MARTHE ET MARIE

Les guerres oubliées...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les guerres oubliées...

Message par Cécile le Sam 19 Jan 2008 - 9:09

Il y en a tellement...

Cet article renvoie à un site en italien.

Naissance d’un site consacré aux conflits oubliés




Une initiative de la Caritas italienne et Pax Christi


ROME, Vendredi 18 janvier 2008 (ZENIT.org) - La Caritas italienne et Pax Christi Italie ont créé ensemble un nouveau site internet consacré aux conflits oubliés, pour offrir un instrument d'éducation à la paix, en réponse à l'appel des évêques italiens.
L'objectif, selon les explications fournies sur le nouveau site web www.conflittidimenticati.it, est d'offrir « des informations historiques sur les différentes guerres en cours, des approfondissements sur le thème du conflit et le droit international, des outils pour la formation et l'animation pastorale, ainsi que le témoignage des victimes ».
Ce projet, indiquent les auteurs « veut être une contribution à accueillir l'invitation lancée par les évêques italiens à nos communautés 'pour une éducation plus attentive et régulière en faveur de la paix, par le biais d'un engagement plus décisif à établir des itinéraires pédagogiques concrets capables de développer une mentalité de paix et multiplier les témoignages de paix' ».
Les pages de ce site offrent des informations approfondies sur les principaux conflits armés, dont sept concernent le continent africain: Algérie, Burundi, Ouganda, Rwanda, Liberia, République démocratique du Congo et Soudan (deux conflits).
Six autres conflits ont lieu en Asie: Cachemire, Inde, Népal, Philippines (deux conflits), Myanmar (ancienne Birmanie), Sri Lanka et Pakistan. Quatre autres au Moyen-Orient : Irak, Afghanistan, Israël-Palestine et Turquie.
A signaler deux autres conflits sur le continent américain: Colombie et Pérou, et Etats-Unis (contre Al Qaeda); enfin, un conflit en Russie (Tchétchénie).
Parmi ces conflits, six dépassent le nombre de mille morts lors des combats : Ouganda, Soudan, Cachemire, Népal, Irak et Tchétchénie.
Dans deux pays, le Soudan et les Philippines, on enregistre plus d'un conflit. Trois sont entrés ou retournés dans la liste en 2004: Irak, Rwanda et Ouganda.
Le nombre de conflits, ainsi que le nombre de zones en conflit, était moins important en 2004 qu'en 2003 (20 conflits enregistrés dans 18 pays).
Seuls trois conflits (contre Al Qaeda, en Irak et dans le Darfour au Soudan) ont moins de dix ans.
Dans les années 90, le nombre total de guerres s'élevait à 57 dans 45 pays.
Elargissant le contexte à la période 1945-1999, selon les indications fournies par le programme de recherche américain « Correlates of War », mentionnées sur ce nouveau site, 25 guerres interétatiques ont engendré environ 3,3 millions de morts lors de combats; à la même période 127 guerres civiles ont éclaté, faisant 16,2 millions de morts.
« Au-delà des définitions des experts, affirme-t-on sur le site de la Caritas et de Pax Christi, ces chiffres montrent, sans équivoque, que les guerre entre états (avec ou sans formes d'intervention extérieure) sont devenues la principale forme de violence organisées sur la scène internationale ».
Nieves San Martín
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Invité le Sam 19 Jan 2008 - 11:56


Georges Brassens a écrit:Depuis que l'homme écrit l'Histoire
Depuis qu'il bataille à cœur joie
Entre mille et une guerr' notoires
Si j'étais t'nu de faire un choix
A l'encontre du vieil Homère
Je déclarerais tout de suite:
"Moi, mon colon, cell' que j'préfère,
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit!"

Est-ce à dire que je méprise
Les nobles guerres de jadis
Que je m'soucie comm' d'un'cerise
De celle de soixante-dix?
Au contrair', je la révère
Et lui donne un satisfecit
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Je sais que les guerriers de Sparte
Plantaient pas leurs epées dans l'eau
Que les grognards de Bonaparte
Tiraient pas leur poudre aux moineaux
Leurs faits d'armes sont légendaires
Au garde-à-vous, je les félicite
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Bien sûr, celle de l'an quarante
Ne m'as pas tout à fait déçu
Elle fut longue et massacrante
Et je ne crache pas dessus
Mais à mon sens, elle ne vaut guère
Guèr' plus qu'un premier accessit
Moi, mon colon, celle que j' préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Mon but n'est pas de chercher noise
Au guérillas, non, fichtre, non
Guerres saintes, guerres sournoises
Qui n'osent pas dire leur nom,
Chacune a quelque chos' pour plaire
Chacune a son petit mérite
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

Du fond de son sac à malices
Mars va sans doute, à l'occasion,
En sortir une, un vrai délice
Qui me fera grosse impression
En attendant je persévère
A dir' que ma guerr' favorite
Cell', mon colon, que j'voudrais faire
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Cécile le Sam 19 Jan 2008 - 12:13

Très intéressante cette video...

Quant à Brassens, ça me donne envie de le réécouter !
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Invité le Sam 19 Jan 2008 - 15:16

Cécile a écrit:Très intéressante cette video...
Je suis fan de cette émission! Ce chapitre montre d'ailleurs le caractère récurent des conflits en rapport avec leur causes géo-économiques et culture'lles. De ce point de vue, on peut considérer la CEE comme un progrés et un exploit phénoménal dans sa rupture avec l'inertie historique.

Pour les enseignants de ce forum, je signale qu'Arte en a édité une bonne partie en DVDs...

Quant à Brassens, ça me donne envie de le réécouter !
J'ai l'intégrale, bonne idée! cheers
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Cécile le Sam 19 Jan 2008 - 16:09

" De ce point de vue, on peut considérer la CEE comme un progrés et un exploit phénoménal dans sa rupture avec l'inertie historique. "

C'est vrai, et c'est bien pourquoi il ne faut pas mépriser les accords économiques. Le commerce a souvent été le moyen de se connaître mieux, et de s'entendre.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Invité le Sam 19 Jan 2008 - 18:05

Cécile a écrit:C'est vrai, et c'est bien pourquoi il ne faut pas mépriser les accords économiques. Le commerce a souvent été le moyen de se connaître mieux, et de s'entendre.
Wow! Figure-toi que j'ai souvent eu des débats houleux quand je disais qu'il était nécessaire pour la France de développer des accords commerciaux avec des états dictatoriaux afin de permettre de développer en même temps nos liens avec eux et de permettre une ouverture de ces derniers. Par exemple, les échanges avec la Chine, la Lybie ou l'Iran et compagnie ne me dérangent pas plus que ça. Ensuite, tout dépend de ce qu'on leur vend ou de ce qu'on leur achète. Mais cela doit être l'objet d'un autre débat...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Lagaillette le Lun 21 Jan 2008 - 20:03

Code:
tout dépend de ce qu'on leur vend ou de ce qu'on leur achète.

Mais oui !

Code:
Mais cela doit être l'objet d'un autre débat...

Alors, ouvrons le débat.

Lagaillette
Installé
Installé

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 28/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Cécile le Lun 21 Jan 2008 - 20:21

OK, c'est fait : "Commerce international"... avec mes souvenirs de 6ème...

Mais il ne faut pas oublier toutes ces guerres qui tuent à travers le monde !
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3175
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Joss le Mar 22 Jan 2008 - 11:11

Lagaillette a écrit:
Code:
tout dépend de ce qu'on leur vend ou de ce qu'on leur achète.


.......Genre armes, drogues.......ou centrales nucléaires qui se transformeront à terme en bombes atomiques

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10427
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Invité le Mar 22 Jan 2008 - 11:13

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Fée Violine le Mer 29 Oct 2008 - 20:08

Congo : qui se soucie des réfugiés du Nord Kivu ?

Fides lance un cri d’alarme



ROME, Lundi 13 octobre 2008 (ZENIT.org) - Benoît XVI a lancé, dimanche, à l'angélus, un appel en faveur des populations du Nord Kivu (cf. Zenit du 12 octobre 2008). Et l'agence vaticane Fides publie ce témoignage d'un missionnaire dans cette région se demandant pourquoi l'opinion publique reste muette alors qu'il y a dans cette région « plus d'un million de réfugiés ».

« Je ne pense pas qu'il y aura une guerre de grande portée dans les deux Kivu. J'ai l'impression qu'elle se limite à conquérir quelques points stratégiques du Nord Kivu. Cela aussi parce que la MONUC (Mission des Nations unies au Congo) et la communauté internationale ont le devoir d'intervenir pour arrêter Nkunda et ses soutiens, autrement ils perdraient leur crédibilité. N'oublions pas, en effet, les engagements pris par l'ONU pour garantir le retour de la paix au Congo », affirme à Fides une source (anonyme par mesure de sécurité) de Bukavu, chef lieu du sud Kivu, une des deux régions de l'est de la République démocratique du Congo qui vit depuis des années en alternance des périodes de guerre et des périodes de paix, par la présence de groupes armés qui menacent la stabilité régionale.

Fides précise que les forces de Laurent Nkunda, dirigeant du Congrès national pour la défense du peuple, sont de nouveau à l'attaque et auraient conquis le camp militaire de Rumangabo, à 50 km de Goma, le chef lieu du Nord Kivu. Le gouvernement de Kinshasa a accusé le Rwanda d'avoir envoyé ses troupes en support de celle de Nkunda, mais Kigali a nié les circonstances. En tous cas, la tension s'est accrue entre les deux pays. Le président congolais Jospeh Kabila a adressé un appel à la nation afin qu'elle soutienne son armée « pour conserver la paix, l'unité et l'intégrité du pays ». Le chef d'Etat a rappelé que les accords de Goma (cf. Fides 24/1/2008), signés en janvier dernier par toutes les parties impliquées dans le conflit est-congolais (y compris Nkunda) sont la voie unique à parcourir pour ramener la paix dans la région.

« Grâce aux accords de Goma, il y a des engagements qui engagent la communauté internationale, je pense donc qu'il y a des limites à l'action de Nkunda et de ses alliés », affirme la source de Fides.

« D'autre part il est vrai qu'il y a 1,2 million de réfugiés contraints de vivre dans des camps de fortune dans le Nord Kivu, le même nombre que les réfugiés du Darfour. Mais contrairement à la région soudanaise, les réfugiés congolais ne semblent pas ébranler les consciences et n'ont aucune visibilité sur les media internationaux. Ma peur, c'est que la crise financière internationale et les actes terroristes qui continuent à blesser différentes régions du monde, fassent que le Congo, comme d'habitude, reste en dehors des écrans de la grande information, laissant la main libre à ceux qui cherchent depuis longtemps à s'emparer illégalement de ses immenses richesses. Nous ne nous fatiguerons jamais de répéter que la rébellion de Nkunda porte le masque de la défense de l'ethnie banyamulenge, menacée par la police du gouvernement congolais. En réalité, ‘l'affrontement ethnique' est un montage pour justifier une guerre dont le seul but est celui de saccager le sous-sol du Kivu », conclut la source de Fides.

Anita S. Bourdin
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Joss le Mer 29 Oct 2008 - 20:20

Ce qui se passe (entre autre) au Congo, est une horreur !

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10427
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Fée Violine le Mar 18 Nov 2008 - 7:46

La RD Congo pleure ses enfants, elle est inconsolable (cf. Mt 2, 18)

Déclaration des évêques

Déclaration du Comité permanent des évêques du Congo sur la guerre au Nord et à l'Est de la RCD
ROME, Dimanche 16 novembre 2008 (ZENIT.org) - Nous reprenons ci-dessous la déclaration publiée par le Comité permanent des évêques de RDC, réuni en session extraordinaire du 10 au 13 novembre derniers, sur la guerre qui sévit actuellement dans le pays.

Déclaration du Comité permanent des évêques sur la guerre

dans l'Est et dans le Nord-Est de la RD Congo

1. Nous, Archevêques et Evêques, membres du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, réunis à Kinshasa, en session extraordinaire du 10 au 13 novembre 2008, affligés et bouleversés par la tragédie humaine dans l'Est et dans le Nord-Est de la RD Congo, lançons un cri de détresse et de protestation. En effet, juste un mois vient de s'écouler depuis que notre Conférence Episcopale Nationale du Congo, par son Président, a fait une déclaration en rapport avec la reprise des hostilités dans l'Est et dans le Nord-Est de la RD Congo (1). Malgré nos appels pathétiques aussi bien à nos gouvernants qu'à la Communauté internationale, hélas ! la situation dans cette partie de notre pays n'a fait qu'empirer. Elle vient d'atteindre des proportions insupportables, très inquiétantes et susceptibles de déstabiliser toute la sous-région si on n'y prend garde. Oui, aujourd'hui, comme le dit l'Ecriture : une voix en RD Congo s'est fait entendre, des pleurs et une longue plainte ; c'est Goma, Kiwanja, Dungu..., c'est la nation tout entière qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus (cf. Mt 2, 18).

Génocide silencieux ?

2. Un vrai drame humanitaire qui s'apparente à un génocide silencieux dans l'Est de la RD Congo se déroule sous les yeux de tous. Les massacres gratuits et à grande échelle des populations civiles, l'extermination ciblée des jeunes, les viols systématiques perpétrés comme arme de guerre : de nouveau une cruauté d'une exceptionnelle virulence est en train de se déchaîner contre les populations locales qui n'ont jamais exigé autre chose qu'une vie paisible et décente sur leurs terres. Qui aurait intérêt à un tel drame ?

3. Le plus regrettable, c'est que ces événements malheureux ont lieu sous l'oeil impassible de ceux qui ont reçu le mandat de maintenir la paix et de protéger la population civile. Nos propres gouvernants se montrent impuissants devant l'ampleur de la situation, donnant l'impression de ne pas être à la hauteur des défis de la paix, de la défense de la population congolaise et de l'intégrité du territoire national. La classe politique tout entière ne semble pas prendre la mesure de sa responsabilité devant ce drame qui risque d'hypothéquer l'avenir de la nation.

Ressources naturelles et plan de balkanisation : nerf de la guerre

4. Il est évident que les ressources naturelles de la RD Congo alimentent la convoitise de certaines puissances et ne sont pas étrangères à la violence que l'on impose à sa population. En effet, tous les conflits se déroulent dans les couloirs économiques et autour des puits miniers. Comment comprendre que les différents accords soient violés sans aucune pression efficace pour contraindre les signataires à les respecter ? Les diverses conférences et réunions pour dénouer cette crise n'ont toujours pas abordé les questions de fond et n'ont fait que renvoyer et décevoir les attentes légitimes à la paix et à la justice de notre peuple. En outre, le plan de balkanisation que nous ne cessons de dénoncer est exécuté par des personnes relais. On a l'impression d'une grande complicité qui ne dit pas son nom. La grandeur de la RD Congo et ses nombreuses richesses ne doivent pas servir de prétexte pour en faire une jungle. Nous demandons au peuple congolais de ne jamais céder à toute velléité de balkanisation de son territoire national. Nous lui recommandons de ne jamais souscrire à une remise en question de ses frontières internationalement établies et reconnues depuis la conférence de Berlin et les accords ultérieurs.

Condamnation

5. - Nous condamnons avec véhémence cette manière ignoble de considérer la guerre comme moyen pour résoudre les problèmes et accéder au pouvoir. L'ordre institutionnel issu des élections démocratiques dans notre pays doit être sauvegardé.

- Nous dénonçons tous les crimes commis sur des paisibles citoyens et désapprouvons de la manière la plus absolue toute agression du territoire national.

- Nous fustigeons le laxisme avec lequel la Communauté internationale traite le problème de l'agression dont notre pays est victime.

Que demandons-nous ?

6. Nous demandons instamment la cessation des hostilités et la garantie des conditions de sécurité pour le retour des déplacés sur leurs terres.

7. De toute urgence, nous en appelons à la solidarité nationale et internationale pour un accroissement de l'aide humanitaire en faveur des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants entassés dans des camps.

8. Nous invitons toute la population congolaise à un sursaut national pour vivre en frères et soeurs, dans la solidarité et la cohésion nationale, afin que la RD Congo ne sombre pas dans la violence et les divisions.

9. Nous exhortons le Gouvernement congolais à mettre tout en oeuvre pour rétablir la paix sur toute l'étendue du territoire national. C'est le devoir sacré de nos gouvernants d'exercer leurs fonctions régaliennes afin de protéger le peuple et de garantir la sécurité aux frontières. Nul n'ignore que l'absence d'une armée républicaine est préjudiciable à la paix dans le pays.

10. Nous demandons à la Communauté internationale de s'impliquer sincèrement pour faire respecter le droit international. Nous estimons impérieux l'envoi d'une force de pacification et de stabilisation pour rétablir notre pays dans ses droits. Tout le monde gagnera avec un Congo en paix plutôt qu'un Congo en guerre.

Engagement de l'Eglise

11. Solidaire de la souffrance de son peuple, l'Eglise-famille de Dieu qui est en RD Congo s'engage à accompagner ses fils et ses filles meurtris pour les conduire sur le chemin de la réconciliation et de la paix. Elle exprime sa reconnaissance à Sa Sainteté le pape Benoît XVI pour son attention au drame de la RD Congo, ses appels répétés à tous pour une solution pacifique et pour l'aide financière qu'il vient d'apporter lui-même afin de soulager des populations déplacées.

12. Puisse le Seigneur, qui a veillé pendant des heures au jardin de Gethsémani et qui a ressenti comme faites à lui-même toutes les souffrances infligées et imposées aux membres de son corps (cf Mt 25, 31-46), veiller avec nous et nous soutenir devant ce drame que connaît notre pays.

Que la Très Sainte Vierge Marie, Reine de la paix, obtienne la paix à notre chère patrie.

Fait à Kinshasa, le 13 novembre 2008

(1) Encore le sang des innocents en RD Congo ! (cf. Jr19, 4). Déclaration de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur la reprise des hostilités à l'Est et au Nord-Est de la RD Congo, 13 octobre 2008.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Fée Violine le Mar 18 Nov 2008 - 7:47

Le porte-parole du Saint-Siège dénonce « le massacre des pauvres » en RDC

Un des conflits les plus sanglants de la planète


ROME, Lundi 17 novembre 2008 (ZENIT.org) - Le porte-parole du Saint-Siège dénonce « le massacre des pauvres » du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo, qui se poursuit sous le regard indifférent d'une bonne partie de l'opinion publique.

C'est à l'un des conflits les plus sanglants que le père Federico Lombardi S.J., directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a consacré son éditorial dans le dernier numéro d'« Octava Dies », l'hebdomadaire du Centro Televisivo Vaticano, dont il est aussi le directeur.

« Les nouvelles qui continuent d'arriver de la région du Nord-Kivu nous remplissent chaque jour d'angoisse », souligne le P. Lombardi, rappelant que le 9 novembre dernier le pape avait dénoncé les « destructions, pillages et violences de toutes sortes » commis dans ce pays au détriment de civils innocents.

Depuis fin août, le conflit s'est soldé par une crise humanitaire catastrophique. Plus de 250.000 personnes ont été déplacées, dont la plupart sont dans l'impossibilité de recevoir une assistance de la part des organismes de secours en raison de la situation d'instabilité et d'insécurité qui règne dans la région.

Cette crise fait suite à la reprise des affrontements entre les rebelles du général dissident tutsi Laurent Nkunda, et des miliciens locaux Mai Mai luttant aux côtés de réfugiés hutus (ayant fui le Rwanda après le génocide de 1994) et des soldats de l'armée congolaise.

Le général Nkunda, qui a fait savoir qu'il voulait renverser le gouvernement si celui-ci n'acceptait pas un dialogue direct, affirme avoir créé un mouvement rebelle pour protéger les tutsis des rebelles hutus.

En réalité, ses détracteurs soutiennent que la véritable intention du général est de mettre la main sur l'ensemble de la région et sur ses richesses minières.

Selon un rapport rendu public au début de cette année à Kinshasa, l'International Rescue Committee a fait savoir que les conflits et les crises humanitaires qui ont éclaté en République Démocratique du Congo depuis 1998 ont fait environ 5,4 millions de morts, et que 45.000 personnes en sont encore victimes chaque mois.

« Et comme toujours dans ces conflits, la plupart des victimes sont des civils innocents, pris dans l'engrenage sanglant d'intérêts inconfessables, de haines réciproques et de passions perverses » , a souligné le père Lombardi.

« Le mal, a-t-il ajouté, ce grand ennemi qui s'acharne sur les créatures de Dieu, brouille la raison, la plonge dans une obscurité inextricable, porte à l'extrême le mépris de la vie et s'affirme sans que rien ne semble vouloir le déranger. Les réactions face à ce carnage des pauvres sont trop lentes et trop timides ».

« Face à tout cela, les croyants doivent à tout prix s'armer d'amour, un amour capable de résister à la violence, en suivant l'exemple du Seigneur », a-t-il exhorté.

« Mais pour reconstruire la paix il faut revenir au respect de la dignité de chaque vie humaine, a-t-il dit, il faut vraiment s'engager beaucoup plus en faveur de l'éducation et du développement, et instaurer un contexte international où les conflits ne pourraient être alimentés, permettant à la paix de s'installer ».
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les guerres oubliées...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum