MARTHE ET MARIE

L'Eglise manque de folie

Aller en bas

L'Eglise manque de folie

Message par Fée Violine le Jeu 7 Fév 2008 - 15:58

trouvé dans les archives, actuellement inaccessibles, du forum Dialogue avec l'évêque d'Amiens (l'ancien évêque, Mgr Noyer).
J'adore ce texte magnifique et je souhaite vous le faire partager.


De: Claudine
Date: 24-10-01 12:33:39
Cher Père, Encore je voudrais vous remercier de vous faire si proche des internautes que nous sommes. Vous êtes en ce moment très sollicité par nous. Cela prouve à quel point les hommes d'Eglise ont encore cette autorité et cette aura pour nous. C'est important. J'avais envie de vous parler de notre Eglise, la votre, la mienne. Il est facile de critiquer et ronchonner et le français adore cela, je n'y manquerai pas, que tous me pardonnent par avance. Pour le côté positif, que dire ? En réalité j'aime notre Eglise d'aujourd'hui et je ne sais pas quoi dire de concret qui la rendrait admirable, agréable et divine. Je crois à la présence de l'Esprit qui n'a cessé d'y souffler et y souffle encore. Mais je n'arrive pas à trouver d'exemples concrets où je pourrais dire : "qu'elle est belle, notre Eglise, grâce à ceci ou cela". La Grâce suffit. Mais pour le concret ... Je pense à la parabole des talents. Elle est comme un enfant qu'on devine plein de dons, plein de talents, une personnalité forte et à part, qui aurait pourtant la possibilité de les exercer, et qui pour quelques mauvaises raisons ne les développe pas, préférant rester dans la norme. Si je pense a la parabole du bon pasteur, elle est comme une brebis sage, qui se garde toute seule ou bien elle est comme un pasteur qui garde ses brebis sages gentiment, avec un sourire satisfait sans même s’apercevoir que d’autres sont parties . En fait, si je vais critiquer l'Eglise c'est parce que je l'aime et que j'ai attendu beaucoup d'elle, que je ne veux pas perdre espoir, et que j'attends encore beaucoup d'elle. J'attends qu'elle me bouscule, qu'elle m'interpelle, qu'elle force mon admiration tout en restant humble. Pari de l'impossible ? Je suis revenue vers la religion de mon enfance à l'âge adulte mais je n'ai jamais perdu la foi. Autant vous dire qu’enfant j’adorais aller à la crèche, à Noel, bruler des cierges, assister de temps en temps à la messe. Je ne voyais toutefois pas l'utilité d'une Eglise, je n'avais rien contre elle, mais elle me représentait le lieu de rendez vous de ma grand mère et ses amies. Un lieu pour vieilles veuves et pour petits enfants. Un lieu sympa, certes, puisque j'aimais enormement ma grand mère et ses amies, mais certainement pas un lieu de prédilection lorsqu'on est jeune. J'avais le sentiment qu'elle ne pouvait rien m'apporter, qu’elle m’était inutile. J'etais sure à cette époque que ma grand mère, que j'aimais pourtant, ne pouvait plus rien m'apporter également et que je lui rendais service en lui prodiguant mon affection. Il a fallu qu'elle meure pour que je me rende compte que l'affection, l'amour gratuit d'une grand mère pour son petit enfant est un cadeau inégalable et qui nous apporte discrètement beaucoup plus qu’on ne le pensait . C'est donc peu à peu, lorsque j'ai découvert en devenant mère ce qu'etait ce miracle absolu de la naissance d'un enfant, mon enfant, puis combien une vieille personne pouvait manquer terriblement, que j’ai eu envie de revenir vers cette Eglise. Après avoir eu une jeunesse folle (drogue) qui m’a valu bien des déboires. Mariage à l’Eglise, baptemes des enfants et de mon mari, KT, profession de foi, scoutisme des enfants, messes ... Nous sommes ce qu’on peut appeler une famille catholique. Incroyable. Pari impossible avec mon passé tenu. Lorsque les gens le savent, ils sont plus qu'etonnés. J'avais déjà dit que je n'aimais pas être comme tout le monde :-)


De: Claudine
Date: 24-10-01 12:39:35
Et pourtant, je ne peux m’empêcher de la critiquer. Je critique d’abord un laïcat de plus en plus important. Cela vient surtout d’une remarque un jour de ma mère : “j’en ai marre d’avoir pour interlocuteur la meme personne à qui je dois demander ceci à la mairie, être encore obligé de demander cela à l’Eglise, j’en ai marre de voir les mêmes responsables et notables dans la société me donner l’hostie à l’Eglise. Ils ont toujours le beau rôle, ce sont les mêmes. Moi je préfère les prêtres, au moins ils sont là pour ça, ont donné leur vie pour ça, on ne les verra pas nous commander ou nous encadrer ailleurs que dans l’Eglise.” En quelques mots ma mère m’a fait comprendre l’ampleur du problème. Une Eglise de plus en plus, par manque de vocations mais aussi pour donner de l’importance aux fidèles, tenue par des laïcs et souvent, pour diverses raisons (un dynamisme, une compétence, une habitude de l’encadrement, des conférences, à l’aise dans leurs pompes pour prendre la parole, plus de temps libre) une Eglise tenue par des laïcs cadres moyens ou cadres sup, voire dirigeants d’entreprise. En fait une Eglise qui ressemble etonnamment à ce monde. Je sais aussi par le KT dont je me suis occupée que certaines mamans, de milieux tres modestes, ont pris l’Eglise en grippe à cause d'un responsable qui nous parlait de son dernier voyage à N.Y. pour le boulot. Et meme s’ils n’en parlent pas, ce sentiment est partagé et on entend dans le secret souvent : “ce sont les mêmes qui nous encadrent au boulot et qui nous encadrent à l’Eglise.” Pourtant je sais aussi que l’Eglise est une des rares structures où n’importe qui a une chance d’avoir une responsabilité. Mais à part les paroisses implantées en milieu modeste, les autres paroisses ou diocèses n’offrent que très rarement un laïcat de responsables issus de milieu modeste. Elles ne le font pas expres. Les pauvres s’effacent d’eux mêmes. Souvent le curé leur demande leur aide avec des responsabilités mais ils refusent. On ne s’improvise pas du jour au lendemain bon orateur et responsable lorsqu’on ne l’a jamais été. Mais il faut y penser car c’est sans doute une grande richesse qui s’envole. Il suffit de voir combien la culture populaire s’impose toujours partout, et finit même par supplanter une culture élitiste (c’est parfois dommage). Il y a aussi un dynamisme, un élan, une spontanéité, une nouveauté chez le petit peuple, auquel il faut donner une chance de s’exprimer, de proposer quelque chose de différent, et pas seulement à l’intérieur de leurs paroisses. Est ce que ceci explique cela mais je me demande si maintenant l’Eglise n’est pas constituée surtout de cette moyenne bourgeoisie. C’est souvent l’impression que cela me donne avec bien sûr les exceptions qui confirment la règle et une population issue de l’immigration ou des Dom tom qui heureusement font le contrepoids.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par Fée Violine le Jeu 7 Fév 2008 - 15:58

(suite)


De: Claudine
Date: 24-10-01 12:50:56
Mais surtout, et là ce sera ma principale critique : je reproche à l’Eglise une fadeur, quand ce n’est pas une mièvrerie. Comme je disais, j’ai eu une jeunesse folle, avec quand meme des moments terribles mais aussi hors du commun. Et lorsque je suis revenue à l’Eglise, j’ai eu l’impression que ceux qui avaient mon age avaient toujours été préservé des folies du mondes. C'est bien mais on n'y trouve moins ces personnalités fortes qui par la subite conversion au Christ sont des témoins hors du commun. Lorsque les quelques grands noms catholiques de notre fin de siècle auront disparu, qui restera assez charismatique pour être connu au delà de notre Eglise ? Cette Eglise, qu’aura t’elle de plus à offrir que le monde profane ne nous offre déjà ? Je pense toujours que notre religion est la religion de l’extrême. Elle nous montre une capacité d’ amour extrême. Je me doute bien que la majorité des fidèles de toujours ont souvent vécu leur foi dans leurs pantoufles et leurs souliers vernis mais il n’empeche : elle a donné aussi nos Saints dont certains ont eu une foi à soulever les montagnes et l’ont vécu à l’extrême. Elle nous a donné des fidèles comme Péguy (que j'admire), malgré ses critiques vives à son encontre. Maintenant, nous avons l’impression que l’Eglise est une église de bourgeois gentils, qui donnent autant qu’ils donnent à leur travail, c’est à dire beaucoup de temps, des compétences mais sans risques, sans folie. La tiédeur et la fadeur caractérisent notre Eglise. Lequel d’entre eux donnera tout pour aller soigner les lépreux ou fonder un ordre ? Lequel parmi nos jeunes sera une petite Thérèse ? Qui seront les martyrs d’Europe hormis ces théologiens libéraux issus du modernisme, qui font salon et qui pleurnichent leur douleur lorsqu’ils n’ont pas eu le droit d’être publiés avec le label catho ? Ils veulent le beurre et l’argent du beurre sans jamais risquer leur vie car l'inquisition est finie. Qui sera un St Thomas du XXIe siècle, qui sera un scientifique et theologien comme Pascal ? Qui remplacera St Vincent de Paul ? Où est cette charité qui fait partager un manteau ? La charité où est elle ? On lui préfère le mot “solidarité”. Mais la charité ? Où est ce coeur plein d’amour dont le battement devrait s’entendre au delà de nos murs d’églises ? Je vois surtout souvent un lieu de temps libre ou chacun a choisi sa chaise pour s’occuper ou occuper sa retraite. Aucun combat perdu d’avance, aucune exclamation, le monde se fait avec elle dans le profane sans qu’on sache qu’elle est là. Oh, nous avons bien une lettre courageuse parfois des eveques et qui va à contre courant et rappelle le sens du sacré : vie sacrée et qui rappelle qu’il y a donc une autre manière de penser, une pensée éternelle. Mais personne ne la lira. Il m’est arrivé à Reims d’avoir même de l’admiration pour des intégristes tant cela etait différent, tant cela était extreme : un homme à genoux, confessant ses fautes dans un coin, à côté d’un prêtre en soutane. Le tableau me semblait sorti d’un autre siècle. D’un siècle où du chrétien il pouvait sortir du pire mais aussi un meilleur qu’on ne trouvait nulle part ailleurs. Aujourd’hui les prêtres se fondent dans la foule, les religieuses aussi. C’est bien mais on ne les voit pas. Anonymes parmi les anonymes. On pense à un Saint François à poil devant l’eveque. Comme j’aimerais voir un de nos laïcs ayant entendu Dieu se foutre à poil à la messe devant vous, Monseigneur Noyer !


De: Claudine
Date: 24-10-01 13:03:18
Et vous le couvririez de votre manteau :-)) Aucune Eglise visible. Je ne vois plus de gens faire careme jusqu’à l’extreme. Il m’arrive parfois d’avoir envie de voir de ces fous de Dieu, des pénitents se flageller, ou marcher à genoux sur les cailloux tant cette église confortable, fade et mièvre me déçoit. Mais en général la pénitence s’arrete à une petite confession entre soi même et l’ami pretre ou une celebration penitentielle collective et c’est reparti pour un tour. Le careme, c’est deux jours de riz avec le CCFD (et la dimension spirituelle du jeûne au désert ?) Je ne vois rien de plus fou, de plus passionné en Eglise qu’on ne rencontre dans le club de philatélie ou pétanque d’à côté de chez moi. Et même encore, des philatélistes seraient sans doute capables de vendre un objet précieux et d’aller au bout du monde pour un seul timbre. Cela me rappelle la parabole du royaume. Les joueurs de pétanque eux nous montrent la joie, la gaité, la simplicité populaire et bon enfant dans leurs petits barbecues d’été. Et nous ? Voilà, cette lettre est très longue, trop longue, mais je ne pouvais pas résumer. Elle parait très critique mais j’aime toujours son charme désuet, cette discrétion dans l’amour comme ma grand mère. J’ai des grands moments d’amour lorsque je vois la queue, humble et mélangée aller chercher et recevoir le Corps du Christ. Mais ce charme là attire les personnes d’un grand âge qui heureusement y ont toutes leurs places. Ces personnes là, vivent parfois la religion de l’extrême mais c’est invisible. On ne sait pas combien de petites grands mères très âgées arrivent à trouver la force qui leur manque pour aller le dimanche à la messe pour recevoir Celui qu’elles aiment toujours autant ! C'est admirable. C’est un exploit. Mais j’aimerais aussi qu'à tous âges nous y fassions des exploits. Que nous enlevions nos sandales, et partions sans même un baton. J'aimerais que l'Eglise laisse quelque temps les brebis sages qui se gardent toutes seules pour une seule brebis perdue. Ou que les brebis sages partent elles mêmes à la recherche de leurs soeurs, avec le bon pasteur. Je ne demande pas l’exploit pour le spectaculaire, cela vient du monde, mais parce que notre foi est du domaine de la passion. Beaucoup ne savent meme pas ce qu’est la passion du Christ. Ils croient que c’est avoir un hobby qui vous prend tout votre temps et beaucoup vivront leur hobby avec plus de passion encore que nous n'en mettons dans notre foi. Ils ne sauront pas comment la souffrance peut donner une signification positive des siècles plus tard. Et pourtant, lorsqu'on s'y attarde, la richesse de notre religion, la beauté de notre patrimoine, l'intelligence de notre théologie et la simplicité de vivre notre foi face à la grandeur de la croix mérite peut être plus qu'une copie de ce monde, avec les memes repères et le même cocooning ? Je ne sais plus très bien. En vous écrivant je me convertis à la foi humble et discrète de l'Eglise. J’espère ne pas vous choquer et je sais que j’exagère un peu. Cette critique est aussi valable pour moi, n’en doutez pas.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par lucie le Ven 8 Fév 2008 - 8:41

Cela vient surtout d’une remarque un jour de ma mère : “j’en ai marre d’avoir pour interlocuteur la meme personne à qui je dois demander ceci à la mairie, être encore obligé de demander cela à l’Eglise, j’en ai marre de voir les mêmes responsables et notables dans la société me donner l’hostie à l’Eglise. Ils ont toujours le beau rôle, ce sont les mêmes. Moi je préfère les prêtres, au moins ils sont là pour ça, ont donné leur vie pour ça, on ne les verra pas nous commander ou nous encadrer ailleurs que dans l’Eglise.” En quelques mots ma mère m’a fait comprendre l’ampleur du problème. Une Eglise de plus en plus, par manque de vocations mais aussi pour donner de l’importance aux fidèles, tenue par des laïcs et souvent, pour diverses raisons (un dynamisme, une compétence, une habitude de l’encadrement, des conférences, à l’aise dans leurs pompes pour prendre la parole, plus de temps libre) une Eglise tenue par des laïcs cadres moyens ou cadres sup, voire dirigeants d’entreprise.

cette remarque me semble tout à fait vraie. Elle tuche juste l'un des problèmes...

pour des raisons diverses, ce sont en effet toujours les mêmes qui osnt partout... pas d'ailleurs par désir toujours de se mettre en avant (ça existe aussi, et je le sais bien), mais simplement parce que ce sont toujours les mêmes qui savent parler en public, écrire facilement, qui savent qu'ils savent faire, aussi... et que ça va plus vite de leur demander, que de former quelqu'un qui a peur, qui ne sait pas...

et en plus, ce sont toujours les mêmes qui disent "oui"...

Notre Eglise est à l'image de la société... et elle en fait partie.
les défaut de la société se retrouve dans chacune de ses composantes, vie politique, sociale, dans l'école, dans l'Eglise...

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par Joss le Ven 8 Fév 2008 - 10:14

FEE VIOLINE dit :
Qui remplacera St Vincent de Paul ?
C'est exactement ce que je disais au Père Marie Dominique PHILIPPE quelques années avant sa mort"ce n'est pas des prêtres intellectuels qu'il nous faut mais des saint Vincent de Paul !". J'ai su par hasard que c'était également un grand sujet de débat entre son frère le père Thomas Philippe (fondateur de l'Arche) et lui.

Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu'à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s'en emparent

La violence du désir, la violence de l'amour et s'oppose aux tièdes et il y en a bien peu dans une société anesthésiée par les plaisirs et le "quant à soi".

Les milliers de martyrs qui sauvent, par la grace de Dieu, l'humanité, ne sont pas ceux qu'on croit mais "les pauvres de Yaveh", sans médaille ni gloire sur qui personne ne songe à poser les yeux, victimes innocentes victimes de notre indifférence et de notre égoïsme.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par Fée Violine le Ven 8 Fév 2008 - 20:21

une société anesthésiée par les plaisirs et le "quant à soi".

oui.
et pourtant, il y en a de la folie et de la passion dans l'Eglise, si on regarde bien. Peut-être que l'auteur de ce texte a été un peu pessimiste...
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par Joss le Ven 8 Fév 2008 - 20:34

Fée Violine a écrit:
une société anesthésiée par les plaisirs et le "quant à soi".

oui.
et pourtant, il y en a de la folie et de la passion dans l'Eglise, si on regarde bien. Peut-être que l'auteur de ce texte a été un peu pessimiste...

Non : lucide
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise manque de folie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum