MARTHE ET MARIE

Banaliser l'avortement

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Banaliser l'avortement

Message par Fée Violine le Jeu 24 Jan 2008 - 22:38

France : Pourquoi « dissimuler la dimension dramatique » de l’avortement ?

« Contre-campagne » sur la réalité de l’avortement


ROME, Jeudi 24 janvier 2008 (ZENIT.org) - Pourquoi « dissimuler la dimension dramatique » de l'avortement ? s'interroge l'Alliance pour les Droits de la Vie (ADV) qui propose une « contre-campagne de résistance » à une initiative financée par la région Ile de France.

Nous l'évoquions en publiant la protestation des 11 évêques catholiques de la région qui déclaraient : « Promouvoir l'avortement, c'est renoncer à nos responsabilités » (cf. Zenit du 22 janvier 2008).

Pour la première fois en France en effet, une campagne publicitaire fait la promotion de l'avortement. Cette campagne dans le métro et le Réseau Express Régional (RER), du 18 au 27 janvier 2008, est signée du Planning Familial et financée par la région Ile de France.

L'ADV déplore « le parti pris idéologique du Planning Familial » qui « appelle un droit de réponse et un véritable débat » : « Si l'on affiche l'avortement, on doit aussi afficher qu'il peut faire mal ».

L'Alliance pour les Droits de la Vie rend ainsi publique, aujourd'hui sur son site internet (www.adv.org) la contre-campagne de résistance à ce qui se développe dans le métro parisien.

L'Alliance pour les Droits de la Vie fait trois observations sur l'opportunité de cette campagne pro-avortement, sur le support visuel et sur le slogan.

Tout d'abord, « cette publicité est inopportune : les pouvoirs publics ne reconnaissent-ils pas aujourd'hui qu'il y a trop d'avortements en France ? »

Ensuite, elle estime que « cette affiche est équivoque : l'amalgame entre avortement et contraception est-il cohérent ? »

Enfin, pour ce qui est du slogan « Un droit, mon choix, notre liberté », l'ADV déplore qu'il soit « réducteur » et s'interroge : « Pourquoi ce silence sur le besoin d'aide aux femmes enceintes en détresse et sur les souffrances provoquées par l'IVG ? »

L'ADV fait observer que « promouvoir et traiter ainsi l'avortement, c'est dissimuler toute sa dimension intime et dramatique ».

L'association s'exprime sur fond de son expérience de terrain : « Depuis plus de dix ans, l'Alliance pour les Droits de la Vie anime des services d'écoute et d'aide aux femmes enceintes ou ayant déjà l'expérience de l'avortement. Beaucoup évoquent la douleur d'une absence, des larmes, voire des remords que, parfois, des hommes expriment également ».

Pour Tugdual Derville, délégué de l'Alliance pour les Droits de la Vie, « cette campagne officialise un nouveau discours du Planning Familial : ses responsables affirment désormais qu'il faut banaliser l'avortement. Avec cette radicalisation, nous recevons de plus en plus de femmes en souffrance qui ont été systématiquement orientées vers l'avortement sans que le Planning leur ait proposé la moindre alternative. »

« Porte-parole des femmes qui lui confient leur témoignage, l'Alliance pour les Droits de la Vie » annonce qu'elle « continuera à mettre en lumière les initiatives qui parlent de la réalité de l'avortement ».
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Ven 25 Jan 2008 - 6:01

Mon point de vue: j'ai eu une copine à 18 anset elle a avorté. C'était lemeilleur choix mais j'y pense encore. Vous dites que l'avortement est banalisé? Je peux vous garantir qu'on s'en souvient et qu'on n'a pas besoin de culs de bénitiers pour rajouter de la pression derrière.

Une autre expérience? Une amie qui a du avorter pour raison médicale. Elle m'a raconté comment les infirmières et les médecins l'on traitée comme une moins que rien parce qu'elle venait "tuer un bébé". Elle en garde une rancune éternelle vis à vis du milieu médical.

Je suis pour l'avortement libre et le bûcher pour les cons.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Fée Violine le Ven 25 Jan 2008 - 7:27

C'est justement ce que je dis (du moins le texte que je cite) :
l'avortement est un traumatisme.
Et il faudrait le dire aux personnes qui ne le savent pas, et qui peuvent s'imaginer, en voyant la publicité, que c'est quelque chose d'anodin.
Après ça, s'il y a des gens inhumains dans le milieu médical, ou dans les autres milieux, c'est une autre question.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Cécile le Ven 25 Jan 2008 - 16:35





Effectivement cette "pub" banalise l'avortement...

Il est présenté comme un "produit de consommation".





J'ai acheté un livre (mais ne l'ai pas encore lu) qui s'intitule : "Quel âge aurait-il aujourd'hui, le tabou des grossesses interrompues" de Stéphane Clerget. L'auteur ne se place pas sur le plan moral, mais, psychiatre, il analyse les dégâts psychologiques.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Ven 25 Jan 2008 - 17:13

Dominique a écrit:C'est justement ce que je dis (du moins le texte que je cite) :
l'avortement est un traumatisme.
Et il faudrait le dire aux personnes qui ne le savent pas, et qui peuvent s'imaginer, en voyant la publicité, que c'est quelque chose d'anodin.
Après ça, s'il y a des gens inhumains dans le milieu médical, ou dans les autres milieux, c'est une autre question.
Non, c'est toute la question car une grande partie du traumatisme vient de l'attitude, très généralisée, du milieu médical dans ces services. Il y a un très grave problème de formation sur le plan humain chez les médecins, formés à soigner le corps mais qui se soucie peu de l'esprit.

Que l'avortement se banalise ne me choque pas, au contraire. Il est temps de sortir de nos schémas archaïques et irrationnels en ce qui concerne le vivant.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Fée Violine le Ven 25 Jan 2008 - 20:01

Mespheber a écrit:
Non, c'est toute la question car une grande partie du traumatisme vient de l'attitude, très généralisée, du milieu médical dans ces services. Il y a un très grave problème de formation sur le plan humain chez les médecins, formés à soigner le corps mais qui se soucie peu de l'esprit.
Que l'avortement se banalise ne me choque pas, au contraire. Il est temps de sortir de nos schémas archaïques et irrationnels en ce qui concerne le vivant.

une partie du traumatisme vient du comportement de l'entourage. Et une partie vient de la chose elle-même.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Ven 25 Jan 2008 - 20:08

Ouaip, mais voilà la réalité: il y aura toujours des avortements, et ils seront toujours vécus comme des traumatismes; Si dmain, la loi Weil était abolie, l'avortement redeviendrait clandestin et les femmes risqueraient à nouveau plus qu'un traumatisme: des conséquences fatales ou au mieux des séquelles irréversibles pour les foetus. J'avais jadis un couple d'amis handicapés moteurs et tous deux victimes d'un avortement raté: l'aiguille à tricoter avait labouré leur épine dorsale à l'état de foetus...

Les assos anti-avortement se rappelle de cette période? Ont-elle assez d'audace pour ignorer le progrès que représente un avortement dans des conditions d'hygiène sûres? Si leur intérêt est plus d'humanisme alors qu'ils la bouclent! Ceci étant mon opinion, mais vous ne m'en ferez pas démordre.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Fée Violine le Ven 25 Jan 2008 - 20:15

Ne mélange pas tout. Il ne s'agit pas d'abolir la loi Veil, mais d'essayer d'aider les femmes en détresse, qui ne souhaitent pas forcément avorter, mais qui y sont parfois poussées malgré elles.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Lagaillette le Ven 25 Jan 2008 - 20:53

Code:
pour ce qui est du slogan « Un droit, mon choix, notre liberté », l'ADV déplore qu'il soit « réducteur » et s'interroge : « Pourquoi ce silence sur le besoin d'aide aux femmes enceintes en détresse et sur les souffrances provoquées par l'IVG ? »

Qu'il y ait une publicité qui réclame le droit à l'avortement et une publicité qui évoque le traumatisme que l'avortement peut provoquer chez un certain nombre de femmes, qu'y aurait-il de contradictoire entre ces deux publicités ?

Et je ne pense pas que la publicité concernant les côtés "négatifs" de l'avortement soit absente du paysage médiatique. Les "pro-life", entre autres, y insistent assez lourdement, il me semble.

Lagaillette
Installé
Installé

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 12:03

Dominique a écrit:Ne mélange pas tout. Il ne s'agit pas d'abolir la loi Veil, mais d'essayer d'aider les femmes en détresse, qui ne souhaitent pas forcément avorter, mais qui y sont parfois poussées malgré elles.
En-dehors des avortements "forcés" du fait d'une impossibilité de survie du foetus, la plupart des médecins ont plutôt un discours pour motiver les femmes à garder l'enfant sans tenir compte de leurs possibilités à l'élever. Il serait bon de voir statistiquement combien de femmes sont "forcées" à l'avortement en-dehors des situations nécessaires.

Dans les Flandres, on a aussi pas mal de famille qui font des enfants pour vivre des allocs. généralement, ils les virent de chez eux quand ils cessent d'être scolarisés. Pour ma part, c'est le genre de parents que je stériliserais volontiers. :realmad:

Sinon, je ne vois pas de confusion sur l'affiche entre contraception et avortement puisqu'ils sont nommés séparément. De toute manière, accepter l'iun et refuser l'autre c'est une totale hypocrisie car aucun moyen contraceptif n'est sûr à 100%: un préservatif peut craquer, un déséquilibre hormonal peut rendre la pilule inopérante... Si une femme ou une jeune fille se retrouve dans la situation d'être enceinte sans l'avoir choisi, paniquée, on va en plus lui mettre la pression et lui présenter l'avortement sous un jour négatif? Il y a aujourd'hui des moyens comme la pilule du lendemain qui ne sont absolument pas traumatisants pour le corps, même au niveau chirurgical on n'est plus au XIXème siècle. par contre, s'il s'agit d'améliorer le suivi psychologique post-intervention, je suis pour.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Joss le Sam 26 Jan 2008 - 12:31

AVIS A LA POPULATION :

........Ne vous étonnez pas, je ne participe plus à ce genre de débat......Ca tourne toujours en "eau de boudin" voir ce qui s'est passé avec SOURICETTE)
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Cécile le Sam 26 Jan 2008 - 12:41

"En-dehors des avortements "forcés" du fait d'une impossibilité de survie du foetus, la plupart des médecins ont plutôt un discours pour motiver les femmes à garder l'enfant sans tenir compte de leurs possibilités à l'élever. Il serait bon de voir statistiquement combien de femmes sont "forcées" à l'avortement en-dehors des situations nécessaires."

Il y a des façons bien plus insidieuses de "forcer" une femme à avorter.
Je me souviens toujours d'une collègue qui avait déjà 2 enfants de 14 et 15 ans. Son mari a fait le forcing pour la convaincre d'avorter parce qu'il ne voulait pas d'un autre enfant. Et ce n'était pas une question de finances...
Une jeune fille qui aurait volontiers garder son bébé, ses parents lui ont mis un ultimatum : "ou tu avortes, ou tu prends la porte..."
Sans parler de celles qui craignent de perdre leur travail...
Quand ma belle-fille a été enceinte pour la 4è fois, le médecin lui a proposé d'avorter alors qu'elle ne demandait rien... Elle n'était pas enchantée d'attendre ce bébé, mais ne souhaitait vraiment pas avorter. Ce petit dernier leur cause quelques soucis, non en lui-même, mais ma belle-fille devait retravailler et ne peux plus. Il faut payer la maison etc... Mais ils aiment cet enfant comme les autres. Et ils font passer les enfants avant les loisirs...Accueillir un enfant demande un minimum de générosité...

Bien sûr, il y a aussi des situations dramatiques, des jeunes filles ou des femmes complètement abandonnées de tous. Et parmi celles-là, certaines voudraient garder leur bébé, mais elles ne trouvent pas l'aide nécessaire...C'est là que parler de choix ou de droit n'a pas beaucoup de sens.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Fée Violine le Sam 26 Jan 2008 - 12:58

Pardon, Joss, je sais que ce genre de sujet tourne généralement à la bagarre. Mais j'espère toujours qu'on pourra dire des choses raisonnables et ne pas tomber dans l'idéologie. C'est un problème si grave, qui a tant d'implications humaines, sociales etc.
Merci, Cécile, pour les exemples que tu donnes. Oui, il y a une pression de la société. ma mère connaît une dame qui à un peu plus de 40 ans s'est trouvée enceinte, son entourage s'est mis à lui dire "tu ne vas pas le garder, bien sûr ?". mais cette dame était très contente d'avoir un enfant, même si elle avait déjà des enfants dans les 20 ans, elle l'a eu et elle l'aime beaucoup. Mais combien se laissent influencer !
Le problème est pour celles qui ne sont pas décidées, qui hésitent, qui n'osent pas se lancer, et qui sont contentes si on les aide à assumer.
Il ne s'agit pas de forcer quiconque, dans un sens ou dans l'autre.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 13:16

Statistiquement, ça représente combien de cas?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par lucie le Sam 26 Jan 2008 - 15:20

Oui, l'avortement "forcé" n'est pas très fréquent.


mais ces remarques insidieuses le sont davantages, fréquentes.

Toutefois, je ne suis pas réellement d'accord pour qu'une remarque "tu ne vas pas le garder, hein", adressée à une adulte soit classée dnas le cadre d'une pression. Ou alors on classe également dans "pression" le "chouette, un bébé, c'était pas prévu, mais tu le gardes, bien sur ?".


Pour accompagner des personnes qui ne souhaitent pas avorter, et qui sont en butte à un véritable dilemme, ce n'est pas cela, une pression.

La pression est économique, lorsque chacun, et en particulier une jeune fille seule, se rend compte qu'il va devenir impossible de nourrir l'enfant, d'envisager un travail ou la poursuite d'études etc...
La pression est sociale (mais elle l'a toujours été) lorsque les parents de ces mêmes jeunes filles célibataires craignent le quand dira-t-on. Et le cas est bien plus fréquent qu'on ne le pense.

Mais on le rencontre, en gros, 10%.


Est beaucoup plus fréquent le refus assumé d'avoir un enfant. Maintenant (cela est rarement un refus pour plus tard, lrosque c'est une première grossesse), ou d'en avoir un dans les conditions dans lesquels on est (travail, age, solitude etc...). (30 %). ces femmes là avorteraient de toutes façons, ou tenteraient de le faire.
parfois, il y a un véritable rejet d'avoir un enfant (on a entendu parlé dernièrement de plusieurs cas d'infanticide multiples, qui appartiennent à cette catégories). Le cas de viol, d'inceste (et ils existent, surtout le second) entrent dans cette catégorie là.
Là, pas très nombreux en nombre, mais presque la moitié ds grossesse avant 17 ans. pale

Il reste un peu plus de la moitié des avortements, qui sont en effet des cas d'hésitation... On veut bien avorter, on veut bien le garder, on ne sait pas. Sans réelement savoir ce que l'on veut, et de toutes façons, ces femmes là, qu'elles gardent ou non l'enfant, sont malheureuse, parce qu'elles n'ont pas su fixer ce qu'elles voulaient, regrettent le choix qu'elles ont fait, quel qu'il soit.
Ce sont elles principalement que l'on entend, si elles ont avorté, expliquer les méfaits de l'avortement sur leur psychisme, et si elles n'ont pas avorté, expliquer les difficultés d'avoir un enfant dont on ne voulait pas....


personnellement, je suis opposée à l'avortement, parce que je suis persuadée que la contraception est nettement meilleure pour les corps et les esprits.
Je suis par contre favorable à sa dépénalisation. j'ai visité il y a duex ans, je crois, uen jeune fille (vraiment le quart monde, 15 ans, à peine, née d'un inceste, attendant un enfant de son oncle) qui avait tenté de "faire passer" le bébé toute seule... elle n'aura jamais d'enfant... et elle est dans un état.... mais elle était heureuse de ne pas avoir cet enfant, ce
"monstre" disait-elle qui lui interdisait davantage encore de voir son corps comme lui appartenant.

il aurait bien mieux valu un avortement fait correctement... et au moins, elle aurait rencontré des personnes qui auraient pu lui expliquer la contraception, qui aurait pu proposer un placement en mesure de protection, pour qu'elle ne soit plus soumise à ses bourreaux.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 17:50

En gros on parle d'une pression sociale qui se produirait dans 10% des cas et qui justifierait un changement dans les lois? Quelle est l'origine de cette évaluation?

Je suis pointilleux parce qu'on se sert depuis le début de ce sujet d'exemple personnel, moi y compris. J'ai une expérience de l'avortement, mais si on me posait la question, je dirais que nous referions exactement le même choix. A la vérité, je me demande même si mes regrets ne viennent pas du fait que je n'ai pas eu mon mot à dire dans l'histoire.

Plus généralement, quelque soit la disposition des lois cette pression existera toujours et par conséquent l'avortement restra toujours un moindre mal aussi longemps qu'il se déroule dans des conditions médicales appropriées. Pour le reste, humaniser les services médicaux reste une utopie et est sans doute ce qui rend le sujet tabou.

Je comprends que Joss s'écarte du débat car il semble que très souvent il est présenté comme un débat où il ne peut y avoir que deux positions: pour ou contre, chacune d'entre elles imposant son modus operandi. Or, il me semble qu'il y a un compromis à trouver entre ces deux pôles.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par lucie le Sam 26 Jan 2008 - 18:01

En gros on parle d'une pression sociale qui se produirait dans 10% des cas et qui justifierait un changement dans les lois? Quelle est l'origine de cette évaluation?


entendons-nous bien : je parle de ce que j'appelle une véritable pression.
pas une simple information, pas un désaccord face au fait que quelqu'un attende un enfant, pas non plus l'existence de vagues difficultés financières possible, comme la nécessité d'avoir une autre voiture, ou de ne pouvoir offrir à chaque enfant une chambre etc...
Là, il ne s'agit pas d'une pression : il s'agit de l'idéologie dominante, à laquelle tout adulte peut résister s'il le veut.


La véritable pression,c 'est celle qui parait n'offrir absolument aucune solution pour s'en sortir. Elle touche les jeunes filles seules, et est souvent le cas des parents, ou elle touche les mères célibataires, sans emploi.
ce sont presque les seules populations touchées par la pression.



10% : le chiffre est le chiffre cité tant par le planning familial que par les deux associations d'aide aux femmes enceintes que je connais dans la région. Et c'est le chiffre qui semble être le chiffre national.

C'est à dire par les personnes qui veulent libéraliser l'avortement, et par d'autres qui se battent pour aider les mères à faire un choix véritable.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 18:06

Merci pour cette précision. :tiphat:
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par lucie le Sam 26 Jan 2008 - 18:24

Là, il ne s'agit pas d'une pression : il s'agit de l'idéologie dominante, à laquelle tout adulte peut résister s'il le veut.

Pardon : il s'agit aussi ensuite d'un choix personnel.

J'ajoute que ce chiffre de 10% parait (mais c'est là très difficile à chiffrer) à peu près équivalent à celui de femmes qui alors qu'elles le souhaitent, font le choix de ne pas avorter pour obéir à une pression, souvent familiale là aussi, qui peut être aussi forte et aussi ignoble que celle en poussant d'autres à avorter.

ces cas vont parfois, et j'en ai rencontré, jsuqu'à faire pression sur une jeune fille qui porte un enfant qu'elle ne désire pas, non viable, voire mort mais non explusé et que la famille obligé à garder au risque parfois de sa santé mentale (porter un enfant mort What a Face ) ou physique (grossesse extra utérine).

Pour moi, aucune des ces deux pressions n'est acceptable.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Cécile le Sam 26 Jan 2008 - 18:25

"La véritable pression,c 'est celle qui parait n'offrir absolument aucune solution pour s'en sortir"

C'est l'une des pressions, d'autres sont aussi véritables...mais pas répertoriées par les associations ni le planning familial, parce que les femmes "victimes" de harcèlement de l'entourage plus ou moins proche, dont le conjoint, ne vont pas dans ces associations. De même que les femmes battues cachent souvent leur misère, surtout dans certains milieux.

Il y a une vingtaine d'années, il y avait de la pub pour la contraception plus que maintenant.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par lucie le Sam 26 Jan 2008 - 18:29

Si, elle en fait partie. le harcèlement par le conjoint fait partie des cas qui n'offrent pas la possibilité de s'en sortir.

Je sais bien que c'est difficile à être sur des chiffres. Mais ils viennent vraiment de sources très différentes, voire opposés, et ce sont les mêmes.


Il n'y a plus de pub pour la contraception.. il n'y a plus guère d'information dans les collèges et les lycées, ou alors, cela ne se fait pas quand ça serait utile.
et cela coute cher, ce n'est pas remboursé... contrairement à l'avortement. ça, c'est vraiment ahurissant... :mur:

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 18:46

lucie a écrit:Il n'y a plus de pub pour la contraception.. il n'y a plus guère d'information dans les collèges et les lycées, ou alors, cela ne se fait pas quand ça serait utile.
et cela coute cher, ce n'est pas remboursé... contrairement à l'avortement. ça, c'est vraiment ahurissant... :mur:
Pire: l'éducation sexuelle est devenue une "option" dans les programmes scolaires des collèges. Quant aux lycées, on considère que les élèves arrivant savent déjà tout ce qu'il faut. Ainsi, on s'est retrouvé avec une fille-mère de quinze ans et qui ne s'est rendu compte de sa grossesse qu'au bout de six mois. Je ne connais pas les détails, mais j'ai l'impression que c'est loin d'être un cas isolé.

L'absence de remboursement des moyens de contraception est effectivement une abberation, d'autant plus dans le cas des préservatifs qui sont aussi la meilleure protection contre le virus VIH alors qu'une trithérapie coûte bien plus et est remboursée à 100% puisque considérée comme une maladie handicapante ou je ne sais plus quoi. Loin de moi l'idée de remettre en question ce statut, je considère cependant les profits énormes que se font les labos dans l'affaire.

Alors je me demande si derrière le débat sur l'avortement qui oppose morale, éthique, humanisme, il n'y a pas encore une fois une affaire de gros sous...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par lucie le Sam 26 Jan 2008 - 18:58

Pire: l'éducation sexuelle est devenue une "option" dans les programmes scolaires des collèges.

ah bon ? option pour qui ? Les profs qui peuvent choisir de faire ou non ?

Alors je me demande si derrière le débat sur l'avortement qui oppose morale, éthique, humanisme, il n'y a pas encore une fois une affaire de gros sous...

Dans le refus de rembourser la contraception, c'est une évidence, je crois.
Pour le reste... je ne peux que souhaiter que tu te trompes.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Invité le Sam 26 Jan 2008 - 21:19

Tu as bien saisi: les professeurs peuvent choisir de prendre une heure ou non pour donner les "bases". En même temps, avec le recul, je trouve regretable que les cours d'éducation sexuelle aient toujours été exempts d'éducation sentimentale pour se contenter d'une approche technique assez sommaire...

Pour le reste, j'espère aussi être dans l'erreur mais dans le cas contraire, je serais à peine surpris...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Joss le Sam 26 Jan 2008 - 21:31

Mespheber a écrit: En même temps, avec le recul, je trouve regretable que les cours d'éducation sexuelle aient toujours été exempts d'éducation sentimentale pour se contenter d'une approche technique assez sommaire...

Comme tu as raison ! Rolling Eyes
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Banaliser l'avortement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum