MARTHE ET MARIE

Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par Cécile le Lun 17 Mar 2008 - 5:01

un certain nombre de paraboles parlent simplement sans aucun contexte...


Pas sûr. Pas dans tous les cas.


C'est pourquoi Lucie précise : un certain nombre ... Wink
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par lucie le Lun 17 Mar 2008 - 6:23

Merci Cécile.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par Cécile le Mer 4 Juin 2008 - 18:06

« L'humilité intellectuelle » est la première règle pour qui scrute la Bible


Catéchèse du mercredi sur saint Grégoire le Grand

ROME, Mercredi 4 juin 2008 (ZENIT.org) - « L'humilité intellectuelle est la première règle pour celui qui cherche à pénétrer les réalités surnaturelles en partant du livre sacré », explique Benoît XVI en prenant l'exemple de saint Grégoire le Grand.
Benoît XVI a en effet évoqué pour la seconde fois ce mercredi, place Saint-Pierre, la figure du pape Grégoire le Grand, et spécialement ses écrits.
Une lecture humble de l'Ecriture
Le pape rappelait qu'on a gardé de lui un Registre de plus de 800 lettres, mais surtout des « écrits de caractère exégétique », spécialement son « Commentaire moral à Job », ou « Moralia in Iob », les « Homélies sur Ezéchiel » et les « Homélies sur les Evangiles ». S'y ajoute, disait le pape, « une importante œuvre de caractère hagiographique, les « Dialogues », écrite pour l'édification de la reine lombarde Théodelinde ».Enfin, « l'œuvre principale et la plus célèbre est sans aucun doute la « Règle pastorale », que le Pape rédigea au début de son pontificat dans le but précis de présenter un programme ».
Mais qu'est-ce qui inspire l'écrivain ? « Il veut simplement, explique Benoît XVI, être la bouche du Christ et de son Eglise, sur le chemin qu'il faut parcourir pour arriver à Dieu ».
Pour ce qui est de la lecture de la Bible, « il pensait que le chrétien ne devait pas tellement tirer des connaissances théoriques de l'Ecriture Sainte, mais plutôt la nourriture quotidienne pour son âme, sa vie d'homme dans ce monde », souligne Benoît XVI.
Et d'expliquer : « Aborder l'Ecriture uniquement pour satisfaire son propre désir de connaissance signifie céder à la tentation de l'orgueil et s'exposer ainsi au risque de glisser dans l'hérésie. L'humilité intellectuelle est la première règle pour celui qui cherche à pénétrer les réalités surnaturelles en partant du livre sacré ».
Humilité et compétence, souligne le pape : « L'humilité n'exclut pas du tout, bien sûr, l'étude sérieuse ; mais si l'on veut que celle-ci soit bénéfique sur le plan spirituel, en permettant d'entrer réellement dans la profondeur du texte, l'humilité demeure indispensable. Ce n'est qu'avec cette attitude intérieure que l'on écoute réellement et que l'on perçoit enfin la voix de Dieu ».
Benoît XVI explique que « lorsqu'il s'agit de la Parole de Dieu, comprendre n'est rien, si la compréhension ne conduit pas à l'action» et il cite Grégoire le Grand : « Le prédicateur doit tremper sa plume dans le sang de son cœur ; il pourra ainsi arriver également jusqu'à l'oreille de son prochain ».
Les différents sens de l'Ecriture
« Le grand Pape ressent le devoir d'orienter les pasteurs et les fidèles sur l'itinéraire spirituel d'une lectio divina éclairée et concrète, inscrite dans le contexte de sa propre vie », souligne le pape.
Dans son « Commentaire moral de Job », souligne Benoît XVI, Grégoire évoque trois sens de l'Ecriture : littéral, allégorique et moral, qui sont, explique-t-il, « des dimensions du sens unique de l'Ecriture Sainte.
Mais saint Grégoire privilégie le sens moral : « L'idéal moral, commente-t-il, consiste toujours à réaliser une intégration harmonieuse entre la parole et l'action, la pensée et l'engagement, la prière et le dévouement aux devoirs de son propre état : telle est la route pour réaliser cette synthèse grâce à laquelle le divin descend dans l'homme et l'homme s'élève jusqu'à l'identification avec Dieu. Le grand Pape trace ainsi pour le croyant authentique un projet complet de vie ; c'est pourquoi le « Commentaire moral à Job » constituera au cours du Moyen-âge une sorte de Somme de la morale chrétienne ».
Les « Homélies sur les Evangiles » sont également d'une grande importance et d'une grande beauté.
« Le texte peut-être le plus organique de Grégoire le Grand est la Règle pastorale, écrite au cours des premières années de pontificat. Dans celle-ci, Grégoire se propose de tracer la figure de l'évêque idéal, maître et guide de son troupeau », explique Benoît XVI.
Pour une action pastorale efficace
Une des points forts de cet enseignement est qu'une « action pastorale efficace demande ensuite qu'il connaisse ses destinataires et qu'il adapte ses interventions à la situation de chacun : Grégoire s'arrête pour illustrer les différentes catégories de fidèles avec des annotations judicieuses et précises, qui peuvent justifier l'évaluation de ceux qui ont également vu dans cette œuvre un traité de psychologie. On comprend à partir de cela qu'il connaissait réellement son troupeau et parlait de tout avec les personnes de son temps et de sa ville »..
Son autre œuvre, les « Dialogues », est également « significative », ajoute le pape qui relève notamment que « le livre II est entièrement consacré à la figure de Benoît de Nursie et est l'unique témoignage antique sur la vie du saint moine, dont la beauté spirituelle paraît dans ce texte avec une grande évidence ».
S'arrêtant aux relations du pape Grégoire avec les patriarches d'Antioche, d'Alexandrie et de Constantinople elle-même, Benoît XVI faisait observer : « Il se soucia toujours d'en reconnaître et d'en respecter les droits, en se gardant de toute interférence qui en limitât l'autonomie légitime ».
Et de conclure : « Grégoire était resté un simple moine dans son cœur, et c'est pourquoi il était absolument contraire aux grands titres. Il voulait être - telle est son expression - servus servorum Dei. Ce terme forgé par lui n'était pas dans sa bouche une formule pieuse, mais la manifestation véritable de son mode de vivre et d'agir ».
Anita S. Bourdin
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par doris le Jeu 2 Oct 2008 - 18:42

christianc a écrit:
Ubu a écrit:

Que le musulman reconnaisse le Coran comme révélé c'est son attitude de foi.
Que le chrétien reconnaisse le message de la Bible comme révélé c'est aussi une attitude de foi.

Mais après ;;

Qu'est ce qui est révélé ?
Tous les textes ? Toutes les paroles de tous les personnages ?
Les philosophies ? Les comportements ?

Les textes "révélés" sont d'abord issus d'auteurs humains (les papyrus ne se sont pas remplis tous seuls) , des gens qui avaient une langue et une culture.. Et des préjugés...


Le terme 'révélation' est ambigüe. C'est le passage de l'inconnu au connu, certes. Donc, une fois que c'est connu, la révélation est achevée.

Pour le Christianisme, la Révélation est close avec Jésus !

Mais, me dira-t-on, qui y'avait-il avant la Révélation, puisque Dieu s'est révélé à Moïse ? Il y avait l'élection d'un peuple : Israël, garant de cette Révélation. Comme aujourd'hui, il y a le pape, garant de cette même révélation, achevée par Jésus, et dont toutes les nations sont affiliées.

Mais me dira-t-on : Israël n'a plus l'éléction.
C'est une grosse erreur.
L'élection d'Israël est injectée dans toutes les nations.

Autrement dit, nous annonçons toujours le Dieu de d'Abraham, le Dieu de Jacob, le Dieu d'Isaac !

Par quel moyen, cette Révélation subsiste ? Les hommes !
Par quel support les hommes peuvent la transmettre : les Ecritures.
avatar
doris
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 764
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par doris le Jeu 2 Oct 2008 - 18:45

lucie a écrit:
un certain nombre de paraboles parlent simplement sans aucun contexte...
il est plus difficile d'en dire autant d'un texte apocalyptique... sans se référer aux textes antérieurs, aux dirconstances de leur écriture etc... je pense qu'on va au contre sens assuré.

C'est ça la force des paraboles : pas de contexte ni politique, ni philosopique, ni.... religieux.

Les paraboles parlent de nous.
avatar
doris
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 764
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par Cécile le Jeu 2 Oct 2008 - 19:52

Les paraboles parlent de nous.

Exact !
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par doris le Jeu 2 Oct 2008 - 20:31

Cécile a écrit:Les paraboles parlent de nous.

Exact !

Oui, elles sont débarrassées de toute notion qui pourrait faire réfléchir à l'extérieur de nous.

La philosophie peut amener aussi à rester hors de notre pensée, puisqu'il s'agit de réfléchir sur la pensée d'un autre. Elle peut aussi nous ramener à notre propre pensée, mais ce n'est plus (selon moi, bien sûr), entrer dans notre propre psychisme. Car c'est bien cela que Jésus est venu accomplir, une sorte de combat franc entre psychique et spirituel.
avatar
doris
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 764
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par ravi le Mar 30 Juin 2009 - 19:38

les parabole comme les sacrements sont des paroles efficaces pour qu'une parole divine devienne parole d'humanité.
Une parabole c'est un fait divers qui devient un fait divin

ravi
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 124
Age : 74
Localisation : languedoc
Date d'inscription : 11/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe pour l'interprétation d'un texte dit révélé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum