et naufrage et est libéré sans procès pour carence de témoignages. Ce qui lui permet de rester à Rome et d'animer une communauté.

Le chapitre treize à pour titre "Les inconnues des derniers années, traditions, légendes et histoire"

Ou l'auteur pense que Paul sous Néron a été rejugé et condamné pour magie vu ses miracles par le même témoignage que le mage de Chypre un dénommée Simon. En cette période de terreur ou il fallait mater les sectes qui menaçaient le pouvoir, il fut exécuté à Rome sur la voie d'Ostie avec une attitude de courage de prière et de confiance. Durant les deux siècles suivants, Paul fut plutôt ignoré, puis son martyr en même temps que celui de Pierre à Rome, devenue centre de l'Eglise, a été senti positivement. au vu aussi de la valeur de ses lettres et un culte des deux martyrs fondateurs fut mis en valeur.

L'importance de Paul ne cesse de se développer jusqu'à aujourd'hui malgré qu'il ne fut ni apôtre des débuts, ni missionnaire aventureux, mais plutôt constructeur d'églises en naissances et bâtisseur. philosophe et théologien d'une église ouverte au delà du judaïsme des débuts. Témoin d'une église faite pour attirer et accueillir tout les hommes de la terre.

Voilà un livre qui nous fait mieux découvrir les réalités de la vie de st Paul en étant très documenté sur les réalités de l'époque, il est le bienvenu en cette année de st Paul voulue par benoît XVI. Je vous rappelle le titre"saint Paul" de marie-françoise Baslez au édition Bayard, 430 pages que vous pouvez venir emprunter au centre de culture chrétienne maison diocésaine avenue Eugène Varlin, 1er étage ouvert le lundi mardi jeudi de 14h30 à 17h et le samedi de 10 h à 12h,

merci Paul Mandonnaud
coorigé par olivarus
avatar
mandonnaud
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 280
Age : 75
Localisation : limoges
Date d'inscription : 23/02/2008

http://www.mandonnaud.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Joss le Mer 23 Avr 2008 - 16:17

Justement, en consultant aujourd'hui, le très bon site d'enseignements :EXULTET,

j'ai écouté l'extrait AUDIO :

La conversion de Saint Paul
par P.Marie-Dominique Philippe de la communauté saint Jean


Dernière édition par Joss le Mar 10 Juin 2008 - 21:32, édité 2 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Cécile le Jeu 24 Avr 2008 - 11:13

Le site de l'année paulinienne :

http://www.annopaolino.org/index.asp?lang=fra
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Fée Violine le Mar 10 Juin 2008 - 21:16

Une grande explosion de liberté : sur les traces de saint Paul

Entretien avec l’administrateur délégué de l'Opera Romana Pellegrinaggi


ROME, Vendredi 6 juin 2008 (ZENIT.org) - Sa rencontre avec Jésus Ressuscité fut une expérience de liberté et de foi qui fit de lui un géant de l'évangélisation : c'est la leçon que nous donne saint Paul et que le chrétien d'aujourd'hui pourra revivre grâce aux itinéraires prévus (de Rome et à partir de la ville) tout au long de l'Année Saint-Paul.

Benoît XVI ouvrira la grande célébration jubilaire à la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs le 28 juin. L'Année durera jusqu'au 29 juin 2009.

L'Opera Romana Pellegrinaggi (ORP) répond à l'invitation du pape en accueillant les pèlerins et en organisant pour eux des itinéraires, dont la présentation a été faite jeudi à Rome. Objectif : faire de cette année un moment de conversion et d'unité, comme l'a expliqué le père Cesare Acuire, administrateur délégué de l'ORP, interrogé par ZENIT.

Liée au vicariat de Rome, l'ORP, qui dépend du Saint-Siège, est au service des pèlerins qu'elle accompagne, au plan technique et organisationnel, tout au long d'« authentiques itinéraires de l'esprit », consciente que le pèlerinage est une des manifestations religieuses les plus anciennes et les plus universelles qui soient. Une occasion exceptionnelle pour rencontrer et connaître le Christ.

Zenit : Saint Paul est le protecteur par excellence de l'Opera Romana Pellegrinaggi...

P. Cesare Atuire - Oui, parce que saint Paul a été un grand pèlerin ; on dit qu'il a parcouru entre 14.000 à 16.000 kilomètres... de l'époque ! Et que fait le pèlerin ? Le pèlerin, tout au long de son voyage, évangélise en marchant. Paul faisait ça aussi : il s'en allait et prêchait l'Evangile. Partout où il allait, il témoignait de la résurrection. Et je pense que nous aussi, qui tâchons de porter les hommes sur les routes du monde, nous voulons que notre voyage soit une forme d'évangélisation.

Zenit - Comment les itinéraires de saint Paul ont-ils été tracés ?

P. Cesare Atuire - A Rome il y a une tradition, et des études sont faites à l'endroit même où saint Paul était vénéré. Certaines de ces traditions sont très anciennes. Ce que nous avons fait c'est de les situer dans l'histoire pour ensuite déterminer quels étaient les principaux sites à montrer. Je citerais entre autres surtout la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs, où sont conservés les restes de l'apôtre, l'abbaye des Trois-fontaines, l'endroit où Paul fut décapité, la basilique Saint-Pierre, qui n'est pas un lieu proprement lié à saint Paul, mais le voyage des pèlerins à Rome a toujours été ad Limina Apostolorum, et les deux apôtres, Pierre et Paul, sont toujours partis ensemble, donc qui vient à Rome a aussi le devoir, d'une certaine manière, de saluer Pierre ; puis nous avons la Basilique Saint-Jean-de-Latran, où sont conservées les reliques des deux saints apôtres de la ville de Rome, Pierre et Paul, et qui est d'ailleurs la cathédrale du pape ; si l'on vient à Rome, il faut y aller.

Zenit - Dans quel état d'esprit faut-il vivre cette année dédiée à Saint-Paul et suivre tous ces itinéraires ? Que conseillez-vous en guise de préparation ?

P. Cesare Atuire - Il faut surtout lire les lettres de saint Paul, car c'était une personne qui ne connaissait pas le Christ comme nous, en ce sens qu'il n'a pas rencontré Jésus quand celui-ci était sur terre ; il a vécu l'expérience du ressuscité et cette expérience a transformé sa vie ; il l'a vécue comme une grande explosion de liberté, et pour nous, surtout en occident, où l'expérience de la foi est vécue avec une sorte de lassitude, redécouvrir qui est Paul est un stimulant à aller de l'avant.

Zenit - A Rome l'itinéraire représente donc la possibilité de vivre une explosion de liberté...

P. Cesare Atuire - C'est bien ça. C'est pourquoi on a prévu tant d'initiatives. Nous nous apprêtons à accompagner beaucoup de jeunes, nous avons pensé à une sorte de « créance » du pèlerin, la « Paolina », le tout en pensant toujours que ce sont des moments de réflexion et de prière, et des grandes occasions de rencontre entre les personnes pour partager cet enthousiasme de la foi.

Nous profitons de l'occasion pour faire la connaissance d'un homme qui n'avait pas peur, d'un homme qui, au milieu de tant de difficultés, ne s'arrêtait devant aucun obstacle parce qu'il croyait en ce qu'il prêchait, parce qu'il voulait vivre et témoigner du trésor qu'il avait trouvé. Et je crois qu'au jour d'aujourd'hui c'est ce que nous devons faire nous aussi les chrétiens.

Pour plus de renseignements, connaître le programme ou s'inscrire: http://www.orpnet.org/ http://www.annopaolino.org et http://www.josp.com/

Propos recueillis par Marta Lago
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Année st paul

Message par mandonnaud le Mar 1 Juil 2008 - 16:48

http://www.mandonnaud.net/forum/viewtopic.php?p=327#327
a cette adresse vous trouvez le texte du pape Benoit XVI dit au Vépres pour lancer cette année st Paul,ou il donne les éléments de sa vie et pensées et surtout de son amour de Jésus.C'est merveilleux et sa révéil.
et a cette adresse une analyse d'une bonne biographie historique de st paul que j'ai écrit
http://www.mandonnaud.net/jean_RCF.php
enfin comme je les entendu et comprie, relisons ses épitres.
amitiés paul de LIMOGES
avatar
mandonnaud
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 280
Age : 75
Localisation : limoges
Date d'inscription : 23/02/2008

http://www.mandonnaud.net/

Revenir en haut Aller en bas

sur les pas de st paul

Message par mandonnaud le Jeu 3 Juil 2008 - 12:17

La Syrie fête « l’année de saint Paul » et célèbre la fraternité religieuse

La Syrie a lancé cette semaine une année de célébrations de l’apôtre Paul, placées sous le signe de la fraternité islamo-chrétienne dans ce pays officiellement laïc, à l’occasion du second millénaire de sa naissance.
Pour Damas, les célébrations, qui se prolongeront jusqu’au 28 juin 2009, mettent en relief le rôle de la Syrie comme « berceau du christianisme », d’où saint Paul a entamé sa campagne de conversion. À cette occasion, le ministère du Tourisme a élaboré un programme destiné à promouvoir le tourisme religieux en Syrie. La cérémonie d’ouverture, qui s’est tenue dimanche dans l’église Saint-Paul à Jdeideh Artouz, dans la banlieue de Damas, a été marquée par une grande messe en présence de dignitaires musulmans et chrétiens. « La Syrie constitue un exemple à suivre de fraternité entre chrétiens et musulmans. Cette formule a été réalisée grâce à la situation géographique du pays situé au carrefour de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique, et comme une route de commerce internationale », a déclaré le ministre du Tourisme, Saadallah Agha Qalaa, cité par l’agence officielle SANA. Le mufti de Syrie, cheikh Badreddine Hassoun, a pour sa part salué « l’esprit de fraternité et d’harmonie dans lequel vivent les Syriens », soulignant que « la Syrie est le berceau des religions monothéistes ».
Lundi, les participants ont effectué une marche-pèlerinage le long de la Via Recta (Voie droite), ancienne rue deux fois millénaire qui traverse le cœur historique de Damas, en visitant les trois patriarcats chrétiens de la vieille ville, la grande mosquée des Omeyyades ainsi que la citadelle de Damas. Le pèlerinage, baptisé « Sur les pas de saint Paul », prévoyait une visite à l’église souterraine de Hanania, où l’apôtre s’était converti au christianisme il y a presque 2000 ans, ainsi qu’un bref arrêt devant Bab Kissane, l’une des sept portes de Damas.
Né dans une famille juive entre 7 et 10 après J.-C., Saul de Tarse a eu la révélation de la foi chrétienne « sur le chemin de Damas » où il allait persécuter les premiers chrétiens vers l’an 36, selon la Bible.
Il a été baptisé à Damas par le prêtre Hanania dont la demeure, située dans le cœur historique de la capitale syrienne, représente un témoignage vivant de cette épopée. Après trois voyages dans l’est du bassin méditerranéen, il a été arrêté et envoyé à Rome où il est mort décapité vers l’an 67, sur ordre de l’empereur Néron.
L’Église grecque-catholique melkite de Damas a saisi la dimension spirituelle et culturelle de cette année pour organiser une série d’activités et de manifestations consacrées à l’apôtre Paul.
Gregorios III Lahham, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, a programmé la tenue de conférences, d’expositions et de cérémonies culturelles, ainsi que la construction près de Damas d’une nouvelle église melkite dédiée à saint Paul. Parmi les autres manifestations prévues figurent deux expositions d’icônes, les visites de sites religieux chrétiens et musulmans, une cérémonie musicale au palais Adem (ancienne demeure des gouverneurs de Damas datant du XVIIe siècle), ainsi qu’un tour des sites archéologiques dans les lieux de pèlerinage de Saydnaya et Maaloula, deux anciens villages araméens.
Les festivités du bimillénaire de la conversion de saint Paul à Damas coïncident avec les cérémonies organisées à cette occasion au Vatican par le pape Benoît XVI, qui a décidé de la date de cette année jubilaire.
avatar
mandonnaud
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 280
Age : 75
Localisation : limoges
Date d'inscription : 23/02/2008

http://www.mandonnaud.net/

Revenir en haut Aller en bas

st paul par le pape

Message par mandonnaud le Lun 7 Juil 2008 - 19:02

HOMELIE DU PAPE EN LA FETE DES SAINTS PIERRE ET PAUL
Texte intégral

ROME, Lundi 7 juillet 2008 (ZENIT.org). - Nous publions ci-dessous l'homélie prononcée par le pape Benoît XVI en la solennité des saints Pierre et Paul, lors de la messe dans la basilique Saint-Pierre, le 29 juin dernier, et en présence du patriarche oecuménique de Constantinople Sa Sainteté Bartholomaios Ier :

Votre Sainteté et délégués fraternels,
Messieurs les cardinaux,
Vénérés frères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce,
Chers frères et sœurs!

Depuis les temps les plus anciens l'Eglise de Rome célèbre la solennité des grands Apôtres Pierre et Paul comme une unique fête le même jour, le 29 juin. A travers leur martyre, ils sont devenus frères; ensemble ils sont les fondateurs de la nouvelle Rome chrétienne. C'est comme tels que les chante l'hymne des secondes Vêpres qui remonte à Paulin d'Aquilée (†806)! «O Roma felix - Rome heureuse, ornée de pourpre par le sang précieux de Princes aussi grands. Tu dépasses toutes les beautés du monde, non par ton mérite, mais par le mérite des saints que tu as tués par l'épée sanglante». Le sang des martyrs n'invoque pas vengeance, mais il réconcilie. Il ne se présente pas comme une accusation, mais comme une «lumière dorée», selon les paroles de l'hymne des premières Vêpres: il se présente comme force de l'amour qui dépasse la haine et la violence, en fondant ainsi une nouvelle ville, une nouvelle communauté. Par leur martyre, ces derniers - Pierre et Paul - font à présent partie de Rome: à travers le martyre, Pierre aussi est devenu un citoyen romain pour toujours. A travers le martyre, à travers leur foi et leur amour, les deux Apôtres indiquent où se trouve la véritable espérance, et sont les fondateurs d'un nouveau genre de cité, qui doit se former toujours à nouveau au sein de la vieille cité humaine, qui reste menacée par les forces contraires du péché et de l'égoïsme des hommes.

En vertu de leur martyre, Pierre et Paul sont en relation réciproque pour toujours. Une des images préférées de l'iconographie chrétienne est le baiser des deux apôtres en marche vers le martyre. Nous pouvons dire: leur martyre lui-même, au plus profond, est la réalisation d'un baiser fraternel. Ils meurent pour l'unique Christ et, dans le témoignage pour lequel ils donnent la vie, ils sont un. Dans les écrits du Nouveau Testament nous pouvons, pour ainsi dire, suivre le développement de leur baiser, de cette façon de créer l'unité dans le témoignage et dans la mission. Tout commence lorsque Paul, trois ans après sa conversion, va à Jérusalem, «pour faire la connaissance de Pierre» (Ga 1, 18). Quatorze ans plus tard, il monte de nouveau à Jérusalem, pour exposer «aux personnages les plus importants» l'Evangile qu'il prêche, pour ne pas prendre le risque de «courir pour rien, ni avoir couru jusqu'à présent pour rien» (Ga 2, 1sq). A la fin de cette rencontre, Jacques, Céphas et Jean lui donnent la main droite, confirmant ainsi la communion qui les rassemble dans l'unique Evangile de Jésus Christ (Ga 2, 9). Un beau signe de ce baiser intérieur qui s'étend, qui se développe malgré la diversité des tempéraments et des tâches, est le fait que les collaborateurs mentionnés à la fin de la Première Lettre de saint Pierre - Silvain et Marc - sont des collaborateurs tout aussi proches de saint Paul. La communion de l'unique Eglise, le baiser des grands Apôtres, est rendue visible de manière très concrète dans la communauté des collaborateurs.

Pierre et Paul se sont rencontrés au moins deux fois à Jérusalem; à la fin, leurs deux parcours débouchent à Rome. Pourquoi? Est-ce là plus qu'un pur hasard? Un message durable y est-il contenu? Paul arriva à Rome comme prisonnier, mais dans le même temps comme citoyen romain qui, après son arrestation à Jérusalem, avait précisément, en tant que tel, fait recours à l'empereur devant le tribunal duquel il fut conduit. Mais dans un sens en core plus profond, Paul est venu volontairement à Rome. Grâce à la plus importante de ses Lettres, il s'était déjà approché intérieurement de cette ville: il avait adressé à l'Eglise de Rome l'écrit qui, plus que tout autre, constitue la synthèse de toute son annonce et de sa foi. Dans le salut initial de la Lettre, il dit que le monde entier parle de la foi des chrétiens de Rome, et qu'elle est donc connue partout comme exemplaire (Rm 1, 8). Il écrit ensuite: «Je ne veux pas vous le laisser ignorer, frères: j'ai bien souvent eu l'intention de venir chez vous» (1, 13). A la fin de la Lettre, il reprend ce thème en parlant à présent de son projet d'aller jusqu'en Espagne: «Quand je me rendrai en Espagne, en effet, j'espère bien que je vous verrai en passant, et que vous m'aiderez pour me rendre là-bas quand j'aurai d'abo rd un peu profité de cette rencontre avec vous» (15, 24). «Et je sais bien que ma venue chez vous sera comblée de la bénédiction du Christ» (15, 29). Deux choses apparaissent ici de manière évidente: Rome est pour Paul une étape sur la voie vers l'Espagne, c'est-à-dire - selon sa conception du monde - vers la partie extrême de la terre. Il considère comme sa mission de réaliser la tâche reçue du Christ d'apporter l'Evangile jusqu'aux frontières extrêmes du monde. Sur ce parcours se trouve Rome. Alors que généralement Paul ne se rend que dans les lieux où l'Evangile n'est pas encore annoncé, Rome constitue une exception. Il y trouve une Eglise dont la foi parle au monde. Aller à Rome fait partie de l'universalité de sa mission comme envoyé à tous les peuples. Le chemin vers Rome, que déjà avant s on voyage extérieur il a parcouru intérieurement grâce à sa Lettre, fait partie intégrante de sa tâche d'apporter l'Evangile à toutes les nations - de fonder l'Eglise catholique, universelle. Aller à Rome est pour lui l'expression de la catholicité de sa mission. Rome doit rendre la foi visible au monde entier, elle doit être le lieu de la rencontre dans l'unique foi.

Mais pourquoi Pierre est-il allé à Rome? A ce propos, le Nouveau Testament ne se prononce pas de manière directe. Il nous donne cependant quelques indications. L'Evangile de saint Marc, que nous pouvons considérer un reflet de la prédication de saint Pierre, est profondément orienté vers le moment où le centurion romain, face à la mort en croix de Jésus Christ, dit: «Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu» (15, 39). Auprès de la Croix se révèle le mystère de Jésus Christ. Sous la Croix naît l'Eglise des nations: le centurion du peloton d'exécution romain reconnaît en Christ le Fils de Dieu. Les Actes des Apôtres décrivent comme étape décisive pour l'entrée de l'Evangile dans le monde des païens, l'épisode de Corneille, le centurion de la cohorte italique. Sur un commandement de Dieu, il envoie quelqu'un prendre Pierre et celui-ci, suivant lui aussi un ordre divin, se rend dans la maison du centurion et prêche. Alors qu'il parle, l'Esprit Saint descend sur la communauté domestique rassemblée et Pierre dit: «Pourrait-on refuser l'eau du baptême à ces gens qui ont reçu l'Esprit Saint tout comme nous?» (Ac 10, 47). Ainsi, dans le Concile des Apôtres, Pierre devient l'intercesseur pour l'Eglise des païens qui n'ont pas besoin de la Loi, car «Dieu a purifié leurs cœurs par la foi» (Ac 15, 9). En effet, dans la Lettre aux Galates Paul dit que Dieu a donné à Pierre la force pour le ministère apostolique parmi les circoncis; à Paul, il l'a en revanche donnée pour le ministère parmi les païens (2, 8). Mais cette assignation ne pouvait être valable que tant que Pierre restait avec les Douze à Jérusalem, dans l'espérance que tout Israël adhère au Christ. Face au développement ultérieur, les Douze reconnurent le moment où eux aussi devaient se mettre en marche vers le monde entier, pour lui annoncer l'Evangile. Pierre, qui selon l'ordre de Dieu avait le premier ouvert la porte aux païens, laisse à présent la présidence de l'Eglise chrétienne juive à Jacques le mineur, pour se consacrer à sa véritable mission: au ministère pour l'unité ; de l'unique Eglise de Dieu formée par des juifs et des païens. Le désir de saint Paul d'aller à Rome souligne - comme nous l'avons vu -, parmi les caractéristiques de l'Eglise, en particulier le terme «catholica». Le chemin de saint Pierre vers Rome, comme représentant des peuples du monde, est surtout soumis au mot «una»: sa tâche est de créer l'unité de la catholica, de l'Eglise formée de juifs et de païens, de l'Eglise de tous les peuples. Et telle est la mission permanente de Pierre: faire en sorte que l'Eglise ne s'identifie jamais avec une seule nation, avec une seule culture ou avec un seul Etat. Qu'elle soit toujours l'Eglise de tous. Qu'elle réunisse l'humanité au-delà de toute frontière et, au milieu des divisions de ce monde, qu'elle rende présente la paix de Dieu, la force réconciliatrice de son amour. Grâce à l a technique qui est partout semblable, grâce au réseau mondial d'informations, ainsi que grâce à l'union d'intérêts communs, il existe aujourd'hui dans le monde de nouveaux modèles d'unité, qui font cependant aussi exploser de nouvelles oppositions et qui donnent une nouvelle impulsion aux anciennes. Face à cette unité externe, fondée sur les choses matérielles, nous avons d'autant plus besoin de l'unité intérieure, qui provient de la paix de Dieu - l'unité de tous ceux qui, à travers Jésus Christ, sont devenus frères et sœurs. Telle est la mission permanente de Pierre et également la tâche particulière confiée à l'Eglise de Rome.

Chers confrères dans l'épiscopat! Je voudrais à présent m'adresser à vous qui êtes venus à Rome pour recevoir le pallium comme symbo le de votre dignité et de votre responsabilité d'archevêques dans l'Eglise de Jésus Christ. Le pallium a été tissé avec la laine de brebis, que l'Evêque de Rome bénit chaque année en la fête de la chaire de Pierre, les mettant, pour ainsi dire, de côté afin qu'elles deviennent un symbole pour le troupeau du Christ, que vous présidez. Lorsque nous plaçons le pallium sur nos épaules, ce geste nous rappelle le pasteur qui prend sur ses épaules la brebis égarée, qui toute seule ne retrouve plus le chemin de la maison, et la ramène à la bergerie. Les Pères de l'Eglise ont vu dans cette brebis l'image de toute l'humanité, de la nature humaine tout entière, qui s'est perdue et ne trouve plus le chemin de la maison. Le Pasteur qui la ramène chez elle ne peut être que le Logos, la Parole éternelle de Dieu lui-même. Dans l'incarnation, il nous a tous pris - la brebis «homme» - sur ses épaules. Lui, la Parole éternelle, le véritable pasteur de l'humanité, nous porte; dans son humanité, il porte chacun de nous sur ses épaules. Sur la voie de la Croix il nous a portés à la maison, il nous porte à la maison. Mais il veut également avoir des hommes qui «portent» avec Lui. Etre pasteur dans l'Eglise du Christ signifie participer à ce devoir, que le pallium rappelle. Lorsque nous le portons, Il nous demande: «Portes-tu avec moi aussi tous ceux qui m'appartiennent? Les portes-tu vers moi, vers Jésus Christ?». Et alors nous vient à l'esprit le récit de l'envoi de Pierre par le Ressuscité. Le Christ ressuscité rattache l'ordre: «Pais mes brebis» de manière indissoluble à la question: «M'aimes-tu, m'aim es-tu plus que ceux-ci?». Chaque fois que nous portons le pallium du pasteur du troupeau du Christ, nous devrions entendre cette question: «M'aimes-tu?» et nous devrions nous laisser interroger à propos du surplus d'amour qu'Il attend du pasteur.

Ainsi, le pallium devient le symbole de notre amour pour le pasteur Christ et de notre acte d'aimer avec Lui - il devient le symbole de l'appel à aimer les hommes comme Lui, avec Lui: ceux qui sont en quête, qui se posent des questions, ceux qui sont sûrs d'eux et les humbles, les simples et les grands; il devient le symbole de l'appel à les aimer tous avec la force du Christ, afin qu'ils puissent Le trouver et se trouver en Lui. Mais le pallium, que vous recevez «de la» tombe de saint Pierre, a aussi une deuxième signification, liée de manière indissoluble à la première. Pour la comprendre, une parole de la Première Lettre de saint Pierre peut nous aider. Dans son exhortation aux prêtres de paître le troupeau de manière juste, il - saint Pierre - se qualifie lui-même de synpresbýteros - co-presbytres (5, 1). Cette formule contient implicitement une affirmation du principe de la succession apostolique: les pasteurs qui se succèdent sont des pasteurs comme lui, ils le sont avec lui, ils appartiennent au ministère commun des pasteurs de l'Eglise de Jésus Christ, un ministère qui se poursuit avec eux. Mais cet «avec» possède encore deux significations. Il exprime également la réalité que nous indiquons aujourd'hui sous le terme de «collégialité» des évêques. Nous sommes tous co-presbytres. Aucun pasteur n'est seul. Nous ne nous trouvons dans la succession des apôtres que grâce au fait que nous sommes dans la communion du collège, dans lequel le collège des apôtres trouve sa continuation. La communion, le «nous» des pasteurs fait partie de l'être pasteurs, car le troupeau est un seul, l'unique Eglise de Jésus Christ. Enfin, ce «co-» renvoie également à la communion avec Pierre et avec son Successeur comme garantie de l'unité. Ainsi, le pallium nous parle de la catholicité de l'Eglise, de la communion universelle du pasteur et du troupeau. Et il nous renvoie à l'apostolicité: à la communion avec la foi des apôtres, sur laquelle l'Eglise est fondée. Il nous parle de l'ecclesia una, catholica, apostolica et naturellement, en nous liant au Christ, il nous parle précisément aussi du fait que l'Eglise est sancta et que notre œuvre est un service à sa sainteté.

Cela me fait encore revenir à saint Paul et à sa mission. Il a exprimé l'essentiel de sa mis sion, ainsi que la raison la plus profonde de son désir d'aller à Rome, dans le chapitre 15 de la Lettre aux Romains dans une phrase extraordinairement belle. Il sait qu'il est appelé «à être une officiant du Christ Jésus auprès des païens, ministre de l'Evangile de Dieu, afin que les païens deviennent une offrande agréable, sanctifiée dans l'Esprit Saint» (15, 16). Ce n'est que dans ce verset que Paul utilise le mot «hierourgein» - administrer en tant que ministre - avec «leitourgós» - officiant: il parle de la liturgie cosmique, où le monde des hommes doit devenir adoration de Dieu, offrande dans l'Esprit Saint. Lorsque le monde, dans son ensemble, sera devenu liturgie de Dieu, lorsque dans sa réalité il sera devenu adoration, alors il aura atteint son objectif, alors il sera sain et sauf. Tel est le but ultime de la mission apostolique de sai nt Paul et de notre mission. Le Seigneur nous appelle à ce ministère. Prions en cette heure, afin qu'Il nous aide à l'accomplir de manière juste, à devenir de véritables liturges de Jésus Christ. Amen.
avatar
mandonnaud
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 280
Age : 75
Localisation : limoges
Date d'inscription : 23/02/2008

http://www.mandonnaud.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Joss le Mar 22 Juil 2008 - 7:35



SITE DIOCESE DE VERSAILLES

ANNEE SAINT PAUL

- Biographie de saint Paul
- cartes des voyages
- lexique Paulinien
- bibliographie sur saint Paul

Ce site vous propose pour chaque dimanche le texte de St Paul du jour, accompagné d’outils d’analyse et d’approfondissement : explication des mots-clefs, pistes de lectio divina, ouvertures théologiques tirées de la Tradition et du Magistère, sans oublier «le coin des enfants ».

Vous pouvez aussi retrouver en permanence dans les rubriques de références une présentation générale de St Paul et de ses voyages, un lexique de son vocabulaire, ainsi que des pistes bibliographiques pour aller plus loin.

Ce site est réalisé par une équipe d’exégètes, de théologiens et de prédicateurs, coordonnée par le Service de Formation du Diocèse de Versailles.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Joss le Jeu 4 Sep 2008 - 12:08

Un très beau film sur saint Paul :

Saint Paul 1


Saint Paul 2


Saint Paul 3


Saint Paul 4
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Joss le Mar 9 Sep 2008 - 13:04

SUITE :


Saint Paul 5


Saint Paul 6


Saint Paul 7


Saint Paul 8


Saint Paul 9
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: la vie de saint paul en cette année qui lui est consacré

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum