MARTHE ET MARIE

LA FIN DES INTELLECTUELS ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA FIN DES INTELLECTUELS ?

Message par Joss le Jeu 13 Déc 2007 - 17:26

13 déc. 2007

La realpolitik française vue de l’étranger

Kadhafi scelle la fin des intellectuels

Au moment où le dirigeant libyen plante sa tente à Paris apparaît au grand jour la vraie rupture de la présidence Sarkozy : le pouvoir fait cyniquement de la realpolitik tout en la critiquant.




On savait depuis longtemps que, même en France, les protestations d’intellectuels ont perdu de leur impact. On vient d’en avoir confirmation. Au beau milieu du tollé suscité par la visite d’Etat de l’autocrate libyen Kadhafi, Bernard Kouchner a eu une phrase lourde de sens. Le temps est venu des négociations politiques, a-t-il déclaré, où les principes moraux n’incarnent qu’une demi-vérité.
Realpolitik ? Non : pour le ministre que la politique étrangère sans scrupule de Sarkozy rend de plus en plus nerveux, l’autre demi-vérité est celle des résultats concrets – libération des infirmières bulgares en été, visite d’Etat en automne. Il faut regarder vers l’avant. Donc, oui, realpolitik.

Avec cette visite de Kadhafi, Sarkozy met à rude épreuve la conscience et l’intégrité morale de ses partisans issus des rangs intellectuels. Des personnalités qui n’ont jamais penché en sa faveur et qui, face à ses réussites concrètes de ces dernières semaines, ne pipaient plus mot recommencent soudain à donner de la voix. “Dans le pays des droits de l’homme, il y a là quelque chose qui ne passe pas”, déclare Bernard-Henri Lévy : “On n’invite pas en visite d’Etat un grand terroriste ou un preneur d’otages international.”

Ce n’est pas le fait que l’on reçoive un dictateur qui serait scandaleux, mais la manière de le faire, “avec la pompe protocolaire et de surcroît pour la journée internationale des droits de l’homme”, s’insurge Pascal Bruckner. On ne trouverait là que peu de traces de la rupture annoncée avec l’ancien cynisme d’Etat. Faut-il donc reprendre les appels à la protestation ? “Plus que jamais”, assure Bruckner, “plus on crie fort, plus on a de chance d’être entendu, y compris par Sarkozy.”

La pilule est dure à avaler pour ceux qui avaient soutenu le candidat Sarkozy, tel André Glucksmann. Jamais on ne les a aussi peu entendus.
L’empressement du président français à féliciter Vladimir Poutine pour sa victoire aux élections parlementaires russes a déjà été une “déception” pour le philosophe. Aujourd’hui, il juge désastreux que Kadhafi se voie offrir une tribune politique à l’Elysée et à l’Assemblée nationale. Les intellectuels français comme Glucksmann étaient habitués à voir réagir les hommes politiques à leurs protestations. Le mépris et la suffisance de Sarkozy bousculent leurs vieux schémas.

Toutefois, les protestations les plus violentes contre la visite d’Etat du dirigeant libyen ne sont pas venues des cercles d’intellectuels mais du gouvernement lui-même. Le commentaire sans ambiguïté de la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, Rama Yade, pour qui la France “n’est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits”, a largement été repris par les opposants à cette visite. C’est là qu’apparaît la véritable “rupture” du nouveau président. Son gouvernement ne détermine pas seulement la politique du pays, il fournit en prime la critique. La realpolitik à laquelle Sarkozy initie les vieux idéalistes et ses nouveaux alliés ne se déploie pas dans la discrétion feutrée des salons gouvernementaux mais dans les médias, où les intellectuels étaient autrefois chez eux. Le problème est que cette conduite nuit autant à la crédibilité des intellectuels qu’à celle du président.

Joseph Hanimann
Frankfurter Allgemeine Zeitung



_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA FIN DES INTELLECTUELS ?

Message par Joss le Jeu 13 Déc 2007 - 17:41

C'est vrai qu'on assiste à une France mutique, frileuse, muselée. On aurait besoin de "réveilleurs" comme l'était Coluche, de philosophes......

On a l'impression d'être dans un vrai désert avec des moutons bêlants que des roquets conduisent à l'abattoir.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

André Glucksmann

Message par Joss le Ven 14 Déc 2007 - 13:43

André Glucksmann : Sarkozy s'est trompé !

Rallié à un candidat qui avait critiqué la poignée de main entre Chirac et Poutine, le philosophe laisse transparaître son amertume : il est au bord de la rupture avec Sarkozy.





C'est l'histoire d'un amour déçu. Celle d'un intellectuel de la gauche humaniste anti-totalitaire qui, séduit par les beaux discours d'un candidat de la droite se rallia à son camp. Devenu président, le candidat qui avait promis de ne jamais tomber dans les bras d'un dictateur leur fit la cour à tous. L'intellectuel de gauche s'en trouva fort dépourvu quand la bise à Poutine fut venue.

Il est des chemins politiques tortueux. Passer du col Mao au fan club de Nicolas Sarkozy en est un. En ce qui concerne André Glucksmann, la transition ne s'est certes pas faite en un jour, elle n'en fut pas moins, sans doute, précipitée. Et si l'ancien nouveau philosophe n'est pas forcément passé par la case « Rotary », les symptômes de sa conversion apparurent bien avant l'élection présidentielle de 2007.

Dès la fin des années 1980, André Glucksmann a commencé à promouvoir un atlantisme fondé sur l'anti-totalitarisme et les droits de l'homme.
Rien d'étonnant, dès lors, à ce qu'il adhérât au discours de campagne de Nicolas Sarkozy qui promettait de ne jamais aller serrer la main d'un dictateur comme Vladimir Poutine. Devenus en six mois des « amis de trente ans », les deux chefs d'Etat se tombent désormais régulièrement et chaleureusement dans les bras. L'invitation dans la datcha du Tsar ne saurait tarder. Et peut-être même qu'entre deux signatures de contrats gazo-pétrolifères Sarkozy se mettra à la Vodka…Realpolitik quand tu nous tiens.

« Complice d'aucune dictature »

En janvier 2007, dans une tribune publiée dans Le Monde, où il annonçait son ralliement au candidat de l'UMP, fondé essentiellement sur les questions internationales, André Glucksmann citait Nicolas Sarkozy : « Je ne crois pas à ce qu'on appelle la Realpolitik qui fait renoncer à ses valeurs sans gagner un seul contrat. Je n'accepte pas ce qui se passe en Tchétchénie, parce que 250 000 Tchétchènes morts ou persécutés ce n'est pas un détail de l'histoire du monde. Parce que le général de Gaulle a voulu la liberté pour tous les peuples et la liberté, ça vaut aussi pour eux... Le silence est complice et je ne veux être complice d'aucune dictature ».

Le discours est beau, trop évidemment pour être sincère. Car, entre temps, le candidat de l'UMP a fait du chemin... jusqu'au Kremlin en passant, c'est à noter, par Pékin et Tripoli.
Ainsi Nicolas Sarkozy s'est empressé de féliciter Vladimir Poutine pour sa victoire écrasante aux élections législatives russes. Un scrutin entaché de nombreuses fraudes, parfois jusqu'à la caricature avec une participation de 100% en Tchétchénie où Poutine aurait recueilli 99% des suffrages...
Le plus étonnant est encore qu'André Glucksmann, ancien Mao, donc tacticien s'il en est, ait cru un instant que Nicolas Sarkozy ne passe, un jour, du discours aux actes. Redoutable rhéteur, le président de la République est d'abord un sophiste qui adapte son discours à son interlocuteur du moment jusqu'à l'attirer dans sa toile. Le reste importe peu. Le pragmatisme l'emporte toujours.

« Désillusion définitive »

Dans un entretien accordé au Corriere della Serra le philosophe ne cache pas sa déception et espère qu'elle ne sera pas définitive : « Je ne comprends pas l'attitude de Nicolas Sarkozy mais les réactions timides de l'Occident annonçaient déjà un Poutine triomphant. L'Europe doit se secouer pour affronter un président terrorisé à l'idée de perdre le pouvoir. Sarkozy, comme presque tous les leaders européens et américains depuis quelques années, Clinton compris, s'est trompé. J'espère qu'il pourra revenir sur ses positions ».


André Glucksmann avait « rêvé un temps d'un ticket Kouchner-Sarkozy ». Il est des rêves qui ne devraient jamais se réaliser. Le réveil est brutal. Installé, le binôme ne fait pas que des merveilles. On le sait, la réalité n'est jamais aussi belle que le conte de fées.

Transparent plus qu'à son tour, le chef de la diplomatie française (c'est bien lui…), humaniste devant l'Eternel mais pas devant Sarkozy, semble bien résolu à avaler toutes les couleuvres qu'on saura lui présenter aimablement pour conserver une place sur la photo. Le socialiste préféré de la droite française, muet sur la dérive poutinienne, prêt à tout pour jouer les premiers rôles et désormais réduit à celui de figurant, donne quotidiennement un exemple édifiant de ce qu'est l'ouverture à tous les vents : un courant d'air...

Quant à Poutine, apparemment, tout va bien pour lui. Merci.

Mercredi 05 Décembre 2007 - 16:09
Régis Soubrouillard


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Pascal Bruckner

Message par Joss le Ven 14 Déc 2007 - 13:58

Le déshonneur, par Pascal Bruckner

LE MONDE | 13.12.07

Ce devait être la rédemption du barbare venu réintégrer les rangs de la civilisation. Ce fut l'inverse : le barbare, plein de morgue, nous a fait la leçon. Non content d'insulter la France, en pointant ses manquements au droit, lui qui les viole tous, le colonel Kadhafi n'a pas exprimé un seul regret.



Sarkozy aurait pu sauver l'honneur en exigeant du dictateur des excuses solennelles pour les victimes françaises du DC-10 d'UTA, une reconnaissance du rôle de la Libye dans le terrorisme international deux décennies durant. Il aurait pu évoquer aussi le kidnapping et la torture des infirmières bulgares pendant huit ans auxquels il sut mettre fin cet été.

Le président s'est tu, de plus en plus blême et pincé à mesure que passaient les jours, comme s'il réalisait l'énorme bévue commise. Faire des affaires, même avec le diable, n'implique pas de sombrer dans la fange avec lui.

ELLE EST BELLE, LA RUPTURE !


Paria de la communauté internationale, Kadhafi aurait dû être traité comme tel, avec des pincettes, comme un criminel sous haute surveillance.

Qui sont les conseillers diplomatiques assez fous, assez incompétents pour avoir concocté un tel voyage et imposé au peuple français, cinq jours durant, ce clown sanglant sur notre sol ?

A quelques exceptions près, dont Rama Yade, qui s'est courageusement insurgée, l'UMP s'est couchée comme un seul homme. On songe au mot de Lénine : "Les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre."
A-t-on vraiment besoin d'offrir des avions de chasse et du nucléaire civil à des pays qui regorgent de gaz et de pétrole et qui peuvent tous, demain, basculer dans l'islamisme ?

Ah, elle est belle, la rupture ! On avait déjà eu la visite humiliante au régime antisémite de Bouteflika, le coup de fil enthousiaste à l'autocrate Poutine, l'invitation à Paris du bouffon Chavez. A quand le tapis rouge déroulé devant M. Ahmadinejad ?

Pascal Bruckner


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10426
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA FIN DES INTELLECTUELS ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum