MARTHE ET MARIE

Elisabeth the Golden Age

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elisabeth the Golden Age

Message par Invité le Sam 8 Déc 2007 - 19:43



Au cinéma le 12 décembre... 👏
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisabeth the Golden Age

Message par Joss le Dim 9 Déc 2007 - 13:04

Grande-Bretagne, 1585. La reine Elizabeth, sur le trône depuis 27 ans, se régale des récits de voyage de Sir Walter Raleigh, charismatique explorateur tout juste rentré du Nouveau-Monde afin de lui réclamer son soutien financier pour l'établissement d'une colonie en Virginie. Entre autres vertus bénéfiques pour la reine, son flirt avec le séduisant aventurier la distrait des pressions politiques qu'elle subit chaque jour de la part de Sir Francis Walsingham, son fidèle conseiller. Ce dernier va cependant l'aider à échapper au complot ourdi contre sa personne par sa cousine catholique Marie Stuart, reine d'Écosse, ainsi qu'à mobiliser son armée afin de faire face au projet d'invasion de la Grande-Bretagne par l'imposante flotte du roi Philippe II d'Espagne.
Synopsis par Médiafilm.ca



Marc-André Lussier

La Presse

Au Festival de Toronto, où il a été présenté en première mondiale, les détracteurs du nouveau film de Shekhar Kapur étaient franchement plus nombreux que ses supporters. Quand on analyse Elizabeth - The Golden Age de façon rationnelle, il est vrai que ce drame passe difficilement la rampe sur le plan de la rigueur historique.
scratch Là n'est pourtant pas l'intérêt.

Ce deuxième volet d'une «possible» trilogie, amorcée avec Elizabeth il y a neuf ans, constitue en effet plutôt une fable. Dont l'aspect foncièrement moderne traduit une volonté d'aborder des thématiques résolument contemporaines. Inspiré par les grandes lignes de l'Histoire, le récit met ainsi en relief des préoccupations avec lesquelles le spectateur pourra évidemment établir des liens, notamment sur le plan politique.

Tourments intérieurs

Au moment où ce deuxième chapitre commence, en 1585, Élisabeth règne sur l'Angleterre depuis 27 ans. En principe, la souveraine devrait être âgée de 52 ans. Cate Blanchett, qui porte le film à bout de bras, lui donne d'emblée l'allure d'une femme beaucoup plus jeune. Et amoureuse.

Le scénario, écrit par William Nicholson et Michael Hirst (ce dernier avait aussi écrit le scénario du premier volet), s'attarde principalement aux tourments intérieurs d'une femme qui, en raison des pouvoirs dont elle dispose, ne peut se laisser guider par ses sentiments.

Or, Élisabeth en pince pour le beau Walter Raleigh (Clive Owen), un navigateur qui revient tout juste du Nouveau Monde après avoir nommé là-bas un territoire «Virginie» en l'honneur de la souveraine.

Cette dernière tente ainsi de profiter avec lui de tous ces petits moments qui, à ses yeux, pourraient emprunter la forme d'un semblant d'intimité. Quand elle apprend que son accompagnatrice favorite, la jeune Bess (Abbie Cornish), développe de son côté une véritable relation sentimentale avec Raleigh, Élisabeth voit rouge.

Cette «trahison» personnelle tombe d'autant plus mal que le pays - tout autant qu'elle - doit aussi affronter de sérieuses menaces. En Espagne, le roi Philippe II a notamment le dessein d'envoyer une puissante offensive afin de renverser le régime anglais, histoire de permettre à une reine catholique d'accéder au trône, une dénommée Marie Stuart...

Film flamboyant

Fidèle à sa démarche, le cinéaste Shekhar Kapur propose ici un film flamboyant, riche d'envolées romanesques. S'il est clair que les personnages n'ont de réaliste que le nom de ceux de qui ils sont inspirés (Clive Owen donne à son aventurier des allures de héros de cinéma), les acteurs parviennent en revanche à donner un caractère authentique à cette histoire.

Par exemple, la courte scène de l'exécution de Marie Stuart (interprétée par la remarquable Samantha Morton) constitue un moment de cinéma très fort.

Une fois de plus, Cate Blanchett offre une performance exceptionnelle, donnant à son Élisabeth toute la fougue, l'impétuosité, la démesure que le personnage requiert. L'actrice se fond en outre à merveille dans l'univers exacerbé que crée Shekhar Kapur. C'est d'ailleurs en grande partie grâce à elle que l'approche du cinéaste est couronnée de succès.



J'ai justement écouté récemment, avec beaucoup d'intérêt, un reportage commenté par des historiens, consacré aux relations difficiles entre Elisabeth et Marie Stuart (qui ne se sont JAMAIS rencontrées mais s'écrivaient. Deux natures et cultures diamétralement opposées....et le combatmortel entre une reine légitime et une reine illégitime qui l'emportera par le meurtre

En VERSION FRANCAISE :

http://www.premiere.fr/premiere/cinema/films-et-seances/bandes-annonces/video/elizabeth-l-age-d-or-vf
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10500
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisabeth the Golden Age

Message par Invité le Dim 9 Déc 2007 - 23:13

Joss, en tant que cinéaste, il y a bien longtemps que je ne lis plus les critiques. Les historiens ne sont pas contents? Et bien qu'ils restent dans leurs livres et ne nous fassent pas chier, et je pèse mes mots. Je travaille dans l'industrie du divertissement, ce film engage des acteurs magnifiques et s'ils donnent ensuite l'envie de s'intéresser à l'histoire tant mieux mais ce n'est pas l'objectif de ce film.

En ce qui me concerne, j'attends avec impatience sa sortie pour m'en mettre plein la vue.

Cate Blanchett rules! cheers
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisabeth the Golden Age

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum