MARTHE ET MARIE

FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Sam 16 Fév 2008 - 22:35

Ils sont vraiment bizarres ces américains What a Face .......et si c'est MacCain, militaire vetérand qui est préident.... Suspect .......vu qu'il a assuré voir le noir satan tomber sur terre......qui après vérifications faites, s'est avéré être un avion No ......on n'est pas sortis de la m---- ! .......avec SARKO, ça fera un fou de plus ! affraid


FEMA et 911 camps de concentration

Ce n'est pas un joli site à voir.





Un autre site explicatif de ce qu'est la FEMA


(quand vous cliquez sur un lien, soyez patient....le traducteur simultané a besoin de quelques secondes pour faire son travail)






_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Invité le Sam 16 Fév 2008 - 22:51

Bon ben à mon tour de te faire plaisir:

Ouh! Qu'ils sont méchants ces américains! Ouh!

Voilà. Et bonne nuit. dodo
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mar 18 Mar 2008 - 22:19

Voici les infos E.U. traduites :

http://www.fourwinds10.com/siterun_data/government/fraud/us_government/news.php?q=1205524843
http://artemisia-college.org/O_ugrave__vont_les_USA__-00-050-01-0189-01.html

Une session spéciale à "huis clos" de la Chambre des Représentants des Etats-Unis, a été tenue ces jours-ci (le 13 mars ?),

pour discuter des dispositions de surveillance de la sécurité à prendre.

Ce n'était que la 4e fois en 176 ans, qu’une session de la Chambre des Représentants ferme ses portes au public.

Non seulement les membres ont discuté de nouvelles dispositions de surveillance (projet qui serait lui, contesté par Bush - pour faire un écran de fumée ?), selon le motif officiel de la session à huis clos,

mais ils auraient également examiné :

- L'effondrement imminent de l'économie US, à se produire d’ici au mois de septembre 2008

- L'effondrement imminent des finances du gouvernement fédéral des USA pour le mois de février 2009.

- La possibilité d’une guerre civile à l'intérieur des Etats-Unis en raison de l'effondrement.

- Le rassemblement anticipé "des citoyens insurgés des États-Unis", susceptibles d'aller à l'encontre du gouvernement (une nouvelle loi le permet).

- La détention de ces insurgés aux camps de "REX 84"* construits dans l'ensemble des Etats-Unis.

- Le risque de représailles contre des membres du Congrès, suite à ces effondrements.

- L'endroit des "installations sûres" pour les membres du Congrès et leurs familles, où résider pendant les troubles civils massifs attendus.

- La fusion nécessaire et inévitable des Etats-Unis avec le Canada (pour ses ressources naturelles) et avec le Mexique (pour sa réserve de main d'œuvre à bas prix).

- L'établissement d'une nouvelle devise - l'AMERO - pour les trois nations, comme solution proposée au prochain "Armageddon" économique (!).

Il aurait été interdit aux membres du Congrès de révéler ce qui aurait été discuté.
Mais plusieurs étant si furieux et inquiets pour l’avenir du pays, qu’ils auraient commencé à diffuser l'information…




* "Rex 84" est un plan du gouvernement fédéral des USA pour détenir un grand nombre de citoyens en cas de troubles civils ou massives, d’urgence nationale.

Il faut savoir que plus de 600 camps d'emprisonnement ont été construits aux Etats-Unis par l'administration Bush, tous pleinement opérationnels et prêts à recevoir des prisonniers.

Le personnel de la direction des camps est déjà en place, ainsi que des gardes à plein temps, bien que les camps soient tous vides… pour l'instant…

Entourés de miradors, ces camps sont destinés à être utilisés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency - l'agence fédérale chargée de gérer les situations d'urgence), dans le cadre d'une proclamation de la loi martiale.

Les camps font partie du "Rex 84 Program", un programme prévu "officiellement" pour le cas d'un franchissement en masse de la frontière mexicaine par des immigrés clandestins, afin qu'ils puissent être rapidement arrêtés et placés en détention par la FEMA. Le programme Rex 84 prévoit aussi la fermeture temporaire de nombreuses bases militaires pour les convertir en prisons.

Les plans "Cable spicer" et "Garden plot" sont deux sous-programmes de "Rex 84" qui seront déclenchés en même temps.

"Garden plot" est un programme destiné à contrôler la population, et "Cable spicer" est le programme pour la prise de contrôle des Etats et de leurs gouvernements par le gouvernement fédéral.

La FEMA sera le bras armé exécutif et dirigera toutes les opérations sous l'autorité du président des Etats-Unis.

Les camps de détention sont tous desservis par voies ferrées, aussi bien que par la route. Beaucoup disposent également d'un aéroport à proximité.

La majorité des camps ont une capacité de 20.000 prisonniers. Le plus vaste de ces camps est situé en Alaska à coté de Fairbanks.

Deux autres sont localisés à Palmdale et à Glendale, dans le sud de la Californie.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT

Message par Joss le Mer 26 Mar 2008 - 18:28

LE MYSTERE DES CERCUEILS EN PLASTIQUE - CAMP DE GEORGIE

Contrairement à la 'croyance populaire' des gens qui ne s'informent pas, les camps de concentration de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) disséminés aux quatre coins des États-Unis existent et ont une capacité évaluée à plus de 16 millions de personnes, jusqu'à maintenant.

La FEMA a déjà battu le record avec un camp érigé en Alaska d'une capacité à lui seul de plus de 2 millions de personnes. Il y aurait entre 600 et 800 de ces camps sur le territoire américain. On dit même que certains aéroports américains sont en fait des bases militaires déguisées qui montreront leur vrai visage le jour où la loi martiale sera proclamée. En l'occurence l'aéroport international de Denver, on y reviendra plus loin, c'est très inquiétant.

Ces camps de concentration civils font partie d'un programme fédéral nommé REX-84 (Readiness Exercise 1984). Depuis les années 60, plusieurs exercices ont été menés dans le cadre de ce programme qui consiste à tester les capacités du gouvernement US à détenir un grand nombre de civils dans des camps. On aurait même profité de Katrina pour effectuer un autre de ces exercices avec les victimes de l'ouragan.


I just got back from a FEMA Detainment Camp


LOCALISATION DES CAMPS D'INTERNEMENT FEMA

ET DESCRIPTION ICI



Traduction GOOGLE :

House Passes Thought Crime Prevention Bill

J'ai pris ces photos en 2002. Mon beau-frère vit dans Madison, Géorgie. Il a voulu savoir qu'est-ce que ces récipients sont et quel était le but de ces récipients ?

L'endroit de ces récipients est juste de l'Autoroute 20 dans Madison. Il a eu l'air d'y avoir des millions à cet endroit particulier. Il a dit qu'il y avait 2 autres endroits. Ils ont mesuré 7’ longtemps et 3’ profondément. Je n'ai pas mesuré la largeur.

Cet endroit particulier a été vendu par un habitant d'origine que ne divulguerait pas les acheteurs. J'ai eu l'intention d'explorer des Dossiers de Cour supérieure, mais n'ai jamais eu le temps de l'action ainsi.

J'ai vraiment envoyé ces peintures e-mail à la Radio de Liberté en haut le Nord et ai été dit qu'ils étaient des récipients de corps FEMA dans la préparation d'attaque biologique possible. LIEN

lien


Voici les images; qu'est-ce que continue ? C'est le temps pour allumer ces téléphones en haut à Washington de nouveau - et cette fois, ne vous arrêtez pas avant que nous ne recevions quelques réponses directes :

Il est maintenant très évident que ce poste est crédible, comme ces cercueils ont l'air d'être dans plusieurs endroits. Nous avons besoin des réponses et nous avons besoin d'eux maintenant! Vous pouvez vouloir visiter ce site, comme il y a aussi des peintures de la terre Google. Apparemment, ils n'ont pas été réussis dans le fait de bloquer - le fait de bloquer - de tous les endroits encore.

Maintenant, ajoutez-y en examinant notre passé, qui est presque toujours représentatif de notre avenir - et que nous voyons est simplement un autre rejeu, bien que sur beaucoup d'échelle de grander, de Néo--trompent qui cherchent à détruire le fondement de démocratie!.......


image source: http://www.libertyforlife.com/images/Coffine-liners-close-up.jpg








image source: http://www.libertyforlife.com/images/500-thousand-coffin-liners.jpg


Dernière édition par Joss le Lun 2 Juin 2008 - 17:55, édité 1 fois

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Lun 2 Juin 2008 - 17:38

2 juin 2008

DROITS DE L'HOMME •

Les navires-prisons secrets des Etats-Unis
Une ONG britannique accuse Washington de détenir dans des "prisons flottantes" des suspects arrêtés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le Royaume-Uni est également impliqué pour avoir permis le stationnement de ces navires dans ses eaux territoriales.



L'existence des navires-prisons avait déjà été révélée par diverses
sources, allant des déclarations de militaires américains au Conseil de
l'Europe, en passant par les commissions parlementaires et les
témoignages d'anciens prisonniers. Le président Bush avait annoncé en
2006 la fin de cette pratique. Or, selon le rapport de l'organisation
de défense des droits de l'homme Reprieve [ONG britannique qui offre
une représentation légale aux prisonniers
dont les droits sont ignorés. Les avocats de Reprieve sont particulièrement actifs aux Etats-Unis], depuis la fin 2006, plus de 200 prisonniers auraient été transférés vers des pays peu regardants en matière de droits de l'homme.

Les Etats-Unis auraient utilisé 17 navires comme "prisons flottantes" depuis 2001, affirme Reprieve. Les prisonniers seraient interrogés à bord, avant d'être conduits dans d'autres lieux de détention, généralement secrets, affirme l'organisation.

L'"USS Bataan" et l'"USS Peleliu" auraient servi de prisons navales et quinze autres bateaux sont soupçonnés d'avoir opéré au large du territoire britannique de Diego Garcia, dans l'océan Indien, qui sert de base militaire aux armées britanniques et américaines.

Reprieve s'interroge notamment sur les activités de l'"USS Ashland", début 2007, au large de la Somalie. Le navire aurait mené des opérations de sécurité maritime destinées à capturer des terroristes d'Al-Qaida. A cette époque, les forces somaliennes, kenyanes et éthiopiennes avaient procédé à de nombreuses arrestations, dans le cadre d'une opération systématique comprenant des interrogatoires réguliers par des individus dont on pense qu'ils appartenaient au FBI et à la CIA. Ainsi, pas moins d'une centaine de personnes auraient "disparu" dans des prisons, notamment au Kenya, en Somalie, en Ethiopie, à Djibouti et dans la baie de Guantanamo.

L'étude de Reprieve contient le récit d'un prisonnier libéré de Guantanamo auquel un codétenu a raconté son séjour en détention dans un porte-hélicoptères d'assaut. "Ils ont choisi des bateaux pour que leurs agissements se passent le plus loin possible des regards indiscrets des médias et des avocats, affirme Clive Stafford Smith, directeur juridique de Reprieve. Nous finirons par rétablir ces prisonniers fantômes dans leurs droits."

Les autorités américaines reconnaissent qu'elles détiennent au moins 26 000 personnes dans des prisons secrètes, et, d'après certaines informations, près de 80 000 individus seraient passés "par ce système" depuis 2001. Mais selon les déclarations faites au Guardian par le porte-parole de la marine américaine, le commandant Jeffrey Gordon, "il n'y a pas de centres de détention dans les bateaux de la marine américaine". Toutefois, a-t-il ajouté, il est notoire que certains individus ont été embarqués dans des bateaux pendant les premiers jours de leur détention. Il s'est refusé à tout commentaire sur les informations selon lesquelles des vaisseaux de la marine américaine, stationnés non loin de Diego Garcia ou dans l'archipel même, auraient servi de "bateaux-prisons".

Le ministère des Affaires étrangères britannique a de son côté rappelé la déclaration faite par son ministre, David Miliband, devant les députés en février dernier. Le chef du Foreign Office avait alors reconnu que, malgré les démentis antérieurs, des avions américains auraient atterri à Diego Garcia pour y effectuer des "transferts exceptionnels". Il aurait, affirme-t-il, demandé à son personnel de lui dresser une liste de tous les vols sur lesquels de tels transferts auraient été réalisés. La CIA aurait également possédé des lieux de détention secrets en Thaïlande, en Afghanistan, en Pologne et en Roumanie.

En outre, de nombreux prisonniers ont été "exceptionnellement transférés" à des alliés des Etats-Unis et auraient été torturés dans des prisons secrètes, dans des pays comme la Syrie, la Jordanie, le Maroc et l'Egypte.
Duncan Campbell & Richard Norton-Taylor
The Guardian


ÉTATS-UNIS • Les confessions d'un ex-agent de la CIA
ROYAUME-UNI • L'île Diego Garcia abrite-t-elle une prison secrète de la CIA ?





_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Loup Ecossais le Mar 10 Juin 2008 - 9:18

Je suis au courant Jo. Mais la FEMA ne sévit pas que aux states. Elle sévit aussi en europe, en Allemagne notamment, à Ramstein, où se trouve la plus grande base américaine d'europe. Il y a des prisons secrètes dans la plupart des Pays de l'Union, (même en France). Elles sont administrées par la CIA et son homologue britanique, le MI6. Mais n'oublions pas les prisons russes et les goulags.
avatar
Loup Ecossais
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 194
Age : 61
Localisation : Jamais loin de vous...
Date d'inscription : 27/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mar 10 Juin 2008 - 9:39

Loup Ecossais a écrit:Je suis au courant Jo. Mais la FEMA ne sévit pas que aux states. Elle sévit aussi en europe, en Allemagne notamment, à Ramstein, où se trouve la plus grande base américaine d'europe. Il y a des prisons secrètes dans la plupart des Pays de l'Union, (même en France). Elles sont administrées par la CIA et son homologue britanique, le MI6. Mais n'oublions pas les prisons russes et les goulags.

Tu peux me trouver liens et vidéos ?

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Loup Ecossais le Mar 10 Juin 2008 - 12:58

Joss a écrit:

Tu peux me trouver liens et vidéos ?

Je vais essayer de te trouver ça. Mais sans garantie.
avatar
Loup Ecossais
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 194
Age : 61
Localisation : Jamais loin de vous...
Date d'inscription : 27/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Loup Ecossais le Mar 10 Juin 2008 - 13:09

Dans Google, tu tapes : Prisons secrètes en Europe. Tu devrais trouver ton bonheur.
avatar
Loup Ecossais
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 194
Age : 61
Localisation : Jamais loin de vous...
Date d'inscription : 27/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mar 10 Juin 2008 - 13:45

Loup Ecossais a écrit:Dans Google, tu tapes : Prisons secrètes en Europe. Tu devrais trouver ton bonheur.

Prisons secrètes en Europe
Par Nathalie DUBOIS

QUOTIDIEN : Samedi 23 septembre 2006

Suite aux révélations de la presse américaine et de plusieurs ONG en novembre 2005, le Conseil de l'Europe et le Parlement européen se sont mis à enquêter sur les pratiques illégales de la CIA sur le Vieux Continent. Début juin, quatorze pays ­ dont la Suède, l'Italie, l'Allemagne et le Royaume-Uni ­ étaient épinglés pour avoir laissé enlever sur leur sol de présumés terroristes, la Pologne et la Roumanie étant même accusées (ce qu'elles nient toujours) d'avoir abrité des prisons clandestines. Début septembre, après que Bush a avoué l'existence d'un réseau de prisons secrètes de la CIA hors des Etats-Unis, les 25 ministres des Affaires étrangères de l'UE se fendaient d'une condamnation orale a minima pour dire que «l'existence de centres de détention secrets où des personnes sont détenues dans un vide légal n'est pas en conformité avec le droit international humanitaire et le droit pénal international». Depuis, une cinquantaine de députés européens continuent leurs investigations dans les Etats membres. A Strasbourg, on réclame que Washington fasse toute la lumière sur les agissements de la CIA en Europe. La Commission, elle, fait la morte...


La CIA avait bien des prisons secrètes en Europe
Samuel Laurent
([La CIA avait bien des prisons secrètes en Europe
Samuel Laurent (url=lefigaro.fr) avec AFP, AP
14/10/2007 lefigaro.fr) avec AFP, AP

affaire des prisons secrètes de la CIA connaît un nouveau rebondissement. Au moment où s’ouvre, en Italie, le procès par contumace d’espions américains accusés de l’enlèvement d’un imam, le sénateur suisse Dick Marty affirme dans un rapport au Conseil de l’Europe que plusieurs états européens ont activement collaboré avec l’agence américaine.
Selon Marty, qui a rendu public vendredi le second volet de son rapport, un accord secret aurait été conclu entre les Etats-Unis et l’Otan, le 4 octobre 2001. Il permettait à la CIA d'incarcérer des personnes soupçonnées de terrorisme en Europe.
Le sénateur va plus loin. D’après lui, «il subsiste aujourd'hui suffisamment d'éléments pour affirmer que des centres secrets de détention gérés par la CIA ont bien existé en Europe, entre 2003 et 2005, notamment en Pologne et en Roumanie». Une affirmation aussitôt rejetée par Varsovie comme Bucarest.
Bruxelles veut des «enquêtes impartiales»
Dick Marty est implacable : «par nos propres sources, provenant aussi bien des services de renseignements américains que des pays concernés, nous avons eu la confirmation, claire et détaillée, que ces deux pays ont bien abrité des centres secrets de détention dans le cadre d'un programme spécial de la CIA, mis au point par l'administration américaine au lendemain du 11 septembre 2001», affirme-t-il. Dans un premier rapport, le Suisse ne faisait état que de soupçons.
Les accusations de Marty ont poussé la Commission européenne à réagir. Jugeant le rapport «très sérieux» et ses allégations «très graves», Bruxelles compte prendre le temps d’«analyser» ce rapport avant de voir si elle entend y donner des suites politiques ou juridiques. Elle appelle toutefois les Etats membres de l'UE mis en cause «à mener urgemment des enquêtes impartiales» pour déterminer les responsabilités



Au mépris de l’Europe et du droit
L’archipel des prisons secrètes de la CIA


Plus « américains » que les Américains


L’ampleur des obligations européennes d’assistance aux Etats-Unis dans leur lutte contre le terrorisme, telles qu’elles ont été acceptées par les pays membres de l’OTAN, est énorme. Entre autres, on note l’engagement à « renforcer l’échange d’informations, soit bilatéralement, soit au niveau des structures compétentes de l’OTAN » ; « l’octroi de moyens alliés nécessaires pour soutenir directement les opérations contre le terrorisme » ; « l’autorisation de survol pour les avions militaires des Etats-Unis et des pays alliés opérant contre le terrorisme » ; la permission « aux Etats-Unis et à leurs alliés d’accéder aux ports et aux aéroports des pays de l’OTAN pour des opérations de lutte contre le terrorisme, notamment pour le ravitaillement en carburant, conformément aux procédures nationales (9) ».

Certes, les engagements au sein de l’OTAN n’autorisaient pas les violations, par Washington et les services secrets américains, des droits humains et des lois internationales. Mais, d’après le rapport de M. Dick Marty, président de la commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, de nombreux Etats de l’Union « n’ont pas été victimes de machinations américaines », puisqu’ils y auraient « participé volontairement » à différents degrés.

Voilà pourquoi, sous différents prétextes, les gouvernements et les autorités européennes entendus par la commission ont, pour certains, refusé de collaborer à l’enquête, pour d’autres, nié ou opposé des démentis peu crédibles. C’est le cas, notamment, des gouvernements de Pologne et de Roumanie, deux Etats très fortement soupçonnés d’héberger ou d’avoir hébergé, dans des prisons secrètes, des détenus enlevés clandestinement par la CIA dans diverses régions du monde. Les adversaires de l’enquête, en particulier une partie de la droite du Parlement européen, députés polonais, baltes, britanniques et allemands en tête, ont affirmé que les deux commissions d’enquête (celle du Conseil de l’Europe et celle du Parlement européen) n’avaient pas établi la culpabilité de gouvernements européens (ou d’autres niveaux de l’administration). Certains ont même remercié Washington pour sa « grande contribution à la sécurité ».

Ces thèses, qui montrent qu’il y a en Europe des députés plus « américains » que les Américains, ont toutefois été repoussées par la commission du Parlement européen. Une majorité de 25 voix (socialistes, libéraux démocrates et Verts) contre 14, et 7 abstentions, s’est prononcée en faveur de la poursuite de l’investigation.

Le travail d’enquête est allé au-delà des suppositions et des indices. Il existe désormais une documentation précise sur les mille quatre-vingts vols de la CIA ayant fait escale dans des aéroports européens entre le 11 septembre 2001 et la fin de 2005. Preuve est faite que quatorze pays – dont l’Allemagne, la Suède, l’Italie, la Belgique, l’Espagne – ont accueilli des renditions illégales. Deux autres Etats membres de l’Union européenne, la Pologne et la Roumanie, ont « hébergé », pendant une période qui reste à déterminer, de véritables lieux de détention temporaire et illégale de terroristes présumés. Il s’agit là de violations de l’article 6 du traité de l’Union, ainsi que de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

La preuve de trente à cinquante enlèvements et des renditions qui ont suivi a été établie. Dans un seul cas, la magistrature (italienne) a réalisé une enquête complète, repérant et inculpant vingt-deux agents de la CIA intervenus à Milan dans l’enlèvement de l’imam Abou Omar, transféré dans une prison égytienne où il a été torturé. L’un des chefs de l’espionnage italien, M. Marco Mancini, a été arrêté le 5 juillet pour avoir « coopéré » à cet enlèvement (10).

Des témoignages des victimes d’enlèvements ou de tortures, mais aussi de leurs avocats, et de nombreux représentants d’organisations non gouvernementales (ONG), sans oublier quelques hauts fonctionnaires (américains et européens) ont permis de rompre l’omerta. C’est ainsi qu’ont pu être connus les cas de deux citoyens égyptiens, M. Mohammed Al-Zary et M. Ahmed Agiza, arrêtés en Suède et transférés en Egypte ; de M. Maher Arar, citoyen canadien arrêté à New York et envoyé à Amman (Jordanie), via l’aéroport de Rome-Ciampino, puis torturé pendant plus de dix mois dans une prison syrienne ; du citoyen allemand d’origine libanaise, M. Khaled Al-Masri, enlevé en Macédoine et transféré en Afghanistan où il a été torturé lui aussi.

Les exemples de ce type sont nombreux et les recherches se poursuivent. Une chose est sûre : plusieurs gouvernements européens ont agi à l’insu de leurs citoyens, comme des supplétifs de Washington, ou comme des Etats satellites. Nous voilà ainsi revenus, par une curieuse pirouette de l’histoire, à l’époque de la « souveraineté limitée » chère au Soviétique Leonid Brejnev – mais cette fois imposée par l’Américain George W. Bush...

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mar 7 Oct 2008 - 15:46

Militarisation pré-électorale du «Homeland» nord-américain
Des troupes de combat rapatriées d'Irak pour «intervenir en cas de troubles civils»

par Michel Chossudovsky


Les procédures d'urgences actuelles de la FEMA (l'Agence Fédérale des Situations d'Urgences) prévoient la promulgation de la loi martiale en cas d'attaque terroriste. Le GC1B et d'autres unités de combat seraient appelées à remplir des fonctions militaires spécifiques :

On pourrait faire appel à elles en cas de troubles civils et pour contrôler les foules ou pour intervenir en cas de scénarios d'épouvante comme un empoisonnement de masse, ou une situation de chaos conséquent à un attentat chimique, biologique, radiologique, nucléaire ou avec un explosif à forte portée (CBRNE).

Une formation pour répondre à de tels scénarios à l'intérieur du pays a déjà commencé à Fort Stewart et elle comprend des tâches spécialisées comme savoir intervenir sur des accidents pour extraire des personnes de véhicules endommagés avec des « mâchoires de vie » [terme populaire pour désigner les engins hydrauliques de sauvetage produits par la Hale Products Inc., NdR], des connaissances médicales complémentaires pour pouvoir aider les gens en cas d'attentats CBRNE et un travail en coopération avec des experts du service gouvernemental des forêts afin de savoir se servir de tronçonneuses et de pouvoir défricher pour dégager une route ou une zone.

Les soldats du GC1B seront également formés à l'utilisation du “premier pack d'équipement non mortel utilisé par l'armée de terre”, indique le Commandant de l'Unité, Roger Cloutier, en faisant référence à l'équipement destiné à contrôler les foules et la circulation et à ces armes non mortelles conçues pour maîtriser des individus factieux ou dangereux sans les tuer.

la suite :

Mondialisation.ca, Le 4 octobre 2008

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mer 8 Aoû 2012 - 17:18

En 2007, tous les représentants ou chefs spirituels, églises chrétiennes et dénominations de toutes les religions, ont été rencontrés par la FEMA pour l'élaboration de plans d'urgence, de gestion "des fidèles" dans l'éventualité de catastrophes (en s'appuyant sur la bible)
http://www.ksla.com/Global/story.asp?S=6937987


Aujourd'hui, les constructions et emmenagement de camps continuent "prêts à l'emploi" et n'ayant jamais servi
Homeland Security Clergé s'enrôler pour réprimer des troubles sociaux si la loi martiale jamais déclaré

Pourriez la loi martiale jamais devenir une réalité en Amérique? Certains craignent une attaque nucléaire, biologique ou chimique sur le sol américain pourrait déclencher cela. KSLA Nouvelles 12 a découvert que les membres du clergé aiderait le gouvernement à potentiellement leur plus gros problème: nous.
Charleton Heston désormais célèbre discours devant la National Rifle Association à un retour convention en 2000 restera à jamais dans les mémoires comme un moment d'agitation pour tous les défenseurs de 2ème amendement. À la fin de ses remarques, Heston a tenu son fusil antique et dit à la foule en Moïse, son-comme la voix, «sur mes mains froides et mortes".
Alors que Heston, qui servait alors en tant que président NRA, a fait ces remarques en réponse à des appels pour plus de lois de contrôle des armes à l'époque, ces mots à vivre. Déclaration Heston capturé une valeur vraiment américaine: Un désir plus global pour protéger nos libertés.
Mais la confiscation des armes à feu est exactement ce qui s'est passé pendant l'état d'urgence suite à l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, avec la réinstallation forcée. Les troupes américaines sont également arrivés, quelque chose de beaucoup plus facile à faire maintenant, grâce à l'élimination de l'an dernier de l'acte 1878 Posse Comitatus, qui avait interdisent régulièrement les troupes américaines à partir de la police sur le sol américain.
Si la loi martiale ont été adoptées ici à la maison, j'aime dépeinte dans le film "The Siege", ce qui facilite les craintes du public et de réprimer la dissidence serait critique. Et c'est exactement ce que le «Response Team Clergé» a permis de réaliser dans le sillage de l'ouragan Katrina.
Dr Durell Tuberville sert comme aumônier pour le ministère de Shreveport incendie et le bureau du shérif Caddo de. Tuberville dit de la mission de l'équipe du clergé, «la première chose que nous disons à tout le monde est,« nous allons coopérer et d'obtenir cette chose plus avec et puis nous allons régler les différends une fois la crise est finie. "
Ces équipes d'intervention du clergé serait marcher sur une corde raide pendant la loi martiale entre les exigences du gouvernement d'un côté, contre les souhaits de la population sur l'autre. "Dans beaucoup de cas, ces membres du clergé serait déjà connu dans les quartiers dans lesquels ils contribuent à diffuser cette situation", a assuré Sandy Davis. Il sert en tant que directeur de l'Office Caddo-Bossier of Homeland Protection de sécurité et d'urgence.
Pour l'équipe de membres du clergé, un des plus grands outils qu'ils auront à aider le public calme vers le bas ou d'obéir à la loi est la Bible elle-même, spécifiquement Romains 13. Dr Tuberville élaboré, "parce que le gouvernement a mis en place par le Seigneur, tu sais. Et, c'est ce que nous croyons dans la foi chrétienne. C'est ce qui a déclaré dans l'Écriture."
Les défenseurs des droits civils crois que le montant de la coopération du public lors d'une telle période de troubles peut finalement dépendre de combien de temps ils attendent une suspension de droits pourrait durer.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mer 8 Aoû 2012 - 17:30

En 2007, s'appuyant sur la bible "soumissions aux autorités", tous les représentants ou chefs spirituels, églises chrétiennes et dénominations de toutes les religions, ont été rencontrés par la FEMA pour l’élaboration de plans d’urgence, de gestion “des fidèles” dans l’éventualité de catastrophes. Depuis, des catastrophes ont eu lieu (comme KATRINA) sans que le gouvernement américain n'ait ouvert ces camps aux réfugiés.

Pourtant, la construction et l'emménagement des CAMPS FEMA continuent "prêts à l'emploi".... mais tout le monde se demande POUR QUEL EMPLOI dont on finit par se demander s'il ne serait pas programmé !!??

http://www.ksla.com/Global/story.asp?S=6937987
Deux vidéos sous-titrées du très sérieux Alex Jones qui nous explique un peu ce qu’il en est :


Les Camps de la FEMA - 1/2 - VOSTFR - Alex Jones par alexjonesfilmsfr


Les Camps de la FEMA - 2/2 - VOSTFR - Alex Jones par alexjonesfilmsfr

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

VILLES SOUTERRAINES DE LA FEMA

Message par Joss le Dim 16 Juin 2013 - 14:22

VILLES SOUTERRAINES DE LA FEMA



Voici les souterrains de la FEMA et leur historique depuis 1930. Cette administrationa été reforcée depuis Reagan et Bush en fusionnant 21 agences.

Son innutilité a été démontrée en 2005 lors de l'ouragan Katrina Le but final est de suspendra la constitution en cas de troubles majeurs, en accordant les pleins pouvoirs au président. ( Régime totalitaire et fasciste Application de la loi martiale )

Hier, nous avons vu des choses bien étranges aux USA : ces accumulations invraisemblables de tombes en plastique dans des endroits disséminés dans tout le pays et appartenant tous à un organisme d’état, la FEMA, pour Federal Emergency Management Agency. L’organisme américain chargé de la gestion des catastrophes naturelles ou non. Un organisme impressionnant par sa taille, et dont vous avez peut-être appris l’existence lors de ses ratés durant l’épisode désastreux de l’ouragan Katrina en 2005 qui avait ravagé la Louisiane et détruit une bonne partie de la Nouvelle-Orleans. L’organisme est né en pleine guerre froide, sous une forme éclatée, rassemblée en 1979 seulement, et présente bien d’autres aspects inquiétants que je vous propose de voir en détail. Après les camps, place aux villes souterraines. La FEMA, c’est un des grands mystères américains, en définitive.

L’organisme qui a précédé la FEMA, la Reconstruction Finance Corporation, datait de 1930 et s"occupait des désastres en général, en 1934 un organisme supplémentaire le Bureau of Public Roads lui fût ajouté. Alors que de terribles inondations ravageaient le pays, provoquant la création du Flood Control Act, qui permettait déjà à l’armée de diriger des ingénieurs civils en cas de problème majeur. Progressivement, on s’aperçut qu’il fallait étayer tout cela avec des lois : pour permettre de choisir qui des militaires ou des civils, devaient prendre la direction des opérations en cas de désastre majeur. C’est Kennedy lui-même, en pleine crise de Cuba, par exemple, qui avait signé l’ordre 11051, qui prévoyait quoi faire en cas d’attaque nucléaire russe : "Executive Order 11051, signed by President Kennedy on October 2, 1962, states that "national preparedness must be achieved as may be required to deal with increases in international tension with limited war, or with general war including attack upon the United States." Mais dès 1969, un autre ordre a été rajouté : " However, Executive Order 11490, drafted by Gen. George A Lincoln (former director for the Office of Emergency Preparedness, the FPA’s predecessor) and signed by President Nixon in October 1969, tells a different story. EO 11490, which superceded Kennedy’s EO 11051, begins, "Whereas our national security is dependent upon our ability to assure continuity of government, at every level, in any national emergency type situation that might conceivably confront the nation..." Or ce nouvel ordre exécutif était troublant, car on passait alors de l’attaque nucléaire à "any situation"... Vingt ans après, on va s’apercevoir avec effroi du volet "social" de cet ordre 11051.

La première fois en effet que la FEMA avait été citée au grand jour, c’était lors des émeutes de Los Angeles de 1992,, qui avaient suivi le lynchage de Rodney King par des policiers de la ville , qui venaient tous d’être acquittés. Six jours d’émeutes et une bonne cinquantaine de victimes avaient suivi, ou s’étaient illustrés les Gardes Nationaux, réquisitionnés et mis à disposition... de la FEMA. Le 5 juillet 1987, le Miami Herald avait auparavant publié les nouveaux textes établissant de nouvelles capacités pour la FEMA, destinées à répondre davantage à ce genre de problèmes., justement. Personne n’y avait trop prêté attention : or dedans, il y avait par exemple la possibilité de suspendre la constitution en cas de crise majeure. Une loi sidérante, dont personne n’avait noté l’importance réelle. Les faucons ne datent pas de W.Bush, et chez les dirigeants américains pas mal peuvent être soupçonnés dans les années cinquante et soixante d’être davantage que seulement anti-communistes. Certains seraient bien tentés par un pouvoir fort, qui selon eux éviterait "la décadence" du moment. La façon ont on a vilipendé le "flower power" des hippies est très symptomatique. Tout, sauf le pacifisme. Parmi les cas de crise, on avait discrètement ajouté au classique conflit nucléaire, les émeutes sociales d’opposition, ou une invasion militaire extérieure. Et en ce sens renforcé la construction de camps destinés à contenir les dissidents ou les prisonniers. En cas d’émeutes, les camps s’imposaient d’eux-mêmes.

Les lois nouvelles reprenaient une directive de 1969, à laquelle on en avait ajouté d’autres en 1982, qui avaient donné à la Garde Nationale des prérogatives nouvelles en cas de violences urbaines : "National Security Directive Number 52 issued in August 1982, pertains to the "Use of National Guard Troops to Quell Disturbances". L’homme qui avait conçu les textes n’était pas un inconnu : c’était Olivier North, celui qui sortira lourdement chargé lors de l’affaire des "contras", la vente d’armes aux opposants iraniens de l’époque. Il n’était pas seul : à la tête de la FEMA on trouvait Louis Giuffrida et... le père de G.W. Bush, George Bush lui-mêm e. Giuffrida était un ancien colonel de l’armée (grade obtenu en 1968), devenu spécialiste de la lutte antiterroriste sous Reagan. Sous sa direction, la FEMA s’orienta vers l’organisation de la surveillance des citoyens et la possibilité d’établir une sorte de gouvernement parallèle en cas de conflit grave. Giuffrida rencontra pour cela Edwin Meese, lui aussi provenant des services d’intelligence, devenu en 1969 le secrétaire général de Reagan, alors encore gouverneur de Californie. C’est à lui qu’on doit la répression féroce d’une réunion de protestation étudiante à Berkeley en Californie, devenu le "Bloody Thursday". Déchaîné contre les étudiants protestataires taxés de "communistes", armant les Gardes Nationaux de balles réelles, il avait réclamé l’instauration de l’état d’urgence, alors que le maire de la ville s’y refusait. Une fois Reagan élu, on retrouva Meese comme conseiller gouvernemental... à la sécurité. Spécialiste des coups tordus, il se mouilla alors avec North dans l’histoire que l’on sait, vendant des armes aux iraniens et finançant avec la contre-rebéllion au Nicaragua (les "Contras"). Sous G.W. Bush, on le rappela à la place de Guliani, pressenti au départ, pour établir en 2006 un rapport sur l’Irak, écrit en compagnie de James Baker. A côté d’eux un démocrate peu connu : Léon Panetta, devenu depuis peu chef de la CIA.... le rapport biparti recommandait de déverser des troupes de l’Irak vers l’Afghanistan, exactement ce qui est fait aujourd’hui par Obama. On comprend mieux pourquoi Panetta a été appelé à la tête de l’organisme.

Tout un monde, donc. En 1984, le plan North de la FEMA en cas de problème majeur prenait le nom de "Readiness Exercice", qui prévoyait la création de camps de regroupement des opposants au sein même du pays. "During the Iran Contra hearings in the 1980s, the existence of a plan called Readiness Exercise 84 (Rex 84) was revealed. Rex 84 outlined a plan for concentration camps which would be placed under the operational control of FEMA should martial law need to be implemente". La loi martiale appliquée en cas de problème d’opposition au pouvoir en place : on était loin déjà de la gestion des catastrophes majeures ! L’exercice Rex 84 avait un autre volet assez inattendu : il prévoyait déjà la mise en camps de détention des immigrés mexicains ayant franchi illégalement la frontière. "The Rex 84 Program was originally established on the reasoning that if a "mass exodus" of illegal aliens crossed the Mexican/US border, they would be quickly rounded up and detained in detention centers by FEMA." Le problème n’était pour autant pas encore aussi crucial qu’aujourd’hui, ou un mur a été construit au sud de la Californie. En 2003 sous G.W. Bush, dernière modification de taille : la FEMA est rattachée avec 21 autres agences au Department of Homeland Security, à savoir intègre une gestion globale incluant autant la gestion des catastrophes que la surveillance individuelle : en ce sens, sa boucle initiée par Meese et Giuffrida est bouclée (Giuffida ayant lui terminé sa carrière éjecté de la FEMA, ayant détourné l’argent de l’agence pour se bâtir une maison !).

Deux ans plus tard, l’ouragan Katrina va révéler au monde entier que la FEMA est une gabegie véritable, incapable de prévoir et d’anticiper, la faute il est vrai à un patron totalement incompétent, Mike Brown, avocat de formation choisi par pur copinage par le président Bush et n’ayant jamais eu à traiter de catastrophe auparavant. "Before joining the Bush administration in 2001, Brown had spent a decade as the stewards and judges commissioner of the International Arabian Horse Association". The Washington Post reported earlier this month that the top three FEMA officials had ties to Bush’s 2000 presidential election campaign. Five of eight top FEMA officials had no crisis management experience, the newspaper said." En virant avec fracas Brown juste après, Bush faisait l’économie de faire la même chose avec le directeur du Homeland Security, Michael Chertoff, un homme-clé de son pouvoir dont il ne voulait pas se séparer. Un membre de la FEMA résumait ainsi le problème : "FEMA’s biggest problem is that too few people in the agency are trained to help in emergencies. We have good soldiers but crummy generals." Voilà qui promettait en effet : sur place les gens étaient compétents mais recevaient des ordres ineptes.

La FEMA avait pendant ces trente dernières années passablement dérivé, passant de la gestion des catastrophes à l’art de juguler des émeutes et d’enfermer les récalcitrants, si besoin dans des camps. Mais ce n’était pas totalement terminé : le 3 mars dernier, Le New York Times jetait un énième pavé dans la mare. Un texte, sobrement intitulé "Authority for Use of Military Force to Combat Terrorist Activities Within the U.S." transmis par William J. Haynes du Defense Department General Counsel à John Woo, l’Assistant de l’Attorney General, et au DOJ Special Counsel de Robert Delahunty. Or le contenu de ce texte se résumait aux pleins pouvoirs pour le président en exercice, rien d’autre : "The essence of this document was to declare that George Bush had the authority (a) to deploy the U.S. military inside the U.S., (b) directed at foreign nationalsand U.S. citizens alike ; (c) unconstrained by any Constitutional limits, including those of the First, Fourth and Fifth Amendments. It was nothing less than an explicit decree that, when it comes to Presidential power, the Bill of Rights was suspended, even on U.S. soil and as applied to U.S. citizens". Depuis huit ans, les américains avaient donc vécu sous un régime au-dessus des lois usuelles : "Over the last eight years, we had a system in place where we pretended that our "laws" were the things enacted out in the open by our Congress and that were set forth by the Constitution. The reality, though, was that our Government secretly vested itself with the power to ignore those public laws, to declare them invalid, and instead, create a whole regimen of secret laws that vested tyrannical, monarchical power in the President. " Un arsenal de textes restés secrets, et un éventail de lieux qui l’étaient tout autant pour diriger le pays en cas de coup de force. A deux doigts de la dictature, voilà où en étaient les USA à l’avènement surprise d’Obama.

Des camps en cas d’émeutes graves, ce à quoi on peut ajouter en effet une bonne soixantaine de quasi-villes souterraines (pour mettre à l’abri les seuls dirigeants !), les américains ne faisant rien dans le détail. Devraient y accéder en priorité en effet le gouvernement, les réserves fédérales d’or, et les documents gouvernementaux. Parmi ces quasi-villes sous terre, l’une d’entre elles avait déjà retenu notre attention lors d’un reportage télévisuel de WSLS-TV ,une filiale virginienne de NBC, assez sidérant où on avait pu apercevoir des clichés de Marylin Monroe enfermés dans des bacs refrigérés, voisinant les résidus et les débris du Wolrd Trade Center (qui n’avaient pas été montrés pour l’occasion !). Les coffres-forts d’état révèlent parfois d’étranges choses. Le secret entretenu à propos du centre de Mount Weather, visible dans le reportage, est tel que le dernier journaliste qui avait alors enquêté dans la ville la plus proche s’était fait rabrouer de partout, les gens ayant été visiblement sévèrement brieffés depuis deux générations pour ne pas piper mot des activités du lieu. FEMA et secret vont en effet parfaitement ensemble. Mount Weather végétait depuis la fin de la guerre froide ou depuis l’ère Reagan : W.Bush l’a entièrement remis à neuf. On connaissait le site depuis le milieu des années 70 pourtant : "In March, 1976, The Progressive Magazine published an astonishing article entitled "The Mysterious Mountain." The author, Richard Pollock, based his investigative report on Senate subcommittee hearings and upon "several off-the-record interviews with officials formerly associated with Mount Weather." His report, and a 1991 article in Time Magazine entitled "Doomsday Hideaway", supply a few compelling hints about what is going on underground".

Le site a toujours existé, depuis plus de cinquante ans maintenant, mais à l’arrivée de W. Bush son activité à soudainement été décuplée. "Following the collapse of the USSR, Mount Weather seemed like an expensive cold-war relic. Then came September 11. News reports noted that “top leaders of Congress were taken to the safety of a secure government facility 75 miles west of Washington” ; another reported “a traffic jam of limos carrying Washington and government license plates. As the phrase “undisclosed location” entered the vernacular, Mount Weather, and a handful of similar installations, flickered back to life. Just two months ago, a disaster-simulation exercise called Forward Challenge 06 sent thousands of federal workers to Mount Weather and other sites" nous apprend un site, nous apprenant par la même que la FEMA est à nouveau dans le coup avec un "exercice". Le 11 septembre 2001, toute la montagne semblait en ébullition , rapporte une habitante : At the facility itself, he says, “The Mount Weather guards were not only armed, they had their guns in firing position.” John Staelin, a member of the Clarke County Board of Supervisors, says that on September 11, the county’s 911 line received a call from an agitated local woman. “She said, ‘I wouldn’t have believed it if I hadn’t seen it with my own eyes, but the whole mountain opened up and Air Force One flew in and it closed right up. I wouldn’t have believed it if I hadn’t seen it with my own eyes.’ So they said, "Yes, ma’am”

Ce jour-là, on ne sait pas vraiment où était passé Cheney (il était à la Maison Blanche paraît-il) : mais le troisième homme du pays avait bien été expédié à Mount Weather : "Speaker of the House Dennis Hastert (R ), who is third in line for the presidency, is evacuated from the US Capitol building and flown to a secret underground bunker in Virginia, where he remains until late in the afternoon. [ABC NEWS, 9/11/2001 et ABC NEWS, 9/15/2002]" . C’est le poste occupé aujourd’hui par Nancy Pelosi. Le plan de la FEMA sur la "continuité de l’état" (Continuity of Government” -COG-) avait bien été activé. En cas de disparition présidentielle et du vice-président, en 2001, c’est au chef du Congrès des Représentants (en France ce serait Gérard Larcher, le Président du Sénat, chez nous le second homme des institutions). Hastert y avait été déposé par hélicoptère en moins de 20 minutes : il n’y a que 48 miles de route entre la capitale et Mount Weather. Dans l’hélico, il n’était pas seul : "Members of Congress taken to the facility include House Majority Leader Dick Armey (R), House Majority Whip Tom DeLay (R), House Minority Leader Dick Gephardt (D), House Minority Whip David Bonior (D), Senate Majority Leader Tom Daschle (D), Senate Minority Leader Trent Lott (R), Assistant Senate Majority Leader Harry Reid (D), and Senate Minority Whip Don Nickles (R)". En réalité, pour revenir à Cheney, on sait où il aurait pu se cacher en cas de seconde attaque, après le 11 septembre, et ce, depuis hier (le 18 mai) : "Selon la journaliste de Newsweek, Eleanore Clift, le vice-président américain Joe Biden aurait fait une nouvelle gaffe, en révélant, au cours d’un dîner, l’existence et l’emplacement d’un bunker, sous sa résidence officielle, à l’Observatoire naval de Washington. Une information jugée potentiellement classifiée. Ce bunker aurait été construit par son prédécesseur, le républicain Dick Cheney, en décembre 2002 après les attaques du 11 Septembre". On n’est jamais trop prudent, et Biden... toujours aussi gaffeur.

Un autre site est lui à 60 miles de Washington : c’est le site "R" de Fountain Dale, en Pennsylvanie, qui date lui de l’ère Truman. A deux pas du fameux Camp David : "the most famous of the federal "retreats" is Camp David, located in Catoctin Mountain Park, a National Park Service area near Thurmont, Maryland, and only a few miles from Site R, and the Federal Emergency Training Center in Emmitsburg". A deux pas de là un centre de formation un peu spécial : "A few miles from Site R and Camp David, the National Emergency Training Center in Emmitsburg, Maryland, is a training campus for the Federal Emergency Management Agency. The Center was established in 1979, at a 107 acre site originally occupied by St. Joseph’s College,(...) The emphasis is training for civilian emergency professionals, such as fire fighters, and emergency response managers and coordinators. A sample of training course titles includes : "Advanced Radiological Accident Assessment - Post-Plume Phase," "Use of Auto-Injectors by Civilian Emergency Medical Persoonnel to Treat Civilians Exposed to Nerve Agent," and "Mass Fatalities Incident Course." Bigre, voilà qui refroidit. A deux pas encore, un autre "WTC" : "part of the communication infrastructure designed to support the federal government, is the mysterious and extensive complex known as the Warrenton Training Center (WTC), located in rural Virginia. Warrenton’s, Station B, the largest of the four locations that make up the WTC, is a 346 acre communications center operated by the Defense Department, with underground bunkers, of unknown extent, for the protection of federal communications infrastructure and for the personnel assigned to protect it (and possibly for other purposes as well)". Et ce n’est pas tout : reste les communications : "The Olney Federal Support Center, near Laytonville, Maryland, is a communications and data network site, with known and unknown functions. Located at a former Nike missile base, this location consists of a vast field of antennas, with several surface buildings. It is next to a National Guard detachment, and a large landfill, which has helped fuel suspicions that extensive digging has taken place at the site (the disposal of the dirt from secret subterranean excavation projects is always an issue for the builders of these sites, according to some underground researchers). It is known to be part of FEMA’s National Radio System, a high-frequency radio network that links FEMA’s emergency operations centers. Rumors about multiple levels underground have been circulated primarily by UFOlogists and conspiracy theorists." On a bien quelques traces en effet de visibles de ce réseau de Google Earth : ce sont les couloirs de répartition de lignes à haute tension, bien dégagés, et qui semblent bien relier les anciens pas de tir des missiles Nike, transformés en station de conversion de courant. Si c’est le cas, le réseau est... colossal.

A côté encore le bunker du Mount Pony, qui devait recevoit l’argent du Trésor, mais qui ne sert plus : trop cher à entretenir ! "As an example, the Federal Reserve Board had its relocation site in Culpeper, Va., until it was mothballed in July 1992. The 43,000-square-foot radiation-proof bunker was reported stocked with enough freeze-dried food to last 30 days. The new relocation site for the board appropriately remains a mystery." Le site bunker de la réserve fédérale, racheté par une fondation et entièrement remis à neuf depuis, est devenu depuis le National Audiovisual Conservation Center, géré par la célèbre librairie du Congrès.

Le Pentagone possède aussi sa ville enterrée : "For instance, the Pentagon’s safe house is located at a site called Raven Rock in Maryland. This sprawling 716-acre installation lies 650 feet below the surface. The staffers (about 350) go to work via portals in the mountainside. Amenities include shopping, a barbershop, medical clinic, dining, fitness facilities and a chapel." Ce qu’on peut noter d’étonnant, c’est que le jour du 11 septembre, Donald Rumsfeld est présent dans l’aile opposée à celle touchée par l’attentat du Pentagone. Or selon les directives, dès les attentats du WTC, il aurait dû être expédié directement à Raven Rock, en suivant les procédures écrites de longue date. A la moindre attaque du territoire, le Pentagone se retrouve à 650 pieds (200 m !) sous terre ! En 1992, un autre bunker avait été détecté en Virginie toujours : "In May 1992, revelations came to the surface that a large secret government bunker was located under the rich Greenbrier Hotel in White Sulphur Springs, West Virginia. It had been hidden there for years.. It had been hidden there for years[/url]. Only six members of Congress knew about the living quarters, meeting rooms and banks of computers and communications equipment installed underneath the posh hotel. It contains two giant blast doors, each weighing more than 20 tons, supplied with water, electricity and even a sewage treatment system. It also had an infirmary, shower facilities, a television studio, radio and communications equipment, phone booths and code machines, a dining and kitchen area, a power plant and even a crematorium for disposing of the corpses of those who might die inside the sealed bunker". L’hôtel avait bien été réquisitionné pendant la crise de Cuba : "Though it was never used, the $12 million facility was in place and functional during the Cuban Missile Crisis in 1962. It remained an integral part of the nation’s contingency plan until the 1990s".

Des hommes avaient donc mis la main sur la gâchette ce jour-là en plein milieu de la Virginie, au beau milieu des Blue Ridge Mountains, nullement touchée par les événements ? Des hommes en armes pour protéger quoi ? Une ville souterraine, possédant toutes les commodités et totalement autonome qui recevait un "gouvernement en exil" ou tout comme (à noter l’absence criante de Dick Cheney et de Donald Rumsfeld). Une ville souterraine qui offrait toutes les commodités comme le note sa description :

   private apartments and dormitories
   streets and sidewalks
   cafeterias and hospitals
   a water purification system, power plant and general office buildings
   a small lake fed by fresh water from underground springs
   its own mass transit system
   a TV communication system

Bush, au 11 septembre, ne s’était pas rendu à Mount Weather ni au fief du Norad, mais à Ofutt, après être passé par Barksdale en Louisiane. "Offutt is the home of the U.S. Strategic Command". On peut se poser des tas de questions sur ce parcours, notamment le fait que lorsqu’il décolle de Sarasota, en Floride, personne n’a songé à lui adjoindre des chasseurs de protection. Ce qu’il y a de plus étrange, c’est qu’il disposait du choix, même si effectivement il n’y en avait pas en Floride même. Et encore plus étrange de ne pas être resté sagement à Barskdale qui dispose de tout ce qu’il faut, notamment un bunker.

La dernière en date est à Napa, en Californie, une ancienne base d’[url=these places of safety".]hydravions Catalina[/url] : "According to the Napa Sentinel, an underground installation with a COG function is under construction near the Oakville Grade in Napa County, Calif. Mysterious helicopter flights go in and out of the area. The Sentinel says "the secret government site is replacing other installations and combining them into one underground center.” In any event, the real issue is how to get key personnel out of Washington and to these places of safety". Napa, dernière base secrète, est une des plus intrigantes.

Selon les mêmes souces, des hélicoptères noirs, sans signe distinctifs, étaient souvent vus dans les parages. Or ces hélicoptères n’étaient pas pilotés par des militaires mais par de véritables mercenaires privés : "A Chicago-based source with high credentials in such investigations, claims that the black helicopters are not a military operation, but rather are operated by the Wackenhut Corporation and FEMA. Wackenhut is a private company that provides security in prisons, hospitals, government installations and other facilities. It was founded by former FBI agents and has been called the modern "Robocop" organization". "The helicopters used in Napa are olive drab and also black, all unmarked. The olive drab helicopters originate from Hamilton Air Force Base and operate generally in late afternoon and in the evening. The black helicopters generally operate in the late evening and early morning hours. The olive drab helicopters are providing supplies to the secret installation, but the black helicopters are providing direct laser communication satellites". "Hamilton Air Force base has confirmed that the helicopters originate from their area and that the mission is classified" : on nage en plein secret. Mais demain, nous verrons que ces hélicos noirs ont une belle histoire derrière eux. Enfin, belle...
Il y a aussi Dulce dans le Nouveau-Mexique : "There is Dulce Base, in New Mexico. Dulce is a small town in northern New Mexico, located above 7,000 feet on the Jicarilla Apache Indian Reservation. There is only one major motel and a few stores. It’s not a resort town and it is not bustling with activity. But Dulce has a deep, dark secret. The secret is harbored deep below the brush of Archuleta Mesa. Function : Research of mind related functions, genetic experiments, mind control training and reprograming. There are over 3000 real-time video cameras throughout the complex at high-security locations (entrances and exits)". L’endroit, très à l’écart, se prête à toutes les rumeurs (évidemment celles d’OVNIS !), mais on retiendra surtout le matériel utilisé pour construire cette base entièrement souterraine : des tunneliers , et pas des petits, estampillés "Air Force", l e genre de logo que l’on imagine plutôt sur des avions...
La liste des lieux enfouis est loin d’être exhaustive.. . Mais Mount Weather est très représentatif en fait des activités de la FEMA : c’est le nœud central de coordination d’autres sites du même type . "Mount Weather is the self-sustaining underground command center for the Federal Emergency Management Agency - FEMA. The facility is the operational center of approximately 100 other Federal Relocation Centers, most of which are concentrated in Pennsylvania, West Virginia, Virginia, Maryland and North Carolina. Together this network of underground facilities constitutes the backbone of America’s "Continuity of Government" program. In the event of nuclear war, declaration of martial law, or other national emergency, the President, his cabinet and the rest of the Executive Branch would be "relocated" to Mount Weather". Mount Weather, qui héberge un gouvernement fantôme (’le fameux "Continuity of Government Program") au cas où, est une résurgence des pires heures de la guerre froide. Une ville sous terre protégée par le secret et cachée aux yeux des citoyens américains, the "federal government back-up system". Or, d’après ce que l’on sait, on y a enfermé les vestiges des attentats du 11 septembre : or pourquoi donc là, sinon pour ne pas pouvoir librement y accéder, et lesquels ? Ceux qui montrent une radioactivité qu’on a cherché à masquer durant tout le nettoyage intensif du site du WTC ?

Sos-crise

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Joss le Mer 31 Juil 2013 - 19:22


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LA FEMA DEMANDE DES STOCKS ALIMENTAIRES

Message par Joss le Jeu 8 Aoû 2013 - 7:40

LA FEMA DEMANDE DES STOCKS ALIMENTAIRES



la FEMA collecte activement des stocks de nourriture et cela met les "complotistes" en émoi.




New Madrid ? émeutes?




suivre les liens : lien 1,    lien 2




ceci dit la question reste ouverte. pourquoi la FEMA a-t-elle besoin urgemment de stocks alimentaires ?

 

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

UNE PRISON SECRÈTE DE LA CIA EN POLOGNE ?

Message par Joss le Mar 13 Aoû 2013 - 12:38

UNE PRISON SECRÈTE DE LA CIA EN POLOGNE ?
La justice polonaise soupçonne fortement les États-Unis d’avoir installé un centre de détention ultra secret en Pologne, à Stare Kiejkuty (180 kilomètres de la capitale Varsovie). À l’intérieur, des personnes suspectées d’entretenir des liens avec le terrorisme auraient été torturées entre 2002 et 2005: l’un affirme avoir été soumis à des simulacres d’exécution avec des armes de poing et une perceuse électrique ; un autre aurait connu au moins à quatre-vingt-trois reprises le waterboarding (simulation de noyade), technique déjà utilisée par les soldats américains sur les combattants vietnamiens. Un troisième homme a demandé au parquet polonais de lui octroyer un statut de victime, a indiqué son avocat. Une enquête a été ouverte.

Mais le moins que l’on puisse dire est que cette dernière traîne en longueur. Les organisations de défense des droits de l’homme craignent d’ailleurs que les retards et le peu de renseignements fournis jusqu’alors par la justice américaine rentrent dans les plans d’une tactique officielle pour éviter d’avoir à rendre compte de la collaboration entre les États-Unis et la Pologne dans le contexte de la « guerre contre le terrorisme ».
Amnesty International a exhorté le gouvernement polonais à assumer pleinement ses responsabilités. Les nombreux comptes rendus de presse, les rapports d’organisations intergouvernementales et non gouvernementales jusqu’aux entretiens qu’ont pu donner les plus hautes autorités polonaises de l’époque laissent en effet planer peu de doutes sur les accords secrets qu’ont conclus les États-Unis et d’autres pays pour arrêter illégalement des individus avant de les transférer dans des lieux pour les soumettre à des interrogatoires niant toute dignité humaine.
Les événements du 11 Septembre ont donné lieu à des mesures exceptionnelles : détentions sans limites et sans chef d’accusation sur un territoire ne relevant (théoriquement) pas de la législation étasunienne de tous les « combattants illégaux » capturés, centres d’internement clandestins (black sites), techniques d’interrogatoires assimilables à la torture, aveux obtenus sous la contrainte, etc. On connaissait jusqu’à présent les mauvais traitements subis par les prisonniers à Guantanamo, mais l’Europe n’est pas en reste.
On parle d’un centre de rétention à Stare Kiejkuty depuis 2005. Il a fallu trois ans pour que soit diligentée une action en justice. Et celle-ci n’a mystérieusement pas débuté sans encombre : remplacement des enquêteurs, transfert de juridiction entre Cracovie et Varsovie, manque de coopération des autorités étasuniennes qui ont invoqué régulièrement le « secret défense ».
Deux hommes sont actuellement sous les feux de la rampe.
Le premier est Abd al-Rahim al-Nashiri, un ressortissant saoudien considéré comme le cerveau de l’attentat d’octobre 2000 contre le destroyer USS Cole dans le port d’Aden (Yémen). Il affirme avoir été interrogé en Pologne et soumis à des « techniques renforcées d’interrogatoires », à des simulacres d’exécution et autres traitements dégradants (menaces de sodomie et de viols sur certains membres de sa famille).
Zayn Al-Abidin Muhammad Husayn, connu sous le nom d’Abou Zoubaydah, est un citoyen saoudien. Lui aussi affirme avoir fait l’objet d’un transfert en Pologne. L’ancien président George Bush a d’ailleurs admis dans ses mémoires publiées en 2010 qu’Abou Zoubaydah avait lui goûté au supplice du waterboarding pendant qu’il était dans les griffes de la CIA. Ce même président avait reconnu, quatre ans auparavant, l’existence de prisons secrètes contrôlées par la célèbre agence de renseignement étasunienne.
Walid bin Attash, un ressortissant yéménite détenu par l’armée américaine, a quant à lui demandé le statut de victime. L’annonce en a été faite récemment par Amnesty International dans un communiqué. « Les autorités polonaises doivent cesser de dissimuler la vérité derrière le voile de la « sécurité nationale. Il est grand temps que la lumière soit faite sur leur collaboration avec le programme de détention secrète de la CIA une bonne fois pour toutes », a indiqué Julia Hall, spécialiste de la question de la lutte antiterroriste et des droits humains pour l’ONG.  
Dans son discours du 23 mai 2013, Barack Obama avait reconnu l’existence de pratiques illégales : « je crois que nous avons compromis nos valeurs fondamentales, en ayant eu recours à la torture lors d’interrogatoires de nos ennemis ou aux détentions contraires à l’État de droit ». Il ne tient désormais plus qu’aux autorités polonaises de faire leur mea culpa pour toutes les violations des droits humains commises avec leur complice étasunien.
http://www.resistance-politique.fr/article-pologne-la-prison-secrete-de-la-cia-119483983.html

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

LA FEMA SE PRÉPARE TRÈS PRÉCISÉMENT À LA MOBILISATION DE 100

Message par Joss le Ven 20 Sep 2013 - 19:43

LA FEMA SE PRÉPARE TRÈS PRÉCISÉMENT À LA MOBILISATION DE 100 000 PERSONNES POUR UNE CATASTROPHE NATIONALE

La vidéo ci-dessous, en anglais, montre les préparatifs massifs déployés par la FEMA en vue d’une catastrophe nationale.  Sur le site des appels d’offre du gouvernement fédéral on trouve plusieurs sollicitations de la FEMA qui demandent des fournitures et installations d’urgence pour 100 000 personnes qui travailleront à l’intérieur de cellules de gestion médicale, réparties dans 1000 campements abritant 100 personnes chacun.  La FEMA demande que la livraison des fournitures soit assurée dans un délai de 48h.

La FEMA demande des vêtements médicaux pour 100 000 personnes, des pantalons et chandails, 1000 abris d’urgence, de l’essence, des douches et salles de bain portatives, de l’équipement d’hygiène, des millions de litres d’eau en bouteille, etc.
Le commentaire d’un des entrepreneurs semble confirmer l’existence de centres qui seront opérationnels lors d’une catastrophe, qu’il nomme des « camps ».  Il dit que le scénario d’Armageddon sous-entendu par ces appels d’offre ne lui permet que d’assumer la responsabilité des 20 camps en Californie, de 5 dans l’Oregon et de 5 à Washington…


Solicitation Number: HSFE70-13-R-0062
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0058
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0070
Solicitation Number: HSFE90-13-I-0018
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0061
Solicitation Number: HSFE70-12-R-0043
Solicitation Number: HSFE70-12-R-0097
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0071
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0049
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0048
Solicitation Number: HSFE70-13-R-0046
Solicitation Number: HSFE10-13-P-5023
Solicitation Number: FEMAtransportationCarrierIndustryDay
Solicitation Number: 2013-N-15755
National Disaster Medical System (NDMS) Video


Source: Conscience du peuple

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

CAROLINE DU NORD. LES CAMPS DE CONCENTRATION FEMA POUR LES S

Message par Joss le Dim 14 Déc 2014 - 20:21

USA, CAROLINE DU NORD. LES CAMPS DE CONCENTRATION FEMA POUR LES SANS DOMICILE FIXE

13 DÉCEMBRE 2014 LES MOUTONS ENRAGES

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10456
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEMA - CAMPS D'INTERNEMENT ???

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum